De la dilatation des chronologies

Professeur à la prestigieuse Brandeis University, P. Jankowski livre avec ce volume publié aux éditions Passés composés une fresque comme seuls les anglo-saxons, ou presque, savent les écrire : un gigantesque panorama de l’hiver 1933 présenté comme un moment décisif, celui des origines de la Seconde Guerre mondiale[1]. De Londres à Washington en passant par Berlin, Paris, Moscou, Rome, Tokyo et surtout Genève, siège de la Société des Nations, le lecteur est emporté en 12 chapitres touffus[2] dans une période d’autant plus critique de l’histoire des relations internationales qu’elle est abordée dans une perspective « réaliste », c’est-à-dire où les États sont décrits comme étant « en lutte perpétuelle pour toujours plus de pouvoir, de sécurité ou d’avantages » (p. 11). On le voit, ce livre participe à n’en pas douter de ce mouvement de fond de l’historiographie qui consiste à dilater les chronologies pour d’une part, mieux saisir les sorties de guerre et les démobilisations culturelles, d’autre part mieux intégrer à la réflexion les prémices des conflits afin de mieux concilier histoire événementielle et temps long. Mais, ce faisant, c’est bien la question du point de bascule qui se pose alors avec insistance, interrogation à laquelle ce volume ne répond à mon humble avis pas suffisamment.

Certes, P. Jankowksi ne limite pas dans cet ouvrage sa réflexion aux seuls mois de janvier, février et mars 1933 mais considère plutôt, à la manière de ce qu’a pu produire J. Horne à propos de 1915, un « long hiver 1933 »[3]. Tel est d’ailleurs le titre original du volume en anglais, en italien et en néerlandais, seul l’allemand proposant une autre interprétation sur laquelle il y aurait d’ailleurs beaucoup à dire. Mais il n’en demeure pas moins que la thèse que défend ce livre est que « c’est au cours de ce long hiver que le monde est passé de l’après-guerre à l’avant-guerre » (p. 9). Or c’est justement cette idée qui mérite d’être discutée, indépendamment du fait qu’elle n’est pas sans flirter avec le délit de téléologie. De ce point de vue, il est d’ailleurs assez logique de voir l’auteur opter pour une analyse assez intentionnaliste de la Destruction des juifs d’Europe (p. 90 et 226 notamment).

Tout au long de ces quelques 300 pages, les conséquences de la Première Guerre mondiale et les marques d’une très longue sortie de conflit, quand ce n’est pas d’une sortie de conflit non achevée, ayant échoué, sont nombreuses. En ce qui concerne l’Allemagne, le poids du deuil, mais aussi de Versailles, vient considérablement complexifier les questions liées aux réparations et au réarmement : la chose est évidente et il n’est pas nécessaire de développer ce point plus longuement. Pour la France et la Grande-Bretagne, outre, en ce qui concerne Paris, l’angoisse que peut susciter le moindre mouvement outre-Rhin, il y a l’épineuse question des dettes de guerre contractées auprès de Washington (p. 188) : sujet d’autant plus technique qu’il appelle celui de la monnaie, des dévaluations compétitives et de l’étalon-or (p. 294 et suivantes : quelques passages vraiment passionnants).

Arrivé en Amérique de 20 000 000 de dollars d'or à bord du Rochambeau, photographie de presse de l'Agence Roll, 1927. Gallica / Bibliothèque nationale de France : département Estampes et photographie, EI-13 (1397).
Arrivé en Amérique de 20 000 000 de dollars d’or à bord du Rochambeau, photographie de presse de l’Agence Roll, 1927. Gallica / Bibliothèque nationale de France : département Estampes et photographie, EI-13 (1397).

Autre élément sur lequel insiste P. Jankowski, le poids des cultures victimaires fournissant le prisme par lequel sont interprétés quelques événements funestes : la Grande Guerre on l’a dit mais aussi la crise économique de 1929 et ses conséquences. Et l’auteur de préciser que « pour les millions des personnes qui les subissent, chacune de ces calamités semble leur être tombée dessus – ils en sont les victimes et non les bourreaux » (p. 35) ce qui laisse, bien entendu, la porte très grande ouverte aux populismes de toutes sortes. D’ailleurs, dans les représentations mentales d’alors, les deux événements sont clairement liés puisque « en 1932, l’opinion générale est que la Grande Dépression a beaucoup à voir avec la Grande Guerre ; les plus instruits voient dans la seconde de ces catastrophes la triste conséquence de la première » (p. 36). À la Maison blanche, Herbert Hoover ne pense pas autrement (p. 112) et l’auteur affirme même, dans une formule aussi paradoxale qu’évocatrice, que « la Grande Guerre devient de plus en plus impopulaire au fur et à mesure que l’on s’en éloigne » (p. 115). L’expression pourra surprendre, elle a néanmoins le mérite de dire l’abîme qui se creuse entre Washington et le reste du monde et, pour ce qui nous intéresse ici, l’ampleur de l’incompréhension transatlantique dans les années suivant la présence américaine en Bretagne entre 1917 et 1919. Alors que les États-Unis pensent volontiers avoir sauvé les Français pendant le conflit, ceux-ci reprochent en substance à l’Oncle Sam d’être entré tardivement dans la mêlée et l’on n’est parfois pas loin de l’incident diplomatique. C’est sur ces braises à peine refroidies que la question des dettes de guerre vient jeter de l’huile sur le feu, Français et Britanniques venant d’autant plus consolider leur image négative auprès de l’opinion publique américaine que Londres et Paris ont des intérêts radicalement divergents (p. 178).

Si P. Jankowski n’évoque pas G. L. Mosse, l’allusion à la brutalisation de la vie politique allemande saute aux yeux (p. 82 notamment)[4] et à l’en croire, la république de Weimar est devenue à l’été 1932 une « démocratie vide de démocrates » (p. 84). Quant à l’Union soviétique, où Staline s’apprête à affamer avec l’efficacité que l’on sait l’Ukraine[5], « la construction du socialisme [y] est devenue une forme de nationalisme qui attribue à la patrie de la révolution une mission unique dans le monde et l’élève, comme la plupart des nationalismes, au-dessus des autres » (p. 99).  Et P. Jankoswki, défendant l’idée selon laquelle le peuple russe se considèrerait tout au long des années 1930 comme en guerre, assertion qui aurait sans doute méritée de recourir au concept de culture de guerre comme le fait à propos des États-Unis de 1917 Cameron J. Givens[6], d’affirmer (p. 106) :

« Comment peut-il en être autrement, alors que le marxisme-léninisme affirme que la confrontation entre socialisme et capitalisme est inévitable, qu’un manuel de géographie de 1932 raconte aux jeunes élèves que le pape prie chaque jour pour que Dieu punisse les bolcheviques et fasse échouer leur plan quinquennal, qu’il fait cause commune avec les nations capitalistes et catholiques – dont la France et la Pologne – dans leurs préparatifs militaires ? quand le diction la Pologne nous attaquera par l’ouest paraît impérissable et que le plan quinquennal lui-même prend les traits d’une lutte existentielle ? »

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Le paradoxe est que ces ressentiments nationaux, comme une sorte de prolongement démultiplié des somnambules de l’été 1914[7], font en apparence le jeu de la Société des Nations (p. 172) :

« Français et Britanniques soutiennent désormais ouvertement la SDN, qui jouit d’une aura de responsabilité, à présent qu’ils ont saisi, ainsi que d’autres, son inavouable intérêt – pour les Britanniques d’assurer la stabilité continentale, vitale pour leur tranquillité impériale et pour leur éviter de s’impliquer sur le continent ; pour les Français et leurs alliés d’Europe centrale et de l’Est, de défendre l’ordre né de l’après-guerre autant qu’ils peuvent ; pour les Allemands et tous les révisionnistes, de le bouleverser autant que possible ; pour les autres d’accéder à la scène internationale ; et pour tous, d’apparaître comme des apôtres de la paix. Tous promeuvent désormais le désarmement, au nom de la paix dans le monde, tout en gagnant du temps sur le sujet au nom de la sécurité nationale. »

Certes, on veut bien suivre l’auteur lorsqu’il affirme que « la défaite a remis en question l’identité de l’Allemagne » (p. 87). On pourra même avancer en ce qui concerne la France que la Victoire a permis d’en forger une qui est d’autant plus pernicieuse qu’elle n’est aucunement remise en cause[8]. Il n’en demeure pas moins que ce type de grille de lecture tend facilement le piège d’une guerre de Trente ans que l’on sait aujourd’hui nulle et non avenue. Si la conflagration de 1914-1918 est bel et bien idéologique, cette dimension ne peut en aucun cas être assimilée à la séquence 1939-1945, quand bien même celle-ci débuterait d’ailleurs en 1933. Rappelons de surcroît que cette réalité n’est pas forcément évidente à percevoir après la Libération tant cette charge idéologique de la Grande Guerre apparaît rétrospectivement moindre, plus fade, que celle du nazisme, du fascisme, de l’antisémitisme et du communisme[9]. Il y a bien entendu des prolongements, des ponts et des passerelles entre les deux conflits. D’ailleurs, il n’est pas rare de voir des individus mobilisés en 1914 puis en 1939. Mais les acteurs évoluent (ou restent, c’est selon, immobiles dans un monde qui lui ne l’est pas) et les deux séquences belligérantes ne sauraient en aucun cas être confondues, sauf à vouloir relativiser la portée idéologique de la Seconde Guerre mondiale, ce qui me semble particulièrement dangereux.

Il est donc d’autant plus difficile de saisir la portée du changement profond induit par cet hiver 1933 qu’il ne saute pas aux yeux des contemporains, et notamment des Français qui, encore bercés par la culture de guerre de 1914-1918, considèrent volontiers que (p. 228) :

« Le nazisme est un germanisme. Le danger reste le même. »

D’ailleurs, à Londres et New-York, les bourses réagissent « mollement » à l’arrivée d’Adolphe Hitler au pouvoir (p. 230). Or c’est cette entrée à la chancellerie qui change assurément la donne pour P. Jankowski en ce qu’elle est le prélude de l’incendie du Reichstag, des élections du 5 mars 1933 puis, enfin, de la journée de Potsdam (p. 235-236). On pourra certes critiquer là une description assez mécanique, laissant peu de place aux possibles non advenus qui auraient néanmoins pu se produire, mais le fait est que le décret du 31 mars 1933 vient consacrer la centralisation et l’aryanisation du régime (p. 237-238). Quant à l’URSS, son basculement dans le Stalinisme change lui aussi la donne (p. 99).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Pour le dire autrement, à en croire l’auteur, cet hiver 1933 serait le moment d’une sorte de point de fusion entre ennemis de l’intérieur et de l’extérieur (p. 32), autrement dit de seuil où s’opérerait la bascule vers une guerre qui serait tout autant civile que dirigée vers un ou plusieurs autres pays : « Pour tisser des liens entre les malheurs de leurs auditeurs et ceux de la nation, les prétendants au pouvoir et ceux qui le détiennent déjà pointent un doigt accusateur vers l’ennemi de l’extérieur ou l’ennemi de l’intérieur – ou les deux » (p. 36). Dans ce cadre, les logiques impériales constituent un ressort puissant, notamment à Tokyo (p. 69) et à Rome : « Aux portes de l’Asie et de la Méditerranée, deux mouvements sont en train d’effacer la frontière entre affaires domestiques et étrangères » (p. 77). En URSS, le premier plan quinquennal est avant tout motivé par la crainte d’un encerclement de l’étranger et dans la « guerre internationale contre l’ennemi de classe » que Staline mène, « les lignes entre étranger et intérieur disparaissent » (p. 102). Quant aux candidats en lice pour la Maison blanche, ils agitent les barrières douanières et les politiques commerciales comme autant de mesures visant l’extérieur (p. 112-113).

Mais pour être percutante, cette grille de lecture présente à mes yeux le défaut assez rédhibitoire d’englober dans le même sac Franklin D. Roosevelt et Adolphe Hitler, mais aussi Benito Mussolini, Joseph Staline, Édouard Daladier et Ramsay MacDonald, ce qui devrait interroger a minima le lecteur. Comme souvent, à pousser le relativisme trop loin, on en vient à perdre de vue que, malgré leurs défauts, les démocraties libérales sont bien différentes des régimes autoritaires. Même si ici comme ailleurs, la politique intérieure est bien souvent conditionnée par celle menée à l’extérieur, et vice versa, le curseur reste chose essentielle. Surtout, l’analyse ne dit rien de ces déçus de la politique qui, pour difficiles à appréhender qu’ils sont, sont néanmoins aussi nombreux que, selon toute vraisemblance, décisifs dans le processus dont il est question ici. On pense ainsi à ces Américains qui souhaitent avant toute autre chose, et peu importe que Herbert Hoover ou Franklin D. Roosevelt soit élu à la Maison blanche, la fin de la Prohibition (p. 110). Mais on pourrait également évoquer ces Londoniens manifestement plus intéressés par les résultats du cricket que par les enjeux diplomatiques du moment (p. 136).

Là est d’ailleurs sans doute où le bât blesse dans ce livre. Recourant notamment au paradigme de la contagion pour expliquer comment on passe d’une situation d’après à une d’avant-guerre (notamment p. 21, 45), P. Jankowski décrit finement les événements mais, pour autant, sans vraiment mettre en évidence ce qui fondamentalement change au cours de cet hiver 1933. Il y a certes une évolution très notable en Allemagne et en Union Soviétique mais l’analyse peine, à dire vrai, à convaincre en ce qui concerne la France : faut-il prolonger la focale jusqu’au 6 février 1934 ? L’auteur se montre d’ailleurs sans doute trop rapide dans son analyse quand il oppose une gauche qui serait opposée à la guerre, contrairement à celle de 1870, à une droite qui serait plus patriote et donc encline à l’uniforme (p. 123) : l’infinie variation des roses socialistes apporte de ce point de vue une preuve difficilement réfutable. Et quid de l’Espagne, singulièrement absente de ce volume et qui pourtant ne tardera pas à sombrer dans une effroyable guerre civile ? On a évoqué plus haut le remarquable ouvrage collectif dirigé par J. Horne et redéfinissant 1915 non plus en une simple année calendaire mais en un véritable concept, s’intercalant entre une année 1914 faite de mouvements et s’achevant fondamentalement en novembre, et un 1916, année des grandes batailles, débutant à Verdun le 21 février[10]. Là est en fin de compte ce qui manque à ce livre de P. Jankowski : une définition au moins a minima de ce que serait le long hiver 1933.

Carte pour la nouvelle année 1933. Collection particulière.
Carte pour la nouvelle année 1933. Collection particulière.

Proposant une histoire résolument par le haut, où les perspectives sociales et même culturelles, puisque l’idéologie cède bien souvent le pas devant des considérations diplomatiques assez conjoncturelles, sont peu présentes, cet ouvrage constituera une excellente introduction à la période. Comme souvent dans ce type de synthèses, les références sont essentiellement bibliographiques à l’exception de la presse, massivement disponible en ligne, et de quelques cartons provenant des Archives nationales françaises, britanniques et américaines, et des archives de la Société des Nations, elle aussi intégralement consultables sur internet. On mettra toutefois en garde le lecteur contre une écriture parfois un peu mécanique – un paragraphe comporte le plus souvent une seule note, placée du reste de manière exaspérante en fin de volume – et contre une propension à la dilatation de la chronologie qui, on l’a vu, n’est pas sans poser un certain nombre de questions.


[1] Jankowski, Paul, Tous contre tous. L’Hiver 1933 et les origines de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Passés Composés, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] C’est déjà une impression que j’avais eue à la lecture de Jankowski, Paul, Verdun, 21 février 1916, Paris, Gallimard, 2013.

[3] Horne, John (dir.), Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915, Paris, Tallandier, 2010.

[4] Mosse, George L., De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette littératures, 1999.

[5] Snyder, Timothy, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline, Paris, Gallimard, 2012.

[6] Givens, Cameron [traduit de l’anglais par Sauvage, Jeanne], « De la Border War à la Première Guerre mondiale. L’ennemi de l’intérieur mexicain au Texas (1915-1918) », 20 & 21. Revue d’histoire, 2020-3, n°147, p. 3-16.

[7] Clark, Christopher, Les Somnambules. Eté 1914 : commet l’Europe a marché vers la guerre, Paris, Flammarion, 2012.

[8] Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, p. 266.

[9] Audoin-Rouzeau, Stéphane et Becker, Annette, 14-18, retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2000.

[10] Horne, John (dir.), Vers la guerre totale…, op. cit.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 9 décembre). De la dilatation des chronologies. Ar Brezel. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.