Le Second Empire en Bretagne : un stimulant état des connaissances

Fruit du labeur des étudiants de l’Université du temps libre de Bretagne, cette synthèse sur le Second Empire dans la péninsule armoricaine publiée aux Presses universitaires de Rennes est doublement bienvenue[1]. D’abord parce que si la bibliographie sur le sujet est conséquente, elle n’en comporte pas moins un certain nombre d’angles morts qui rendent éminemment utile cet état des connaissances. Ensuite parce que les récentes menées identitaires autour de l’exposition Celtique ? du Musée de Bretagne ont rappelé combien le XIXe siècle est une période pour une large partie fantasmée . Conséquence malheureusement logique, elle sert de support à un récit victimaire non dénué d’arrière-pensées politiques, et en tout état de cause aux antipodes de ce que montre l’historiographie. C’est dire donc si cet ouvrage est précieux.

Sans surprise, le volume accorde une large place au périple qu’effectue dans la péninsule armoricaine Napoléon III et son épouse Eugénie entre le 9 (débarquement à Brest, en provenance de Cherbourg) et le 21 août 1858 (retour aux Tuileries en train, au départ de Rennes). L’itinéraire est soigneusement détaillé, au jour le jour, étape par étape. Évitant judicieusement le piège du localisme, les auteurs resituent ce voyage dans une politique plus vaste, celle de cet Empereur qui n’hésite pas à se déplacer et à aller au contact de ses sujets (p. 11). De la même manière, lorsqu’il s’intéresse par exemple aux progrès architecturaux et urbanistiques réalisé au cours de la période, le livre distingue les influences : celle du Paris Haussmannien bien entendu mais aussi les références britanniques et la mode celtomane, comme sur ce fronton de la Préfecture du Morbihan à Vannes qui n’hésite pas à recourir à Nominoë et Alain Barbetorte (p. 274). C’est donc à une belle variation des échelles que l’on assiste au fil de ces pages.

Vue panoramique de l'hôtel de la préfecture du Morbihan à Vannes (carte postale, début du XXe siècle). Musée de Bretagne : 970.0049.13949.
Vue panoramique de l’hôtel de la préfecture du Morbihan à Vannes (carte postale, début du XXe siècle). Musée de Bretagne : 970.0049.13949.

Pour autant, on remarquera que les auteurs soulignent malicieusement que ce voyage dans la péninsule armoricaine ne passe pas par Nantes. La raison en est simple. Non seulement le rail ne rallie pas encore la Cité des Ducs à Rennes mais « Louis-Napoléon s’y était fait applaudir en juillet 1849 à l’occasion de l’inauguration de la voie ferrée Saumur-Angers, et […] il y était revenu en 1856 lors d’une grande crue de la Loire ». En conséquence, « il a pu penser qu’un retour dans l’ancienne capitale de Bretagne ne s’imposait pas » (p. 43), ce qui ne semble d’ailleurs avoir à l’époque suscité aucune polémique. De même, on remarquera que l’élévation au rang d’archevêché de Rennes n’attend pas Vichy et 1941 puisque Nantes en est exclu, ce qui apparaît du reste comme une concession à la métropole de Tours (p. 89). Là encore, les réactions semblent inexistantes, à l’époque comme aujourd’hui du reste. Mais il est vrai que l’Emsav, depuis qu’il a décidé de se revendiquer de gauche, ne prête que peu attention aux choses de l’Église.

En réalité, et à rebours de la vulgate identitaire qui postule un espace délaissé par Paris et « l’État central et jacobin », les points d’appui du régime dans la péninsule armoricaine sont nombreux. Ils passent bien entendu par des « grands hommes », fils de Bretagne parvenus aux plus hautes fonctions comme l’amiral Léonard Charner, natif de Saint-Brieuc, ou Henry Dupuy de Lôme, ingénieur contribuant assez largement à la modernisation de la marine militaire française. Il faut également évoquer les individus nommés par Napoléon III, et constituant ainsi des alliés plus ou moins fidèles, à l’instar de l’évêque de Vannes Jean-Marie Bécel ou, dans une moindre mesure, de l’archevêque de Rennes, Godefroy Brossais Saint-Marc (p. 87 et suivantes). Là est « l’alliance du trône et de l’autel » (p. 76) réussie par le Second Empire. Enfin, il y a les liens familiaux, ceux unissant Napoléon III à la princesse Élisa Baciocchi, cousine de l’Empereur s’établissant au printemps 1858 à Colpo, en Morbihan, pour y développer un vaste domaine agricole… tout en exerçant une influence politique certaine (p. 167-176). Et le livre de conclure qu’en 1858, « le régime a désormais des appuis solides dans le personnel politique de la Bretagne et dans les milieux militaires, des députés, des sénateurs, des maires… » (p. 71).

Ce qui frappe à la lecture de cet ouvrage, c’est combien un certain nombre d’aspects présents lors de ce voyage impérial dessinent une permanence perceptible bien après la chute du Second Empire et la proclamation de la République, suite à la défaite de Sedan. C’est par exemple ce que montre le rêve américain de Napoléon III qui, déjà, se révèle être un mirage. Conséquence, à en croire ce volume, de son saint-simonisme, l’Empereur veut connecter les ports de l’ouest de la France, et notamment pour ce qui nous intéresse ici Brest, à l’Amérique du Nord, à la manière de la liaison qu’entretient Marseille avec l’Algérie (p. 18 et 239). Mais le 27 avril 1867, quand le Great Eastern, alors le plus grand bateau du monde, entre dans le port du Ponant, seuls 191 passagers ont fait la traversée depuis New York alors que 4 000 places étaient disponibles (p. 243).

Vue du Great Eastern. La taille des remorqueurs dit bien les dimensions extraordinaires de ce navire. California State Library : 990013881010205115.
Vue du Great Eastern. La taille des remorqueurs dit bien les dimensions extraordinaires de ce navire. California State Library : 990013881010205115.

Pour autant, il convient d’aller au-delà de ces échecs, quand bien même seraient-ils retentissants, pour appréhender d’une part la permanence des représentations mentales, qui expliquent assez largement l’enthousiasme des populations bretonnes en 1917[2], et leur grande déception après la Grande Guerre, d’autre part la dimension éminemment structurante de bien des politiques initiées par le Second Empire. En réalité, ce qui se dévoile là, c’est la modernité d’une période que l’on sait décisive, et pas uniquement du point de vue de la décennie 1869-1879 : modernité du réseau de communications, et notamment du télégraphe qui permet à l’Empereur d’être en contact constant avec ses collaborateurs demeurés aux Tuileries lors du voyage d’août 1858 (p. 49) mais aussi modernité du train (p. 187 et suivantes), du développement de l’agronomie ou encore des travaux portuaires (p. 230 et suivantes). Disons-le clairement, la modernité économique décrite dans ce volume contraste singulièrement avec le « triste XIXe siècle » que dépeint J. Martin pour les Côtes-du-Nord. Mais il est vrai que ni Saint-Brieuc ni Guingamp n’ont leurs frères Émile et Isaac Perreire, comme Saint-Nazaire, et que le département paraît assez largement épargné par l’essor du capitalisme industriel (p. 129). Les forges d’Inzinzac-Lochrist en sont un exemple bien connu (p. 135-144), de même qu’à Rennes les imprimeries Oberthür (p. 156-161).

Ici, la modernité est donc une rupture. En revanche, lorsque l’ouvrage détaille les visées plus strictement politiques de ce périple et notamment le combat contre les légitimistes, c’est bien de la poursuite d’une longue guerre civile – certes de relativement basse intensité au cours de cette période – dont il s’agit. Les étapes à Auray et Locminé, cette dernière localité étant qualifiée de « foyer de l’ancienne chouannerie », sont à cet égard particulièrement révélatrice (p 52).

Mais il n’en demeure pas moins que le volume n’est pas sans points faibles. On pourra ainsi évoquer un appareil critique à géométrie variable, certaines parties du texte étant complètement dénuées de références infrapaginales. Plus encore, la question de l’adhésion des Bretonnes et des Bretons au régime, et à la figure même de l’Empereur, reste encore assez largement à traiter. Certes, l’histoire politique s’est assez longuement attelée à ce point, notamment par le prisme institutionnel et le jeu de l’opposition à l’Empire des monarchistes d’une part, des républicains d’une autre. Mais sans doute l’histoire culturelle autorise-t-elle d’autres cheminements qu’il serait intéressant d’approfondir.

Monnaie de 5 centimes de Napoléon III. Musée de Bretagne : D989.0002.110.
Monnaie de 5 centimes de Napoléon III. Musée de Bretagne : D989.0002.110.

Dans un ouvrage récemment publié et s’intéressant aux vicissitudes du souvenir de Théophile-Malo Corret de La Tour d’Auvergne, A. Le Bloas postule une société française d’un long XIXe siècle qui serait celle de l’admiration[3]. En d’autres termes, le culte du carhaisien aurait été vif car il aurait été admiré. Si cet ouvrage ne manquera pas de faire réagir, force est de constater que le Second Empire en est largement absent, Napoléon III ne portant pas le grenadier dans son cœur. Mais il n’en demeure pas moins qu’au-delà du caractère autoritaire du régime (p. 64-66 notamment) – même si un processus global de libéralisation au cours des années 1860 est avéré – la question de l’admiration du peuple pour le couple impérial, ce qui va bien au-delà des simples calculs politiques plus ou moins courtermistes, me semble pouvoir être posée. Le passage à Saint-Anne d’Auray, symbolique pour des raisons évoquées plus haut mais aussi parce qu’il a lieu le 15 août, jour de l’Assomption mais aussi de la fête de l’Empereur (p. 32), est à cet égard particulièrement stimulant. À cette occasion, le préfet Charles Porriquet exhorte la population : « Que vos acclamations témoignent à leurs majestés, que vous êtes reconnaissants de l’honneur qu’elles font à votre Bretagne, en venant la visiter ; que vos acclamations disent au monde que votre dévouement est acquis au Souverain qui vous a sauvé de l’anarchie, qui vous a donné le repos et la prospérité, qui a rendu au monde la paix et à notre Saint-Père le Pape son trône » (p. 59). Que le préfet soit un bonapartiste convaincu ne fait pas vraiment de doute mais la population morbihannaise a-t-elle répondu par conviction ou par obligation – entre contrainte et consentement serais-je presque tenté d’écrire – à cette injonction, ce qui pose en creux la question de l’admiration pour le couple impérial ?

Il est difficile de répondre à cette question tant les sources manquent et tant la réalité varie suivant les espaces. À Lorient, par exemple, on sait que le coup d’État est approuvé à 96%, ce que le livre n’hésite pas à mettre en relation avec la composition sociale de l’Arsenal et du port militaire (p. 62). Mais à Brest, qui bénéficie indéniablement des largesses du régime, le plébiscite du 8 mai 1870 est sans appel et les trois cantons du port du Ponant votent massivement pour le « non ». On se doute dès lors que l’admiration pour l’Empereur n’est pas aussi unanimement partagée… De la même manière, le livre montre bien comment les nombreux cadeaux aux paroisses effectués par le couple impérial lors du voyage de 1858 « contribue à détacher des royalistes le clergé breton, et à se l’attacher à l’Empire » (p. 87). Mais, en reprenant les termes d’une relation don-contre-don, n’y aurait-il pas moyen d’aller plus loin et de mesurer la part d’admiration plus ou moins intéressée, ou au contraire sincère, des fidèles ? Enfin, il y a ces vétérans – on ne dit pas encore anciens combattants – mis dans la lumière à l’occasion du voyage de Napoléon III. On pourrait par exemple citer l’exemple d’Alain Cholet qui, amené à défiler à Brest en 1858 alors qu’âgé de 83 ans, est un ancien soldat de l’an II et un survivant d’Eylau, où il perd une jambe en 1807. Certes, il y a là assurément une mise en scène participant sans aucune ambiguïté d’une certaine forme de préemption mémorielle : le Second Empire capte les héritages, de la République mais aussi du Premier Empire, pour finalement dessiner la continuité de la France, voire de l’État. Mais ici, dans quelle mesure une sincère admiration pour ce parcours n’a-t-il pas aussi sa place ?

Carte postale. Collection particulière. Et si l'admiration dont avait fait l'objet Napoléon III permettait d'expliquer la disgrâce dans laquelle sombre Badinguet après Sedan?
Carte postale. Collection particulière. Et si l’admiration dont avait fait l’objet Napoléon III permettait d’expliquer la disgrâce dans laquelle sombre Badinguet après Sedan?

https://arbrezel.hypotheses.org/files/2023/01/IIndEmpire_cpaNApoIIISedan.jpg

On le voit, ce volume richement illustré propose un stimulant état des connaissances sur la Bretagne et le Second Empire, synthèse qui appelle à bien d’autres développements. Là est la loi du genre et l’on se permettra de formuler une dernière interrogation. En effet, en refermant ce volume, dont on aura compris que l’on ne peut qu’en recommander la lecture, il est difficile de faire la part des choses entre les innovations qui sont directement imputables au régime, au Second Empire et à Napoléon III d’une part, et d’autre part aux progrès qui se réalisent à la faveur de la période mais indépendamment de celui qui est emporté par la défaite concédée à Sedan le 2 septembre 1870 (p. 277). C’est dire si ces deux décennies ont encore beaucoup de travail à donner aux historiens et aux historiennes.


[1] Pauchet, Gérard (dir.), La Bretagne de Napoléon III, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Sur la question je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[3] Le Bloas, Alain, La Gloire de La Tour d’Auvergne. Une histoire de l’admiration au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2023, 15 janvier). Le Second Empire en Bretagne : un stimulant état des connaissances. Ar Brezel. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.