Après le bombardement du 17 juin 1940, un obus posé sur les rails. Musée de Bretagne: 2008.0020.22.

De la réception transnationale du bombardement du 17 juin 1940

Le développement des plateformes permettant de consulter en ligne des archives ouvre considérablement le champ des possibles pour l’historien. Evènement bien connu, le bombardement qui frappe le 17 juin 1940 la ville de Rennes en est un bon exemple : trois stukas frappent un wagon de munitions arrêté à proximité d’un train de soldat fuyant l’avancée allemande, parmi lesquels de nombreux Britanniques[1].

Quoi que bombardement en France le plus meurtrier de toute l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, cet événement est habituellement cantonné à une curiosité locale, support d’un discours victimaire permettant d’insérer la ville dans une rhétorique du « nous aussi nous avons beaucoup souffert ». Non pas que ce discours soit illégitime, bien au contraire. Cependant, il est bien évident qu’une telle rhétorique relève plus du postulat moral que de la démarche historienne. Or c’est bien dans cette dernière, et uniquement cette dernière, que nous entendons nous inscrire. Et c’est précisément là qu’intervient le numérique en permettant, en quelques clics, d’essayer de mesurer l’impact de ce drame en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis grâce aux collections numérisées de la presse d’alors. En d’autres termes, c’est moins de l’histoire du bombardement dont il s’agit ici que de sa réception – transnationale – ou non.

En Grande-Bretagne, c’est vraisemblablement au début du mois de juillet 1940 que l’information est diffusée. Reprenant un dépêche de l’agence Havas – dépêche provenant ironiquement de Vichy – l’édition du 11 juillet 1940 du Dundeee Evening Telegraph annonce, en page 6 : « German bombers killed 4200 people in a two-and-a-half hour raid on the French town of Rennes on June 5 (sic) ». Et d’ajouter que la recherche des victimes continuait. Là n’est pas un cas unique et, le 11 juillet 1940, on retrouve trace de cette dépêche dans les colonnes du Birmingham Mail, du Nottingham Evening Post du Belfast Telegraph ou encore du Shield Daily News. Le lendemain, c’est le Derry Journal qui relaie la même information.

En gare de Rennes, après le bombardement du 17 juin 1940. Musée de Bretagne: 2008.0020.11.
En gare de Rennes, après le bombardement du 17 juin 1940. Musée de Bretagne: 2008.0020.11.

Le discours émanant de ces dépêches est doublement intéressant, par ce qu’elles disent mais aussi ce qu’elles éludent. En effet, on notera l’insistance avec laquelle est rappelée l’origine allemande de ce raid : en juillet 1940, alors que la Grande-Bretagne est seule, la France libre ne constituant alors qu’un embryon de force alliée, il y a là assurément un moyen d’entretenir le « fighting spirit » de l’opinion britannique. D’ailleurs, la nationalité des victimes du raid, et notamment le nombre important de Tommies qui refluaient sous l’avancée allemandes, est savamment passé sous silence. En d’autres termes, dès le mois de juillet 1940, la publicité accordée aux bombardements et la dénonciation du nombre des victimes imputable aux opérations de l’ennemi répond déjà à des règles bien établies, celle d’une information érigée en arme de guerre.

En revanche, il serait sans doute hâtif d’attribuer la durée de l’opération – un bombardement de 2 heures 30 sans commune mesure avec la réalité des frappes opérées par ces trois stukas – à une volonté de la presse britannique d’enjoliver les faits. C’est semble-t-il l’agence Havas, peut-être sur la base de certaines de ces « fausses nouvelles » si fréquentes en temps de guerre, qui est à l’origine de cette information erronée[2]. Aux Etats-Unis, neutralité oblige, la situation est largement différente. La fonction de mobilisation patriotique en faveur de l’effort de guerre est, pour l’heure, inutile, et le bombardement du 17 juin n’est, d’après les recherches que l’on peut mener sur le site Chronicling America, pas mentionné par la presse américaine. En juin 1940, si la ville de Rennes est évoquée par le Evening Star, journal publié à Wasington D.C., c’est pour rendre compte de l’avancée allemande et parce que le chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine est un « important railroad center ». A l’évidence, la nouvelle – à considérer qu’elle soit connue – est noyée dans le flot de l’actualité du moment, il est vrai particulièrement riche.


[1] Pour une mise en perspective de ce drame qui, pour l’heure, n’a semble-t-il inspiré aucun historien, se reporter à Knapp, Andrew, Les Français sous les bombes alliées 1940-1945, Paris, Tallandier, 2012.

[2] Sur cette question qui mériterait de bien plus amples investigations, on pourra consulter Maignen, Etienne, Rennes pendant la guerre. Chroniques de 1939 à 1945, Rennes, Editions Ouest-France, 2013, p. 33.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.