Georges Pompidou au prisme de l’histoire militaire

Les boites à livres devraient être reconnues d’utilité publique en ce qu’elles permettent d’avoir l’attention attirée vers des ouvrages que l’on aurait, en d’autres circonstances, jamais eu l’idée de feuilleter. Et encore moins de lire. Tel est le cas de cette biographie de Georges Pompidou – homme politique dont les liens avec la Bretagne sont bien connus, qu’il s’agisse de villégiature estivale ou de sa proximité avec Olivier Guichard. Œuvre du journaliste P. Rouanet, ce volume est publié en 1969 et, à l’évidence, est préparé dans la perspective de la succession du général de Gaulle[1].

                Objet éditorial non identifié

Le contexte dans lequel est rédigé ce livre n’est d’ailleurs pas sans induire un certain nombre de difficultés puisqu’en définitive on ne sait au juste jamais si l’on est en présence d’une biographie à prétention historique ou d’un outil au service de la candidature de Georges Pompidou, l’un n’étant du reste, du point de vue de l’auteur tout du moins, pas exclusif de l’autre. Mais inutile de préserver inutilement le suspens : le propos du biographe est particulièrement bienveillant et, au bout de ces quelques 300 pages de texte, on est bien en peine de trouver le moindre reproche formulé à l’endroit de l’emblématique Premier ministre du général de Gaulle. Ajoutons qu’il s’agit d’une œuvre de journaliste, de ce journalisme que nous avouons sans fard ne pas trop goûter lorsque la plume se retranche derrière le sacro-saint « secret des sources ». C’est là l’antithèse de l’histoire, discipline qui entend au contraire, et c’est là tout son honneur, assurer la traçabilité du moindre élément avancé par un auteur : les formules telles que « un collaborateur quotidien » (p. 123), « un témoin amical de longue date » (p. 148) et autres « un intime » (p. 169) pour attribuer une citation sont très rapidement très pénibles.

Georges Pompidou à Pontivy, sans date. Musée de Bretagne: 986.0028.1434.
Georges Pompidou à Pontivy, sans date. Musée de Bretagne: 986.0028.1434.

Cette biographie de P. Rouanet n’est d’ailleurs pas ce que l’on pourrait appeler un livre facile à lire. Certes, l’auteur a, à plusieurs reprises, le sens de la formule. Ainsi à propos des années 1930, « époque où Polytechnique n’a pas encore tout à fait déserté l’artillerie pour régner sur les techniques » (p. 39). Théorisant de manière originale le « gaullisme historique » de 1940 et le « gaullisme ambigu » de 1958, il dresse habilement ce constat (p. 95) :

« En septembre 1962, M. Pompidou a ouvert la carrière à la seconde génération du gaullisme, le gaullisme politique. Et il s’est arrogé le titre de compagnon n°1 dans la génération n°2. »

Viendra ensuite, selon un bon mot emprunté à la grande plume du Monde Pierre Viansson-Ponté, le moment du « gaullisme successoral » (p. 180). Revenant sur la répartition des rôles, en matière de politique extérieure, entre Georges Pompidou et Charles de Gaulle, P. Rouanet évoque pour le Premier ministre « une diplomatie de voyageur de commerce, le président de la République se réservant les secteurs de la diplomatie de prophète » (p. 209).

Pour autant, en dehors de ces quelques éclats, le style est volontiers ampoulé, parfois lourd, et pour tout dire assez daté. Là est d’ailleurs un point particulièrement savoureux de l’ouvrage. Décrivant un monde politique révolu, il distille comme par mégarde certaines codes forts instructifs, comme dans cette description de « Mlle Mauric », femme employée par la banque Rothschild : « C’est une secrétaire mais de toute confiance : par exemple c’est elle qui, sans vaine trace comptable, porte dans les partis et autres bonnes œuvres les générosités de MM. de Rothschild » (p. 54).

                Georges Pompidou et le fait militaire

Mais c’est par quelques allusions au domaine militaire, dans tout ce que cette acception peut avoir de plus large, que cet ouvrage mérite d’être lu pour qui s’intéresseà l’histoirede la guerre. Ainsi, au plus fort de la crise de 1968, alors que le général de Gaulle est à Baden-Baden[2] et que la question de l’emploi de troupes se pose pour rétablir l’ordre, le livre rappelle toutes les implications d’une telle décision sur le plan géostratégique. En effet, P. Rouanet explique que ce redéploiement des forces conduirait mécaniquement au transfert en France d’unités stationnées en Allemagne de l’Ouest. Or, le 28 mai 1968, le général Massu aurait à l’en croire obtenu des Soviétiques l’assurance que « l’URSS n’appuierait pas sur le point faible de la défense occidentale » (p. 242). Reste à savoir si la menace d’une attaque au sol était alors la plus sensible…

Georges Pompidou lors d'une visite officielle à Brest, en 1971. Musée de Bretagne: 986.0028.44538.
Georges Pompidou lors d’une visite officielle à Brest, en 1971. Musée de Bretagne: 986.0028.44538.

Intéressant est également le portrait que dresse P. Rouanet de Georges Pompidou, et de sa trajectoire politique pour le moins éloignée du fait militaire – si ce n’est une campagne de 1940 effectuée sans éclat particulier au 141e régiment d’infanterie alpine (p. 43). A l’évidence, le futur Président de la République n’est pas un « fana mili » comme avait pu l’être, par exemple, Jacques Chirac, que l’on croise subrepticement – ainsi qu’Edouard Balladur – à plusieurs reprises dans l’ouvrage. Mais cet appétit très modéré pour le kaki n’en empêche pas moins un sens tactique particulièrement acéré (p. 22) :

« 1944 : il ignore la Résistance active en un temps où tout le monde pense qu’il faudra en avoir été pour tenir une place politique. Il dédaigne – ce qui est bien plus rare encore – de se procurer le moindre certificat d’héroïsme. Tout le monde se met en chasse d’une place la veille de la Libération. Lui le lendemain. Et il se retrouve dans le cabinet du général de Gaulle, quand les autres sont encore à jouer des coudes pour figurer sur une photo aux côtés du Libérateur. […] L’affaire algérienne ? Dès 1958 tous les gaullistes tiennent en postulat que de Gaulle est venu pour s’occuper de l’Algérie. Pompidou laisse passer le temps de s’en mêler. Pendant ce temps Debré se brûle les ailes – et presque la cervelle – à l’Algérie française. Louis Joxe se fait en revanche, et d’ailleurs sans entrain, le grand homme des accords d’Evian. Quand la politique d’Evian l’emporte, on croit voir en lui le dauphin. C’est Pompidou qu’on installe à Matignon, précisément parce qu’à l’heure de tourner la page aucun camp ne peut lui en vouloir. »

Cette biographie de Georges Pompidou par P. Rouanet pose donc, sans que ce soit par ailleurs en aucun cas son intention, la question de l’expérience de guerre – dans tout ce que cette expression peut désigner, c’est-à-dire une quantité invraisemblable de réalités différentes – en tant que capital politique. En d’autres pages, nous avons montré comment, pour les candidats aux élections législatives de 1936 en Ille-et-Vilaine, la croix de guerre acquise dans les tranchées est un gage politique quasi indispensable[3]. Mais en 1969, la donne est manifestement différente. Pire, P. Rouanet avance : « A vingt-cinq ans de distance, dans le secret de l’isoloir, rien ne prouve plus que la médaille de la Résistance soit un atout électoral » (p. 46)[4]. La rupture de 1962, de cette guerre d’Algérie qui n’en a pas encore le nom et, plus largement, d’une citoyenneté qui s’indexe de moins en moins sur le treillis et de plus en plus sur l’urne, a à l’évidence largement à voir ici.


[1] Rouanet, Pierre, Pompidou, Paris, Editions Bernard Grasset, 1969. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Notons que l’auteur place ce départ sur le même plan que celui pour Londres en 1940. A l’en croire, « de Gaulle obéit au réflexe d’un bon officier des chars : la hantise de l’encerclement » (p. 247).

[3] Le Gall, Erwan, « Unis comme au front (populaire) ? Les anciens combattants d’Ille-et-Vilaine et le scrutin du printemps 1936 », in Le Gall, Erwan et Prigent, François (dir.), C’était 1936, Le Front populaire vu de Bretagne, Rennes, Editions Goater, 2016, p. 256-285.

[4] P. Rouanet semble même suggérer, d’une certaine manière, l’inverse en usant de termes qui sont tous sauf neutres et disent bien la distance toute relative de l’auteur avec son sujet (p. 104) : « Deux après l’exode d’Algérie, M. Pompidou a fermé le ministère des Rapatriés ; cinquante ans après l’armistice de 1918, il gardait auprès de lui un ministère des Anciens Combattants. Le général de Gaulle éprouvait la hantise de voir de nouveau s’enkyster au sein de la nation un corps différencié, plus ou moins figé artificiellement dans son particularisme ». Là est toutefois un point qui mériterait de plus amples investigations.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.