Les temps des sorties de guerre

Que la question des sorties de guerre soit complexe relève truisme. Si la thèse aujourd’hui classique de B. Cabanes a véritablement inventé ce champ d’études, en prenant appui sur la Première Guerre mondiale, elle ne l’a nullement circonscrit, bien au contraire[1]. Le problème du temps, ou plus précisément des temps, reste ainsi entier. Si la sortie de guerre est une rupture avec le temps du conflit, l’entrée en paix ne renoue pas nécessairement avec la continuité ante bellum espérée par les acteurs et c’est précisément cette articulation qui continue à constituer un sacré défi à la discipline historique[2]. D’où l’intérêt de ce passionnant ouvrage collectif dirigé par M. de Oliveira, M. Derrien et E. Julien, volume d’actes d’un important colloque tenu à Lille en juin 2019 et publié dans l’excellente collection « War Studies » des Presses universitaires du Septentrion[3]. Particulièrement stimulantes, les riches contributions réunies dans ce livre invitent à de nombreux prolongements. C’est du reste précisément de quoi il s’agira dans cette rapide recension qui se focalisera, conformément à la ligne éditoriale de ce carnet de recherche, sur un espace particulier, la péninsule armoricaine.

Le « long 1919 » théorisé par E. Debruyne à la suite du « long 1915 » de J. Horne constitue à cet égard une grille de lecture très porteuse[4]. Sortant du rythme étriqué du calendrier, ce concept unit deux phases formant un tout à la portée heuristique intéressante. La première, « où l’armée reste omniprésente et jouit dans le règlement des affaires d’un pouvoir comparable à celui dont elle disposait pendant le conflit », part du 11 novembre 1918 et couvre toute la première moitié de l’année 1919. La seconde, qui s’achève « au début de 1920 », « se caractérise par une déprise progressive de l’armée sur la vie publique, au profit des institutions civiles » (p. 25) et s’accompagne sous bénéfice d’inventaire d’une baisse importante de la sensibilité militaire à la faveur d’un pacifisme à fleur de peau[5]. Fort intéressant, ce paradigme n’en résiste pas moins à ce que l’on sait de la présence du corps expéditionnaire américain en Bretagne. Certes, cette expérience particulière, dont on est en droit de se demander dans quelle mesure elle ne relève pas d’une occupation amie, ne saurait à elle seule caractériser le rapport à la Grande Guerre de la péninsule armoricaine. Mais il n’en demeure pas moins que c’est dès le 11 novembre 1918 que les archives attestent d’un certain nombre de difficultés avec les Doughboys, celles-ci ayant vraisemblablement débuté plus tôt dans l’année[6]. Quant à la borne chronologique de la fin de la première moitié de l’année 1919, elle apparaît ici singulièrement inopérante : au 30 juin 1919, la quasi-totalité des Américains sont partis et la déprise militaire du corps expéditionnaire est effective.

Homme touchant sa fiche de démobilisation (Paris, 13 février 1919). La Contemporaine : VAL 381/035.
Homme touchant sa fiche de démobilisation (Paris, 13 février 1919). La Contemporaine : VAL 381/035.

De plus, il n’est pas certain que de désengagement soit unanimement apprécié par les contemporains. Particulièrement intéressante, la contribution de M. Djebabla sur le difficile rembarquement du corps expéditionnaire canadien suggère même l’inverse en montrant que la « démilitarisation des esprits » est un le moment d’une déconstruction de « la relation du soldat à ses supérieurs » qui peut être ressenti comme une certaine forme d’abandon (p. 139 et 145). Quiconque connaît l’historiographie française de la Grande Guerre – qui se plait volontiers à ne considérer que le caractère disciplinaire de la relation d’autorité au sein des armées sans la resituer dans un contexte plus général où le paternalisme, notamment, est chose essentielle – mesurera ce que peut avoir de transgressif une telle affirmation.

On voit donc tout le défi que constitue ne serait-ce que la périodisation de la sortie de guerre, ce d’autant plus que celle-ci n’est probablement pas complètement terminée. C’est tout du moins ce que suggère la formidable contribution d’O. Saint-Hilaire sur les déchets produits par les armées belligérantes (p. 293), approche où l’histoire environnementale se révèle pour le coup aussi novatrice que prometteuse :

« En 2014, alors qu’un groupe de jeunes gens fait un feu sur une plage de l’île de Groix, dans le Morbihan, un obus encore actif fabriqué en 1915, resté enfoui sous le sable, explose et tue un jeune homme de 26 ans, tandis qu’un autre est grièvement blessé, neuf autres plus légèrement. Cette tragédie laisse malheureusement à penser que le dernier homme à mourir de la Grande Guerre n’est peut-être pas encore né. »

Cette décomposition des temps doit être opérée afin de retrouver les différentes strates chronologiques qui composent la période, et ainsi en saisir toute la complexité. Si des décalages peuvent bien entendu exister suivant les espaces considérés, le processus de retour des corps qu’observe L. van Ypersele en Belgique ne semble pas grandement différer de ce qui prévaut en Bretagne : là aussi, « le premier retour des morts se fait en creux, lorsque les soldats vivants sont solennellement accueillis par leur commune » p. 87). Et de même, si « Au nom de la patrie a bel été bien été le leitmotiv de la Grande Guerre, il convient de faire la part de ce qui relève d’un côté de la mise en conformité avec les impératifs moraux du moment, d’un autre côté de la préservation des intérêts propres des acteurs sociaux[7]. La construction, en Alsace-Lorraine étudiée par R. Georges, de l’oubli des anciennes loyautés du temps de guerre est à cet égard fort instructive (p. 179).

Paiement du pécule au démobilisés (Paris, 13 février 1919). La Contemporaine : VAL 381/031.
Paiement du pécule au démobilisés (Paris, 13 février 1919). La Contemporaine : VAL 381/031.

C’est donc bien d’une dualité des temps individuels et collectifs dont il s’agit ici, ceux-ci pouvant d’ailleurs singulièrement diverger, voire se confronter (p. 244). C’est notamment ce que montre la précieuse contribution de C. Collard, d’ailleurs curieusement absent de la liste des auteurs figurant sur la quatrième de couverture, sur le retour à la terre des mutilés. Dans un chapitre ciselé, il montre comment les discours médicaux et politiques insistent sur l’importance du travail agricole dans la rééducation de ces invalides mais, qu’en même temps, le nombre de places qui leur est allouées dans les écoles spécialisées est très faible, plus encore au regard des besoins démographiques du secteur pendant et après le conflit. A première vue, tant la mutilation, qui induit une césure sur laquelle il n’est pas nécessaire de s’étendre dans la vie des acteurs, que ce retour partiellement opéré à la terre parait relever d’une rupture. Pourtant, il me semble que le paradigme des cadres sociaux de la mémoire forgé par M. Halbwachs permet également de comprendre le problème dans toute sa continuité, approche qui répétons-le n’est pas exclusive de la rupture[8]. On sait que les mentalités présentent la caractéristique d’évoluer moins rapidement que l’environnement technique des sociétés[9]. Aussi dans quelle mesure ne faudrait-il pas considérer le consensus entourant la nécessité du « retour à la terre » (p. 245) comme la conséquence logique de la perpétuation du mythe du soldat laboureur incarné par Nicolas Chauvin, glissement que permet le passage par la culture professionnelle des combattants ?[10] Pour le formuler autrement, dans la mesure où le poilu est un paysan, n’est-il pas logique que l’on souhaite qu’il retourne à la terre ? De la même manière, on pourra interpréter à la manière d’une rupture ce faible nombre d’écoles de rééducation professionnelle dévolues aux métiers de l’agriculture (67 sur 296, p. 251) mais ce mouvement n’est-il pas à la mesure de cette France d’alors qui voit les pouvoirs – politiques, judiciaires, culturels mais aussi économiques et ce en dépit des discours vantant les vertus des campagnes et dénonçant les vices du cadre urbain – se concentrer en ville ? La distribution des grades au sein de l’armée française de 1914-1918 est du reste une bonne illustration de cette réalité puisqu’on sait que ce sont majoritairement les individus nés en ville qui reçoivent les galons[11].

Il est donc peu de dire que les imaginaires viennent grandement obscurcir l’histoire de ces retours de guerre. S. Michonneau rappelle ainsi fort justement qu’il « existe un décalage entre les aspirations des populations qui rêvent d’un retour à la situation d’avant-guerre et la réalité économique, sociale, politique et culturelle qui a profondément changé pendant le conflit » (p. 125). Mais la contribution de S. Le Bras vient encore complexifier ce constat en montrant que, pour la viticulture languedocienne, la Grande Guerre correspond à une période de hausse des cours du vin, ce qui du même coup contribue à engendrer dans la filière un effet d’aubaine source de bien des désillusions après le conflit, au moment du « retour à la normalité désenchanteur » (p. 182). Or, si ce propos souligne par ricochet le manque criant d’étude focalisée sur le vignoble nantais pendant la Grande Guerre (p. 186), il n’est pas sans rappeler l’amertume résultant de l’évaporation des perspectives de commerce transatlantique après que les Américains soient rentrés au pays.

À ces temps individuels et collectifs, celui des acteurs et des sociétés en sortie de guerre, s’ajoute celui des convenances. Particulièrement épineux, ce point est abordé de manière remarquable par S. Tison à travers la question des « modalités de retour à la fête en sortie de guerre ». Si pour bien des espaces, notamment ruraux (p. 105), cette histoire reste mal documentée, l’exemple d’une jeune domestique mancelle qui explique ne pas avoir reçu l’autorisation de son employeur de cesser le travail le 11 novembre 1918 pour participer aux réjouissances paraît inviter à lui seul à nuancer l’unanimisme des discours sur l’époque (p. 108). Si la fête patriotique, et notamment celle « des poilus » organisée dans chaque commune ou presque de la France d’alors, est bel et bien un rite transitoire (p. 110), « rite d’agrégation des anciens militaires aux civils, de réintégration des démobilisés survivants dans la société rurale » (p. 113), ce registre ne saurait à lui seul caractériser la pratique. Là est du reste une nuance qu’il est important d’avoir à l’esprit tant elle conditionne, en définitive, la rupture engendrée par la sortie de conflit. Les espaces de villégiature semblent à cet égard particulièrement intéressants et l’on sait, par exemple, que la fête renaît bien avant le « long 1919 » à Saint-Malo sous couverts de quelques accommodements à la morale patriotique du conflit en cours : ce sont des concerts organisés au profit de blessés ou encore un concours de châteaux de sable où l’on prime une sculpture représentant… une croix de guerre[12]. C’est du reste ce que rappelle d’une belle formule S. Tison : « dans cette société endeuillée, on ne se permet la joie qu’en échange d’un écot payé aux victimes de guerre » (p. 114). Mais quand est-ce que prend fin le processus ? Si l’auteur souligne à très juste titre que « le passage d’un temps du deuil qui serait celui du traumatisme prégnant en sortie de guerre vers un retour à la normale, le retour à un temps de paix où les réjouissances sont acceptées » relève en définitive d’un « entrelac » (p. 120-121), la question de la chronologie reste entière. S. Audoin-Rouzeau rappelle certes que le temps du deuil n’est pas infini et que le porter trop ostensiblement revient aux yeux des contemporains à remettre en cause le sens même de la mort des héros, il n’en demeure que la datation de ce moment clef, celui du temps des convenances, reste insaisissable[13]. Ou tout du moins impossible à circonscrire plus précisément.

Visite médicale d'un démobilisé (Paris, 13 septembre 1919). La Contemporaine: VAL 381/026.
Visite médicale d’un démobilisé (Paris, 13 septembre 1919). La Contemporaine: VAL 381/026.

À dire vrai, la question des temps de la sortie de guerre est d’autant plus ardue qu’elle ne peut se poser que dans une seule perspective d’histoire sociale, largement privilégiée du reste par ce volume. Les représentations mentales sont, on l’a vu, chose déterminante et on ne peut faire fi du véritable capital politique que constitue la Grande Guerre, entendu comme expérience du combat et non pas simplement du port de l’uniforme (p. 71, A. Lafon). S. Michonneau est encore plus explicite en évoquant « ce sentiment unanimement partagé du sacrifice enduré pendant la guerre [qui] sert, après-guerre, de monnaie d’échange à des revendications de toute sorte » (p. 129). Il en résulte un rapport de forces que synthétise bien J. Campion en avançant que « politiquement, il paraît également difficilement concevable d’envisager une éventuelle répression militaire des mouvements sociaux qui sont nombreux en 1919, alors que la légende de la Belgique en guerre vante un patriotisme unanimement partagé par la population : les héros de l’Yser peuvent-ils intervenir contre ceux de l’intérieur ? » (p. 31). Certes, on comprend ici aisément la situation particulière de cette Belgique occupée, véritable « tiers-espace de la Grande Guerre » qui n’est ni le front ni l’arrière (p. 22). Mais dans quelle mesure une telle question ne se pose-t-elle pas aussi, et dans les mêmes termes, dans cette péninsule armoricaine qui, en 1919, connaît également un certain nombre de mouvements sociaux ? De la même manière, P. Salson montre brillamment comment la justice qui s’exerce dans l’Aisne libérée relève pour une assez large part d’une pratique de classe et de sexe. Pour autant, « le poids des rancœurs et la peur de voir la morale sexuelle remise en cause » (p. 50) ne sont-ils pas des questions qui se posent aussi en Bretagne ? On sait notamment le nombre important de crispations que pose la présence américaine entre 1917-1919 : n’y a-t-il pas là aussi matière à une justice qui serait autant de classe que de sexe ? P. Salson montre que Thémis en sortie de guerre fait la part belle aux accusations portées par les notables, comme si ceux-ci « avaient eu une attitude plus patriotique que la population » ? (p. 53) Est-ce vraiment une spécificité propre à l’Aisne, ou même aux départements occupés ? À n’en pas douter, là comme en Belgique ou en Bretagne, « la frontière entre liberté sexuelle et prostitution est bien floue » (p. 63).

On voit dès lors surgir toute la portée heuristique d’une expérience de guerre vécue en Bretagne à la manière d’une occupation, d’une occupation amie en ce qui concerne le corps expéditionnaire américain – ce qui par ricochet pose aussi la question des présences britannique, canadienne, russe ou encore portugaise même si elles sont quantitativement, il est vrai, moins importantes – mais aussi, de manière plus générale, d’une occupation par la sphère militaire de l’espace social. Là est bien en définitive la signification profonde de la première phase du long 1919 identifié par E. Debruyne. Mais une telle translation des questionnements ne peut s’opérer en se limitant à une définition strictement juridique de l’occupation : il faut aller plus loin et en passer par une histoire des sensibilités, une histoire éminemment culturelle objectivant les subjectivités et qui reste encore à mener.

Etablissement des feuilles de route pour les démobilisés (Paris, 13 février 1919). La Contemporaine : VAL 381/034.
Etablissement des feuilles de route pour les démobilisés (Paris, 13 février 1919). La Contemporaine : VAL 381/034.

Il est difficile dans le cadre de cette rapide recension de souligner tous les aspects positifs de ce volume collectif qui, par bien des égards, est appelé à disposer d’une place éminente dans les bibliographies sur les sorties de guerre. Il n’a ainsi pas été possible de mentionner toutes les contributions de cet ouvrage, alors que certaines sont éminemment stimulantes et auraient mérité de vastes développements à l’instar de celle qu’A. Lorin consacre au capital politique (p. 238) que constitue pour Paul Doumer la mort de quatre de ses fils pendant la Grande Guerre. À l’image d’un Henri Galli, qui perd son fils aîné Robert le 27 juillet 1915 en Alsace, le deuil est avant tout affaire de signification donnée à la mort (p. 232). Or, de manière assez paradoxale, si la culture de guerre et l’idée d’un décès « pour la patrie », pour le « droit », la « civilisation » et contre « la barbarie boche » permettent sans doute de rendre plus acceptable l’absence, la perte, elles contribuent également à prolonger indéfiniment le conflit. Pour le dire autrement, les sorties de guerre n’ont pas fini de nous interroger : raison de plus de se plonger dans ce passionnant ouvrage collectif dont on ne saurait trop conseiller la lecture.


[1] Cabanes, Bruno, La Victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français 1918-1920, Paris, Seuil, 2014.

[2] Sur l’idée d’entrée en paix je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, 1918-1926 : Entrer en paix. Sortir de la Grande Guerre en pays de Montfort [Catalogue réalisé dans le cadre de l’exposition éponyme présentée du 12 juillet au 14 décembre 2018 en l’hôtel de Montfort Communauté], Montfort-sur-Meu, Montfort Communauté, 2018.

[3] Oliveira, Matthieu de, Derrien, Marie et Julien, Élise (dir.), La vie d’après. Les retours de la Grande Guerre, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[4] Horne, John (dir.), Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915, Paris, Tallandier, 2010.

[5] Le concept de « sensibilité militaire » renvoie à « l’accueil réservé à l’armée et au militaire par le corps social ». Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 167.

[6] Sur cette remise en cause de la chronologie établie par Nouailhat, Yves-Henri, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire, 1917-1919, Paris, Les Belles Lettres, 1972 je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018. Ce que l’on sait de Brest ne semble du reste pas invalider cette manière de voir. Voir par exemple Carney, Sébastien (dir.), 1917-1918 Brest ville américaine ?, Brest, Centre de recherche bretonne et celtique, 2018.

[7] C’est bien là ce que je qualifie d’indice de détotalisation du conflit en cours. Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains…, op. cit.

[8] Halbwachs, Maurice, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Presses Universitaires de France, 1952.

[9] Prost, Antoine, « Les représentations de la guerre dans la culture française de l’entre-deux-guerres », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°41, janvier-mars 1994, p. 23-31.

[10] De Puymege, Gérard, Chauvin, le soldat-laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, Gallimard, 1993 ; Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[11] Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ?…, op. cit. Plus précisément le chapitre III, « Commander », p. 75-98.

[12] Le Gall, Erwan, « S’accommoder de la Grande Guerre? Quelques réflexions à propos du tourisme à Saint-Malo en 1914-1918 », in Evanno, Yves-Marie et Vincent, Johan (dir.), Tourisme et Grande Guerre. Voyage(s) sur un front historique méconnu (1914-2019), Ploemeur, Editions CODEX, 2019, p. 155-168.

[13] Audoin-Rouzeau, Stéphane, C’est la guerre. Petits sujets sur la violence du fait guerrier (XIXe -XXe siècle), Paris, Editions du Félin, 2020, p. 123.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 4 octobre). Les temps des sorties de guerre. Ar Brezel. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbq2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.