Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules

Source traditionnelle de l’histoire quantitative et militaire, la fiche matricule de recrutement est aussi une archive qui peut se montrer d’un grand intérêt pour qui s’intéresse aux migrations. Démonstration à partir d’une prosopographie des fantassins du 47e RI de Saint-Malo morts pour la France au titre de la Grande Guerre mais ayant déclaré une domiciliation en région parisienne avant la mobilisation générale d’août 1914.

Signature du Guillaume Le Moal sur son acte de mariage, 9 janvier 1914. Archives départementales de Seine-Maritime: 4E 19922.

De l’intérêt de recourir aux fiches matricules pour écrire l’histoire du mouvement ouvrier : Guillaume Le Moal

La fiche matricule du recrutement n’est a priori par la première archive à laquelle on pense lorsqu’on souhaite rédiger la biographie d’une militant anarcho-syndicaliste. L’exemple de Guillaume Le Moal, un breton de Louargat émigré au Havre, montre pourtant tout l’intérêt de cette source. Un document qui permet non seulement de sonder la complexité des individus mais de découvrir quelques angles-morts de l’historiographie en ce qui concerne la combinaison, au front, des rôles sociaux.

Fiche matricule de Jean Moulin (détail). Arch. dép. Hérault : 1 R 1328.993.

Fiches matricules et domiciliation

Quand le futur premier président du Conseil national de la Résistance, Jean Moulin, alors sous-préfet de Châteaulin, dans le Finistère, nous rappelle que la fiche matricule de recrutement est une archive à manier avec maintes précautions.

L’autre Jean Morin : le « doyen des vainqueurs de Douaumont »

La publication dans L’Ouest-Eclair le 23 novembre 1916 d’un article sur le prétendu « doyen » de la reprise du fort de Douaumont m’a mis sur la trace d’un autre Jean Morin, Jean-Baptiste Morin, un territorial né non à Quessoy, dans les Côtes-du-Nord, mais dans l’Allier. Il en a résulté une enquête venant rappeler combien la presse est source plus digne de foi que ce que l’on veut bien généralement affirmer.

Marcel Landegren : fantassin et footballeur

Marcel Landegren n’est assurément pas le plus connu des footballeurs bretons. Ephémère vedette de l’Union sportive servannaise au début des années 1910, sa carrière est interrompue brutalement lors de la bataille de Charleroi par une balle qui lui fracture le fémur. Mais, celui qui deviendra aussi à la fin des années 1930 président du Stade rennais, montre le rôle que peut jouer un régiment d’infanterie dans le parcours d’un sportif de haut niveau à la Belle époque.

La justice en Grande Guerre au prisme de la culture professionnelle

Avec ce volume, non seulement A. Deperchin livre une précieuse synthèse sur la justice en France pendant la Première Guerre mondiale mais elle offre un ouvrage venant couronner plusieurs décennies de carrière et de travaux sur ce champ particulier. C’est dire s’il s’agit d’une somme qu’il faut connaître même si, comme à l’habitude en semblables circonstances, celle-ci invite à de nombreux dépassements.

Permanences et ruptures de la géographie d’Eugène Perrussel en Grande Guerre

Eugène Perrussel vient au monde le 25 juillet 1894 à Feins, commune du nord de Rennes, en Ille-et-Vilaine, située entre Combourg et Fougères[1]. Son acte de naissance nous indique qu’il est le fils d’un couple d’agriculteurs âgés respectivement de 28 et 25 ans. Les deux témoins mentionnés sur l’acte sont un menuisier âgé de 45 … Continuer la lecture de Permanences et ruptures de la géographie d’Eugène Perrussel en Grande Guerre

Correspondance des Armées de la République (détail). Collections Musée de Bretagne : 982.0001.30.

Robert de Bailly et les pratiques historiennes discrètes

C’est grâce à des informations fournies par Claire Denjean et Valérie Quévaine que je suis parvenu à formellement identifier le chef de cabinet du préfet du Morbihan Alfred Roth, à savoir Robert de Bailly. Dès lors, il était relativement simple de reconstituer son parcours professionnel, même si des zones d’ombres subsistent. Une enquête qui met en lumière l’importance des pratiques historiennes discrètes dans le processus de fabrique de l’histoire.

À propos d’institutions totales : du Mont Saint-Michel à la caserne

La monographie que J. Halais consacre à la prison du Mont Saint-Michel est de ces livres dont on ne peut que conseiller la lecture. Basées sur de considérables dépouillements d’archives, ces pages offrent une enquête minutieuse dépassant de très loin le strict cadre de cette institution. La preuve en est que même l’historien du fait militaire et guerrier y trouve son compte !

Collection Musée de Bretagne : 995.0008.3437.

A propos d’une faveur obtenue pour un ancien poilu

Dans son édition du 25 juin 1922, le Courrier de Pontivy publie un petit texte particulièrement féroce à la suite des obsèques de Jean-Baptiste Prioux, maire de Guilliers, conseiller d’arrondissement et ancien combattant de la Grande Guerre. Un article qui en réalité cible le député radical-socialiste Paul Maulion et qui, en définitive, dit combien mince est le vernis de l’Union sacrée pendant la Première Guerre mondiale.

Bristol adressé le 22 novembre 1917 par Joseph de Gouyon de Coipel au préfet du Morbihan (détail). Arch. dép. Morbihan : 3 M 293.

De l’art de (ne pas) raconter sa guerre : Joseph de Gouyon de Coipel

Joseph de Gouyon de Coipel est de ces anciens combattants qui ne s’étendent pas sur leurs états de service, alors que ceux-ci sont particulièrement impressionnant. Cette retenue est clairement perceptible dans le bristol qu’il adresse au préfet du Morbihan le 22 novembre 1917. Mais en novembre 1919, lorsque ce député entend retrouver son siège à l’Assemblée nationale, elle joue clairement contre lui : l’expérience combattante est en effet un capital politique dont il n’use pas.

Le département de Loire-Inférieure (détail). Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6408.

L’état de siège dans les faits (octobre 1918)

L’arrivé en gare de Nantes, le 9 octobre 1918, d’un train de 500 prisonniers militaires interroge d’autant plus l’historien que par suite d’un manque flagrant de surveillance, de nombreux détenus s’échappent et commettent pour commettre en ville déprédations et larcins. Un fait divers qui s’accorde mal avec l’idée que l’on peut avoir d’état de siège, pourtant rétabli le 6 juillet 1917 en Loire-Inférieure.

Quelques réflexions sur l’indexation collaborative à partir de la prosopographie d’un régiment dans la Grande Guerre

Il me semble que peu nombreuses sont les personnes qui ont pris la mesure de ce qui s’est réellement passé avec le défi 1 jour 1 poilu. Car si les démarches collaboratives sont effectivement porteuses de bien des perspectives en termes d’histoire quantitative et de prosopographie, on tend à trop souvent oublier que le succès de telles opérations ne doit rien au hasard, ce qui suppose d’agréger un certain nombre de compétences.

Une riche monographie départementale

La monographie que propose aux éditions À l’ombre des mots Jean Martin sur le département des Côtes-du-Nord au XIXe siècle est un livre qui non seulement bat un certain nombre d’idées en brèche mais invite à de nombreux approfondissements. Loin de la complainte victimaire complaisamment relayée par certains entrepreneurs de mémoire, cet ouvrage met notamment en évidence la grande agentivité des acteurs.

César Chabrun, député de la Mayenne, 1932. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Agence Rol / Wikicommons.

La Grande Guerre comme rupture ? A propos de César Chabrun

Fort stimulant éditorial que publie le député de Mayenne César Chabrun en première page de L’Ouest-Eclair le 17 juillet 1920. S’il acte la rupture politique que constitue la Révolution russe, il place la conflictualité qui en résulte dans la continuité directe de la séquence 1914-1918. Lui-même, d’ailleurs, incarne ce paradoxe rappelant que rupture et contre-rupture sont des notions indissociables : élu député en 1919, cet éminent juriste trouve là un autre moyen de servir son pays après avoir été gravement blessé à Virton, en août 1914.

Céline, poilu ordinaire ?

C’est à une lecture non pas littéraire mais historienne, centrée sur l’étude du fait militaire et guerrier, du roman Guerre de Louis-Ferdinand Céline que je souhaite me livrer ici. Non seulement ce type d’approche n’a pour l’heure pas été très prisée par les commentateurs mais le fait est que ce texte constitue en réalité une archive intéressante pour le domaine des war studies, et qui travaille également sur la Bretagne.

Couverture de la "Simple histoire 1914, 1915, 1016, 1917, 1918" de Pierre Galle. Collections Musée de Bretagne : 992.0042.1.

Pierre Galle et l’odyssée de la Grande Guerre

Condisciple à l’Ecole des beaux-arts de Rennes de Mathurin Méheut, Camille Godet et Jean-Julien Lemordant, Pierre Galle ne compte pas parmi les plus célèbres des peintres-combattants. Sa Simple histoire 1914-1915-1916-1917-1918 conservée par le Musée de Bretagne, et consultable gratuitement en ligne via les collections en partage de cette institution, est pourtant une archive absolument remarquable, et une œuvre d’une étonnante modernité historiographique.

Le centenaire à l’heure du bilan

Dresser le bilan scientifique du centenaire de la Grande Guerre est une tâche aussi nécessaire que difficile, l’événement étant encore très proche de nous. L’ensemble des contributeurs de ce riche volume collectif dirigé par A. Weinrich et N. Patin s’en acquittent avec grand talent et nous livrent à cette occasion des réflexions sur la discipline qui, pour ne pas être totalement enthousiasmantes, sont éminemment instructives.

Groupe de soldats, 1940. Collection particulière.

Julien Dagorn, le 48e RI et l’autolyse aux armées (septembre 1939)

Le motif de le mort de Julien Dagorn, un fantassin du 48e RI décédé le 3 octobre 1939 à Lunéville, ne manque pas d’interpeller l’historien. Car si l’autolyse constitue assurément une impasse disciplinaire, ce terme dévoile de manière assez paradoxale l’immense tabou que constitue le suicide aux armées et dans la France de la première moitié du XXe siècle.

Quand l’uniforme forme la jeunesse… et le mouvement ouvrier de la IIIe République. Eléments prospectifs

Tant dans les représentations mentales en vigueur que dans l’historiographie, tout semble opposer mondes militaires et mouvement social. Pourtant, pendant la IIIe République, le fait est que l’essentiel des militants figurant dans le Maitron portent l’uniforme, que cela soit le temps du service militaire ou du fait d’une guerre. Dès lors, c’est bien à un dépassement des traditions historiographiques que j’entends appeler ici afin de replacer les acteurs sociaux dans leurs continuum biographiques.

Le monument aux morts de Plestin-les-Grèves, carte postale (détail). Collection particulière.

Un cas complexe, Francis Choquer

La prosopographie est un exercice et ingrat et qui est rendu compliqué par la grande imperfection des sources. C’est ce que rappelle l’exemple de Francis Choquer, un soldat du 48e RI mort pour la France le 1er juin 1940 dans des circonstances particulièrement nébuleuses à Hormfille, une localité qui n’a pu être identifiée que grâce à l’aide des réseaux sociaux.

Le poids de la carte du combattant

S’il est bien un objet qui a peu attiré l’attention des historiens, c’est la carte du combattant. Or un état statistique publié en 1930 permet de mesurer quantitativement l’importance électorale de ce petit rectangle vert. Dès lors, c’est bien la question de l’agentivité des anciens combattants et victimes de guerre qui se fait jour. Mais aussi une certaine forme calcul politique de Raymond Poincaré, stratégie qui reste difficile à juger tant il n’est pas certain qu’elle ait été, en fin de compte, payante.

Carte d'invalidité (détail). Collection particulière.

Georges Voisin : caractère difficile ou capital de négociation ?