César Chabrun, député de la Mayenne, 1932. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Agence Rol / Wikicommons.

La Grande Guerre comme rupture ? A propos de César Chabrun

Fort stimulant éditorial que publie le député de Mayenne César Chabrun en première page de L’Ouest-Eclair le 17 juillet 1920. S’il acte la rupture politique que constitue la Révolution russe, il place la conflictualité qui en résulte dans la continuité directe de la séquence 1914-1918. Lui-même, d’ailleurs, incarne ce paradoxe rappelant que rupture et contre-rupture sont des notions indissociables : élu député en 1919, cet éminent juriste trouve là un autre moyen de servir son pays après avoir été gravement blessé à Virton, en août 1914.

De la géographie symbolique en sortie de guerre : processions vannetaises en juillet 1919

Les trois jours de processions organisée en juillet 1919 à Vannes par Mgr Alcime Gouraud pour célébrer le cinquième centenaire de la mort de Vincent Ferrier posent un sacré problème à l’historien. S’il est évident qu’une telle manifestation renvoie à une grille de lecture politique, jusqu’où pousser le curseur ? Peut-on, par exemple, convoquer la géographie symbolique dessinée par ces parcours ?

A gauche, le général Passaga, en compagnie du général Hanson Ely. Photographie publiée dans l'édition du 11 juillet 1927 d'Excelsior. Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Quand le général Passaga frôle l’incident diplomatique aux USA

Ce que suggèrent les discours n’est pas toujours en accord avec la réalité des pratiques, tout particulièrement en ce qui concerne la relation franco-américaine. C’est ce que rappelle l’incident diplomatique frôlé de justesse à l’été 1927 lors du voyage aux Etats-Unis du général Passaga, ancien commandant de la 10e région militaire et véritable héros de Verdun.

À propos de la sortie de la Grande Guerre

Actes d’un colloque organisé par l’Institut catholique de Vendée, ce gros ouvrage collectif de plus de 600 pages comporte quelques stimulantes communications mais est malheureusement plombé par un nombre important d’articles qui ne sont, manifestement, pas au niveau. Tour d’horizon d’un volume qui aurait mérité d’être plus resserré.

Sortir les flux du règne du présentisme

Contrairement à ce que l’on peut lire trop souvent, l’atteinte aux flux (de communication, de transports…) en vue de déstabiliser l’Etat n’est en rien une stratégie insurrectionnelle nouvelle. C’est d’ailleurs l’objet de ce volume collectif dirigé par N. Patin et D. Pinsolle. Un objet d’histoire fort stimulant qui, compétences régaliennes obligent, intéressera de très près celles et ceux qui travaillent sur la guerre et les armées.

Carte postale publicitaire. Musée de Bretagne: 980.0051.759.

4-5 septembre 1920 : Carhaix célèbre la République

Les 4 et 5 septembre 1920, la commune de Carhix, dans le Finistère, célèbre en grandes pompes le cinquantième anniversaire de la République proclamée le 4 septembre 1870. Passionnant, cet objet d’histoire n’en est pas moins complexe puisque situé au croisement de plusieurs logiques, entre outil politique du temps présent et concurrence des mémoires.

De la contagion comme concept en histoire

« De la Contagion » est un formidable volume collectif publié par les éditions Vendémiaire. Evitant le piège de la compilation de récits d’épidémie, ce riche libre propose une particulièrement stimulante réflexion sur cette notion entendue comme processus historique. Une démarche éditoriale trop rare et qu’il faut saluer.

2020 : retrouver Stéphane Audoin-Rouzeau ?

Ce recueil d’articles anciens, méconnus, voire même inédits, de S. Audoin-Rouzeau que publie les Editions du Félin est non seulement un ouvrage remarquable mais indispensable. En effet, ces textes permettent de redécouvrir un auteur tellement omniprésent dans les appareils critiques qu’il finit par en devenir, en quelque sorte et de manière très paradoxal, perdu de vue. C’est un retour aux sources que propose cet ouvrage, passionnante histoire d’une histoire culturelle de la Grande Guerre et du fait guerrier en train de s’écrire.

Séminaire « Ecrire la Grande Guerre (1914-2021) »

L’Ecole des hautes études en sciences sociales accueille le premier lundi de chaque mois, en ses locaux du boulevard Raspail, le séminaire Ecrire la Grande Guerre (1914-2021). Proposant un programme particulièrement stimulant, cette manifestation devrait malheureusement souffrir des mesures de confinement imposées par l’épidémie de Covid-19, ce qui n’est pas le moindre paradoxe quand on … Continuer la lecture de Séminaire « Ecrire la Grande Guerre (1914-2021) »

Jean-Yves Le Naour sort de guerre

Historien talentueux à qui l’on doit des travaux pionniers sur le genre ou la dimension régionale en Grande Guerre[1], J.-Y. Le Naour change de braquet en livrant un volume, publié chez Perrin, intitulé 1919-1921. Sortir de la Guerre[2]. Il s’agit là du dernier tome d’une vaste série retraçant chronologiquement, année par année, ce conflit absolument … Continuer la lecture de Jean-Yves Le Naour sort de guerre

Le monument Prosper Proux de Guerlesquin et la Grande Guerre

Initialement prévu pour être inauguré en septembre 1914, le monument érigé à Guerlesquin en l’honneur de Prosper Proux ne l’est qu’en 1919. Il en résulte un rapport à la Bretagne et à la Première Guerre mondiale particulièrement significatif pour l’historien

Portrait de Mgr Jean-Marie Bécel figurant en l'église Saint-Pierre de Béignon (Morbihan), détail. Wikicommons.

Ultramontanisme et guerre de 1870 : réflexions morbihannaises

Si la guerre de 1870 est très largement franco-allemande, elle recèle également dans la botte italienne quelques développements d’une grande importance pour qui s’intéresse à la péninsule armoricaine. La question des états pontificaux est en effet à l’origine de dissensions dont l’historiographie a sans doute exagéré l’importance. C’est en tout cas ce que suggère l’exemple du Morbihan.

Combat de cavalerie lors de la bataille de Sedan, 1er septembre 1870. Carte postale publicitaire. Collection particulière.

Le 50e anniversaire de la bataille de Sedan

L’histoire de la mémoire est un puissant révélateur des représentations mentales. Mais l’amnésie est également riche de sens. C’est ce que rappelle la non-commémoration du cinquantième anniversaire de la bataille de Sedan le 2 septembre 1920. Un anniversaire qui permet de mettre en lumière quelques principes de fonctionnement de ce complexe processus qu’est la mémoire.