Chevaux de la guerre de 1870 : quelques éléments de réflexion

Pour qui s’intéresse aux War Studies, la guerre franco-allemande de 1870-1871 constitue un terrain encore relativement vierge. Nombreuses sont en effet les approches qui restent à mener, ce afin de non seulement renouveler la compréhension de ce conflit mais de replacer cette séquence chronologique dans un continuum beaucoup plus vaste, sortant de la stricte chronologie diplomatique et militaire pour accéder à un temps beaucoup plus long. Il y a peu, N. Bourguinat et G. Vot ont par exemple montré tout l’intérêt d’une approche globale de la guerre de 1870. Mais bien des angles morts subsistent alors que les archives sont disponibles en nombre, à commencer par les témoignages écrits par les contemporains eux-mêmes. C’est ainsi par exemple que la question du cheval pendant « l’année terrible » n’a pas encore, à ma connaissance, trouvé son historien[1]. Quand la vénérable Revue historique des armées publie en 2007 un dossier sur « le cheval dans l’histoire militaire », celui-ci fait l’impasse sur 1870. Quant aux travaux de D. Baldin sur la contiguïté anthropologique entre le combattant et le cheval pendant la Grande Guerre, ils n’ont pas d’équivalent pour la guerre franco-allemande de 1870-1871[2]. Pourtant, tout porte à croire qu’il y a matière à faire à ce propos.

Sur le plan équin, la campagne de 1870 est engagée alors que l’on sait faire face dès le début du mois de juillet à une « disette des fourrages » qui fait dire au Courrier de Bretagne que « la paille ne sera pas abondante cette année »[3]. Conséquence logique de cette situation, les éleveurs, qui n’ignorent pas qu’ils éprouveront des difficultés à nourrir leurs bêtes, vendent en masse, ce qui explique que les cours soient peu attractifs. Dans la perspective d’un conflit de courte durée, conclu comme dans une persistance rétinienne napoléonienne par une bataille décisive, cette réalité éco-climatique est plutôt de bon augure et la presse morbihannaise avance, toujours en juillet 1870, que « pour la cavalerie, la remonte sera facile, les chevaux étant à bas prix »[4]. Si l’on veut bien se rappeler que, sur les 50 millions de crédits de guerre votés le 16 juillet 1870, 14 se rapportent à la remonte, soit autant que les sommes dévolues au paiement des soldes et des prestations en nature, alors il y a là une considération financière qui est loin d’être négligeable[5].

Carte postale de la Belle époque. Tout porte à croire que le dépôt de remonte de Guingamp pendant la guerre de 1870 se trouve aussi rue de la Trinité. Collections Musée de Bretagne: 971.0028.23.
Carte postale de la Belle époque. Tout porte à croire que le dépôt de remonte de Guingamp pendant la guerre de 1870 se trouve aussi rue de la Trinité. Collections Musée de Bretagne: 971.0028.23.

La mise sur le pied de guerre de l’armée française entraîne, du fait de son hippo-dépendance, un accroissement considérable de la demande équine qui contribue à abaisser les normes d’enrôlement. Là n’est d’ailleurs pas une spécificité de la guerre de 1870 puisqu’on observe peu ou prou la même réalité pendant la Première Guerre mondiale avec la politique de récupération mise en place à partir de l’automne 1914 pour combler les trous dans les rangs[6]. À Guingamp, le dépôt de remonte fait ainsi savoir qu’il « achète tous les jours, jusqu’à avis contraire qui sera publié, de toutes mains et de toute provenance, des chevaux hongres, des juments de toutes armes et de toutes robes, de selle ou de trait, de 4 à 10 ans » et précise qu’il « sera large sur les formes et les membres, pourvu que le cheval puisse faire un bon service de guerre immédiat »[7].

Au début de l’année 1871, pendant la guerre républicaine, la pression sur le cheptel, ainsi que sur les éleveurs du point de vue financier, est encore plus forte et la remonte fait savoir que « les chevaux seront présentés aux Chefs-lieux d’arrondissement aux jours indiqués ci-dessous, ceux reconnus aptes au service de la guerre seront réquisitionnés et payés à leur valeur dans les limites portées au budget, sans qu’il soit permis aux propriétaires d’opposer un refus à la prise de possession des animaux »[8]. Le décret du 3 novembre 1870 du Gouvernement de la Défense nationale impose en effet à chaque département la mise sur pied d’une batterie d’artillerie par centaine de milliers d’habitants, soit cinq pour le Morbihan. En tout, cela représente pour ce seul département l’enrôlement de « 754 chevaux, dont 190 de selle et le reste de trait », chiffres assez considérables[9]. Là encore, il va sans dire que les critères de sélection des bêtes ne sont plus complètement les mêmes que ceux ayant pu prévaloir avant le déclenchement du conflit. En Morbihan, le contraste est d’autant plus vif que le marché est, en 1869, visiblement assez calme, ce qui paraît suggérer une grande exigence de la part de services de la remonte[10]. Les autorités précisent d’ailleurs que

« Pour être acceptés, les chevaux devront être ferrés et en bon état d’entretien. Ils seront vus d’abord conduits en main, et ensuite montés autant que possible au pas et au trot. Le comité tiendra compte, dans son appréciation, du dressage auquel auront été soumis les chevaux. »[11]

Bien que difficile à saisir, tant les archives sont lacunaires, la portée de cet affaissement des seuils de recrutement équin ne doit pas être négligée. En effet, ce sont des animaux qui, pour une part qui reste encore une fois difficile à estimer sur le plan quantitatif, n’auraient pas été décrétés en temps de paix bons pour le service qui sont incorporés. En d’autres termes, le nombre de têtes prime sur la qualité, comme dans une armée de consommation de masse ou le capital se substituerait au travail[12]. Le parallèle avec ce que l’on sait de la politique de récupération pratiquée dans l’infanterie à l’automne 1914 et la réduction assez drastique des périodes d’instruction des fantassins vient d’autant plus facilement à l’esprit que le ministère de la Guerre fait savoir dans les premiers jours de 1871 que « comme les chevaux achetés à cette époque sont tous des chevaux d’âge, ils seront mis en dressage aussitôt leur arrivée, et leur éducation sera poussée avec la plus grande activité, afin de les mettre en état de partir au premier ordre »[13].

Certes, les archives manquent quant à la durée de ces classes équines et l’efficacité de cette instruction. Pour autant, il, ne faut pas être grand clerc pour percevoir que, là comme en bien des choses, nécessité fait loi et que ce sont bien souvent des bêtes insuffisamment préparées qui sont envoyées sur le champ de bataille. Il en résulte donc mécaniquement une baisse du potentiel combattant de l’armée, baisse qu’il est néanmoins difficile à appréhender mais qui est d’autant plus certaine que le conflit dure, la République reprenant le flambeau après la chute de l’Empire. Pendant l’hiver 1870-1871, les conditions éco-climatiques qui pouvaient être relativement favorables à l’armée en juillet 1870 – pénurie de fourrages entrainant une baisse des cours… – se retournent drastiquement contre elle en aggravant encore plus les difficultés que pose le nourrissage des bêtes. Sans compter qu’il faut faire avec « les pertes considérables que l’armée a subies », réalité qui incite Léon Gambetta à accroître encore le poids des réquisitions[14]. En définitive, les besoins sont énormes et la République les estime en janvier 1871 à 350 chevaux de selle par régiment de cavalerie et  400 tant de selle que de trait par régiment d’artillerie, des chiffres qui donc ne tiennent pas compte de l’infanterie, du génie ou encore du train des équipages[15].

C’est du reste un deuxième point sur lequel il faut insister, même si celui-ci est très difficile à appréhender pour la discipline historique du fait du silence, quand il ne s’agit pas d’absence, des sources. Les chevaux – mirabile dictu – n’ayant pas laissé de traces écrites, il est néanmoins possible d’affirmer sans trop de risques d’erreur que leur campagne est au fil des jours toujours plus dure. Sans être un spécialiste ès équitation, ce que l’on peut savoir de la guerre de 1870-1871 ne laisse que peut de doutes quant à la manière dont sont traitées les bêtes : longueur des étapes, absence de soin, soif, faim, fers peu ou pas entretenus et/ou renouvelés, animaux jamais déharnachés et soumis à un stress d’autant plus important que, rappelons-le, nombreux sont ceux qui, en temps de paix, n’auraient jamais été déclarés bon pour le service… Tel est le quotidien de ces bêtes en guerre. Or, loin de relever d’une quelconque forme d’antispécisme, la question de la souffrance animale, même si elle résulte d’un angle mort des connaissances, doit nécessairement se poser à l’historien du fait militaire et guerrier. En effet, elle traduit un affaissement du potentiel combattant des armées d’autant plus important que celles-ci évoluent dans des sociétés régies par une grande proximité de l’homme et du cheval. Pour le combattant de 1870, l’animal n’est pas qu’un outil de travail guerrier : il est un compagnon d’infortune dont les souffrances jouent aussi sur le moral, enclenchant par là une véritable spirale infernale. Nombreux sont les témoignages qui permettent d’entrapercevoir ce point[16]. Au 29e régiment de mobiles du Maine-et-Loire, unité dont on connaît le parcours particulièrement difficile pendant l’hiver 1870-1871, il est par exemple question de chevaux de trait qui glissent sur le verglas alors qu’ils sont attelés à tirer des pièces et des caissons[17].

Des conditions de transport du temps de paix qui n'ont, à n'en pas douter, pas grand chose avec ce que peut être l'expérience équine de guerre en 1870-1871. Carte postale de la Belle époque. Collection particulière.
Des conditions de transport du temps de paix qui n’ont, à n’en pas douter, pas grand chose avec ce que peut être l’expérience équine de guerre en 1870-1871. Carte postale de la Belle époque. Collection particulière.

À cette réalité s’ajoute la portée d’un consentement patriotique sans doute plus complexe que ce que l’on a bien voulu dire[18]. En effet, en 1870 comme en 1914-1918, il faut compter avec l’agentivité des acteurs et leur réalisme, pour employer un champ lexical que ne renierait pas l’histoire des relations internationales, et leur propension à tout mettre en œuvre pour conserver, voire quand cela est possible maximiser, leurs positions sociales[19]. Dès la déclaration de guerre, la chose semble entendue et le chef d’escadron Camille Tranchant commandant le dépôt de remonte de Fontenay, en Vendée, officier qui est manifestement en déficit de « chevaux de selle ou de carrosse propres à la cavalerie », rappelle que « les personnes disposées à vendre font aussi acte de patriotisme »[20]. Sous-entendu, et c’est une chose que les historiens ont sans doute eu trop tendance à négliger, le profit à réaliser n’est pas que symbolique et se récolte aussi en espèces sonnantes et trébuchantes. Dans le Morbihan, le préfet François Ratier, comme s’il était conscient des difficultés que ces réquisitions allaient poser, précise :

« Propriétaires, cultivateurs, ne réservez que les chevaux indispensables à votre service, à vos rudes travaux de la campagne. Conduisez-nous tous les autres. Le Morbihan vous les achètera et vous les paiera. Jusqu’au jour où vous recevrez des espèces à la place des bons, l’intérêt vous sera compté. Vous ne voudrez pas spéculer avec votre pays, et, dussent vos intérêts en souffrir, vous ne regretterez pas vos sacrifices, puisqu’il s’agit pour vous de contribuer au salut de la France. »[21]

Sans doute faut-il voir dans ces quelques lignes une réponse à certaines difficultés que les archives laissent transparaître. En décembre 1870, déjà, Théophile de Pompéry, conseiller général du Finistère, grand propriétaire terrien, membre de l’Association bretonne et futur député républicain, dénonce le systématisme des réquisitions ainsi que, de manière plus générale, les agissements de la remonte et des intermédiaires de commerce. Or, si cette rhétorique sait habilement user de l’argument patriotique, ce discours ne doit pas tromper en ce qu’il est aussi, et peut-être même surtout, un plaidoyer en défense des intérêts des éleveurs[22]. En janvier 1871, la situation est telle que le chef d’escadron Henry Monod commandant le dépôt de remonte de Guingamp est obligé de défendre ses services par voie de presse face aux accusations d’entente sur les prix au profit d’intermédiaires peu scrupuleux[23]. À Bordeaux, le Gouvernement de la Défense nationale n’est d’ailleurs pas dupe des raisons qui entraînent les retards dans la réquisition des chevaux et Charles de Freycinet, délégué de Léon Gambetta au département de la guerre, dénonce le 25 janvier 1871 « les intérêts purement personnels [qui] ont été mis en jeu » ici[24].

Carte postale de la Belle époque. Evidement mise en scène, cette séance d'une Commission d'achat n'a selon toute vraisemblance par grand chose à voir avec ce qui peut se produire pendant la guerre de 1870. Collection particulière.
Carte postale de la Belle époque. Evidement mise en scène, cette séance d’une Commission d’achat n’a selon toute vraisemblance par grand chose à voir avec ce qui peut se produire pendant la guerre de 1870. Collection particulière.

Non, le patriotisme ne prime pas tout et, assurément, le cheval constitue une porte d’entrée efficace pour observer la faculté des acteurs à pratiquer le dissentement, c’est-à-dire à tout mettre en œuvre pour préserver leurs intérêts propres tout en se confortant au maximum à l’impératif moral que constitue la défense nationale[25]. Précisons d’ailleurs, s’il était nécessaire, que les Bretons ne sauraient sur ce point faire exception, comme s’ils étaient plus avares que d’autres ou moins imprégnés par la fibre nationale. C’est ainsi qu’en octobre 1870, le dépôt de remonte d’Angers fait savoir que « l’administration de la guerre répugne d’employer les réquisitions » et ajoute qu’il s’agit-là d’un « moyen peu sympathique à la liberté »[26]. De même, le recours à la petite patrie se révèle visiblement tout aussi improductif que l’appel à la grande, tout du moins à en juger par l’appel que lance le 29 octobre 1870 le général Émile de Kératry commandant l’armée de Bretagne. Lui aussi « fait appel au patriotisme des éleveurs, propriétaires et marchands, pour fournir, dans le plus bref délai, des chevaux propres au service de l’artillerie ». Réclamant des animaux « âgés de 4 à 9 ans », il exige de plus que les vendeurs lui fournissent « le licol, deux longes, une ferrure neuve et une ferrure de rechange bien conditionnée »[27].


[1] Sur cette idée d’année terrible consulter Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[2] Baldin, Damien, « De la contiguïté anthropologique entre le combattant et le cheval », Revue historique des armées, n°249, 2007, p. 75-87.

[3] « Disette des fourrages », Courrier de Bretagne, 11e année, n°55, 9 juillet 1870, p. 3.

[4] « Nouvelles du jour », Courrier de Bretagne, 11e année, n°56, 13 juillet 1870, p. 2.

[5] « Vote pour la guerre », L’Électeur du Finistère, 3e année, n°247, 18 juillet 1870, p. 1.

[6] Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[7] « Intérêts et faits locaux », Courrier de Bretagne, 11e année, n°58, 20 juillet 1870, p. 3.

[8] « Réquisition pour la remonte des troupes à cheval », Courrier de Bretagne, 13e année, n°9, 1er février 1871, p. 3.

[9] « Achat de chevaux pour l’artillerie départementale », Courrier de Bretagne, 13e année, n°6, 21 janvier 181, p. 3. Cet avis, publié dans la presse, est également reproduit sur affiche.

[10] « Remonte », Courrier de Bretagne, 14e année, n°69, 1er septembre 1869, p. 3.

[11] « Actes officiels et administratifs », Journal de Vannes, 7e année, n°8, 20 février 1869, p. 1.

[12] Cochet, François, « Overlord. Prémices de la société de consommation », in Leleu, Jean-Luc (dir.), Le Débarquement. De l’événement à l’épopée, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 213-224.

[13] « Chronique locale », Le Phare de la Loire, 57e année, n°15 441, 12 janvier 1871, p. 4.

[14] « Documents communiqués. Circulaire », L’Union bretonne, année 1870, n°310, 11 décembre 1870, p. 2.

[15] « Chronique locale », Le Phare de la Loire, 57e année, n°15 441, 12 janvier 1871, p. 4.

[16] Voir par exemple le récent Berne, Vincent et Roucaud, Michel (textes présentés et édités par, préface de d’Anceau, Éric), Des Hommes en guerre. Chroniques de 70. Témoignages inédits sur la guerre franco-allemande et la Commune (1870-1871) conservés au Service historique de la Défense, Paris, Editions Pierre de Taillac / Service historique de la Défense, 2023.

[17] Pissot, Léon, Le 29e régiment de mobiles (Maine-et-Loire) pendant les campagnes de la Loire et de l’Est (1870-1871), Angers, Imprimerie P. Lachèse, Belleuvre et Dolbeau, 1873, p. 47.

[18] Audoin-Rouzeau, Stéphane, 1870. La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989.

[19] Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[20] Tranchant, chef d’escadron commandant le dépôt, « Remonte générale, 2e circonscription (Ouest) », Le Phare de la Loire, 56e année, n°15 301, 23 août 1870, p. 3.

[21] « Achat de chevaux pour l’artillerie départementale », Courrier de Bretagne, 13e année, n°6, 21 janvier 181, p. 3.

[22] De Pompéry, Théophile, « La Remonte et à la Réquisition », Le Phare de la Loire, 56e année, n°15416, 18 décembre 1870, p. 2. Cette archive ne rend que plus étrange la présence de Théophile de Pompéry dans le Maitron.

[23] Monod, chef d’escadron commandant le dépôt de remonte, « Au rédacteur », Le Phare de la Loire, 57e année, n°15 450, 21 janvier 1871, p. 2.

[24] De Freycinet, Charles, « Réquisition des chevaux », Bulletin de la République française, n°43, 29 janvier 1871, p. 1 ; « Chronique locale », Le Phare de la Loire, 57e année, n°15 461, 1er février 1871, p. 3.

[25] Rousseau, Frédéric, 14-18, Penser le patriotisme, Paris, Gallimard, 2018, p. 366 et suivantes.

[26] « Remonte générale. Dépôt d’Angers », L’Union bretonne, Année 1870, n°252, 12 octobre, p. 3.

[27] « Armée de Bretagne », L’Électeur du Finistère, 3e année, n°290, 29 octobre 1870, p. 3.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 21 mars). Chevaux de la guerre de 1870 : quelques éléments de réflexion. Ar Brezel. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.