Un chantier à rouvrir : Châteaudun (18 octobre 1870)

Maître de conférences associé en droit social à l’Université Paris-Descartes, P.-H. Zaidman fait paraître chez L’Harmattan une histoire de la bataille de Châteaudun qui a tout pour susciter l’appétit du lecteur[1]. Haut fait d’armes de la guerre de 1870, celle-ci est aujourd’hui plus connue pour son halo mémoriel qu’autre chose et un retour aux sources, à la manière de la nouvelle histoire du fait guerrier qui se pratique depuis le tournant des années 2000, est une perspective qui ne peut que réjouir. Las, juriste, l’auteur n’est pas historien et c’est en réalité un récit « fifres et tambours » pour reprendre les termes de J. Keegan, en quelque sorte pré-Anatomie de la bataille, qui nous est livré[2]. Les citations ne sont pas sourcées et encore moins mise en perspective, ce qui n’est bien entendu pas sans poser certains problèmes quant à la scientificité de ce volume[3]. Si la déception est réelle, cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y a rien à retirer de ce petit livre dont une des qualités est de rappeler qu’il y a là, à l’évidence, un sujet qui mérite d’être sérieusement réexaminé.

L’ouvrage offre un utile panorama des forces en présence à la veille de la bataille, bataille qui intéressera tout particulièrement celles et ceux qui travaillent sur le fait militaire et guerrier en rapport avec la péninsule armoricaine du fait de la présence de francs-tireurs venus de Nantes. D’ailleurs, on profitera de l’occasion pour rappeler que leur sort ne diffère aucunement de ceux de Cannes, de Paris, ou de Vendôme : n’en déplaise aux bretonistes et aux chantres de Conlie, il n’y a là aucune singularité bretonne.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Ce volume signé par P.-H. Zaidman en vient presque malgré-lui à décrire le climat psychologique dans lequel se trouvent les troupes allemandes à la veille de la bataille, c’est-à-dire des unités très vraisemblablement fatiguées, même si on aurait aimé en apprendre plus à ce propos, et plus encore harcelées par des éléments pratiquant la « petite guerre » et générant de facto sur le théâtre des opérations une « insécurité permanente » avant l’heure, pour faire référence à la doctrine éponyme. Aussi n’est-il finalement pas étonnant de lire sous la plume de l’auteur que « le prince Albrecht décide qu’il est temps d’en finir avec cette poche de résistance et de faire un exemple » (p. 34) : cela ne justifie bien entendu pas mais explique Châteaudun. D’ailleurs, le 15 octobre 1870, ordre est donné au général-major Ludwig von Wittich (voir biographie en annexe p. 262) de réprimer ces conduites : « Les localités dans lesquelles les civils ont pris part au combat doivent être punies par des contributions et éventuellement par l’incendie » (p. 90).

Du point de vue des combats, l’impression globale donnée par le volume est assurément floue, presqu’évanescente, ce qui par bien des égards peut s’expliquer par des lignes de front assez faiblement établies et mouvantes, que les acteurs peuvent par ailleurs traverser (p. 63). Certes, là est le propre de toute bataille, puisque la réalité du théâtre des opérations échappe par définition à l’historien qui, prisonnier de ses sources, est finalement réduit à n’étudier que des discours sur le combat, pas le combat en lui-même[4]. Mais le fait qu’à Châteaudun, « les commandants d’unité doivent se débrouiller eux même au gré de leurs propres inspirations » (p. 67). Si cette réalité est sans doute sensiblement différente suivant qu’on se place du côté français ou allemand, il n’en demeure pas moins qu’elle est bien retranscrite par l’auteur. D’ailleurs, le bruit est tel que lorsqu’il est ordonné dans la soirée du 18 octobre 1870, le signal de retraite n’est pas entendu par tout le monde ; c’est ce qui explique que 300 francs-tireurs environ de Paris, Nantes et Cannes, ainsi que des gardes nationaux, prolongent la lutte (p. 123), accentuant de fait la désorganisation des opérations.

En ce qui concerne le warfare, on ne peut qu’être frappé par l’intensité très relative qui transparaît de ces pages. Car de quoi s’agit-il au juste ? De barricades érigées par les défenseurs de Châteaudun en quelques heures et plus ou moins âprement défendues sous un bombardement d’une précision, là encore relative (p. 113). Le bilan dressé après la bataille par le capitaine des sapeurs-pompiers est à cet égard éloquent : 8 bâtiments incendiés par des obus, 30 maisons adjacentes détruites par le feu, 197 autres « brûlées par la main des soldats y compris après l’occupation de la ville » (p. 132). Certes, ces chiffres sont conséquents. Mais ils disent aussi la relative inefficacité de l’artillerie allemande.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

À aucun moment dans le livre il n’est question de manœuvre ou de charges des troupes françaises. Et comment aurait-il pu en être autrement ? Les francs-tireurs de Cannes ne disposent que de trois semaines d’instruction – trois semaines que l’on sait du reste fort occupées par d’autres considérations, à commencer par la voyage jusqu’à Châteaudun – avant de participer à la bataille (p. 72). Quant à la centaine (p. 73 et 161) de francs-tireurs de Nantes, ils ne sont à peine mieux lotis avec un mois sous l’uniforme avant d’arriver en Eure-et-Loir le 16 octobre 1870 (p. 74). Si les francs-tireurs de Paris assurent le maintien de l’ordre le 4 septembre 1870 « après la proclamation de la République en faisant le piquet à la préfecture de Police, aux ministères de l’Intérieur et de la Guerre, aux Archives et au Mont-de-Piété » (p. 79), il n’en demeure pas moins que le 18 octobre est leur baptême du feu. La garde nationale de Châteaudun, elle, est crée par un arrêté municipal datant du 10 août 1870 et se compose d’environ 350 hommes, dont la moitié seulement est équipé de fusils à piston (p. 77). Le contraste avec les unités allemandes, non seulement instruites mais expérimentées, est flagrant et le rapport de forces éminemment défavorable aux Français (p. 91). Ceux-ci ont beau livrer, à en croire P.-H. Zaidman, une « défense solide », force est néanmoins de constater qu’elle est beaucoup moins difficile à mettre en œuvre qu’un mouvement offensif, ce que prouvent d’ailleurs les tentatives allemandes initiées ce jour-là (p. 116-118 notamment). Et l’on passera sur le fait que la bataille, et donc la « défense solide », dure à peine quelques heures, ce qui aurait sans doute mérité d’être mis en perspective.

À n’en pas douter, il y avait moyen d’aller plus loin, notamment en ce qui concerne les « fausses nouvelles » dont l’auteur, qui manifestement n’a pas lu Marc Bloch, nous dit qu’elles « affolent la population » dès le 28 septembre (p. 16)[5]. Plus tard, au cours du mois d’octobre, il est question de paniques (p. 44-45 notamment), éléments pouvant être déterminants pour comprendre cette scène de violence. Mais malheureusement le lecteur reste en ce qui concerne ce point sur sa faim. Du point de vue du combat, intéressantes sont les pertes équines mentionnées çà et là (p. 25, 131), chiffres qui rappellent combien les armées d’alors sont dépendantes des chevaux (p. 35). De même, outre qu’il n’y a aucune considération dans ce volume pour l’environnement psychologique des acteurs de la bataille, ce qui on l’a vu aurait pu être profitable, force est de constater que l’auteur ne dit rien du climat d’alors, pourtant rigoureux en Beauce et en cette automne 1870, ni du ravitaillement des troupes. L’alcool, dont on sait pourtant qu’il est un acteur essentiel de la violence de guerre, n’est évoqué qu’à la portion congrue (p. 171).

P.-H. Zaidman explique « que la situation à Châteaudun est très vite connue » (p. 177), réalité qui renvoie au système de communications – notamment par télégraphe – qui, déjà, quadrille l’espace. Vu de la péninsule armoricaine, l’Eure-et-Loir n’est pas la Corée et les journaux publiés en Bretagne rendent très vite compte de ce faire d’armes. Le Phare de la Loire en est un bon exemple, même si le prisme nantais joue sans doute ici un peu. Toujours est-il que, là encore, il n’y a pas matière à supposer une quelconque spécificité bretonne pouvant fonder un discours victimaire qui, répétons-le, n’a pas lieu d’être[6].

Occurrences du terme "Châteaudun" dans différents quotidiens publiés entre juin 1870 et juin 1872.
Occurrences du terme “Châteaudun” dans différents quotidiens publiés entre juin 1870 et juin 1872.

Mais l’analyse ne peut se satisfaire d’une telle lecture distante. C’est au prisme de la culture de guerre, notion comprise comme grille de lecture du réel en cours, que doivent être examinés ces occurrences[7]. Tout particulièrement, comment la description de ces événements s’insère dans une rhétorique de la dénonciation de l’ennemi et, tout particulièrement de sa brutalité, pour ne pas dire de sa « barbarie » ? En d’autres termes, en quoi la bataille de Châteaudun participe-t-elle de l’infusion de ce qui se révèlera constituer la protoculture de la Première Guerre mondiale, autrement dit le système de représentations par lequel les Français basculent dans le conflit lors de l’été 1914 ?[8] Le 27 octobre 1870, Napoléon La Cécilia, capitaine commandant la 7e compagnie du 1er bataillon de francs-tireurs de Paris, écrit par exemple au sous-préfet de Nogent-le-Rotrou : « Nous ne faisons pas de grandes phrases comme le général allemand, nous ne vantons pas la grandeur et la générosité de nos soldats envers les prisonniers, bien traiter un ennemi vaincu nous semble simplement naturel » (p. 28).

De même, il y aurait sans doute à interroger la facilité avec laquelle s’ancre ce récit de la bataille de Châteaudun, relation éminemment victimaire qui doit être appréhendée du point de vue de sa fonction. Car dans l’ouvrage de P.-H. Zaidman, nombreux sont les indices suggérant une discordance entre histoire et mémoire, les acteurs agissant en fonction d’intérêts bien compris qui ne sont pas nécessairement ceux de la défense « à outrance » de la Nation agressée. C’est donc de consentement patriotique et de logiques de détotalisation du conflit dont il est aussi question à Châteaudun en ce mois d’octobre 1870[9]. Ainsi cette lettre expliquant que, « comme à Vendôme on est peu disposé à se défendre et que si l’ennemi arrive on fera comme à Rambouillet où le maire, les conseillers municipaux et la garde nationale se réunirent sur la place et demandèrent à ce que la garde nationale conserve ses armes pour la défense de l’ordre s’engageant d’honneur à ne pas s’en servir contre les Prussiens » (p. 16).

Il aurait par ailleurs été intéressant de mettre ces propos en relation avec la quantité importante de troupes (ce fait est notamment souligné p. 18) de corps non seulement différents mais bien souvent concurrents (p. 33, 54, 60, 83, 171, 183) qui stationnent dans la sous-préfecture d’Eure-et-Loir et qui, comme il est d’usage, se ravitaillent « sur l’habitant ». Non seulement ces prélèvements obligatoires semblent être de nature à influencer l’attitude des civils mais les mésententes entre unités permettent aussi de comprendre pourquoi le récit victimaire s’impose aussi rapidement : cultiver le culte de la ville martyre, c’est aussi mettre ce qui gène sous le tapis et, en l’occurrence, le manque flagrant de cohésion des autorités civiles et militaires françaises. Cela serait donc insister sur les divisions, celles-ci étant par ailleurs ravivées par la mémoire de la Commune de Paris.

 Alors que dans la nuit du 12 au 13 octobre 1870, le conseil municipal de Châteaudun vote l’ouverture de la cité, suivi par le sous-préfet pour « ne pas exposer la ville au pillage et à l’incendie », le conte Ernest de Lipowski « commandant supérieur » des francs-tireurs de Paris – élu (à une voix près !) à la mi-septembre 1870 (p. 80) – entend pour sa part « défendre Châteaudun jusqu’à la dernière extrémité » (p. 45). Non seulement la conduite des autorités de la République tout juste proclamée n’est pas nécessairement conforme au mythe de la poursuite « à outrance » de la guerre par Marianne mais le fait que c’est un aristocrate d’origine polonaise, saint-cyrien au parcours trouble et qui servira un temps à l’Armée de Bretagne puis plus tard au sein de celle du Tsar, qui poursuit la lutte (p. 216). P.-H. Zaidman écrit pourtant, et il n’y a visiblement pas lieu de mettre en doute ce qu’il avance, que (p. 60) :

« On n’a pas retrouvé d’ordre ou d’instruction chargeant de Lipowski de la mission d’organiser la défense Châteaudun. Il semble par conséquent que ce soit de sa propre initiative qu’il prescrit les travaux non sans opposition de la municipalité et du sous-préfet, et ordonne les réquisition nécessaires pour leur exécution. »

Certes, le 13 octobre à midi, le conseil municipal de Châteaudun « se ressaisit et informe la population qu’il envoie l’ordre de ramener de suite les armes de la garde nationale évacuées à trois kilomètres d’Authon » (p. 52). Mais il n’en demeure pas moins que ces errements interrogent l’épaisseur du consentement patriotique généralement admis par l’historiographie : sans le nier, il n’est à l’évidence pas aussi acquis, intériorisé, automatique que cela[10]. Sans doute y aurait-il eu donc matière à de plus amples développements. On aurait ainsi aimé en savoir plus à propos de ces 33 sapeurs-pompiers de Châteaudun qui refusent de prendre les armes (p. 78) : quelles sont leurs motivations exactes ? Comment expliquer un tel comportement ? Et quid des 32 000 francs levés en espèces par le conseil municipal pour régler l’amende imposée par les Allemands, somme réunie « contre un intérêt de 5% » (p. 133) ? N’y avait-il pas là l’opportunité d’un fructueux croisement avec l’historiographie de la Grande Guerre, qu’il s’agisse des travaux de J. Horne ou ceux de P. Salson ?[11]

Ajoutons enfin, pour être complet, que les choix stratégiques des défenseurs de Châteaudun n’apparaissent, après coup, pas toujours très judicieux. Il en est ainsi de cette curieuse décision de ne pas occuper en grand nombre la gare (p. 107), ce qui bien entendu expose un lieu pourtant essentiel pour le repli des troupes. Bref, là ne sont que quelques raisons, qu’il aurait été agréable de voir développées et approfondies, qui peuvent expliquer le succès avec lequel la mémoire victimaire et le martyrologue de Châteaudun s’imposent. Intéressant est à cet égard le Journal de Vannes qui, s’il n’évoque pas la bataille en 1870, rend en revanche compte en détail de la proposition de loi déposée en mai 1871 à l’Assemblée nationale « portant allocation d’un secours provisoire à la ville »[12].

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 990.0183.24. Si à Nantes, la dénomination « rue de Châteaudun » renvoie aussi à une mémoire locale, et donc à un récit plus héroïsant du fait de la présence des francs-tireurs levés à partir de cette ville, tel n'est pas le cas à Rennes. Cette voie est en effet dénommée en 1877, en même temps que les boulevards de Metz et de Strasbourg qui formaient l’ancien « boulevard de l’Est ». À chaque fois est adjointe sur la plaque la mention « ville assiégée en 1870 » qui, malgré son apparente neutralité, ne doit pas tromper quant à son sens profond.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 990.0183.24. Si à Nantes, la dénomination « rue de Châteaudun » renvoie aussi à une mémoire locale, et donc à un récit plus héroïsant du fait de la présence des francs-tireurs levés à partir de cette ville, tel n’est pas le cas à Rennes. Cette voie est en effet dénommée en 1877, en même temps que les boulevards de Metz et de Strasbourg qui formaient l’ancien « boulevard de l’Est ». À chaque fois est adjointe sur la plaque la mention « ville assiégée en 1870 » qui, malgré son apparente neutralité, ne doit pas tromper quant à son sens profond.

Manquant très cruellement de cartes dignes de ce nom, cet ouvrage est, on l’a vu, éminemment perfectible et, pour tout dire, ne correspond en rien aux canons actuels de l’histoire militaire et du fait guerrier. Il n’en demeure pas moins que ce livre rendra de précieux services à qui s’intéresse à la guerre de 1870, ne serait-ce parce que, presque malgré-lui, il fait surgir maints questionnements. Signalons aussi le fait que le volume comporte de nombreuses listes de noms répertoriant les morts, les blessés et les prisonniers, soit autant d’informations que les prosopographes ne manqueront pas d’apprécier. C’est ainsi par exemple qu’on retrouve grâce à ce petit volume la trace d’un certain Edouard Pelicot, né le 25 octobre 1837 à Nantes, attaché à la cantine des francs-tireurs de Paris et ancien enfant de troupe du 47e régiment d’infanterie de ligne… une unité qui n’est pas sans laisser insensible l’auteur des présentes lignes ![13]


[1] Zeidman, Pierre-Henri, Le Combat de Châteaudun 18 octobre 1870, Paris, L’Harmattan, 2023. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Keegan, John, The face of the battle, A study of Agincourt, Waterloo and the Somme, London, Random house, 2012.

[3] Voir par exemple Dirou, Armel, « Les francs-tireurs pendant la guerre de 1870-1871 », Stratégique, n°93-94-95-96, 2009, p. 279-317 qui rappelle à propos des francs-tireurs que les « sources sont marquées par un souci récurrent d’autocélébration, d’autojustification et de polémique (personnelle, institutionnelle ou idéologique) ».

[4] Lire à ce propos la démonstration très convaincante de Ribeiro S. C. Thomaz, Julia, « The Argonauts of the Western Front – Poets as Ethnographers of the Culture de Guerre in the First World War », Journal of War & Culture Studies, 2023, p. 1-20.

[5] Bloch, Marc, « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre », Revue de synthèse historique, T.33, n°7, 1921. p. 13-86.

[6] Pour une démonstration récente, consulter par exemple Lagadec, Yann, « Arthur de La Borderie, Conlie et la Bretagne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°128-4, 2021, p. 139-158.

[7] Horne, John et Kramer, Allan, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 317. Cabanes, Bruno « Une histoire de la guerre », in Cabanes, Bruno (dir.), Dodman, Thomas, Mazurel, Hervé et Tempest, Gene (coord.), Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2018, p. 10 reprend la notion en la définissant comme le système de représentation donnant leur sens profond aux conflits.

[8] Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Eriger 1870 en fondement d’une protoculture de la Première Guerre mondiale : l’exemple breton », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°4, été 2014, en ligne.

[9] Audoin-Rouzeau, Stéphane, 1870. La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989 ; Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[10] Dirou, Armel, « Les francs-tireurs… », art. cit., p. 282 explique : « L’appel de Gambetta fut diversement reçu. Le Nord et l’Est de la France, touchés au premier chef par l’invasion, fournirent nombreux groupes de francs-tireurs : Éclaireurs des Ardennes, Chasseurs de l’Argonne, Montagnards de Revin, Corps franc des Vosges… À l’inverse, les préfets de Bourgogne, du Jura, des Cévennes, de la Lozère ou des Pyrénées avouèrent initialement que les paysans semblaient indifférents au péril, celui de Nantes allant jusqu’à dire qu’ils préféreraient être Prussiens que soldats français ! » Mais ceci n’empêche pas, on le voit, la mobilisation d’une centaine de francs-tireurs à Nantes. Voir également ce que dit cet article, p. 292, à propos de la reddition de la ville de Chartres.

[11] Horne, John, « Accepter la guerre. Les Mobilisations de la bienfaisance et de l’épargne en France, 1914-1918 », in Beaupre, Nicolas, Jones, Heather et Rasmussen, Anne, Dans la guerre 1914-1918. Accepter, endurer, refuser, Paris, Les Belles lettres, 2015, p. 81-103 ; Salson, Philippe, L’Aisne occupée. Les civils dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[12] « Annexe n°232 », Journal de Vannes, 9e année, n°27, 17 juin 1871, p. 3.

[13] Je me permets à ce propos de renvoyer à la version publiée de ma thèse : Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 4 mai). Un chantier à rouvrir : Châteaudun (18 octobre 1870). Ar Brezel. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.