Paroles de la guerre de 1870-1871

Sans doute est-il inutile de rappeler ici combien le témoignage est une archive essentielle, y compris lorsqu’on travaille sur la guerre franco-allemande de 1870. En effet, et contrairement à ce qu’affirme une idée reçue, nombreux sont les écrits des contemporains de « l’année terrible » à avoir été conservés[1]. Mais il n’en demeure pas moins que la discipline est insatiable, toujours avide de nouveaux matériaux à soumettre à la sagacité de la recherche. Aussi, on ne peut que remercier le Service historique de la Défense et les éditions Pierre de Taillac de proposer ces « chroniques des hommes en guerre » en 1870-1871, à savoir des textes de combattants mais aussi de civils qui permettent d’embrasser assez largement la période : guerres impériale et républicaine mais aussi siège de Paris et Commune[2].  Il serait illusoire de prétendre en quelques lignes rendre compte de la substantifique moëlle de ces archives réunis par V. Berne et M. Roucaud tant celles-ci sont riches, et par ailleurs complexes. On nous permettra donc de nous focaliser que sur deux éléments particuliers, la dimension matérielle des armées d’une part, d’autre part le discours qui émerge très rapidement chez tous ces écrivants, qui ont pourtant tous peu en commun, pour expliquer d’une seule et même plume, ou presque, la défaite.

Que l’armée française soit mal préparée à la guerre déclenchée en juillet 1870 (p. 19) n’est certes pas une grande découverte. Mais les témoignages rassemblés ici nous donnent une illustration concrète, matérielle, de cette réalité. Le lieutenant Aymé Guinaudeau du 46e de ligne, unité de La Tour d’Auvergne auquel il ne fait d’ailleurs aucune allusion dans son journal[3], se plaint ainsi régulièrement des manques de l’Intendance, lacunes qui ne sont pas sans causer un certain nombre de troubles disciplinaires dans les rangs (p. 67, 72). Le capitaine Claude Lombard, un bourguignon portant l’uniforme du 67e de ligne, ne dit pas autre chose et décrit – en des termes qui ne sont d’ailleurs pas sans évoquer les longues marches de l’été 1914 – les manœuvres d’autant plus difficiles imposées à la troupe qu’elles sont exigées sous « une chaleur tropicale » (p. 95). Officier de carrière et commandant du 1er bataillon de mobiles de la Sarthe, Gaston de Lentilhac s’attarde pour sa part sur les attelages de l’artillerie qui « furent bien vite dans le même état d’épuisement que les chevaux de la cavalerie » (p. 161). Mais le constat qu’il fait pour la mobile est le même que celui porté sur les régiments de ligne : « Il est arrivé plusieurs fois que pendant cinq jours, une seule distribution ait été faite, de telle sorte qu’en admettant même l’existence des deux jours de réserve parfaitement complets, les hommes n’en étaient pas moins sans rations pendant deux jours » (p. 164). Il est d’ailleurs frappant de constater combien sa plume unit dans de semblables souffrances, imputées à chaque fois aux lacunes de l’Intendance, hommes et animaux : « Avec le système adopté de faire coucher les chevaux dehors, le plus souvent tout harnachés par les temps les plus rigoureux et avec des distributions de fourrage qui n’étaient ni moins irrégulières ni moins insuffisantes que celles des vivres pour les hommes, ce système, nécessité par la crainte des surprises et l’obligation d’être toujours prêt, était le résultat du service ou plutôt de l’absence de tout service fait par la cavalerie » (p. 165).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Marin de la 2e compagnie du 12e bataillon de fusiliers de Toulon, Ferdinand Roze constitue toutefois une notable exception à ce panorama. Affecté en effet au fort de Montrouge, il témoigne de conditions d’existence qui, sans être opulentes, contrastent singulièrement avec ce que vivent à Paris les civils assiégés, ce dont il est d’ailleurs parfaitement conscient : « Il faut avouer, du reste, que nous sommes très bien nourris et nous ne nous apercevons guère des horreurs du siège » écrit-il le 7 décembre 1870 (p. 245). Un menu qui tranche singulièrement avec les 300 grammes de pain et les 50 grammes de viande de cheval alloués quotidiennement par le rationnement à Paris, ce qui laisse libre cours, à en croire Alexandre Moullé, à un marché noir prohibitif pour ceux qui en ont les moyens : « On trouve de l’âne ou du mulet à six franc la livre » explique-t-il (p. 338). Mais plus encore, dans la capitale, c’est visiblement l’armement qui laisse à désirer. Le 7 octobre 1870, Ferdinand Roze explique ainsi graisser son « fusil que l’humidité de la nuit a rouillé » (p. 219) puis, trois jours plus tard, s’emploie à le « dérouiller […] avec de l’émeri » (p. 220). S’il n’est pas certain qu’il faille prendre ces propos au pied de la lettre, ceux-ci semblent néanmoins témoigner d’un matériel qui, à tout le moins, n’inspire pas une complète confiance. Même chose le 17 novembre 1870 lorsque le marin « constate une grande irrégularité dans le tir » des pièces du fort de Montrouge, irrégularité qu’il attribue à « l’humidité des gargousses » (p. 235).

Conséquence des lacunes du ravitaillement évoquées à maintes reprises dans ce volume, « beaucoup d’officiers vont être réduits à la même extrémité et n’auront guère à manger que de la viande de cheval, sans pain ni biscuit, qu’ils remplaceront par des pommes de terre quand ils en trouveront » (p. 80). Le capitaine Lombard décrit pour sa part le même engrenage. Pendant le siège de Metz, il explique (p. 105) :

« On dit que nous n’avons pas beaucoup de vivres dans la place et les forts, que nous n’avons plus de fourrage pour nos chevaux, qu’on va réduire les rations pour les chevaux et pour les hommes et que, dans quelques temps, nous ne pourrons plus les nourrir. On abattra les chevaux pour les faire manger. »

Déjà notée par un certain nombre d’auteurs[4], cette répulsion de l’hippophagie se retrouve dans bon nombre des témoignages réunis ici par V. Berne et M. Roucaud. À cet égard, la tournure pour le moins allusive de la phrase, mentionnée plus haut, du capitaine Lombard est particulièrement symptomatique. C’est faute d’autre aliment que la consommation de viande de cheval est attestée et Ferdinand Roze affirme que, dans Paris assiégé, on abat pas moins de 450 bêtes par jour (p. 247). Le 20 février 1871, moins d’un mois après la levée du siège de Paris donc, ce marin note que « la vie est encore assez chère, mais on trouve de quoi manger, et l’on a réappris à connaître la saveur d’une viande autre que le cheval » (p. 276).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

On l’aura compris, cette approche matérielle, au ras du sol et au plus près du vécu des contemporains, permet à bien des égards de comprendre la rapidité avec laquelle le sort des armes est décidé. Le 19 août 1870, le capitaine Lombard écrit (p. 99) :

« Le soldat, qui a besoin d’avoir le moral raffermi, ne voit rien. Nous ne faisons point de prisonniers, nous n’enlevons point de prisonniers, nous n’enlevons point de canons, de drapeaux ; on ne lui fait même pas l’ordre du jour pour le remercier de ses efforts et l’engager à en faire de plus grands. »

Certes, la République reprend le flambeau du combat à partir du 4 septembre 1870 mais, déjà, les dés sont lancés et les espoirs de victoire bien minces. Il est alors frappant de constater avec quelle vitesse tous les témoins réunis dans ce volume s’accordent sur un récit permettant non seulement de dégager leur responsabilité propre mais, finalement, de ne la faire porter en dernière instance que sur quelques têtes, à commencer par l’Empereur déchu et le maréchal Bazaine (p. 236 notamment). Vétéran de la Grande armée et propriétaire parisien avant tout soucieux de l’administration de ses biens, Alexandre Moullé en est convaincu : c’est « l’incurie [qui] a conduit nos soldats à la boucherie » écrit-il le 8 août 1870 (p. 335). Classiquement, la figure de l’ennemi intérieur, que l’on sait portée au XIXe siècle par tout un imaginaire révolutionnaire, ne tarde pas à être convoquée et Ferdinand Roze explique qu’à Paris « tous les gens à barbe rousse n’ont qu’à se raser, s’ils tiennent à leur peau » (p. 185).

Bien entendu, l’unanimité n’est pas complètement de mise mais il n’en demeure pas moins que les stratégies rhétoriques sont étonnamment parallèles, malgré la diversité des opinions. Pour un homme comme la commandant de Lentilhac, ce sont les « élucubrations militaires émanées de Bordeaux » et plus encore Léon Gambetta, « l’avocat dictateur, l’autocrate républicain », qui sont éminemment condamnables même si, lui aussi, finit par dénoncer « la complaisance des chefs » à obéir à ces autorités politiques (p. 163). Né à Quimperlé en 1837, le capitaine Henry de Mauduit commande la 6e compagnie du IIIe bataillon du régiment de gardes mobiles du Finistère et est chargé de la protection de l’Hôtel de Ville de Paris pendant le siège. Il n’a pour sa part pas de mots assez durs pour Jules Ferry : « sa condescendance pour l’émeute a manqué de nous être fatale » écrit-il, certes en 1872 et dans un rapport à charge (p. 331). Pour autant, de manière générale, il est manifeste que plus que ces questions institutionnelles, c’est l’idée patriotique et la continuité nationale qui prime. Symptomatique est à cet égard le journal du curé de Boissy-Saint-Léger, Lucien Parent, texte qui ne fait aucunement référence au pape et aux états pontificaux, comme si la question italienne était parfaitement étrangère à cette guerre franco-allemande (p. 284 et suivantes).

Suivant que le témoin soit plus ou moins politisé, ce qui renvoie certes à des positions sociales mais aussi, n’en doutons pas, à des inclinations personnelles plus ou moins prononcées, le passage du Second Empire à la République est plus ou moins évoqué. Le 4 septembre 1870, le capitaine Lombard note ainsi : « Rien de nouveau » (p. 104). Ferdinand Roze semble pour sa part fataliste, résigné, et affirme que « la République était inévitable » (p. 190) puis note, le 6 septembre 1870 : « Nous sommes en République sans nous en douter ; du jour au lendemain nous avons changé de régime sans secousse, sans émeute » (p. 194). Ici pèsent grandement les régimes d’écriture – le journal du fusilier-marin de carrière corse Jean-Baptiste Zamponi se résume à une sorte de carnet de route, comme une transposition terrestre d’un journal de bord (p. 305 et suivantes) – et le lieutenant Guinaudeau, qui revient après coup sur les événements, confesse qu’il ne s’attendait pas « aux efforts héroïques qu’a fait depuis la République » (p. 81-82). Mais pour le capitaine Lombard « nous, l’armée de Metz, nous victimes de je ne sais quelle intrigue perfide, nous n’avons pas été vaincus, nous sommes restés braves et vaillants dans toutes les batailles et les combats livrés aux environs de Metz, nous avons été plutôt vainqueurs que vaincus » (p. 107). Puis, deux jours plus tard, il affirme que lui et ses compagnons d’infortune ont été « sacrifiés aux opinons politiques de quelques misérables, ou aux intérêts d’un seul » (p. 107).

Scène de la bataille de Reischoffen (image d'Epinal). Collections Musée de Bretagne : 2018.0000.2870.
Scène de la bataille de Reischoffen (image d’Epinal). Collections Musée de Bretagne : 2018.0000.2870.

On comprend immédiatement tous les avantages que comporte un tel discours aux yeux d’une République naissante qui voit là le moyen de repousser l’épouvantail impérial tout en réconfortant l’honneur flétri de l’armée, pilier sur lequel le régime se (re)fonde avec la réforme de 1873[5]. Ferdinand Roze, d’une plume joyeusement acide, s’amuse d’ailleurs de la rapidité avec laquelle Le Figaro fait « si bruyamment volte-face » et abandonne l’Empire pour la République (p. 196). Mais encore une fois, il ne faut pas négliger toute la dimension disculpatoire de cette rhétorique pour les témoins réunis dans ce volume. Le 24 juillet 1870, le lieutenant Guinaudeau explique ainsi (p. 63) :

« La colonne est mal conduite, la marche, beaucoup trop rapide, est rendue fatigante par une chaleur excessive et une poussière accablante. Aussi, un grand désordre règne dans la colonne sans que personne – je veux dire les officiers supérieurs ou généraux, car les autres n’y peuvent rien – s’en occupe le moins du monde. »

En septembre, alors que fait prisonnier, il déplore « l’incapacité des généraux qui nous ont conduit de défaite en défaite » (p. 83). Virulent, le capitaine Lombard explique : « Ou notre chef est un crétin ou sa conduite est inexplicable » (p. 102), ce qui est aussi une manière de dégager sa propre responsabilité. Pour le capitaine Lombard, ce sont quelques « traitres » qui sont responsables de la défaite (p. 109) : deux ou trois « misérables » (p. 113). Discours classique, certes, mais qui n’est pas complètement désintéressé lorsqu’en février 1871 il s’agit, alors que prisonnier, de préfigurer la future armée française, celle qui devra être aux antipodes de celle défaite de 1870. En dénonçant « le mode de recrutement, le temps de service, le recrutement des cadres, et le mode d’avancement », il prend ses distances avec ce qu’il identifie comme des facteurs expliquant la débâcle tout en n’oubliant pas, lui le capitaine d’infanterie de ligne, d’insister sur le fait qu’il « y a une belle loi sur l’avancement à faire, surtout pour les officiers supérieurs » (p. 138). De même, en dénonçant un régime de recrutement des cadres qui serait avant tout régi par « la faveur », il insinue non seulement que lui n’en a bénéficié d’aucune manière mais que le mérite – qualité qui, à n’en pas douter, le caractérise – est un gage d’efficacité sur le champ de bataille (p. 139). Même chose chez Henry de Mauduit qui souligne le loyalisme de ses mobiles finistériens, troupes arborant des hermines en signe de ralliement (p. 326) : là est assurément, par la bande, un moyen de mettre en lumière ses qualités de chef et l’efficacité de son commandement.

Le paradoxe est qu’en cette période obnubilée par l’ordre social, qu’il s’agisse de le conserver ou au contraire de le renverser, le discours de certains officiers n’est pas sans évoquer une forme de lutte non pas des classes mais des grades. Sous la plume du lieutenant Guinaudeau, le cheval, marqueur par excellence de la dignité de l’officier, devient l’instrument d’une critique sans concession des généraux : « Ils ont des chevaux qui leur ont permis souvent d’aller commander de bons déjeuner pendant que les soldats mouraient de faim, mais jamais ou rarement, d’aller reconnaître d’avance si un campement présentait les conditions qu’il doit remplir pour éviter des surprises ou repousser des attaques de l’ennemi, ou bien pour fournir au soldat les éléments indispensables à son existence » (p. 68).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

On ne saurait, en définitive, trop conseiller ce dense volume, compilation de témoignages émanant d’hommes – la parole féminine est rare en 1870[6] – présentant des profils socioculturels très diversifiés et offrant donc au lecteur un assez indispensable panorama. On ajoutera que nombreux sont les Bretons présents dans ces pages, d’Adolphe Le Flô à Louis-Jules Trochu en passant par Jules Simon. En revanche, le camp de Conlie est évoqué sans aucune référence aux soldats originaires de la péninsule armoricaine (p. 312). Une preuve s’il en fallait de la nécessaire distinction qu’il convient d’opérer entre mémoire et histoire, ce à quoi aide pleinement cet ouvrage à connaître.


[1] Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[2] Berne, Vincent et Roucaud, Michel (textes présentés et édités par, préface de d’Anceau, Éric), Des Hommes en guerre. Chroniques de 70. Témoignages inédits sur la guerre franco-allemande et la Commune (1870-1871) conservés au Service historique de la Défense, Paris, Editions Pierre de Taillac / Service historique de la Défense, 2023. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[3] Sur ce point Le Bloas, Alain, La Gloire de La Tour d’Auvergne. Une histoire de l’admiration au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, tout particulièrement la quatrième partie : « La Tour d’Auvergne héros militaire, héros national ».

[4] Par exemple Audoin-Rouzeau, Stéphane, 1870. La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989, p. 221.

[5] Chanet, Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[6] Pour de plus amples développements consulter Lecaillon, Jean-François, Les femmes et la guerre de 1870-1871. Histoire d’un engagement occulté, Paris, Editions Pierre de Taillac, 2021.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 16 mars). Paroles de la guerre de 1870-1871. Ar Brezel. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbql

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.