La réception « silencieusement sympathique » de Boulanger en Ille-et-Vilaine

Dans une magistrale synthèse récemment publiée aux éditions du CNRS, l’historien B. Joly est revenu en détail sur le parcours du général Georges Boulanger, en en donnant un portrait bien peu flatteur, et, surtout, en analysant le mouvement qui lui est associé, le boulangisme, présenté comme un des prémices du populisme[1]. Il a paru dès lors opportun de s’intéresser au voyage qu’effectue en Ille-et-Vilaine, les 8 et 9 juillet 1888, le fantasque officier tout juste reconverti en politique et d’examiner plus particulièrement la manière dont en rend compte la presse bretonne.

Deux éléments frappent tout d’abord. Le premier renvoie à la dimension régionale de l’individu, qui n’est jamais rappelée. C’est pourtant à Rennes, le 19 avril 1837, que naît Georges Boulanger dans une famille de la bourgeoisie bretonne (par son père, puisque sa mère est galloise). Plus tard, de 1848 à 1853, il fait ses études au Lycée de Nantes, dans le même établissement que Georges Clemenceau mais toutefois, et contrairement à ce qu’indique la légende urbaine, sans jamais côtoyer le futur Tigre, ce dernier étant plus jeune de 4 ans[2]. Mais cette bretonnité n’est jamais rappelée, encore moins revendiquée, comme si Boulanger invalidait l’imbrication de la petite patrie dans la grande en n’évoluant qu’au cadre national : sous doute faut-il voir là la conséquence d’une trajectoire politique indissociable de considérations institutionnelles et d’une aussi sévère qu’ambigüe critique de la République. Certes, le tribun, pressé de s’exprimer par la foule, dit au balcon de son hôtel « Mes amis, je n’oublierais jamais l’accueil que vient de me faire ma ville natale ». Mais on observera que c’est à l’Hôtel de France qu’il est descendu…[3]

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 970.0049.71.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 970.0049.71.

Pourtant, sans doute y a-t-il matière à interroger les sentiments de l’Emsav alors naissant à l’égard de la comète boulangiste. En février 1889, La Tribune de Genève publie un entretien de l’officier qui affirme vouloir notamment une « décentralisation raisonnable, en ressuscitant les anciennes provinces au détriment des départements »[4]. Ces propos ont-ils un quelconque écho dans la péninsule armoricaine et sont-ils débattus ? On pense à des individus comme Arthur Le Moyne de La Borderie ou Régis de l’Estourbeillon qui, outre leur fibre bretonne, ont tous deux en commun d’être élus députés sous étiquette royaliste… Bref, sans doute y a-t-il ici matière à éclaircissements, démarche qui ne pourra se mener sans passer par une perspective comparatiste (Félibrige…).

Preuve que Boulanger est un phénomène national, et donc quelque peu lointain pour un journal local, la première chose qui intéresse L’Union malouine et dinannaise est de vérifier si le physique du général correspond bel et bien à l’image qu’on en a donnée[5]. La réponse paraît sur ce point affirmative, et ce journal d’évoquer « le beau général aux cheveux blonds, à la barbe d’or »[6]. On verra là assurément un témoignage de la modernité de cette société de culture de masse qui caractérise la Belle époque mais aussi une de ses limites, l’image étant alors dessinée, sérigraphiée, peinte, quand elle n’est pas textuellement dépeinte, ce qui bien entendu laisse une large marge d’interprétation. Le temps de la photographie de presse, et du rapport à la « vérité » qu’induit pendant longtemps ce média, n’est pas encore venu[7].

Autre élément de contexte qui frappe, mais qui a son importance, le fait est que c’est bien le général Georges Boulanger qui est accueilli en Ille-et-Vilaine en ce mois de juillet 1888, et non le citoyen Georges Boulanger, alors que celui-ci est évincé de l’armée depuis quelques mois. De même, il n’est pas question du député du Nord, élu pourtant quelques jours plus tôt, le 1er août 1888. Pour L’Union malouine et dinannaise, c’est bien un officier général qui est reçu, avec tout ce que cela suppose en termes d’ethos. Ainsi, devant les « vivats » et les « sifflets », l’homme demeure « impassible »[8]. Pour Le Journal d’Ille-et-Vilaine, qui lui est franchement hostile, c’est l’ancien ministre de la Guerre qui se rend en Bretagne, mais il est vrai que l’habitude veut alors que ce portefeuille revienne à un officier général, ce qui pour notre propos revient donc au même[9]. Là encore, ce traitement journalistique dit bien l’ambiguïté du personnage et de son entourage qui, à l’évidence, ne font rien pour démentir, bien au contraire. Mais on pourra également objecter que cette ligne éditoriale est sans doute aussi un bon révélateur du prestige dont dispose l’uniforme en cette Bretagne de l’été 1888 : si l’on tient tant à rappeler qu’il s’agit du « général Boulanger », c’est parce que ces étoiles sont perçues positivement et constituent un capital politique sur lequel on peut se reposer. De même, on pourra avancer que ces articles en disent probablement plus sur l’image que l’on projette de l’officier idéal que sur ce que fut réellement, en ce début juillet 1888, la tournée en Ille-et-Vilaine de Georges Boulanger.

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 982.0015.126.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 982.0015.126.

Il est d’ailleurs assez difficile de se faire une idée de la popularité du général Boulanger dans les garnisons du 10e corps d’armée qu’il visite, ce qui d’une certaine manière revient à se demander si celles-ci seraient disposées à le suivre dans le cadre d’une prise de pouvoir par la force.  La presse ne donne pas de nom et il est difficile de mesurer l’ampleur des réseaux boulangistes parmi les officiers. Il n’est du reste pas dit que les journalistes eux-mêmes soient en mesure de les estimer. L’Union malouine et dinannaise note ainsi qu’il n’y a au passage de Boulanger « pas un cri ; des saluts seulement » et avance sur un ton énigmatique qui dit d’une certaine manière la perplexité face à cet objet politique non identifié : « Appelons cela une réception silencieusement sympathique », curieuse description qui contraste néanmoins avec les « vivats » et les « sifflets » de la foule civile mentionnés plus haut[10]. Sans doute faut-il distinguer ici le rang des cadres, et plus encore de l’institution. Ainsi, quand Boulanger quitte Rennes en train, la presse prend bien soin de noter qu’un « peloton d’artilleurs, sabre au poing » est en place, « chargé d’écarter les manifestants ». On retrouve le même dispositif à Saint-Malo, où ce sont des fantassins du 47e RI, « baïonnette au canon », qui sont sur place. Difficile néanmoins de dire si c’est pour protéger ou intimider le tribun car, à Rennes, une fois monté en voiture, on apprend que « la voie ferrée longe les bâtiments de l’école d’artillerie ; toutes les fenêtres sont garnies d’artilleurs et de sous-officiers qui agitent leurs képis et acclament le général, qu’ils savent dans le train »[11].

Car en effet, la célébrité de Boulanger ne fait pas l’ombre d’un doute et la place qu’accorde la presse locale à ce voyage en est une bonne illustration. Le corpus de presse consultable via le portail Retronews renvoie ainsi à 171 titres différents quand lui est soumis l’entrée « Général Boulanger », et ce juste pour les seules journées des 9 et 10 juillet 1888. Précisons d’ailleurs que la célébrité dont il s’agit ici n’est nullement synonyme d’approbation. Mais, même s’il convient de garder à l’esprit que l’écho médiatique n’est pas le reflet exact des opinions, il n’en demeure pas moins que la presse en tant que source atteste un certain nombre de scènes trahissant un réel enthousiasme populaire. À l’hippodrome de Rennes, « les agents ont la plus grande peine à maintenir la circulation sur la piste ; la foule se précipite autour de la tribune pour apercevoir le général et l’acclamer »[12]. Partout dans le chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine, la foule est « considérable » quoi que vraisemblablement savamment organisée. C’est en tout cas ce que suggère, route de Fougères, la présence d’une « délégation d’Alsaciens-Lorrains, avec un immense drapeau tricolore portant ces mots : « Alsace-Lorraine »[13]. Faut-il y voir le fruit de l’action d’une section locale de la Ligue des Patriotes ? On sait que celle-ci est à la manœuvre à Saint-Malo…[14] Toujours est-il que le banquet – vieille pratique républicaine[15] – organisé pour l’occasion place des Lices comporte 20 tables et 1 200 couverts et parait faire le plein[16]. En réalité, tout est fait pour que le « grand homme » puisse être vu et, à Rennes, c’est en landau, c’est-à-dire en voiture hippomobile ouverte, qu’il se déplace[17]. De surcroît, la Providence semble être avec lui et le rédacteur en chef de La France, dépêché pour suivre ce voyage, note que « le général Boulanger a toutes les chances » puisque le temps, « qui était affreux ce matin, s’est mis tout à coup au beau »[18]. Un succès en politique tient parfois à peu de choses…

Menu du banquet donné à Rennes, aux Lices, à l'occasion de la tournée en Ille-et-Vilaine du général Boulanger. Collections Musée de Bretagne : 888.0029.
Menu du banquet donné à Rennes, aux Lices, à l’occasion de la tournée en Ille-et-Vilaine du général Boulanger. Collections Musée de Bretagne : 888.0029.

Reste que la question de l’appréhension quantitative de cette popularité reste entière et que la presse comme source ne permet pas de la démêler. De surcroît, sur la Côte d’Émeraude, la saison balnéaire bat son plein et Le Figaro note qu’il est difficile de distinguer parmi les « baigneurs dont tous ne sont peut-être pas boulangistes »[19]. C’est également ce qu’explique de manière très claire L’Union malouine et dinannaise :

« À Combourg, toute la population est sur pied, dit le Gaulois. Il y a sans doute de l’exagération, car un journal du département a vu ou voulu voir à cette station une vingtaine de personnes seulement. Écrivons trois cents, nombre indiqué par une autre feuille. »[20]

De ce point de vue, le Journal d’Ille-et-Vilaine a beau jeu de rappeler que « lorsque l’on sait un peu jusqu’à quel point il est facile d’obtenir des ovations populaires, quand on se rend compte du bruit que peuvent faire quelques centaines de manifestants disposés à ne pas ménager leurs poumons infatigables », alors il y a tout lieu de recevoir avec mesure ces manifestations d’ardeur[21]. Et ce journal d’affirmer que « l’enthousiasme était on seulement commandé, mais obligatoire » ; une formulation qui invite à nécessairement se méfier des effets de foule et de la spontanéité de la ferveur mais qui met également en lumière le sentiment de persécution des adversaires de Boulanger[22]. Car, de la même manière, il est difficile d’estimer le nombre d’opposants que mobilise ce voyage, mais la presse comme source permet de certifier sans risque d’erreur qu’il y en a[23]. Le compte-rendu du légitimiste Journal d’Ille-et-Vilaine est à cet égard aussi désopilant que de mauvaise foi :

« Sans aucun entrain, [Boulanger] est parti samedi pour Antrain. Personne à la gare Montparnasse pour lui chanter En rev’nant de la r’vue ; pas le moindre œillet rouge. Un seul incident rapporté par l’Intransigeant : ‘Un coup de sifflet, dit ce journal, a retenti et le train s’est ébranlé’.

Maigre, comme manifestation ! »[24]

Ajoutons néanmoins qu’en Ille-et-Vilaine, Georges Boulanger est non seulement chez lui, puisqu’il est né à Rennes, mais en terre relativement amie. C’est en tout cas ce que suggèrent deux soutiens politiques de poids qu’il compte alors dans ce département : le député d’Antrain René Le Hérissé et le maire de Rennes, Edgar le Bastard. Mais ceux-ci ne doivent pas être surestimés. À Saint-Malo, par exemple, si c’est Emile Grout, un homme qui exerce la profession de corroyeur, qui est à la tête de la « légion boulangiste du chef-lieu d’arrondissement », celle-ci est qualifiée de « petite »[25]. Il est d’ailleurs assez difficile d’en savoir plus à propos de cet individu, preuve sans doute de la faiblesse des structures de soutien du général sur la Côte d’Émeraude. La Cocarde nous dit qu’il est conseiller municipal de Saint-Malo et plusieurs articles laissent entendre qu’il dispute le leadership boulangiste à l’ancien sous-préfet Robert Surcouf, petit-neveu du célèbre corsaire et révoqué « pour avoir dit publiquement qu’on avait affaire maintenant à un gouvernement de menteurs et de voleurs »[26]. Aussi l’arbre ne doit-il pas cacher la forêt, ou plus précisément son absence. En effet, si B. Joly repère une organisation boulangiste en Ille-et-Vilaine, aucune structure n’a pu être identifiée au sein des 4 autres départements de la Bretagne historique[27]. Lors des élections cantonales de juillet 1889, le matériel de propagande arrive trop tardivement au comité boulangiste de Paimpol qui ne peut faire campagne, ce qui dit sans doute mieux que de longs discours la fragilité des structures soutenant le mouvement[28]. Autrement dit, gare au trompe-l’œil.

Carte postale éditée selon toute vraisemblance à l'occasion des élections législatives de l'automne 1889. Collection particulière.
Carte postale éditée selon toute vraisemblance à l’occasion des élections législatives de l’automne 1889. Collection particulière.

Là est d’ailleurs un point qui mérite d’être souligné tant en la matière il semble nécessaire de distinguer la réalité des effectifs militants de la géographie du spectre médiatique provoqué par le voyage de Boulanger. On a vu que L’Union malouine et dinannaise relaie abondamment cette actualité et il en est probablement de même du Salut, malheureusement pas encore consultable sur le site des Archives départementales d’Ille-et-Vilaine. Mais à Saint-Brieuc, Le Moniteur des Côtes-du-Nord n’en dit rien, alors que cet hebdomadaire consacre quelques lignes, en pages il est vrai très intérieures, à la visite qu’effectue à Brest le ministre de la Marine, l’amiral Jules Krantz[29]. Même chose en ce qui concerne le Réveil breton, « journal républicain » dont la ligne éditoriale est, il vrai, principalement centrée sur les faits nationaux ou briochins, ainsi que pour le Propagateur des Côtes-du-Nord. Dans le Morbihan, on observe le même silence à Lorient dans les colonnes du Nouvelliste ainsi que dans celles de L’Avenir, et à Vannes dans celles du Courrier des Campagnes. Quant au Petit breton, il se contente d’un laconique compte-rendu, manifestement puisé dans les pages du Journal de Rennes[30].

En revanche, nombreux sont les journalistes de titres parisiens à avoir fait le déplacement en Ille-et-Vilaine avec Boulanger, ce qui dit bien combien il s’agit-là d’une opération médiatique où la Bretagne ne constitue, en fin de compte, qu’une trame de fond assez invisible du reste. Toute acquise au général, La Cocarde explique le 9 juillet que ce voyage est la concrétisation d’une promesse faite alors que Ministre de la Guerre et à l’invitation des sociétés de tir et de gymnastique de Rennes. Sans surprise, le périple du tribun y est décrit comme une « succession d’ovations » que seules viennent atténuer « les mesures administratives les plus rigoureuses et aussi les plus ridicules », manière tout autant de dénoncer le pouvoir en place que de victimiser le grand homme[31]. On le voit, cette archive est intéressante moins pour ce qu’elle dit de ces deux jours en Bretagne que de la manière dont les boulangistes les présentent. Le seul fait positif, pour reprendre les termes des historiens méthodiques d’alors, que l’on pourra exploiter est le discours que donne à Rennes, le 9 juillet 1888, le général : propos à dire vrai relativement attendu, se limitant à condamner les opportunistes et le parlementarisme de manière plus générale, tout en appelant à une révision de la Constitution. Seule concession au localisme, c’est bien à des « Bretons », et pour la République, que s’adresse le député du Nord[32].

Eventail à l'effigie du général Boulanger. Musée Carnavalet : EV0498.
Eventail à l’effigie du général Boulanger. Musée Carnavalet : EV0498.

La presse se révèle donc assez délicate d’emploi au moment d’apprécier ce voyage qu’effectue Georges Boulanger en Ille-et-Vilaine, les 8 et 9 juillet 1888. Reflet de l’actualité, elle est aussi un acteur de celle-ci et, à cet égard, un prisme d’autant plus déformant que la publication considérée est engagée, militante. C’est donc moins dans le détail de tel ou tel titre que dans l’ensemble de la production médiatique que le journal s’avère être ici une source utile puisque c’est en définitive le portrait d’une offre politique profondément fracturée qui ici se fait jour, ce qui est à la fois la force et la limite du boulangisme. Dans sa récente étude, B. Joly montre en effet excellement bien combien les divisions au sein du camp républicain et l’instabilité parlementaire permettent qu’émerge le phénomène Boulanger, mais aussi combien ses nombreux détracteurs constituent aussi une limite évidente à sa popularité et, in fine, à ses chances de prendre le pouvoir. À cela s’ajoute un contexte social qui, par bien des égards, invite à nuancer le patriotisme exacerbé qui caractériserait cette France traumatisée par l’Année terrible, ce sentiment national d’humiliation sur lequel triompherait Boulanger et ses partisans[33]. Autrement dit, il s’agit de rééquilibrer les gammes en puisant dans le registre social face à une histoire politique qui reposerait de manière trop évidente sur le prima culturel, démarche qui ici, de manière assez ironique, conduit à une lecture resserrée, en l’occurrence celle du Courrier de Rennes qui, au lendemain du 14 juillet 1888, s’interroge :

« Le brave général Boulanger aurait-il emporté, en quittant Rennes, tout ce qui restait d’enthousiasme pour la République dans le cœur de nos concitoyens ? En vérité, on serait tenté de le croire, en voyant le peu d’ardeur qu’ont mis les Rennais à célébrer la fête dite nationale.

Où il y a eu foule assurément, ç’a été, hélas ! à la distribution des secours faite le matin à la Mairie. Des malheureux aux traits tirés par la souffrance et la misère, de pauvres gens à qui la République avait promis plus de beurre que de pain, et qui n’ont même pas de quoi manger, venaient tendre la main à la municipalité et demander de quoi ne pas mourir de faim. »[34]


[1] Joly, Bertrand, Aux origines du populisme. Histoire du boulangisme (1886-1891), Paris, CNRS Editions, 2022.

[2] Sur tous les éléments se rapportant à Georges Boulanger, je renvoie au magistral ouvrage de Bertrand Joly.

[3] « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 2.

[4] Joly, Bertrand, Aux origines du populisme…, op. cit., p. 289.

[5] « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 1.

[6] « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 2.

[7] Barthes, Roland, La Chambre claire, notes sur la photographie, Paris, Gallimard, 1980. Pour une utilisation historienne je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Dans la Chambre claire d’Alexandre Mounicot. Réflexions barthiennes sur un fonds de photographies privées de la Grande Guerre », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°9, hiver 2017, en ligne.

[8] « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 1.

[9] « À Rennes », Le Journal d’Ille-et-Vilaine, 59e année, n°133, 9 juillet 1888, p. 3.

[10] « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 1.

[11] « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 2.

[12] « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 1.

[13] « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 2.

[14] « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 2.

[15] Sur cette question voir notamment Gourlay, Patrick, « Une visite présidentielle au village : Félix Faure dans le centre Bretagne le 8 août 1896 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°119-1, 2012, p. 157-188. Détail qui n’est peut-être pas si anecdotique que cela, le menu ne comporte aucune allusion à la Bretagne et à la gastronomie locale alors que l’on sait que ces repas sont souvent l’occasion d’une métaphore de l’imbrication de la petite patrie dans la grande. D’ailleurs, « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 2 explique que « ce menu est illustré d’un médaillon représentant le général en grande tenue ; au-dessous, la République tient un glaive d’une main ; de l’autre le drapeau de la France ». Voir aussi Collections Musée de Bretagne : 888.0029.1.

[16] « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 2.

[17] « À Rennes », Le Journal d’Ille-et-Vilaine, 59e année, n°133, 9 juillet 1888, p. 3.

[18] « En Bretagne », La France, 10 juillet 1888, p. 1.

[19]« Boulanger en Bretagne », Le Figaro, 34e année, 3e série, n°192, 10 juillet 1888, p. 1 repris dans « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 2 

[20] « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 2.

[21] « À Rennes », Le Journal d’Ille-et-Vilaine, 59e année, n°133, 9 juillet 1888, p. 3.

[22] « Départ pour Saint-Malo », Le Journal d’Ille-et-Vilaine, n°134, 10 juillet 1888, p. 3.

[23] « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 2.

[24] « Le voyage de Monsieur Boulanger », Le Journal d’Ille-et-Vilaine, 59e année, n°133, 9 juillet 1888, p. 3.

[25] « Le Général Boulanger et son voyage », L’Union malouine et dinannaise, 37e année, n°1972, 15 juillet 1888, p. 2.

[26] « Voyage du général Boulanger en Ille-et-Vilaine », La Cocarde, 1ere année, n°120, 12 juillet 1888, p. 1 ; « Saint-Malo », La Cocarde, 2e année, n°544, 13 septembre 1889, p. 3.

[27] Joly, Bertrand, Aux origines du populisme…, op. cit., p. 423.

[28] Ibid., p. 604.

[29] « Le Ministre de la Marine à Brest », Le Moniteur des Côtes du-Nord, 18e année, 15 juillet 1888, p. 3.

[30] Le Petit breton, 10e année, n°2153, 10 juillet 1888, p. 2.

[31] « Le voyage du général Boulanger dans l’Ouest », La Cocarde, 1e année, n°117, 9 juillet 1888, p. 1.

[32] « Discours du général Boulanger », La Cocarde, 1e année, n°118, 10 juillet 1888, p. 1. En deuxième page, il est possible de lire un extrait des discours de Le Bastard et de Le Hérissé. Le discours du général Boulanger est également reproduit par Le Matin, dans son édition du 9 juillet 1888.

[33] Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[34] « Le 14 juillet à Rennes », Le Courrier de Rennes, 21e année, n°29, 21 juillet 1888, p. 2.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 2 février). La réception « silencieusement sympathique » de Boulanger en Ille-et-Vilaine. Ar Brezel. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.