Portrait de Paul Féval publié le 20 mars 1887 en première page du Journal illustré (détail). Collections Musée de Bretagne : 887.0007.

Paul Féval, critique de l’armée française de 1870-1871 ?

Parmi les sources particulièrement difficiles d’emploi figurent les œuvres littéraires. Il est en effet très tentant de voir dans telle ou telle page une allusion au sujet sur lequel on entend travailler ce qui, en creux, souligne le risque de surinterprétation, d’extrapolation à partir de bribes, voir même de contresens. Car si la discipline historique consiste en une objectivation des subjectivités, elle ne peut procéder sur du vide. Pour pouvoir avancer qu’un roman, d’abord publié en feuilleton, comme Le Dernier vivant de Paul Féval, constitue par certains passages une critique acerbe de l’armée française de 1870 et de ses filières d’approvisionnement, il faut des preuves attestant que là est, véritablement, l’intention du romancier[1]. Or, en l’état actuel des connaissances, celles-ci manquent cruellement.

Mais avant toute autre chose, de quoi s’agit-il ici ? D’un roman dont l’intrigue se déroule à cheval entre Paris et Yvetot et narrant la quête de Geoffroy de Roeux, désireux de savoir comment l’un de ses amis d’enfance, l’ancien juge d’instruction Lucien Thibault, a pu sombrer dans la folie. Au cours de ses investigations, il découvre une machination financière organisée autour d’une tontine et d’une escroquerie aux fournitures militaires. D’après la page que Wikipedia consacre à cette œuvre, Le Dernier Vivant est d’abord publié en feuilleton dans Le Courrier de France, entre le 19 décembre 1871 et le 28 avril 1872. Malheureusement, ce journal n’est pas consultable en ligne pour cette période et l’on ne sait pour l’heure pas comment il est présenté aux lecteurs. Mais à en croire la célèbre encyclopédie en ligne, ce roman « écrit peu après la défaite de 1870, dénonce la corruption des fournisseurs d’équipement militaire qui, d’après Féval, sont responsables de la défaite française ». En d’autres termes, le fait que l’intrigue renvoie pour une large part à des faits se déroulant au début des années 1810, à la veille de la campagne de Russie, serait un artifice littéraire. Loin de s’ancrer dans une réalité historique alors vielle de plus d’un demi-siècle, le propos serait au contraire très actuel.

Estampe de Jean-Adolphe Bocquin et Jules Férat figurant intitulée "Combat de Wissembourg 4 août 1870". On notera la violence de la scène représentée (1870). Gallica / Bibliothèque nationale de France : Département Estampes et photographie, RESERVE FT 4-QB-370 (169).
Estampe de Jean-Adolphe Bocquin et Jules Férat figurant intitulée “Combat de Wissembourg 4 août 1870”. On notera la violence de la scène représentée (1870). Gallica / Bibliothèque nationale de France : Département Estampes et photographie, RESERVE FT 4-QB-370 (169).

Si l’hypothèse est séduisante, force est néanmoins de constater qu’elle ne s’appuie sur rien de concret. D’ailleurs, on ne sait même pas où se trouve Paul Féval pendant le conflit. Or il s’agit-là d’une information capitale dans la mesure où de la réponse à cette question pourraient découler une estimation de ce que pouvait ou ne pas savoir l’écrivain. En effet, comment recueille-t-il les informations nécessaires à l’établissement de son intrigue ? La fabrique-t-il à partir de ce qu’il a vu ou, au contraire, d’éléments lui ayant été transmis par des correspondants – qui le cas échéant restent à identifier ? Ou bien travaille-t-il seul, à partir de son unique imagination, ce qui semble-t-il pourrait rejoindre une velléité plus politique ? Autant d’éléments qu’il n’est pour l’heure pas possible d’éclairer.

Le portail Retronews permet en revanche d’avoir une idée à peu près fine de la manière dont l’ouvrage est reçu au moment de sa publication en volume, en 1873. Pour La France, ce roman est avant tout « une histoire de trésor, ou plutôt d’héritage mystérieux, gigantesque » :

« Une tontine a été fondée par quatre associés [en réalité cinq NDA], quatre gredins subalternes, fournisseurs des armées du premier Empire. Le dernier vivant d’entre les quatre doit recueillir les fruits de ce vol organisé, grossis des intérêts accumulés. »[2]

Aucune allusion donc à 1870 et à la défaite française dans ce journal ultramontain et bonapartiste, ceci pouvant par ailleurs peut-être expliquer cela. Même chose pour le critique théâtral Henri de Lapommeraye qui, dans les colonnes du Bien public, un journal proche d’Adolphe Thiers, ne voit dans cette œuvre qu’un « roman judiciaire », sans aucune autre allusion[3]. Mais, là encore, ceci peut s’expliquer : et si l’armée dont il s’agissait était en réalité celle de la République puisqu’on sait que son approvisionnement, en vivres, en armes, en munitions et en matériel de manière plus générale, est constamment problématique tout au long de la campagne ? Hypothèse plausible mais que ne vient conforter aucune source…. Dans La Patrie, le critique Edouard Fournier se limite à saluer l’ingéniosité de l’intrigue et se cantonne également à la dimension « judiciaire » du roman, tout comme Auguste Vitu dans les colonnes du Figaro[4]. Pour Le Siècle, ce sont avant tout des considérations de forme qui priment au moment de rendre compte de ce roman épistolaire, style présenté comme étant novateur[5]. D’ailleurs, à en juger par un certain nombre d’encarts publicitaires publiés en 1873 par la presse, c’est ainsi que l’éditeur présente ce roman : s’il est actuel, c’est donc moins dans sa critique d’une armée française qui serait celle de la période 1870-1871 que dans sa facture[6]. Autrement dit, et là est pour notre réflexion une information capitale, si l’écrivain né à Rennes le 29 septembre 1816 a voulu se livrer à une critique acerbe de l’armée française de 1870-1871 avec ces pages, celle-ci est passée inaperçue aux yeux de ses contemporains.

La vie de Paul Féval, plus encore pendant la séquence 1870-1871 qui nous intéresse ici, reste très mal connue. La thèse de C. Bliss Ntsame Mve ne donne aucun élément biographique le concernant et se limite à des considérations littéraires sur son art du feuilleton[7]. L’encyclopédie en ligne Wikipédia affirme que « en 1870, au moment de la défaite et de la Commune de Paris, il quitte Paris pour revenir à Rennes quelques temps », déclaration non sourcée et comportant de surcroît une imprécision de chronologie puisque les événements mentionnés se déroulent en 1871. Précisons toutefois que cette hypothèse est plausible puisqu’on estime à 100 000 le nombre de Parisiens fuyant la capitale menacée en 1870 d’encerclement pour se réfugier en province. Comme toujours, ce sont les couches les plus aisées de la population qui ont les moyens d’un tel exode, réalité qui corrobore peu ou prou à la situation de fortune de Paul Féval[8]. Peu convaincante est en revanche  l’assertion selon laquelle il serait capitaine de mobiles pendant le conflit : âgé de plus de 50 ans en 1870, l’hypothèse est fort peu vraisemblable. Quant aux travaux en cours de F. de Rivasson, ils portent essentiellement sur des enjeux littéraires relatifs à la question régionale et laissent, par conséquent, de côté la dimension guerrière qui nous préoccupe dans ce billet[9]. C’est dire si l’existence de l’auteur du Dernier vivant au moment où il écrit cette œuvre demeure un angle mort de la connaissance.

La place de Champigny pendant le siège de Paris, photographie de Thiersault (1871). Gallica / bibliothèque nationale de France : Département Estampes et photographie, EO-32-FOL.
La place de Champigny pendant le siège de Paris, photographie de Thiersault (1871). Gallica / bibliothèque nationale de France : Département Estampes et photographie, EO-32-FOL.

Que Paul Féval soit un catholique à la foi renouvelée après la séquence 1870-1871 est néanmoins une chose entendue[10]. Sans surprise, on le sait porté au culte d’Athanase de Charrette de la Contrie, véritable héros des zouaves pontificaux et de l’ultramontanisme[11]. De la même manière, son peu de goût pour la République ne semble pas devoir être discuté outre mesure. Né dans une famille monarchiste, l’écrivain rennais se mue, à en croire S. Hallade, au tournant des années 1850, en catholique « blanc » et rien ne permet de penser que la chute du Second Empire puisse changer quoi que ce soit à ce positionnement institutionnel[12]. Dans une perspective héritée du temps long, c’est donc dans le cadre de la guerre civile qui fracture la France – et bien au-delà – depuis la fin du XVIIIe siècle qu’il faut penser cet écrivain. On sait du reste que Paul Féval collabore au mitan des années 1860 avec Victorien Sardou, auteur figurant parmi les plus éminents dramaturges français sous Napoléon III, et sans doute faut-il aussi appréhender, en ce qui concerne l’homme de lettres rennais, « l’année terrible » au prisme du risque d’un certain déclassement[13]. À lire les travaux de F. de Rivasson, il n’est d’ailleurs pas impossible de voir en lui une sorte de condisciple de Théodore Hersart de la Villermarqué, les deux étant obsédés par la décadence et l’inévitable dégradation – artistique, littéraire mais aussi morale – induite par le temps qui passe[14]. Mais de là à faire du Dernier vivant un texte politique, roman feuilleton certes populaire mais n’hésitant pas à brocarder l’incurie de l’approvisionnement de l’armée, tout particulièrement celle de la République, il y a un pas qui me semble difficile à franchir.

En revanche, ce qui est à peu près certain, c’est que cette œuvre constitue une critique acerbe de la cupidité petite bourgeoise, et de manière plus générale des professions commerciales (p. 156 par exemple). Sans doute ce tableau cruel, cette véritable peinture de mœurs, est-elle à mettre en rapport avec la foi de l’auteur, credo où l’usure éloigne de Dieu et donc de la vertu. La chose est possible et l’on sait par ailleurs le poids de l’encyclique Rerum Novarum, publiée en 1891 seulement, dans la conversion des catholiques aux choses de l’argent. C’est de cette modernité là dont il s’agit ici fondamentalement, modernité qui est on l’aura compris vivement critiquée. De même, certains passages ne sont pas sans évoquer les discours contre les fonctionnaires qui, comme l’a montré récemment E. Ruiz, font florès au XIXe siècle (p. 157)[15] :

« Savez-vous pourquoi les gouvernements qui ont besoin de chaussures frappent toujours à la porte des boutiques où il n’y a ni cuir ni ligneul ? Et de même pour le reste, achetant leur pain au boucher, leur viande chez l’horloger et l’avoine de leurs chevaux aux fabricants de corsets mécaniques ? »

Dans ce cadre, l’armée – et peu importe au reste qu’elle soit celle de l’Empire ou de le République au cours de la séquence 1870-1871 – ne semble être qu’un maillon d’une vaste chaîne gangrénée par la corruption, terme à ne pas considérer uniquement dans sa stricte dimension morale (p. 157-158) :

« Quand j’étais tout petit, là-bas, au pays, j’entendis raconter une fois l’histoire d’un brave homme qui n’était pas cordonnier et qui vendit 300 000 paires de savates au gouvernement de l’empereur napoléon 1er, roi d’Italie et protecteur de la Confédération germanique. […] Le brave homme aux 300 000 paires de souliers était un maquignon de Lillebonne qui avait un neveu, brosseur chez un capitaine, lequel capitaine faisait la cour à une demoiselle qui connaissait une dame dont la sœur avait une cousine. Comprenez-vous ? La cousine était précisément la tante d’un beau gars qui valsait bien. Et la femme de M. le secrétaire général du ministère de la guerre était folle de la valse. »

Un propos qui dit bien les stéréotypes de genre mais qui, surtout, illustre combien Paul Féval tient en haute estime l’institution militaire. En effet, il est certain que l’armée ne sort pas grandie de ce feuilleton. Le portrait qui en est donné est pour ainsi dire particulièrement acerbe. Par certains égards, le roman semble d’ailleurs annoncer la figure particulièrement décriée à la Belle époque du sous-officier[16]. C’est ainsi que tel personnage féminin « a une dégaine un peu folâtre », ce qui fait ajouter à l’un des protagonistes : « je connais les divers sous-officiers qu’elle fréquente pour le mauvais motif » (p. 148-149). Mais il y a pire encore. Car les cinq associés de la tontine sont des seconds couteaux : « Avant d’être fournisseurs, l’un était un gentillâtre ruiné, l’autre un mendiant à besace, le troisième un bedeau de paroisse, le quatrième un maquignon banqueroutier et le cinquième un soldat déserteur » (p. 355). Et Paul Féval d’ajouter, ce qui n’est pas neutre pour notre propos (p. 355) :

« Vous voyez que MM. les fournisseurs du premier empire étaient déjà des industriels assez comme il faut. Depuis lors, on a fait mieux. »

C’est à ce moment de la démonstration que le silence de la presse, au moment de la sortie en volume du Dernier vivant, prend tout son sens. En effet, quelle que soit son orientation politique, le fait est que nul, en 1873, ne relève cette critique au vitriol de l’institution militaire, les journaux et les critiques préférant se focaliser sur l’intrigue du roman ou sur des enjeux de forme plus spécifiquement littéraire. Or cette absence de réaction est semble-t-il assez révélatrice de l’estime générale dans laquelle est tenue l’armée, et peu importe pour notre propos qu’il s’agisse de celle de 1811 ou de 1870-1871. Ce que montre fondamentalement ce Dernier vivant de Paul Féval, c’est qu’on peut alors critiquer de manière aussi acide qu’atemporelle l’institution militaire sans que personne ne s’en offusque. Il y a du reste là un élément de contexte qui permet de mieux saisir l’enjeu crucial de la grande réforme de 1873, puisque contre vents et marée, la République a bel et bien décidé de s’appuyer sur l’armée pour mener à bien son œuvre[17].

Carte postale publicitaire pour les "magasins de nouveautés" A La Ville de Saint-Denis (fin XIXe siècle). Collections Musée de Bretagne : 980.0051.751.
Carte postale publicitaire pour les “magasins de nouveautés” A La Ville de Saint-Denis (fin XIXe siècle). Collections Musée de Bretagne : 980.0051.751.

Reste toutefois à estimer la part de licence littéraire dans ce roman. En effet, on sait que tout au long de la campagne 1870-1871 la troupe fait face à de graves déficits en matériels, armes, munitions et vivres. Or dans le cadre de cette pénurie, peut-on estimer le rôle qu’aurait joué des fournisseurs peu scrupuleux ? Si la question est peu traitée pour 1914-1918, on sait toutefois que certaines affaires ont existé à l’instar du scandale dit de la Morue française, affaire qui mériterait du reste qu’on lui consacre une enquête fouillée. Pour « l’année terrible », on sait par exemple qu’à Angoulême le préfet refuse toutes les livraisons de boutons pour les uniformes de la Garde mobile, ceux-ci étant encore frappés de l’aigle impérial[18]. Certes, l’intentionnalité de la malfaçon reste à établir. Mais il y a là un enjeu crucial. Car ces escroqueries ne sont-elles pas de nature à venir nuancer le consensus patriotique ?


[1] Féval, Paul, Le Dernier vivant – Les ciseaux de l’accusée, Paris, E. Dentu Editeur, 1873. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] « Bulletin bibliographique », La France, 12e année, n°216, 4 août 1873, p. 3.

[3] Lapommeraye, Henri de, « Théâtres », Le Bien public, 3e année, n°151, 3 juin 1873, p. 1.

[4] Fournier, Edouard, « Revue dramatique et littéraire », La Patrie, 33e année, 2 juin 1873, p. 1 ; Vitu, Auguste, « Premières représentations », Le Figaro, 20e année, 3e série, n°140, p. 3.

[5] « Les Livres nouveaux », Le Siècle, 38e année, n°14785, 18 mai 1873, p. 2.

[6] Voir par exemple L’Aube, 37e année, n°106, 6 mai 1873, p. 4 ou Le XIXe siècle, 3e année, n°535, 4 mai 1873, p. 3.

[7] Bliss Ntsame Mve, Carole, L’Art du feuilleton dans les ‘Habits Noirs’ de Paul Féval, Thèse de littérature française sous la direction de Thorel-Cailleteau, Sylvie, Lille, Université Lille 3, 2012.

[8] Montbazet, Thibault, Une année terrible. Histoire biographique du siège de Paris 1870-1871, Paris, Passés Composés, 2022, p. 121.

[9] De Rivasson, Félicité, Roman populaire et tradition populaire : la légende dans l’œuvre narrative de Paul Féval et ses enjeux poétiques, esthétiques et idéologiques, Thèse de littérature française sous la direction de Dumasy, Lise et Glaudes, Pierre, Grenoble, Université Grenoble Alpes, en cours.

[10] Benoist, Jacques, « Paul Féval et le vœu national au Sacré Cœur ou Le Bossu Sacré Cœur », in Rohou, Jean et Dugast, Jacques (dir.), Paul Féval, romancier populaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 17-30.

[11] Martin, Jean-Clément, La Vendée de la mémoire (1800-2018), Paris, Perrin, 2019, p. 203.

[12] Hallade, Sébastien, « Au frontières de la littérature et de la politique : les feuilletonistes Alexandre Dumas, Paul Féval et Eugène Sur sous la Deuxième République, des écrivains transgressifs ? », Sociétés & Représentations, n°39, 2015-1, p. 13-32.

[13] Yon, Jean-Claude, « Sardou sous le Second Empire ou les premières armes d’un ambitieux », in Ducrey, Guy (dir.), Victorien Sardou, un siècle plus tard, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2007, p. 11-32. ; Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[14] De Rivasson, Félicité, « L’Obsession de la décadence dans l’œuvre bretonne de Paul Féval (1816-1887) », communication prononcée le 22 mars 2019 au séminaire littéraire des armes de la critique : sociologie du déclinisme en littérature, en ligne ; Blanchard, Nelly, ‘Barzaz-Breiz’. Une fiction pour s’inventer, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[15] Ruiz, Emilien, Trop de fonctionnaires ? Histoire d’une obsession française (XIXe-XXIe siècle), Paris, Fayard, 2021.

[16] Sur la question se rapporter notamment à Marly, Mathieu, Distinguer et soumettre. Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[17] Chanet, Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[18] Audoin-Rouzeau, Stéphane, 1870. La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989, p. 166.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Erwan Le Gall (30 novembre 2022). Paul Féval, critique de l’armée française de 1870-1871 ? Ar Brezel. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbqa


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.