Collection Musée de Bretagne : 995.0008.3437.

A propos d’une faveur obtenue pour un ancien poilu

Il est difficile de comprendre la société française – et donc pour ce qui nous intéresse ici bretonne – des années 1920-1930 sans en passer par l’ombre portée de la séquence 1914-1918 et le poids du deuil. Il y a le deuil des morts pour la France bien entendu mais aussi celui de ces années passées en tranchées, en d’autres termes d’une jeunesse perdue et d’une époque que l’on ne qualifie pas encore de belle – cela viendra après la Seconde Guerre mondiale – mais que l’on regarde déjà rétrospectivement comme heureuse car non encore souillée par une guerre devenue industrielle et synonyme de déshumanisation du champ de bataille. C’est cette réalité que heurte de plein fouet le commentaire anonyme publié le 25 juin 1922 à la suite des obsèques de Jean-Baptiste Prioux, maire de Guilliers, conseiller d’arrondissement et ancien combattant de la Grande Guerre[1]. À peine 25 lignes publiées en dernière page du Courrier de Pontivy et qui ne manquent pas de faire surgir un certain nombre d’interrogations chez qui les lit.

Mais avant d’en venir à cette tribune particulièrement violente, il faut dire quelques mots du défunt. Jean-Baptiste Prioux naît à Guilliers, commune du nord du Morbihan située entre Ploërmel et Merdrignac, le 30 octobre 1876[2]. Fils d’un « aubergiste-charpentier » et d’une « ménagère », il semble emprunter une voie très semblable à celle de son père. En effet, lors de son passage devant le Conseil de révision, au mitan des années 1890, il déclare exercer la profession de menuisier mais une quinzaine d’années plus tard, à l’occasion du recensement de la commune de Guilliers, il est répertorié comme « patron-débitant » dans le bourg. Marié et père de trois enfants, il emploie de surcroît un « garçon d’écurie » et une « domestique »[3]. En d’autres termes, Jean-Baptiste Prioux est alors ce qu’on appelle une personne installée et c’est presque sans surprise qu’on le voit devenir maire, en 1912[4]. L’année suivante, il devient conseiller d’arrondissement du canton de La Trinité-Porhoët, sous étiquette radicale[5].

Collection Musée de Bretagne : 970.0049.10382.
Collection Musée de Bretagne : 970.0049.10382.

À dire vrai, rien dans les archives ne vient suggérer le moindre accroc dans ce parcours sans faute. C’est ainsi par exemple que Jean-Baptiste se voit décerner un certificat de bonne conduite à l’issue de son service militaire, qu’il effectue dans l’infanterie, au 117e RI du Mans. Certes, la fonction de maire est de celle qui expose aux récriminations et aux critiques, voire aux jalousies, surtout en ces temps de tensions religieuses, que l’on sait par ailleurs vives dans l’arrondissement de Ploërmel[6]. Mais la presse consultable en ligne sur le site des Archives départementales du Morbihan ne révèle pas un climat particulièrement délétère à Guilliers. S’il est régulièrement question de cette commune, c’est comme toujours à propos d’inévitables faits divers ou des foires qui y sont organisées. Bien entendu, il ne faudrait pas se leurrer et verser dans une sorte d’irénisme qui consisterait à décrire une communauté villageoise fantasmée, unie par des valeurs « traditionnelles » et épargnée par les divisions, les rancœurs et les conflits. Tout juste pouvons nous avancer l’idée que si ces réalités sont inhérentes au genre humain, elles ne sont pas perceptibles dans la documentation que nous avons pu consulter.

Rien ne serait d’ailleurs plus faux que de postuler un village de Guilliers qui serait uniquement rural, c’est-à-dire replié sur les quelques dizaines d’hectares qui font la surface de la commune. Cela serait non seulement se méprendre quant à la densité des réseaux de communication qui traversent le centre-Bretagne, qu’il s’agisse du train, du téléphone ou de la presse, mais négliger la mobilité des acteurs eux-mêmes. En témoigne notamment cette publicité diffusée le 21 avril 1912 dans L’Indépendance républicaine et où un commerçant de Guilliers, un certain Florimond Jéhanno, apparaît comme intermédiaire dans une filière d’émigration vers Paris renvoyant à une maison du très chic faubourg Saint-Honoré[7].

Toujours est-il que Jean-Baptiste Prioux n’est pas encore âgé de 38 ans lorsque survient la mobilisation générale, en août 1914. Rappelé à l’activité, il arrive au dépôt du 85e RIT, à Vannes, le 14 août 1914 et y reste plusieurs mois avant, finalement, d’être envoyé dans la zone des armées, le 10 mars 1915[8]. Pour ce que l’on peut en juger, c’est le début d’une campagne qui, sans être fulgurante, est fort loin d’être déshonorante. Présent dans la zone des armées jusqu’à l’Armistice, le débitant de Guilliers ne monte pas en grade mais, en revanche, est cité à l’ordre de la division. Malheureusement, le texte de cette distinction, acquise alors qu’il porte l’uniforme du 144e RIT, ne nous est pas connu.

Il est probable que ces quelques éléments biographiques ne pèsent pas suffisamment pour que l’on puisse ériger sa Grande Guerre en véritable capital politique permettant d’expliquer sa réélection dans le fauteuil de maire de Guilliers à l’automne 1919[9]. Dans ce cadre, c’est au contraire de continuité dont il s’agit et la séquence 1914-1918, loin de faire figure de rupture, apparaît au contraire comme une sorte de parenthèse. Toujours est-il que c’est bien Jean-Baptiste Prioux qui l’emporte, tant lors des municipales donc que lors du scrutin d’arrondissement… Pour le dire autrement, s’il est possible que le débitant du bourg de Guilliers ait quelques ennemis, ceux-ci sont en tout cas moins nombreux que les individus ayant voté pour lui.

Cet atelier de mécanique appartient-il à un proche du maire de Guilliers, Jean-Baptiste Prioux? Collection Musée de Bretagne : 970.0049.10383.
Cet atelier de mécanique appartient-il à un proche du maire de Guilliers, Jean-Baptiste Prioux? Collection Musée de Bretagne : 970.0049.10383.

Dès lors, comment expliquer la violence – anonyme, répétons-le – de la diatribe qui est publiée dans le Courrier de Pontivy à l’occasion de ses obsèques ?

« Mercredi 14 juin avait lieu l’enterrement de M. Prioux, maire de Guilliers, conseiller d’arrondissement. Il est décédé le dimanche soir, succombant à une maladie qui ne pardonne pas. N’ignorant pas la gravité de son état il a appelé le prêtre et reçu les derniers sacrements. Une foule imposante assistait à ses obsèques. Sur sa tombe, trois discours ont été prononcés. M. Gastard, conseiller général, a parlé au nom du canton, M. Maulion, député, au nom du Parlement, et M. le Sous-Préfet de Ploërmel, au nom du Gouvernement. Tous ont fait l’éloge du républicain qu’était M. Prioux, cela n’a étonné personne. Mais pourquoi l’ont-ils posé en véritable victime de la guerre ? M. Prioux a servi son pays comme les autres poilus pendant la guerre, et tous nous lui en sommes reconnaissants mais il s’en est tiré à bon compte. M. le député a voulu sans doute justifier une faveur obtenue à son ami défunt ! Cette faveur ne vous a pas couté cher, M. Maulion, ce n’est pas vous qui payez : Pauvres contribuables, vous avez les épaules solides ! »[10]

Comment expliquer un tel discours ? Disons-le de suite, répondre à une telle question constitue un sacré défi pour l’historien. La presse n’apprend par exemple rien à ce propos. Si la commune de Guilliers est régulièrement mentionnée dans les journaux locaux du début des années 1920, c’est à l’occasion de quelques faits divers, pour annoncer les horaires des trains et les dates des foires, ou encore lorsqu’il est question d’annonces légales. Bref, rien qui ne permette d’apporter la moindre parcelle d’indice pour une telle enquête.

Le monument aux morts de Guilliers. Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 970.0049.10388.
Le monument aux morts de Guilliers. Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 970.0049.10388.

De même, rien dans la mémoire locale de la Première Guerre mondiale ne suggère le moindre accroc, le moindre contentieux, permettant d’expliquer ce propos anonyme publié par le Courrier de Pontivy. Jean-Baptiste Prioux figure parmi les souscripteurs du monument aux morts de la commune, à hauteur de 100 francs : un don qui s’il n’est pas parmi les plus élevés le situe toutefois indéniablement dans une fourchette haute, comme un reflet de la position de notabilité qui est la sienne au sein de l’assemblée villageoise. De même, c’est assez logiquement qu’on le retrouve en tant que président du Comité d’érection, une fonction qui est régulièrement dévolue aux maires[11]. L’inauguration du monument elle-même, le 24 avril 1921, manifestation placée comme il se doit sous un « programme d’union sacrée » mais sous la présidence du député de Lorient Alphonse Rio, ne laisse rien entrevoir[12]. Quelle que soit leur couleur politique, les journaux qui en rendent compte saluent une cérémonie réussie et tous soulignent la qualité des discours prononcés à cette occasion par Jean-Baptiste Prioux. Précisons toutefois que, malheureusement non retranscrits, ceux-ci nous échappent. Seule exception, un article du catholique Ploërmelais rapportant les propos de « M. Maulion [qui], après une longue tirade, fit appel à l’Union sacrée que lui et ses amis pratiquent de si bizarre façon »[13].

Il se passe 15 mois entre l’inauguration du monument aux morts de Guilliers et la publication de cet article faisant suite aux obsèques du maire de cette commune. Or, tout porte à considérer que, contrairement aux apparences, c’est moins la figure de Jean-Baptiste Prioux qui suscite la controverse que celle de Paul Maulion, maire de Mauron et député du Morbihan élu en 1919. Deux éléments, tout particulièrement, attirent l’attention. Le premier est le parcours militaire de cet élu, dont il n’est en définitive pas certain qu’il contraste tant que cela avec celui de Jean-Baptiste Prioux. Victime d’un tympan perforé, Paul Maulion est en effet déclaré impropre au service armé et versé dans le service auxiliaire à l’issue de son passage devant le Conseil de révision. Mais ceci ne l’empêche pas d’être mobilisé dès les premiers jours d’août 1914 et de monter en grade puisqu’il est nommé attaché de 2e classe du cadre auxiliaire de l’Intendance en juin 1915 puis de 1e classe en décembre 1917. S’il ne porte pas les armes au sens d’un Jean-Baptiste Prioux, il n’en est pas moins amené à prendre un certain nombre de risques, tout du moins si l’on en croit la citation à l’ordre du corps d’armée qui lui est décernée en mai 1915 :

« Attaché du cadre auxiliaire de très grande valeur d’un dévouement absolu et d’une activité inlassable. Méprisant le danger est allé à plusieurs reprises volontairement dans les tranchées de première ligne dans des conditions périlleuses recueillir des renseignements qui ont été d’une extrême utilité pour le service de ravitaillement des troupes. »[14]

Quels peuvent avoir été ces renseignements ? Quel crédit accorder au texte de cette citation ?[15] En l’état actuel des connaissances, rien ne permet d’apporter le moindre élément de réponse et on profitera de l’occasion pour dire combien les services auxiliaires constituent un angle mort de l’historiographie.

A Prouilly (Marne), à une gare de ravitaillement, un coin des baraquements et soldats de l'Intendance. La Contemporaine : VAL 079/017.
A Prouilly (Marne), à une gare de ravitaillement, un coin des baraquements et soldats de l’Intendance. La Contemporaine : VAL 079/017.

Mais on prendra toutefois soin de remarquer que cette citation à l’ordre intervient, et c’est là le deuxième point qu’il convient de souligner, à un moment où il apparaît déjà évident que Paul Maulion n’est pas un poilu complètement ordinaire. Avocat, il témoigne avant la mobilisation générale d’un solide parcours politique : élu conseiller général du canton de Mauron en 1910, il est un militant radical-socialiste – étiquette pas nécessairement toujours facile à porter dans cette partie du Morbihan[16] – qui se présente aux élections législatives en 1914. Mais le scrutin est extrêmement serré et, à la suite de la victoire par 18 voix de Joseph Espivent de la Villesboinet, gendre du comte de Paul-Henri de Lanjuinais, ancien saint-cyrien et également parlementaire morbihannais, Paul Maulion dépose un recours. L’assassinat de François-Ferdinand à Sarajevo intervient moins d’un mois plus tard et la mobilisation générale place au second plan une démarche qui n’en suit pas moins, malgré la guerre, son cours.

En janvier 1915, Paul Maulion adresse toutefois au président de la Chambre des députés Paul Deschanel la lettre suivante :

« Monsieur le Président,

J’avais formé une demande d’invalidation contre l’élection de M. de la Villesboisnet, dont j’ai été le concurrent dans la première circonscription de Pontivy. M’inspirant des sentiments patriotiques et de la volonté d’union qui animent tous les Français, j’ai l’honneur de vous faire connaître que je renonce à toute contestation.

Veuillez, etc.

Paul Maulion

Conseiller général du Morbihan, mobilisé. »[17]

Pour Le Nouvelliste du Morbihan, il s’agit d’une « belle lettre » considérée comme « toute empreinte de patriotisme »[18]. L’Ouest-Éclair, journal pourtant peu suspect de sympathie pour un candidat radical-socialiste, qualifie pour sa part ce courrier de « beau geste »[19]. Plus enthousiaste encore, le Bulletin quotidien des communes de l’arrondissement de Pontivy affirme :

« Tous les bons patriotes applaudiront au beau geste de M. Maulion, auquel ses adversaires eux-mêmes se complaisent à rendre hommage. Mais devant l’envahisseur, y a-t-il bien encore des adversaires ? Nous ne le pensons pas. M. Maulion vient d’en donner un touchant exemple. »[20]

Mais ce récit n’est pas nécessairement celui qui est repris par tous les journaux morbihannais, ce qui dit non seulement la finesse du vernis que constitue l’Union sacrée mais aussi, pour ce qui nous intéresse ici, combien la figure de Paul Maulion suscite des opinions pour le moins contrastées. Dans son édition du 24 janvier 1915, Le Courrier breton note ainsi que :

« Le geste de M. Maulion aurait gagné à se produire plus tôt. M. Maulion, en effet, s’est décidé à écrire sa lettre le 13 janvier, alors que le bureau chargé de l’enquête sur l’élection de Pontivy, s’était déjà très nettement prononcé pour la validation de M. de la Villesboinet. »[21]

Si la presse morbihannaise ne rend aucunement compte de la citation à l’ordre décernée à Paul Maulion, ce courrier témoigne indubitablement de l’habileté de cet individu à produire un récit de lui-même qui soit en conformité avec la morale patriotique du moment. Plus encore, cette lettre montre bien qu’il est parfaitement illusoire dans un cas comme celui-ci de postuler une expérience sous les drapeaux, y compris dans le service auxiliaire, qui serait épargnée par le militantisme politique. D’ailleurs, en 1917, Paul Maulion rejoint Georges Clemenceau en devenant au ministère de la Guerre chef-adjoint de son cabinet, information qui par ailleurs n’est pas nécessairement aisée à débusquer sur sa fiche matricule de recrutement[22]. Or si le Tigre est aujourd’hui une figure unanimement populaire, associée à la Victoire de 1918, c’est oublier que le Vendéen fut aussi à l’époque détesté par une très large partie de l’opinion pour son anticléricalisme…

Collection Musée de Bretagne : 971.0008.2098.
Collection Musée de Bretagne : 971.0008.2098.

À l’inverse d’un Joseph de Gouyon de Coipel, Paul Maulion a donc tout de l’homme qui non seulement sait mais n’hésite pas à ériger sa Grande Guerre en capital politique. Sans doute y a-t-il là une conduite qui est de nature à raviver un climat d’hostilité qui, on l’a vu, préexiste très largement à la séquence 1914-1918 et que le conflit n’apaise qu’en surface. Dans ces conditions, et dans la mesure où la sortie de guerre est une période traversée par une multitude de secousses qui sont en réalité autant de répliques du véritable séisme qu’est le conflit, il n’y a finalement rien d’étonnant à ce que le Courrier de Pontivy, dont l’hostilité à l’égard de Paul Maulion est constante, se saisisse de la moindre opportunité pour l’attaquer. A dire vrai, seule la nature de la « faveur » accordée à Jean-Baptiste Prioux nous échappe pour le moment…


[1] « Mort du Maire », Le Courrier de Pontivy, non numéroté, 25 juin 1922, p. 4.

[2] Arch. dép. Morbihan : 080_1MiEC080_R14-0004 – 1869-1878 1869-1878.

[3] Arch. dép. Morbihan : r_1895.1617 ; 3 ES 80/1906 – Guilliers 1906.

[4] « L’Election des municipalités morbihannaises », Le Courrier des campagnes, 48e année, n°21, 26 mai 1912, p. 2.

[5] « Election au conseil d’arrondissement », L’Écho du Morbihan, 24e année, n°40, 12 octobre 1913, p. 3.

[6] Par exemple « Un procureur mal inspiré », 71e année, n°89, Le Morbihannais, 8 avril 1912, p. 1.

[7] L’Indépendance républicaine, 1e année, n°16, 21 avril 1912, p. 4.

[8] Il est difficile de dire si Jean-Baptiste Prioux continue à administrer à distance sa commune quand il se trouve au dépôt à Vannes. En janvier 1915, Le Nouvelliste du Morbihan indique que « M. le maire [de Guilliers] vient d’être avisé officiellement de la mort au champ d’honneur de bon nombre de ses administrés ». Pour autant, il est difficile de déterminer s’il s’agit-là ou non d’une simple formule de circonstance. « Morts au champ d’honneur », Le Nouvelliste du Morbihan, 29e année, n°14, 17 janvier 1915, p. 2. En revanche, il est à peu près certain que Jean-Baptiste Prioux reprend ses fonctions de maire presqu’aussitôt revenu à la vie civile. Démobilisé le 29 décembre 1918, il est en effet explicitement évoqué deux semaines plus tard par la presse locale à l’occasion d’un fait divers survenu dans sa commune. « Drame de la folie », L’Union morbihannaise, 2e année, n°54, 12 janvier 1919, p. 3. Le Progrès du Morbihan rapporte dans son édition du 1er mars 1923 que « l’équipe ouvrière agricole des prisonniers Boches » quitte la commune de Guilliers le 28 février 1919.

[9] « Les Elections municipales dans l’arrondissement », Le Ploërmelais, 34e année, n°43, 7 décembre 1919, p. 2.

[10] « Mort du Maire », Le Courrier de Pontivy, non numéroté, 25 juin 1922, p. 4.

[11] Arch. dép. Morbihan : 2 O 80.

[12] « Inauguration du monument aux morts », Le Progrès du Morbihan, 38e année, n°16, 23 avril 1921, p. 3 ; « L’inauguration du Monument commémoratif de Guilliers », Le Progrès du Morbihan, 38e année, n°17, 30 avril 1921, p. 1 ; « L’Inauguration du monument aux morts », Le Nouvelliste du Morbihan, 85e année, n°103, 28 avril 1921, p. 4 ; « Commune de Guilliers », Le Ploërmelais, 36e année, n°10, 17 avril 1921, p. 3 ; « Commune de Guilliers », Le Ploërmelais, 36e année, n°11, 24 avril 1917, p. 2.

[13] « Inauguration du monument aux morts », Le Ploërmelais, 36e année, n°12, 1er mai 1921, p. 2.

[14] Arch. dép. I&V : 1 R 1824.1892.

[15] Pour une mise en perspective je me permets de renvoyer Le Gall, Erwan, « Les citations à l’ordre. Essai d’analyse dans une perspective régimentaire », in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Un adieu aux armes. Destins d’objets en situation de post-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 47-64.

[16] Voir par exemple « Une Nouvelle honte », L’Indépendance républicaine, 3e année, n°31, 2 août 1914, p. 2.

[17] Lettre publiée in « Validation de l’élection de Pontivy », Le Morbihannais, 90e année, n°4, 22 janvier 1915, p. 1 ainsi que dans « L’Election de M. de la Villesboinet », Le Nouvelliste du Morbihan, 29e année, 16 janvier 1915, n°13, p. 2.  Il ne fait pas de doute que cette lettre est diffusée si ce n’est pas Paul Maulion lui-même, au moins par ses proches, à la presse. « M. de la Villesboinet Député de Pontivy est validé », Courrier de Pontivy, 40e année, n°4, 24 janvier 1915, p. 4. « Un beau geste », L’Ouest-Éclair, 16e année, n°5635, 15 janvier 1915, p. 3 fait même état d’une diffusion par agence.

[18] « L’Election de M. de la Villesboinet », Le Nouvelliste du Morbihan, 29e année, 16 janvier 1915, n°13, p. 2.

[19] « Un beau geste », L’Ouest-Éclair, 16e année, n°5635, 15 janvier 1915, p. 3.

[20] « L’Election de Pontivy », Bulletin quotidien des communes de l’arrondissement de Pontivy, 2e série, n°141, 16 janvier 1915.

[21] « M. de la Villesboinet Député de Pontivy est validé », Courrier breton, 40e année, n°4, 24 janvier 1915, p. 4.

[22] Bougeard, Christian, Les Forces politiques en Bretagne. Notables, élus et militants (1914-1946), Rennes, Presses universitaires, 2011, chapitre II.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 28 mars). A propos d’une faveur obtenue pour un ancien poilu. Ar Brezel. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqn

2 réflexions sur « A propos d’une faveur obtenue pour un ancien poilu »

  1. Bonjour,
    à la lecture de vos travaux, le nom de Jeanne Kleinhaus apparaît.
    C’est un pan de mon histoire familiale totalement opaque.
    Mon grand-père Léonce LE CHAIX et son frère Paul tous deux d’Uzel ont combattu en 1914-1918. Paul devenu médecin a eu un fils, Paul, né en 1900. Ce dernier aurait épousé en première noce Jeanne en 1933, leur divorce a été prononcé en 1943, aucun enfant n’est né de leur union. Silence total sur le contexte dans notre famille. Tout le monde est mort désormais mais le doute plane terriblement sur cette histoire dont on a pu comprendre à mi-mot qu’il s’agirait d’espionnage et de renvoi en Allemagne de l’intéressée dont plus personne n’a jamais reparlé, sauf vous semble t-il. Pourriez-vous m’éclairer?
    Je m’intéresse à la généalogie, pour faire réapparaître les gens, tels qu’ils ont vécu, avec leurs ombres et leurs lumières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.