Détail de la couverture de l'ouvrage "Les Ciels de la Grande Guerre. Aquarelles d’André des Gachons, Champagne".

Is sky the limit ? A propos d’André des Gachons

Peut-être faut-il voir là la marque d’un esprit peu aventureux, ou tout du moins lent à déceler l’intérêt d’une problématique, mais après m’être essayé brièvement à l’histoire environnementale du 47e RI, je dois confesser que j’ai longtemps douté de la pertinence de cette approche pour l’histoire de la guerre, tout du moins dans ce qu’elle a de plus opérationnel[1]. Avouons-le sans détour, cet ouvrage très neuf, croisant histoire militaire, mais aussi géographie, histoire de l’art ou encore climatologie, centré sur la figure d’André des Gachons, ne m’a malheureusement pas fait changer d’avis, ce qui du reste n’enlève absolument rien à ses qualités[2].À l’inverse d’un Mathurin Méheut ou d’un Pierre Galle, André des Gachons ne s’intéresse pas aux hommes, aux combattants, mais aux cieux, rien qu’aux cieux (p. 18). Il en résulte un corpus documentaire d’une extraordinaire originalité puisque, comme le rappellent fort justement les auteurs, M. Tabeaud et X. Browaeys, « il est très difficile, faute d’archives, de retrouver les paysages célestes de 1914-1918 » (p. 7). Mais encore une fois, cet ouvrage fort stimulant refermé, je dois avouer ne toujours pas être convaincu par les apports d’une approche environnementale des opérations militaires, l’histoire du combat devant par définition s’intéresser à l’environnement du guerrier, et donc au temps qu’il fait.

C’est donc à La Chaussée, petite commune de la vallée de la Marne, que se trouve pendant tout le conflit André des Gachons, un aquarelliste civil passionné de météorologie (p. 18). Né le 15 mars 1871 dans un milieu bourgeois, il suit des études de dessin et devient un illustrateur réputé (p. 30). Réformé en 1908 puis encore une fois en décembre 1914 pour cause de tuberculose, il n’est pas mobilisé et reste donc chez lui, entre Châlons-sur-Marne et Vitry-le-François, pendant tout le conflit, dans cette demeure dotée d’un jardin où il a installé un observatoire pour mieux scruter, tant de jour que de nuit, la voute céleste (p. 32). C’est là à 30 kilomètres du front et en pleine zone des armées (p. 34), qu’il continue à se livrer à ses observations… et à peindre.

Encore faut-il s’entendre sur ce que recouvre ici ce terme. Point d’exercice de style ici, nulle ambition artistique ou démarche picturale, mais des relevés méticuleux du temps, plusieurs fois par jour, sous la forme de « deux petites aquarelles de ciel, de douze centimètres sur neuf, avec l’heure et la direction de la prise de vue », informations auxquelles viennent s’ajouter « la pression, la température, l’humidité relative, le vent, mesurés depuis l’abri installé dans le jardin » (p. 35).

A Méry-Prémecy, dans la Marne, le 24 septembre 1917: Colombiers militaires camouflés pris par le secteur de l'air de Bouleuse à 15h30 atténué par une brume bleuâtre: la partie 1 a été prise à 500m d'altitude, la partie 2 à 1000m. Un cliché qui dit combien le ciel est à la fois très présent et parfaitement absent des clichés réalisés par les opérateurs de la SPCA pendant la Grande Guerre. La Contemporaine : VAL 075/100.
A Méry-Prémecy, dans la Marne, le 24 septembre 1917: Colombiers militaires camouflés pris par le secteur de l’air de Bouleuse à 15h30 atténué par une brume bleuâtre: la partie 1 a été prise à 500m d’altitude, la partie 2 à 1000m. Un cliché qui dit combien le ciel est à la fois très présent et parfaitement absent des clichés réalisés par les opérateurs de la SPCA pendant la Grande Guerre. La Contemporaine : VAL 075/100.

Il y a donc là, à n’en pas douter, un corpus absolument remarquable. Pour autant, que peut-on en faire ? Autrement dit, en quoi le travail méticuleux et passionné d’André des Gachons apporte à l’histoire de la Première Guerre mondiale ? Là est une réponse complexe puisque, du fait du développement de la science météorologique pendant le conflit, parfaitement rappelé d’ailleurs dans le volume, on dispose déjà de nombreuses données concernant le temps des tranchées. Mais ce que l’on peine à visualiser, en revanche, ce sont les conditions de lumière, tant en termes d’intensité que de gamme chromatique, par définition absentes des clichés de la SPCA qui, de surcroît, se focalisent peu sur le ciel ayant principalement pour objet les combattants et les ravages de la guerre[3]. C’est là que les aquarelles d’André des Gachons rendent un service éminent, à condition bien entendu de s’intéresser exclusivement au théâtre des opérations de Champagne. Il n’est en effet pas certain que les conclusions qui pourraient être tirées de ces aquarelles valent pour les plaines inondées de Flandres, sans même évoquer la guerre en montagne où les parages lointains des Dardanelles.

Reste donc à intégrer ces données à l’analyse, ce qui n’est pas nécessairement évident. Difficile en effet de dire en quoi une connaissance plus précise – jugement qu’il convient de nuancer tant l’archive est biaisée, réalité sur laquelle je reviendrai ultérieurement – des conditions de lumière conduisent à un renouvellement de l’histoire strictement opérationnelle du conflit. Sans doute n’y a-t-il pas de révolution copernicienne à attendre ici. Encore faut-il probablement distinguer les différentes phases de la guerre, celle de mouvement étant sans doute moins propice, du fait de la succession rapide des événements, à la production d’informations météorologiques que celle dites de positions, caractérisée par le système tranchées[4]. L’éclipse partielle du soleil survenue au milieu de la journée du 21 août 1914 (p. 102) est ainsi complètement passée sous silence par les combattants du 47e RI alors que ce que l’on sait de la météorologie d’alors suggère qu’ils l’on nécessairement vue, et en ont même peut-être à cette occasion été impressionnés[5]. Même chose en ce qui concerne le beau temps du 11 novembre 1918 (p. 191), réalité certainement triviale mais qui, par bien des égards, rend possible l’intensité des festivités de l’Armistice. Mais pour l’essentiel, c’est bien le scepticisme qui l’emporte : qu’apporte en effet à la compréhension du champ de bataille la présence d’un arc-en-ciel le 5 juin 1916 ? (p. 114-117) À titre personnel, je suis parfaitement incapable de le dire. De même, si ces archives permettent de voir les nuages provoqués par les explosions des obus tirés par des pièces d’artillerie aux calibres toujours plus importants, et aux charges chimiques sans cesse diversifiées (p. 129, 214-215), elles n’en révèlent nullement l’existence[6].

En réalité, c’est plutôt dans une analyse sur le temps long de la guerre qu’André des Gachons peut être utile, notamment pour qui s’intéresse à la grille de lecture des courbes d’apprentissage. En effet, on sait que malgré l’impressionnant développement technologique des armées belligérantes entre 1914 et 1918, celles-ci restent très largement, y compris dans les dernières semaines du conflit, tributaires des conditions météorologiques[7]. Fondamentalement, c’est ce que permet de saisir cette collection d’aquarelles. Une claire nuit de pleine lune favorise tout autant la défense contre un coup de main lors de l’automne 1914 qu’au printemps 1918 ; le brouillard et le ciel sombre étant au contraire synonymes de danger tant l’ennemi bénéficie là de conditions favorables lui permettant de pénétrer discrètement dans les lignes situées de l’autre côté du no man’s land.

Cirrostratus par André des Gachons, 20 février 1916, "au point exact de l'intersection du méridien et du parallèle, 10h15 NE". Wikicommons.
Cirrostratus par André des Gachons, 20 février 1916, “au point exact de l’intersection du méridien et du parallèle, 10h15 NE”. Wikicommons.

Certes, « le temps qu’il fait » est une donnée subjective (p. 46). M. Tabeaud et X. Browaeys ont à cet égard raison de rappeler que le froid « sibérien » qui s’abat sur le fort de la Pompelle au cours de l’hiver 1917 ne l’est probablement pas pour les troupes russes qui sont en position dans ce secteur (p. 172). Sans doute cette question autorise-t-elle d’ailleurs certains développements consacrés aux troupes coloniales, même si la question de leur hivernage est globalement bien connue. Il n’en demeure pas moins que cette relativité du temps qu’il fait est plus sensible encore lorsqu’elle est appréhendée par l’intermédiaire du pinceau et de l’aquarelle. Malgré l’intention naturaliste de d’André des Gachons, uniquement dictée par des conditions météorologiques, il y là un biais qui ne peut pas être ignoré. Pourtant, ce qui se dégage de ce corpus archivistique à nul autre pareil, c’est un rapport fort complexe au temps fait de situations météorologiques changeant continuellement, comme pour mieux égrener l’horizon sans cesse repoussé que constitue aux yeux des poilus la fin des hostilités, et la platitude de courbes d’apprentissage qui, malgré le développement technologique, ne parviennent pas à dégager les armées des contraintes exercées par la boue, la pluie (p. 201-204 par exemple) ou le brouillard, judicieusement qualifié de « masque atmosphérique » rendant aveugle les canons (p. 181).

Sans doute y aurait-il d’ailleurs eu matière, dans ce livre, à développer la lecture météorologique de la guerre que font les poilus au prisme de leur culture professionnelle civile, bien souvent héritée des métiers de la terre[8]. Si la guerre est, pour ces paysans revêtus d’un uniforme, un voyage et qu’ils appréhendent les espaces parcourus au prisme des potentialités agricoles, il y a tout lieu de penser que le climat est saisi, pour une partie au moins, par cet intermédiaire qu’il aurait été intéressant de développer. Peut-être y aurait-il eu également moyen de corréler les luminosités décrites par André des Gachons et les besoins en vitamine D des combattants, ce qui par ricochet pourrait permettre d’estimer quelques variations du moral des poilus (p. 210), même si l’on sait cette notion éminemment fragile[9]. Sans compter que trouver des archives relève dans ce cadre de la gageur…

Cirrostratus par André des Gachons, 20 février 1916, "19h45 SW". Wikicommons.
Cirrostratus par André des Gachons, 20 février 1916, “19h45 SW”. Wikicommons.

L’historien O. Dard a l’habitude de remarquer qu’on ne fait jamais que l’histoire de ses sources. J’ai envie d’ajouter, à la condition qu’on sache quoi en faire. Car là est bien l’impression mitigée qui reste de la lecture de ce stimulant ouvrage : qu’aurais-je pu faire d’un corpus documentant les cieux sous lesquels combat le 47e RI pendant la Première Guerre mondiale ? Rien. Tout simplement parce que je ne suis pas capable de tirer la substantifique moëlle de telles archives. Amer, ce constat me semble d’autant plus inviter à la lecture du volume que signent M. Tabeaud et X. Browaeys. Il en va de la dimension heuristique de l’approche environnementale appliquée au fait militaire et guerrier.


[1] Le Gall, Erwan, « 47-й пехотный полк французской армии в годы первой мировой войны: к вопросу о влиянии окружающей среды на боевые действия », Вестник Пермского университета. История, n°2 (53), 2021, p. 17-26 / « The French 47th Infantry Regiment during the First World War : An Environmental Approach », Perm University Herald. History, 2021, n° 2(53), p. 17-26.

[2] Tabeaud, Martine & Browaeys, Xavier, Les Ciels de la Grande Guerre. Aquarelles d’André des Gachons, Champagne, Paris, Sorbonne Université Presse, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[3] Guillot, Hélène, Les soldats de la mémoire. La Section photographique de l’armée, 1915-1919, Nanterre, Presses universitaires de Paris-Nanterre, 2017. L’interrogation des albums Valois donne à cet égard des résultats particulièrement significatifs : 3 occurrences seulement pour le terme « pluie », 4 pour « brouillard » (sans que celui-ci ne soit photographié du reste : ile n fait que partie du paratexte) et « brume », aucune pour « averse » et « orage ».

[4] Sur ce dernier Ouvrage collectif, Tranchées. Le systèmes-tranchées pendant la Grande Guerre (catalogue de l’exposition présentée au Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux du 26 mars au 15 août 2022), Milan, Silvana Editoriale, 2022.

[5] Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014, notamment p. 78 et suivantes.

[6] Lepick, Olivier, La Grande Guerre chimique 1914-1918, Paris, Presses universitaires de France, 1998.

[7] Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[8] Ibid.

[9] Loez, André, « Pour en finir avec le moral des combattants », in Muracciole, Jean-François et Rousseau, Frédéric (dir), Combats, hommage à Jules Maurin, Paris, Michel Houdiard éditeurs, 2010, p. 106-119.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 27 septembre). Is sky the limit ? A propos d’André des Gachons. Ar Brezel. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbq0

2 réflexions sur « Is sky the limit ? A propos d’André des Gachons »

    1. Ah Ah! Désolé et merci d’avoir repéré cette coquille. Je n’ai aucune excuse: c’est pourtant le prénom de ma mère…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.