Carte de Séoul (détail, 1890). MacLean Collection Map Library.

Des Bretons et de la Corée en 1866

L’expédition française menée en Corée à l’automne 1866 ne compte certainement pas parmi les faits d’armes les mieux ancrés dans la mémoire collective : ceci ne se discute même pas. Pour autant, le témoignage de la guerre de 1870, conservé au Service historique de la Défense et récemment publié, de Ferdinand Roze, fils du contre-amiral Pierre-Gustave Roze qui la mène, prouve qu’elle n’est pas complètement sans lendemain : non seulement cette descente est connue mais on lui en parle alors qu’il sert en tant fusilier-marin au fort de Montrouge, pendant le siège de Paris. Mieux encore pour ce qui nous intéresse dans le cadre de ce carnet de recherche essentiellement dédié à l’étude du fait militaire et guerrier en relation avec la péninsule armoricaine, cette affaire coréenne semble associée, au moins dans une certaine mesure, aux Bretons[1]. D’où l’idée d’essayer de mesurer ce que l’Hermine peut savoir en 1866 de cette incursion française au « Pays du matin calme ».

Mais en préambule, il convient de préciser le cadre de cette expédition qui, il est vrai, a peu attiré l’attention de l’historiographie. C’est en représailles de l’exécution de 9 missionnaires catholiques français, dont deux évêques, et du massacre de plusieurs centaines de chrétiens, qu’une escadre quatre bâtiments de la Marine du Second Empire tourne le 24 septembre 1866 l’île de Ganghwa, située devant Séoul, et remonte le fleuve Han reliant cette ville à la mer. Le 13 octobre, c’est avec cette fois-ci sept bâtiments que le contre-amiral Roze attaque la forteresse de Ganghwa contrôlant le fleuve. Mal défendue, celle-ci cède rapidement et offre l’occasion d’une première pénétration en territoire coréen pour les troupes françaises. Mais ce qui ne s’apparente qu’à un « camp de base » est en réalité l’arbre qui masque la forêt des solides défenses coréennes. Aussi celui-ci doit-il être évacué le 11 novembre 1866 par les hommes du contre-amiral Roze[2].

Au centre l'amiral Roze et une partie de l'équipage de la frégate "La Guerrière" (1865). Wikicommons.
Au centre l’amiral Roze et une partie de l’équipage de la frégate “La Guerrière” (1865). Wikicommons.

Si la descente française se révèle, en définitive, être un échec cuisant, elle doit être comprise sur le temps relativement long de l’intérêt français pour la péninsule[3].À en croire une note de J.P. Gomane pour la Fondation Napoléon, cette expédition est toutefois typique de celles menées par la Marine française au XIXe siècle en ce qu’elle a « pour but ou pour justification sinon pour prétexte, la protection ou la défense d’un genre particulier d’intérêts qui, en principe, transcende le cadre strictement national ». L’idée de prétexte est ici fondamentale car du fait de la nationalité des missionnaires assassinés, de l’arrière-plan colonial qui sous-tend cette opération, et d’une certaine forme de concurrence impériale avec les États-Unis d’une part, la Russie d’autre part, ce sans oublier les Britanniques et les Néerlandais, le registre patriotique ne doit pas complètement être exclu[4]. Toutefois cet historien prend bien soin de mettre en lumière l’improvisation de l’opération, celle-ci ayant été visiblement décidée localement, sans l’aval de l’Empereur. On verra d’ailleurs plus loin que la question de la distance avec la métropole, et les difficultés de communication qui en résultent, est centrale dans le volet breton de cette affaire.

Inutile néanmoins de faire durer le suspense longuement, cette expédition en Corée est loin de faire la « une » des journaux publiés dans la péninsule armoricaine : au gré des titres, on glane de-ci de-là quelques évocations, à travers de rares brèves, mais qui semblent dire avant toute autre chose le manque d’intérêt porté à cette affaire. Non seulement l’événement est lointain mais, dans un premier temps incertain. C’est ainsi que dans l’édition du 14 novembre 1866 du Courrier de Bretagne, Victor Auger écrit que « les journaux anglais parlent d’une déclaration de guerre qui aurait été faite par le gouvernement français au roi de Corée » avant de donner, dans une démarche évidemment pédagogique à l’intention de son lectorat, quelques précisions géographiques quant à ce lointain pays : « le royaume de Corée est indépendant de l’empire de Chine et renferme environ 15 millions d’habitants ; il est d’un accès très difficile »[5]. Ajoutons par ailleurs que non seulement cette nouvelle se rapporte à un espace fort éloigné de la péninsule armoricaine, et ayant donc peu de probabilités de concerner directement les Bretons, mais celle-ci se révèle être en concurrence avec une actualité internationale chargée : la question italienne ainsi que l’affaire du Mexique.

Il est vrai que la distance ne simplifie pas les choses et rend la circulation de l’information particulièrement difficile, comme l’explique très honnêtement Victor Auger, toujours dans le Courrier de Bretagne, le 17 novembre 1866 : « Une lettre particulière de Chine, du 28 septembre, nous apprend qu’à cette date l’amiral français n’était pas encore arrivé sur les côtes de Corée »[6]. Si l’on sait la péninsule armoricaine d’alors insérée dans les vastes réseaux – routiers et ferroviaires bien entendu mais aussi télégraphiques – qui commencent à ceinturer le monde, tel n’est visiblement pas encore le cas, ou alors moins le cas, de cette partie de l’Asie. Ce n’est finalement que le 15 décembre 1866, soit un mois après la fin des opérations, que ce journal, via à une correspondance privée publiée par le Messager du Midi, parvient à informer ses lecteurs des objectifs de l’expédition[7].

Attaque française Ganghwa, 1866. Wikicommons.
Attaque française Ganghwa, 1866. Wikicommons.

Ajoutons d’ailleurs à ce propos que la péninsule armoricaine ne saurait sur ce point faire exception et que la presse parisienne est aussi peu intéressée par cette expédition coréenne. Si elle est mentionnée, ce n’est qu’au gré de quelques brèves, publiées là encore avec retard. Certes, l’édition du 30 décembre 1866 du Petit journal consacre sa première page à cette descente mais, à l’évidence, c’est bien l’exotisme de la Corée plutôt qu’un intérêt patriotique et/ou géostratégique qui motive cette attention[8]. Ce d’autant plus que, on l’a vu, le résultat des opérations n’est pas nécessairement très glorieux. Il n’est d’ailleurs pas certain que cette affaire soit positivement accueillie par tout le monde. Marque d’un Empire en cours de libéralisation et ouvrant, d’une certaine manière, la voie à la loi de 1881 sur la liberté de la presse, L’Opinion nationale persifle à « la perspective d’une nouvelle expédition lointaine » en Asie du sud-est : « Le Mexique ne semble pas nous avoir guéri de l’esprit d’aventure, et nous éprouvons le besoin d’exercer encore ailleurs notre mission civilisatrice »[9]. Un propos qui dit non seulement les racines impériales du discours colonial républicain mais qui semble suggérer quelques divergences quant à la politique extérieure de Napoléon III, assurément moins unanimement soutenue que ce que donnent à penser ses triomphaux voyages[10]. Il est d’ailleurs à cet égard assez symptomatique de voir Le Phare de la Loire se réjouir de ce que la France n’a pas déclaré la guerre au roi de Corée. Non pas que ce journal aux sensibilités républicaines bien connues soit outrageusement pacifiste. C’est en réalité d’une critique à peine voilée de la politique étrangère du régime dont il s’agit :

« Chat échaudé craint l’eau froide. Nous savons tous en France, chacun pour en avoir payé sa part, ce que coûtent en hommes et en argent les expéditions lointaines […] »[11]

Dès lors, quelle peut être la marque laissée dans la mémoire collective en Bretagne de cette expédition en Corée ? Il est bien évident très difficile de répondre à cette question et c’est avant tout la prudence qui semble devoir ici s’imposer. Certes, la presse est lue, mais il est difficile de dire dans quelle proportion exacte. L’édition du 30 décembre 1866 du Petit journal affirme par exemple tirer à 266 410 exemplaires, chiffre qui ne saurait être celui de son lectorat[12]. En effet, celui-ci est  beaucoup plus important, chaque exemplaire pouvant être consulté par plusieurs personnes. De même, il ne faut pas éluder les pratiques, fort en vogue, de lecture collective, lors des veillées. Mais comment s’assurer que c’est bien cet article plutôt qu’un autre qui est lu et commenté ? Bien évidemment, cette question se pose en des termes rigoureusement similaires pour les journaux publiés dans la péninsule armoricaine et plaident pour un souvenir au mieux diffus, pour ne pas dire très évanescent, de cette expédition de Corée.

Carte postale. Collection particulière. L'Eglise catholique, et plus précisément encore les Missions étrangères de Paris, compte assurément parmi les vecteurs de la mémoire de la descente française en Corée de 1866.
Carte postale. Collection particulière. L’Eglise catholique, et plus précisément encore les Missions étrangères de Paris, compte assurément parmi les vecteurs de la mémoire de la descente française en Corée de 1866.

Pour autant, le témoignage de Ferdinand Roze tend à prouver que cette descente n’est pas non plus sans laisser une certaine empreinte, ne serait-ce que parce qu’elle est loin d’être aussi glorieuse que ce qu’on l’on a laissé croire. D’où l’hypothèse, qui reste à démontrer par une enquête à spectre bien plus resserré, d’une mémoire collective qui ne serait pas propre à la Bretagne mais à certains groupes socio-professionnels particuliers, en l’occurrence les marins de la Royale, que l’on sait par ailleurs recruter assez largement dans la péninsule armoricaine[13].


[1] Berne, Vincent et Roucaud, Michel (textes présentés et édités par, préface de d’Anceau, Éric), Des Hommes en guerre. Chroniques de 70. Témoignages inédits sur la guerre franco-allemande et la Commune (1870-1871) conservés au Service historique de la Défense, Paris, Editions Pierre de Taillac / Service historique de la Défense, 2023, p. 209 et 210.

[2] Orange, Marc, « L’Expédition de l’amiral Roze en Corée », Revue de Corée, Automne 1976, n°30, p. 44-84.

[3] Outre Ibid. voir Gossiaux, Jean-François, « Point de vue de l’acteur et regard myope. Anthropologie apocryphe de la déroute française en Corée (1866) », Socio-Anthropologie, n°13-24, 2009, p. 189-210.

[4] À ce propos, lire l’analyse stimulante de Gossiaux, Jean-François, « Pourquoi changer d’ancêtres ? Le colonialisme français en échec (Corée, 1866) », L’Homme, n°202, 2012, p. 141-166.

[5] Auger, Victor, « Politique », Courrier de Bretagne, 8e année, n°91, 14 novembre 1866, p. 1.

[6] Auger, Victor, « Politique », Courrier de Bretagne, 8e année, n°92, 17 novembre 1866, p. 1.

[7] « Marine », Courrier de Bretagne, 8e année, n°100, 15 décembre 1866, p. 3.

[8] « La Corée », Le Petit journal, sans année, n°1420, 30 décembre 1866, p. 1-2.

[9] Roland, J., « Irons-nous en Corée », L’Opinion nationale, 8e année, n°343, 15 décembre 1866, p. 1. Il est intéressant de noter combien cet article disjoint les intérêts de Rome et de Paris, des catholiques et des Français, ce qui témoigne indubitablement d’une crise de l’ultramontanisme.

[10] À ce sujet voir le récent Dalisson, Rémi, Au Plus près du peuple. Les voyages politiques de Napoléon III, Paris, Vendémiaire, 2022.

[11] Mangin, Victor, « Dernière nouvelles », Le Phare de la Loire, 52e année, n°13946, 16 novembre 1866, p. 1.

[12] « La Corée », Le Petit journal, sans année, n°1420, 30 décembre 1866, p. 1-2.

[13] Voir à ce propos Jouan, Henri, « L’Expédition de Corée en 1866, épisode d’une station navale dans les mers de Chine », Mémoires de la Société nationale académique de Cherbourg, 1871, p. 145-228.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 11 avril). Des Bretons et de la Corée en 1866. Ar Brezel. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.