Une ruée qui conserve encore bien des mystères

Robert Desaubliaux ne compte assurément pas parmi les plus célèbres écrivains combattants de la Grande Guerre. Pourtant, ses carnets publiés en 1919, et réédités en 2005 aux Presses de la Renaissance, n’en sont pas moins d’un grand intérêt même s’il s’agit là d’une source difficile d’emploi[1]. Né en 1890 à Paris, dans le 7e arrondissement, et élève de l’Institut agronomique au moment de son passage devant le Conseil de révision, il est le fils d’un commissaire-priseur et appartient, à l’évidence, aux strates les mieux dotées en capitaux sociaux, symboliques, économiques et culturels[2]. C’est donc avec une certaine suspicion que l’on est tenté de recevoir les dialogues entre poilus qu’il reproduit consciencieusement dans les tranchées : si l’observation participante d’un ethnologue des premières lignes n’est pas à exclure, la recherche d’un effet littéraire n’est pas non plus à éliminer, de même qu’un regard socialement connoté sur « le peuple ». Pourtant, chose étonnante, Jean Norton Cru, dont on connaît la rigueur à ce propos, se révèle particulièrement bienveillant à l’égard de ce texte[3].

Il est vrai que celui-ci ne manque pas de qualités. Pêle-mêle, mentionnons les angoisses de ce jeune homme bien né devenu officier par rapport au rang qui est censément le sien, et qu’il faut savoir tenir, ou encore une description particulièrement intéressante de la vie d’un cuirassier devenu, à sa demande et à la faveur de l’enlisement du conflit dans les tranchées, fantassin. Autre point qui mérite d’être signalé, les antagonismes de corps au sein de l’armée française, tout particulièrement entre cuirassiers et chasseurs puis entre fantassins et cavaliers. Il y a là une source précieuse pour qui s’intéresserait à cette question qui, soulignons-le, mériterait une étude poussée.

Le 11e Cuirassiers à la manoeuvre, carte postale. Collection particulière.

Le lecteur intéressé par la Bretagne et ce qui s’y rapporte, de près ou de loin, trouvera également matière à intérêt dans ce volume qu’on ne saurait trop conseiller. Sous-officier au 11e régiment de Cuirassiers, Robert Desaugliaux participe à la bataille de l’Yser et combat dans des parages bien connus : Langemark, Poperinghe et surtout Dixmude. Pourtant, il faut attendre sous sa plume près de deux mois pour croiser un fusilier-marin alors que ceux-ci, objets d’une littérature particulièrement abondante, constituent habituellement la porte d’entrée privilégiée de cet épisode de la Grande Guerre. Utile contre-point donc que cet ouvrage qui permet d’ailleurs, dans la veine des travaux très neufs des historiens J.-C. Fichou et Y. Lagadec, de dresser de fertiles parallèles[4]. On ne saurait donc que conseiller la lecture de ce témoignage qui, relativement méconnu puisqu’il ne compte pas parmi les 500 témoins recensés par R. Cazals à la veille du centenaire[5], intéressera toute personne travaillant sur la Grande Guerre. Bien écrit, même s’il s’agit là d’une dimension qui échappe pour une très large part à notre domaine d’expertise, ce texte mérite d’être étudié même si son emploi au rang de source pourra poser, on l’a dit, certaines difficultés. Outre les éléments mentionnés plus haut, la perte du journal des marches et opérations du 11e régiment de cuirassiers vient grandement complexifier la chose. Le croisement des archives s’avère en effet particulièrement délicat et il n’est pour l’heure pas possible d’identifier le capitaine de Kermorgan, individu dont on ignore le prénom et auquel Robert Desaubliaux fait plusieurs fois référence dans son carnet. Probablement s’agit-il d’un breton, peut-être même d’un finistérien ; mais force est de constater que nous sommes, pour l’heure, obliger d’en rester au stade des supputations.


[1] Desaubliaux, Robert, La Ruée. Journal d’un poilu, Paris, Presses de la Renaissance, 2005. Volume publié en 1919 chez Bloud & Gay Editeurs sous le titre La Ruée. Etapes d’un combattant.

[2] Arch. mun. Paris : D4R1 1568.2659 et V4E 5990, acte 655.

[3] Norton Cru, Jean, Témoins : essai d’analyse et de critique des souvenirs de combattants édités, Cressé, PRNG Editions, 2016, p. 105-107.

[4] Fichou, Jean-Christophe, « Les Pompons rouges à Dixmude : l’envers d’une légende », Guerres mondiales et conflits contemporains, n°240, 2010, p. 6-21 et « La bataille de Dixmude (octobre-novembre-décembre 1914) : une bataille bretonne ? », in Le Page, Dominique (dir.), 11 batailles qui ont fait la Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2015, p. 264-299 ; Lagadec, Yann, Un fusilier marin breton à Dixmude : le carnet de Lucien Richomme (août 1914 – février 1915), Pabu, A l’ombre des mots, 2018 ainsi que, du même auteur, la préface de Le Goffic, Charles, Bourguignottes et pompons rouges suivi de Dimxude : un chapitre de l’histoire des fusiliers marins, Pabu, A l’ombre des mots, 2018.

[5] Cazals, Rémy (dir.), 500 témoins de la Grande Guerre, sl, Editions Midi-Pyrénéennes/EDHISTO, 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.