Aux sources de ceux du Buhara

Précieux, le volume que publie I. Delabruyère-Neuschwander l’est à bien des égards[1]. Enquête menée par une fille de déporté-résistant sur le destin de son père pendant la Seconde Guerre mondiale, ce livre est aussi le fruit du travail d’une grande archiviste disposant d’une très vaste connaissance des fonds disponibles. Ce faisant, proposant un récit d’autant plus efficace qu’il est aussi écrit à la première personne, cet ouvrage réussit le tour de force de pouvoir contenter un très large public ; à savoir tant les familles désireuses de partir à la recherche d’un aïeul ayant eu un parcours similaire pendant la séquence 1940-1945 que les historiens les plus chevronnés. En effet, au fil de ces pages richement illustrées, c’est avant tout d’une remarquable sortie de source dont il s’agit : un exercice éminemment utile et mené ici avec brio.

L’histoire dont il est question dans cet ouvrage est celle d’un jeune homme, Louis Delabruyère, qui avec un groupe d’amis, dont bon nombre d’aspirants pilotes, décident en février 1941 de quitter la France occupée pour rejoindre l’Angleterre et poursuivre le combat : une épopée qui malheureusement échoue et se conclut de manières diversement dramatiques, entre poteau d’exécution et déportation dans un bagne nazi. Ce terrible destin, I. Delabruyère-Neuschwander en rend compte à la fois de façon très personnelle – elle offre à cet égard une source qui intéressera grandement celles et ceux travaillant sur les questions de mémoire – et éminemment distanciée, grâce à un recours non seulement systématique mais savant aux archives : archives de fonds publics en France et à l’étranger mais également archives privées et complètement inédites. C’est d’ailleurs un des indéniables points fort de ce livre, la manière dont l’auteur dévoile son enquête et la façon dont elle tire les fils les uns après les autres (p. 212) pour reconstituer la trame du destin de son père et de ses compagnons d’infortune.

C'est dans la baie de la Fresnaye, en février 1941, que l'odyssée de ceux du Buhara débute. Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 982.0020.91.
C’est dans la baie de la Fresnaye, en février 1941, que l’odyssée de ceux du Buhara débute. Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 982.0020.91.

Au-delà de cette dimension très technicienne de la recherche historique, comme une sorte de manuel qui rendra à n’en pas douter de nombreux services à bien des lecteurs, le livre d’I. Delabruyère-Neuschwander servira à coup sûr l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale en ce qu’il retrace un parcours renvoyant à plusieurs aspects encore méconnus de ce conflit. Il y a tout d’abord cette épopée prématurément interrompue dans la Manche du Buhara, bon exemple de ces engagements très précoces en Résistance dont on ne sait finalement aujourd’hui que trop peu de choses. Cette question est d’ailleurs l’objet de plusieurs initiatives récentes ou à venir. Citons ainsi en décembre 2022 le colloque de Caen sur la Résistance pionnière au prisme des archives de la répression. En novembre 2023, un autre colloque interrogera à Compiègne les premières tentatives de contact entre France libre et Résistance intérieure, en métropole. L’une des grandes difficultés que pose l’histoire de l’armée des ombres est que celle-ci, étant nécessairement clandestine, ne laisse à disposition que peu d’archives. Et cela est encore plus vrai lors des premiers mois de l’occupation, ce « temps des bricolages héroïques »[2] où l’on cherche le plus souvent à « faire quelque chose » avant de Résister, cette idée relevant alors d’une réalité pas nécessairement nettement conceptualisée. D’où l’intérêt des enquêtes orales et du recueil de témoignage très utilement mené par I. Delabruyère-Neuschwander. C’est dire donc si cet ouvrage servira à l’élaboration en cours de cette historiographie des premiers engagements résistants, étude qui de par la distance séparant la péninsule armoricaine de l’Angleterre intéresse très largement la Bretagne[3].

Il en est d’ailleurs de même à propos du volet déportation de l’ouvrage. Les paroles de Louis Delabruyère sont d’autant plus précieuses qu’il est déporté à Remscheid-Lüttringhausen, catégorie de bagne encore mal connue (p. 8, 11 et 131 notamment) et rappelant toute la complexité de l’hydre gigantesque qu’est le système concentrationnaire nazi. Car les Zuchthaus, sous l’apparence de classiques prisons, et au sein desquelles on trouve d’ailleurs des détenus de droit commun, relèvent bel et bien de la répression de la Résistance par le Reich. Ces bagnes diffèrent toutefois des Strafgefängnis (pénitenciers) par un plus haut niveau de sécurité. Y sont internés des individus « considérés comme dangereux et condamnés aux peines les plus lourdes » (p. 132). Mais il n’en demeure pas moins que les taux de mortalité y sont nettement inférieurs à ceux des camps de concentration (p. 203). D’ailleurs, peut-on parler à leur propos d’élimination ? Sans doute si on en juge par les 15% de personnes déportées par mesure de répression de France et décédées dans une prison du Reich (p. 204). Mais il n’en demeure pas qu’il y a là un aspect de l’horreur nazie qui mériterait assurément de plus amples investigations.

Zuchthaus de Bruchsal, dans le Bade-Wurtemberg. Collection particulière.
Zuchthaus de Bruchsal, dans le Bade-Wurtemberg. Collection particulière.

Basé sur un corpus impressionnant de sources privées venant enrichir le témoignage de Louis Delabruyère, cet ouvrage éclaire par certains aspects les logiques de répression – on prend ainsi pleinement la mesure du facteur aggravant qu’a pu constituer aux yeux des autorités allemandes la qualité de pilote ou d’élève-pilote d’une partie de ces jeunes gens (p. 111 notamment) – et les tentatives d’infléchissement de cette dernière qui ont pu être déployées dans les milieux plus ou moins proches de Vichy. C’est ainsi que l’abbé Félix Trochu, célèbre fondateur de L’Ouest-Éclair, est sollicité à l’hiver 1941 par la famille de Pierre Blangy, un des membres de l’équipage du Buhara, pour interférer auprès des autorités allemandes et sauver la vie de ces jeunes gens. Or si cette intention est éminemment louable, les arguments déployés à cette occasion ne sont pas complètement anodins (p. 102-103) :

« Voici un moyen de rendre service de tout premier ordre à une famille influente de Saint-Malo, de faire rayonner nos idées et de contrecarrer l’influence de la radio anglaise […]. Une condamnation à mort ne servirait qu’à augmenter l’animosité radio des Weiscopy et Schuman, tandis qu’un acte de clémence produirait, sans aucun doute, l’effet contraire. J’obtiendrai de L’Ouest-Éclair que ce témoignage d’humanité soit publié et connu. Nous aurions ainsi contribué à faciliter un rapprochement entre les soldats d’occupation et la population… »

Si l’histoire des quarante premières années de L’Ouest-Éclair est aujourd’hui bien connue, celle-ci reste encore à écrire en ce qui concerne la Seconde Guerre mondiale[4]. Gageons que ces quelques lignes rédigées par l’abbé Trochu constitueront une pièce utile à rajouter à ce volumineux dossier où l’on retrouve, subrepticement, la trace d’Ernest Lelandais, amant de la sœur de Pierre Blangy et membre du Parti national breton.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En définitive, si le livre que propose I. Delabruyère-Neuschwander est assurément l’aboutissement d’une longue – et douloureuse – enquête, il servira aussi, à n’en pas douter, de point de départ pour d’autres questionnements. Citons-en qu’un, uniquement à titre d’exemple. L’autrice montre bien, en s’appuyant notamment sur les remarquables travaux de l’historien T. Fontaine, combien la chronologie est chose essentielle pour comprendre la survie de Louis Delabruyère et de la majeure partie de ses camarades à Remscheid-Lüttringhausen (p. 135 et suivantes notamment). Pour autant, sans doute y aurait-il eu moyen, notamment à la lumière des récents travaux de C. Andrieu, d’interroger la vive hostilité des Allemands à leur égard : qu’il s’agisse bien entendu d’un certain nombre de gardiens – même si des exceptions ont pu exister, ce que montre du reste bien l’ouvrage (p. 147 par exemple) – ou de la foule plus anonyme, globale, et donc moins nazifiée serait-on tenté – maladroitement du reste – d’écrire que les hommes du Buhara croisent en gare de Cologne (p. 128)[5]. En effet, leur statut de pilote, ou d’élève-pilote, ne les place-t-ils pas, d’une certaine façon, aux yeux des Allemands, dans la même catégorie que les aviateurs abattus sur le territoire du Reich et dont on sait par ailleurs qu’ils sont victimes de nombreux lynchages ? N’y a-t-il pas un parallèle à faire entre leur logique, interrompue par l’arrestation puis la déportation, de carrière, engagement notamment structuré par la vocation aérienne, et les bombardements qui frappent l’Allemagne et même les environs immédiats de ce Zuchthaus ?[6] C’est dire s’il y a là un volume précieux dont on ne saurait trop conseiller la lecture.


[1] Delabruyère-Neuschwander, Isabelle, L’Aventure du Buhara. Résistance et déportation – 1940-1945, Bayeux, OREP Editons, 2023. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Azema, Jean-Pierre, « Des résistances à la Résistance », in Azema, Jean-Pierre et Bedarida, François (dir.), La France des années noires. T2 : De l’occupation à la Libération, Paris, 2000, p. 277.

[3] Sur ce point, voir notamment la mise au point de Muracciole, Jean-François, Les Français libres. L’autre Résistance, Paris, Tallandier, 2009.

[4] Lagree, Michel, Harismendy, Patrick, Denis, Michel (dir.), L’Ouest-Eclair. Naissance et essor d’un grand quotidien régional, 1899-1939, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000.

[5] Andrieu, Claire, Tombés du ciel. Le Sort des pilotes abattus en Europe 1939-1945, Paris, Tallandier, 2021.

[6] Le Gall, Erwan, « L’engagement des Français libres : une mise en perspective » in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Pour une histoire de la France libre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012., p. 29-47.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 26 avril). Aux sources de ceux du Buhara. Ar Brezel. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.