Une source qui oblige : le journal de guerre d’Henri Galli

Publié en mai 2022 aux Presses universitaires de Rennes, le Journal politique de la Grande Guerre d’Henri Galli compte parmi ces textes qui peuvent intimider : près de 1 800 pages et deux volumes d’une écriture dense, resserrée, saccadée[1]. On aurait pourtant tort de s’arrêter à cette première impression tant il s’agit-là d’une splendide archive, magnifiquement présentée dans un coffret de fort belle facture et réhaussée par un appareil critique de haute tenue – et puisant dans toutes les sensibilités historiographiques – devant, à l’évidence, beaucoup à l’historien P. Nivet. La publication de cette source, qui assurément fera date, est chose d’autant plus heureuse qu’en définitive elle oblige la discipline historique. Et c’est précisément sur quelques-unes de ces pistes que je souhaite revenir dans cette rapide recension.

Le premier intérêt – évident – du journal d’Henri Galli est de monter combien l’histoire politique de ce conflit est depuis longtemps chose négligée en France. On connaît certes les travaux de F. Bock sur le parlementarisme mais, outre que ceux-ci commencent à dater, on reconnaîtra sans peine qu’un livre aussi bon soit-il ne peut prétendre à lui seul faire le tour d’un si vaste sujet[2]. C’est donc une plongée dans les entrailles de l’Assemblée nationale, sans détour par Bordeaux puisqu’Henri Galli se refuse à quitter la capitale en 1914, que propose cette source. Mais le Palais Bourbon n’est pas le seul lieu de pouvoir visité cette archive. Du fait de sa proximité avec Raymond Poincaré, Henri Galli nous invite régulièrement à l’Élysée mais aussi au Conseil de Paris, au Gouvernement militaire ou encore au Conseil général de la Seine.

L’un des nombreux intérêts de cette source est de montrer le quotidien d’un parlementaire pendant la Première Guerre mondiale. On découvre bien entendu les nombreuses tractations de couloir inhérentes à la vie de député mais aussi, et c’est sans doute là chose plus originale, les permanences, dans le local de la rue du Petit-Musc, dans le 4e arrondissement.

Vue de la rue du Petit-Musc, à Paris, dans le 4e arrondissement, où Henri Galli a sa permanence parlementaire (carte postale, détail). Collection particulière.
Vue de la rue du Petit-Musc, à Paris, dans le 4e arrondissement, où Henri Galli a sa permanence parlementaire (carte postale, détail). Collection particulière.

On est néanmoins en droit – et même en devoir – de se demander en quoi cette source est représentative de la vie parlementaire française pendant la Première Guerre mondiale. Henri Galli n’est en effet pas un député ordinaire et quelques éléments doivent être soumis à la sagacité du lecteur afin qu’il puisse mieux contextualiser l’archive. Proche de Paul Déroulède et figure importante de la Ligue des Patriotes, il est un nationaliste exacerbé doublé d’un antisémite pathologique, ce qui ne l’empêche par ailleurs pas de siéger au sein du groupe de la gauche démocratique au sein de l’Assemblée. À l’en croire, le nationalisme constituerait une sorte de troisième voie, alternative modérée « aux extrêmes, au socialisme et [au] cléricalisme et [à] la réaction » (T1, p. 55). Henri Galli est un fervent républicain et l’on est d’ailleurs saisi par les nombreuses références à la Révolution française, et notamment à la Terreur, dans son journal. Certes, comme beaucoup, la guerre de 1870-1871 constitue un souvenir tellement présent, notamment en ce qui concerne le siège de Paris, qu’il n’est sans doute pas impossible de l’ériger en véritable élément d’une protoculture de guerre[3]. Mais cette archive montre que l’Année terrible n’est pas l’unique ferment de la culture de guerre qui s’exprime en 1914-1918 et combien celle-ci, en définitive, puise dans le mythe de l’an II et de la levée en masse. C’est d’ailleurs une dimension que l’on retrouve chez quelqu’un comme Robert Hertz, par exemple[4]. Élément supplémentaire qu’il faut également prendre en compte, Henri Galli est un antiparlementaire acharné qui ne cesse, à longueur de pages, de dénoncer le régime de la « parlote » et les « bavardages » de ses collègues députés. En juin 1914, il affirme ainsi que « le parlementarisme est bien un régime de mensonge » (T1, p. 87) et le déclanchement du conflit ne fait à ses yeux que renforcer cette idée. Le 5 juillet 1915, c’est la « race odieuse et néfaste des rhéteurs » qu’il dénonce (T1, p. 91). À ce titre, il voue une haine d’une férocité absolue à Joseph Caillaux qu’il érige volontiers en une sorte de figure « d’anti-France », et qu’il attaque dans son journal dès le 14 août 1914 (T1, p. 113), c’est-à-dire en pleine phase de concentration des troupes. Autres figures abhorrées, Jean Longuet et les Kienthaliens, ou encore Louis Malvy et Anatole de Monzie.

Autre élément qui singularise à n’en pas douter Henri Galli, la mort de pour la France son fils Robert, le 27 juillet 1915, au col de Wettstein en Alsace. Profondément éprouvé par cette perte, le député de Paris livre à cette occasion quelques pages bouleversantes qui, pour l’historien, sont particulièrement précieuses (T1, p. 448 et suivantes). En effet, loin de le pacifier, ce décès radicalise encore plus Henri Galli dans sa germanophobie et son désir ardent de « guerre à outrance », comme s’il fallait donner une signification à la mort du fils. Dans son schéma de pensée, ne pas abattre le « militarisme allemand » et ne pas récolter les lauriers de la Victoire serait rendre inutile le décès de Robert. C’est pour cela qu’à ses yeux toutes les propositions de paix, notamment les tractations de l’automne 1916, sont inacceptables. Sans doute y a-t-il d’ailleurs là un processus psychologique qui part bien des égards permet d’expliquer l’endurance des sociétés belligérantes, grille de lecture où les sacrifices consentis seraient considérés comme inutiles s’ils devaient aboutir à la défaite[5]. En mai 1918, alors que la situation est passablement critique sur le plan militaire pour les Alliés, il affirme : « faisons la guerre à outrance pour tuer la guerre et établir la paix inébranlable » (T2, p. 1497).

Le cimetière de Wettstein au Lingekopf, sans date. La Contemporaine : VAL GF 05/035.
Le cimetière de Wettstein au Lingekopf, sans date. La Contemporaine : VAL GF 05/035.

Aussi serait-il particulièrement injuste d’ériger Henri Galli en parlementaire inconscient des souffrances du temps. Bien au contraire, il y est d’autant plus sensible que ses deux fils sont au front, le premier y laissant même, on l’a dit, la vie. Il en résulte quelques formules aussi belles que signifiantes, comme en ce jour où il affirme que « pour les mères l’année 1914 restera l’année atroce » (T1, p. 230), allusion à peine voilée à l’Année terrible[6]. Invité à prendre part le 1er juillet 1916 à un Conseil de révision, il note (T1, p. 760) :

« Aujourd’hui, au conseil de révision, plusieurs centaines de jeunes gens des classes 14 à 17 ont défilé devant nous. Je ne pouvais chasser cette pensée que, pour un certain nombre d’entre eux, nous allions prononcer une sorte de condamnation à mort. »

Puis, se reprenant, il affirme dans la foulée : « Ils iront au feu de bon cœur ». Le 29 octobre 1916, terrible, il déplore : « Nous ne faisons pas assez œuvre de haine » (T1, p. 877).

Dès lors, c’est la question de la crédibilité de cette source qui se pose avec insistance. Peut-on en effet croire Henri Galli lorsqu’il affirme à propos des récupérés d’un Conseil de révision tenu le 25 mars 1917 (T2, p. 1053) :

« C’est pitié de les enlever à la vie civile et jamais, le militarisme allemand, qui impose de tels sacrifices, ne m’est apparu plus barbare. À aucune époque de l’humanité, avant que la Prusse ne fut maîtresse de l’Allemagne, on n’avait levé des conscrits âgés de plus de quarante ans, des chétifs et des malingres. Plusieurs ont insisté eux-mêmes pour être reconnus aptes. »

À la suite d’un Conseil de révision tenu le 5 février 1918, le député de Parus affirme que « les réformés et les ajournés étaient désolés » (T2, p. 1391). Certes, on connaît le poids du service armé sur la masculinité et cette définition de la virilité indexée sur le port de l’uniforme, réalité qui d’ailleurs n’apparaît pas avec la Grande Guerre[7]. Pour autant, accepter tout en bloc ces propos serait faire bien peu de cas des nombreuses résistances et accommodations à l’impôt du sang que l’historiographie a pu mettre en évidence, notamment à l’occasion des vifs débats des années 2000 sur le consentement patriotique. C’est donc bien la question de la fiabilité de la source qui se pose ici, comme lorsque le 26 juin 1917 le député de Paris annonce l’arrivée des Américains… à Brest (T2, p. 1169) ou que le 15 février 1918 il prend pour argent comptant une nouvelle qui a, en réalité, tout du bourrage de crâne (T2, p. 1403). C’est aussi la question de la permanence des représentations mentales de la Belle époque qui se pose ici, comme lorsqu’il évoque le 1er juillet 1918 « la vie saine du front » (T2, p. 1572).

Henri Galli, le 26 janvier 1913, prononce un discours à l'occasion d'une inauguration. Gallica / Bibliothèque nationale de France : Rol, 26321.
Henri Galli, le 26 janvier 1913, prononce un discours à l’occasion d’une inauguration. Gallica / Bibliothèque nationale de France : Rol, 26321.

Il n’en demeure pas moins que, malgré ces limites évidentes, la lecture du journal d’Henri Galli oblige tant on voit mal comment l’historiographie de la Grande Guerre, maintenant qu’elle dispose de cette source, peut encore se passer d’une analyse critique de l’idée d’Union sacrée. P. Nivet plaide d’ailleurs en ce sens et observe en introduction, et avec raison, que « l’abondant travail historiographique mené à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale n’a pas franchement comblé la lacune soulignée en 2008, l’histoire politique n’ayant pas été au cœur des centres d’intérêt des historiens » (p. 34). J’ai eu l’occasion de montrer récemment comment ce concept me semble relever de la posture patriotique, pour ne pas dire de l’incantation stratégique. Mais il est vrai que cet article portait sur l’été 1919[8]. Or ce que montre le journal d’Henri Galli, c’est combien l’idée d’Union sacrée ne résiste pas à l’analyse critique lorsqu’envisagée à propos de l’Assemblée nationale, et ce même dès l’été 1914.

En réalité, ce que met en évidence cette archive, c’est que la guerre ne change pas grand-chose aux lignes de fractures héritées de la Belle époque. Si celles-ci sont peut-être moins visibles, c’est avant tout du fait de la prééminence de l’actualité du conflit, pas parce qu’elles sont moins saillantes, bien au contraire. En témoignent les nombreuses allusions du député de Paris à l’affaire Dreyfus, un événement qui constitue un marqueur prégnant de son antisémitisme et de son nationalisme viscéral, mais aussi aux lois laïques de la Belle époque ou encore à l’affaire des fiches. En témoignent aussi un certain nombre de stéréotypes régionaux qui n’épargnent pas la Bretagne (T1, p. 70) mais surtout les méridionaux, vilipendés à longueur de pages[9]. En juin 1915, il va même jusqu’à évoquer à propos d’une séance à la Chambre « le 15e corps parlementaire » (T1, p. 405). Le 11 janvier 1917, il « constate qu’il y a désaccord aigu entre tous les pouvoirs publics y compris le chef de l’État » (T2, p. 987).

Les séances à l’Assemblée peuvent d’ailleurs se montrer passablement agitées et cette source n’est pas sans évoquer, à plusieurs reprises, des affrontements physiques entre députés. Le 17 juin 1916, c’est ainsi une gifle que reçoit un député radical de la part d’un collègue socialiste (T1, p. 736). 4 jours plus tard, c’est un incident de même nature qui perturbe une séance de comité secret (T1, p. 723). Le 11 décembre 1916, alors qu’à la tribune de l’Assemblée nationale, Pierre Brizon jette un verre d’eau à la figure d’Auguste Bouge et déclenche un véritable « pugilat » ayant entraîné une interruption d’une vingtaine de minutes de la séance (T1, p. 922). En mars 1917, le président de la Chambre, Paul Deschanel, est obligé à en croire Henri Galli de « descendre de la tribune sous les cris et sous les huées de la meute » (T.2, p. 1040). Le 29 juin 1917, c’est l’auteur lui-même qui en vient aux mains avec Alexandre Blanc, député socialiste du Vaucluse qualifié pour l’occasion « d’ivrogne » (T2, p. 1174). Si le pugilat est évité 13 novembre 1917 (T2, p. 1314), la tension est d’autant plus palpable en cet automne que des officiers assistent aux séances et n’hésitent pas à donner – vivement – de la voix (T2, p. 1328).

Séance à la Chambre, le 12 juin 1914. Henri Galli y assiste et note dans son journal (T1, p. 85) : "L'impression très nette qui se dégage pour moi de cette journée est que, dans le monde radical et parmi ces groupes, les seules questions qui comptent sont les plus misérables, celles de personne et de portefeuille". Gallica / Bibliothèque nationale de France : Rol, 39916.
Séance à la Chambre, le 12 juin 1914. Henri Galli y assiste et note dans son journal (T1, p. 85) : “L’impression très nette qui se dégage pour moi de cette journée est que, dans le monde radical et parmi ces groupes, les seules questions qui comptent sont les plus misérables, celles de personne et de portefeuille”. Gallica / Bibliothèque nationale de France : Rol, 39916.

Sans doute y a-t-il un biais de perception à la lecture de journal. C’est ainsi, par exemple, que le député de Paris note le 19 décembre 1917 : « je remarquais aujourd’hui dans la salle, que presque tous les sièges ornés de crêpes, ceux des députés tués à la guerre, sont à droite et au centre et que presque tous les bavards sont à l’extrême gauche » (T2, p. 1346). Pour autant, il n’en demeure pas moins qu’un certain nombre de faits relatés par l’auteur vont clairement à l’encontre d’idée d’Union sacrée. On pourrait ainsi évoquer cette séance du 18 janvier 1918 où après un coup de poing et un début d’empoignade un député sort, en pleine Assemblée nationale, un revolver (T2, p. 1376). Même le 11 novembre 1918 n’échappe pas aux divisions : « Lafont, Renaudel, Raffin-Dugens, Dalbiez et d’autres qui ne peuvent pas se consoler de la victoire essaient d’en diminuer l’éclat prodigieux » (T2, p. 1699).

Non seulement d’union il n’y a pas mais le journal d’Henri Galli est une magnifique source pour qui souhaite observer les dissensions au sein du haut commandement. La rivalité croissante entre Joffre et Gallieni est ainsi particulièrement prégnante dans ces pages, et visible dès le 13 septembre 1914 (T1, p. 145), de même que son hostilité envers Sarrail, un général radical et donc trop proche de Joseph Caillaux pour pouvoir être apprécié. À dire vrai, c’est à une histoire politique du militaire qu’invite cette archive qui permet de voir combien les généraux cultivent leurs réseaux : Robert Nivelle bien entendu mais aussi Philippe Pétain, Louis de Maud’huy, Henri Gouraud et Charles Mangin pour ne citer que quelques-uns des chefs qui apparaissent dans ce journal. C’est ainsi qu’Henri Galli remarque le 19 avril 1916 que « des clientèles se forment derrière certains généraux, quelque chose comme des partis militaires » (T1, p. 675). Un an plus tard, en mars 1917, il explique : « Dans les couloirs de la Chambre, l’homme de Pétain, celui qui reçoit ses confidences et qui se fait son avocat contre Nivelle est un ministre d’hier qui veut le redevenir demain : Painlevé » (T2, p. 1028). À n’en pas douter, il y a là une cartographie du pouvoir qui mériterait un beaucoup plus ample examen.

Autre point qu’invite à redécouvrir cette passionnante archive, l’affaire Louis Turmel, du nom de ce député de Loudéac retrouvé mort le 5 janvier 1919 à la prison de Fresnes alors qu’il était accusé d’intelligence avec l’ennemi. Là est la preuve, s’il en fallait du reste une, qu’en Bretagne aussi l’histoire politique a peu mobilisé pendant le centenaire[10]. Il y aurait pourtant beaucoup à connaître, tant du point de vue de la culpabilité ou non du parlementaire que des conséquences du scandale et de ce que celui-ci dit de cette année si trouble qu’est 1917[11].

Comme toute source de cette nature, le journal d’Henri Galli offre une galerie de portraits savoureux, certains mordants, d’autres sincèrement admiratifs, tous invitant au réexamen d’un certain nombre de grandes figures politiques de l’époque : on pense bien entendu à Clemenceau mais aussi à Aristide Briand, Louis Barthou, René Viviani ou encore à Paul Deschanel. Albert Thomas, qui bénéficie depuis quelques années des travaux d’A. Blaszkiewicz-Maison, n’apparaît malheureusement qu’à la portion congrue au fil de ces pages, même s’il se fait plus présent à partir de 1917[12].

Le député Albert Thomas à son bureau de travail (1913). Gallica / Bibliothèque nationale de France : Rol, 35038.
Le député Albert Thomas à son bureau de travail (1913). Gallica / Bibliothèque nationale de France : Rol, 35038.

Il y aurait encore beaucoup à dire à propos de cette archive passionnante qui intéressera à n’en pas douter quiconque travaille sur la séquence 1914-1918, et quelle que soit l’approche retenue. Le journal d’Henri Galli montre ainsi de manière absolument fascinante combien les parlementaires français sont tenus éloignés de la conduite du conflit sous Joffre (voir notamment T1, p. 135, 350) et le parlementaire confesse, le 24 août 1914, alors que se joue la bataille des frontières (T1., p. 120) :

« En réalité, personne ne sait rien. Les ministres eux-mêmes disent : nous sommes comme vous, nous attendons… »

Même une fois intégrée la Commission de l’armée, Henri Galli n’est pas mieux informé de la conduite des opérations en cours, ce qui motive d’ailleurs pour une large part les nombreux voyages qu’il effectue sur l’arrière-front. Ce faisant, se matérialise au fil de ces pages la distance sans cesse croissante qui sépare les poilus des civils. Mais, dans le même temps, on ne peut qu’être frappé par les nombreux bruits de couloir qui traversent l’Assemblée nationale et annoncent – avec raison – telle ou telle attaque, alliée mais aussi allemande, sur telle ou telle partie du front (T1, p. 627 quelques jours avant le 21 février 1916 par exemple). Un paradoxe qui dit combien est fascinante cette archive.


[1] Galli, Henri (édition présentée par Henri-Galli, Pascal et Nivet, Philippe), Journal politique de la Grande Guerre 1914-1918. La IIIe République sur le vif (2 volumes), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Bock, Fabienne, Un parlementarisme de guerre 1914-1919, Paris, Belin, 2002.

[3] Pour de plus amples éléments Le Gall, Erwan, « Eriger 1870 en fondement d’une protoculture de la Première Guerre mondiale : l’exemple breton », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°4, été 2014, en ligne.

[4] Mariot, Nicolas, Histoire d’un sacrifice. Robert, Alice et la guerre, Paris, Seuil, 2017.

[5] Le 7 août 1915 (T1, p. 451), Henri Galli écrit : « Non, les morts de nos héros ne sont pas inutiles ». Une semaine plus tard (T1, p. 461) : « Qui oserait parler de paix ? Nous ne voulons pas que les jeunes vies fauchées soient des sacrifices stériles ».

[6] Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[7] Roynette, Odile, « Bon pour le service », L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000.

[8] Le Gall, Erwan, « Le culte d’un saint comme outil politique du temps présent : la Grande Guerre de Vincent Ferrier », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°129-2, 2022, p. 127-147.

[9] Le Naour, Jean-Yves, Désunion nationale. La légende noire des soldats du midi, Paris, Vendémiaire, 2011.

[10] Citons toutefois Beyls, Pascal, L’affaire Turmel, juillet 1917-janvier 1919, Paris, Editions Christian, 2017, ouvrage paru à compte d’auteur dans l’anonymat le plus complet chez un éditeur spécialisé dans la généalogie.

[11] Barey, Morgane et Bourcart, Jean (dir.), 1917. L’année trouble, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.

[12] Voir notamment Blaszkiewicz-Maison, Adeline, Albert Thomas. Le socialisme en guerre 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 31 août). Une source qui oblige : le journal de guerre d’Henri Galli. Ar Brezel. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbpv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.