Une riche monographie départementale

La synthèse que J. Martin consacre aux excellentes éditions À l’ombre des mots relève d’une démarche dont on ne peut que regretter qu’elle ne soit pas plus en vogue tant elle est utile : une monographie du département des Côtes-du-Nord au XIXe siècle, exercice qui n’avait pas été mené depuis… 1926 ! (p. 11)[1] C’est dire s’il y a à apprendre dans ce volume, y compris pour qui s’intéresse au fait militaire et guerrier. Si celui-ci ne constitue pas le sujet premier de ce livre, le fait est que cet ouvrage y fait régulièrement référence, ce qui par ailleurs confirme sa centralité.

Celle-ci apparaît du reste dès le premier chapitre du livre, consacré à la démographie du département des Côtes-du-Nord après 1789. Présentant la forme de l’ondulation d’une vague (p. 18), la courbe est caractérisée par plusieurs segments : ascendant jusqu’en 1866 puis fermement décroissant jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie avant de remonter à partir des années 1968 (p. 19). Pour ce qui concerne le seul XIXe siècle, le fait militaire et guerrier apparaît à plusieurs reprises comme étant déterminant. D’abord du point de vue des mariages lorsqu’à la fin Premier Empire la crainte de la conscription, liée notamment à la désastreuse campagne de Russie, pousse de nombreux jeunes hommes à prendre épouse (p. 25). Une réalité démographique qui témoigne de ce que les Bretons des Côtes-du-Nord ont déjà bien intégré la diversité des stratégies d’évitement du port des armes, y compris lorsque ce contournement passe par la bague au doigt. Ensuite du point de vue de la mortalité, qui connaît un pic flagrant lors de l’année, véritablement terrible, 1870-1871 (p. 25 et 66 pour la citation)[2] :

« Le conflit avec la Prusse en 1870 et la constitution d’une armée bretonne à Conlie ont favorisé la propagation d’une épidémie de variole qui faisait des ravages depuis l’année précédente dans la province. Le repli des soldats bretons, d’abord vers la Manche et l’Ille-et-Vilaine, puis vers leurs départements d’origine avec la démobilisation, a favorisé l’aire d’extension de la maladie. On le vérifie pour les Côtes-du-Nord où le nombre de décès a connu une forte croissance. Le chiffre de 15 562 morts en 1869 est passé à celui de 20 386 en 1870, pour atteindre un maximum en 1871 avec 25 206 trépas. »

Loin de se contenter de ces seules données macro-historiques, J. Martin se livre à une fine analyse sociale des Côtes-du-Nord au XIXe siècle afin de saisir au plus près la population de ce département. Plaçant son regard au seuil de la famille, l’auteur dit ainsi toute l’importance du coq de village, ce fils seul appelé à reprendre l’exploitation agricole de ses parents tandis que ses frères et sœurs deviennent, bien souvent, ses ouvriers (p. 27).

Carte postale. Collections du Musée de Bretagne : 993.0133.2203.
Carte postale. Collections du Musée de Bretagne : 993.0133.2203.

Le tableau fort précis que donne l’auteur de la population des Côtes-du-Nord au XIXe siècle apporte de nombreuses données fort utiles, à l’instar par exemple des pratiques alimentaires. C’est ainsi que J. Martin note que « jusqu’au début du XXe siècle, le pain de seigle, moins cher, a souvent été préféré au froment » (p. 28). Pour autant, l’auteur n’est pas sans prendre en compte certaines disparités territoriales et note, à la suite des travaux du vénérable H. Sée, que la consommation de viande est beaucoup plus courante dans la région de Tréguier que celle de Loudéac (p. 77). Là encore, c’est l’image unanimement misérabiliste des Côtes-du-Nord qui est corrigée, chose sur laquelle cette recension reviendra du reste.

À propos de l’alcool, l’auteur revient sur l’idée reçue – et complaisamment relayée par certains identitaires bretons – que la Première Guerre mondiale – et donc la France – aurait contribué à rapprocher les Bretons de la dive bouteille. C’est en réalité dès le XIXe siècle que la plantation de pommiers – nécessaires à la production de cidre – suscite l’ire des ecclésiastiques puis des hygiénistes. Alors que 3 600 débits de boisson sont enregistrés dans le département en 1869, on en dénombre 8 439 en 1910 tandis que de 1879 à 1909 la consommation individuelle d’alcool passe de 3,19 à 5,58 litres (p. 29).

La question de l’alimentation traverse tout cet ouvrage et notamment le chapitre fort stimulant consacré à l’agriculture. Il est vrai que le département est encore soumis au XIXe siècle aux risques des disettes, notamment en 1817 et en 1847 (p. 55). Ce faisant, c’est bien le portrait d’un certain archaïsme que dresse l’auteur, notamment dans l’ouest du département, où la production ne suffit pas toujours à satisfaire les besoins (p. 76) et où la réforme du domaine congéable constitue un véritable séisme (p. 92). C’est là une question d’autant plus importante que le passage d’une « simple » crise frumentaire à une « révolte sociale » est relativement rapide (p. 55-57), ce qui en creux semble souligner l’efficacité de la politique menée par la République naissante lors de l’années 1870-1871.

Carte postale. Collection Musée de Bretagne : 993.0133.1159.
Carte postale. Collection Musée de Bretagne : 993.0133.1159.

Le titre de l’ouvrage de J. Martin le dévoile sans aucune ambiguïté, c’est bien d’un « triste XIXe siècle » dont il s’agit pour les Côtes-du-Nord. Assez répandue, cette idée nous semble néanmoins devoir appeler une observation et une nuance. Tout d’abord, il convient de passer outre les réalités statistiques fort bien rappelées par l’ouvrage pour essayer d’atteindre le cadre mental de cette population au XIXe siècle. Certes, les classes populaires comptent pour 73% des habitants de Saint-Brieuc, une ville qui en 1844 ne compte aucune machine à vapeur (p. 236). Mais le fait est que cette pauvreté semble tellement commune qu’elle paraît, en définitive, moins stigmatisée que ce qui en est alors jugé comme l’une des causes les plus détestables, à savoir l’oisiveté. Ce faisant, ce qui se trouve là en germes n’est ni plus ni moins que cette culture du travail, de l’obéissance et de l’effort qui, par bien des égards, permet de comprendre l’endurance des sociétés belligérantes pendant la Première Guerre mondiale[3].

Pour autant, et c’est là une nuance qu’il nous importe de proposer, sans doute faut-il passer outre cette idée d’un « triste XIXe siècle » pour retrouver l’agentivité des acteurs. J. Martin le dit d’ailleurs à propos des chiffonniers, les fameux pilhaouerien qui en réalité participent d’une filière industrielle du recyclage des textiles important par ailleurs de la laine jusqu’en Australie (p. 237). Il est d’ailleurs frappant de constater à quel point cet ouvrage bat en brèche l’idée – complaisamment relayée du reste par les identitaires pour des raisons politiques évidentes – d’un département isolé au XIXe siècle, comme vivant en vase clos. Non seulement les Côtes-du-Nord sont pleinement connectées au reste de l’hexagone – l’axe Brest-Paris revêtant une importance stratégique qu’il n’est sans doute pas utile de détailler ici – mais les preuves d’insertion dans les circuits transnationaux d’échanges sont nombreuses. Outre la Grande pêche à Terre-Neuve ou en Islande (p. 148 et suivantes), on peut mentionner l’importation en 1847 de froment en provenance de Dantzig et de pommes de terre aux États-Unis. Au Légué, à Saint-Brieuc, on importe au mitan du XIXe siècle du charbon anglais mais aussi du fer suédois (p. 175) tandis que certaines forges vont chercher du minerai jusqu’à Bilbao (p. 187) et du coke à Mons, en Belgique (p. 193). Déjà, dès le XVIIIe siècle, les toiles tissées dans le département, comme les fameuses Crées du Léon ou encore les Bretagne, conquièrent les marchés espagnols ou américains (p. 109), tandis que les producteurs de lin importent de graines de Baltique (p. 110). Au XIXe siècle, la proto-industrie toilière rencontre de grandes difficultés mais continue à exporter jusqu’au Pérou (p. 119) et, avant 1914, 80% du lin teillé dans le Trégor « étaient désormais expédiés dans le Nord, nettoyés à Courtrai, vendus en Irlande » (p. 137).

Le Légué, une interface portuaire ouvrant le département des Côtes-du-Nord sur le monde. Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 973.0033.116.
Le Légué, une interface portuaire ouvrant le département des Côtes-du-Nord sur le monde. Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 973.0033.116.

En revanche, le département apparaît comme peu ouvert au capitalisme financier, ce qui limite grandement les possibilités de développement, notamment dans le secteur agricole. Cette évolution ne doit d’ailleurs rien au hasard mais à une inflexion de l’Église, via notamment l’encyclique Rerum novarum qui, en 1891, « encourageait désormais clergé et fidèles à pratiquer un syndicalisme chrétien et un catholicisme social » (p. 102). Cette même réticence à la nouveauté se retrouve dans la filière toilière et J. Martin, à qui l’on doit des travaux importants sur le sujet, note que « du liniculteur au carreur, en passant par la fileuse, le tisserand et le blanchisseur, les pratiques de transformation, de fabrication et de blanchiment sont généralement restées les mêmes de 1550 à 1850 » (p. 123)[4].

Pourtant, l’auteur montre que les acteurs de la filière ne sont pas restés sans réagir face à une conjoncture devenue de plus en plus défavorable du fait de la concurrence irlandaise et de droits de douanes de plus en plus pénalisants mais concède que les tentatives de modernisation sont demeurées vaines. En d’autres termes, les habitants des Côtes-du-Nord ne sont pas rester sans rien faire face aux menaces qui pesaient sur leur leur source de revenu et leur outil de travail. Même si celui-ci n’est pas parvenu à retrouver son lustre d’antan, l’activité a survécu jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale (p. 136). Là encore, c’est d’agentivité qu’il s’agit même si le succès n’est pas toujours au rendez-vous. Il en est de même en ce qui concerne les individus faisant le choix de la carrière des armes, celle-ci étant certes dans bon nombre de cas synonyme d’émigration mais aussi de perspectives d’ascension sociale lié à un rang de sous-officier, voire même d’officier, ce sans bien entendu évoquer la solde afférente. Ajoutons d’ailleurs que les Côtes-du-Nord ne paraissent pas relever de ce point de vue d’un cas exceptionnel, comme le rappelait d’ailleurs il y a peu G. Soudjian à propos des soldats de la Sarthe pendant la guerre de 1870[5]. En d’autres termes, l’uniforme est également une réponse à la misère (p. 41).

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

C’est donc aussi sous l’angle d’une opportunité qu’il faut envisager les migrations bretonnes, et pour ce qui nous intéresse ici des Côtes-du-Nord, objets d’un passionnant chapitre qui appelle deux remarques. En premier lieu, et en ce qui concerne l’immigration en région parisienne, on nous permettra de regretter l’absence de monographies des 48e/248e RI et 71e/271e RI pendant la Première Guerre mondiale reposant sur l’exploitation intensive des fiches matricules de recrutement. On a en effet montré à partir de l’exemple du 47e RI combien cette source pouvait être utile dans le cadre d’une telle approche et il me semble qu’il y a là une voie qui mériterait d’être empruntée.

Seconde remarque qu’il convient de formuler, c’est combien le livre de J. Martin contribue à battre en brèche les clichés opportunément propagés par une vulgate mémorielle dont il importe de rappeler qu’elle est rarement dénuée d’arrière-pensées idéologiques. Non seulement le chemin de fer en particulier, et l’amélioration des voies de communication de manière générale, a facilité l’émigration (p. 250) mais celle-ci a pu être encouragée par la politique militaire, qu’il s’agisse de l’instauration du remplacement par la loi Jourdan (p. 251) ou de la politique étrangère agressive du Second Empire, celle-ci reposant sur une armée aux rangs fournis (p. 257). Mais c’est surtout quand il aborde l’émigration en Algérie de nombreux habitants des Côtes-du-Nord que J. Martin fait œuvre utile (p. 272-275). En effet, non seulement cette question est à ma connaissance peu abordée par l’historiographie mais elle heurte de plein fouet une certaine rhétorique identitaire qui, dans les années 1970, associe volontiers la péninsule armoricaine à un espace colonisé et l’Emsav au FLN. Encore une fois, l’histoire en tant que science vient montrer que la réalité est beaucoup plus complexe que ce que peuvent affirmer les usages politiques du passé.

Acton au porteur de la Société des abattoirs et conserves alimentaires du nord de l'Afrique: une autre manière d'interroger le rapport des Bretons et des Bretonnes au fait colonial. Collections Musée de Bretagne : 985.0074.34.
Acton au porteur de la Société des abattoirs et conserves alimentaires du nord de l’Afrique: une autre manière d’interroger le rapport des Bretons et des Bretonnes au fait colonial. Collections Musée de Bretagne : 985.0074.34.

Richement illustré et de surcroît agrémenté de nombreux tableaux et graphiques, ce livre constituera à n’en pas douter une référence assez incontournable à quiconque travaillera sur le département des Côtes-du-Nord au XIXe siècle. On pourra juste regretter que l’auteur s’en tienne à une classique histoire sociale et, ce faisant, néglige les apports, pourtant réels, des approches plus culturelles.


[1] Martin, Jean, Triste XIXe siècle pour les Côtes-du-Nord, Pabu, À l’ombre des mots, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Sur cette idée Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[3] Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[4] Martin, Jean, Toiles de Bretagne. La manufacture de Quintin, Uzel et Loudéac (1670-1830), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998.

[5] Soudjian, Guy, « Les Soldats du département de la Sarthe à la veille de la guerre de 1870-1871 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°128-4, 2021, p. 25-55.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 7 septembre). Une riche monographie départementale. Ar Brezel. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbpw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.