La Royale comme niche parlementaire

Tiré d’une thèse de doctorat entreprise à l’Université de Bretagne-Sud sous la direction de G. Le Bouëdec, le livre que Sébastien Nofficial fait paraître aux Presses universitaires de Rennes participe d’une histoire politique du militaire aussi stimulante que riche en perspectives de renouvellement des connaissances[1]. Au terme d’une démonstration convaincante, l’auteur montre combien le Parlement peine à réformer la Royale à la suite de la guerre de 1870, ce qui, de facto, pose la question de la domination du pouvoir civil sur le militaire. Une lecture certes technique, et parfois même aride, mais qui s’imposera à toute personne dont les travaux portent sur la France de la première partie de la IIIe République.

Jusqu’en 1889, le Parlement ne parvient pas à « développer une influence réelle » sur la rue Royale et le nombre d’élus s’intéressant aux questions navales reste faible. D’ailleurs, ceux-ci répondent moins à des considérations d’ordre général qu’à la défense d’intérêts particuliers (p. 31). Il est vrai que l’instabilité du régime rend la tâche de ces élus difficile. Alors que 32 ministères, et 24 ministres de la Marine différents, se succèdent entre février 1871 et juin 1898, l’administration centrale de la Marine se caractérise, elle, par une remarquable stabilité (p. 113). Même chose en ce qui concerne les services administratifs des arsenaux (p. 148), dès lors constitués en véritables bastions difficilement prenables, et par conséquent amendables. Ajoutons enfin à cela que la sous-commission de la Marine est longtemps « dominée par les vice-amiraux parlementaires qui refusent toute idée de réformer une armée qui, à leurs yeux, n’a pas failli pendant le conflit de 1870 à la différence de son homologue à terre » (p. 138).

A Paris, le ministère de la Marine, rue Royale. Carte postale, collection particulière.
A Paris, le ministère de la Marine, rue Royale. Carte postale, collection particulière.

La situation évolue toutefois à partir des années 1890 avec un nombre croissant de parlementaires impliqués dans les questions navales (p. 155) même si la défense des intérêts particuliers reste bien présents. D’ailleurs, les progrès demeurent modestes et S. Nofficial concède qu’en 1899 la pensée navale à l’Assemblée nationale n’est seulement le fait que de quelques députés (p. 186). Ainsi, ce n’est que par la grâce de l’investissement de trois parlementaires au poids politique certain – Edouard Lockroy, Antoine Lanessan et Théophile Delcassé, et dans une moindre mesure Camille Pelletan et Gaston Gerville-Réache – que le rapport de forces se modifie (p. 219), ceux-ci étant par ailleurs bien aidés par le fait que le portefeuille de la Marine soit désormais dévolu non plus à un officier général mais à un civil (p. 220). Mais il ne faudrait pas non plus conclure à une translation aux palais Bourbon et du Luxembourg du centre de gravité de la Royale. C’est ainsi par exemple que les parlementaires se montrent plutôt modérés en ce qui concerne la laïcisation de la Marine, les chambres étant incapables de s’y opposer mais jouant malgré tout une partition d’apaisement après 1905 (p. 247-252) : une modération dont les conséquences sont assez clairement perceptibles dans les circonscriptions concernées. En fait, même en 1914, plus que de contrôle parlementaire, c’est de mainmise du pouvoir civil dont il s’agit à en croire l’auteur (p. 316).

Pour autant, il n’en demeure pas moins que cette chronologie pose la question du boulangisme en matière navale. En effet, jamais l’ouvrage n’évoque cette sulfureuse comète politique et ses éventuelles implications maritimes alors que le terrain propice à son développement est parfaitement décrit[2]. Inutile de revenir sur l’instabilité ministérielle et l’impuissance parlementaire détaillées plus haut… D’ailleurs, si René Le Hérissé est évoqué à quelques reprises dans l’ouvrage (p. 234 et 300), ce n’est jamais pendant la crise boulangiste, comme si celle-ci n’avait concerné ni les ports, ni les arsenaux, ni la flotte.

On le voit, ce n’est que tardivement que le Parlement parvient à exercer sa domination, toute relative par ailleurs, sur la Royale, marquant ainsi une victoire assez lente à se dessiner du pouvoir civil sur le militaire (p. 316). Et encore, ce sont moins les considérations doctrinales et géopolitiques qui mobilisent que des aspects purement financiers. La Marine coûte d’autant plus cher que les finances de l’État sont en piteux état au lendemain de l’Année terrible (p. 48 et suivantes notamment, mais aussi p. 115) et que la guerre sur mer est confrontée à d’importantes mutations technologiques : la vapeur mais aussi le blindage, évolutions ayant il est vrai déjà débuté au Second Empire (p. 34 et suivantes notamment)[3]. Il est d’ailleurs à cet égard assez symptomatique de constater que c’est moins en commission de la Marine que du Budget que la pression parlementaire s’exerce.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Mais il n’en demeure pas moins que la prosopographie relativement fine menée par S. Nofficial montre sans ambiguïté que ces questions navales n’intéressent que peu les élus, et que plus rares encore sont ceux chevronnés qui prennent part à ces débats. Il est même question d’élus « de seconde envergure » (p. 149), au poids politique par conséquent très relatif. L’ouvrage permet d’ailleurs de dresser un recensement utile de ces parlementaires bretons – citons notamment le royaliste morbihannais François Dahirel, le polytechnicien républicain Joseph de Gasté, élu d’abord à Cherbourg puis à Brest, le député puis sénateur de Scaër François Monjaret de Kerjégu, le rennais et ancien capitaine de mobiles Félix Martin-Feuillée, le lorientais Edouard Mathieu, le polytechnicien lorientais et sénateur inamovible Henry Dupuy de Lôme, le sénateur finistérien et contre-amiral Hyppolite Halna du Frétay, l’ancien capitaine de mobiles et député conservateur finistérien Etienne Roussin, l’ancien saint-cyrien, officier de cavalerie et député royaliste Paul de Lanjuinais, les députés républicains de Saint-Malo Auguste Hovius et Robert Surcouf, ce dernier n’étant pas à confondre avec son père, sous-préfet révoqué et militant boulangiste, le chartiste lorientais Vincent Audren de Kerdrel, le député puis sénateur légitimiste du Morbihan, et ancien officier d’état-major, Charles de La Monneraye, le député lorientais polytechnicien, et ingénieur hydrographe, Paul Guieysse, le député nantais, et lieutenant d’artillerie pendant la guerre de 1870, Maurice Sibille, le député républicain de Brest et ancien bordache Aristide Vallon, le député royaliste et ancien saint-cyrien de Brest François Villiers, le député de Saint-Brieuc Louis Armez, les députés de Lorient Eugène Le Coupanec et de Pontivy Albert Le Clec’h[4], le député de Lorient Louis Nail, le député de Quimperlé et ancien lieutenant de mobiles pendant la guerre de 1870 James Monjaret de Kerjégu, les sénateurs brestois Louis Delobeau et Louis Pichon, ce dernier étant par ailleurs polytechnicien, le député républicain de Tréguier Gustave de Kerguézec, le député de Quimper, et futur thuriféraire des fusiliers marins à Dixmude, Georges Le Bail ou encore le député socialiste brestois Emile Goude, dont on connaît par ailleurs la sensibilité militaire – et met en lumière l’action du groupe des ports, véritable lobby maritime à l’Assemblée nationale apparaissant en 1893 (p. 167). Mais, là encore, il importe de bien saisir l’ampleur du phénomène afin de ne pas tomber dans le piège de la surestimation : c’est bien de la défense d’intérêts géographiquement et sectoriellement très circonscrits dont il s’agit ici. D’ailleurs, cette dimension permet d’expliquer la puissance réformatrice très relative du parlement. En effet, peu d’élus « s’estiment compétents sur les questions navales et la grande majorité des députés doit donc se faire un avis entre la position d’un ministre qui est aussi la plupart du temps un officier général et une commission représentée par un rapporteur civil ne s’étant spécialisé sur les questions de la Marine que depuis sa désignation comme rapporteur, au mieux depuis deux ou trois ans » (p. 143). Et l’auteur d’enfoncer le clou en affirmant que ceci vaut même pour l’auctoritas d’un rapporteur du Budget : « ses collègues de la Chambre lui reconnaissent une certaine expertise mais que vaut cette dernière aux yeux d’un obscur député de Châteauroux qui ne connaît rien à la mer devant le prestige et la carrière d’un vice-amiral » titulaire du portefeuille de la Marine ? (p. 144)

Pour autant, il n’en demeure pas moins que la Bretagne est ici aux premières loges : en témoignent les préfectures maritimes (p. 118) et les ports militaires de Brest et Lorient, même si ce dernier est régulièrement menacé de fermeture (p. 70 et 132 notamment), mais aussi les arsenaux de ces deux villes (p. 46), l’établissement de la Marine d’Indret (p. 46), l’école de médecine navale de Brest (p. 85) ainsi que les chantiers privés de construction navale travaillant pour partie pour la Royale à Saint-Nazaire et Nantes[5]. Dans le cadre d’une dialectique périphérie-centre, il y a une réalité qu’il importe de rappeler tant elle va à l’encontre de la vulgate mémorielle dépeignant une péninsule armoricaine délaissée par « l’État-central ». N’en déplaise aux menées identitaires, c’est au contraire d’agentivité dont il est question ici. La chose est clairement perceptible à Lorient et Brest où les ouvriers de l’arsenal ont un poids tel dans l’électorat – respectivement 6 et 8% du corps électoral – qu’ils arrivent à influer sur la position des députés Vincent Audren de Kerdrel et Joseph de Gasté (p. 107-108). Une tendance qui se confirme jusqu’en 1914…

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 995.0008.104.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 995.0008.104.

Il est néanmoins assez difficile en lisant cet ouvrage de ne pas se poser la question d’une éventuelle singularité de la Royale, interrogation qui invite à une semblable histoire politique du fait militaire, mais cette fois-ci sur terre, entre 1871 et 1914. On dispose certes pour cela de l’enquête désormais classique de J.-F. Chanet[6]. Pour autant, il me semble que la démarche gagnerait à être conduite pour l’ensemble de la période, sans même évoquer bien évidemment la Grande Guerre puisqu’il apparaît désormais évident que les travaux de F. Bock doivent être complétés[7]. Il en va de notre aptitude à penser la centralité du fait militaire dans la France d’alors. Citons à cet égard la position du député de Guingamp – circonscription non littorale – et officier breveté de cavalerie Robert de Tréveneuc pour qui, en 1897, l’action de la Marine devrait se limiter à la Méditerranée occidentale afin de libérer des crédits pour l’armée de terre (p. 175) : un propos qui ne manque pas de stimuler la réflexion historienne.


[1] Nofficial, Sébastien, Le Parlement et la marine 1871-1914. Une histoire politique de la marine militaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Joly, Bertrand, Aux origines du populisme. Histoire du boulangisme (1886-1891), Paris, CNRS Editions, 2022.

[3] Sur l’idée d’année terrible Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[4] Evoqué par l’auteur p. 168, ce qui vient pondérer le portrait assez défavorable qu’en donne J. Jolly dans son célèbre dictionnaire.

[5] Sur Nantes on pourra consulter à profit Plouviez, David, 1987. Dubigeon, la fin de la Navale, Portet-sur-Garonne, Éditions Midi-Pyrénéennes, 2022.

[6] Chanet, Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[7] Bock, Fabienne, Un Parlementarisme de guerre 1914-1919, Paris, Belin, 2002.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 9 février). La Royale comme niche parlementaire. Ar Brezel. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.