Le général de Gaulle faisant le V de la victoire, carte postale (détail). Collection particulière.

1946 : quand Charles de Gaulle fait sa rentrée politique à l’île de Sein

Imagine-t-on le général de Gaulle passer sous un arc de triomphe en casiers de crustacés et de poissons encore frétillants ? Oui ! C’était à l’île de Sein le 31 août 1946 et tout ne s’est pas passé comme prévu…

Acte d'engagement dans les Forces françaises libres (détail). Archives SD ONAC 22: dossier Yves Eouzan.

Le « réflexe patriotique » des 128 Français libres de l’île de Sein

Quiconque décrypte le discours porté par la vulgate mémorielle réalise combien la France libre est indissociable de l’idée d’engagement volontaire. Or ce dernier terme est particulièrement difficile d’emploi pour l’historien. Les sciences sociales montrent en effet que la réalité est bien souvent beaucoup plus complexe que ce que suggère le souvenir. Tel est ainsi le cas du départ des 128 Français libres de l’île de Sein.

Arch. dép. Morbihan : P 1244, télégramme reçu en préfecture du Morbihan le 30 juin 1915.

De la perception de l’archive sur l’impôt en Grande Guerre

Aller aux archives n’est pas nécessairement une garantie de succès : on peut passer plusieurs heures à dépouiller des documents que l’on ne comprend pas, ou tout du moins dont on ne sait que faire. Pourtant, il faut s’accrocher, persévérer. C’est précisément ce qui m’est arrivé le 20 septembre 2022 aux Archives départementales du Morbihan lorsque, tout à coup, j’ai découvert un passionnant télégramme reçu le 30 septembre 1915 à Vannes.

Saisir la Grande Guerre par les conseils d’arrondissement

Instance peu connue et, il faut bien le confesser, négligée par l’historiographie, le Conseil d’arrondissement constitue une porte d’entrée efficace – et de surcroît inédite – pour s’intéresser à la Première Guerre mondiale. C’est ce que montre le département du Morbihan où les archives sont relativement bien conservées et permettent un certain nombre de développements apportant un regard assez neuf sur le conflit.

Une source qui oblige : le journal de guerre d’Henri Galli

Publié de main de maître par les Presses universitaires de Rennes et ayant bénéficié d’un appareil critique de haute volée, le journal de guerre d’Henri Galli est une source qui oblige. En effet, comment alors qu’on dispose aujourd’hui de cette archive de grande importance, ne pas voir toute la nécessité qu’il y a à réinvestir l’histoire politique de la Grande Guerre, tout particulièrement au croisement du fait militaire ?

Barbelés dans le bois de Remières, au nord-est de Seicheprey, en Meurthe-et-Moselle (détail). La Contemporaine : VAL 153/061.

Le barbelé pour saisir la guerre dans sa complexité temporelle

L’histoire du barbelé en tranchées est connue et il n’est pas nécessaire de la développer ici. En revanche, il n’apparaît pas inutile de voir en quoi cette ronce métallique est un bon révélateur des multiples rapports aux temps de la Grande Guerre : une complexité de couches chronologiques qui, finalement, rappelle l’intérêt civique et citoyen de la compréhension de la séquence 1914-1918.

Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules

Source traditionnelle de l’histoire quantitative et militaire, la fiche matricule de recrutement est aussi une archive qui peut se montrer d’un grand intérêt pour qui s’intéresse aux migrations. Démonstration à partir d’une prosopographie des fantassins du 47e RI de Saint-Malo morts pour la France au titre de la Grande Guerre mais ayant déclaré une domiciliation en région parisienne avant la mobilisation générale d’août 1914.

Carte de la Bretagne (détail) par Félix Benoist, XIXe siècle. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6434.

Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

Si la presse est une source aussi incontournable à qui s’intéresse à la Bretagne pendant la guerre de 1870, c’est parce qu’elle participe, fondamentalement, d’une circulation des informations renvoyant à une approche nécessairement connectée et même transnationale du sujet. Car contrairement à ce que suggère la vulgate victimaire et identitaire, la Bretagne est bel et bien insérée dans le monde de l’Année terrible.

César Chabrun, député de la Mayenne, 1932. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Agence Rol / Wikicommons.

La Grande Guerre comme rupture ? A propos de César Chabrun

Fort stimulant éditorial que publie le député de Mayenne César Chabrun en première page de L’Ouest-Eclair le 17 juillet 1920. S’il acte la rupture politique que constitue la Révolution russe, il place la conflictualité qui en résulte dans la continuité directe de la séquence 1914-1918. Lui-même, d’ailleurs, incarne ce paradoxe rappelant que rupture et contre-rupture sont des notions indissociables : élu député en 1919, cet éminent juriste trouve là un autre moyen de servir son pays après avoir été gravement blessé à Virton, en août 1914.

Céline, poilu ordinaire ?

C’est à une lecture non pas littéraire mais historienne, centrée sur l’étude du fait militaire et guerrier, du roman Guerre de Louis-Ferdinand Céline que je souhaite me livrer ici. Non seulement ce type d’approche n’a pour l’heure pas été très prisée par les commentateurs mais le fait est que ce texte constitue en réalité une archive intéressante pour le domaine des war studies, et qui travaille également sur la Bretagne.

Lars Hellwinkel : le Frieser naval

Les Presses universitaires de Rennes viennent de proposer une traduction française de la thèse que L. Hellwinkel consacre, dans la langue de Goethe, à la base navale allemande de Brest pendant la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit d’une enquête importante et que l’on doit impérativement connaître tant ses apports à l’historiographie de la période 1940-1944 sont importants.

Arch. dép. Morbihan : N 134.

Les Conseils d’arrondissements du Morbihan en 1870

Très bien conservées dans le département du Morbihan, les archives des conseils d’arrondissement pour la période 1870-1871 posent à l’historien l’épineuse question de la politisation de cette assemblée et, plus généralement, des biais de perception inhérents à chaque terrain d’étude. Le regard du chercheur n’est-il en effet pas la cause première de bien des erreurs d’interprétation, persuadé que tout le réel se résume à ses interrogations ?

Léon Lescœur : histoire d’un patriotisme d’État ?

Le 5 août 1870 débute la correspondance entre Léon Lescoeur, haut fonctionnaire demeuré dans la capitale, et sa femme restée en province. Là est la première archive du corpus dont se sert Thibaut de Montbazet pour proposer une « histoire biographique » du siège de Paris.

Portrait de Mgr Jean-Marie Bécel figurant en l'église Saint-Pierre de Béignon (Morbihan), détail. Wikicommons.

Ultramontanisme et guerre de 1870 : réflexions morbihannaises

Si la guerre de 1870 est très largement franco-allemande, elle recèle également dans la botte italienne quelques développements d’une grande importance pour qui s’intéresse à la péninsule armoricaine. La question des états pontificaux est en effet à l’origine de dissensions dont l’historiographie a sans doute exagéré l’importance. C’est en tout cas ce que suggère l’exemple du Morbihan.

Apprendre de la guerre de Sécession avec V. Bernard

La guerre de Sécession que publie V. Bernard chez Passés Composés est un livre indispensable à plusieurs égards. D’abord parce qu’il concerne un conflit que l’on connaît finalement assez mal en France ; ensuite parce qu’il propose une réflexion des plus stimulantes sur le temps long du warfare, ce qui est malheureusement de plus en plus rare.

Toujours à propos du fait militaire en 1972

Se focaliser sur l’année 1972 permet de prendre la mesure de la distance toujours plus grande qui s’instaure entre le fait militaire et le reste de la société française, et pour ce qui nous intéresse ici bretonne. Gagnée par l’individualisme et acquise à la culture de la consommation, celle-ci est de plus en plus civile. Une mutation qu’illustre, dans un schéma parallèle, l’Eglise.

Vue de la bataille d'Orléans, lithographie par Kurz & Allison (fin XIXe siècle), détail. The Huntington Library, Art Museum, and Botanical Gardens Digital Library : priJLC_MIL_001283.

La fonction Conlie

La mémoire est l’outil politique du temps présent et le récit que la IIIe République donne de « l’Année terrible » est bien évidemment indissociable d’une critique radicale du Second Empire. Mais il est intéressant que, malgré des positions de plus antagoniques, l’Emsav tient à propos du camp de Conlie une rhétorique finalement assez parallèle, l’impératif étant de préserver à tout prix, et contre les évidences de l’Histoire, le peuple.

Le centenaire à l’heure du bilan

Dresser le bilan scientifique du centenaire de la Grande Guerre est une tâche aussi nécessaire que difficile, l’événement étant encore très proche de nous. L’ensemble des contributeurs de ce riche volume collectif dirigé par A. Weinrich et N. Patin s’en acquittent avec grand talent et nous livrent à cette occasion des réflexions sur la discipline qui, pour ne pas être totalement enthousiasmantes, sont éminemment instructives.

Gardes mobiles (1868), image d'Epinal (détail). Collection Musée de Bretagne : 2013.0000.120.

A la recherche de l’invisible vétéran : Léon Jamin

Bien que nul ou presque ne semble songer à le rappeler lors de son décès le 20 janvier 1920, l’ancien président du Conseil général de Loire-Inférieure et tout juste élu sénateur de Nantes Léon Jamin est aussi un vétéran de 1870. Officier au 29e régiment de mobiles du Maine-et-Loire, il mène une guerre qui, par bien des égards, dit la nature profonde de l’expérience combattante au cours de « l’Année terrible ».

La Loire à Nantes, carte postale (détail). Collections Musée de Bretagne : 993.0011.233.

Février 1918 : l’estuaire de la Loire au bord de la Révolution ?

Les grèves qui éclatent en février 1918 le long de l’embouchure de la Loire sont doublement intéressantes. Non seulement elles montrent la réalité de l’administration de l’économie de guerre en France, tout en soulignant les limites, mais elles invitent à théoriser, dans le sillage de J. Horne, un « long 1918 » où l’activité syndicale serait consubstantielle aux promesses de paix. Loin de la guerre sociale en quelque sorte.

Druides lors des fêtes celtiques organisées en juillet 1906 à Saint-Brieuc (détail). Musée de Bretagne : 993.0030.102.

1906 : les fêtes celtiques… et militaires de Saint-Brieuc

Les « fêtes celtiques » qui ont lieu à Saint-Brieuc les 22 et 23 juillet 1906 montrent le mécanisme des gigognes patriotiques dans la France de la Belle époque même si c’est là l’occasion d’une démonstration de druidisme, dans les jardins de la préfecture, de la part de l’Emsav. Une géographie qui, en définitive, pourra étonner mais révèle avant tout une défaite du mouvement breton, cette pratique étant en définitive incapable de sortir du registre du divertissement.

De l’incapacité de 1870 à dire le monde de 1920

La mémoire n’est pas que l’expression d’un souvenir traumatique. Elle est aussi un outil politique du temps présent, ce qui signifie qu’elle doit pouvoir s’insérer dans un répertoire d’action pour pouvoir être employée. Si le référent historique ne dit pas le moment d’alors, alors il n’est d’aucune utilité. C’est ce que rappelle la mémoire de la guerre de 1870 en 1920, alors que la France est vainqueure de la Grande Guerre.

A propos de l’antimilitarisme des Sârs et de la rougeole politique (1913)

La mort du poète surréaliste Jacques Vaché le 6 janvier 1919 à Nantes, d’une surdose d’opium, est régulièrement reliée au scandale provoqué en 1913 par la publication dans une groupusculaire revue estudiantine de deux articles coupables d’antimilitarisme. Mais ce qui apparaît pour beaucoup comme un acte fondateur doit être à mon avis nuancé et, surtout, remis dans le contexte des peurs du moment.