Le département de Loire-Inférieure (détail). Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6408.

L’état de siège dans les faits (octobre 1918)

Bien que supprimé le 1er septembre 1915, l’état de siège, qui avait été décrété le 2 août 1914, est rétabli en Loire-Inférieure le 6 juillet 1917, afin notamment de prémunir contre l’espionnage les opérations de débarquement du corps expéditionnaire américain[1]. Celui-ci est ensuite étendu en février 1918 à tout l’arc Atlantique, de l’arrondissement de Brest à celui de Dax en passant par les îles du Ponant, de Ré et d’Oléron, mesure qui là encore doit être à rapprocher de l’intensification du flux de Doughboys arrivant en France[2]. Cette disposition prend fin en octobre 1919[3]. Il est néanmoins difficile de se faire une idée exacte des conséquences de cette proclamation de l’état de siège. Les archives départementales de Loire-Atlantique conservent un certain nombre de documents exigeant la surveillance des nomades ou au contraire refusant le séjour de détenus en liberté conditionnelle au nom précisément de cette disposition juridique. Mais on sait la pression démographique très forte sur les forces de police, puisque nombreux sont les agents à être envoyés au front, celui-ci réclamant, toujours ou presque, plus d’hommes, et nombreuses sont les archives témoignant de ce qu’elles parviennent difficilement à remplir leur mission. Aussi, la portée réelle d’un certain nombre d’opérations de police demeure-t-elle délicate à évaluer. L’édition diffusée en France du 31 octobre 1917 du Chicago Tribune fait par exemple état d’une descente de police dans les locaux de l’Action française à Nantes : faut-il voir là une conséquence directe de l’état de siège et de la surveillance d’un groupe non seulement volontiers xénophobe mais qui pourrait par la même occasion se montrer hostile au corps expéditionnaire levé par les États-Unis, une république ?[4] Je ne suis pour l’heure pas en mesure de répondre à cette question qui se pose avec d’autant plus d’acuité que l’on n’ignore encore une fois pas que ces services, de même que ceux des pompiers comme le rappelle l’incendie qui ravage une boulangerie du centre de Rennes en décembre 1916, sont en sous-effectifs chroniques pendant le conflit[5]. Tant les pertes au front, et la nécessité de combler les vides dans les rangs, que la chasse aux embusqués conduit à largement réduire les effectifs des commissariats. C’est précisément ce que montre l’incident qui se survient à Nantes, le 9 octobre 1918 : arrivé de l’Oise, un train transportant 500 prisonniers militaires, des individus de nationalité française donc et non pas des soldats allemands ou austro-hongrois capturés – entre en gare. Mais, alors que les wagons ne sont placés sous la surveillance que de quelques gendarmes, les détenus en profitent pour descendre des compartiments et gagnent la ville. À en croire les archives policières, les seules à notre disposition, il en a résulté un certain désordre et quelques vols[6]. Sans doute n’y a-t-il rien de bien remarquable dans ce fait divers ; sauf à perdre de vue qu’il correspond finalement assez mal avec l’idée que l’on peut se faire d’un espace placé sous l’état de siège.

Ceci est encore plus manifeste à la lecture du rapport que rédige le 10 octobre l’inspecteur auxiliaire de Police spéciale Maisonneuve – un agent pour lequel nous ne disposons d’aucun élément biographique – à l’intention du Commissaire spécial de Nantes. Ce document stipule que le train arrive en gare de Nantes à 18 heures pour y stationner toute la nuit. Or non seulement celui-ci n’est escorté que par cinq gendarmes mais aucune mesure spéciale n’est prise pour en assurer la garde. Sans doute ceci est-il à mettre en rapport avec les effectifs de police alors disponibles. Toujours est-il que cette réalité vient sérieusement atténuer le caractère martial de cette idée d’état d’urgence : celle-ci est en effet à mettre en rapport avec les faits survenus ce 9 octobre 1918 et ceux-ci sont édifiants.

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.2955.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.2955.

Ce même rapport explique ainsi que « les détenus n’étant ni enfermés ni surveillés ont pu circuler à peu près librement dans la gare et en ville ». Au total, près d’une trentaine d’entre eux auraient quitté la gare, où quelques « déprédations » et « larcins » auraient été commis. L’inspecteur Maisonneuve explique même qu’un veilleur de nuit a été dans l’obligation de « faire usage de son revolver pour éloigner un groupe qui pillait [des] bariques de vin ». Pour être appréciée à sa juste valeur, une telle scène doit être replacée dans un continuum de pratiques qui traduisent la violence de la société française, et pour ce qui nous intéresse ici bretonne, d’alors. Quelques mois plus tôt, le 28 juin 1918, un rapport d’un inspecteur de police spéciale de Nantes rend compte de l’agression d’un tonnelier sur le quai de l’Aiguillon, alors qu’il se trouvait proche de fûts de vins. À l’en croire, il aurait « été assailli par une bande de Chinois qui voulaient boire aux futs qu’il avait mission de garder […] et fut poursuivi par une trentaine de Chinois qui l’ont frappé à coup de tabourets pris dans le café [de l’Aiguillon]et de bâton pris sur les quais », quelques-uns étant même armés de « poignards ou de grands couteaux ». Et l’inspecteur de remarquer qu’il « serait urgent que des mesures fussent prises pour désarmer ces forcenés ». En réalité, ce qui se dévoilent là, ce sont les fatigues d’une société exténuée par la guerre. On sait d’ailleurs que le port de Saint-Malo est le lieu d’une véritable bataille rangée en mai 1919, affrontement ayant réclamé l’intervention de militaires pour que l’ordre revienne. Mais toujours est-il que ceci correspond encore une fois de mal avec l’idée que l’on peut se faire d’un espace placé en état d’urgence.

L’inspecteur Maisonneuve fournit une chronologie qui donne une bonne idée des capacités de réaction des forces de l’ordre en ce 9 octobre 1918. Ce n’est qu’à « onze heures et demi du soir » que la 11e région militaire est prévenue et il faut encore 90 minutes pour que soient envoyés « des gendarmes et des dragons pour garder le train ». Le recours aux dragons n’est de surcroît pas anodin : ces soldats sont sans doute destinés à pallier les lacunes et les manques d’effectifs des forces conventionnelles de l’ordre. Toujours est-il que l’incident semble se terminer vers 3 heures du matin, le 10 octobre 1918, avec le retour dans le train d’une dizaine de « détenus évadés » ayant été arrêtés par « les diverses patrouilles ». D’autres sont incarcérés.

La situation décrite à Nantes par ce rapport ne semble pas vraiment différer de celle qui parait avoir prévalu au départ du train, dans l’Oise. Or ceci vient, là encore, sérieusement nuancer la portée de cette disposition juridique qu’est l’état d’urgence. C’est ainsi que le brigadier de gendarmerie chargé de la surveillance de ce convoi affirme qu’il n’a été averti de cette mission que 48 heures plus tôt, ce qui peut se concevoir, mais « qu’il ignorait le nombre exact de détenus à lui confiés », ce qui pour le coup est plus étrange. D’ailleurs, cet homme n’hésite à pas à confesser « qu’il en avait perdu en route et qu’il ignorait totalement combien il lui en restait ».

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 980.0052.64.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 980.0052.64.

Si l’on ne connaît pas le nombre exact de prisonniers convoyés à Nantes en ce 9 octobre 1918, on sait en revanche qu’il s’agissait d’individus répertoriés comme « exclus de l’armée », venant du front et destinés à effectuer d’importants travaux sur le canal de la Martinière au Pellerin, pour le compte du corps expéditionnaire américain. Le commissaire spécial de Nantes explique d’ailleurs au préfet de Loire-Inférieure que « ces individus n’ont pas été sans causer un certain émoi parmi la paisible population du Pellerin lorsqu’elle connut leurs antécédents ». Il est vrai que, là encore, c’est l’impréparation qui semble régner en maîtresse. Un rapport daté du 16 octobre 1918 explique en effet que « ces hommes couchent actuellement dans les baraquements des prisonniers de guerre, situés un peu au-dessus du village d’où ils sont amenés tous les jours ; ces baraquements sont insuffisants pour loger un tel nombre d’hommes ». Le chantier en lui-même paraît en revanche mieux sécurisé puisqu’il s’agit d’un « îlot situé au bord de la Loire, relié à la terre par une étroite passerelle facile à garder ». La situation reste toutefois précaire et il est stipulé dans ce document qu’un gardien « a dû faire feu dernièrement sur un groupe qui cherchait à s’évader [et] il a tué un détenu ». Ce n’est qu’à la fin du mois d’octobre 1918 que les choses semblent rentrer dans l’ordre avec, notamment, « l’arrivée de 15 dragons pour assurer le service de garde ». Là encore, ce recours aux militaires pour assurer une mission de maintien de l’ordre paraît souligner la tension pesant sur les effectifs policiers en Loire-Inférieure.

Ajoutons que quand on connaît la pression démographique qui s’exerce sur les rangs de l’armée française pendant la Première Guerre mondiale, y compris en cet automne 1918, il fait peu de doute que ces hommes doivent s’être signalés par des comportements assez problématiques pour être retirés ainsi du front[7]. Il est toutefois clairement stipulé que ces individus relèvent du droit commun même si un rapport en date du 2 novembre 1918 affirme qu’il y a parmi ces individus « des détenus militaires ayant une certaine instruction ». Un inspecteur spécial décrit ces prisonniers comme ayant presque tous été « condamnés pour de longues peines, 20 ans la plupart » et affirme même qu’il y a « parmi eux des assassins » et qu’ils ont pour beaucoup « des mœurs inavouables ». Le commissaire spécial de Nantes déclare lui que « sur les 450 exclus restant des 500 envoyés de Beaumont Persan (près Creil) il y en a environ 250 condamnés aux travaux forcés à perpétuité, quelques condamnés à mort ayant vue leur peine commuée, quant aux autres ce sont des condamnés de conseil de guerre pour divers délits ».

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Pour autant, l’expression « exclus de l’armée » ne doit pas induire en erreur en ce qu’elle n’est pas nécessairement synonyme de sortie du régime militaire. En effet, c’est bien en tant que tels qu’un certain nombre d’entre eux sont manifestement affectés à la Martinière, décision qui non seulement est tout ce qu’il y a de plus officielle mais relève de savantes tractations : « Le colonel Kauffmann[8], ayant besoin de main d’œuvre pour d’importants travaux à exécuter au canal de la Martinière au compte des Américains, demandait des hommes à la Guerre qui, d’accord avec la justice, propose 500 détenus de droit commun ayant déjà effectué des travaux dans le Camp retranché de Paris ». En d’autres termes, c’est sur une requête des États-Unis que la France fournit un contingent de 500 hommes au corps expéditionnaire pour qu’ils effectuent des travaux de construction en vue de l’érection d’un camp près du canal de la Martinière, décision qui fait l’objet d’une concertation entre les ministères de la Guerre et de la Justice.

Les archives permettent d’identifier quelques détenus et de réaliser une rapide prosopographie qui, si elle ne saurait être considérée comme représentative de l’ensemble des prisonniers arrivés en ce mois d’octobre 1918 à la Martinière, n’en est pas moins intéressante. Né le 15 juillet 1896 à Antrain, en Ille-et-Vilaine, André Faligot s’engage dans la marine le 4 décembre 1913 puis est affecté à la section disciplinaire du 6e RI en juin 1915, une décision qui renvoie au moins autant au comportement de cet homme qu’aux grands besoins en fantassins de l’armée française d’alors. Mais là ne s’arrêtent pas ses démêlés avec le règlement, bien au contraire. André Faligot est transféré au 47e RI de Saint-Malo le 15 février 1916 et part aux armées le 11 janvier 1917, avant d’être envoyé au 2e RI de Granville 6 mois plus tard. S’il se trouve dans ce train qui arrive en gare de Nantes le 9 octobre 1918, c’est après avoir été condamné à deux reprises par le Conseil de guerre de la 20e DI : une première fois, à Saint-Malo, le 11 aout 1916, pour « ivresse manifeste et publique », une seconde fois, le 17 avril 1917, dans la zone des armées donc, pour « voies de fait envers des supérieurs pendant le service, refus d’obéissance, abandon de poste, désertion à l’intérieur avec empreint d’effets qu’il n’a pu restituer »[9]. Un lourd dossier donc, qui vient d’ailleurs inaugurer un casier judiciaire qui se chargera jusqu’au mitan des années 1940, mais qui ne vaut pas à André Faligot d’être exclu de l’armée. Cette sanction n’intervient en effet qu’en décembre 1921, ce qui implique que c’est bien en tant que militaire qu’il est envoyé sur le canal de la Martinière[10].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Le flou demeure en revanche en ce qui concerne François Guiader, que l’on sait condamné à trois ans de prison par la Cour d’appel de Rennes mais qu’il n’a pas été possible d’identifier, la presse ne se révélant d’aucune aide sur ce point. Peut-être s’agit-il de cet individu qui, né le 19 août 1874 à Brest, est condamné par la Cour d’assises de Quimper en 1893 à trois ans de prison et est ensuite incarcéré à la prison de Fontevrault ?[11]

Né le 16 mars 1898 à Amiens, Marcel Hérent présente en revanche un profil que l’on peut restituer avec précision. Ce jeune homme explique ainsi aux services nantais de police être « fils de père et de mère inconnus, pupille de l’assistance publique de la Somme, célibataire, domestique de ferme, condamné à trois ans de prison pour incendie volontaire, le 12 mars 1917, à Tours, et détenu comme prisonnier civil au camp de la Martinière. L’Union libérale d’Indre-&-Loire, dans son édition du 14 mars 1917, détaille la séance de la Cour d’assises de Tours qui le condamne et donne un certain nombre d’éléments particulièrement intéressants le concernant. C’est en effet au sein d’une colonie pénitentiaire qu’il se rend coupable de l’incendie volontaire, dans la nuit du 25 au 26 novembre 1916, d’une meule de foin, et ce en compagnie d’un certain Adrien Auger, né à Paris, dans le IXe arrondissement, le 9 janvier 1900. Interrogés par le président de la Cour, les deux hommes « avouent les faits qui leurs sont reprochés et déclarent qu’ils ont mis le feu pour ne pas rester à la colonie et pouvoir être traduits devant un tribunal pour être envoyés au front ». Mais, des témoignages de six individus, dont un « médecin aliéniste », il résulte que les deux inculpés sont « des dégénérés à responsabilités atténuée, mais cependant responsables des actes commis »[12].

Autrement dit, si leur état de santé mentale ne leur permet pas de servir sous l’uniforme, celui-ci n’est pas jugé incompatible avec une sanction pénale. Or cette décision n’a vraisemblablement pas grand-chose à voir avec des considérations d’ordre philosophique et humaniste. La fiche matricule de recrutement de Marcel Hérent, Adrien Auger étant trop jeune pour que celle-ci soit intéressante dans ce cadre, est à cet égard particulièrement significative[13]. En effet, ce natif de la Somme est appelé à l’activité, au 135e RI d’Angers, le 3 mai 1917, c’est-à-dire alors qu’il purge sa peine de prison. Il aurait été dès lors facile de le sortir de sa geôle, de l’enrégimenter pour procéder à son instruction et ensuite l’envoyer au front : là est bien le principe de la récupération judiciaire identifiée par l’historienne E. Génard. Mais tel n’a pas été le cas, ce qui laisse supposer que l’Armée n’en a pas voulu pendant la guerre. En effet, dès sa peine de prison purgée, Marcel Hérent est incorporé le 25 novembre 1919 pour être affecté au 4e bataillon d’infanterie légère d’Afrique, autrement dit pour être expédié à Biribi[14]. Or on sait que « tout militaire peut solliciter, par la voie hiérarchique, son renvoi au front pour racheter sa faute : mais il n’est donné satisfaction à la demande que si l’autorité militaire compétente juge possible de suspendre l’exécution de la peine et si l’intéressé est apte à faire la campagne »[15]. Le mécanisme est donc limpide et le fait que l’Armée n’a pas voulu de cet homme, même pour en faire un fantassin, alors que l’on sait que ce soldat est alors considéré comme dénué de toute compétence et se trouve en conséquence à la base de la pyramide des mérites militaires[16].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Du point de l’état d’urgence qui intéresse plus spécifiquement ce billet, le cas de Marcel Hérent est particulièrement intéressant. En effet, s’il n’est pas jugé par l’État apte à prendre les armes, l’Armée préférant le refuser malgré la pression démographique qui pèse sur les rangs et alors qu’il est déclaré bon pour le service lors de son passage devant le Conseil de révision le 15 janvier 1917, son psychisme n’est pas jugé incompatible avec sa présence dans un département pourtant rendu particulièrement sensible par les opérations de débarquement du corps expéditionnaire américain. Il y a là une sorte de paradoxe qui est d’autant plus savoureux que Marcel Hérent, une fois son service militaire dans un bataillon d’Afrique terminé, s’engage dans la Légion étrangère où il sert pendant une quinzaine d’années. Sa fiche matricule ne fait d’ailleurs mention d’aucune condamnation et indique même qu’il est décoré de la Médaille coloniale et qu’il est nommé légionnaire de 1e classe en 1931[17]. On précisera enfin qu’étant donné la date à laquelle interviennent les incidents en gare de Nantes, il est douteux que les travaux prévus sur le canal de la Martinière aient réellement été engagés.


[1] Sené, Antoine, Dans les tranchées du droit. Les professeurs de droit et la Grande Guerre (1914-1929), thèse d’histoire du droit sous la direction de Hakim, Nader, Bordeaux, Université de Bordeaux, 2018, p. 171-172.

[2] « La Circulation sur le littoral », L’Ouest-Éclair, 19e année, n°5675, 6 février 1918, p. 3.

[3] Oliveira, Matthieu de, Derrien, Marie et Julien, Élise (dir.), La vie d’après. Les retours de la Grande Guerre, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2022. Il est à noter que la date précise ne semble pas faire l’unanimité, certains auteurs évoquant le 12 octobre 1919, d’autres le 24.

[4] « L’Action française », The Chicago Tribune and Daily News, n°108, 31 octobre 1917, p. 1. Dans son journal, le député de Paris Henri Galli revient sur le réveillon de Noël 1915 qu’il passe à l’Élysée, à l’invitation du Président de la République Ramond Poincaré. Il affirme lui avoir dit que « l’état de siège nous permet d’arrêter Merrheim et d’interdire les réunions ». Manifestement, Henri Galli parait ignorer la suppression de cette disposition juridique. Le 17 janvier 1917, toujours à propos de Merrheim, il écrit : « Le gouvernement semble oublier qu’il dispose de l’état de siège ». Le 16 mars 1918, il s’interroge : « Pourquoi ne pas rendre à Paris tous les pouvoirs d’état de siège, à l’autorité militaire comme en 1914 ? ».

Pour autant, cette phraséologie donne une bonne idée de ce que celle-ci peut éventuellement permettre. Galli, Henri (édition présentée et commentée par Henri-Galli, Pascal et Nivet, Philippe), Journal politique de la Grande Guerre 1914-1918. La IIIe République sur le vif, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, p. 575, 992 et 1436.

[5] Voir par exemple pour Rennes Tanguy, Jean-François, « Normal Police Work in Times of War : Really ? The Case of Ille-et-Vilaine (Brittany, France) », in Campion, Jonas, Lopez, Laurent et Payen, Guillaume (edited by), European Police Forces and Law Enforcement in the First World War, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2019, p. 105-119.

[6] Sauf information contraire, les archives utilisées pour la rédaction de cette note proviennent de Arch. dép. Loire-Atl. : 1 M 477, zone spéciale de Loire-Inférieure.

[7] Sur la pression démographique on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[8] Il s’agit du lieutenant-colonel Albert Kauffmann, ingénieur-en-chef des Ponts et Chaussées, directeur du Génie. Né le 2 août 1865 à Bordeaux, il est le fils d’un négociant et débute sa carrière en 1885. Il ne paraît pas servir dans la zone des armées pendant la Première Guerre mondiale. Arch.nat. : LH 19800035/556/63436.

[9] Il n’ pas été possible de retrouver plus d’éléments concernant ces deux procès.

[10] Arch. dép. I.&V. : 1 R 2207.583.

[11] Arch. dép. I.&L. : 1 R 672.391.

[12] « Cour d’assises d’Indre-et-Loire », L’Union libérale d’Indre-&-Loire, 52e année, n°61, 14 mars 1917, p. 2.

[13] Arch. dép. I.&L. : 1 R 818.268. Il est à noter que Marcel Hérent s’évade le 18 octobre 1918 du camp de la Martinière en compagnie d’Adrien Auger.

[14] Sur le sujet : Kalifa, Dominique, Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Paris, Perrin, 2009.

[15] « La réhabilitation des condamnés militaires », L’Ouest-Éclair, 18e année, n°6219, 12 août 1916, p. 2.

[16] Pour de plus amples développements Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ?…, op. cit.

[17] Arch. dép. I.&L. : 1 R 818.268.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 23 novembre). L’état de siège dans les faits (octobre 1918). Ar Brezel. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbq9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.