À propos de la peur du maquis

Le maquis est un lieu particulièrement ambivalent pour qui s’intéresse à la Seconde Guerre mondiale. Associé aux FFI et à la Résistance, il est le vecteur d’un discours glorificateur qui peine toutefois à passer sous silence certaines représentations plus ambivalentes, quand elles ne sont pas franchement ambigües, celles de « maquis noirs », voire même de « faux maquis »[1]. Mais, lorsqu’appréhendé par le prisme de l’occupant, et donc de la dramatique politique de répression de la Résistance qu’il exerce, le maquis recouvre une image plus univoque, celle d’un repère de bandits, de hors-la-loi et de combattants irréguliers. Bien entendu, cette grille de lecture, qui relève bel et bien d’une véritable culture de guerre, est tout à la fois détonateur libérant les pulsions meurtrières et justification, une fois les troupes du Reich défaites et anciens occupants confrontés à Thémis. Mais il apparaît néanmoins opportun de s’intéresser aux racines de cette représentation mentale, démarche qui conduit à prêter attention à un éditorial, non signé, intitulé « À propos des attentats » et publié en première page de l’édition du 6 novembre 1943 du Progrès du Finistère[2].

Résolument à la solde des autorités de Vichy – les Allemands semblant hors du spectre de l’auteur, comme si la réalité de leur présence était niée – cet article développe une rhétorique peu surprenante et s’intégrant parfaitement dans les canons discursifs – on parlerait aujourd’hui d’éléments de langage – de l’État français : les maquisards sont des brigands relevant du droit commun, des « terroristes » perpétrant des « attentats » dont les populations civiles sont victimes. Jamais il n’est question de Résistance mais d’individus aux marges de la société et représentant de cette « anti-France » que se plait à dénoncer le régime : des chômeurs, ce qui vient rappeler combien le travail est alors un rapport anthropologique au monde[3], et des communistes.

À en croire ce billet publié par le Progrès du Finistère, les racines du maquis ne plongent pas dans la guerre mais dans « l’ambiance […] déchristianisée du moment ». Là encore le propos n’est pas complètement surprenant et est même d’une certaine manière habile puisqu’il élude complètement l’occupation et les rigueurs qu’elle entraîne. Là est une manière de suggérer l’idée que seuls les maquis, et de manière plus générale la Résistance, sont la cause des malheurs de la population. Ajoutons d’ailleurs que la lutte clandestine est ici considérée comme une sorte d’épiphénomène historique, ce qui est bien entendu un moyen d’en diminuer la portée. D’une certaine manière, le véritable conflit qui émerge de ce texte, c’est celui né des Lumières, autrement dit cette guerre civile de basse intensité où « la foi, l’Église, les âmes sont […] combattues »[4]. Dès lors, il n’est pas difficile de songer à un certain nombre d’ennemis traditionnels de ce Vichy ultra-conservateur et catholique qui semble inspirer cet éditorialiste anonyme : de la Terreur au Front populaire en passant par Émile Combes et la Séparation, les références ne manquent pas. C’est du reste bien d’un combat mondial dont il s’agit ici, dont les principaux théâtres d’opérations ont jusqu’à présent été la Russie avec la Révolution de 1917, puis la Hongrie de la République des Conseils et enfin la Guerre civile espagnole.

Ferme servant de PC au maquis de Pléchâtel (Ille-et-Vilaine). Collections Musée de Bretagne: 990.0032.811.
Ferme servant de PC au maquis de Pléchâtel (Ille-et-Vilaine). Collections Musée de Bretagne: 990.0032.811.

Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que cet éditorial résume la guerre en cours à un combat contre les « bolcheviques », ceux-ci étant à la fois les maquisards « terroristes » de l’intérieur et les responsables des bombardements meurtriers ayant frappé durement Brest, Lorient et Saint-Nazaire, dans une moindre mesure Rennes et Nantes, pour ne rester qu’à l’échelle de la péninsule armoricaine. Or on connaît la force de ce discours, celui-ci étant d’ailleurs à l’origine de représentations mémorielles particulièrement ambiguës et qui continuent du reste à sévir[5]. Rappelons également que la dénonciation des attaques contre les trains ne naît pas avec 1940 et que cet article s’intègre au contraire dans une longue tradition, celle d’une peur d’attaques menées contre les flux et destinées à déstabiliser l’État : les références à « l’action directe » et au « Grand Soir » ne laissent à cet égard aucun doute[6].

Une fois ceci exposé, il reste néanmoins une question à laquelle il est très difficile de répondre, mais qu’il est néanmoins essentiel de poser, celle de l’impact d’un tel article. Bien entendu, il convient de ne pas se méprendre quant à cette interrogation. Il ne s’agit pas de l’influence que pourrait avoir cet article à proprement parler, puisque l’on sait le tirage du Progrès du Finistère assez modeste. Par ailleurs, des recherches sur la base Retronews n’ont permis de repérer aucune intertextualité flagrante, ce qui signifie concrètement que ce texte est bel et bien original et qu’il n’est en aucun cas la duplication d’un autre publié dans un autre titre. C’est dans le cadre d’un discours plus ample, mais aussi plus diffus et également diffusé, qu’il convient de le considérer afin de se demander si ces représentations mentales ont effectivement, ou non, eu une influence sur le comportement des populations civiles à l’égard de ces regroupements clandestins.

Cette peur des maquis est également importante à intégrer dans le cadre d’une réflexion portant sur les modalités de la répression par les autorités d’occupation. En effet, elle permet d’enjamber un certain nombre de barrières artificiellement apposées par la mémoire. Je pense ici à l’idée selon laquelle les marins auraient mené une guerre « propre » en comparaison de celle opérée sur terre. Or ceci ne résiste pas à l’épreuve des faits. Rappelons en effet en préambule que les représentations mentales font habituellement peu de cas de la nature de l’uniforme porté et qu’il y a somme toute assez peu de raisons pour que de telles craintes, qui doivent bien être comprises comme relevant d’une véritable culture de guerre, c’est-à-dire d’une grille de lecture donnant du sens au réel en cours, épargne les hommes de la Kriegsmarine et pas ceux de la Heer[7]. On sait d’ailleurs que les tribunaux de la Luftwaffe ont tendance, dans les premiers mois suivant l’armistice de 1940, à se montrer plus sévères que ceux de l’armée de terre, non pas que ces soldats soient plus vertueux que les aviateurs mais, comme le rappelle l’historienne C. Andrieu, parce que ces juges sont « plus proches des autorités militaires d’occupation, et donc plus soucieux du maintien de l’ordre et de la paix publique »[8]. Précisons ensuite qu’un certain nombre de travaux récents ont souligné l’implication de marins dans la particulièrement sanglante répression extra-judiciaire qui sévit en Finistère à partir du mois de juin 1944. Je pense aux fusiliers-marins impliqués dans la réduction du maquis d’Eliant mais aussi, et peut-être même surtout, au massacre de Penguérec, objet de la thèse de D. Poupon soutenue en septembre 2022[9].

Cliché, selon toute vraisemblance pris après la Libération, intitulé "Il faut manger!" et figurant le maquis de Fougerolles, en Mayenne. L'homme le plus âgé, au milieu de la composition, semble suggérer la distinction entre "résistance-organisation" et "résistance-mouvemement" par le biais, notamment, de la nourriture. Collections Musée de Bretagne : 990.0032.1568.10.
Cliché, selon toute vraisemblance pris après la Libération, intitulé “Il faut manger!” et figurant le maquis de Fougerolles, en Mayenne. L’homme le plus âgé, au milieu de la composition, semble suggérer la distinction entre “Résistance-organisation” et “Résistance-mouvemement” par le biais, notamment, de la nourriture. Collections Musée de Bretagne : 990.0032.1568.10.

Bien entendu, l’impact d’un texte comme celui que publie Le Progrès du Finistère sur les troupes allemandes est à peu près nul, ne serait-ce que pour d’évidentes questions linguistiques, et du point de vue des logiques répressives, c’est une autre généalogie qu’il faut reconstituer. Mais si les contours de la Résistance restent toujours délicats à mesurer avec précision, on sait qu’une organisation clandestine comme un maquis ne peut subsister dans un environnement hostile. La problématique du ravitaillement montre par exemple toute la pertinence de la dichotomie entre Résistance-organisation et Résistance-mouvement, ce qui suppose une géographie de proximité marquée par un certain nombre de solidarités : telle ferme, tel épicier ou tel boucher pour approvisionner des clandestins qui, rappelons-le, réfractariat au Service du travail obligatoire oblige, sont dans la force de l’âge et probablement dotés de solides appétits[10]. Et c’est sans doute là qu’un tel article est insidieusement le plus nocif, en ce qu’il contribue à réactiver un certain nombre de représentations mentales négatives du maquis et des maquisards, ce qui a pour conséquence de fragiliser, voire de rendre impossible, ces solidarités si nécessaires.

Bien entendu, ce seul texte, publié de surcroît dans un journal à l’audience – il convient de le rappeler – somme toute relativement restreinte, ne peut être rendu à lui seul responsable de l’image ambigüe du maquis et de certaines réticences que l’on peut observer dans la population. En réalité, il est d’ailleurs moins la source d’un frein que la preuve d’un état d’esprit particulier qui se révèle pendant la Seconde Guerre mondiale mais lui préexiste très largement. C’est là, et uniquement là, que la presse comme source devient un utile à l’historien, moins dans une lecture resserrée que distante permise par des outils comme Gallicagram. En effet, cette application permet de confronter un terme comme « attentat » au corpus de la presse française consultable sur Gallica pour la période 1872-1944. Le programme montre que l’occupation n’est pas celle où ces mots-clefs apparaissent le plus. C’est en effet la Belle époque, dont on sait combien elle a peur des bas-fonds, qui recourt le plus à ce terme, ce qui permet par ricochet d’ancrer une représentation mentale qui infuse jusqu’à l’occupation[11]. En revanche, le mot « terroriste » connaît une popularité spectaculaire à partir de 1943.

Occurrences des termes "attentat" et "terroriste" sur le corpus de la presse française de Gallica entre 1872 et 1944 (1 086 028 occurrences trouvées). Gallicagram.
Occurrences des termes “attentat” et “terroriste” sur le corpus de la presse française de Gallica entre 1872 et 1944 (1 086 028 occurrences trouvées). Gallicagram.

Dès lors, la discipline historique se trouve confrontée à un dilemme aussi épineux que stimulant, celui qui consiste à produire une grille de lecture synthétisant dans un même mouvement deux réalités sociales parfaitement antagoniques ; celle d’une part qui insiste sur la large diffusion des stéréotypes négatifs liés aux maquis et qui constituent autant d’obstacles au développement du phénomène maquisard; celle d’autre part qui met en lumière l’ampleur de la résistance-mouvement, que cela soit par le truchement de l’aide prodiguée justement aux maquis, à rebours donc de ces représentations mentales négatives, ou par les « helpers » aux pilotes alliés tombés en France occupée[12]. Là est une ligne de crête particulièrement fine et délicate à trouver mais dont l’intérêt apparaît essentiel. En effet, seule cette analyse pourra restituer le caractère massif du mouvement social qu’est la Résistance sans pour autant tomber dans le piège du résistancialisme.


[1] Voir notamment Grenard, Fabrice, Maquis noirs et faux maquis 1943-1947, Paris, Vendémiaire, 2011.

[2] « À propos des attentats », Le Progrès du Finistère, 37e année, n°1909, 6 novembre 1943, p. 1.

[3] Sur cette question je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[4] À ce propos Rolland-Boulestreau, Anne et Michon, Bernard, Des Guerres civiles du XVIe siècle à nos jours. Usages et enjeux des mémoires, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[5] Voir notamment Tranvouez, Yvon, « La mémoire d’un bombardement britannique : Notre-Dame-des-Anges (Morlaix, 1943-2003) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°111-1, 2004, p. 127-154.

[6] Patin, Nicolas et Pinsolle, Dominique (dir.), Déstabiliser l’État en s’attaquant aux flux. Des révoltes antifiscales au sabotage, XVIIe-XXe siècle, Nancy, Editions Arbre bleu, 2020.

[7] Solchany, Jean, « Relire Mein Kampf : de l’opportune édition critique d’un livre abject », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°69-3, 2022-3, p. 178-179 indique que « jusqu’aux derniers jours [du Reich], la lecture de Mein Kampf semble avoir été jugée importante par les militaires ».

[8] Andrieu, Claire, Tombés du ciel. Le Sort des pilotes abattus en Europe 1939-1945, Paris, Tallandier, 2021.

[9] Landrein, Pierrig, « Faux maquis ou « vrai » maquis ? Histoire et mémoire du maquis de Rohantic de 1944 à nos jours, mémoire de master 2 sous la direction de Branche, Raphaëlle, Nanterre, Université Paris Nanterre, 2022 ; Poupon, Dimitri, Le Massacre de Penguérec : Gouesnou, le 7 août 1944. Récits et mémoires d’un drame (1944-2021), thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Bouthillon, Fabrice et Carney, Sébastien, Brest, Université de Bretagne occidentale, 2022.

[10] Sur le sujet je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Pour une géographie du maquis : Plainville », Les maquis en région Centre, Actes du colloque de Tours tenu le 9 avril 2008, Résistance en Touraine et en région Centre, hors-série n°1, juillet 2008, p. 23-36.

[11] Kalifa, Dominique, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.

[12] Sur le sujet, outre Andrieu, Claire, Tombés du ciel…, op. cit., mentionnons le classique et indispensable Huguen, Roger, Par les Nuits les plus longues. Réseaux d’aviateurs en Bretagne 1940-1944, Spézet, Coop Breizh, 2003.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 12 février). À propos de la peur du maquis. Ar Brezel. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.