Bristol adressé le 22 novembre 1917 par Joseph de Gouyon de Coipel au préfet du Morbihan (détail). Arch. dép. Morbihan : 3 M 293.

De l’art de (ne pas) raconter sa guerre : Joseph de Gouyon de Coipel

On ne dira jamais assez combien la sérendipité est chose absolument nécessaire quand on fait de la recherche[1]. Certes, il faut savoir terminer des dépouillements et achever une rédaction, tout particulièrement dans cet exercice rempli de figures imposées qu’est la thèse. Mais il faut aussi savoir lâcher prise, se laisser porter par les sources et les trouvailles glanées au hasard de cartons dont le contenu s’est différant de qui avait été subodoré au moment de la commande en salle de lecture. C’est précisément ce qui m’est arrivé alors que je travaillais sur les séances des Conseils d’arrondissement du département du Morbihan au lendemain de la Première Guerre mondiale. Dans une liasse, cotée 3 M 293, je suis tombé sur un carton de correspondance produit par le comte Joseph de Gouyon de Coipel, député du Morbihan, et adressé au préfet de ce même département. En quelques lignes, datant de la fin de l’année 1917, l’élu s’explique sur sa situation militaire et peine, à dire vrai, à masquer l’embarras qui semble être le sien. Face à une telle archive, difficile de ne pas commencer à cogiter…

Malheureusement, on ne dispose pas du courrier ayant suscité cette réponse parlementaire. Sans doute s’agit-il d’une demande de renseignements formulée par l’autorité préfectorale et portant sur le statut militaire de cet administré rendu nécessairement un petit peu particulier par son mandat de député. En tout cas, cet échange montre que l’autorité militaire n’informe pas les autorités civiles du devenir de ces mobilisés hors du commun. Là n’est du reste pas un exemple unique, ce qui témoigne en définitive du relatif isolement du cabinet du représentant de l’État dans le département. C’est ainsi que, dans la même liasse, une note non signée et non datée se demande si un conseiller de l’arrondissement de Lorient est encore vivant…

Verso du bristol adressé le 22 novembre 1917 par Joseph de Gouyon de Coipel au préfet du Morbihan (détail). Arch. dép. Morbihan : 3 M 293.
Verso du bristol adressé le 22 novembre 1917 par Joseph de Gouyon de Coipel au préfet du Morbihan (détail). Arch. dép. Morbihan : 3 M 293.

Pour autant, afin de mieux saisir l’intérêt de la réponse adressée, le 22 novembre 1917 et du 134, rue de Grenelle, à Paris, par Joseph de Gouyon de Coipel, il importe de la reproduire in extenso :

« Monsieur le préfet,

Encore que parfaitement correcte ma situation militaire actuelle manque de précision.

Classe 92 – Exempté, maintenu exempté (Vannes. nov 1914) – Engagé volontaire (Mairie du 7e Arr. Paris) 17 mai 1915 – 13e d’Artillerie – Services automobiles – Passé sur ma demande au 82e d’Artillerie lourde 10e groupe le 15 septembre 1915 – Passé sur ma demande encore à l’artillerie d’assaut le 8 septembre 1916 – Ces deux dernières formations sont des unités d’active – Grièvement blessé le 7 avril 1916 à Berry-au-Bac – Hospitalisé 5 semaines au Val de Grâce. Puis congé de convalescence jusqu’au 1er septembre dernier. Depuis lors je suis en instance de réforme temporaire ou totale mais rien ne vient et je suis en somme, officiellement dans la situation du parlementaire mobilisable tenu à la Chambre pour l’exécution de son mandat.

Sentiments les plus distingués.

Comte de Gouyon. »

Précisons en préambule que ces éléments biographiques, presque présentés à décharge – j’y reviendrai – sont conformes à ce qui est indiqué sur la fiche matricule de recrutement de Joseph de Gouyon de Coipel[2]. Tout juste apprend-t-on grâce à cette archive qu’exempté en 1891, le parlementaire est ciblé à l’automne 1914 par la politique de récupération et maintenu tel quel en décembre 1914, et non en novembre comme il l’affirme. Surtout, cette archive précise que Joseph de Gouyon de Coipel sort du rang en juin 1915 en étant nommé sous-lieutenant un mois seulement après son engagement volontaire – ce qui témoigne d’une montée en grade assez fulgurante et qui le distingue à n’en pas douter du commun des mortels – et qu’il est cité à l’ordre du corps d’armée le 13 mars 1916, distinction qui lui vaut en juillet 1917 d’être fait chevalier de la Légion d’honneur :

« Officier mécanicien du 10e groupe du 120 RALT. Engagé volontaire pour la durée de la guerre, a pendant la nuit du 28 au 29 février 1916 assuré la sortie de batterie du groupe sous le feu de l’ennemi, dans un terrain très difficile, en donnant à son personnel un bel exemple de calme et de sang-froid. »

Chose étonnante, lorsqu’il s’adresse au préfet du Morbihan, Joseph de Gouyon de Coipel ne se prévaut ni de son galon d’officier, ni de sa croix de chevalier de la Légion d’honneur et encore moins de cette élogieuse citation. Pire, tout semble indiquer qu’il n’a pas encore conscience du capital symbolique, et par conséquent politique, que revêtent ces marqueurs.

En revanche, il importe de souligner que ces éléments diffèrent sur quelques points sensibles de la notice publiée par J. Jolly dans son célèbre dictionnaire des parlementaires français, texte dont on ne sait pas exactement dans quelle mesure il est influencé par l’intéressé. Contrairement à ce qu’affirme cette biographie succincte, Joseph de Gouyon de Coipel ne s’engage pas à la mobilisation mais au printemps 1915. De même, si ce texte ne dit rien de sa Légion d’honneur acquise au feu, pour n’évoquer « que » une croix de guerre, rien ne permet de confirmer, ou d’infirmer, le fait qu’il soit blessé en avril 1917 « en dirigeant une section ». La fiche matricule se contente en effet d’évoquer un éclat d’obus et des blessures, assez graves pour ce qu’on peut en juger, à la tête.

Auto-canon, août 1915. La Contemporaine : VAL 244/034.
Auto-canon, août 1915. La Contemporaine : VAL 244/034.

Ceci interpelle dans une double mesure. En premier lieu, l’ignorance préfectorale de la citation et des blessures du parlementaire ne manque pas de retenir l’attention. Or le fait est que le parcours de Joseph de Gouyon de Coipel bénéficie d’une certaine publicité, la presse morbihannaise s’en faisant l’écho de manière parfaitement attendue. En effet, il s’agit tout autant de démontrer l’implication de la petite patrie dans la défense de la grande que, pour les journaux d’opinion, de rappeler la mobilisation des conservateurs et des catholiques dans la lutte pour la « civilisation » et le « droit ». Le 26 mars 1916, le Courrier breton publie ainsi la citation du député et croit bon de préciser :

« Le comte de Gouyon, à la suite d’un accident qui lui avait fait perdre un œil, n’avait pu être admis à l’École polytechnique, dont de brillantes études lui avaient ouvert les portes. Réformé par le Conseil de Révision, il n’avait pas, à son grand regret, pu faire partie de l’armée active, au début de la guerre, et supportant avec peine la situation inactive à laquelle il était contraint, contracta un engagement volontaire pour la durée de la guerre.

À la suite d’examens difficiles, et auxquels peu de candidats furent admis il fut nommé officier mécanicien du 10e groupe des auto-canons et prit depuis une part active aux opérations militaire sur le front. Ses électeurs peuvent être fiers de lui. Après le duc de Rohan, son collègue et voisin, le comte de Gouyon sera inscrit, à son tour, sur le livre d’honneur de cette terrible guerre.

Bon sang ne saurait mentir. »[3]

Donnant maints détails sur sa campagne, le Courrier des campagnes affirme pour sa part en janvier 1916 que « le député de la 2e circonscription de Vannes a été de ceux qui ont estimé que l’honneur d’être soldat devait être préféré à celui de rester à la Chambre ». À n’en pas douter, il s’agit là d’éléments émanant directement de Joseph de Gouyon de Coipel. Mais sans doute le parlementaire n’en a-t-il pas fait assez à ce propos puisque ce même journal juge bon de rappeler à ces lecteurs que c’est précisément parce qu’il est au front que le parlementaire ne peut plus répondre aux courriers que lui adressent ses électeurs[4]. Certes, en 1917, la presse morbihannaise évoque la blessure du sous-lieutenant, et en des termes du reste assez proches de ceux exposés par le dictionnaire de J. Jolly[5]. Mais l’écho de cette nouvelle, de même que sa promotion au rang de chevalier de la Légion d’honneur, semble avoir été pour le moins modeste[6]. D’ailleurs, il est intéressant de remarquer qu’en 1917 c’est avant tout dans les colonnes du Morbihannais, journal se revendiquant « catholique et royaliste », et du Courrier des Campagnes, de sensibilité comparable, que le nom de Joseph de Gouyon de Coipel apparaît. En d’autres termes, et en dépit de l’Union sacrée, la blessure au front de ce parlementaire ne semble pas parvenir à transcender les clivages partisans.

Convalescents dans le jardin du Val de Grâce, où est hospitalisé Joseph de Gouyon de Coipel (août 1915). La Contemporaine : PH/COL/002/0533.
Convalescents dans le jardin du Val de Grâce, où est hospitalisé Joseph de Gouyon de Coipel (août 1915). La Contemporaine : PH/COL/002/0533.

Il est pourtant difficile de ne pas voir dans ces quelques lignes adressées par Joseph de Gouyon de Coipel au préfet du Morbihan un message de défiance envers le haut fonctionnaire, le témoignage d’une certaine indignation à l’idée que l’on puisse penser que cet individu a pu « s’embusquer » et ne pas répondre à l’appel de la Nation en armes[7]. Là est du reste une préoccupation qui correspond bien à ce que l’historien B. Goujon a pu montrer des nobles en Grande Guerre[8]. Par ailleurs, on sait le préfet Pierre Guillemaut, tout juste arrivé à Vannes, partisan d’une stricte application des principes de laïcité, position qui ne tarde pas à l’opposer vivement à l’évêque, Alcime Gouraud[9]. En cela, il se place dans la continuité de son célèbre prédécesseur, Alfred Roth, et sans doute cette missive de Joseph de Gouyon de Coipel doit-elle aussi se comprendre dans une certaine forme d’hostilité « de principe » entre deux hommes qui ne se connaissent pas mais qui se savent appartenir, malgré ce que peut affirmer l’Union sacrée, à des camps opposés et cherchent donc probablement à instaurer un rapport de force.

Or, dans le même temps, il n’est pas difficile d’identifier le parcours de ce parlementaire à une certaine forme d’évitement de l’infanterie, l’arme la plus meurtrière dans ce conflit : l’engagement volontaire permet en effet de choisir son unité d’affectation et c’est ici l’artillerie qui est élue par Joseph de Gouyon de Coipel [10]. À propos de ce type de trajectoire, l’historien N. Offenstadt est même allé récemment jusqu’à parler de « refus de basse intensité », expression intéressante en ce qu’elle suggère l’inverse de la fonction manifestement assignée à cette correspondance parlementaire : prouver que son auteur n’est pas un « embusqué » et qu’il « fait son devoir », comme tout « bon » citoyen[11]. On pourra toujours avancer que, privé d’un œil, Joseph de Gouyon de Coipel ne peut probablement pas envisager servir dans l’infanterie. Certes, les critères physiques d’incorporation dans cette arme sont considérablement abaissés pendant le conflit sous l’effet d’une vive pression démographique, ce jusqu’à même incorporer des individus dont les facultés visuelles sont manifestement pour le moins entamées[12]. De plus, il est probable que, reçu à Polyechnique dans sa jeunesse, l’artillerie constitue pour ce parlementaire une arme non seulement plus « naturelle » mais le moyen de renouer avec une trajectoire interrompue par un dramatique accident : l’engagement serait ici, encore une fois de plus d’ailleurs, tout autant rupture que continuité[13].

Mais force est de constater que Joseph de Gouyon de Coipel ne met pas en avant ces éléments lorsqu’il s’adresse, en ce mois de novembre 1917, au préfet du Morbihan, pas plus finalement qu’il ne les rappelle en 1919 au moment des élections législatives. Or le fait est qu’il n’est pas reconduit dans ses fonctions parlementaires à l’issu de ce scrutin, et ce malgré la vague dite bleu-horizon qui s’empare de la Chambre.

Elu au printemps 1914, Joseph de Gouyon de Coipel ne compte pas parmi ces députés identifiés par l’historien S. Nofficial comme étant particulièrement intéressés aux choses de la Royale[14]. Toutefois, on prendra bien soin de rappeler qu’il se présente dans la 2e circonscription de Vannes, quand la 1e est tenue par le marquis Régis de l’Estourbeillon, figure bien connue de l’Emsav mais aussi secrétaire de la Commission de la marine à l’Assemblée nationale, ce qu’il ne manque pas de rappeler dans sa profession de foi[15]. Quant à Joseph de Gouyon de Coipel, son programme n’évoque que peu les questions militaires, se limitant à souligner « le dévouement d’une admirable armée », et est exclusivement centrée sur la « religion persécutée »[16]. Mais en 1919, son fils Jean est reçu à l’École navale, point de départ d’une carrière d’officier de marine qui le conduira ensuite en politique, et notamment sur les bancs du Sénat[17]. En tant que parlementaire, celui qui est maire de  Cournon depuis 1897 ne parait paraît pas s’intéresser outre-mesure aux question militaires, tout du moins avant le déclanchement du conflit, et c’est au sein des commission des Travaux publics, de l’Administration générale et des mines et des douanes qu’on le trouve inscrit[18].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

La défaite de Joseph de Gouyon de Coipel aux élections législatives de 1919 doit être resituée dans le contexte breton de cette élection, bien connu grâce aux travaux de l’historien C. Bougerard, c’est-à-dire celui d’un scrutin accouchant dans la péninsule armoricaine d’une victoire de la gauche laïque et modérée ainsi que d’un net recul des candidats les plus conservateurs, plus précisément encore ceux de tradition monarchiste[19]. En 1919, le marquis Régis de l’Estourbeillon est d’ailleurs lui aussi battu. Ici, le poids de la Grande Guerre, un conflit mené jusqu’à la Victoire pendant 52 mois par Marianne, est particulièrement sensible. Et on serait même tenté d’avancer l’idée que celui-ci se fait ressentir doublement puisque parmi les éléments qui permettent d’expliquer la défaite de Joseph de Gouyon de Coipel, il y a aussi, sans doute, une question de pure stratégie, à savoir une insuffisante mise en avant de ses états de service pendant la guerre, états pourtant éminemment respectables. Plus précisément, les collections de presse numérisées consultables sur le site des Archives départementales du Morbihan montrent que si le parlementaire en campagne bénéficie indéniablement du soutien de L’Union morbihannaise et de L’Avenir du Morbihan, deux titres acquis à la cause de la droite conservatrice et d’inspiration monarchiste, il ne figure que rarement dans les colonnes du Progrès ou du Nouvelliste, beaucoup plus modérés mais au tirage plus conséquent. En d’autres termes, le capital politique que constitue son expérience combattante reste circonscrit, et ce en dépit de maints appels en faveur de la poursuite de l’Union sacrée, à certaines franges de l’électorat. De là à croire qu’il a pu passer pour au moins une partie de l’opinion pour un embusqué, face à des candidats n’ayant pas eu les mêmes scrupules, il y a un pas qu’il est difficile de ne pas franchir[20]… Pour s’en convaincre, il convient de consulter l’édition du Progrès du Morbihan publiée le 15 novembre 1919, la veille du scrutin donc. Y sont détaillés les parcours des candidats pour qui « l’organe de la fédération des comités républicains du Morbihan » appelle à voter. Louis Nail, tête de liste, est présenté comme « Vice-Président du Ministère de la Victoire ». Maurice Marchais est certes prisonnier de guerre, position toujours ambigüe, mais il est indiqué que sa capture en tant que lieutenant du 85e RIT a lieu au moment de la reddition de la place de Maubeuge, un événement ayant conservé une certaine aura dans l’opinion. Par ailleurs, il est bien indiqué qu’il est ensuite détenu dans plusieurs « camp de représailles », ce qui suggère un comportement bien différent de la passivité coupable généralement associée aux prisonniers de guerre. Bien qu’affecté au service auxiliaire, Paul Maulion parvient à produire une citation à l’ordre portant attribution de la croix de guerre et prend bien soin de rappeler qu’il est « membre de l’office départemental des mutilés ». Réengagé en 1914 à l’âge de 47 ans, Edmond Filhol de Camas est présenté comme lieutenant au 116e RI, titulaire de deux citations à l’ordre, blessé en 1915. Quant à Alphonse Rio, son passé dans la Royale ainsi que sa mission aux Etats-Unis pour assurer « la répartition du tonnage américain pour les ports français » est présenté en détail aux électeurs. En fait, seuls Alfred Brard, René Gaillard et Pierre Bouligand, ce dernier étant né en 1866 et donc étant non-mobilisable en 1914, ne peuvent ériger leur Grande Guerre en capital politique[21]. Or, il est intéressant de noter que si Edmond Filhol de Camas ne parvient pas à entrer au Palais Bourbon, c’est moins du fait de désaffection des urnes, qui portent sur son nom plus de 50 000 voix, que du fait de la règle électorale en vigueur. En revanche, Pierre Bouligand est lui élu.

Même à droite, il n’est pas dit que Joseph de Gouyon de Coipel fasse le plein des suffrages. Appelant sans ambiguïté aucune à voter pour les candidats de l’Union nationale, Le Courrier de Pontivy le présente ainsi uniquement comme député sortant quand le « vicomte Jehan de Rohan [est le] frère de l’ancien député de Ploërmel, héroïquement tombé au champ d’honneur »[22]. Quand Le Nouvelliste du Morbihan annonce la formation de ce « Comité d’Union nationale », il spécifie bien qu’il s’agit « dans un but de concorde, et comme suite au pacte d’union sacrée », de regrouper « tous les représentants élus des catholiques, dans le Morbihan, sans distinction d’étiquette politique ». Mais au moment d’égrener les signataires de cette alliance électorale, le journal républicain de la place Bisson à Lorient se contenter d’indiquer que le « comte de Gouyon » est « député », sans aucune évocation de ses états de service aux armées[23]. Pour Le Progrès du Morbihan, il est avant tout le candidat investi par l’Action française, et ce sans aucun rappel de ses états de service pendant le conflit : manière habile de transformer le scrutin en un référendum pour ou contre Marianne[24]. Cette dernière étant pourvue des lauriers de la Victoire, lauriers si chèrement acquis pendant 52 mois de guerre, le résultat sorti des urnes est finalement assez attendu… Et peu importe finalement que l’ancien engagé volontaire porte l’étiquette de « républicain indépendant en 1919[25].

Ajoutons par ailleurs que Joseph de Gouyon de Coipel témoigne d’une parole relativement libre, faisant à l’occasion non seulement fi du jeu partisan mais renvoyant une image de la guerre à mille lieues des récits héroïques, et par conséquent peu réalistes, destinés à flatter la fibre patriotique. Sans doute ce discours a-t-il pu se révéler, à l’occasion, contre-productif, voire de nature à désarçonner l’électorat. C’est ainsi qu’en février 1919, alors que les négociations à Versailles piétinent, il n’hésite pas à prendre la défense d’Albert Thomas dans la polémique entourant la défense du bassin de Briey. Appuyant le leader socialiste, redécouvert récemment grâce aux travaux d’A. Blaszkiewicz-Maison, il donne une description fine de ce que l’historien T. Ashworth qualifiera, bien des décennies plus tard, de live and let live system[26] :

« De ces accords tacites, de ces conventions spontanées ? Mais il y en eut partout sur le front et un peu à toute époque de la guerre dans les secteurs figés. Depuis les unités d’infanterie qui, des semaines entières, se regardaient à travers les barbelés sans tirer un coup de fusil jusqu’aux états-majors dont personne n’ignorait la position, mais sur lesquels on ne tirait pas dans un but de réciprocité, souvent acceptée, jusqu’aux grands quartiers généraux eux-mêmes… les cas se pourraient citer partout. J’ai vu sur la Somme des Bavarois en ligne prévenir nos poilus qu’ils étaient relevés par des Saxons et qu’ils eussent désormais à se méfier. Je me rappelle un autre fait en Champagne alors que j’appartenais à un groupe de mortiers de 220 : au village de Vaudésincout, le colonel boche commandant l’artillerie du secteur s’était installé, et dès qu’une batterie française tirait autour de ce point l’artillerie allemande répondait en tirant, non pas sur ceux qui troublaient la quiétude du colonel, mais sur Mourmelon où était le PC du colonel français… aussi avions-nous défense de tirer sur Vaudésincourt. »[27]

Témoignage passionnant pour l’historien du fait militaire et guerrier, on se doute en revanche aisément que ces quelques lignes ne constituent pas un capital politique très porteur pour un parlementaire songeant en cet hiver 1919 à sa prochaine réélection aux élections législatives. Même chose quand Joseph de Gouyon de Coipel propose, avec Régis de l’Estourbeillon, à l’Assemblée nationale un amendement portant augmentation de 5 francs de la prime de démobilisation pour les engagés volontaires pour la durée de la guerre au motif qu’il s’agit là d’une « élite de bons Français »[28]. Le contraste avec le discours du monde combattant, qui entend militer en faveur de la préservation des intérêts matériels et moraux de toute une génération, celle « du feu », est flagrant

A Paris, le pont de la Concorde et l'Assemblée nationale. Collections Musée de Bretagne : 982.0008.3281.
A Paris, le pont de la Concorde et l’Assemblée nationale. Collections Musée de Bretagne : 982.0008.3281.

Que l’expérience combattante ait pu constituer lors des élections législatives de 1919 un capital politique déterminant pour l’emporter ne fait pas de doute. Mais celui-ci ne suffit pas. Encore faut-il savoir l’avancer à bon escient. Et c’est précisément là, semble-t-il, qu’a pêché la campagne de Joseph de Gouyon de Coipel. Or, cette incapacité à mettre en avant ses états de service ne date pas de l’automne 1919. C’est que montre le mot rapidement écrit le 22 novembre 1917 et adressé au préfet du Morbihan pour justifier de sa situation militaire.


[1] Sur le sujet, on pourra lire le beau plaidoyer de Plénel, Edwy, Voyage en terres d’espoir, Ivry-sur-Seine, Editions de l’Atelier, 2016.

[2] Arch. dép. Morbihan : r_0989.2105.

[3] « Un député morbihannais cité à l’ordre du jour », Courrier breton et nouvelles du Morbihan, 40e année, n°13, 26 mars 1916, p. 4.

[4] « Nos compatriotes au front », Le Courrier des campagnes, 91e année, n°8, 9 janvier 1916, p. 2.

[5] Par exemple « Un député blessé au feu », Courrier breton, 41e année, n°18, 6 mai 1917, p. 3 ; « Nos glorieux compatriotes », Le Courrier des campagnes, 92e année, n°75, 29 avril 1917, p. 2.

[6] Loire, Georges, « Croix d’honneur », Le Courrier des campagnes, 92e année, n°83, 20 juillet 1917, p. 1.

[7] Ridel, Charles, Les Embusqués, Paris, Armand Colin, 2007.

[8] Goujon, Bertrand, Du sang bleu dans les tranchées. Expériences militaires de nobles français durant la Grande Guerre, Paris, Vendémiaire, 2015.

[9] Pour de plus amples développements je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Le culte d’un saint comme outil politique du temps présent : la Grande Guerre de Vincent Ferrier », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°129-2, 2022, p. 127-147.

[10] Rousseau, Frédéric, « De l’élan patriotique aux stratégies d’évitement. Anatomie des engagements volontaires souscrits à Nîmes durant la Grande Guerre », in Heyries, Hubert et Muracciole, Jean-François, Le soldat volontaire en Europe au XXe siècle, de l’engagement politique à l’engagement professionnel, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2007, p. 133- 167.

[11] Offenstadt, Nicolas, « Rebelles et insoumis », in Cabanes, Bruno (dir.), Dodman, Thomas, Mazurel, Hervé et Tempest, Gene (coord.), Une histoire de la guerre du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2018, p. 358.

[12] Voir par exemple Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, p. 167.

[13] Pour de plus amples développements je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « L’engagement des Français libres : une mise en perspective » in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Pour une histoire de la France libre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 29-47.

[14] Nofficial, Sébastien, Le Parlement et la marine 1871-1914. Une histoire politique de la marine militaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023

[15] Chambre des députés, Impressions : projets de lois, propositions, rapports, etc., Paris, Imprimeries de la Chambre des députés, 8 juillet 1914, p. 734. Joseph de Gouyon de Coipel, qui mériterait assurément une enquête beaucoup plus poussée, ne paraît pas insensible aux idées de l’Emsav. En effet, on le retrouve en 1936 au sein du Comité de direction de l’Union régionaliste bretonne. Son implication dans le mouvement reste toutefois à étudier plus profondément. Il semble d’ailleurs assez proche de Régis de l’Estourbeillon. Union régionaliste bretonne, Congrès du Grand Fougeray, 25-31 août 1936, Bulletin annuel, Rennes, Imprimerie provinciale de l’Ouest, 1936, p. 3.

[16] Ibid., p. 735.

[17] « Ecole navale », L’Union morbihannaise, 2e année, n°56, 26 janvier 1919, p. 1.

[18] « Silhouettes de candidats », L’Union morbihannaise, 2e année, n°97, 9 novembre 1919, p. 2.

[19] Bougeard, Christian, Les forces politiques en Bretagne. Notables, élus et militants (1914-1946), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 48.

[20] « Le salut d’un poilu aux croix d’honneur des braves », L’Union morbihannaise, 2e année, n°96, 2 novembre 1919, p. 1 affirme à propos de Joseph de Gouyon de Coipel, soit donc quelques jours semaines avant le premier tour de scrutin, qu’il « a mi autant d’ardeur et d’obstination à s’engager, à aller au front, que d’autres à s’embusquer ».

[21] « Elections législatives du 16 novembre 1919 », Le Progrès du Morbihan, 36e année, n°46, 15 novembre 1919, p. 1.

[22] « Nos candidats », Le Courrier de Pontivy, non numéroté, 9 novembre 1919, p. 1. Même chose en ce qui concerne l’édition datée également du 9 novembre 1919 du Ploërmelais.

[23] « Les Prochaines élections dans le Morbihan », Le Nouvelliste du Morbihan, 33e année, n°51, 23 octobre 1919, p. 1.

[24] « Don’t acte », Le Progrès du Morbihan, 36e année, n°29, 27 septembre 1919, p. 1.

[25] « Chez les Républicains indépendants », Le Nouvelliste du Morbihan, 33e année, n°87, 7 novembre 1919, p. 1.

[26] Blaszkiewicz-Maison, Adeline, Albert Thomas. Le socialisme en guerre 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016 ; Ashworth, Tony, Trench Warfare 1914-1918. The Live and Let Live System, London, Pan Books, 2000.

[27] « La Question de Briey », L’Union morbihannaise, 2e année, n°60, 23 février 1919, p. 2.

[28] « Ecœurante partialité », L’Union morbihannaise, 2e année, n°62, 9 mars 1919, p. 1.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 28 février). De l’art de (ne pas) raconter sa guerre : Joseph de Gouyon de Coipel. Ar Brezel. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqj

2 réflexions sur « De l’art de (ne pas) raconter sa guerre : Joseph de Gouyon de Coipel »

  1. Bonjour, vous vous interrogez sur la montée en grade “fulgurante” de Gouyion, elle est sans doute liée à son statut de député, ainsi que l’explique de le site de l’Assemblée : “Le 12 novembre 1914, une circulaire du ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, permet de nommer tout homme de troupe « officier à titre temporaire et pour la durée de la guerre ». Cette mesure répond à la fois aux besoins généraux de l’armée, après l’hécatombe des premiers mois de la guerre, et aux demandes de nombreux parlementaires. Ceux-ci bénéficieront tous de cette mesure au cours du premier semestre 1915, malgré les réticences du haut-commandement.”

    1. Bonjour!
      L’explication que vous avancez est effectivement fort séduisante! D’où l’intérêt, encore un fois, de croiser les historiographies entre histoire politique et histoire militaire!
      Erwan LE GALL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.