Pierre-Louis Béchet et l’illusion biographique

Principalement connu grâce à un article de F. Mosser publié en 1972 dans les Bulletins de la Société polymathique du Morbihan, Pierre-Louis Béchet est une figure originale qui montre, dans le sillage des récents travaux de L. Le Gall, quel peuvent être les échos de la Commune dans un département comme le Morbihan[1]. Loin de la vulgate identitaire indexée sur Conlie, c’est en effet le reflet d’un département – et plus largement d’une péninsule armoricaine – pleinement connecté et intégré au monde de 1870-1871 qui émerge de cet itinéraire personnel, parcours de vie où se mêlent ascension sociale et, sans doute, maturation des idées politiques. Des trajectoires pas nécessairement évidentes à démêler pour l’historien et qui rappellent combien l’approche biographique peut en effet s’apparenter à « l’illusion » jadis décrite par P. Bourdieu[2].

Né à Trélazé, en Anjou, le 15 décembre 1841, dans une famille d’ouvriers-fendeurs d’ardoises, Pierre-Louis Béchet n’en suit pas moins de brillantes études, porté sans doute par une mère « sous-institutrice » : élève de l’école laïque, il entre ensuite à l’âge de 11 ans au Petit séminaire à Angers. Rien ne semble le relier alors à la péninsule armoricaine même si l’on sait qu’il y a à Trélazé une importante communauté bretonne. Conservé aux Archives départementales du Maine-et-Loire, son acte de naissance suggère même une généalogie solidement ancrée en Anjou puisque ses deux grands-pères résident dans les environs et déclarent exercer la profession « d’ouvrier de carrière » [3].

La première des bifurcations de cette trajectoire de vie, avant même d’être géographique, est assurément d’ordre scolaire. Refusant le sacerdoce auquel Pierre-Louis Béchet est promis, il devient à 18 ans répétiteur dans une maison de correction près de Tours, puis dans un collège de Saumur, puis au lycée d’Angers et enfin à Louis-le-Grand, à Paris. C’est à cette époque qu’il fréquente assidûment la bibliothèque Sainte-Geneviève : se passionnant pour l’histoire, il devient peu à peu libre-penseur et républicain. Ce faisant, il rejoint l’engagement d’un grand-père, arrêté et emprisonné en 1855, mais surtout d’un cousin de son père, déporté à Cayenne, où il décède. Autrement dit, si Pierre-Louis Béchet se distingue de son milieu familial par son parcours scolaire, il parait en revanche incarner une certaine forme de continuité du point de vue des opinions. S’il est difficile d’être catégorique compte tenu des très maigres sources à notre disposition, sans doute est-il possible de voir là le poids du milieu d’origine.

Carte postale. Musée de Bretagne : 977.0055.20.
Carte postale. Musée de Bretagne : 977.0055.20.

Parallèlement à son travail de répétiteur, Pierre-Louis Béchet poursuit ses études et obtient son baccalauréat ès-lettres, puis ès-sciences, mais échoue à décrocher, à Rennes, la licence de mathématiques. Ceci ne l’empêche néanmoins pas de devenir, en 1868, enseignant en mathématiques au collège communal d’Auray, dans le Morbihan. Dans cette partie très « blanche » du département, ses opinions « avancées », pour reprendre la terminologie de l’époque, ne tardent pas à être remarquées, même si les rapports du directeur de l’établissement décrivent « un fonctionnaire sérieux, un bon professeur ». Encore une fois, les lacunes de la documentation obligent à la plus grande prudence et obligent à admettre qu’il y a plein d’éléments de la vie de Pierre-Louis Béchet qui nous échappe. Mais un point doit néanmoins être souligné : rien ne suggère dans le parcours de cet Angevin que rien ou presque ne semble devoir lier à la Bretagne la moindre difficulté d’adaptation. Si cet individu semble crisper son entourage, c’est par ses idées politiques. Le poids de la langue – entendu ici le breton, qu’il ne parle bien évidemment pas – n’apparaît jamais, de même que de manière plus générale la question identitaire. Autant d’éléments qui renvoient à la pleine intégration de la Bretagne dans le monde d’alors. Non pas que la péninsule armoricaine ne se distingue pas par quelques spécificités. Mais le fait est que celles-ci ne dessinent pas une frontière aussi infranchissable, hermétique, que certains le fantasment, comme dans une projection du pays rêvé bien éloignée de celui qui émerge de la réalité des archives.

Toujours est-il que la chute de l’Empire et la proclamation de la République marquent un tournant dans la vie de Pierre-Louis Béchet qui, abandonnant l’enseignement, revient à Angers où il assure, à partir du 22 septembre 1870, la direction et la rédaction-en-chef de La Démocratie de l’Ouest, un journal tout juste créé. Là encore, il est difficile de faire la part des choses entre une expérience d’enseignement jugée comme pas pleinement réalisatrice et les opportunités que font immanquablement naître le nouveau régime. On se contentera juste de remarquer que si l’arrivée en Bretagne ne semble pas avoir posé de problème particulier à Pierre-Louis Béchet, le départ non plus, ce qui là encore en dit long quant à l’ampleur des spécificités de la péninsule armoricaine. L’expérience au sein de La Démocratie de l’Ouest tourne toutefois rapidement court. Appelé sous les drapeaux, Pierre-Louis Béchet est obligé de quitter son poste pour revêtir l’uniforme d’une compagnie auxiliaire du génie qui, visiblement, n’est jamais envoyée sur le champ de bataille. Démobilisé à Saumur, il revient à Angers où il apprend que La Démocratie de l’Ouest a cessé de paraître pour laisser la place au Patriote, un journal où aucun emploi ne lui est réservé.

Sans doute est-ce cet échec qui pousse Pierre-Louis Béchet à fonder son propre organe de presse, ce qu’il ne tarde pas à faire mais cette fois-ci en Morbihan, à Lorient, probablement sur la base de contacts noués alors qu’il était enseignant à Auray. Là encore, cette arrivée sur les rives du Scorff, en Haute-Bretagne, en dit long sur la mobilité de la société française d’alors et sur la pleine insertion de la péninsule armoricaine dans le monde de l’époque. C’est le 15 avril 1871 que paraît le premier numéro du Phare du Morbihan, son journal, alors le seul du département d’obédience républicaine. Face aux titres bien établis que sont l’impérialiste Courrier de Bretagne et la légitimiste Abeille de Lorient, la concurrence est d’autant plus rude que Pierre-Louis Béchet est seul ou presque pour mener au quotidien son entreprise. Sont-ce la fatigue et le surmenage qui le conduisent à manquer de prudence ? Est-ce un marché particulièrement concurrentiel poussant de fait à une certaine forme de surenchère, afin de mieux se distinguer des autres titres et de susciter les actes d’achat ? Toujours est-il que Le Phare du Morbihan est dès ses débuts dans le viseur de l’autorité préfectorale : passe encore une ligne éditoriale qui soutienne ardemment la Commune, inacceptable est en revanche la critique de la répression de cette même Commune de Paris menée par les Versaillais. Sans doute les pouvoirs publics ont-ils également craint qu’un tel journal vienne troubler un ordre public déjà menacé dans le département par l’arrivée de centaines « d’insurgés », autrement dit de Communards envoyés croupir dans les prisons de Lorient, Port-Louis et plus encore Belle-Île.

Carte postale. Collection Musée de Bretagne : 994.0038.51.
Carte postale. Collection Musée de Bretagne : 994.0038.51.

Après une trentaine de numéros seulement, Le Phare du Morbihan est interdit et son responsable, Pierre-Louis Béchet, traduit en justice. Une décennie avant la loi du 19 juillet 1881 sur la liberté de la presse, il est encore trop tôt pour que puissent être exprimées de telles opinions même si depuis les années 1860 une réelle dynamique est à l’œuvre[4]. S’adressant au ministre de l’Intérieur, le préfet du Morbihan explique le 31 mai 1871 :

« Ce journal, sympathique aux idées et aux hommes de la Commune avait jusqu’ici dissimulé ses tendances anarchiques à l’aide de quelques réticences et de quelques précautions oratoires. Depuis quelques temps, le dépit que lui faisait éprouver la défaite prochaine de l’insurrection l’avait jeté dans une violence de langage qui allait tous les jours en s’accentuant. Cette attitude qui soulevait l’indignation des honnêtes gens de tous les partis ne pouvait être tolérée. »

Le 6 juin 1871, la Cour d’Assises de Vannes condamne Pierre-Louis Béchet à deux mois de prison et 500F d’amende pour « excitation à la haine et au mépris du gouvernement de la République ». Sont particulièrement visés ses propos dénonçant « la répression sanglante » et « l’égorgement » du peuple de Paris. Pourtant, la peine prononcée à l’endroit de l’homme fort du Phare du Morbihan apparaît assez modérée au regard des normes de l’époque. Sans doute faut-il expliquer cette relative clémence par la crainte de faire de Béchet un exemple, surtout dans un département où les sympathies communalistes sont très rares. Même parmi les républicains lorientais, les positions du Phare avaient suscité une réprobation certaine.

Une fois sa peine purgée à la prison d’Angers, Pierre-Louis Béchet n’abandonne pas totalement la chose publique mais s’engage d’une manière bien différente. L’ancien homme de presse entre en effet dans le corps préfectoral en 1885. Servant essentiellement en Afrique-du-Nord, il est également sous-préfet de Sarlat pendant 5 ans entre le 15 août 1888 et le 20 novembre 1893, date à partir de laquelle il assure pour quelques mois seulement le secrétariat général de la préfecture de la Sarthe. On le retrouve aussi en tant que conseiller municipal et d’arrondissement d’Angers. Cette autre vie n’est pas nécessairement facile à relier à la précédente et si l’historien sait que l’âge, la maturité et la consolidation même du régime sont bien entendu des facteurs qui doivent ici jouer, force est de constater que la documentation manque et que bien des zones d’ombre subsistent.

Carte postale. Collections Musée de Bretagne: 971.0024.247.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne: 971.0024.247.

Il faut de surcroît compter avec nos biais de perception. Par la force des choses, l’historien est sensible aux traces, à ce qui subsiste, à ce que l’on repère dans les archives, à ces permanences que suggèrent les sources. En revanche, l’œil est par définition assez inapte à saisir les pertes, les effacements, les oublis. Or ceux-ci comptent sans doute presque tout autant. Le Nouvelliste du Morbihan annonce, le 6 février 1915, la nomination de Piette-Louis Béchet à Vannes en tant que conseiller de préfecture. Pour autant, ce journal ne fait aucunement référence à son passé. Faut-il y voir une conséquence directe de l’Union sacrée et de la morale patriotique du moment ou faut-il considérer que les lointains déboires de celui qui est devenu un éminent serviteur de l’État sont sortis des mémoires ? La question reste posée… Décédé le 20 novembre 1915, Pierre-Louis Béchet ne fait en tout cas l’objet d’aucune nécrologie dans la presse départementale. Seul Le Petit courrier, dans son édition du 27 novembre 1915, évoque ses obsèques 3 jours plutôt aux Rosiers-sur-Loire, commune située entre Angers et Saumur. Mais l’on ne trouve dans la courte notice nécrologique qui lui est consacrée aucune mention de son action lors de l’Année terrible.


[1] Mosser, Françoise, « Un journal républicain à Lorient pendant la Commune. Le Phare du Morbihan », Bulletin mensuel de la Société polymathique du Morbihan, juillet 1972, p. 105-144 ; Le Gall, Laurent, « Le silence et la peur. Traces de la Commune dans le Morbihan », in César, Marc et Godineau, Laure (dir.), Regards sur la Commune de 1871 en France. Nouvelles approches et perspectives, Paris, Creaphis, 2019, p. 116-133. Les autres sources utilisées pour cette succincte notice sont Archives nat : F/1bl/304 et Arch. dép. Morbihan : M 4782.

[2] Bourdieu, Pierre, « L’Illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1986, vol. 62, n°1, p. 69-72.

[3] Notons que son acte de naissance ne consigne que le prénom Louis. Arch. dép. Maine-et-Loire : 6E353/18.

[4] Pour de plus amples développements Allorant, Pierre, Badier, Walter, Garrigues, Jean (dir.), Les Dix Décisives (1869-1879), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.