Eléments du 315th Infantry Regiment de Philadelphie, unité appartenant à la 79e DIUS. CLiché publié dans l'édition du 29 mai 1919 du Evening Public Ledger.

Carl Zeisberg : un Doughboy de passage à Nantes

Les programmes de numérisation et de mise en ligne de la presse constituent assurément une aubaine pour la discipline historique, tout particulièrement lorsqu’on travaille sur des sujets très transnationaux caractérisés par un large éparpillement des sources. Déjà, lorsque je m’étais intéressé au corps expéditionnaire américain à Saint-Nazaire entre 1917 et 1919, j’avais pu mesurer la chance qui était la mienne de pouvoir bénéficier des ressources disponibles sur Chronicling America : par rapport aux temps pionniers des précurseurs comme Y.-H. Nouailhat, c’était un avantage considérable[1]. C’est d’ailleurs sur cette plateforme, qui mériterait du reste des dépouillements systématiques, que j’ai découvert le journal du sergent Carl Zeisberg de la 79th Division (79e DIUS). Reproduit dans le Evening Public Ledger, un quotidien publié à Philadelphie, Pennsylvanie, et destiné aux classes moyennes, ce texte constitue une archive de choix pour qui s’intéresse à la présence américaine en Bretagne.

Malheureusement, on ne sait que très peu de choses de l’auteur, malgré un patronyme qui en théorie ne devrait pas rebuter les logiciels de reconnaissance optique de caractères[2].D’après ce que l’on peut comprendre dans cette archive, Carl Zeisberg est sergent à l’état-major de la 79e DIUS et est originaire de Philadelphie, en Pennsylvanie. Tout du moins, c’est à cette ville qu’il fait le plus souvent référence et c’est là que, manifestement, il dispose des plus importantes connections. À moins qu’il s’agisse d’artifices destinés à séduire le lectorat du Evening Public Ledger ? Là encore, la question est sans réponse. Reste que son patronyme n’est pas sans interroger : est-il d’ascendance allemande ? Là est un point important que l’on ne peut malheureusement pas préciser. Mais si tel était le cas, il est évident que la Grande Guerre, comme pour beaucoup de descendants d’immigrés allemands installés aux États-Unis, serait indissociable d’une certaine forme de rupture généalogique. Là n’est du reste pas un cas unique et l’on connaît, par exemple, celui de Vernon E. Kniptash, originaire de l’Indiana et petit-fils d’un immigré ayant quitté Cologne en 1881. Mais Carl Zeisberg ne laisse rien supposer à ce propos à travers son journal.

Le général Joseph E. Kuhn commandant la 79e DIUS à son retour à son débarquement à Hoboken, NJ, saluant Thomas B. SMith, maire de Philadelphie (détail), Cliché publié dans l'édition du 29 mai 1919 du Evening Public Ledger.
Le général Joseph E. Kuhn commandant la 79e DIUS à son retour à son débarquement à Hoboken, NJ, saluant Thomas B. SMith, maire de Philadelphie (détail), Cliché publié dans l’édition du 29 mai 1919 du Evening Public Ledger.

La 79e DIUS est commandée au printemps 1919 par le général Joseph E. Kuhn et recrute pour l’essentiel sur la côte Est des États-Unis : Pennsylvanie, district de Columbia, Virginie occidentale et état de New York. Arrivée en juillet 1918 en France, cette division – dont l’insigne est une croix de Lorraine blanche sur un bouclier bleu – combat à partir de septembre 1918 en Argonne, notamment dans le secteur de Montfaucon[3]. Elle revient aux États-Unis au printemps 1919, au moment donc où est publié le journal de Carl Zeisberg. On peut d’ailleurs légitimement penser que ce périple correspond peu ou prou à celui de ce sergent.

Le processus de publication de ce qui est pour l’historien une source est riche de sens car il montre, à l’évidence, que ce texte constitue un produit d’appel pour le Evening Public Ledger. Le texte est en effet publié en feuilleton, et non d’une traite. Sans doute y a-t-il là un procédé destiné à susciter l’envie du lecteur, et donc l’acte d’achat, même si la démarche ne doit pas être surévaluée : ce n’est pas en première page mais en pages intérieures que le journal de Carl Zeisberg est publié. Il y a d’ailleurs fort à parier que ce « coup éditorial » mobilise des moyens techniques assez conséquents : le troisième épisode de la série est ainsi daté du 15 mai 1919 et est publié le 2 juin, le cinquième est lui daté du 20 mai et est publié le 4 juin. C’est donc d’un fonctionnement transatlantique en flux tendu dont il s’agit : un procédé remarquable mais qui n’est pour autant pas totalement inédit pour l’époque. En témoignent par exemple les clichés du Signal Corps, images qui participent d’une même circulation transatlantique[4]. Mais il est toutefois remarquable de constater que celle-ci s’applique ici non pas à une structure, de surcroît militaire, mais à un individu. Reste d’ailleurs à savoir comment le contact avec ce quotidien de Pennsylvanie a pu s’établir. À moins que le texte soit publié en feuilleton après avoir été remis en main propre à la rédaction par Carl Zeisberg, puisqu’on sait que sa division revient aux États-Unis à la fin du mois de mai. Cette hypothèse est hautement plausible et tendrait à prouver la grande réactivité de ce quotidien : à l’évidence, l’opinion est à cette période avide d’informations sur l’expérience combattante, friande de récits des anciens Doughboys. L’heure de la « lost generation » n’est pas encore venue… Néanmoins, les informations manquent et cette question des modalités de la publication reste aujourd’hui sans réponse même si une hypothèse s’impose avec force : l’une des signatures récurrentes du Evening Public Ledger est en effet un certain Carl L. Zeisberg. Peut-être que le sergent de la 79th Division est son fils ?

Episode Date de rédaction Date de publication
I 10 mai 1919 30 mai 1919 (p. 4)
II 11 mai 1919 31 mai 1919 (p. 20)
III 15 mai 1919 2 juin 1919 (p. 13)
IV 18 mai 1919 3 juin 1919 (p. 13)
V 20 mai 1919 4 juin 1919 (p. 12)
Publication dans le Evening Public Ledger du journal de Carl Zeisberg.

Toujours est-il que le journal de ce sous-officier est un bon indicateur de la place que Nantes, et de manière plus générale la Bretagne, peut tenir dans l’imaginaire des soldats du corps expéditionnaire américain. Alors certes, il y a quelques passages s’attachant aux aspects « typiques » de la Cité des Ducs et la Loire retient manifestement l’attention du sergent de la 79th Division. L’aspect « celtique » et « légendaire » de la région ressort d’autant plus aisément que Carl Zeisberg y séjourne au printemps, saison propice à la rêverie. Sans compter que la situation y est bien entendu fort différente de ce qu’il a pu connaître sur le champ de bataille et dans la zone des armées. Mais le Fleuve royal ne doit pas tromper : s’il attire l’attention, c’est moins pour lui-même que comme une évocation du Delaware qui coule à Philadelphie. À dire vrai, tout ce texte est traversé par le « mal du pays » et l’attente d’un retour longtemps espéré. Et si Nantes revêt dans ce cadre une certaine importance, c’est que la Cité des Ducs est la dernière étape avant Saint-Nazaire, le port de rembarquement synonyme de traversée de l’Atlantique et de retour vers la « mère-patrie ».

Il n’est pas certain que Carl Zeisberg garde un souvenir impérissable de son passage à Nantes où, selon ses propres termes, il n’y a rien d’autre à faire que d’attendre. En revanche, cette archive intéressera celles et ceux qui travaillent sur les aspects logistiques, et notamment la dimension matérielle des opérations de rembarquement du corps expéditionnaire américain. L’auteur s’en donne ici à cœur joie et ne cesse de dire combien il est difficile pour les camions américains de circuler sur les petites routes françaises : il est vrai que ces questions de voirie sont au cœur de bien des contentieux entre la France et les États-Unis[5]. Sans doute faut-il ici rappeler que ce journal est publié dans le Evening Public Ledger, ce qui n’est bien entendu pas neutre et conduit probablement à certain biais. Le filtre de la culture de guerre et de la célébration de la toute-puissance de l’Oncle Sam et de son corps expéditionnaire est ici manifeste. Reste toutefois à déterminer ce qui relève des impératifs journalistiques et de la plume du Doughboy Carl Zeisberg.

Par un subtil jeu de comparaison entre le voyage aller, effectué en 1918, et celui du retour, le sergent de la 79e DIUS dit bien combien l’épreuve de la traversée vers la France est rude pour les Doughboys. Outre la promiscuité et le mal de mer, la crainte des submersibles allemands est vraiment très présente et Carl Zeisberg se félicite de ne plus avoir à naviguer en convoi et sur un bâtiment camouflé. Les hommes n’ont plus à revêtir en permanence un gilet de sauvetage et ne sont plus réveillés par d’incessantes alertes qui sont tout autant des manifestations que des facteurs supplémentaires de stress. Toutefois, l’auteur prend bien soin de souligner qu’en comparaison du champ de bataille et des gaz de combat, ces difficultés sont insignifiantes : là aussi, il y a ceux qui ont vécu l’épreuve du feu et les autres. D’ailleurs, cette traversée est « presqu’une partie de plaisir », jugement qui, encore une fois, montre par ricochet combien la traversée vers la France ne le fut pas.

Le SS Kroonland sur lequel Carl Zeisberg revient aux Etats-Unis en mai 1919. National archives at College Park : 165-WW-274A-1.
Le SS Kroonland sur lequel Carl Zeisberg revient aux Etats-Unis en mai 1919. National archives at College Park : 165-WW-274A-1.

Toujours est-il que les contacts avec la population locale apparaissent au travers de cette source, et tant à Nantes qu’à Saint-Nazaire du reste, extrêmement limités, pour ne pas dire réduits à la portion congrue. Dans ce texte, les civils constituent un arrière-plan qu’il n’est pas toujours aisé de distinguer, faute d’interaction notamment. En ce sens, cette archive semble bien décrire toutes les limites des circulations culturelles transatlantiques entre 1917 et 1919[6]. Il y a toutefois une exception à noter, celle de Roger Magille, un jeune homme de 13 ans embarqué clandestinement à bord du SS Kroonland. D’après ce qu’en dit Carl Zeisberg, il s’agit d’un jeune orphelin ayant été plus ou moins adopté comme enfant de troupe par une compagnie américaine. Ce type de relation n’est pas exceptionnel et j’ai pu en rencontrer plusieurs sur le secteur de Saint-Nazaire. Mais à ma connaissance, Roger Magille est le seul à profiter de la guerre pour émigrer aux États-Unis. Il serait d’ailleurs passionnant de savoir ce qu’il devient de l’autre côté de l’océan Atlantique.


[1] Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[2] On notera d’ailleurs que la reconnaissance optique de caractères de Chronicling America, même en mode « recherche avancée » est loin d’être infaillible. C’est en effet « manuellement » que certains épisodes du journal de Carl Zeisberg ont dû être retrouvés.

[3] « 79th Staff Issues Sketches of Exploits », Evening Public Ledger, vol. V, n°220, may 29, 1919, p. 2. Détail intéressant, et qui par bien des égards explique de nombreuses tensions franco-américaines dans les années 1920, cet article affirme : « In all its war operations the Seventy-ninth Division faced the ennemy in Lorraine, the province which the United States was pledged to win back for France ».

[4] Le Gall, Erwan, « La section photographique du Signal Corps à Saint-Nazaire pendant la Première Guerre mondiale : source pour une histoire transnationale », in Catala, Michel et Jeannesson, Stanislas (dir.), Les Etats-Unis en France et en Europe, 1917-1920, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, p. 249-263.

[5] Voir par exemple Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains…, op. cit., chapitre 9 notamment.

[6] Pour de plus amples développements Catala, Michel et Jeannesson, Stanislas (dir.), Les Etats-Unis en France et en Europe…, op. cit.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 9 novembre). Carl Zeisberg : un Doughboy de passage à Nantes. Ar Brezel. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbq7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.