Saisir la Grande Guerre par les conseils d’arrondissement

Instance méconnue, le conseil d’arrondissement offre un regard particulièrement intéressant, car largement inédit, sur la Grande Guerre. C’est ainsi par exemple qu’en Morbihan, département où les archives laissées par cette assemblée sont pourtant très riches, le conseil d’arrondissement est complètement ignoré par la grande synthèse publiée à l’occasion du centenaire, en 2014[1]. Or l’expérience montre qu’il y a là un moyen de saisir finement le conflit, que cela soit du point de vue de sa temporalité ou de quelques fronts intérieurs qui émergent avec le déclenchement des hostilités[2]. Notons néanmoins, en préambule, que les différents conseils d’arrondissements du département du Morbihan sont inégalement documentés, les fonds étant assez disparates suivant que l’on se trouve à Lorient et Vannes, ou Pontivy et Ploërmel où les archives sont moins bien conservées. Il n’en demeure pas moins qu’il y a là des cartons d’autant plus alléchants qu’ils ne sont quasiment, ou presque, jamais dépouillés.

Saisir le conflit dans sa durée

Il y d’abord dans la tenue de ces conseils d’arrondissement un rapport bien spécifique au temps de la guerre. Contrairement à 1870-1871, les séances ne sont pas suspendues. Une telle décision renvoie certainement à la perception des quatre vieilles et, par ricochet, à la situation financière pour le moins tendue du pays. Une réalité sur laquelle je reviendrai plus loin dans ce billet. Mais il n’en demeure pas moins que ces réunions des conseils d’arrondissement témoignent d’un autre rapport au temps de la guerre, d’une certaine installation dans un conflit dont on estime qu’il va durer à partir de l’enlisement dans le système-tranchées au-delà de tout ce qui avait pu être anticipé avant 1914[3]. En d’autres termes, l’entrée en guerre est bel et bien achevée au moment où se réunissent, le 13 octobre 1914, les conseillers convoqués par leurs sous-préfets[4]. À cette époque, les troupes du 10e corps d’armée occupent des positions en Artois, celles du 11e en Somme.

A Vannes, au premier plan l'aile ouest de la préfecture (carte postale). Collections Musée de Bretagne : 995.0008.19.
A Vannes, au premier plan l’aile ouest de la préfecture (carte postale). Collections Musée de Bretagne : 995.0008.19.

Rappelons que les conseils d’arrondissement se réunissent annuellement en deux fois, la première pour évoquer des questions d’ordre général, la seconde pour s’atteler uniquement à la perception des quatre vieilles[5]. Il s’agit de réunions – en préfecture ou sous-préfecture – habituellement  assez brèves, n’excédent jamais trois heures. À Lorient, le contraste est flagrant entre la réunion du 13 octobre et celle du 11 août, à laquelle assistent trois officiers portant « l’uniforme qu’ils ont dû revêtir depuis la mobilisation ». D’autres sont excusés, à l’instar du vicomte Xavier de Vitton qui « dans les circonstances actuelles doit [se] conformer uniquement à [son] ordre de mobilisation » et « regagner [son] corps », en l’occurrence le 116e RI où il est lieutenant de réserve[6]. Notons toutefois que ce conseiller prend bien soin de demander au sous-préfet

« de vouloir bien faire figurer au procès-verbal la raison de mon absence à cette session. Je souhaite que la prochaine session nous trouve tous réunis après une campagne victorieuse. »

Il est dit que la réunion du 11 août 1914 ne sera pas semblable aux précédentes. Ce jour-là, en effet, « les membres du Conseil décident de remettre à plus tard toute discussion d’ordre administratif  » et l’assemblée se sépare après avoir voté l’ordre du jour suivant qui sera immédiatement transmis au Gouvernement :

« Au moment où la France vient d’être l’objet d’une agression brutale et préméditée de la part de l’Allemagne, le Conseil d’Arrondissement de Lorient constate avec joie que toutes les querelles de partis disparaissent pour faire place à l’union de tous les citoyens. Il approuve l’attitude du Gouvernement qui a employé jusqu’au dernier moment tous les moyens de conciliation possibles pour maintenir la paix européenne et qui aujourd’hui, soutenu par la confiance de tous, organise la défense du pays dans l’ordre et le calme absolu.

Il adresse son salut fraternel à la vaillante Belgique qui oppose une résistance opiniâtre à l’envahisseur qui a violé sa neutralité ; il envoie ses encouragements à tous les enfants de France qui partent à la frontière pour défendre l’honneur du drapeau et l’indépendance de la Patrie et forme des vœux pour la victoire des nations qui luttent pour le droit et la Justice. »

Texte à dire vrai de peu d’intérêt tant nombreuses sont alors les prises de position analogues – on en retrouve d’ailleurs de similaires à Vannes, Ploërmel et Pontivy – mais qui prend tout son sens lorsque confronté au temps long. À 44 ans d’écart, la différence n’est effet que de quelques jours. En 1870, c’est ainsi lors de la déclaration de guerre que se réunissent les conseillers d’arrondissement tandis qu’en 1914 c’est un peu plus d’une semaine après, quand s’opère la concentration des troupes. Mais la stupéfaction face à l’événement, le syncrétisme dans un mécanisme de patriotisme défensif, restent les mêmes.

Ordre de mobilisation générale (détail). Collections Musée de Bretagne : 997.0018.62.
Ordre de mobilisation générale (détail). Collections Musée de Bretagne : 997.0018.62.

Dans les années qui suivent, si le patriotisme reste la morale du moment, les archives témoignent de discours qui n’ont plus l’intensité de 1914. Le 9 août 1915, à Lorient, « le conseil d’arrondissement envoie l’expression de son admiration à nos vaillants et admirables défenseurs qui sont sur la ligne de feu, adresse son salut le plus cordial à un de ses membres, M. de Vitton, prisonnier de guerre, et son meilleur souvenir à M. Guillemaut[7], sous-préfet, qui touché par la mobilisation de sa classe a emporté en partant les sympathies du conseil ». Deux ans plus tard, la session du 6 août 1917 s’achève « au début de la quatrième année de guerre […] imposée par le kaiser et les pangermanistes » et le conseil d’arrondissement de Lorient « à l’unanimité, envoie l’expression de sa respectueuse admiration et de sa vive reconnaissance au généralissime et à sa vaillante armée pour les fatigues stoïquement supportées et les succès remportés par nos braves poilus ». Une formulation ampoulée qui cache d’autant plus mal la lassitude face à ce conflit interminable que le lapsus est flagrant : saluer les succès remportés par les braves poilus alors que l’année 1917 est avant tout marquée par l’échec retentissant de l’offensive Nivelle sur le Chemin des Dames a en effet quelque chose de très révélateur… En août 1918, une fois acquis les lauriers de la seconde bataille de la Marne, l’espoir revient et « le conseil d’arrondissement de Lorient, à l’unanimité, adresse à Monsieur Clemenceau, Président du Conseil, à Monsieur Nail, Garde des Sceaux, ainsi qu’aux autres membre du Gouvernement, l’expression de son entière confiance ». Et de préciser qu’il est « heureux de constater que le moral des populations n’a jamais été meilleur grâce à l’énergie dont il fait preuve dans la conduite de la guerre ; aussi il prie de partager avec nos vaillants officiers et soldats, ses sentiments d’admiration et de profonde reconnaissance ». Là encore, quand on connaît la réalité de la situation sociale dans la première moitié de l’année 1918, on est en droit de recevoir ce vœu avec une certaine réserve… En octobre 1919, enfin, une fois la paix revenue, les conseillers félicitent « le Gouvernement d’avoir conclu un traité qui donne à la France des avantages certains, et permet des espérances légitimes, persuadé qu’il triomphera des difficultés multipliées sous ses pas, et assurera à notre Patrie la continuation de ses traditions d’honneur et de travail ».

Toujours est-il que ce type de discours n’est pas le propre du conseil d’arrondissement de Lorient. À Vannes, seuls 5 conseillers peuvent se rendre à la séance du 11 août 1914 du fait de la mobilisation et de la surcharge de travail que celle-ci engendre pour les maires. En conséquence, les membres présents décident de remettre toute discussion « à une date ultérieure » et se bornent à adresser au gouvernement « un salut patriotique » :

« De même qu’ils approuvent la sincérité et la dignité avec lesquelles le Gouvernement s’est tout d’abord efforcé de maintenir la paix européenne, ils rendent un hommage d’admiration à la méthode, au sang-froid et à l’ardeur qui ont ensuite présidé au fonctionnement de la mobilisation.

Ces constations, jointes aux nouvelles qui parviennent de notre vaillante armée et de son héroïque alliée, l’armée belge, sont faites pour inspirer la plus forte confiance dans l’issue de la grande lutte entreprise pour notre Pays, pour la défense du Droit, de la Justice et des causes de la civilisation.

Ils envoient au Gouvernement, Gardien vigilant de nos Libertés, l’expression de leur dévouement et de leur entière confiance et se séparent aux cris de ‘Vive la France’. »

Des lignes qui montrent combien est déjà en place le champ lexical de la culture de guerre dans ces premiers jours d’août 1914. Mais en 1915, la formulation paraît beaucoup plus standardisée, comme si l’institution était rentrée dans le temps d’une certaine normalité du conflit, comme dans une sorte d’accommodation à la guerre aux antipodes de l’émotion éprouvée un an auparavant :

« Le conseil d’arrondissement de Vannes, animé des plus vifs sentiments d’admiration pour nos vaillantes troupes et leurs chefs leur envoie l’expression de sa reconnaissance. Inébranlablement confiant dans le succès qui doit couronner leurs efforts, il se repose entièrement sur l’autorité militaire pour tenir la main à ce que chacun fasse son devoir tour à tour, sans être l’objet d’aucun favoritisme. Il adresse ses plus sincères condoléances aux familles de nos compatriotes tombés glorieusement au Champ d’honneur. »

À bien y regarder de près, il y a tout lieu de se demander si l’affirmation de cette inébranlable confiance ne cherche pas en réalité à masquer les doutes qui traversent l’assemble. De même, qui peut garantir que derrière ce discours ne se cache en réalité pas la figure honnie de l’embusqué ? Après tout, la loi Dalbiez n’est votée qu’une semaine plus tard… Toujours est-il que c’est avec « émotion » que, le 6 août 1917, le conseil d’arrondissement de Vannes salue « l’entrée dans la lutte à nos côtés de l’armée américaine ».

Une arène politique ?

Certains vœux émis par les conseils d’arrondissement cachent mal la volonté de s’épargner autant que faire se peut les rudesses d’un conflit lourd à supporter. C’est ainsi qu’en août 1914, à Pontivy, les conseillers émettent « le vœu qu’une personne soit désignée par le service du Ravitaillement pour se rendre dans les communes et se mettre d’accord avec les Maires en vue des réquisitions des denrées qui seraient nécessaires aux services de l’Intendance ». Et de préciser que l’on « pourrait prélever des échantillons », ce qui est catégoriquement refusé par la sous-intendance de la 11e région à Vannes au motif que « la multiplicité des livraisons, la diversité des produits obligeraient à prélever un nombre exagéré d’échantillons [et] entraîneraient pour comparer les livraisons aux échantillons des complications et des lenteurs incompatibles avec la rapidité des opérations ». Apparaît ici d’une part le peu de poids politique du conseil d’arrondissement, d’autre part la prééminence de l’autorité militaire sur le pouvoir civil. Au fur et à mesure que le conflit s’éternise, celle-ci semble d’ailleurs supporter de plus en plus mal cette véritable tutelle des armées. En témoigne le conseil d’arrondissement de Vannes qui, à l’été 1916 et visiblement passablement énervé, « considérant les difficultés éprouvées fréquemment par les Mairies pour effectuer les réquisitions militaires parce que l’Intendance fait des offres inférieures aux cours pratiqués dans le commerce, émet le vœu que cette Administration se renseigne avec plus de soin sur les prix moyens du commerce et les applique »[8].

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 973.0033.546.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 973.0033.546.

Il est assez difficile de juger de la conflictualité politique qui peut s’exprimer lors de ces sessions, la morale patriotique de l’Union sacrée semblant aplanir au moins provisoirement bon nombre d’oppositions fort anciennes. À Ploërmel, lors de la séance du 11 août 1914, le conseil déclare ainsi, unanime : « À cette heure sacrée où la patrie est en danger, constatant avec quelle admirable discipline et quelle invincible confiance partent nos contingents bretons, dignes descendants des soldats de Clisson et de Duguesclin [et envoient] à tous les combattants, en particulier au 11e corps d’armée son plus fraternel salut et ses vœux les plus ardents pour le triomphe, avec l’aide de la Providence, de nos vaillantes armées françaises et du droit qu’elles représentent à la face de l’Europe et du monde ». Puis la réunion s’achève sur cette déclaration lourde de sens dans cette partie du Morbihan où les stigmates de la Séparation et des lois laïques sont encore si vifs : « Sur l’information que toutes mesures étaient prises pour assurer aux militaires les secours religieux, le Conseil confiant dans les promesses du gouvernement à cet égard s’abstient d’exprimer à ce sujet de vœu spécial ». Deux ans plus tard, en 1916, le même œcuménisme semble régner quand le président de séance « prononce en termes émus l’éloge funèbre que M. Roth, préfet du Morbihan, de M. le Duc de Rohan, député de Ploërmel et de M. Piederrière, conseiller d’arrondissement »[9]. Une formulation sans doute convenue mais néanmoins lourde de sens pour qui veut bien se rappeler qu’Alfred Roth, ancien membre du cabinet de Georges Clemenceau, marque de très près l’évêque de Vannes, Alcime Gouraud, et qu’il en résulte une conflictualité sur les questions religieuses que l’entrée en guerre ne fait qu’estomper en apparence[10].

Au même moment, à Pontivy, le président du conseil, un certain M. Le Bras[11],

« se dit heureux de constater que dans l’arrondissement de Pontivy, l’Union sacrée règne dans la plupart des communes, dont sont bannies les discussions politiques et les questions de personnes qui perpétuaient les divisions ; il espère que cet esprit de concorde et de solidarité se continuera après la paix. Pour contribuer à cet apaisement nécessaire à notre pays, il demande que les élections qui sont toujours une cause d’agitation, soient moins nombreuses et moins fréquentes. Que par exemple en ce qui concerne le conseil d’arrondissement qui représente un rouage dont l’importance est relative, puisqu’il ne dispose d’aucun budget et se borne à émettre des vœux, si la réforme administrative maintient cet organisme, ne pourrait-on pas au lieu de déranger les électeurs d’un canton pour une élection aussi modeste, procéder à l’élection aux conseils d’arrondissement et du conseil général, le même jour et en même temps ? »

Et le conseil d’enchaîner sur la mort de « M. Roth, ancien préfet du Morbihan, glorieusement tombé pour la défense du pays et [de] témoigne[r] des regrets unanimes qu’il a laissé dans ce département qu’il avait administré pendant près de 6 ans avec une compétence, une habileté et un dévouement qui ne sauraient être oubliés ». De tels propos sont difficiles à interpréter. En effet, dans quelle mesure ce plaidoyer pour l’Union sacrée n’est-il pas un rejet de la chose politique, du fonctionnement démocratique, et d’une manière déguisée de la République, ce qui constitue en soi un positionnement politique ? N’y a-t-il pas derrière ces paroles parfaitement conformes à la morale patriotique du moment un discours vantant les mérites d’une société d’ordre, bref une vision profondément politique ? Les mots que prononce le président du conseil d’arrondissement de Pontivy en conclusion de la séance d’août 1916 ne sont pas sans interroger :

« Avant de se séparer M. le Président tient au nom du conseil à envoyer à nos vaillants soldats l’expression de sa confiance et de son admiration ; il a toujours eu foi dans la justice (sic) de notre cause et il est heureux de constater que personne ne doute plus aujourd’hui de son triomphe et de sa victoire définitive. En affirmant nos sentiments patriotiques et sa confiance inébranlable dans les glorieuses destinées de notre pays, le conseil se plait à reconnaître que c’est aussi grâce à l’union de tous, au calme du pays qu’en revient le mérite. À l’arrière, chacun travaillant dans sa modeste sphère a fait son devoir ; dans les campagnes, femmes, enfants, vieillards, se sont employés de leur mieux à remplacer dans les durs travaux des champs celui qui volait à la frontière opposer sa poitrine à l’envahisseur.

Il fallait tenir et il a tenu. »

Autant d’éléments qui invitent, encore une fois, à plaider pour une vaste enquête s’interrogeant sur cette idée, à mes yeux très insuffisamment discutée, d’Union sacrée. Pour autant, il est vrai que la documentation n’aide pas toujours. Le compte-rendu de la session du conseil d’arrondissement de Lorient tenue le 9 octobre 1916 fait ainsi état d’une « discussion très serrée » mais n’en dit malheureusement pas plus à ce propos, laissant assurément l’historien sur sa faim.

À propos de fronts

La guerre est donc omniprésente lors de ces réunions des conseils d’arrondissement même si les ordres du jour peuvent renvoyer à des questions très pratiques : entretien des chemins vicinaux, amélioration d’équipements portuaires, respect des horaires des réseaux ferroviaires secondaires…, soit autant de problèmes qui se trouvent confortés à l’inertie d’une administration comme paralysée par le conflit. Dès 1914, le conseil d’arrondissement de Ploërmel est informé que l’agrandissement du camp de Coëtquidan, et notamment d’un champ de tir, entraîne un débordement sur une longueur de 7 km sur la route nationale n°24 reliant Paris à Lorient. Alors que la guerre n’est pas encore déclarée, le service des ponts et chaussées indique qu’un « détournement de cette route par le Nord du Camp sera mis à l’étude dès que l’Administration supérieure l’aura autorisé ». Puis vient le temps du conflit et les rapports indiquent, en préparation de chaque séance du Conseil, qu’un « détournement de cette route par le nord du camp sera mis à l’étude après la fin des hostilités ». En juillet 1919, quelques jours donc après la signature du traité de Versailles, l’ingénieur ordinaire en service à Vannes renvoie le dossier aux calendes grecques en avançant que le « détournement de cette route par le Nord du Camp sera mis à l’étude », sans donner donc plus de précisions en termes de calendrier. Même pas besoin de créer une commission pour enterrer ce problème aurait sans doute persiflé le Tigre

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 972.0016.174.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 972.0016.174.

C’est par ailleurs, outre une situation de santé difficile, le conflit qui empêche le maire du Palais, à Belle-Île, d’assister à la séance prévue à Lorient le 13 octobre 1914 :

« Les difficultés de communication m’astreindraient à une absence de près de trois jours, alors qu’en dehors de mon mauvais état de santé m’obligeant à suivre un régime très sévère, ma présence au Palais est indispensable en ce moment pour assurer le fonctionnement des services de la Mairie.

Mon secrétaire ayant été appelé sous les drapeaux le 1er jour de la mobilisation, je n’ai actuellement pour me seconder au bureau, de façon régulière, qu’une jeune employée de 17 ans, et la tâche est d’autant plus lourde actuellement qu’en plus du travail courant, la Commission de ravitaillement venant d’être supprimée, c’est à la Mairie qu’incombe maintenant le soin de pourvoir par voie de réquisition aux besoin de la troupe et des 3 200 prisonniers que nous allons avoir incessamment dans notre ville. »

Dans ce courrier daté du 11 octobre 1914 et adressé au sous-préfet de Lorient, les difficultés éprouvées par l’édile rencontrent de surcroît l’inquiétude d’un oncle. C’est ce que rappelle Louis Serre en post-scriptum, et en usant par ailleurs d’un nous collectif qui rappelle combien le deuil s’inscrit dans des cercles collectifs[12] :

« Nous sommes très inquiets au sujet de mon neveu, [Illisible]. Nous avons appris qu’il avait été blessé le 27 août d’un éclat d’obus à la jambe aux environs de Bapaume, et qu’il était le 29 dans un hôpital de Valenciennes, mais depuis nous avons perdu sa trace. »

Cette omniprésence de la guerre se retrouve lors des années suivantes, les archives des conseils d’arrondissement proposant un regard original sur le conflit. C’est ainsi que le sous-directeur des contributions indirectes à Lorient explique au sous-préfet, le 3 août 1915, soit un an tout juste après le début des hostilités, que la situation fiscale de l’arrondissement « continue à être dominée par le fait de guerre ». Ainsi, « beaucoup de possesseurs de bicyclettes se trouvent actuellement sur le front et n’ont pas pu faire leur achat ordinaire de plaque de contrôle ». Quelques jours plus tôt, c’est le directeur des Postes & Télégraphes pour le Morbihan qui affirme à ce haut fonctionnaire que « l’absence des touristes pendant la dernière saison estivale dans les stations de la côte explique en grande partie la diminution de la taxe postale », le montant perçu passant de 564 242 à 514 545F. Dans le même temps, la suppression des communications interurbaines cause une réduction sensible de la « taxe téléphonique », celle-ci ne rapportant plus que 38 066F en 1914, contre 45 714F l’année précédente.

  1913 1914 1915 1916 1917 1918
Taxe postale 564 242 514 545 533 708 583 354 672 239 707 803
Taxe téléphonique 45 714 38 066 33 441 37 041 57 236 82 561
Produit des Postes et des télégraphes et téléphones dans l’arrondissement de Lorient. Arch. dép. Morbihan : N 141 et 142, conseil d’arrondissement de Lorient, délibérations et pièces annexes. Pour 1917, la direction du Morbihan des Postes & Télégraphes indique que « l’augmentation constatée de part et d’autre témoigne de l’activité commerciale de Lorient ». Pour 1918, ils sont attribués par ce service à « l’affluence de réfugiés et d’évacués dans l’arrondissement ».

Dans les autres arrondissements, l’évolution des fruits de ces taxes semble témoigner de courbes analogues même si certaines spécificités locales peuvent apparaître. L’instauration de la franchise postale est ainsi un argument régulièrement avancé et qui ne semble s’inscrire dans aucun particularisme géographique, l’impôt du sang étant également prélevé sur l’ensemble du territoire. Mais à Ploërmel, par exemple, les recettes bénéficient « de l’existence du camp américain de Coëtquidan : les militaires alliés usaient fréquemment de la voie télégraphique avec les États-Unis ». Sur le littoral, la taxe postale pâtit, on l’a dit, de « l’arrêt du mouvement touristique et [de] l’absence des baigneurs sur [les] côtes dans les premiers mois de la mobilisation »[13]. En revanche, dans l’arrondissement de Vannes, la direction des contributions indirectes note une « augmentation importante » du produit des taxes sur le tabac « due aux nombreuses troupes en garnison ou en cantonnement ». L’administration fiscale explique d’ailleurs à ce propos que les recettes auraient été plus importantes « si par des mesures administratives et législatives des restrictions n’avaient été apportées à la vente au détail des spiritueux et à l’ouverture de nouveaux débits de boissons ». Prenant acte de recettes en baisse au titre de l’année 1916, le directeur des contributions indirectes du Morbihan se félicite de la hausse observée au premier semestre 1917 et imputable, à l’en croire, au « relèvement des tarifs sur les vins et cidres, poirés et hydromels, alcools et sucres, du droit de fabrication des bières, de l’institution de taxes sur les eaux minérales, les spectacles, les spécialités pharmaceutiques, les denrées coloniales et les succédanés de café ». Par la suite, des augmentations des prix des boissons alcoolisées et des tabacs en juin 1918 et mai 1919 permettent d’accroitre encore les rentrées.

Si l’on accepte donc l’idée d’un front fiscal, l’exemple du Morbihan tendrait à non seulement souligner l’effort de la puissance publique en la matière mais aussi à mettre en évidence l’efficacité de la politique menée. Il est d’ailleurs à noter que les conseils d’arrondissement n’hésitent pas à formuler des propositions en la matière, même si leurs vœux témoignent le plus souvent de stratégies de défense d’intérêts locaux. C’est ainsi qu’à Pontivy, en août 1916, les conseillers, prenant acte de dégâts causés à l’agriculture par la recrudescence d’animaux nuisibles depuis le début des hostilités, demandent que l’on ouvre la chasse « après l’enlèvement des blés noirs » pour « diminuer le braconnage ». Et comme s’ils souhaitaient appuyer leur requête, ils suggèrent au sous-préfet de « légèrement » augmenter le prix du permis « étant donnés les besoins du Trésor ».

Hommes devant un débit de boissons, sans lieu ni date. Collections Musée de Bretagne : 978.0064.110.
Hommes devant un débit de boissons, sans lieu ni date. Collections Musée de Bretagne : 978.0064.110.

Autre front qui apparaît particulièrement présent au travers de ces archives des conseils d’arrondissement du Morbihan pendant la Première Guerre mondiale, celui de la démographie et, plus encore, de l’emploi des ressources humaines. C’est ainsi par exemple qu’à Lorient, le 9 août 1915, « le conseil émet le vœu que les soldats classés comme auxiliaires ou inaptes – boulangers de profession – soient mis à la disposition des boulangers privés d’ouvriers et souvent obligés de fermer boutique – si toutefois ces soldats ne sont pas employés comme boulangers dans leurs dépôts ». Deux ans plus tard, c’est aux prisonniers de guerre allemands que s’intéresse le Conseil, qui essuie d’ailleurs un refus poli mais ferme de l’autorité militaire, celle-ci imposant que ces captifs soient « employés exclusivement à la culture et à l’exploitation des forêts ». À Ploërmel, le conseil d’arrondissement remercie en août 1915 à l’unanimité « l’autorité préfectorale d’être intervenue près de l’autorité militaire pour obtenir des congés de moisson qui sont indispensables pour ramasser les récoltes et insiste pour que ces congés soient continués pour la récolte de Blé noir et de pommes ». Semblable préoccupation à Pontivy où le conseil « émet le vœu que les facilités les plus grandes soient données aux propriétaires des machines agricoles pour la campagne de battaison, soit qu’ils soient mis en sursis d’appel pendant une période plus ou moins longue soit que des permissions de 15 jours à un mois leur soient accordées ». Comme dans une gare, un front peut en cacher un autre car derrière la question démographique, c’est bien l’idée d’un « front de la disette »[14] qui, ici, émerge.

Les archives des conseils d’arrondissement du Morbihan constituent donc un fond particulièrement intéressant pour saisir d’une manière originale, quoi que détournée, la Grande Guerre dans ce département. La preuve en est qu’on le dit généralement peu touché par la présence du corps expéditionnaire américain, celle-ci se réduisant pour l’essentiel à un camp de Meucon incapable de rivaliser avec Brest et Saint-Nazaire[15]. Pourtant, le 11 juillet 1919, lorsque le préfet du Morbihan répond à un vœu du conseil de Lorient formulé le 11 août 1918 demande « que les correspondances entre les chemins de fer locaux fussent assurées d’une façon régulière », il affirme que « depuis cette époque, les circonstances se sont heureusement modifiées », manière de dire que cette réclamation est désormais nulle et non avenue. En cause ? « le trafic américain [qui] a disparu »[16], signe d’une amitié transatlantique évaporée par la paix et laissant désormais libre cours à bien des amertumes


[1] Ouvrage collectif, Les Morbihannais dans la guerre 14-18, Vannes, Archives départementales du Morbihan, 2014.

[2] Dornel, Laurent et Le Bras, Stéphane (dir.), Les Fronts intérieurs européens. L’arrière en guerre (1914-1920), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[3] Cochet, François et Sauvage, Jean-Christophe (dir.), 1914. La guerre avant la guerre. Regards sur un conflit à venir, Paris, Editions Riveneuve, 2015. Sur le système-tranchées consulter Ouvrage collectif, Tranchées. Le systèmes-tranchées pendant la Grande Guerre (catalogue de l’exposition présentée au Musée de la Grande Guerre du pays de Meaux du 26 mars au 15 août 2022), Milan, SilvanaEditoriale, 2022.

[4] Sur l’idée d’entrée en guerre, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014.

[5] C’est un décret du 9 juillet 1914 promulgué deux jours plus tard au Journal officiel qui fixe les dates aux 11 août et 13 octobre 1914.

[6] Arch. dép. Morbihan : r 1071.1354 bis. Fondateur de la coopérative agricole de Lorient, Xavier de Vitton de Peyruis est le propriétaire du manoir de Kerlétu, en Keryado, où il réside. Propriétaire d’une laiterie visiblement assez importante, il décède en 1947. Il est le père de Roger de Vitton, élu député en 1968 sous l’étiquette des Républicains indépendants et contre, notamment, le général Pâris de Bollardière.

[7] Il s’agit de Pierre Guillemaut, né le 17 mars 1873 à Louhans, en Saône-et-Loire, docteur en droit, sous-préfet de Lorient en 1909. Nommé préfet du Morbihan à titre provisoire en novembre 1917, il reste en poste jusqu’en juin 1930, ce qui témoigne d’une longévité assez exceptionnelle. Mis à disposition du ministère de l’Intérieur, il part à la retraite 3 ans plus tard. Il décède en 1957 et ne paraît pas avoir eu la moindre activité, notamment politique, après sa vie professionnelle. Arch. nat. : c-207417 et F/1bI/782.

[8] Rappelons que ce vœu au ton particulièrement vif est formulé auprès de l’autorité préfectorale, ce qui paraît devoir souligner la ligne de fracture entre autorités civiles et militaires.

[9] Pour L’Indépendance républicaine, dans son édition du 27 juillet 1913, « dans le canton de Mauron, M. Maullon veut prendre sa revanche et essaie de faire battre M. Le Borgne, conseiller d’arrondissement sortant, par M. Piéderrière, adjoint à Concoret, arpenteur ». Cette phrase tend d’autant plus à souligner le caractère politique de cette assemblée que, quelques semaines plus tard, dans son édition du 17 août 1913, ce même journal évoque « la girouette grinçante et lourde qu’est Piederrière, l’ancien royaliste ». Pourtant, en juillet 1913, Pierre-Marie Piederrière se présente comme le candidat du Comité républicain du canton de Mauron. Le Réveil ploërmelais le présente à cette occasion comme étant un « expert-géomètre, s’occupant de toutes les choses de l’agriculture et du commerce ». A contrario, il est pour le Courrier de Pontivy, « le candidat blocard ». Pierre-Marie Piederrière décède pendant la Première Guerre mondiale, le 20 juin 1916. Sa mort n’est pas mentionnée dans la presse, ce qui donne une bonne idée de la notoriété dont il pouvait jouir.

[10] Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Le culte d’un saint comme outil politique du temps présent : la Grande Guerre de Vincent Ferrier », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°129-2, 2022, p. 127-147.

[11] Il n’a pour l’heure pas été possible d’identifier cet individu, ce qui en creux dit combien la prosopographie des conseillers d’arrondissement est chose ardue.

[12] Winter, Jay, Entre deuil et mémoire. La Grande Guerre dans l’histoire culturelle de l’Europe, Paris, Armand Colin, 2008.

Louis Serre, maire de Palais à Belle-Île en 1900 et conseiller d’arrondissement deux ans plus tard. Il est alors présenté par L’Arvor comme un « ministériel fervent », ce journal s’empressant de persifler : « qualité qu’il a d’ailleurs jugé prudent de ne pas révéler à ses électeurs ». Une biographie – à charge – publiée en 1908 par L’Écho du Morbihan indique que, d’extraction modeste, il devient clerc de notaire puis travaille à Nantes, au sein des « grandes maisons ». Sans doute s’agit-il de conserveries. Ce même article indique « La guerre de 1870-71 survint ; il entre dans l’armée de Conlie comme petit gradé. Il devint secrétaire d’un officier supérieur qui pour l’avoir sous la main lui donna les galons de sous-lieutenant (sic !). Aucune action d’éclat ne lui fut attribuée pendant cette malheureuse campagne ». Cette source indique que c’est en tant que commerçant qu’il s’établit au Palais, en achetant une enseigne appelée La Providence. Il semble que Louis Serre n’érige pas son passé d’ancien combattant de la guerre de 1870 en capital politique même si cette biographie – encore une fois plus tellement à charge qu’elle est à considérer avec précaution – indique qu’il compte parmi les responsables de la section locale des Vétérans des armées de terre et de mer. Fait officier d’Académie en 1910, il est la cible d’un violent article en 1912 publié par La Croix du Morbihan et qui doit se comprendre dans le cadre des lois laïques. Quelques jours plus tard, ce journal l’assimile même à la « racaille blocarde ».

Il est à noter que Louis Serre décède au même moment que Jean-Marie Galenne, adjoint au maire de Palais et conseiller général de Belle-Île. Né le 5 février 1853, il est le fondateur de la société de navigation L’Union-Belliloise, dont il préside le Conseil d’administration au moment de son décès. Tous deux administrateurs de cette entreprise, ils arrivent en même temps au conseil municipal de Palais, sur une liste républicaine d’ailleurs entièrement élue lors des municipales de 1900.

[13] Sur la question Evanno, Yves-Marie et Vincent, Johan (dir.), Tourisme et Grande Guerre. Voyage(s) sur un front historique méconnu (1914-2019), Ploemeur, Editions CODEX, 2019.

[14] J’empreinte cette expression à l’historien John Horne qui l’emploie lors de la soutenance d’habilitation à diriger des recherches d’Emmanuelle Cronier le 17 mars 2022.

[15] Bogard, Valentin, Aspects-socio-économiques de la présence des Américains dans le Morbihan entre 1917 et 1919, Mémoire de Master en Histoire sus la direction de Bruneau, Jean-Baptiste, Lorient, Université de Bretagne-Sud, 2016.

[16] Comme à Saint-Nazaire, les Américains sont tenus comme responsable de la dégradation des routes du fait de l’augmentation du trafic qu’entraîne leur présence. Et peu importe que l’ingénieur ordinaire des ponts et chaussées en poste à Vannes incrimine, chaque année dans le rapport qu’il adresse au conseil d’arrondissement, « la circulation intense » dans les environs de Vannes « surtout depuis les hostilités ». Notons toutefois que dans son rapport daté du 24 juillet 1919 ce fonctionnaire indique que « cependant, grâce au concours des Américains auteurs de cette circulation anormale, on a pu assurer convenablement la circulation sur la route nationale n°167 et son annexe entre Vannes et le camp de Meucon ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.