À propos d’une guerre civile bretonne

Rares sont les ouvrages aussi stimulants que ce volume collectif dirigé, aux Presses universitaires de Rennes, par A. Rolland-Boulestreau et B. Michon et consacré aux mémoires des guerres civiles[1]. Si le propos part de la guerre de Vendée, il ne s’y limite aucunement et offre une histoire non seulement transnationale mais comparée. Ce faisant, les différents contributeurs, provenant d’horizons disciplinaires variés, invitent à de multiples et féconds prolongements dont il n’est pas possible de complètement rendre compte dans cette rapide recension. La fertile question des sorties de conflits, notamment traitée dans ce livre par S. Ledoux (p. 201-215), ne sera ainsi pas appréhendée. Aussi ne s’agira-t-il ici que de ce qui relève d’une part du périmètre de la notion de guerre civile, d’autre part de la construction des mémoires ; autant d’éléments qui seront abordés en rapport avec la péninsule armoricaine.

L’un des grands apports du volume est en effet de contribuer à faire voler en éclat les frontières de la guerre de Vendée, tant dans une perspective d’histoire culturelle que sociale par ailleurs. En effet, non seulement la Révolution – et donc son corolaire la contre-révolution – doit être pensée dans une approche intellectuelle globale, donc allant bien au-delà du strict cadre hexagonal, mais l’historiographie met depuis quelques années en évidence une « internationale blanche » qui, du bocage vendéen à la guerre d’Espagne en passant par les troupes carlistes et miguélistes, recrute de véritables « experts » de la contre-révolution passant d’un théâtre d’opérations à l’autre (p. 85-86). Dans ce cadre, le souvenir de la chouannerie joue indéniablement un rôle de carburant idéologique (p. 93, repris par P. Serna p. 151 : « la mémoire c’est ce qui sert à faire la guerre, si la paraphrase d’Yves Lacoste est permise ») qu’analyse brillamment A. Dupont : « cette mémoire pouvait être transnationale parce que toutes ces guerres civiles constituaient de fait un seul et même combat, un seul et même affrontement, qui passait d’un pays à l’autre » (p. 92).

Carte postale. Collection Musée de Bretagne : 971.0028.397.
Carte postale. Collection Musée de Bretagne : 971.0028.397.

À l’échelle de la péninsule armoricaine, les implications d’une telle grille de lecture sont nombreuses et forcent non seulement à décentrer mais élargir le regard, l’Histoire étant nécessairement moins de Bretagne qu’en Bretagne. Plus encore, les suites de cet affrontement qui, vu sous cet angle, paraît par bien des égards matriciel, même si l’on sait combien il faut se méfier de cette idée[2], sont à l’évidence nombreuses et on nous permettra d’en évoquer ici que quelques exemples, à condition de s’accorder sur une définition moins strictement militaire de l’idée de guerre civile. Autrement dit, et pour prendre Clausewitz à l’envers, la politique étant la poursuite de la guerre par d’autres moyens, c’est bien la question de l’intensité de la conflictualité qui ici est au cœur de la définition. Car les conflits, eux, ne manquent pas. La controverse du Barsaz Breiz entre Théodore Hersart de la Villemarqué et François-Marie Luzel doit ainsi être resituée dans une perspective beaucoup plus large, celle des « écrivains nationaux » analysée par A.-M. Thiesse bien entendu mais aussi celle de la réaction aux Lumières et à la Révolution[3]. Même chose en ce qui concerne Arthur Le Moyne de la Borderie et l’affaire du camp de Conlie, celle-ci ayant sous sa plume tout d’une véritable guerre civile[4]. Pour sa part, S. Carney a bien montré combien la nébuleuse Breiz Atao devait être comprise dans un cadre beaucoup plus vaste que la simple spécificité bretonne, l’influence de la philosophie nordiste et des mouvements völkisch puis fascistes et nazis, étant ici déterminante[5]. Enfin, sans doute y aurait-il là matière à réévaluer la période des inventaires et, plus globalement, la longue histoire de la Séparation en Bretagne, tant les opposants aux lois laïques sont prompts à mobiliser dans leur répertoire d’action la référence à la chouannerie[6].

Reste néanmoins, on l’a vu, à définir ce dont on parle quand on qualifie des troubles de « guerre civile », ce qui ne va pas nécessairement de soi. Dans une contribution lumineuse et iconoclaste qui justifie à elle seule la lecture de cet ouvrage collectif, P. Serna rappelle que « la Révolution française comme toutes les autres révolutions s’impose comme une guerre d’indépendance surtout, comme une guerre civile aussi, l’inscrivant dans un registre d’une double violence constitutive qu’il ne faut pas nier mais construire comme objet d’histoire complexe » (p. 145). Or la réciproque de ce théorème mérite sans doute d’être examinée en ce qu’une guerre civile comporte aussi des dimensions relatives à la perspective révolutionnaire d’une part, à l’indépendance nationale d’autre part. Si ces enjeux sont d’ordre strictement littéraires dans la querelle du Barsaz Breiz, ils n’en sont pas moins présents, de même qu’à propos de Conlie et des lois laïques, la question étant en ce cas sans doute moins celle de la République que de l’ultramontanisme, en grande perte de vitesse tout au long de la seconde partie du XIXe siècle. Et bien entendu, inutile de revenir sur Breiz Atao… Pour autant, les choses ne sont pas nécessairement aussi simples que cela (p. 217) et J.-C. Martin rappelle que « la rébellion de 1793 n’est pas différente des émotions et autres soulèvements qui avaient agité les campagnes françaises dans les siècles passés, on pense évidemment ici à la révolte du papier timbré de 1675 qui avait opposé les bonnets rouges bretons aux soldats du roi » (p. 220). Si ce recours au temps long est indispensable en ce qu’il donne une indéniable profondeur de champ à l’analyse, on se permettra de renvoyer aux travaux de G. Aubert qui montrent combien le contexte diplomatique d’alors est essentiel : là aussi, avec les menaces hollandaises, il est question d’indépendance nationale. Quant à la perspective révolutionnaire, il ne semble pas utile de revenir sur ce point tant l’historien soviétique B. Porchnev en a fait son miel[7]. Dès lors, plus que d’une dimension rigide de la guerre civile, c’est avant tout du point de vue de celui ou celle qui parle dont il est question dans ce volume. Comme bien souvent, la discipline historique se contente d’objectiver les subjectivités : programme en apparence modeste mais en réalité immense tant la tâche est complexe.

Les différents contributeurs de cet ouvrage collectif montrent en effet qu’au cœur du processus de mémorialisation des guerres civiles se trouve l’écrit, et ce dès l’origine de la presse à l’instar du Mercure François analysé par V. Cerdeira et qui propose non seulement à ses lecteurs la « bonne » compréhension des guerres de religion mais participe de l’élaboration d’une véritable « cuture politique » (p. 29). Pour autant, d’autres vecteurs sont également à prendre en compte, à l’instar de la fiction romanesque (J. Stanovský, p. 31-45) mais aussi d’écrits à prétention historique dont l’objectivité, pour ne pas dire la scientificité, ne doit pas leurrer tant leur dimension utilitariste est évidente. Il en est ainsi par exemple des « études » sur la chouannerie publiées dans les années 1950 par le royaliste Guy Coustant de Saisseval (p. 85) ou de l’analyse, en pleine guerre d’Algérie » de la « guerre subversive » de Vendée publiée en 1959 par le colonel André Montagnon (p. 152). H. Marquis s’intéresse pour sa part aux monuments non plus de papier mais de pierre et rappelle combien ces édifices sont révélateurs des fractures héritées des événements qu’ils commémorent, mais aussi des évolutions des politiques publiques. Là encore, la mémoire est l’outil politique du temps présent même si les initiatives de l’État peuvent être pro ou contracyclique, selon l’orientation idéologique du moment. C’est ce que rappelle la presqu’île de Quiberon, théâtre d’un débarquement royaliste manqué en juin-juillet 1795. L’inauguration à Brech du « champ des martyrs » en 1829 ne doit ainsi pas tromper : « dans un contexte de réconciliation nationale voulue par la monarchie restaurée, la dimension religieuse des initiatives mémorielles est aussi un moyen d’empêcher l’héroïsation des victimes » (p. 56). D’une certaine manière, on est là à quelques encablures de ce devoir d’oubli pensé un moment comme la condition sine qua non « d’une sortie durable de la guerre en mettant fin aux cycles de violences et de vengeances intercommunautaires » (p. 202). S. Ledoux rappelle d’ailleurs à ce propos que le terme d’amnistie signifie en grec ancien « sans mémoire » (p. 205), précision étymologique qui n’est pas inutile. Mais au tournant du siècle, alors que la République née de la guerre de 1870 cherche à s’enraciner « en s’appuyant en particulier sur la référence majeure qu’est la Révolution » (p. 61), les initiatives sont beaucoup plus offensives, à l’instar du monument Hoche de Quiberon. En effet, cette « statue du général est perçue comme un symbole républicain dans une terre qui a été royaliste et à une époque où les conservateurs sont encore majoritaires » (p. 63). Là encore, la dimension artistique ne doit pas induire en erreur et la statuaire monumentale est bel et bien « une arme de combat politique » (p. 64).

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 995.0008.3544.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 995.0008.3544.

Ce faisant, la guerre civile ne semble pas se distinguer fondamentalement des autres formes de belligérance, l’écriture de la bataille relevant du fait d’armes, voire le prolongeant dans une dimension encore plus idéologique[8]. Mais les processus de mémorialisation dont il s’agit ici divergent toutefois de ces réécritures du combat puisque c’est moins de perpétuation que de transfert de conflictualité dont il s’agit ici. C’est ainsi par exemple que J. Stanovský rappelle que « la guerre de Vendée […] est devenue au XIXe siècle un enjeu mémoriel, souvent rappelé et souvent réactivé par les événements du temps présent, utilisé comme un exemple historique édifiant ou horrifiant et comme un point de référence historique majeur » (p. 31). Pour le dire autrement, dans ces romans républicains du XIXe siècle, l’intrigue n’est qu’un prétexte et sert avant tout « de support pour transmettre une leçon morale sur l’histoire » (p. 41).

Or, dans ce combat, il ne peut y avoir de juste milieu ou de positionnement intermédiaire. Il est ainsi frappant de voir au fil de ces différentes contributions combien les récits dont il s’agit ici sont non seulement simplificateurs (p. 123 ou 171 par exemple) mais totalisants, au sens où pour les entrepreneurs de mémoire (p. 182) qui les portent il ne peut exister de discours alternatif. On pourra avec M. Recasens s’interroger sur ce dont il s’agit ici réellement, dans la mesure où, étymologiquement, commémorer – cum-memoriae – signifie « se souvenir ensemble » (p. 69), ce qui implique donc un consensus au moins minimum. De là à dénoncer la « tyrannie des mémoires », il y a un pas que certains franchiront sans doute aisément, mais qui selon moi devrait inviter à une certaine prudence. En revanche, que la peste identitaire constitue un ferment aussi indéniablement dangereux que puissant me semble difficilement contestable… ce qui nous ramène à des considérations plus strictement bretonnes. Car de La Borderie à Breiz Atao en passant par le Barsaz Breiz, il y a un certain nombre de marqueurs du discours politique porté par l’Emsav qui reposent sur une rhétorique à prétention historique qui non seulement relève bel et bien de la guerre civile mais ne s’accommode d’aucun autre récit, quand bien même celui-ci serait le produit de la méthode scientifique. La liberté des provinces, Conlie ou la collaboration ne sont ainsi que quelques jalons de la longue guerre qui oppose, à en croire les identitaires, la Bretagne à la France depuis 1532. Et on ne parle même pas des Bonnets rouges, objets d’une véritable mythologie réactivée avec la force éphémère que l’on sait par la grâce de quelques portiques routiers destinés à prélever une écotaxe.

Dessin de presse de Loïc Schwartz, 14 juin 2016. Collections Musée de Bretagne : 2020.0007.44.
Dessin de presse de Loïc Schwartz, 14 juin 2016. Collections Musée de Bretagne : 2020.0007.44.

Contrairement à ce qu’affirme avec véhémence l’Emsav, « l’histoire de la Bretagne » que les identitaires promeuvent ne relève pas d’une discipline scientifique mais bel et bien d’un roman – qu’on se gardera bien de qualifier tant les termes « national », « provincial » ou encore « régional » sont explosifs – qui s’apparente à une mémoire. Et l’on songe dès lors aux propos de P. Serna rappelant que « cette mémoire peut s’écrire ou non, elle est souvent victimaire, même si elle a participé aux violences, voire les a provoquées, mais la défaite face à l’histoire lui confère une posture de repli, de ressentiment cultivé, de discrétion des signes connus des initiés, capables de resurgir, lorsque la République et ses valeurs sont en danger ou lorsque d’autres mémoires critiquent à leur tour le modèle centralisé d’une histoire unique pour tous les Français » (p. 150). Le paradoxe est, en ce qui concerne la péninsule armoricaine, qu’un parti se revendiquant pourtant à gauche, comme l’Union démocratique bretonne, est obligé de faire sien un certain nombre de discours portés… par la contre-Révolution.

On pourrait dès lors croire que la mémoire des guerres civiles dépeinte par les nombreux contributeurs de cet ouvrage collectif relève d’une sorte de combat sans fin, et donc d’une impossible paix. Vision pessimiste que vient toutefois nuancer, non sans paradoxe du reste, une histoire plus sociale s’articulant sur les artefacts[9]. Conservateur des musées de Cholet, E. Morin propose dans ce volume une intéressante analyse de la « transmission de la mémoire vendéenne » par le prisme des « objets familiaux confiés aux musées ». Ce faisant, il prend acte d’un certain nombre d’évolutions sociales qui, des conditions économiques à la mobilité professionnelle, rendent plus difficile, pour ne pas dire impossible, la conservation de tel ou tel objet sacralisé par l’histoire familiale. À l’en croire, c’est cette « distanciation vis-à-vis des reliques » qui justifie le transfert dans une institution muséale et non une charge idéologique devenue moindre (voire même négative, c’est-à-dire refusée ?) avec le temps (p. 185). On pourrait y voir, d’une certaine manière, le triomphe de l’Histoire sur les mémoires. Le paradoxe est qu’ainsi muséifiées, ces reliques sont patrimonialisées. Or, complexe, ce processus participe aussi d’une forme de vitrification du temps qui renvoie d’une certaine manière à la judiciarisation de la mémoire et au développement des postures victimaires. En effet, S. Ledoux rappelle que « la notion au départ médicale du traumatisme annule la césure entre passé et présent en diagnostiquant pour l’individu une souffrance psychique continue que l’écoulement du temps ne peut résorber » (p. 210), conduisant ainsi à la victoire du présentisme.

Dénonciation d'activités contre-révolutionnaires, 23 juin 1793. Collections Musée de Bretagne : 891.0011.1.2
Dénonciation d’activités contre-révolutionnaires, 23 juin 1793. Collections Musée de Bretagne : 891.0011.1.2

On l’aura compris, il s’agit là d’un livre puissant et destiné à alimenter la réflexion non seulement sur les enjeux de mémoire mais sur le périmètre des guerres civiles. On ne peut d’ailleurs que remercier les Presses universitaires de Rennes, et avec elles les institutions ayant participé au financement de ce livre – Nantes université, l’association Les Anneaux de la mémoire ainsi que le musée d’Art et d’Histoire de Cholet – d’avoir offert cet ouvrage dès sa sortie, dans sa version électronique, en accès libre et gratuit sur la plateforme OpenEdition Books. Car si la production des connaissances est une chose importante, leur diffusion est sans doute aussi essentielle, si ce n’est plus, et renvoie d’ailleurs fondamentalement à ce qu’est – ce que devrait être… – l’enseignement universitaire. Il en va de la mission civique des sciences sociales, tout particulièrement lorsqu’il s’agit de traiter des sujets ayant donné lieu à de nombreuses crises de mémoire, et l’on ne peut que suivre A. Rolland-Boulestreau et B. Michon lorsqu’ils rappellent « qu’expliquer, ce n’est ni légitimer ni justifier » (p. 9)[10].


[1] Rolland-Boulestreau, Anne et Michon, Bernard, Des Guerres civiles du XVIe siècle à nos jours. Usages et enjeux des mémoires, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Lire par exemple Mary, Julien et Thanassekos, Yannis (dossier coordonné par), « XXe siècle : d’une guerre à l’autre ? », En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, n°3, juin 2014 et notamment Rousseau, Frédéric, « 1914-1945 : La Grande Guerre est-elle la matrice du XXe siècle monstrueux ? Arrêt sur une vulgate du troisième millénaire », p. 65-75.

[3] Thiesse, Anne-Marie, La Fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique, Paris, Gallimard, 2019.

[4] Sur ce point voir Lagadec, Yann, « Arthur de la Borderie, Conlie et la Bretagne (1870-2021) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, N°128-4, 2021-4, p. 139-158.

[5] Carney, Sébastien, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[6] Pivault, Aurélien, Les Catholiques morbihannais contre le pouvoir anticlérical : mobiliser les foules dans le diocèse de Vannes des années 1900 aux années 1920, Mémoire de master 2 sous la direction de Gicquel, Samuel, Rennes, Université Rennes 2, 2020.

[7] Aubert, Gauthier, Les Révoltes du papier timbré. 1675. Essai d’histoire événementielle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014. Voir aussi Aubert, Gauthier, Les Bonnets rouges ne sont pas des gilets jaunes. Archéologie des fureurs populaires en Bretagne, Rennes, Presses universitaires de rennes, 2019.

[8] Boltanski, Ariane, Lagadec, Yann et Mercier, Franck (dir.), La Bataille. Du fait d’armes au combat idéologique (XIe-XIXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

[9] À ce propos, je me permets de renvoyer à Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Un adieu aux armes. Destins d’objets en situation de post-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[10] Suleiman, Susan Rubin (traduit de l’anglais (US) par Le Ruyet, Marina et Van Ruymbeke, Thomas), Crises de mémoire, Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 17 novembre). À propos d’une guerre civile bretonne. Ar Brezel. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbq8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.