Correspondance des Armées de la République (détail). Collections Musée de Bretagne : 982.0001.30.

Perpétuer les liens hiérarchiques au-delà des tranchées

Ce sont deux cartes postales égarées dans un fonds d’archives pas nécessairement destiné à les conserver[1]. Deux « Correspondances des Armées de la République » datant, la première de septembre, la seconde de novembre 1915, et qui ont dû paraître à l’essentiel des lecteurs ayant commandé ce carton bien insignifiantes. Tous deux adressés au préfet du Morbihan d’alors, Alfred Roth, ces deux brefs courriers sont pourtant d’un grand intérêt pour qui s’intéresse aux liens entre expérience combattante et rapport au travail. Dans le cadre de ma thèse de doctorat, j’ai montré combien l’idée d’un « métier militaire », métier dicté par l’impératif de la défense en armes de la patrie, permet de renouveler les grilles de lectures relatives à l’endurance des sociétés en guerre en ajoutant au répertoire d’analyse un niveau supplémentaire de compréhension[2]. Mais ici, c’est d’une autre facette de la culture professionnelle des combattants dont il s’agit, celle qui relie les poilus à leur métier et leur environnement professionnel du temps de paix.

Le premier de ces courriers émane du lieutenant de Bailly commandant la 6/403e RI, une unité créée au printemps 1915 au camp de Mailly[3] :

« Aux armées le 9 novembre 1915

Monsieur le Préfet,

Je me permets de vous envoyer de ma tranchée mon respectueux souvenir. Je vous écris cette carte au milieu d’une canonnade incessante. Cela me rappelle que très vaguement la tranquillité dorée de la lande en Automne, mais on se fait à tout assez rapidement. Je vous remercie encore de la lettre que vous m’avez adressée.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’assurance de mon dévouement.

R. de Bailly. »

Du fait de son patronyme assez répandu, il n’est pas évident d’identifier ce lieutenant de Bailly. Tant la base des morts pour la France de Mémoire des hommes que le Grand Mémorial se révèlent inutiles à ce propos, pas plus que Léonore en ce qui concerne les titulaires de la Légion d’honneur. De même, la reconnaissance optique de caractères appliquée à la presse mise en ligne sur le site des Archives départementales du Morbihan se révèle incapable de délivrer la moindre piste.

A Soissons, place Dauphine, le drapeau du 403e RI lors d'une prise d'armes (8 février 1916). La Contemporaine: VAL 001/169.
A Soissons, place Dauphine, le drapeau du 403e RI lors d’une prise d’armes (8 février 1916). La Contemporaine: VAL 001/169.

Pour autant, le fait que cet officier se désigne comme commandant la 6/403e RI laisse entendre que l’unité a été sérieusement éprouvée et peine, dans une certaine mesure, à renouveler ses cadres. En effet, au moment de sa formation, c’est aux ordres d’un capitaine, en l’occurrence un certain capitaine Page, que se trouve cette compagnie[4]. Sans doute faut-il voir là la conséquence de l’offensive du 25 septembre 1915 qui, pour ce régiment, se solde par un bilan très lourd : 130 tués, 280 disparus et 390 blessés[5]. Mais parmi les officiers répertoriés à cette occasion par le journal des marches et des opérations du 403e RI, nulle trace du capitaine Page. Ni du lieutenant de Bailly d’ailleurs : si le JMO de ce régiment comporte de nombreuses et très précises cartes, il ne donne malheureusement aucun ordre de bataille. Toutefois, il ne fait pas de doute que ce commandement de compagne qui lui échoie doit aussi être appréhendé à la manière d’une opportunité qui se présente à lui, dans cette nouvelle carrière imposée par la guerre. Mais, au juste, est-elle si différente ? Travailler en cabinet de préfecture ne s’apparente-t-il pas au service de l’État, de la France ? N’y a-t-il pas une passerelle, là, à dessiner ? Malheureusement, les sources manquent pour étayer cette hypothèse.

L’auteur de la seconde carte dont il est question dans ce billet est en revanche beaucoup plus simple à identifier : François Davalan, né le 29 avril 1896 à Paris, dans le XIVe arrondissement, déclarant lors de son passage devant le Conseil de révision être « employé de préfecture », mention ultérieurement rayée pour celle de « Chef du bureau militaire de la préfecture du Morbihan », et récupéré en décembre 1914 après avoir été exempté en 1908 pour faiblesse. Classé service armé, il est d’abord affecté au 148e RI puis est transféré le 19 juin 1915 au 65e RI de Nantes. C’est le 4 septembre 1915 qu’il écrit à son patron, le préfet Alfred Roth, quelques semaines donc avant d’être nommé caporal-fourrier[6] :

« 4 septembre 1915,

De son gourbi, dans une tranchée de 3e ligne, le soussigné à l’honneur d’adresser à Monsieur le Préfet du Morbihan l’hommage de son respectueux dévouement.

F. Davalan

Rédacteur à la 1e Division. »

Comment recevoir ces deux courriers ? Sans doute y a-t-il là de la part de ces deux individus une certaine part de calcul : en écrivant ainsi à leur supérieur hiérarchique, peut-être cherchent-ils à rester « en cour » et à entretenir une relation sociale qui « pourrait leur servir » pour « après », au moment du retour nécessairement victorieux à la vie civile et donc au métier « d’avant ». La chose est possible, elle est même plausible, mais les archives, là encore, manquent pour pouvoir le prouver.

Ce qui frappe à la lecture de ces deux cartes postales c’est de constater combien pour ces hommes la guerre ne rompt pas les relations professionnelles, et la hiérarchie qui en résulte. C’est ce que suggère la formule de politesse employée par le lieutenant de Bailly, qui souhaite assurer Alfred Roth « de son dévouement », comme s’il était toujours sous ses ordres. De même en ce qui concerne François Davalan même si, sous sa plume, il n’est pas impossible que la formule trahisse une certaine ironie, ce qui attesterait une certaine proximité, voire une connivence, entre les deux hommes. Mais il n’en demeure pas moins que ces deux courts textes peuvent aussi être interprétés à manière d’un renouvellement de serment, comme si aux armées ces deux employés de préfecture mobilisés continuaient d’être les hommes liges d’Alfred Roth. Là encore, si la mobilisation sous les drapeaux apparaît comme une rupture évidente dans la destinée de ces individus, elle n’est semble-t-il pas sans revêtir quelques éléments de continuité.

Il est intéressant de noter que de telles relations épistolaires entre collègues, et ce malgré la frontière séparant le front de l’arrière, ne sont pas exceptionnelles. On connaît ainsi maints courriers envoyés des tranchées par des instituteurs mobilisés à leurs inspecteurs d’académie, ou par des élèves-normaliens à leur directeur[7]. Si les intentions des acteurs qui président à ces correspondances peuvent varier, entre intérêts personnels bien compris, paternalisme et sincère affection, ces archives invitent à nuancer l’idée d’une vie professionnelle qui s’arrêterait brusquement, en l’espace de quelques instants, par la grâce de la mobilisation. Pour Charles Oberthür, il s’agit de perpétuer un réseau commercial aux armées et de prolonger son activité de chef d’entreprise : en distribuant dès qu’il le peut ses célèbres almanachs mais aussi en se démenant pour obtenir une affectation moins exposée à ses employés, par amitié, affection et paternalisme mais aussi afin d’être certain de pouvoir les retrouver à leur poste de travail une fois la Victoire acquise[8]. L’uniforme et la vie militaire n’annihilent pas l’identité professionnelle du temps de paix, ils la mettent juste au second plan. L’historien C. Prochasson a bien identifié ce phénomène pour les paysans, évoquant à ce propos une « agriculture de papier » perpétuant à la fois la culture professionnelle et les modalités d’une domination masculine permettant de « gouverner à distance » l’exploitation de la ferme[9]. Les archives diocésaines conservent quant à elles, si l’on accepte l’idée d’ériger le sacerdoce en une profession qui ne serait pas seulement de foi, de nombreux courriers d’ecclésiastiques mobilisés qui certifient la perpétuation, par l’intermédiaire de la poste aux armées, des liens unissant ces hommes d’Église envoyés au front à leurs évêques. Aumônier des lycées de Rennes, François Duine continue d’entretenir avec ses anciens élèves mobilisés une correspondance fournie, qui lui permet d’ailleurs de se faire une idée du champ de bataille[10].

Vue panoramique de l'hôtel de la préfecture du Morbihan à Vannes (carte postale, début du XXe siècle). Musée de Bretagne : 970.0049.13949.
Vue panoramique de l’hôtel de la préfecture du Morbihan à Vannes (carte postale, début du XXe siècle). Musée de Bretagne : 970.0049.13949.

La réalité des archives fait qu’il est beaucoup plus fréquent de trouver des correspondances reliant les poilus à leurs familles qu’à leurs collègues de travail : une femme, des parents, voire une fratrie mais beaucoup plus rarement un supérieur hiérarchique. Là est une certitude sur laquelle revenir n’aurait bien entendu aucun sens. Tant la fréquence de ces courriers que la piété familiale qui incite à la conservation de ces artefacts expliquent largement cela[11]. Pour autant, il faut aussi prendre en compte la partie immergée, et en l’occurrence inaccessible car bien souvent disparue, des liaisons épistolaires. En effet, ne considérer que ces liaisons intrafamiliales reviendrait à inscrire un individu que dans un unique cercle, celui de sa parentèle la plus proche, comme si ce poilu n’avait ni cousins, ni amis, ni collègues d’atelier ou de bureau avec qui il aurait sympathisé. Or ceci me paraît constituer une erreur pour au moins deux raisons. La première, évidente, est que l’intensité de ces relations affectives est sans doute aussi de nature à « faire tenir », à endurer un coup dur, à aider à composer avec la perspective d’une offensive dont on n’ignore pas les dangers. La seconde est que considérer un poilu uniquement du point de vue de son environnement familial est se méprendre sur cette société française de 1914-1918 où le travail est une valeur centrale, société régie par une certaine verticalité et une grande intériorisation de la notion de devoir. D’où, aussi, des pratiques d’obéissance qui, aujourd’hui, paraissent par bien des égards incompréhensibles…


[1] Arch dép. Morbihan : 2 M 43.

[2] Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[3] Voir Historique du 403e régiment d’infanterie 1915-1919, Paris, Librairie Henri Defontaine, 1920.

[4] Historique du 403e régiment d’infanterie…, op. cit., p. 4.

[5] SHD-DAT : 26 N 766/6, 25 septembre 1915 ainsi que, dans le même document, État des pertes du régiment dans le secteur de Ville-sur-Tourbe.

[6] Arch. dép. Morbihan : r_2019.69.

[7] Jacobzone, Alain (lettres réunies et commentées par), Sang d’encre : lettres de normaliens à leur directeur pendant la guerre 1914-1918, Vauchrétien, Ivan Davy, 1998.

[8] Oberthür, Charles (édition présentée et préparée par Corbé, Bernard et Lagadec, Yann), Lettres de guerre (1914-1918), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

[9] Prochasson, Christophe, 14-18 Retours d’expériences, Paris, Tallandier, 2008, p.220-223.

[10] Duine, François (édition critique et commentée par Le Gall, Erwan), Lettres et notes de la Grande Guerre, à paraître.

[11] René-Bazin, Paule et Henwood, Philippe, Ecrire en guerre 1914-1918. Des archives privées aux usages publics, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Erwan Le Gall (18 avril 2023). Perpétuer les liens hiérarchiques au-delà des tranchées. Ar Brezel. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqq


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.