Quelques réflexions sur l’indexation collaborative à partir de la prosopographie d’un régiment dans la Grande Guerre

J’ai eu l’honneur et le privilège d’être invité par la Caverne du Dragon et F. Viltart à participer à une journée d’études intitulée 14-18 sur le web : Archives en ligne & généalogie. À cette occasion, j’ai pu revenir sur l’expérience accumulée au cours de ma thèse sur deux types d’archives, la fiche de mort pour la France d’une part, la fiche matricule de recrutement d’autre part. Ceci m’a permis de revenir sur le manque fondamental d’intérêt que porte l’histoire académique à ces sources, la discipline tendant à privilégier l’histoire de la guerre au détriment de celle des armées. Dès lors, il n’est pas étonnant que l’indexation collaborative – celle engagée par le défi 1 jour 1 poilu pour les fiches de morts pour la France mais aussi les programmes en cours se rapportant aux fiches matricules de recrutement – échappe complètement à la recherche universitaire, quand bien même celle-ci se piquerait d’humanités dites numériques. Pourtant, il y a là une pratique nouvelle qui, à mon humble avis, doit intéresser les sciences sociales bien au-delà des éventuelles retombées historiographiques qu’il y a en attendre.

Érudition stupide ou terrain d’enquête ?

Ma thèse de doctorat a consisté en une monographie d’un régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, à savoir le 47e RI de Saint-Malo[1]. Aucune attache particulière, aucun lien spécifique me prédestinait à une telle enquête – ni même au titre de docteur qui, au regard du statut qui était le mien lors des premières années de ma vie professionnelle relève d’une anomalie statistique pure et simple. Ce n’est que par la grâce de hasards, hasards d’archives mais aussi de rencontres avec des maîtres ayant accepté de m’encadrer, que cette enquête a pu voir le jour.

Si ces éléments biographiques doivent être rappelés, c’est parce que j’ai la faiblesse de croire qu’ils sont significatifs et qu’ils en disent, en définitive, long sur l’intérêt porté par le monde académique à ces sources que sont les fiches de morts pour la France et les fiches matriculaires de recrutement. En effet, je ne suis pas loin de penser que si cette thèse a pu être entreprise, c’est qu’elle a été considérée, d’une manière plus ou moins conscientisée, comme ne recelant, fondamentalement, aucun enjeu. N’ayant jamais eu l’honneur d’échouer à un concours puisqu’ayant choisi au début des années 2000 une autre voie professionnelle que celle de l’enseignement, j’étais dès le départ disqualifié dans la course aux très maigres postes ouverts dans l’Enseignement supérieur et la Recherche. Par ailleurs, il est difficile de faire plus éloigné des standards actuels et des modes intellectuelles du moment que la monographie régimentaire.  À l’heure du transnational, du connecté voire de l’interdisciplinaire, une telle démarche relève pour la plupart des opinions d’un archaïsme positiviste au mieux inutile, au pire suspect de fanamilitarisme (quand ce n’est pas pire) ou de manipulations identitaires[2]. Autrement dit, et si l’on accepte de céder aux facilités d’un structuralisme aussi automatique que benêt, on m’a laissé faire ma thèse – de surcroît dans une université de province, pas dans un prestigieux établissement parisien – parce qu’il était garanti que le sujet n’apporterait rien. En conséquence, il était certain qu’il n’y aurait aucun bénéfice à en retirer, bénéfice indu au regard de ma condition de non-agrégé a-normalien.

A Saint-Malo, troupe défilant devant la caserne Rocabey, selon toute vraisemblance pendant où à l'issue de grandes manœuvres d'été. Vu l'âge de ces fantassins, tout porte à croire qu'il s'agit du 47e RI. Collection Musée de Bretagne : 975.0041.302.
A Saint-Malo, troupe défilant devant la caserne Rocabey, selon toute vraisemblance pendant où à l’issue de grandes manœuvres d’été. Vu l’âge de ces fantassins, tout porte à croire qu’il s’agit du 47e RI. Collection Musée de Bretagne : 975.0041.302.

Pourtant, j’avais acquis dès le master 2, étape préalable indispensable à l’inscription en thèse et destinée à faire la transition avec la maîtrise acquise en l’an 2000, la certitude que le régiment, en l’occurrence d’infanterie d’active, constituait un cadre pertinent pour tenter de renouveler les termes du débat qui fondamentalement traverse toute l’historiographie de la Grande Guerre, autrement dit la question de l’endurance des sociétés belligérantes[3]. Entre une histoire culturelle indexée sur le consentement et une histoire sociale régie par la contrainte, et qui elle seule compterait, je pressentais qu’il y avait la place pour une histoire culturelle du social renvoyant au rapport anthropologique au monde qu’est le travail. Cette intuition ne relevait pas d’une idée « sur coussins d’air », pour reprendre la formule assassine d’A. Croix, que je souhaitais impérativement plaquer sur la documentation pour valider cette hypothèse mais découlait au contraire d’un constat, celui de l’omniprésence dans les archives – archives de l’unité mais aussi des hommes qui servent en son sein – du champ lexical du travail. Autrement dit, l’approche monographique était moins une quête d’érudition qu’un terrain, c’est-à-dire le matériau nécessaire à une réflexion apparue au bout de mois de dépouillements et qui d’ailleurs avait été formulée bien des années auparavant par A. Prost[4].

Pour autant, enquêter sur la culture professionnelle des combattants du 47e RI nécessitait de retrouver la composition sociale de cette unité afin de pouvoir resituer les acteurs dans leurs métiers et dans leurs rapports au travail. Mais dans la mesure où l’on ne dispose d’aucune liste des individus ayant porté l’uniforme de ce régiment pendant la Première Guerre mondiale, il a été nécessaire d’en passer par un sondage : c’est ce qui m’a conduit aux titulaires de la mention « Mort pour la France »[5]. Et c’est à gros trait ce à quoi été consacré l’essentiel du master 2, c’est-à-dire l’établissement d’une liste de 2 688 fantassins de cette unité titulaires de cette mention, démarche entreprise bien avant que ne soit complétée l’indexation des fiches dans le cadre du défi 1 jour 1 poilu et qui a été menée lettre par lettre à partir de la liste obituaire publiée à la fin de l’historique officiel du régiment[6]. La thèse a consisté à prolonger cette base de données prosopographiques par un certain nombre d’archives : actes de naissance pour connaître la profession des parents et disposer d’éléments relatifs à la mobilité sociale, presse, dossiers de Légion d’honneur… ainsi que les 2 688 fiches matricules afférentes aux titulaires identifiés de la mention « Mort pour la France ».

Toujours est-il que c’est cette double pratique de la fiche de mort pour la France d’une part, de recrutement d’autre part, qui m’a permis d’avoir une meilleure idée de la composition sociale du 47e RI pendant la Première Guerre mondiale. C’est aussi cette double pratique qui m’a amené à un certain nombre de réflexions sur ces deux archives finalement assez peu utilisées par les historiens, et donc sur les démarches d’indexation collaborative passées, en cours ou à venir dont elles sont l’objet.

2 688 expériences et perspectives

Je n’ai connaissance d’aucune enquête produite au sein du champ académique et reposant sur un dépouillement systématique de fiches de titulaires de la mention « Mort pour la France ». On pourra toujours arguer du fait, et non sans raison du reste, qu’il s’agit-là d’une archive finalement assez limitée. Ce constat me semble néanmoins bien révélateur du manque profond d’intérêt que l’histoire universitaire a témoigné à cette source, à son indexation collaborative en particulier, à la composition sociale de l’armée française de manière plus générale. Si les War studies traitent de la guerre, elles ont aussi la curieuse tendance, en France tout du moins, de prêter finalement assez peu d’attention aux institutions qui la font, à savoir les armées.

Eléments du 47e RI se rendant, selon toute vraisemblance, à la caserne du Château. Carte postale, collection particulière.
Eléments du 47e RI se rendant, selon toute vraisemblance, à la caserne du Château. Carte postale, collection particulière.

C’est du reste ce que rappellent parfaitement des auteurs comme J. Maurin, J. Halais, S. Chatillon, et dans un autre registre M. Marly, qui tous ont basé leurs – excellents – travaux sur d’importants corpus de fiches matricules de recrutement visant à décrire l’investissement de fractions de la société française dans la Grande Guerre[7]. À aucun moment ces archives n’ont été mobilisées pour étudier cette armée de conscription qui pourtant combat entre 1914 et 1918, comme si la société française avait été confrontée à la guerre sans l’interface de l’uniforme. Or, qu’on le veuille ou non, ce sont bien des armées régulières, autrement dit des unités militaires, qui ont fait la guerre. La tendance actuelle des War Studies conduit, en France, à une vision assez paradoxale d’une guerre conduite sans armées et donc, pour forcer le trait, sans soldats. Bien entendu, il n’y a là aucun hasard mais au contraire la conséquence directe d’un processus de désindexation de la citoyenneté sur le port de l’uniforme, mouvement à l’œuvre depuis les années 1968[8]. Quoi qu’on puisse par ailleurs penser de cette évolution, et qui n’est pas du domaine de ce carnet de recherches qui entend demeurer strictement historien, il n’en demeure pas moins que celle-ci confère aux fiches de morts pour la France et matricules de recrutement une portée heuristique certaine, celle qui consiste à réintroduire les armées dans l’étude la guerre.

Mais ceci ne va pas sans difficultés. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait de prime abord croire, et contrairement du reste à ce que l’on a pu laisser entendre avec F. Cochet dans le Petit guide que nous avons publié chez Pierre de Taillac, le fait est que nous ne comprenons pas encore très bien ces archives[9]. Ériger en source les fiches de morts pour la France, c’est détourner de leur fonction initiale des documents créés certes dans le cadre d’un hommage rendu aux défunts mais surtout destinés à dire qui – les titulaires de la dite mention – a droit ou non à l’aide matérielle et morale de l’État. Contrairement à ce que l’on peut trop souvent lire, la reconnaissance qu’implique ces petits bouts de carton numérisés est moins une question morale que de droits sociaux, réalité qui pour les finances publiques se traduit en lignes de dépense[10]. Appréhender la fiche matricule comme une source, c’est prolonger la vie des données figurant sur des documents produits et conservés pendant plusieurs décennies dans une logique purement administrative : connaître la vie militaire d’hommes aptes à porter les armes afin de permettre les opérations de mobilisation, partielle ou générale, mais aussi permettre l’instruction de dossiers de reconnaissance, notamment dans le cadre de la délivrance de la carte du combattant.

Mais les historiens du fait militaire et guerrier, qui rappelons-le ne sont finalement pas très nombreux, ne sont pas les seuls à s’intéresser à ces archives. Il est d’ailleurs savoureux de noter que cette journée 14-18 sur le web entend explorer les rapports entre Archives en ligne & généalogie, comme si l’histoire en tant que discipline scientifique n’entrait ici pas en ligne de compte. Or le fait est que d’autres approches ont pu et peuvent également exister.

Eléments du 47e RI se rendant, selon toute vraisemblance, à la caserne du Château. Carte postale, collection particulière.
Eléments du 47e RI se rendant, selon toute vraisemblance, à la caserne du Château. Carte postale, collection particulière.

Passons rapidement sur le cas, très exceptionnel, des prélèvements opérés dans les bureaux de recrutement de Guingamp et Saint-Brieuc par l’Abwehr, pendant la Seconde Guerre mondiale, à des fins de renseignement. Sans doute cette utilisation de la fiche matricule – à considérer qu’elle ait d’ailleurs réellement eu lieu, ce qui n’est pas avéré – est-elle fort marginale. Mais ses conséquences, elles, ne le sont pas puisque ce sont ces considérations qui ont amené ces registres à quitter la Bretagne pour Berlin dans un premier temps, Moscou dans un second à la faveur de la Guerre froide. Il y aurait sans doute lieu de se demander si, pour les services départementaux d’archives qui se sont retrouvés dépositaires de ces mètres linéaires de papier, à la faveur du désengagement des armées de la conservation de ces registres matriculaires du recrutement – réalité qui n’est jamais qu’une énième matérialisation du processus en cours de civilianisation de la société française engagé à partir des années 1968 – les opérations d’indexation ne constituent pas une certaine forme d’opportunité en termes de communication. Certes, ces programmes exigent un coût financier certain, coût financier d’autant plus important que le transfert des archives de la caserne Bernadotte aux conseils départementaux n’est pas doublé des lignes de crédit nécessaires. Mais l’on sait le public des généalogistes nombreux – et de surcroît assidu aux urnes lorsqu’il s’agit des générations les plus expérimentées – et choyé depuis de longues années par ces collectivités territoriales : en témoignent les opérations de microfilmage d’abord, de numérisation ensuite, des actes d’état-civil, archives certes utiles à l’historien mais plus encore à la constitution d’arbres destinés à remonter jusqu’à un lointain ancêtre.

En rappelant cela, je ne souhaite pas opposer les pratiques : ceci n’aurait aucun sens. Mais force est néanmoins de constater que les différentes approches de l’archive, ses différents usages, peuvent conduire à certaines incompatibilités qui ont d’ailleurs été bien mises en évidence par les décisions de la Commission nationale de l’Informatique et des Libertés relatives au fichier des morts pour la France mis en ligne sur Mémoire des hommes[11]. Sans rentrer dans le détail de cet imbroglio règlementaire, retenons juste que si l’on se réfère aux décisions de la CNIL, alors ma thèse est illégale puisque portant précisément sur la mise en données de 2 688 de ces fiches, et donc sur la saisie d’un certain nombre d’informations sensibles, qu’il s’agisse de considérations médicales ou judiciaires. Or, il convient de souligner que comparées aux données figurant sur les fiches matricules de recrutement, tout particulièrement en ce qui concerne les points de vue médicaux et judiciaires, ces fiches de morts pour la France apparaissent bien anodines. Il y a d’ailleurs tout lieu de penser que si la Commission devait être amenée dans les jours à venir à statuer sur l’indexation de ces fiches, non seulement elle n’infléchirait pas sa position mais, au contraire, la renforcerait. Tout du moins, c’est ce que me laisse entendre le Règlement général sur la protection des données (RGPD) instauré au printemps 2016 par l’Union européenne. On comprend dès lors pourquoi les Archives départementales d’Indre-et-Loire ont limité l’indexation des archives de l’Office départemental des anciens combattants aux seules cartes du même nom. Parfois très riches mais contenant également des données sociales très sensibles, les dossiers afférents auraient très probablement exposé juridiquement l’institution. Or, ayant travaillé pendant 10 ans – et ayant de surcroît fréquenté les archives de 4 services départementaux, ce qui me semble autoriser une certaine profondeur de vue – à l’Office national des anciens combattants et ayant dépouillé plusieurs dizaines de milliers de ces dossiers, je suis bien placé en tant qu’historien pour savoir quelle source précieuse il y a là pour étudier cette génération du feu, notamment dans une perspective de sortie de guerre. Si les bénéfices du programme d’indexation collaborative de ces cartes du combattant peuvent se comprendre en termes de communication institutionnelle, force est de constater que le cadre réglementaire a limité la portée de la démarche jusqu’à en annihiler l’intérêt pour la discipline.

Carte du combattant. Collection Musée de Bretagne : 988.0021.33.4.
Carte du combattant. Collection Musée de Bretagne : 988.0021.33.4.

En d’autres termes, la première expérience de la confrontation historienne à l’indexation collaborative est moins celle d’un élargissement des perspectives que d’un potentiel blocage. Si la protection du citoyen est bien entendu une démarche légitime, le fait qu’elle puisse oblitérer les progrès de la connaissance scientifique me paraît en revanche éminemment discutable. Précisons toutefois que cette situation assez kafkaïenne me semble très révélatrice du crédit accordé actuellement dans notre société à l’histoire en particulier, aux sciences sociales de manière générale. On voit en effet ici comment le droit limite l’exercice de la démarche scientifique en prolongeant indéfiniment ou presque, au nom de la protection des données personnelles, les délais aux termes desquels il sera possible de pratiquer. Le paradoxe est qu’ici le « droit à l’oubli » entre en collision frontale avec la demande sociale de mémoire qui, pour que celle-ci soit enfin apaisée, ne peut pas faire l’impasse de l’histoire. Ce n’est que la raison, et donc la démarche scientifique, qui peut triompher des passions du souvenir et l’on n’est d’ailleurs assez surpris de voir tant de précautions à propos d’une Grande Guerre qui relève aujourd’hui histoire « à soi » et est, somme toute, aujourd’hui assez consensuelle lorsqu’exposée dans l’espace public[12]. Autrement dit, il n’est pas exclu que nous soyons en ce moment même en train de nous priver des outils numériques qui, en ce qu’ils relèvent d’une démarche de transparence et contribuent à générer par le biais de l’indexation collaborative du lien social, permettent de prendre en charge certaines crises de mémoire[13]. Et l’on pense spontanément au dernier 60e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie qui fut très peu numérique, un comble pour un pays se pensant pour partie en « start-up nation ».

Ces considérations exposées, il importe de rappeler que les sources concernées par ces démarches d’indexation collaborative sont encore assez mal comprises et qu’elles mériteraient sans doute qu’on s’y attarde un peu. Passons rapidement sur les fiches de morts pour la France puisqu’il ne se passe pas une semaine, une journée pendant le centenaire, sans que la communauté 1 jour 1 poilu sur Twitter ne se saisisse d’un cas posant un problème méthodologique. Mentionnons juste à titre d’administration de la preuve celui du comte Robert Paguelle de Larret de Follenay récemment soulevé par l’historien B. Goujon : si sa fiche de mort pour la France, dûment indexée par ailleurs, répertorie ce capitaine du 2e régiment de spahis comme étant mort pour la France le 9 mai 1915 au Maroc d’une « fièvre chaude », maladie donc imputable au service et permettant à ce titre l’attribution de la dite mention, des archives privées font quant à elles état d’un suicide[14]. On voit donc la nécessité absolue qu’il y a en revenir, encore et toujours, aux bases de la discipline, à savoir les critiques interne et externe des sources. En effet, cette fiche de mort pour la France, quoi que selon toute vraisemblance non conforme à la réalité des faits, n’en est pas moins riche de sens pour qui s’intéresse au poids de l’honneur dans les milieux aristocratiques et au tabou quasi absolu que constitue le suicide, bien souvent pudiquement appelé autolyse dans les armées.

Quant aux fiches matricules de recrutement, elles relèvent encore par bien des égards d’une vaste terra incognita comme en témoignent ces quelques questionnements : sont-elles écrites partout, donc tant à Bordeaux qu’à Lille, Marseille, Belfort ou Quimper, et tout le temps, autrement dit tant dans les années 1880 que 1930, de la même manière ? Dans le détail, bien des informations posent problème à l’instar, par exemple, des taux de pension qui paraissent en définitive moins objectiver un état de santé que les capacités transactionnelles de l’acteur auquel se rapporte la fiche. De même, le rapport avec les feuillets nominatifs de contrôle est encore globalement incompris, ou tout du moins l’estimation de la fiabilité d’une archive par rapport à l’autre continue à nous échapper à en juger par les résultats qui émanent de l’exploitation intensive menée à l’échelle du 47e RI. Or il me semble qu’avant de se lancer dans de vastes et complexes opérations d’indexation collaborative, il serait opportun de mieux savoir sur quoi portera le travail, ce qui me parait pouvoir passer par l’organisation d’une manifestation de type journée d’études ou séminaire et donnant lieu, pour une meilleure publicité auprès des annotateurs, à publication d’actes. Voici l’ingénierie culturelle qui aurait dû, à mon humble avis, être mise en place, pour s’assurer de processus vertueux. Mais encore aurait-il fallu que l’on dispose pour cela d’une autorité mobilisatrice et de ressources – financières bien entendu mais également intellectuelles.

L'un des enjeux de l'indexation des fiches matricules de recrutement est une meilleure compréhension des politiques menées par les bureaux de recrutement lorsqu'il s'agit d'affecter des conscrits à telle ou telle unité. Carte postale. Collection particulière.
L’un des enjeux de l’indexation des fiches matricules de recrutement est une meilleure compréhension des politiques menées par les bureaux de recrutement lorsqu’il s’agit d’affecter des conscrits à telle ou telle unité. Carte postale. Collection particulière.

Pour autant, ces réserves formulées, il n’en demeure pas moins que la perspective d’une indexation de ces fiches, démarche qui ne peut être que collaborative et nécessitera l’établissement d’un protocole complexe, est porteuse de très nombreuses promesses. La constitution, à terme, d’un tableau de correspondances entre matricules au corps et au recrutement permettra non seulement de créer une passerelle avec des artefacts tels que plaques d’identité et livrets militaires mais pourra à n’en pas douter permettre de mieux cerner les logiques entourant l’affectation d’un individu dans telle unité plutôt que dans telle autre. C’est donc bien d’une meilleure connaissance de l’armée française de la Première Guerre mondiale dont il s’agit ici, mais pas uniquement. Ajoutons du reste que l’indexation des données des fiches matricules, mais aussi des registres de l’inscription maritime, à condition qu’elles soient interopérables, devrait également permettre de dépasser les cadres classiques de classement archivistique (armée de terre et de mer) pour appréhender certains effets du port de l’uniforme, en termes de mobilité sociale par exemple. Au final, il en résultera une prise en compte du fait militaire dans son entièreté, et non plus de quelques parties érigées de manière plus ou moins artificielle et consciente en tout.

L’indexation des fiches matricules de recrutement devrait également être profitable à l’écriture de l’histoire des anciens combattants et plus précisément encore des écoles de rééducation professionnelle. Dans un article récemment publié, l’historien C. Collard fait le constat de l’impossibilité de connaître la profession ante bellum des élèves de ces établissements, ce qui finalement empêche de savoir si la politique de « retour à la terre » promue par les pouvoirs publics profite réellement à d’ancien paysans mutilés[15]. Il est vrai que les archives sont lacunaires et ne permettent pas d’effectuer le moindre recoupement prosopographique. Mais à terme, l’indexation des fiches matriculaires de recrutement devrait permettre d’y remédier, notamment par le biais de l’exploitation de la profession déclarée au moment du passage devant le Conseil de révision.

L’indexation collaborative des fiches matricules de recrutement devrait aussi permettre, à terme, une histoire renouvelée de la reconnaissance des combattants de la Grande Guerre en autorisant l’analyse de vastes bases de données recensant les titulaires de la Croix de guerre, de la Médaille militaire et de la Légion d’honneur. Les citations à l’ordre, dont on sait par ailleurs qu’elles sont un discours de l’institution sur elle-même à destination des rangs et de l’arrière, pourraient également faire l’objet d’une vaste enquête visant, notamment, à repérer les répétitions, les intertextualités, mais aussi les erreurs et les incongruités et donc les logiques sociales qui sous-tendent la délivrance de ces distinctions[16]. Un tel chantier permettrait par ailleurs d’affiner la chronologie de la délivrance de ces brevets supérieur de citoyenneté, question qui dépasse allègrement le cadre de la séquence 1914-1918 pour embrasser les années 1920-1930[17].

Diplôme de médaillé militaire. Collections Musée de Bretagne : 982.0005.101.1.
Diplôme de médaillé militaire. Collections Musée de Bretagne : 982.0005.101.1.

On mesure sans doute encore mal les possibilités de croisements entre bases de données qu’autoriserait l’indexation complète des fiches matriculaires de recrutement. Sans doute les perspectives offertes par la confrontation avec les testaments de poilus récemment mis en ligne par les Archives nationales sont elles importantes pour qui s’intéresse aux cultures juridiques et familiales, mais aussi aux rapports de genre. Ceci dit, c’est bien la centralité du fait militaire dans la France de 1914 qui se rappelle ainsi à nous.

En effet, une grande erreur serait de croire que l’indexation des fiches matriculaires du recrutement n’intéresse que les historiens du fait militaire et guerrier. J’ai pu par exemple montrer sur ce carnet de recherche combien cette archive est utile à l’histoire des migrations en me basant encore et toujours sur l’exemple particulier du 47e RI. Une exploitation à plus vaste échelle devrait à n’en pas douter permettre de dresser un tableau plus fin, plus nuancé, dégagé de ces scories mémorielles qui trop souvent cachent (mal) des desseins idéologiques[18], des mobilités au sein de la France de la première partie du XXe siècle.

Quelques remarques sur l’indexation collaborative

Ces quelques pistes – inventaire n’ambitionnant nullement l’exhaustivité – me paraissent dire tout l’intérêt de ces démarches d’indexation collaborative mais, en revanche, peinent à en révéler la grande technicité. Rien que l’établissement d’un protocole d’indexation me paraît être une tâche très ardue, à la mesure de la complexité de l’archive et des impératifs découlant de la nécessaire interopérabilité des bases de données. On voit donc très rapidement que de tels programmes ne peuvent être raisonnablement initiés sans une coordination qui soit à la fois historienne, informaticienne et managériale, puisqu’il conviendrait de ne pas oublier que c’est aussi de la gestion d’une véritable armée d’annotateurs dont il s’agit ici aussi. Passons volontairement outre les considérations relatives à la communication ainsi qu’à la maîtrise des réseaux sociaux et on mesure aisément combien l’ingénierie culturelle qu’exigent de telles démarches est conséquente.

Affiche pour la souscription en faveur du quatrième emprunt national (1918). Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.211.
Affiche pour la souscription en faveur du quatrième emprunt national (1918). Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.211.

Ces remarques formulées m’amènent tout naturellement à la figure centrale qu’est Jean-Michel Gilot, l’homme à l’origine du défi 1 jour 1 poilu. Son expérience est unique car il est le seul à avoir mené à bien, non seulement dans les temps mais en réalité achevé bien en avance, une démarche d’indexation collaborative de cette ampleur. D’un point de vue strictement opératif, sa voix est incontournable et invite à dépasser la dichotomie artificielle et inopérante entre « amateurs » et « professionnels ». Les compétences ne demandent qu’à être dotées d’un contrat de travail mais, et on l’oublie malheureusement trop souvent, se développent aussi indépendamment de cette disposition réglementaire[19]. D’ailleurs, on remarquera que bien des expériences d’indexation collaborative lancées sans un référent tel que Jean-Michel Gilot n’ont en définitive pas abouti, ce qui quoi qu’on en dise vient battre en brèche le mythe de l’horizontalité du web.

Sans doute cela reflète-t-il aussi la complexité sémantique d’un acte numérique bien plus subtil qu’il y parait de prime abord. L’indexation collaborative des fiches de morts pour la France est un geste technique qui requiert non seulement une compréhension poussée de l’archive mais une connaissance approfondie de l’armée française de 1914-1918, et de ce conflit de manière plus générale. Ceci est encore plus vrai en ce qui concerne les fiches matriculaires du recrutement. Pour autant, en tant qu’acte social, l’indexation ne peut être réduite à sa seule technicité tant sa signification est elle aussi éminemment complexe et variable d’un individu à l’autre. Il y a bien entendu les généalogistes pour qui l’indexation relève d’une complétion d’une écriture de soi, de son lignage, de sa famille[20]. Il y a aussi les passionnés, qu’il s’agisse de « fanamilis » ou de férus de la Première Guerre mondiale pour qui cette pratique relève avant tout de l’assouvissement d’une passion. Il y a enfin les hommes et les femmes pour qui l’indexation collaborative des fiches des morts pour la France renvoie à la pratique d’une certaine forme, numérique, de « devoir de mémoire » devant pour partie au moins se penser dans le cadre des liens unissant les armées à la Nation[21]. On ne peut d’ailleurs à cet égard que regretter l’indifférence des pouvoirs publics, et plus spécifiquement encore des services du ministère des anciens combattants et victimes de guerre, à l’endroit du défi 1 Jour 1 poilu[22]. Ceci témoigne à n’en pas douter d’une incompréhension de ce qui s’est produit, c’est-à-dire une nouvelle forme de pratique commémorative qui, du fait du tournant numérique, n’en est gageons-le qu’à ses balbutiements. Au XXIe siècle, dans une ère ou tout et n’importe quoi est disponible 24 heures sur 24, une pratique culturelle, quelle qu’elle soit du reste, ne peut survivre si elle est réduite à la sacrosainte 11e heure du 11e jour du 11e mois de l’année, devant un lieu unique. Les habitudes prises à la suite des usages « à la demande » ne sont plus compatibles avec une telle rigidité spatiotemporelle. Or ce qui est en jeu ici, ce sont ni plus ni moins que les modalités 2.0 des centenaires qui nous attendent, à commencer par celui de la Seconde Guerre mondiale. Le paradoxe est que le Ministère des Armées, pionnier du fait de Mémoire des hommes de ce mouvement substituant le clavier au monument aux morts, certes sans pour autant le remplacer complètement, apparaît aujourd’hui bien en retard.

Projet de monument aux morts par Charles Chaussepied, 1921. Collections Musée de Bretagne : 995.0019.2.
Projet de monument aux morts par Charles Chaussepied, 1921. Collections Musée de Bretagne : 995.0019.2.

Dans une communication prononcée récemment à l’occasion d’une journée d’études, l’historienne J. d’Andurain invitait à « Concentrer les données au lieu de perdre du temps à les chercher dans un Internet qui les disperse »[23]. Là est l’enjeu de l’interopérabilité des données et, plus largement encore, de leur indexation qui, du fait de la masse d’informations à traiter, ne peut que se concevoir de manière collaborative. De ce point de vue, le Grand Mémorial constitue sans doute une source d’inspiration incontournable, tant dans ses réussites que dans ses difficultés du reste. Loin, de moi d’ailleurs l’idée d’accabler les équipes ayant travaillé à cette plateforme. Mais le fait est qu’on ne peut réduire un tel portail à sa dimension technique. Cela serait comme appréhender un monument aux morts uniquement du point de vue architectural, sans prendre en compte le deuil qui en est à l’origine. Indexer est ainsi un acte beaucoup plus subtil et protéiforme qu’il n’y paraît, cette pratique relevant également, par bien des égards, d’une modalité numérique d’exercice du « devoir de mémoire ». Il en va donc du lien entre les armées et la nation mais aussi, sans doute, de nouvelles manières d’écrire – et par ailleurs de transmettre[24] – l’histoire en tant que science sociale. On ne peut donc que regretter amèrement le manque d’intérêt de la discipline pour ces archives que sont les fiches de morts pour la France et matriculaires de recrutement, sources pourtant porteuses de bien des perspectives de renouvellements historiographiques.


[1] Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[2] C’est en effet un des effets induits par la détestable polémique organisée par les mouvements identitaires autour de l’exposition Celtique ? du Musée de Bretagne que de contribuer à décrédibiliser encore un peu plus une pratique de l’histoire qui s’ancre dans un territoire. Et peu importe que cette notion se comprenne – pour ce qui me concerne – dans son acception géographique mais aussi sociale, culturelle, démographique voire même juridique et soit fondamentalement désessentialisée.

[3] Je me permets de renvoyer au livre tiré du mémoire de master 2 : Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014.

[4] Prost, Antoine, « La guerre de 1914 n’est pas perdue », Le Mouvement social, n°199, avril-juin 2002, p. 95-102.

[5] Le Gall, Erwan, « Saint-Malo, la Bretagne, la France : des multiples inscriptions territoriales du 47e régiment d’infanterie », in Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 63-89.

[6] Anonyme, Historique du 47e régiment d’infanterie, Saint-Servan, J. Haize, 1920.

[7] Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982 ; Halais, Jérémie, Des Normands sous l’uniforme 1899-1919. De la caserne à la Grande Guerre, Bayeux, OREP éditions, 2018 ; Chatillon, Sébastien, Les Poilus de Haute-Savoie. Conscription, mobilisation, réinsertion sociale, 1889-1939, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2020 ; Marly, Mathieu, Distinguer et soumettre. Une histoire sociale de l’armée française (1872-1914), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[8] On notera que les fiches matricules du recrutement, transférées progressivement de la Caserne Bernadotte aux services départementaux d’archives, sont un bon reflet de ce processus de civilianisation en cours de la société française.

[9] Cochet, François et Le Gall, Erwan [préface de Prost, Antoine], Petit guide pour mener votre propre enquête et retrouver votre ancêtre poilu, Paris, Editions Pierre de Taillac, 2022.

[10] Le Gall, Erwan, « Saint-Malo, la Bretagne, la France… », art. cit.

[11] Voir Délibération n° 2012-113 du 12 avril 2012 portant autorisation unique de traitements de données à caractère personnel contenues dans des informations publiques aux fins de communication et de publication par les services d’archives publiques (décision d’autorisation unique AU-029) et Délibération 2014-301 du 10 juillet 2014 de la Commission nationale de l’Informatique et des Libertés.

[12] Offenstadt, Nicolas (dir.), 14-18 Aujourd’hui. La Grande Guerre dans la France contemporaine, Paris, Odile Jacob, 2010 ; Zimet, Joseph, Commémorer la Grande Guerre (2014-2020) : propositions pour un centenaire international. Rapport au Président de la République, Paris, Secrétariat général pour l’administration. Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives, Septembre 2011.

[13] Suleiman, Susan Rubin (traduit de l’anglais (US) par Le Ruyet, Marina et Van Ruymbeke, Thomas), Crises de mémoire, Récits individuels et collectifs de la Deuxième Guerre mondiale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

[14] Goujon, Bertrand, Je Maintiendrai. Femmes, nobles et françaises 1914-1919, Paris, Vendémiaire, 2022, p. 128.

[15] Collard, Clément, « Organiser le retour à la terre : enjeux et pratiques de la rééducation professionnelle agricole des mutilés de la Première Guerre mondiale (1914-années 1930) », in Oliveira, Matthieu de, Derrien, Marie et Julien, Élise (dir.), La vie d’après. Les retours de la Grande Guerre, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2022, p. 254.

[16] Pour des pistes de recherche on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Les citations à l’ordre. Essai d’analyse dans une perspective régimentaire », in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Un adieu aux armes. Destins d’objets en situation de post-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, p. 47-64.

[17] Caille, Frédéric, « Une citoyenneté supérieure. L’improbable fonction des membres de la Légion d’honneur dans la République », Revue française de sciences politiques, n°47-1, 1997, p. 70-88.

[18] Pour l’exemple de la Bretagne, consulter notamment Perrono, Thomas, « Les Bretons de Paris face au concept de diaspora », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°6, été 2015, en ligne.

[19] Là est un point de désaccord avec Severo, Marta, L’Impératif participatif. Institutions culturelles, amateurs et plateformes, Paris, Institut national de l’audiovisuel, 2021.

[20] C’est bien dans cet esprit que nous avons écrit Cochet, François et Le Gall, Erwan [préface de Prost, Antoine], Petit guide pour mener votre propre enquête…, op. cit.

[21] Ledoux, Sébastien, Le Devoir de mémoire. Une formule et son histoire, Paris, CNRS éditions, 2016.

[22] Voir à ce propos Severo, Marta, L’Impératif participatif…, op. cit., p. 61.

[23] D’Andurain, Julie, « Annuaire de Recherche sur les militairES (ARES). Retour d’expériences sur un programme de recherche prosopographique et numérique. », communication prononcée à l’occasion de la journée d’études Numérique, histoire et patrimoine : stocker, conserver, valoriser du Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire le 29 septembre 2022.

[24] La dimension pédagogique de ces entreprises d’indexation collaborative n’a pas été évoquée dans ce billet, ce qui ne signifie pas qu’il ne s’agisse pas par ailleurs d’une réalité essentielle. En témoignent quantité d’initiatives menées pendant le centenaire dans la Première Guerre mondiale dans d’innombrables établissements scolaires.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 21 octobre). Quelques réflexions sur l’indexation collaborative à partir de la prosopographie d’un régiment dans la Grande Guerre. Ar Brezel. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbq5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.