1942 en tant que concept ?

L’ouvrage que consacrent C. Azouvi et J. Peltier, et publié aux dynamiques Éditions Passés Composés, à l’année 1942 constitue une intéressante synthèse qui rendra bien des services aux étudiants qui, notamment, auraient à travailler sur la Seconde Guerre mondiale[1]. Il est vrai que, comme le rappelle O. Wieviorka dans la préface de ce beau volume, cette année a été érigée par l’historien Henri Michel en « bissectrice de la guerre » (p. 6) et qu’elle constitue à cet égard un objet particulièrement stimulant de réflexion. En d’autres termes, c’est là que, par bien des égards, bascule le sort du conflit. Situé dans une perspective résolument globale, cet ouvrage intéressera néanmoins celles et ceux qui travaillent au fait militaire et guerrier à l’échelle de la péninsule armoricaine. En effet, si le texte invite à d’incessants jeux d’échelles, conformément aux multiples inscriptions géographiques qui définissent tout objet historique, certaines omissions stimulent particulièrement la réflexion[2]. Car si la manière dont les auteurs approchent 1942 est résolument mondiale, il en résulte une analyse du warfare, tant en termes de champs de bataille que d’intériorité des ennemis combattus, qui invite d’une certaine manière à un retour au local pour, au final, mieux interroger la pertinence de ce cadre d’analyse.

Basculement

Si l’année 1942 est un stimulant objet de réflexion, ce qui vient conforter la légitimité de la démarche menée par les deux auteurs, c’est parce qu’elle accouche sur un certain nombre de théâtres d’opérations de bascules qui modifient l’équilibre stratégique du conflit. Usant de textes accessibles rédigés par le journaliste C. Azouvi et agrémentés des splendides infographies du data designer J. Peltier, le volume propose une plongée efficace et instructive au sein de ces lointains champs de bataille[3].

Dans le Pacifique, le Japon se croit jusqu’au 18 avril 1942, jour où les villes de Tokyo, Nagoya et Kobe sont bombardées par une escadrille de 16 B-25, hors de portée des Américains (p. 20-21). Quelques jours plus tard, la bataille de la mer de Corail marque un point d’arrêt pour la flotte japonaise qui doit faire demi-tour sous l’effet de l’aviation américaine (p. 23) avant d’encaisser un très sérieux coup de boutoir à Midway puis à Guadalcanal. De même, à l’Est, 1942 marque « la fin des ambitions allemandes » (p. 61) même s’il faut en réalité attendre le début de l’année 1943 pour assister à la reddition à Stalingrad du général Friedrich von Paulus (p. 83). Si certains historiens, à l’instar d’A. Beevor, soulignent que c’est probablement en décembre 1941 que s’opère la bascule stratégique dans l’équilibre des forces, au détriment de l’Axe, il n’en demeure pas moins que « la fin de l’hiver ramène la confiance côté allemand » (p. 66). Sans doute ceci invite-il à considérer l’année 1942 moins comme une période calendaire s’étalant sur 12 mois que comme un concept, à l’instar de ce qu’a pu produire J. Horne à propos du « long 1915 », c’est-à-dire comme le moment de la bascule, celle-ci pouvant s’opérer sur laps de temps finalement assez long[4]. Mais de l’intention à la réalisation, il y a un pas qui se révèle peu évident à franchir.

Cérémonie d'inauguration du cimetière de Bir-Hakeim, le 4 avril 1943. Carte postale, collection particulière.
Cérémonie d’inauguration du cimetière de Bir-Hakeim, le 4 avril 1943. Carte postale, collection particulière.

En Afrique-du-Nord, la situation est un temps plus incertaine, le Reich parvenant en début d’année à reprendre la main grâce à un Rommel qui se forge alors l’image d’un « renard du désert »[5]. Mais Bir-Hakeim puis El-Anamein consacrent la supériorité alliée (p. 166-167), sans compter le succès de Torch (p. 186) qui, par bien des égards, efface l’échec de Jubilee. Toujours est-il que ces opérations trop souvent considérées comme périphériques marquent, comme le formule brillamment Winston Churchill le 10 novembre 1942, non pas la fin de la guerre mais le début de la fin (p. 180) :

« Ce n’est pas la fin. Ce n’est même pas le commencement de la fin. Mais c’est peut-être la fin du commencement. »

Sans doute est-ce là finalement la meilleure définition qui soit de l’année 1942.

Ceci exposé, on peut néanmoins s’interroger sur quelques choix opérés par les auteurs et notamment sur celui de ne pas évoquer la bataille de l’Atlantique puisque, à les en croire, sur ce front, « l’année 1942 ne marque pas une rupture franche » (p. 13). Dans une magistrale synthèse parue en 2020, Craig L. Symond montre en réalité combien les théâtres navals d’opération sont si ce n’est interdépendants, connectés, et donc comment toute évolution dans l’océan Pacifique a des répercussions dans l’Atlantique, comme dans une sorte d’effet papillon[6]. Plus récemment encore, L. Hellwinkel a bien montré comment à partir de février 1942 la conduite allemande de la guerre navale penche du côté de Karl Dönitz, à la défaveur donc d’Erich Raeder[7]. Or cette montée en puissance de l’arme sous-marine correspond aussi à un repli en surface qui, par bien des aspects, peut être considéré comme une bascule dans l’évolution du conflit. En d’autres termes, il convient de lire l’ouvrage de C. Azouvi et J. Peltier en ayant en tête que le chapitrage du volume est par certains aspects artificiel et participe d’une grille de lecture certes efficace mais dont il faut aussi, de manière assez paradoxale, savoir sortir.

Warfare

On le voit, à la question du théâtre des opérations répond presque simultanément celle des modalités du combat. Or, de ce point de vue aussi, 1942 est riche en évolutions. On a dit plus haut que du point de vue de la guerre navale menée par le Reich, l’année 1942 marque un repli des navires de surface au profit des sous-marins. Or il est frappant de constater que dans le Pacifique on observe aussi un semblable recul des bâtiments de surface, mais cette fois-ci en faveur de l’aviation. C’est ainsi qu’en mai 1942 (p. 23)

« la bataille de la mer de Corail est la première de l’histoire à se dérouler au-delà de l’horizon, sans que jamais les navires ennemis ne s’aperçoivent entre eux. Seuls les avions des deux bords sont à la manœuvre. »

Dès lors, deux logiques paradoxales et différentes se révèlent. Si Stalingrad marque par bien des égards le paroxysme d’une guerre de positions – ce qui n’exclut pas le mouvement et les manœuvres d’enveloppement (p. 80) – mobilisant pendant des mois d’immenses effectifs, Midway participe d’un autre modèle : une bataille où s’affrontent certes d’importants moyens aéronavals mais ne se déroulant que sur une seule journée, en l’occurrence le 4 juin 1942 (p. 26). Il pourrait en résulter une perte d’importance du facteur humain, et plus particulièrement démographique. Il n’en est rien. En effet, C. Zouvi note à raison que si les porte-avions peuvent se remplacer, tel n’est pas le cas des centaines de pilotes tombés à Guadalcanal et à l’expérience indispensable au Japon (p. 37). C’est d’ailleurs cette logique qui conduit les alliés à mettre en place de vastes réseaux d’exfiltration de pilotes abattus en territoire occupé comme la fameuse filière Shelburn transitant notamment par Plouha, dans les Côtes-du-Nord[8].

A Plouha, la plage Bonaparte où sont exfiltrés vers l'Angleterre des pilotes alliés abattus en France occupée. Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 970.0049.8380.2.
A Plouha, la plage Bonaparte où sont exfiltrés vers l’Angleterre des pilotes alliés abattus en France occupée. Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 970.0049.8380.2.

Le contraste est flagrant avec la résistance inimaginable que l’on observe dans les rangs soviétiques à Stalingrad, résistance reposant pour partie sur une contrainte qui dit par bien des égards la brutalité de la Russie stalinienne[9]. En témoigne le fameux ordre n°227 du 28 juillet 1942 (p. 70) :

« Concrètement, avant toute offensive, chaque unité doit prévoir plusieurs détachements disposés en deuxième ligne et chargés spécifiquement d’abattre ceux qui chercheraient à reculer ou s’enfuir. Au cours de la bataille de Stalingrad, l’Armée rouge mènera pas moins de 13 500 exécutions contre ses propres soldats. »

De la même manière, l’ampleur des pertes allemandes à Stalingrad est proprement stupéfiante : « pas moins de cinq armées de l’Axe ont été purement et simplement rayées de la carte entre août 1942 et février 1943 » soit plus d’un demi-million d’hommes tués, blessés ou prisonniers (p. 85).

Face à cette guerre des « gros bataillons », conflictualités de masses immenses et peu techniques, se développent d’autres modèles, notamment celui des commandos, diamétralement opposé. Ce qui est présenté ici comme un « âge d’or »[10] (p. 144) mériterait toutefois d’être plus largement mis en perspective. En effet, une histoire comme celle de Chariot doit être appréhendée bien au-delà de l’aura légendaire qui est attribuée à cet événement tant le bilan de cette opération, couronnée il est vrai de succès, est lourd : 169 morts et 200 prisonniers (p. 151). Mais ce qui frappe dans ces unités, c’est de voir combien leur constitution, leur instruction et leur déploiement découlent d’une très grande spécificité : il s’agit de soldats très entraînés, ayant atteint dans leurs spécialités respectives un très grand degré de technicité, en tout cas bien au-delà de l’image qui est traditionnellement associée à l’infanterie (p. 146-148). Mais il n’en demeure pas moins que le bilan de ces commandos parait devoir être plus sérieusement nuancé, réalité qui d’ailleurs n’est nullement propre à l’année 1942. En témoignent par exemple le mythe des hommes du Special Air Service au maquis de Saint-Marcel : la légende, bien souvent consciencieusement entretenue pour les nécessités politiques du moment, n’étant pas vraiment conforme à la réalité du sort des armes. Ici, c’est donc plutôt de continuité dont il est question que de rupture.

Carte postale commémorative éditée à l'occasion du 5e anniversaire de Chariot. Collection particulière.
Carte postale commémorative éditée à l’occasion du 5e anniversaire de Chariot. Collection particulière.

En définitive, l’année 1942 apparaît comme celle d’une grande complexité guerrière puisque de nombreux modèles de conflictualité, parfois on l’a vu diamétralement antagoniques, coexistent. En témoignent par exemple les bombardements stratégiques, incarnation même de la croyance en la force de la masse pour détruire l’ennemi, et ce sans considération pour les victimes civiles. Là est effectivement une question mémorielle sensible pour les alliés, réalité dont les auteurs prennent bien acte (p. 96) même si l’on aurait aimé que soit mieux rappelé qu’il s’agissait tout de même d’abattre le Troisième Reich. Autrement dit, la fin me parait largement justifier les moyens. Perdre ceci de vue, c’est en effet tomber dans un relativisme qui nous semble assez dangereux. On notera d’ailleurs que le propos ignore complètement la Bretagne, Brest, Lorient et plus encore Saint-Nazaire ayant essuyé au cours de l’année 1942 de très sérieux tapis de bombes. Ces villes sont du reste été érigées en « zones de bombardement » du fait de la présence des bases de sous-marins allemands[11]. Or on sait qu’il a pu résulter de ces opérations une mémoire assez ambigüe, comme par exemple dans l’estuaire de la Loire où le souvenir du « massacre des apprentis » tend à mettre les belligérants sur un pied d’égalité.

On ajoutera d’ailleurs que l’on est en droit de se demander pourquoi les auteurs intègrent à leur analyse de l’année 1942 ces bombardements stratégiques dans la mesure où, ni en Bretagne, ni en Allemagne du reste, ces opérations ne bouleversent l’équilibre des forces : « Les quelque 37 000 tonnes de bombes déversées sur l’Allemagne en 1942 n’ont pas provoqué d’effondrement industriel – bien au contraire, la production d’armement a augmenté de plus de 50% pendant l’année » (p. 105). Sans doute est-ce aussi cette réalité qui permet de comprendre l’effort supplémentaire consacré en cette année 1942 au développement de la bombe atomique par l’intermédiaire du projet Manhattan (p. 191, 196). Mais de Los Alamos à Hiroshima il y a un monde et c’est en réalité plus au début d’une dynamique que l’on assiste ici qu’à une véritable rupture.

Figures de l’ennemi intérieur

De la même manière, on doit avouer avoir du mal à comprendre pourquoi les auteurs optent pour une lecture – par ailleurs historiographiquement périmée – intentionnaliste de la Destruction des juifs d’Europe, revenant sur une « prophétie » d’Hitler formulée en 1939 (p. 112), alors que le cadre fourni par cette enquête centrée sur 1942 nous semble bien mieux convenir à une approche fonctionnaliste[12]. Toujours est-il que la Shoah met efficacement en lumière le paradoxe de cette guerre menée contre un ennemi intérieur qui mobilise des moyens techniques finalement assez frustes, même si la logistique du crime du fait de son ampleur continentale est par ailleurs particulièrement conséquente, et qui dans le même temps mobilise des ordres de grandeur invraisemblables puisque le bilan dépasse au final les 6 millions de morts. Certes, la Destruction ne démarre pas en 1942 et les auteurs ont non seulement raison de rappeler le massacre de Babi Yar, à savoir 33 761 juifs assassinés non loin de Kiev les 29 et 30 septembre 1941, mais ont l’intelligence de ne pas opposer, comme c’est malheureusement trop souvent le cas, R. Hilberg et P. Desbois dans leur analyse de la « Shoah par balles » (p. 121)[13]. Pour autant, et plus spécialement encore à l’ouest de l’Europe, il est vrai que la conférence de Wansee, le 20 janvier 1942, marque une étape décisive dans l’histoire de la « solution finale » (p. 124).

Carte postale, collection particulière.
Carte postale, collection particulière.

Or ceci amène à deux réflexions qui, d’une certaine manière, disent bien combien sont imbriqués les espaces géographiques. En premier lieu, il importe de souligner tous les apports de la lecture fonctionnaliste de la Destruction, grille d’analyse qui montre combien « la fin des ambitions allemandes » (p. 61) est le détonateur du crime. Pour le formuler autrement, ne pouvant l’emporter sur les Soviétiques et sur Staline, le Reich décide de tout mettre en œuvre pour réduire à néant l’ennemi intérieur judéo-bolchevique, mécanique génocidaire qui fonctionne à l’échelle continentale des vastes territoires contrôlés par les nazis. Mais, en second lieu, il importe de rappeler que lorsqu’appréhendée à l’échelle individuelle des victimes, la Destruction s’apparente à bien des égards à un « crime de voisins », pour faire référence au célèbre livre de J. Gross[14]. Certes la Rafle du Vel’ d’hiv résulte d’engagements pris par l’État français auprès du Reich et conduit à des milliers de déportations vers Auschwitz, ce qui dit la géographie continentale dans laquelle doit se comprendre l’opération « Vent printanier » (p. 137). Mais, dans le même temps, c’est bien souvent une grande proximité spatiale qui caractérise les bourreaux et leurs victimes, à l’exemple de la famille Hansen de Larmor-Plage dans le Morbihan qui, arrêtée en deux temps, en juillet et en novembre 1942, ne réside qu’à quelques dizaines de mètres d’une antenne du Sipo-SD.

Les auteurs ont par ailleurs parfaitement raison de rappeler les dissensions qui traversent le régime nazi à propos des modalités de la Destruction. Non pas que certains aient pu agir en protecteurs des juifs, loin de là. Mais le fait est qu’au sein du Reich et dans le sillage de la création le 30 avril 1942 de l’Office principal d’administration et d’économie (WVHA) s’opposent « réalistes » et « idéalistes », les premiers rappelant alors aux seconds qu’il n’est plus possible d’éliminer un déporté sans qu’il n’en ait été tiré le maximum, maximum évalué à 1631 Reichsmarks après neuf mois de martyr, compte non tenu de la revente des cendres et des os[15]. On voit toutefois combien cette dichotomie se heurte à la géographie, et plus particulièrement à la réalité de ces « terres de sang » où le meurtre ne connaît quasiment aucune limite[16]. En témoignent en 1942 l’entrée en fonction, au sein du Gouvernement général, des centres de mise à mort de Belzec, puis de Sobibor, Treblinka et Majdanek (p. 127). La rupture n’est donc semble-t-il pas unanime et connaît de réelles variations spatiales même si, rappelons-le, la mort est à chaque fois ou presque au rendez-vous.

Mais toujours est-il que c’est ce besoin toujours plus important de main d’œuvre qui force le Reich à prendre en France des mesures de plus en plus draconiennes, à savoir la fameuse loi du 4 septembre 1942 complétée par celle du 16 février 1943 instaurant le STO. Or on sait que là est le principal agent recruteur des maquis, pour reprendre la formule attribuée à Fritz Sauckel. Reprenant une grille de lecture forgée par l’historienne A. Aglan, les auteurs érigent toutefois 1942 en « troisième résistance », celle-ci débutant avec l’arrivée en France occupée de Jean Moulin (p. 216) et succédant à la « première » (p. 212), réaction spontanée renvoyant aux « bricolages héroïques » jadis décrits par J.-P. Azéma[17], puis à la « seconde », celle des initiatives isolées (p. 213). On voit donc que la grille de lecture adoptée est ici clairement politique, et par le haut en ce qu’elle accorde une importance décisive au Conseil national de la Résistance : mais cette réalité est-elle aussi celle du terrain ? Il n’en est pas certain et on a pu montrer, par exemple, combien une région comme le Perche d’Eure-et-Loir échappe à ce découpage chronologique du fait de considérations propres à ce territoire, et notamment à la figure d’André Gagnon[18]. En Bretagne comme ailleurs, la situation est tout aussi complexe et les grandes scansions chronologiques sont bien souvent moins celles des accords organisationnels que celles des rafles, qui forcent la Résistance à se réorganiser. Pour un historien comme R. Leroux, dont les travaux font toujours autorité faute de nouvelle synthèse, ce n’est ainsi qu’en février 1943 que naît en Morbihan « le temps des réseaux et des mouvements »[19]. Quant à C. Bougeard, s’il reconnaît bien volontiers que le bilan de la Résistance en Bretagne en 1942 est « loin d’être négligeable », le « temps de l’épaississement » ne vient là encore qu’après, c’est-à-dire en 1943[20].

Groupe de Résistants FTPF de Fougerolles-du-Plessis, en Mayenne, selon toute vraisemblance en 1944. Collections Musée de Bretagne : 990.0032.828.
Groupe de Résistants FTPF de Fougerolles-du-Plessis, en Mayenne, selon toute vraisemblance en 1944. Collections Musée de Bretagne : 990.0032.828.

Enfin, rappelons que le développement de la Résistance intérieure en France occupée ne doit pas faire oublier la difficile arrivée au premier plan de la France libre et le maintien sur l’échiquier diplomatique dans une position encore assez dominante, tout du moins jusqu’au 11 novembre 1942 et au franchissement de la ligne de démarcation par les Allemands, du régime de Vichy. En témoigne notamment la conférence interalliée d’Arcadia, dont est exclu le général de Gaulle (p. 57). On le voit, la démarche des auteurs peine parfois à convaincre tant l’année 1942 semble résister à sa propre conceptualisation. Il est vrai que la multiplicité des théâtres d’opérations et des dynamiques à l’œuvre complexifie grandement la tâche et souligne sans doute une limite de l’histoire globale. Pour autant, là n’est sans doute pas une raison pour ne pas se livrer à ce difficile exercice. Aussi est-ce pourquoi on ne peut que saluer la parution de ce livre de C. Azouvi et J. Peltier, ouvrage magnifiquement illustré et qui rendra bien des services, malgré toutes les réserves que l’on peut formuler à son propos.


[1] Azouvi, Cyril et Peltier, Julien (préface de Wieviorka, Olivier), 1942, Paris, Passés Composés, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Pour de plus amples développements je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan et (avec Prigent, François), « Pour une histoire locale de la France », in Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1958 en Bretagne. Pour une histoire locale de la France, Rennes, Editions Goater, 2018, p. 8-17.

[3] On pourra bien évidemment prolonger cette lecture avec Lopez, Jean (dir.), Aubin, Nicolas, Bernard, Vincent et Guillerat, Nicolas (data design), Infographie de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Perrin, 2018.

[4] Horne, John (dir.), Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915, Paris, Tallandier, 2010.

[5] Parmi une vaste bibliographie on pourra notamment consulter Mas, Cédric (avec la participation de Feldmann, Daniel), Rommel, Paris, Economica, 2014.

[6] Symonds, Craig L., Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Perrin, 2020.

[7] Hellwinkel, Lars, La Base navale allemande de Brest, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[8] Sur le sujet l’ouvrage de référence demeure Huguen, Roger, Par les Nuits les plus longues. Réseaux d’aviateurs en Bretagne 1940-1944, Spézet, Coop Breizh, 2003.

[9] Pour de plus amples développements Lopez, Jean et Otkhmezuri, Lasha, Barbarossa. 1941. La Guerre absolue, Paris, Passés Composés, 2019.

[10] Sur cette idée je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan (dir.), Les « Âges d’or » de la Bretagne, Lorient, Bretagne Culture Diversité, 2021.

[11] Pour de plus amples développements Knapp, Les Français sous les bombes alliées. 1940-1945, Paris, Tallandier, 2014.

[12] Sur le sujet, et parmi une très vaste bibliographie, on pourra renvoyer notamment à Meyer, Arno J., La ‘Solution finale’ dans l’histoire, Paris, La Découverte, 2002.

[13] Hilberg, Raul, La destruction des Juifs d’Europe (2 tomes), Paris, Gallimard, 1988 ; Desbois, Patrick, Porteur de mémoires : sur les traces de la Shoah par balles, Paris, Michel Lafon, 2007. Lire aussi Ingrao, Christian et Solchany, Jean, « La Shoah par balles. Impressions historiennes sur l’enquête du père Desbois et sa médiatisation », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°102, 2009-2, p. 3-18.

[14] Gross, Jan T., Les Voisins – 10 juillet 1941. Un massacre de Juifs en Pologne, Paris, Les Belles Lettres, 2019.

[15] Wingeate Pike, David, Mauthausen. L’Enfer nazi en Autriche, Toulouse, Privat, 2004, p. 47—51.

[16] Snyder, Timothy, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline, Paris, Gallimard, 2012.

[17] Azema, Jean-Pierre, « Des résistances à la Résistance », in Azema, Jean-Pierre et Bedarida, François (dir.), La France des années noires. T2 : De l’occupation à la Libération, Paris, 2000, p. 277.

[18] Le Gall, Erwan, « Des bricolages héroïques au syncrétisme du maquis de Plainville : la Résistance dans le Perche d’Eure-et-Loir, 1940-1944 », in Andrieu, René (Sous l’égide du comité scientifique de la Fédération des Amis du Perche présidé par), Le Perche de 1940 à 1945, Montligeon, Fédération des Amis du Perche, 2008, p. 145-185.

[19] Leroux, Roger, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Mayenne, Joseph Floch Imprimeur Editeur, 1978.

[20] Bougeard, Christian, Histoire de la Résistance en Bretagne, Paris, Editions Jean-Paul Gisserot, 2002, p. 40-41.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.