(Hommes) politiques et fait guerrier (1972)

L’un des éléments les plus marquants des mémoires de l’emblématique maire de Rennes Edmond Hervé, pour qui s’intéresse au fait militaire et guerrier, est sans doute ce qui le sépare, justement, du port de l’uniforme[1]. Si on compare la trajectoire du natif de La Bouillie, dans les Côtes-d’Armor, alors du Nord, à quelques-uns de ses prédécesseurs, le contraste est frappant. Que l’on songe quelques instants par exemple à Jean Janvier, officier de réserve qui se sert aussi du son cursus honorum militaire pour pénétrer des cercles de notabilités auxquels son extraction modeste ne le prédestine pas ; ou encore à Henri Fréville dont les états de service dans la Résistance ne sont plus à rappeler. À l’inverse, Carle Bahon, élu en 1925, ne dispose pas de cette expérience du port de l’uniforme, et encore moins du combat dans les tranchées : souffrant de « bronchites chroniques », il est exempté définitivement en 1894. Pourtant, là s’arrête la comparaison avec Edmond Hervé, qui lui d’ailleurs effectue son service militaire : deux socialistes donc, deux rapports assez distants au fait militaire et guerrier mais qui suscitent en revanche des réactions fort contrastées de la part de leurs adversaires. En effet, si la droite conservatrice n’hésite pas à attaquer Carle Bahon sur son absence d’états de service, personne ne paraît reprocher à Edmond Hervé son inexpérience militaire, bien que Rennes soit une importante ville de garnison. Sans doute est-ce là une marque supplémentaire du processus de civilianisation de la société française – et pour ce qui nous intéresse ici bretonne – au cours lors de ces années 1968, processus qu’un certain nombre de figures politiques émergeant autour de l’année 1972 permet de circonscrire.

En effet, une rapide prosopographie, qui ne prétend nullement à l’exhaustivité mais qui pourra néanmoins délivrer quelques conclusions dignes d’intérêt, montre qu’une trajectoire telle que celle d’Edmond Hervé n’est pas complètement exceptionnelle. Pour s’en convaincre, il suffit de se plonger dans la synthèse que vient de livrer, aux Presses universitaires de Rennes, l’historien C. Bougeard sur l’évolution des forces politiques en Bretagne au cours de la seconde moitié du XXe siècle et détailler les parcours militaires des individus qui apparaissent autour de l’année 1972 : une enquête donc essentiellement masculine et qui ne rend en conséquence pas compte de la – lente – féminisation en cours de la classe politique bretonne[2].

En Algérie, sans lieu ni date. Collection particulière.
En Algérie, sans lieu ni date. Collection particulière.

Plusieurs catégories peuvent être dégagées. Il y a d’abord celle de ceux nés en 1942 ou après et qui, échappant « naturellement » à la guerre d’Algérie du fait de leur âge, témoignent d’aucune expérience de la caserne. Ayant vu le jour en 1950, Jean-Marc Ayrault est emblématique de ce type de trajectoire, lui qui est exempté de service national en 1976. Même chose pour le futur ministre de la Santé Claude Evin : né en 1949, il est en 1973 secrétaire fédéral adjoint de la section de Loire-Atlantique du Parti socialiste unifié, deux après avoir été dispensé de service « en raison du grand nombre de jeunes arrivant à cette époque en âge d’être incorporé »[3]. Autre logique, statistiquement marginale mais qu’il convient de signaler, les trajectoires d’individus qui, militant à l’extrême-gauche, font tout pour échapper à la caserne : célèbre est à cet égard le cas de Michel Le Bris qui, en 1971, préfère entamer une grève de la faim à la prison de la Santé plutôt que de servir sous les drapeaux.

Il y a ensuite ces hommes qui, à l’instar d’Edmond Hervé ou Jean-Yves Le Drian, effectuent leur service militaire mais n’ont aucune expérience de guerre. C’est le cas par exemple du communiste Jean-Guy Le Berre, ou du socialiste François Cuillandre, qui prend même un malin plaisir à s’encarter alors qu’à la caserne ! C’est aussi, à en croire l’historien F. Prigent, le cas de Charles Josselin qui, bien que né en 1938, effectue son service militaire mais ne participe pas à la guerre d’Algérie, à laquelle il s’oppose. Né pour sa part un an plus tôt, Louis Le Pensec échappe lui aussi, en tant que sursitaire, aux « événements », ce qui appelle deux réflexions. En premier lieu, il faut noter que cette réalité n’empêche nullement que la guerre d’Algérie constitue une étape fondamentale de l’engagement politique. Aussi faut-il distinguer le fait militaire du fait guerrier, le pacifisme et l’opposition à la politique française outre-méditerranéenne n’étant pas nécessairement une réaction à l’expérience de la caserne et du port de l’uniforme. En second lieu, il y a de bonnes raisons de penser que le sursis constitue pour bon nombre d’étudiants, amenés par la suite à constituer un vivier de choix pour former les cadres des organisations partisanes, une stratégie bien comprise d’évitement de l’expérience combattante[4].

Précisons toutefois qu’il est difficile d’avoir des éléments sur cette période de la vie d’un certain nombre d’élus, ce qui toutefois est assez significatif. Des hommes politiques comme Bruno Joncour, secrétaire départemental des Côtes-du-Nord de l’Union des jeunes pour le progrès en 1973, n’évoque ainsi jamais son service national, à tel point qu’il n’est pas certain qu’il ait effectué. Mais, en tout état de cause, le moins que l’on puisse dire est que cette réalité témoigne d’un rapport plutôt distant à la chose militaire. Même chose pour Pierre Méhaignerie qui, né en 1939 à Balazé, en Ille-et-Vilaine, a peut-être fait la guerre d’Algérie, ou encore Alain Madelin, plus connu pour ses faits d’armes à Occident que sous les drapeaux : mais peut-être contourne-t-il lui aussi la case caserne ?

Dans un foyer de soldat aux alentours de Noël, probablement à la fin des années 1960: scène de camaraderie pendant le service militaire.
Dans un foyer de soldat aux alentours de Noël, probablement à la fin des années 1960: scène de camaraderie pendant le service militaire.

Pour autant, il convient de ne pas aller trop vite en besogne et de postuler une nouvelle génération politique qui émergerait vierge de toute expérience militaire dans les années 1970. Bien des parcours prouvent le contraire à l’instar de celui du futur président du Conseil général d’Ille-et-Vilaine Marie-Joseph Bissonnier, officier de réserve et élu maire de Plélan-le-Grand en 1977. Si l’on sait le rapport d’Edmond Hervé à l’uniforme, son directeur de cabinet, François Richou, conseiller général d’Ille-et-Vilaine pendant 33 ans, est un ancien d’Algérie où il sert en tant qu’appelé, au 39e RI, entre novembre 1958 et novembre 1960. Là n’est d’ailleurs pas une réalité propre à la Bretagne. Futur ministre de la Défense, Paul Quilès prend sa carte au Parti socialiste en 1973 et témoigne d’une certaine sensibilité militaire puisque polytechnicien, il est aussi le fils d’un officier de carrière. Mais il n’en demeure pas moins qu’une dynamique est enclenchée. On se rappelle des accusations auxquelles doit faire face Carle Bahon dans les années 1920, lui qui est exempté pour raisons de santé et ne peut donc servir dans les tranchées. On ne peut que souligner le contraste avec cet interview, publiée au mitan des années 2000, d’un ancien ministre de la Défense qui commence ainsi : « C’est amusant, vous avez été ministre de la Défense alors que vous avez été exempté du service militaire ». Amusant : un terme qui dit l’ampleur de la civilianisation de la société française d’alors, réalité à laquelle la Bretagne n’échappe bien entendu nullement. D’ailleurs, c’est ce ministre, Charles Millon, qui est chargé d’organiser concrètement la suppression de la conscription.


[1]  Hervé, Edmond, Le Détail et l’horizon 1977-2008. Des années pour Rennes, Rennes, Editions Ouest-France, 2021, notamment p. 136.

[2] Bougeard, Christian, L’Évolution des forces politiques en Bretagne. Comment la région est passée de la droite à la gauche (1946-2004), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[3] Evin, Claude, À votre santé!, Paris, Editions de l’Atelier, 2006, p. 39.

[4] Le Pensec, Louis, « Intervention orale de Louis Le Pensec, sénateur du Finistère », in Bougeard, Christian (dir.), Un Siècle de socialismes en Bretagne. De la SFIO au PS (1905-2005), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 286.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 20 septembre). (Hommes) politiques et fait guerrier (1972). Ar Brezel. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbpy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.