Signature du Guillaume Le Moal sur son acte de mariage, 9 janvier 1914. Archives départementales de Seine-Maritime: 4E 19922.

De l’intérêt de recourir aux fiches matricules pour écrire l’histoire du mouvement ouvrier : Guillaume Le Moal

La fiche matricule du recrutement n’est a priori par la première archive à laquelle on pense lorsqu’on souhaite rédiger la biographie d’une militant anarcho-syndicaliste. L’exemple de Guillaume Le Moal, un breton de Louargat émigré au Havre, montre pourtant tout l’intérêt de cette source. Un document qui permet non seulement de sonder la complexité des individus mais de découvrir quelques angles-morts de l’historiographie en ce qui concerne la combinaison, au front, des rôles sociaux.

Fiche matricule de Jean Moulin (détail). Arch. dép. Hérault : 1 R 1328.993.

Fiches matricules et domiciliation

Quand le futur premier président du Conseil national de la Résistance, Jean Moulin, alors sous-préfet de Châteaulin, dans le Finistère, nous rappelle que la fiche matricule de recrutement est une archive à manier avec maintes précautions.

Carte postale du canal de Panama (détail). Collection particulière.

1er juillet 1914 : l’inspecteur des Finances vannetais et le canal de Panama

L’édition du 1er juillet 1914 de L’Ouest-Eclair publie en première page une intéressante tribune sur le canal de Panama, texte composé à partir du rapport d’un inspecteur des Finances originaire de Vannes. Ce texte est intéressant à plus d’un titre, notamment parce qu’il rappelle la fulgurance avec laquelle s’enchaînent les événements lors de l’été 1914 mais aussi combien la France d’alors agit en Somnambule, y compris dans l’océan Pacifique.

Servant de pièce d'artillerie en Indochine, sans lieu ni date. Collection particulière.

Les 12 de Saint-Brieuc et le devoir militaire (11 mai 1950)

L’affaire dite des canons de Saint-Brieuc, le 11 mai 1950, est particulièrement révélatrice des profonds changements qui affectent la société française et bretonne en ce qui concerne le rapport à l’Armée et à l’institution militaire. Pour s’en convaincre, une rapide prosopographie menée à partir du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social se révèle particulièrement fructueuse.

Oeuvre d'Auguste Nayel (détail). Archives Elisabeth Loir-Mongazon.

D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918

Sur une invitation de la Région Bretagne, j’ai eu le plaisir de donner le 23 septembre 2020, au Ti Ar Vro de Saint-Brieuc et dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, une conférence intitulée « D’une guerre à l’autre : 1870 pour mieux comprendre 1914-1918 ». Prenant acte d’une part du foisonnement des questionnements relatifs à la séquence 1870-1871, d’autre part des perspectives offertes par l’exploration de la chronologie ressentie, et non plus strictement diplomatique, du conflit, j’ai procédé à l’analyse de l’une de ces passerelles permettant de dérouler le fil de ces représentations mentales qui, comme en germination, semblent éclore pendant la Première Guerre mondiale. C’est le verbatim de cette conférence que je vous propose de découvrir dans les lignes qui suivent.

Des actes aux discours : les socialistes finistériens et l’Armée (1910)

Rien ne serait plus faux que placer les socialistes français de la Belle époque sous la bannière unique de « l’antimilitarisme ». Lors des élections législatives de 1910, les candidats du PS-SFIO dans le Finistère le rappellent sans aucune ambiguïté. La trajectoire sociale de ces individus permet en effet de mieux cerner la subtilité de la position que les socialistes défendent sur l’échiquier politique lorsqu’il est question de l’Armée.

Saint-Brieuc, la gare des chemins de fers départementaux. Carte postale (détail). Collection particulière.

Entre bifurcation des trajectoires et continuité des pratiques : Albert Mourocq

Si la fiche matriculaire du recrutement est une archive qui peut se révéler bien utile pour combler quelques vides apparaissant au sein des notices biographiques du Maitron, elle est aussi une source qui invite à interroger les individus en termes de continuité des pratiques au-delà de la pluralité des rôles sociaux. C’est ce que rappelle doublement Albert Mourocq : le cheminot briochin d’une part, militant communiste et syndiqué à la CGTU d’une part, l’ancien combattant pensionné de guerre d’autre part.

Insigne du 35e RAD. La devise de l'unité est « Mourir en chantant ». Musée de Bretagne : 2010.0035.31.

14 juillet 1938 : accident du travail au 35e RAD

L’argent étant chose taboue en France, l’expérience militaire n’est jamais perçue sous l’angle d’un travail rémunéré. Pourtant, c’est bien sous l’angle d’un accident du travail ouvrant droit à une compensation de salaire qu’est appréhendé la mésaventure survenue à Jean Bruchec le 14 juillet 1936.

Scène de combat, sans lieu ni date. Creative commons.

Pierre de Portgamp ou la portée heuristique du T

Source précieuse tant elle est riche, la fiche matricule de recrutement est une archive qui peut également se révéler redoutablement piégeuse. C’est ce que rappelle l’exemple du poète Pierre de Portgamp, individu qui semblait être mobilisé sous l’uniforme du 75e RI mais qui en réalité combat sous l’uniforme d’une unité de territoriaux bretons.

Couple de sonneurs (détail). Musée de Bretagne: 2007.0012.77.

Jean Choleau, les binious du 270e RI et la misère militaire

Le témoignage que livre Jean Choleau, en 1931, dans le 38e numéro d’An Oaled, est une source de première importance pour qui sait la faire parler. Car plus que des binious de la musique du 270e RI de Vitré, c’est d’une mémoire rancie d’une Grande Guerre pas aussi brillante qu’espérée dont il s’agit dans ces quelques lignes.

Portrait de Joseph Jacob (carte postale, détail). Collection privée Cyrille L'Hénoret.

Joseph Jacob : l’inconnu qui rencontra Woodrow Wilson

L’entretien qu’accorde le 16 mai 1919 le président des Etats-Unis Woodrow Wilson au fondateur du Cercle celtique de Paris, Joseph Jacob, est d’autant plus improbable que l’on ignorait à peu près tout de ce personnage. Ignorait car de nouveaux éléments viennent de faire surface et nous permettent de mieux cerner cet individu.

Arch. mun. Pontivy : 2 h 9, Rapport du commissaire de police de Pontivy, 2 mai 1917 (détail).

Citation à l’ordre et réhabilitation civique

La citation à l’ordre est une archive beaucoup plus complexe que ce que l’on peut bien croire et qui exige maintes précautions d’emploi. C’est que ce nous rappelle, insidieusement, au printemps 1917, un rapport du commissaire de police de Pontivy sollicité par le tribunal d’instance de Vannes.

Appréhender les poilus bretons par la Haute-Savoie

Reposant sur d’importants dépouillements d’archives, le livre que Sébastien Chatillon consacre aux « Poilus de Haute-Savoie » et publie aux Presses universitaires de Rennes n’en pose pas moins un certain nombre de problèmes. Parmi lesquelles l’opportunité des sondages en histoire quantitatives à l’heure des big datas.

Portrait d’un fantassin du 48e RI, cliché conservé dans un album ayant appartenu à François-Marie Luzel. Bibliothèque municipale de Rennes / Les Tablettes rennaises : I-2015-0010118.

François-Marie Luzel et trois portraits de fantassins

La Bibliothèque municipale de Rennes conserve un album de 70 photographies ayant appartenu au célèbre folkloriste breton François-Marie Luzel, objet au sein duquel sont conservés trois portraits de fantassins. Un choix de conservation qui ne manque pas d’étonner et permet la formulation de bien des hypothèses.

Tracts de la Ligue internationale des combattants de la paix. Collection particulière.

La LICP de Brest : aux sources du pacifisme des années 1930

En histoire comme en bien d’autres domaines, il faut bien se méfier des idées reçues et des opinions « évidentes ». C’est que rappellent les trajectoires de Jules Le Gall et René Lochu, membres éminents de la section brestoise de la Ligue internationale des combattants de la paix. En effet, et contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, leur pacifisme ne résulte aucunement d’une expérience traumatisante vécue dans les tranchées de la Grande Guerre.