François Mitterrand décore Philomène Mercier en la mairie de Guimaëc, le 28 février 1982. Archives départementales du Finistère: 208 J 126, fonds Alain Le Grand, coupure datée du 3 mars 1982.

Guimaëc, Finistère : là où François Mitterrand honore Morland

Le moins que l’on puisse dire est que le rapport que François Mitterrand entretient à la Seconde Guerre mondiale est complexe, pour ne pas dire ambigu. A la fin de son second septennat, le Président, fort malade, doit faire face aux révélations embarrassantes du journaliste Pierre Péan : ses soutiens aussi amicaux que renouvelés à René Bousquet, ancien secrétaire général de la police de Vichy, mais également la francisque qui lui est décernée au printemps 1943, esquintent indéniablement dans l’esprit du grand public l’image de Morland et le brevet d’honorabilité résistante qui l’accompagne[1]. Devenu la figure emblématique de ceux que l’on nomme désormais les « vichysso-résistants », François Mitterrand incarne ce « passé qui ne passe pas » d’une France plongée en pleine « crise de mémoire », pour reprendre les termes de S. R. Suleiman[2]. Mais tel n’a pas toujours été le cas. C’est d’ailleurs ce que rappelle une chemise conservée par les Archives départementales du Finistère[3]. Regroupant quelques coupures de presse – notamment du Télégramme de Brest – cette liasse montre l’engagement clandestin de celui qui deviendra « l’homme du 10 mai 1981 » mais, surtout, rappelle qu’avant de subir le souvenir de la Seconde Guerre mondiale, le théoricien du « coup d’Etat permanent » sait habilement jouer de la carte mémorielle. De surcroît, elle précise la chronologie proposée par l’historien P. Gourlay dans un article érigeant les roches de Beg-an-Fry en véritable « Solutré maritime ».

                De Morland

Les quelques heures bretonnes du Résistant François Mitterrand sont connues. Il n’y a donc nulle découverte, nul « mystère caché » et autre « secret oublié », à attendre de ces quelques documents conservés à Quimper, aux Archives départementales. Pris en charge par le réseau Var, Morland est débarqué dans la nuit du 26 au 27 février 1944 à Guimaëc, petit village finistérien situé entre Carantec et Lannion. Recueilli par un mareyeur, Louis Mercier, il est hébergé une nuit à son domicile avant d’être convoyé à la gare de Morlaix d’où il prend le train pour Paris. Une histoire somme toute assez banale si ce n’est l’identité de l’agent débarqué… Cheville ouvrière du Comité d’Histoire de la Seconde Guerre mondiale dans les Côtes-du-Nord, R. Huguen ne s’y trompe d’ailleurs pas. Dans Par les nuits les plus longues, véritable classique de l’historiographie bretonne de la Résistance tiré d’une thèse de 3e cycle soutenue en 1974, cet historien décrit minutieusement cette opération, soucis du détail qui s’explique à l’évidence par la carrière politique de l’intéressé[4].

Un point, toutefois, ne manque pas d’interpeler le lecteur attentif : R. Huguen affirme que François Mitterrand est alors « membre du mouvement de résistance Libération-Nord ». Si une telle affirmation n’est pas incongrue au regard, d’une part, de l’histoire politique du substrat idéologique qui fonde cette organisation, du parcours politique de Morland lors des IVe et Ve République d’autre part, elle n’est toutefois pas conforme à la réalité. D’ailleurs, l’historienne A. Aglan, à qui l’on doit l’étude de référence sur ce mouvement, ne mentionne pas le futur locataire de l’Elysée dans le volume issu de sa thèse[5]. En réalité, c’est à la tête du Mouvement national des Prisonniers de Guerre que Morland se rend, à l’automne 1943, à Londres puis à Alger… avant de revenir, clandestinement, en France occupée via la Bretagne[6].

Vue aérienne de Guimaëc prise au début des années 1960. Musée de Bretagne: 971.0037.4254.
Vue aérienne de Guimaëc prise au début des années 1960. Musée de Bretagne: 971.0037.4254.

Ceci invite d’ailleurs à rappeler combien l’Histoire est différente de la mémoire, ce que peine parfois à refléter l’historiographie. Publiée au début des années 2020, la monumentale « Histoire de la résistance » d’O. Wieviorka mentionne à trois reprises François Mitterrand : à chaque fois, il s’agit d’insister sur sa période vichyssoise[7]. Autrement dit, toute écriture de l’histoire étant nécessairement contemporaine, c’est plus par ses années au service de l’Etat français que par les risques – bien réels – encourus dans les rangs de la clandestinité que le souvenir de l’ancien Président de la République est aujourd’hui convoqué dans les manuels. Pour autant, il n’en demeure pas moins que le Résistance fut bien réel, et célébré en tant que tel par son double politique.

                … à la geste commémorative mitterrandienne

Un court article publié le 4 février 1982 par Le Télégramme de Brest, coupure conservée dans cette fameuse chemise aux Archives départementales du Finistère, permet de revenir sur la chronologie de cette célébration mitterrandienne de l’action clandestine du jeune Morland. Car il convient de ne pas s’y tromper. Comme le suggère la lettre qu’adresse aux Mercier – Louis le mareyeur de Guimaëc mais aussi sa femme, Philomène – le Président de la République, l’hommage est absolument personnel et ne consacre peut-être pas uniquement le couple de Bretons : « Je me souviens de l’accueil que vous-même et votre mari nous avez réservé ce soir de 1944 ».

Toujours est-il que c’est en 1950 que François Mitterrand revient, pour la première fois, sur les lieux de son arrivée clandestine en Bretagne. Alors parlementaire en vue de la IVe République, il est pendant quelques mois, à la fin des années 1940, ministre des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, et mesure sans doute parfaitement le poids du capital politique que constitue un passé – nécessairement glorieux – de Résistant. La donne est-elle la même en 1978 ? Il est difficile de la dire mais le fait est que c’est au moment de la marée noire de l’Amoco Cadiz que François Mitterrand revient sur les pas bretons de Morland. De passage en 1973 dans la région, celui qui est alors Premier secrétaire du Parti socialiste fait escale à Morlaix, mais pas à Guimaëc.

La troisième étape de ce cycle commémoratif a donc lieu le 28 février 1982, en la mairie de Guimaëc. A 11 heures, en présence de « nombreuses personnalités » (dont le colonel Rémy) à en croire la presse locale, Morland décore ses anciens logeurs d’une nuit. Le Télégramme de Brest ne manque pas d’immortaliser l’image « choc » de cette distinction honorifique : François Mitterrand, de dos, remet les insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite à Philomène Mercier qui se tient toute droite, à côté d’un porte-drapeau, et sous le portrait officiel du Président de la République élu le 10 mai précédent.

François Mitterrand lors d'une réunion électorale à Caen le 7 avril 1981. Cliché: Jacques Paillette, Wikicommons.
François Mitterrand lors d’une réunion électorale à Caen le 7 avril 1981. Cliché: Jacques Paillette, Wikicommons.

Ajoutons, pour être complet, que la geste (auto)commémorative du Président de la République François Mitterrand n’est pas sans témoigner de stéréotypes de genre fortement intériorisés. C’est ainsi que si Louis Mercier se voit décerner la Légion d’honneur, son épouse, Philomène, ne reçoit « que » l’ordre du Mérite. Pourtant, du point de vue des risques encourus au regard de la répression nazie, les mérites sont bien les mêmes…


[1] Péan, Pierre, Une jeunesse française : François Mitterrand (1934-1947), éditions Fayard, Paris, 1994.

[2] Conan, Eric et Rousso, Henry, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Gallimard, 1996 ; Suleiman, Susan Rubin (traduit de l’anglais – US – par Le Ruyet, Marina et Van Ruymbeke, Thomas), Crises de mémoire. Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[3] Arch. dép. Finistère : 208 J 126, fonds Alain Le Grand.

[4] Huguen, Roger, Par les Nuits les plus longues. Réseaux d’aviateurs en Bretagne 1940-1944, Spézet, Coop Breizh, 2003, p. 396-397.

[5] Aglan, Alya, La Résistance sacrifiée. Le mouvement Libération-Nord, Paris, Flammarion, 1999.

[6] Durand, Yves, « Mouvement national des prisonniers de guerre et déportés », in Marcot, François (dir. avec la collaboration de Leroux, Bruno et Levisse-Touzé, Christine), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 131-132.

[7] Wieviorka, Olivier, Histoire de la résistance. 1940-1945, Paris, Perrin, 2018.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2020, 29 janvier). Guimaëc, Finistère : là où François Mitterrand honore Morland. Ar Brezel. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbk8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.