La boite à idées sociologiques

On me reprochera sans doute mon enthousiasme mais tant pis, j’écris ce que je pense : l’ouvrage que J. Soeters consacre à la sociologie militaire et que viennent de publier les Presses universitaires de Rennes est non seulement appelé à devenir un classique mais un outil indispensable pour quiconque s’adonne aux War Studies, y compris pour ce qui concerne l’histoire[1]. Certes, dans ce domaine, des auteurs comme F. Rousseau ont déjà ouvert depuis quelques années le champ des possibles, allant même jusqu’à postuler les fondements théoriques d’une nouvelle pratique réconciliant d’une certaine manière Charles Seignobos et François Simiand, la sociohistoire[2]. Mais à dire vrai, la focale paraissait trop peu ouverte, réduisant notamment trop souvent le fait militaire à la seule expérience de la caserne, pour complètement convaincre. Avec ce manuel astucieusement composé en 16 chapitres articulés autour d’un auteur classique, le lecteur dispose désormais d’une véritable boite à idées permettant de puiser dans le répertoire d’action sociologique, entendu au sens le plus large puisqu’engobant des analyses émanant d’anthropologues, d’ethnologues et même de politistes (p. 21), pour ainsi interroger à nouveau frais bien des objets d’histoire.

Précisons d’ailleurs que la structure même de ce volume, qui permet d’appréhender les travaux d’auteurs comme Max Weber, Émile Durkheim, Norbert Elias ou encore Karl Marx, est heuristiquement signifiante pour l’historien du fait militaire et guerrier. En effet, si tous se sont penchés à un moment donné de leur œuvre sur l’uniforme, c’est que celui-ci constitue un phénomène faisant « partie intégrante de la vie quotidienne à l’époque ou la pensée sociologique a émergé en tant que discipline académique » (p. 15). Autrement dit, ce manuel vient à sa manière rappeler la centralité du fait militaire et guerrier pour qui souhaite comprendre les sociétés occidentales (et pour ce qui nous concerne dans le cadre de ce carnet de recherche, la Bretagne) entre les années 1860 et 1962. En ce sens, on ne peut que souscrire aux analyses du sociologue britannique Martin Shaw décrivant la société actuelle comme étant postmilitaire (p. 191), ce qui ne signifie pas pour autant qu’elle soit épargnée par le fait guerrier et qu’elle soit devenue moins violente.

A Quimper, dans une caserne du 118e RI (carte postale). Collections Musée de Bretagne : 989.0028.236.
A Quimper, dans une caserne du 118e RI (carte postale). Collections Musée de Bretagne : 989.0028.236.

Il serait fastidieux de détailler ici en quoi cet ouvrage offre maintes portes pour comprendre le fait militaire et guerrier. Si les travaux de Max Weber permettent de mieux saisir les vastes organisations bureaucratiques que sont aussi les armées (p. 26-33) et l’épineuse question du charisme des chefs (p. 33), ceux d’Émile Durkheim permettent d’éclairer le non-dit du suicide dans les rangs (p. 51-54). Pour qui s’intéresse au renseignement, ou d’une manière plus générale à la diffusion de l’information, les travaux de Georg Simmel, trop peu exploités par les historiens, seront probablement d’un précieux recours (p. 86-89). On pense notamment à l’étude de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, qui aurait sans doute à gagner à se frotter à cette profondeur théorique.

Bénéficiant par définition d’un bagage sociologique moindre que celui des spécialistes de cette discipline, l’historien pourra revenir grâce à ce livre sur quelques idées reçues et découvrir, par exemple, que ce sont les travaux d’Émile Durkheim qui fonde véritablement l’idée de groupe primaire, même si le concept est inventé par le sociologue américain Charles Cooley et non par Morris Janowitz et Edward Shills (p. 44)[3]. Mais dans un stimulant va-et-vient épistémologique, on n’oubliera toutefois pas d’intégrer à la réflexion les remarques de l’historien O. Bartov qui rappelle combien l’environnement culturel et idéologique, en l’occurrence celui d’une guerre totale contre le « judéo-bolchevisme » est également un facteur déterminant[4]. Ce croisement interdisciplinaire semble également prometteur en ce qui concerne le renouvellement des questionnements liés à l’idée – soulevée par l’historien G. L. Mosse et ayant fait couler beaucoup d’encre – d’une brutalisation des sociétés européennes entre 1914 et 1945[5]. Si l’on pense spontanément à Norbert Elias et à la civilisation des mœurs (p. 189 et suivantes), le point de vue opposé défendu par le sociologue russo-américain Pitirim Sorokin (p. 131) n’est pas sans faire penser aux travaux de G. Aly sur le niveau de vie des Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale[6].

Portrait d'un officier. Collections Musée de Bretagne : 919.0005.10.
Portrait d’un officier. Collections Musée de Bretagne : 919.0005.10.

Le volume permet également de saisir l’œuvre d’individus dont les travaux ont tendance à être effacés par leur action politique, à l’instar de W. E. B. Du Bois, croisé à l’occasion d’une enquête sur la présence américaine à Saint-Nazaire (p. 111 et suivantes), ou appréhendés dans un prisme trop étroit. On pense ainsi à Erving Goffman et Michel Foucault (p. 144 et suivantes) dont les réflexions sur les institutions totales peuvent effectivement servir à décrire la caserne mais échouent en revanche complètement à rendre compte du champ de bataille, espace anomique du fait du relâchement de la chaîne hiérarchique induit par la puissance du feu. Le concept de « street level bureaucrat » (p. 152-155) semble ainsi particulièrement prometteur pour qui s’intéresse aux cadres de contact, sous-officiers et officiers subalternes, et mériterait sans doute d’être confronté à cette autorité de la férule et du galon jadis décrite par l’historien J.-F. Chanet[7]. On profitera du reste de l’occasion pour souligner combien le champ lexical du travail est présent dans cet ouvrage, réalité qui non seulement confirme qu’il y a bien là un rapport anthropologique au monde dont le fait militaire et guerrier ne saurait être exempté mais qui invite, à mon humble avis, à poursuivre l’examen de la culture professionnelle comme facteur d’endurance des combattants[8]. La théorie des groupes de référence formulée par Robert King Merton (p. 177) semble ainsi particulièrement indiquée pour analyser les réactions des acteurs face à l’avancement – voire même sans doute aux décorations – et éclaire assurément d’un jour nouveau le témoignage de l’artilleur Jean Leddet[9]. La dichotomie décrite par Morten Ender et opposant le modèle du « McSoldier » au soldat innovant (p. 28) n’est par ailleurs pas sans évoquer ce que l’on peut observer à propos du fantassin français de la Première Guerre mondiale, l’image de cette arme non spécialisée ne correspondant de fait pas à l’autonomie dans laquelle est plongé, sous le feu, le biffin.

On le voit, le propos de J. Soeters ne s’arrête pas à ces quelques grands auteurs. En effet, outre ces « fondations classiques », c’est bien un panorama des travaux contemporains que propose ce volume, contemporanéité du reste comprise dans le double sens du terme : en effet, il s’agit autant de travaux très récents que de situations très actuelles impliquant les armées, qu’il s’agisse de la guerre actuellement en cours en Ukraine ou de la pandémie de Covid-19.

Si l’on devait avancer une critique à l’encontre de cet ouvrage, sans doute celle-ci porterait sur l’aspect assez peu francophone des ressources mobilisées. À dire vrai, seul Claude Weber, sociologue au sein de l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan, est régulièrement mentionné. Certes, on pourra sans doute objecter que cette situation reflète sans doute le désintérêt, dans l’hexagone, de la discipline pour les War Studies mais il me semble qu’un chapitre sur Pierre Bourdieu, auteur d’autant plus considérable que son parcours n’est pas sans avoir été marqué par la guerre d’Algérie, aurait été bienvenu. S’il est bien évoqué (p. 195) à travers la notion d’habitus, son apport me paraît quand même être difficilement contournable, y compris pour qui travaille sur le fait militaire et guerrier.

Publicité parue dans le numéro de juin 19138 du magazine "L'Officier de réserve". Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.1537.
Publicité parue dans le numéro de juin 19138 du magazine “L’Officier de réserve”. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.1537.

Cette réserve formulée, on ne peut que remercier les Presses universitaires de Rennes de porter à la connaissance du lectorat francophone ce manuel destiné, à n’en pas douter, à devenir non seulement un véritable classique mais à constituer la source de l’inspiration de bien des travaux à venir.  Mêlant références classiques et travaux les plus récents, l’ouvrage est de surcroît particulièrement efficace sur le plan pédagogique, grâce notamment à de nombreux encadrés venant aérer la lecture. Bref, il s’agit là d’une véritable réussite qu’on ne saurait trop ardemment conseiller.


[1] Soeters, Joseph, La Sociologie et les études militaires. Fondations classiques et contemporaines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Rousseau, Frédéric (dir.), La Grande Guerre des sciences sociales, Outremont, Athéna Editions, 2014.

[3] Janowitz, Morris & Shills, Edward, « Cohesion and Disintegration in the Wehrmacht in World War II », Public Opinion Quaterly, Volume 12, Issue 2, Summer 1948, p. 280-315.

[4] Bartov, Omer, L’armée d’Hitler, les soldats, les nazis et la guerre, Paris, Hachette, 1999, p. 56-59.

[5] Mosse, George L., De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette littératures, 1999.

[6] Aly, Gotz, Comment Hitler a acheté les Allemands : le IIIe Reich, une dictature au service du peuple, Paris, Flammarion, 2005.

[7] Chanet, Jean-François, « La férule et le galon. Réflexions sur l’autorité du premier degré en France des années 1830 à la guerre de 1914-1918 », Le Mouvement social, 2008/3, n°224, p. 105-122.

[8] Sur ce point, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[9] Leddet, Capitaine Jean, Lignes de tir. Un artilleur sans complaisance carnets de guerre 1914-1918, Avon-les-Roches, ANOVI, 2012 et Leddet, Colonel Jean, Mémoires, Avon-les-Roches, ANOVI, 2011.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 17 décembre). La boite à idées sociologiques. Ar Brezel. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.