Scène de combat, sans lieu ni date. Creative commons.

Pierre de Portgamp : pas nécessairement vrai mais authentique ?

La « lettre de mobilisé » que publie Le Salut, un bi-hebdomadaire de la région de Saint-Malo, dans son édition datée des 25 et 26 avril 1916, est aussi intéressante que difficile d’emploi[1]. Signé Pierre de Portgamp, ce courrier est présenté par ce journal comme étant « profondément imprégné de l’esprit breton ». Ce faisant, cette archive témoigne de la collusion de la petite et de la grande patrie, doubles appartenances gigognes toutes deux investies dans l’effort de guerre[2]. Mais un examen approfondi du parcours biographique de l’auteur amène de nouveaux éléments qui interrogent l’authenticité de ce document, questionnement que n’ont pas manqué de se poser de nombreux historiens face à ces lettres publiées par la presse à une époque où la censure est très largement de mise : s’agit-il ou non d’un matériau exploitable ?

                Eléments biographiques

Pierre de Portgamp n’est pas un inconnu. Né Emile, Pierre, Marie Durand à Lavau, en Loire-Inférieure, le 19 septembre 1879, il est un homme de lettres auteur notamment de « Là-bas… Chez nous… Ma bro », volume de poésie publié en 1903 avec une préface du barde Taldir Jaffrenou. Lors de son passage devant le Conseil de révision, il déclare exercer la profession de « journaliste ». La base PRELIB, qui entend reconstituer les réseaux littéraires en langue bretonne, nous apprend par ailleurs que Pierre de Porgapmp figure dans le recueil intitulé « Les bardes et poètes nationaux de la Bretagne armoricaine » et qu’il assure la fonction de secrétaire de  section de l’Union régionaliste bretonne. Emile Durand est en effet largement investi dans le premier Emsav est c’est d’un double pseudonyme qu’il signe son « Ma Bro » : Pierre de Portgamp est en effet présenté comme étant le « barde Mab an Douar ».

Carte postale comportant un poème de Pierre de Portgamp. Le Carton voyageur: 6331.
Carte postale comportant un poème de Pierre de Portgamp. Le Carton voyageur: 6331.

Le courrier que publie Le Salut, daté du 17 avril 1916, est intéressant en ce qu’il vient ajouter une pièce supplémentaire au – volumineux – dossier des lettres en Grande Guerre. Pierre de Portgamp y dit sa certitude en la victoire et vante la tenue au front des Bretons :

« Je crois que nous y touchons, cette fois, à la victoire. L’aigle boche a perdu pas mal de plumes du côté de Verdun. Il en est de même resté un certain nombre entre les doigts des Bretons, qui ont fait de la jolie besogne à Douaumont. Quel magnifique souvenir de campagne pour eux ! Les Bretons à la Marne ! Les Bretons à Dixmude ! Les Bretons sur la Meuse ! Et ! oui, ils sont partout, et partout les meilleurs. »

S’en suit un vibrant hommage adressé à Antoine Yvan, poète aujourd’hui méconnu et mort pour la France à la fin du mois d’août 1914, à La Cour du Roi, sous l’uniforme du 247e RI de Saint-Malo, unité où il sert à la 21e compagnie en tant que lieutenant[3]. Né à Paris, il n’a visiblement aucune attache avec la péninsule armoricaine avant d’effectuer son service militaire au 41e RI de Rennes[4]. Pourtant, Pierre de Portgamp dit de lui qu’un « lien affectueux […] l’attachait aussi intimement à la terre bretonne ». Faut-il dès lors envisager la caserne comme un lieu de découverte d’Arvor ? Après tout, on sait que bien des années plus tard, Théodore Botrel portera haut le drapeau du 41e RI en s’engageant, précisément, comme barde aux armées. L’hypothèse reste à tester…

                Le sens du l’humour

Toujours est-il que Pierre de Portgamp, dans ce courrier, témoigne de l’investissement du mouvement breton dans la Grande Guerre. A cet égard, la lettre publiée par Le Salut est donc précieuse. Mais peut-on en tirer d’autres éléments ? Bien entendu, mais à condition de s’armer d’un sens certain du second degré. Evidemment, l’œil exercé se sera méfié de suite de la description de cette cagna sur laquelle, dixit Emile Durand, on peut trouver une pancarte où est inscrite la mention suivante : « Au cirage musical Fa Si La Si Ré ».  Et l’homme de lettres de préciser, goguenard :

« Je la recommande aux nombreuses Sociétés de concert de la Côte d’Emeraude et des régions voisines pour le cas où elles manqueraient de lieu de réunion et de répétition. Par exemple, c’est peut-être légèrement étroit, surtout pour le trombone à coulisses. »

Rien ne permet d’attester que cette pancarte a existé mais là n’est sans doute pas le plus important. Chacun en effet aura reconnu l’humour typique des poilus, forme de comique potache qui participe d’une déréalisation de la guerre bien compréhensible quand on sait ce que peut être l’horreur des tranchées.

Le terrain bombardé dans les parages du fort de Vaux, 27 juillet 1916. La Contemporaine: VAL 198/145.
Le terrain bombardé dans les parages du fort de Vaux, 27 juillet 1916. La Contemporaine: VAL 198/145.

En d’autres termes, rire pour résister, ce qui par ailleurs atteste de l’état d’esprit de l’auteur de cette lettre. Car la lecture du journal des marches et opérations du 75e RI, où sert le sergent Emile Durand, fait état d’une activité particulièrement intense dans le secteur où est engagée cette unité. Tenant des positions aux environs du fort de Vaux, dans la région de Verdun, les hommes font face à d’intenses bombardements et le régiment enregistre des pertes quotidiennes[5]. Autrement dit, cette archive infirme très clairement les propos de Pierre de Portgamp lorsque le poète explique « les tranchées allemandes étaient si calmes qu’on s’accoutumait à croire que personne ne les habitait plus ». Sans doute un tel propos cadre-t-il parfaitement avec les rigueurs du contrôle postal d’une part, de la censure qui s’exerce sur la presse d’une autre. Pour autant, il nous parait hasardeux d’en conclure à l’inutilité de cette archive. En effet, si cette lettre n’est peut-être pas le reflet absolu de l’époque, elle témoigne à n’en pas douter d’un état d’esprit. Celui qui veut qu’on se conforme absolument à la morale patriotique du moment, quitte à soi-même pratiquer le « bourrage de crânes », celui aussi qui transparaît dans un certain nombre de noms donnés à des « gourbis » du cantonnement de repos. La « popote des officiers » surnommée « la bonne gamelle » dit ainsi tout autant l’importance de la nourriture pour les poilus que la distance sociale qui distingue les officiers, même subalternes, du rang. De même, la « villa américaine Sam Suphy » ne dit-elle pas les immenses placés dans une entrée prochaine dans le conflit des Etats-Unis ?


[1] « Lettres de mobilisés », Le Salut, 35e année, n°34, 25-26 avril 1916, p. 1. Nous tenons à remercier Marc Jean ainsi que tout le personnel des Archives municipales de Saint-Malo sans qui nous n’aurions pas eu connaissance de cette archive.

[2] Pour de plus amples développements on se permettra de renvoyer à Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[3] SHD-DAT : 727/6, JMO 247e RI, 8 août 1914, formation du 247e RI.

[4] Arch. Paris : D4R1 1062.3554.

[5] SHD-DAT : 26 N 661/5, JMO 75e RI, avril 1916.


1 réflexion sur « Pierre de Portgamp : pas nécessairement vrai mais authentique ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.