Affiche du Ministère de la Défense pour le 50e anniversaire de la Libération de la France et des débarquements, 1944-1945 par Félix Molinari (détail). Collection particulière.

À propos d’histoire environnementale de la Libération

Le mois d’août est celui où, l’espace de quelques heures, on se replonge en 1944, le temps de la commémoration de la Libération de la Bretagne par les troupes américaines pendant la Seconde Guerre mondiale[1]. Mais l’histoire n’est pas la mémoire et pour légitime que soit ce sincère recueil, il importe de rappeler que dans la péninsule armoricaine le conflit ne s’arrête pas lors de l’été 1944 et dure en réalité beaucoup plus longtemps. On pense bien entendu aux deux poches allemandes de Lorient et Saint-Nazaire qui ne se rendent qu’en mai 1945, c’est-à-dire à l’époque ou rentrent d’Allemagne prisonniers, requis du travail forcé et déportés ayant eu la chance de survivre au système concentrationnaire nazi. Mais il est une autre réalité dont la mémoire collective peine à prendre conscience : si pour les Bretons et les Bretonnes la guerre dure, c’est que les troupes, y compris libératrices, restent pendant des mois après la Libération en garnison dans la région. Et cette présence n’est pas sans conséquences sur l’environnement. C’est ce que rappellent avec acuité quelques précieux documents conservés aux Archives municipales de Pontivy, dans le Morbihan[2].

J’ai pu, dans une recension d’un ouvrage récemment publié et portant sur une exceptionnelle collection d’aquarelles figurant des cieux de la Grande Guerre, confier toutes mes réserves à l’endroit de l’histoire environnementale appliqué au fait militaire et guerrier. Il me faut toutefois préciser mon propos. Mes réticences ne portent pas sur l’intérêt des considérations environnementales pour l’historien. Bien au contraire, et ce dans le sillage du maître britannique J. Keegan, je pense qu’une histoire pertinente des opérations ne peut pas s’écrire sans resituer les combattants dans le contexte climatologique dans lequel ils évoluent : doivent-ils affronter le froid ou la chaleur, la pluie ou au contraire la sècheresse ? D’où l’attention portée aux sols, et notamment à la boue dont on sait qu’elle peut considérablement entraver les déplacements. De la réponse à ces questions en apparences secondaires dépend en définitive le réalisme de « l’anatomie de la bataille » à laquelle l’historien se livre, approche considérablement renouvelée par les apports de l’anthropologie du fait militaire et guerrier[3]. C’est en tout cas avec cette inspiration que j’ai mené mes travaux sur le 47e RI pendant la Première Guerre mondiale.

Dans une rue de Brest, conséquence sur le sol fortifié d'un bombardement, 26 septembre 1944. National Archives at College Park : 342-FH-3A18512-61329AC.
Dans une rue de Brest, conséquence sur le sol fortifié d’un bombardement, 26 septembre 1944. National Archives at College Park : 342-FH-3A18512-61329AC.

Formulé plus abruptement, l’histoire environnementale du point des vue des opérations n’invente rien : elle n’est ni plus ni moins qu’une bonne histoire du combat. Mais si l’est un domaine de l’étude des war studies qui bénéficie très largement de cette nouvelle approche, c’est lorsqu’il est question des dommages causés par la guerre elle-même, point qui en définitive invite à très largement réévaluer la chronologie des conflits. Peut-on considérer par exemple que la Seconde Guerre mondiale est terminée quand bientôt 80 ans après la chute du Reich, pour ne parler que du théâtre européen des opérations, on retrouve encore quantité de munitions non explosées nichées dans la terre, ou en mer. J’ai à titre personnel le souvenir d’une sacrée frayeur au large des Tas de poids, dans le secteur de la pointe de Pen Hir, par une vingtaine de mètres de fond, quand nous nous aperçûmes avec mon camarade de palanquée que ce que nous étions nonchalamment en train de gratouiller était selon toute vraisemblance une munition non explosée, d’un gabarit proche d’un obus de 155. Une sorte d’ailette nous avait mis à la puce à l’oreille et il ne nous en a pas fallu plus pour prendre la poudre d’escampette, sans penser d’ailleurs le moins du monde à relever la position de l’engin qui, très probablement, repose encore en ces lieux.

Autrement dit, la portée heuristique de l’histoire environnementale du fait militaire et guerrier réside dans sa faculté à redéfinir, et en l’occurrence considérablement dilater, la chronologie des conflits. C’est ce dont il sera question ici.

Tout débute dans les tous premiers jours du mois de janvier 1945 quand le maire de Pontivy, l’ancien commandant des Forces Françaises de l’Intérieur, et par ailleurs radical-socialiste, Edmond Gousset[4], reçoit les plaintes de quelques-uns de ses administrés qui, propriétaires terriens, ont à souffrir d’importants dégâts causés à leurs champs par les troupes américaines qui y cantonnent. Trois terrains, tout particulièrement, semblent avoir souffert. Ensemencés de trèfle, plante nécessaire à la nourriture du bétail, ils ont été « occupés et parcourus en tous sens par des camions ». A cela doit être ajouté ce qui a été directement prélevé chez ces propriétaires. L’un d’eux affirme par exemple souffrir d’un préjudice se montant à 9 000F, somme représentant 15 000kg de paille et de foin ainsi que 250 fagots de bois, que l’on imagine employés pour chauffer les soldats américains. Il est également question des dégâts engendrés par un certain nombre de « feus de bivouac ».

Mais il y a plus grave. Certains vergers paraissent avoir été grandement endommagés par cette présence militaire et des pommiers coupés, ce qui suspend la récole à venir et bien d’autres encore avant que les arbres ne puissent de nouveau produire. Autant d’éléments qui ne sont pas sans évoquer le « modèle occidental de la guerre » analysé jadis par l’historien V.D. Hanson[5]. Un autre cultivateur, enfin, craint de ne plus pouvoir travailler son champ tant celui-ci est jonché… de grenades.

Verger, sans lieu ni date. Cliché de Louis Bottin. Collections Musée de Bretagne : D992.0002.572.
Verger, sans lieu ni date. Cliché de Louis Bottin. Collections Musée de Bretagne : D992.0002.572.

Bref, il y a là autant d’éléments qui du point de vue de l’agriculture pourront paraître relever d’une situation anormale, d’une rupture trahissant la dichotomie entre les temps de paix et de guerre. Pourtant, la réalité historique décrite par ces archives renvoie à une double permanence anthropologique de l’Homme en guerre : non seulement l’activité militaire créé des dégâts, et notamment au sein du monde agricole, mais la tentation est forte pour ces paysans de réaliser un substantiel profit sous couvert d’indemnisations. Cette réalité n’est ni propre aux Américains ni même à la Seconde Guerre mondiale. Pour s’en convaincre, il suffit d’ailleurs de se reporter à l’intitulé de la liasse 2 H 7 des Archives municipales de Pontivy, celle-là même où sont conservés les documents qui nous intéressent ici : « Dégâts causés par les troupes 1796-1980 ». Autrement dit, c’est là une réalité observable de tous temps et le phénomène est par exemple bien documenté pour les grandes manœuvres auxquelles l’armée française des années 1880-1914 s’astreint périodiquement[6]. En langage militaire, cela s’appelle « vivre sur le pays ».

En 1914, les troupes qui partent vers la frontière franco-belge se nourrissent bien souvent chez l’habitant faute de ravitaillement, et plus encore après avoir encaissé le coup de boutoir du 22 août 1914. D’ailleurs, même si la malbouffe est une permanence du fantassin aux armées, il faut véritablement attendre la stabilisation des fronts et l’émergence du système-tranchées pour que le combattant redevienne un « homo economicus », cessant donc de se ravitailler exclusivement « sur le pays » mais agrémentant son ordinaire au moyen de colis ou en recourant à divers camion-bazars et autres échoppes de mercantis[7]. Les récits affirmant que les poilus mangent de la langouste dans les tranchées doivent donc être impérativement déconstruits afin de saisir le sens réel de ces discours qui doivent avant tout être objectivés et considérés comme des sujets d’histoire à part entière.

Mobilisé au 71e RI de Saint-Brieuc, l’abbé Alphonse Lelevier narre dans ses carnets une anecdote aussi savoureuse que significative quant à la manière dont la population civile reçoit ces prélèvements plus ou moins forcés :

« Le sous-lieutenant Bauduin a établi son bureau à l’ombre d’un pommier : deux caisses servent de table aux secrétaires. Une vache se promène à l’entour, probablement une vache abandonnée comme plusieurs que nous avons vues pendant la retraite. Si nous prenions une tasse de lait frais ? C’est vite décidé. Malheureusement pour nous, la vache a un propriétaire qui nous surveille et nous prend en flagrant délit.

Le propriétaire, maire de la commune, interpelle le lieutenant et le menace d’une plainte à l’autorité supérieure. Que va-t-il advenir ? Il écrit même une lettre au général et ne veut entendre aucune explication. Grâce au lieutenant Garlet du 48, ami du lieutenant Bauduin, tout s’arrange, et mon lieutenant en est quitte pour 50 francs versés à ce propriétaire pour indemnité de lait et surtout du fromage réquisitionné pour la troupe. Nous buvons le café ensemble et l’affaire se termine ainsi à l’amiable. »[8]

Autrement dit, même en septembre 1914, alors que le « miracle de la Marne » ne se dessine pas encore et que le sort de la Patrie paraît particulièrement compromis, certains acteurs continuent envers et contre tout à privilégier leurs intérêts particuliers. D’où le recours nécessaire à l’agentivité des individus.

Une telle analyse reste à mener en ce qui concerne les Bretons et la Bretagne dans la guerre de 1870. En ce qui concerne la première approche, un recours intensif aux témoignages devrait permettre d’identifier un certain nombre de scènes relevant de la même logique. Quant à la seconde, elle revient ni plus ni moins à reconsidérer la géographie du conflit. Si la péninsule armoricaine ne connaît pas de combat, elle est traversée par de nombreuses troupes, notamment au moment de la bataille du Mans et de l’évacuation du camp de Conlie. Bien entendu, cette présence militaire est plus sensible en Haute-Bretagne qu’en Basse même s’il est pour l’heure délicat d’en définir précisément les contours. Mais celle-ci ne fait pas de doute : que l’on se réfère par exemple au pic de mortalité observé dans les Côtes-du-Nord par Jean Martin lors de la période 1870-1871[9]

C’est un fait : pour les civils, l’activité militaire est source de nuisances, qu’il s’agisse de manœuvres d’entrainement ou de l’accueil de Libérateurs. Par ailleurs, dans le cas présent, il n’est sans doute pas impossible de soupçonner de la part des paysans morbihannais une sorte d’effet d’opportunité basé sur l’image d’opulence et de richesse généralement associée aux Américains. Là encore, ce n’est pas un phénomène propre à la Seconde Guerre mondiale et j’ai même, au contraire, été amené à envisager en d’autres colonnes la présence américaine en Bretagne au cours de la période 1917-1919 sous la forme d’un « âge d’or » tant le Doughboy est associé, dans les représentations mentales ayant alors cours, à un individu aux moyens financiers quasiment illimités[10]. Cette lumière projetée sur l’agentivité des acteurs me semble essentielle en ce qu’elle montre des individus qui non seulement ne sont pas complètement écrasés par la guerre mais savent composer avec, de manière à protéger autant que possible leurs intérêts propres, ce dans un processus que j’ai qualifié ailleurs de détotalisation du conflit en cours[11]. C’est par exemple, une femme qui souscrit à l’emprunt destiné à financer l’effort de guerre, comportement qui certes témoigne d’une foi en la patrie victorieuse mais aussi d’une stratégie financière bien comprise et basée sur un taux d’intérêt contractuellement fixé. C’est également le propriétaire d’un terrain à Pontivy qui, ayant subi des dégâts engendrés par le cantonnement de troupes américaines, tente d’en tirer le profit maximum en adressant sa plainte aux autorités.

Dans le secteur de Saint-Malo, le 16 août 1944, des soldats américains aident à la moisson. L'approche environnementale et socio-économique de la Libération permet de saisir le message clairement propagandaire porté par un tel cliché. Collections Musée de Bretagne : 981.0075.4.
Dans le secteur de Saint-Malo, le 16 août 1944, des soldats américains aident à la moisson. L’approche environnementale et socio-économique de la Libération permet de saisir le message clairement propagandaire porté par un tel cliché. Collections Musée de Bretagne : 981.0075.4.

C’est donc bien d’une relation transactionnelle dont il s’agit ici, un petit peu à la manière de ces taux de pension d’invalidité qui renvoient certes à une condition médicale particulière, mais que la discipline historique est néanmoins bien en mal d’évaluer précisément et qui, en définitive, en disent probablement plus sur les aptitudes à la négociation de ceux qui en sont parés que sur leur santé. En d’autres termes, l’histoire environnementale se fait assez largement, du point de vue de ces pollutions pontiviennes, sociale. Au début de l’année 1945, l’évaluation des dégâts est d’autant plus délicate que les troupes sont encore sur place, ce qui bien entendu complique considérablement la tâche : du point de vue de la pression exercée par les Américains naturellement mais aussi, à n’en pas douter, du point de vue des individus lésés qui peuvent profiter des circonstances pour pratiquer assez librement une certaine inflation. Malheureusement, l’historien n’est pas en mesure de déterminer quel est le « juste prix » des fourrages et bois prélevés sur les champs de ces propriétaires pontiviens. Tel paysan, par exemple, se plaint au début du mois de janvier 1945 d’un « préjudice considérable pour l’avenir de la bonne marche de [s]on exploitation ». Pour autant, force est de constater que la documentation ne permet pas d’en donner une idée chiffrée. Tout juste pouvons-nous prendre acte de l’écart entre la somme réclamée par l’un des plaignants, 9 000 francs, et ce que les « officiers commandant les troupes américaines » proposent à titre d’indemnisation : 3 000 francs. Sans doute y a-t-il là un rendement moindre qu’espéré, réalité génératrice d’une amertume probablement comparable à ce que l’on observe au lendemain de la Première Guerre mondiale et qui, par bien des égards, permet d’expliquer l’antiaméricanisme des années 1950.

Ces quelques documents conservés par les Archives municipales de Pontivy nous dévoilent un aspect oublié de la Seconde Guerre mondiale et invitent à une histoire environnementale de la présence américaine dans la péninsule armoricaine sur la période 1944-1945. Pour le dire autrement, il s’agit de resituer ces soldats étatsuniens dans l’espace et dans leurs interactions avec la nature.

Mais le propos ne peut se limiter à ce seul constat. Le coût, y compris sur le plan écologique, de la Seconde Guerre mondiale apparaît en définitive relativement peu élevé pour qui veut bien se rappeler la tyrannie exercée par le IIIe Reich et l’évaluation des dégâts semble difficilement dissociable de la nationalité des militaires désignés comme responsables. Non seulement ils sont vainqueurs, et donc en grande position de force, mais Américains, ce qui renvoie à un imaginaire d’opulence. Le coût environnemental des bases sous-marines allemandes en Bretagne est sans doute beaucoup plus difficile à établir du fait de leur réemploi, tout particulièrement à Brest et Lorient, dans une moindre mesure à Saint-Nazaire. Dans ce cadre, la frontière entre pollution et patrimoine n’est pas forcément si étanche que ce que l’on pourrait bien croire de prime abord. Que l’on songe par exemple à ces adeptes de fouilles sauvages qui, armés de leurs détecteurs de métaux remuent la terre – bien souvent frauduleusement et en causant assez systématiquement des dommages irréparables du point de vue archéologique – à la recherche de vestiges, comme ces grenades pontiviennes évoquées plus haut qui leur apparaissent comme autant de rappels que « la guerre a bien eu lieu »[12].

Le 60 pieds Hugo Boss amarré près du K3 de la base de sous-marins de Keroman à Lorient, 5 janvier 2022. Aujourd'hui, la base de sous-marins est non seulement un élément important de l'identité lorientaise mais un édifice régulièrement mis en avant dans le cadre de la promotion touristique, mais aussi économique, du territoire. Cliché Erwan Le Gall.
Le 60 pieds Hugo Boss amarré près du K3 de la base de sous-marins de Keroman à Lorient, 5 janvier 2022. Aujourd’hui, la base de sous-marins est non seulement un élément important de l’identité lorientaise mais un édifice régulièrement mis en avant dans le cadre de la promotion touristique, mais aussi économique, du territoire. Cliché Erwan Le Gall.

Du point de vue de la dilatation des chronologies, la portée heuristique de l’approche environnementale, lorsqu’appliquée à un terrain comme la Libération de la Bretagne, est évidente. Pour autant, on peut douter qu’il s’agisse là d’une véritable révolution copernicienne tant les conclusions sont, à bien y réfléchir, assez évidentes. D’ailleurs, par bien des égards, c’est l’histoire sociale qui me paraît être la plus porteuse en termes d’histoire publique. En effet, c’est sans doute dans cette optique que ces quelques liasses conservées aux Archives municipales de Pontivy deviennent réellement intéressantes. Elles rappellent que la Libération est une période moins harmonieuse que ce qu’on veut généralement bien le dire, y compris en ce qui concerne les rapports de la population civile aux troupes américaines. Ainsi, l’un des plus vifs reproches qui est formulé à leur égard est qu’ils s’installent sans aucune demande préalable, plaçant devant le fait accompli la population. Enfin, ces archives mettent en lumière les grandes difficultés financières auxquelles sont confrontés les Bretons et les Bretonnes d’alors (une réalité qui n’est d’ailleurs pas propre à la péninsule armoricaine). Car si les dommages sur les champs de trèfles sont aussi préoccupants, c’est qu’ils hypothèquent la nourriture du bétail et viennent ajouter aux difficultés d’un secteur agricole déjà considérablement éprouvé par le conflit. D’où la tentation de tirer profit du Libérateur américain.


[1] Ce billet reprend et développe un article publié le 2 août 2020 sur le site de l’association Breizh Amerika. Que son président, Charles Kergaravat, en soit très sincèrement remercié.

[2] Arch. mun. Pontivy : 2 h 7, dégâts causés par les troupes (1796-1980).

[3] Keegan, John, The face of the battle, A study of Agincourt, Waterloo and the Somme, London, Random house, 2012.

[4] Rivière, Christophe, « Les Maires du Morbihan », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°113-2, 2006, p. 168.

[5] Hanson, Victor Davis, Le modèle occidental de la guerre : la bataille d’infanterie dans la Grèce classique, Paris, Les Belles Lettres, 1990.

[6] Voir par exemple Halais, Jérémie, Des Normands sous l’uniforme 1899-1919. De la caserne à la Grande Guerre, Bayeux, OREP éditions, 2018, cette réalité n’ayant bien entendu rien de strictement bretonne.

[7] Ouvrage collectif, Tranchées. Le systèmes-tranchées pendant la Grande Guerre (catalogue de l’exposition présentée au Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux du 26 mars au 15 août 2022), Milan, SilvanaEditoriale, 2022 ; Le Bras, Stéphane, « Business as usual? Société de consommation et Grande Guerre. L’expérience des camions-bazars dans l’armée française », Histoire, économie & société, 37e année, 2018/3, p. 96-117.

[8] Chauou Guézou, Ewenn, Servir Dieu et la Patrie : l’expérience de guerre de l’abbé Lelevier à travers ses carnets (1914-1916), Mémoire de master 2 Histoire et Sciences sociales sous la direction de Lagadec, Yann, Rennes, Université Rennes 2, 2020, annexes, p. 26-27.

[9] Martin, Jean, Triste XIXe siècle pour les Côtes-du-Nord, Pabu, À l’ombre des mots, 2022, p. 25 et 66.

[10] Le Gall, Erwan, « La Grande Guerre du pays des milliards : histoire d’un âge d’or non avenu », in Le Gall, Erwan (dir.), Les « Âges d’or » de la Bretagne, Lorient, Bretagne Culture Diversité, 2021, p. 259-299.

[11] Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[12] Leroy, Tristan, « La Fascination pour les pièces de fouille ou la recherche des preuves que la guerre a eu lieu », in Harismendy, Patrick et Le Gall, Erwan (dir.), Un adieu aux armes. Destins d’objets en situation de post-guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 29 septembre). À propos d’histoire environnementale de la Libération. Ar Brezel. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbq1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.