A Vannes, rue de la Monnaie. Carte postale (détail), collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6063.

Quelques prix relevés sur les marchés bretons de l’Année terrible

Chacun le sait, la presse est une archive d’une incomparable richesse. Même en période de conflit, où elle est d’autant moins libre qu’elle doit bien souvent faire face à des restrictions de papier, elle est une source incontournable. Parmi les nombreuses rubriques qui s’offrent à la sagacité historienne, une, à première vue parfaitement anodine et indigne d’intérêt, a attiré mon attention : la mercuriale, à savoir le relevé des cours des denrées vendues sur les marchés. Présentes relativement régulièrement tout au long de la période, ces données autorisent d’intéressantes réflexions sur le coût de la vie dans la péninsule armoricaine au cours de l’Année terrible[1].

Mais avant d’entrer dans le vif de ce sujet, il convient, comme à l’habitude, de soulever quelques points de méthode. En premier lieu, se pose la question de la fiabilité de ces données. Si ces mercuriales donnent un cours officiel, ce qui semble constituer un certain gage de sérieux, il n’en demeure pas moins que ces chiffres peinent à l’évidence à rendre compte d’un certain nombre d’échanges qui, relevant d’une économie plus ou moins souterraine, s’effectuent à des cours probablement très différents. Pour le dire autrement, tout ce qui relève du marché noir et de trafics plus ou moins illicite sort du périmètre de ces données. Il faudrait également dire quelques mots des nécessaires erreurs de saisie et/ou omissions inhérentes à ce type de recherche. Il s’agit-là d’un impondérable qui me paraît toutefois pouvoir être corrigé par la taille du corpus : plus la quantité de données saisie est importante, plus la masse critique d’informations me paraît garantir l’enquête contre les biais pouvant résulter de telles erreurs.

Scène de marché. Dessin de Malo Renault, sans date. Collections Musée de Bretagne : 991.0178.27.
Scène de marché. Dessin de Malo Renault, sans date. Collections Musée de Bretagne : 991.0178.27.

Les prix saisis ne sont pas toujours évidents à exploiter. Il est par exemple difficile de distinguer le sarrazin du blé noir[2]. Mais le fait est que les deux produits sont différenciés dans la presse, ce qui m’a conduit à prendre en compte cette distinction même si, pour être honnête, je ne sais pas trop quoi en faire. En revanche, tous les journaux ne distinguent par les types de pain, comme Le Journal de l’arrondissement de Loudéac, qui donne les prix des pains de froment et de seigle. De même, la qualité des produits – réalité influant bien entendu sur les prix – n’est pas toujours indiquée, notamment en ce qui concerne le froment. Quand Le Dinannais en distingue trois types, L’Abeille de Lorient n’en prend qu’un en considération, sans compter que le tonnage diffère. On comprend dans ces conditions aisément toutes les difficultés qu’il y a à produire des analyses comparatives.

Dans le journal Les Côtes-du-Nord, les prix pratiqués sur le marché de Saint-Brieuc sont indiqués sans indication de volume, ce qui fragilise inéluctablement toute tentative de comparaison. Quand les volumes pris en considération varient et sont indiqués, il est bien entendu toujours possible d’opérer des calculs afin de permettre des comparaisons. Mais, là encore, les données ne sont peut-être pas sans comporter quelques biais. En effet, dans quelle mesure le prix des 100kg de beurre que donne la mercuriale de Dinan ne renvoie-t-il pas à un prix de gros, sans commune mesure avec celui de détail ? Ceci pourrait du reste expliquer que le prix du beurre est singulièrement moins élevé dans la sous-préfecture des Côtes-du-Nord que dans le reste de la Bretagne. Mais est-ce réellement ce que paye le « consommateur » pour se procurer une livre du précieux produit ?

Prix des 500 grammes de beurre, 30 juin 1870 – 15 février 1871.
Prix des 500 grammes de beurre, 30 juin 1870 – 15 février 1871.

Certains tarifs demeurent d’ailleurs difficilement compréhensibles. Ainsi, la « revue commerciale » publiée le 24 décembre 1870 par le Courrier de Rennes évoque un volume « d’affaires nulles » : « Même prix que la semaine dernière ; offres en blé assez abondantes ; peu d’acheteurs »[3]. Or l’on sait que le chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine est alors absolument submergé par les flux de soldats, militaires fuyant l’avancée allemande ou évacués du camp de Conlie. En conséquence, la demande est selon toute vraisemblance en très forte hausse et si l’on veut bien admettre que du fait des « offres en blé assez abondantes » le marché trouve un certain équilibre, on a du mal en revanche à comprendre ce « peu d’acheteurs » évoqué par ce journal. Certains trous dans la documentation sont difficiles à interpréter et laissent, pour tout dire, perplexe. Ainsi, le Courrier de Rennes ne donne aucun prix pour les cours du foin et du colza aux Lices le 24 septembre 1870 : est-ce à dire qu’il n’y a pas de marché faute de produit ou juste que le tarif n’a pas été consigné ?

Certaines données sont enfin inexploitables à l’instar de celles, pourtant très complètes, de L’Ami de la Vérité, un hebdomadaire nantais. En effet les mercuriales donnent le « dernier cours », mais sans préciser la date, qui ne permet pas de les ajouter à la base de données[4].

Des journaux peuvent par ailleurs donner des prix légèrement différents pour un même produit, comme en ce qui concerne le froment vendu à Saint-Brieuc le 30 juillet 1870 : alors que Les Côtes-du-Nord et L’Indépendance bretonne indiquent un prix de 26F les 100kg, Le Phare de la Loire donne un cours moins élevé de 2F. Là n’est pas un exemple unique comme le rappelle le prix du froment sur ce même marché de Saint-Brieuc le 9 juillet 1870, denrée évaluée dans deux éditions des Côtes-du-Nord à deux prix différents : 28, 50 et 29F les 100 kg[5]. Certes, la différence est relativement minime, ce d’autant plus que c’est bien sur une tendance longue qu’il faut appréhender ces données[6] . Pour autant, ceci me semble dire une certaine fragilité de la source, et dans le même temps la prudence qui doit être celle de l’historien. Néanmoins, le tableau ne doit pas être noirci à outrance et il convient de souligner que, toujours en ce qui concerne ce marché de Saint-Brieuc, les prix relevés par Les Côtes-du-Nord et L’Indépendance bretonne concordent la plupart du temps parfaitement. Rappelons de surcroît que pour produire cette série, il est nécessaire, du fait des lacunes de la documentation, de croiser ces deux sources, ce qui rappelle combien il s’agit là de données construites, dont la forge est le premier travail de l’historien.

Rien ne dit d’ailleurs que cette question des prix, qui nous intéresse ici, focalise grandement l’attention des lecteurs. Certes, en 1870-1871 comme aujourd’hui, le pouvoir d’achat est une donnée d’autant plus essentielle que la mémoire des « accapareurs » est bien présente dans les consciences. Dans son édition du 5 juillet 1870, Le Dinannais s’interroge ainsi sur l’augmentation « subite de trois centimes par kilogramme » du pain, augmentation jugée « très sensible » et « inexplicable à quelques-uns », pour ensuite publier le courrier d’un lecteur interrogeant la non-répercussion de la chute des cours du bétail, du fait du manque d’herbe et de fourrage contraignant les éleveurs à vendre leurs bêtes faute de pouvoir les nourrir, sur les tarifs de la viande de boucherie[7]. Le Journal de Vannes publie à la même période un propos de son confrère le Journal de Rennes laissant entendre que cette question se pose également en Ille-et-Vilaine, et donc en Morbihan[8]. Mais le fait est que quand Les Côtes-du-Nord réduisent à l’automne 1870 leur pagination de 4 à 2 pages, la rubrique rendant compte des prix du marché de Saint-Brieuc est passée par pertes et fracas sans que, visiblement, personne ne s’en émeuve outre-mesure.

Carte postale. Collections Musée de Bretagne: 980.0052.3.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne: 980.0052.3.

Il est vrai que les prix indiqués ne sont la plupart du temps que ceux de marchés que l’on qualifiera d’urbains, à savoir se déroulant dans des chefs-lieux de département ou d’arrondissement. Or non seulement la Bretagne de 1870 est essentiellement rurale mais on sait que les prix pratiqués en campagne ne sont pas ceux des villes. Le lecteur du Dinannais évoqué plus haut l’explique du reste de manière fort claire :

« Comment se fait-il qu’à Dinan – comme dans la plupart des villes voisines du reste – le consommateur ne ressente pas l’abaissement du prix du bétail ? À la campagne, nous sommes, sous ce rapport, mieux traités que vous. Ici, dans le petit bourg que j’habite, la viande, qui se vendait soixante et soixante-cinq centimes le kilogramme, est tombée subitement à trente-cinq et quarante centimes, et des cultivateurs, qui, ne trouvant point une défaite facile de leurs veaux, ont pris le parti de les tuer et d’en débiter la viande, la donnent journellement à trente centimes. »[9]

Il convient donc de nuancer avec d’autant plus de fermeté les prix relevés sur ces marchés urbains que les économies rurales sont encore très démonétisées et sans doute beaucoup moins sensibles à ces fluctuations tarifaires. Non seulement l’autosubsistance est pour beaucoup la règle mais les produits s’échangent régulièrement contre d’autres, sans transaction monétaire.

Il n’en demeure pas moins que pour être saisis à leurs justes mesures, ces tarifs doivent être resitués dans le cadre du coût général de la vie. À la veille du conflit, il en coûte entre 0,50 et 1F pour envoyer un télégramme ordinaire sur le territoire français, 3F pour joindre Bruxelles, Cologne ou Berne, 4F Londres, Berlin ou Florence et 8 pour Stockholm[10]. En septembre 1870, alors que la demande est forte du fait de la mobilisation de la garde nationale et de la pénurie d’effets d’habillement, il en coûte au minimum 17,50 F pour une tunique d’uniforme, 13F pour un pantalon, à la bien nommée Maison des cent mille paletots sise place Graslin, à Nantes[11]. Un artisan de la rue des Arts propose pour sa part « moyennant la somme de 7,50F, compris ceinturon, giberne, porte-baïonnette en cuir noir » ainsi que des « plaques en métal blanc aux armes de la ville de Nantes » pour équiper les membres de la Garde nationale sédentaire[12]. Aux Magasins de la ville de Paris, au 4, rue Louis-Philippe à Rennes, il en coûte 49,00F pour une tunique et un pantalon en drap d’uniforme ordinaire, 65F pour cet ensemble en drap supérieur et 84F en drap d’officier. Au Métayer fringant, commerce situé au 7, rue de Nemours, le prix du képi varie de 2,25 à 3F suivant qu’il soit destiné à un homme du rang, à un sous-officier ou un officier[13]. Une part importante des opérations de la guerre de 1870-1871 ayant lieu en automne et en hiver, que l’on sait d’ailleurs très rude cette année-là, il importe de prendre en compte le coût du chauffage. En novembre 1870, il en coûte 3,40F pour disposer de 2 sacs de 50kg de gaillettes de charbon de Cardiff à faire bruler en cheminée[14]. Signe d’une massification en cours de la culture, la presse devient en revanche de moins en moins onéreuse : 0,10 F pour un numéro du Phare du Morbihan ou de L’Abeille de Lorient en 1871, 0,20 pour le Journal de Vannes, un bi-hebdomadaire[15].

Carte postale. Collection Musée de Bretagne : 995.0008.22.
Carte postale. Collection Musée de Bretagne : 995.0008.22.

Dans le même temps, un certain nombre de données chiffrées permettent de se faire une idée des salaires, même si la Bretagne reste pour une certaine part dans l’angle mort des connaissances. G. Renaud indique ainsi qu’en 1860, une femme de ménage à Paris gagne 0,17F de l’heure et que « en 1870, tous les salaires avaient subi une hausse de plus d’un dixième ». Ainsi le salaire moyen d’un homme s’élève-t-il à 3,69F par jour, contre 1,75F pour une femme, situation qu’il juge être « d’une médiocrité désespérante » mais qui semblerait toutefois être meilleure qu’en province[16]. Cette appréciation paraît devoir être confirmée par Le Phare de la Loire qui, au cours des années 1870-1871, fait état de salaires plus bas que ceux pratiqués dans la capitale. En mars 1870, un mineur de La Motte d’Aveillans, dans l’Isère, gagne ainsi 3F par jour[17]. En juillet 1870, les ouvriers charrons nantais se mettent en grève et réclament « une augmentation de 5 centimes par heure de travail, qui est payée à l’heure qu’il est de 30 à 45 centimes »[18]. En octobre 1871, un « allumeur de réverbère » est payé à Bruxelles 2,20F par jour[19]. A la même époque, dans les fabriques de sucre autrichiennes, le salaire journalier oscille entre 0,55 et 6,60F[20].

Ces chiffres disent avant tout l’écart des inégalités sociales qui peuvent prévaloir en ce XIXe siècle.Professeur de mathématiques au collège public d’Auray, Pierre-Louis Béchet perçoit ainsi un traitement de 1 200F par an[21]. Cette somme est à mettre en perspective avec le décret publié le 31 juillet 1870 au Journal officiel et qui annonce, à la date du 1er janvier 1871, une hausse à 700F du traitement minimum d’un instituteur primaire public comptant cinq années de services[22]. Précisons du reste que l’avènement de la République ne change rien à ce constat. La mairie de Brest ouvre par exemple en février 1871 une place d’employé d’octroi pourvue d’un traitement de 976F, somme à laquelle s’ajoute « des gratifications et remises »[23]. A titre de comparaison, rappelons que le traitement de l’archevêque d’Albi au titre du 4e trimestre 1870 s’élève à 5 000F, montant que le prélat verse d’ailleurs intégralement « au profit des prisonniers français » : un geste qui dit combien le clergé rejoint la mobilisation patriotique et ce en dépit de la question des états pontificaux[24]. Le président de l’Assemblée nationale, Jules Grévy, perçoit pour sa part 63 000F, les questeurs de la Chambre 23 625F[25]. Lors de leur incorporation, les gardes mobiles touchent une prime d’1 franc, somme qui n’est parfois pas sans être réglée avec difficulté par l’institution militaire[26]. A partir du 9 septembre 1870, la solde quotidienne est portée à 1,50F[27].

Fragiles et devant être considérées avec prudence, les données des mercuriales publiées par la presse semblent toutefois autoriser quelques comparaisons avec d’autres espaces que la péninsule armoricaine, à commencer par la capitale assiégée. Notons d’ailleurs que la lecture rapprochée de la presse bretonne donne déjà quelques informations à ce propos. Ainsi, dans son édition du 2 octobre 1870, Le Dinannais affirme, en reprenant une information publiée par L’Avenir, que le beurre s’y échange alors à 672F les 100kg, contre 184,50 à Dinan deux semaines plus tôt[28].

Mercuriale de La Villette d’après Le Phare de la Loire, 30 juin – 15 septembre 1870.
Mercuriale de La Villette d’après Le Phare de la Loire, 30 juin – 15 septembre 1870.

De ce point de vue, Le Phare de la Loire, qui donne les cours de La Villette, est extrêmement précieux, même si la publication de la mercuriale prend fin à la mi-septembre 1870, alors que débute le siège de Paris. De ces données peuvent toutefois être tirés quelques enseignements fort intéressants. En effet, c’est bien une grande stabilité des prix qui émane de cette courte période, pourtant riche en événements. Pour le dire autrement, ni la déclaration de guerre, ni Sedan, ni la chute de l’Empire ni la proclamation de la République n’enflamment les cours. D’ailleurs, un produit comme le veau de première qualité, s’il connaît une certaine hausse pendant les mois de juillet et d’août, se vend finalement moins cher le 12 septembre 1870 que le 30 juin : 1,55F le kilogramme contre 1,65F. Bien évidemment, le siège de la capitale vient rompre cet équilibre et l’on assiste, à partir de là, à une véritable flambée des prix.

Produit 1869 1870
Pommes de terre, le décalitre 1,00 20,00
Oignons, le litre 0,4 4,00
Betterave, le kilo 0,2 1,00
Huile d’olive, le kilo 4,00 10,00
Lait, le litre 0,3 2,00
Beurre frais, le kilo 6,00 70,00
Œufs frais, la pièce 0,15 2,00
Graisse de bœuf, le kilo 1,20 4,00
Graisse de cheval, le kilo 1,00 6,00
Tête de bœuf, le kilo 0,60 2,50
Lapins 3,00 30,00
Pigeons 1,60 20,00
Poulets 6,00 55,00
Oies 7,00 80,00
Dindons 8,00 90,00
« Cours des principales denrées alimentaires, relevé dans la seconde quinzaine de décembre 1870 pendant le siège de Paris, comparé avec le prix moyen de ces mêmes denrées en 1869 », données publiées le 17 janvier 1871 par Le Phare de la Loire qui précise : « sans compter certains objets comestibles qui manquent totalement aujourd’hui et dont les prix fabuleux dépassent toute proportion ».

Le cours de l’avoine sur les marchés de Lamballe, Saint-Brieuc, Dinan, Hennebont, La Guerche, Rennes, Lannion et Loudéac tendant à montrer que les prix sont également insensibles, dans la péninsule armoricaine, aux secousses sismiques militaires et institutionnelles qui frappent le pays. Si l’on observe çà et là quelques disparités, c’est bien une tendance générale à la baisse des prix qui émane de ces données. Seul le marché d’Hennebont semble devoir faire exception à ce constat, sans que la moindre explication à cet état de fait puisse du reste être avancée.

Cours des 100kg d’avoine, 30 juin 1870 – 15 février 1871.
Cours des 100kg d’avoine, 30 juin 1870 – 15 février 1871.

Si les données du marché de Talensac, à Nantes, et des Lices, à Rennes, font apparaître, en ce qui concerne le prix de la douzaine d’œufs, une tendance à la hausse sur la période allant du 30 juin 1870 au 15 février 1871, la courbe doit être analysée au prisme de deux réalités qu’il convient d’avoir en tête, sous peine d’erreurs d’interprétation. La première concerne la variété saisonnière des cours, fluctuation qui n’a bien entendu rien à voir avec les événements politiques et militaire. En revanche, et c’est là un deuxième point qu’il est nécessaire de prendre en compte, il importe de se rappeler que jamais la Cité des Ducs n’est confrontée à l’afflux de soldats réfugiés de Conlie ou du Mans que connaît le chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine. Il en résulte une pression bien moindre sur la demande, pression qui par bien des égards permet d’expliquer la différence de prix qui s’observe pour le même produit à Nantes et Rennes.

Cours de la douzaine d’œufs, 30 juin 1870 – 15 février 1871.
Cours de la douzaine d’œufs, 30 juin 1870 – 15 février 1871.

En revanche, rien ne permet pour l’heure d’expliquer les différences de prix du sarrasin entre les marchés d’Hennebont et Dinan. Il est possible que la sècheresse dont souffre en cet été 1870 la péninsule armoricaine influe différemment sur les récoltes suivant qu’on se trouve en Bretagne sud ou nord. Il faut toutefois bien admettre que la détermination de ces cours conserve encore, pour une très large part, tout leur mystère.

Prix du sarrasin à Dinan et Hennebont, 30 juin 1870 - 15 février 1871.
Prix du sarrasin à Dinan et Hennebont, 30 juin 1870 – 15 février 1871.

Déterminer, par exemple, ce qui doit être imputé aux conditions climatiques, à la guerre ou encore aux mesures spécifiques prises par les pouvoirs publics est chose fort délicate. À en croire l’édition du 3 septembre 1870 du Courrier de Rennes, le conflit provoquerait une certaine forme de paralysie sur les marchés, une réalité qui n’a rien de spécifiquement bretonne : « Malgré que (sic) notre situation militaire s’améliore chaque jour, la confiance est lente à revenir ; les transactions ne reprennent donc pas, et les cours de la farine et du blé continuent de fléchir, sinon partout, du moins sur la plus grande partie des marchés de l’intérieur »[29]. La « revue commerciale » proposée par ce journal ce jour permet d’ailleurs de comparer les prix du blé à Rennes mais aussi à Angers, Chartres, Blois ou encore Orléans.

Marché 6 août 1870 3 septembre 1870
Rennes 29,40F 22,50F
La Guerche x 22,00F
Pontrieux 28,00F x
Nantes 31,45F x
Angers 24,00F 19,25F
Blois 19,00F 16,00F
Chartres 26,00F 22,50F
Laval 31,00F 26,00F
Le Mans 32,00F x
Morlaix x 21,30F
Orléans 27,80F 22,70F
Sablé-sur-Sarthe x 26,00F
Strasbourg 22,00F x
Prix des 100kg de blé sur un certain nombre de marchés d’après l’édition du 3 septembre 1870 du Courrier de Rennes.

Un autre élément qui contribue à rendre encore plus difficile l’appréciation des prix est le politique. En effet, en interdisant l’exportation d’un certain nombre de denrées, dont les œufs et le beurre, le Gouvernement de la défense nationale contribue mécaniquement à soutenir l’offre sur le marché national, et pour ce qui nous intéresse ici sur les marchés de la péninsule armoricaine. S’il n’est pas certain que ceci conduise à une baisse des prix, on peut en revanche admettre l’idée que de telles décisions puissent juguler la hausse des tarifs. Or cette politique n’est pas du goût de tout le monde et on sait qu’à Rennes, le maire Théophile Bidard de la Noë, intercède contre ces décrets auprès de Léon Gambetta[30]. Mais la réponse du pouvoir, adressée via le Directeur délégué du ministère de l’agriculture et du commerce, est sans appel :

« Le gouvernement n’avait pas méconnu, monsieur le maire, les graves inconvénients qui devaient en effet résulter de l’interdiction de l’exportation des beurres ; mais il a dû s’y résoudre en présence de nécessités impérieuses. Cette interdiction n’aura d’ailleurs qu’une durée aussi limitée que possible et sera levée dès que les circonstances le permettront. »[31]

En définitive, si coût de la vie dans la péninsule armoricaine au cours de l’Année terrible demeure par bien des égards un angle mort des connaissances, les mercuriales publiées par la presse permettent de disposer de quelques données fort utiles. En effet, de ces cours il émane une relative stabilité des prix. Aucune inflation galopante, comparable par exemple à ce que l’on peut voir dans Paris assiégé, n’est identifiable. Dès lors, ne faut-il pas voir dans cet état de fait une explication supplémentaire – aux côtés de l’imprégnation du sentiment patriotique et de l’acculturation à l’État – du consentement des Bretons et des Bretonnes au conflit. Certes, la question institutionnelle est une chose, mais la défense de la nation française en est une autre. De surcroît, il est probable que la République soit d’autant moins insupportable que son avènement n’entraîne aucune flambée incontrôlable des prix. Si les crises frumentaires et l’inflation peuvent être la source des révolutions, le maintien du pouvoir d’achat peut aussi, sans doute, concourir à les empêcher.


[1] Sur cette idée Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[2] Sur le sujet on renverra à Chaussat, Alain-Gilles, Les populations du massif armoricain au crible du sarrasin. Étude d’un marqueur culturel du Bocage normand (XVIe-XXe siècle), thèse de doctorat sous la direction de Moriceau, Jean-Marc, Caen, Université de Caen, 2018.

[3] « Revue commerciale », Courrier de Rennes, 3e année, n°72, 24 décembre 1870, p. 3.

[4] « Bulletin commercial et agricole », L’Ami de la vérité, 2e année, n°95, 22 octobre 1870, p. 2.

[5] « Marché de Saint-Brieuc », Les Côtes-du-Nord, 3e année, n°215, 10 juillet 1870, p. 3 ; « Marché de Saint-Brieuc », Les Côtes-du-Nord, 3e année, n°215, 14 juillet 1870, p. 3 ;

[6] La même chose s’observe à propos du marché de Dinan du 14 juillet 1870. Par convention, nous avons consigné dans la base de données les prix de la première édition, ceux de la seconde se rapportant selon toute vraisemblance à ceux du 21 juillet 1870. Pour autant, du fait de cette coquille, ceux-ci n’ont pas été intégrés au thesaurus.

[7] Le Dinannais, 37e année, n°27, 3 juillet 1870, p. 2.

[8] « La Question de la boucherie », Journal de Vannes, 8e année, n°25, 25 juin 1870, p. 2.

[9] « Du prix de la viande, Le Dinannais, 37e année, n°27, 3 juillet 1870, p. 2.

[10] Bourguinat, Nicolas et Vogt, Gilles, La Guerre franco-allemande de 1870. Une histoire globale, Paris, Flammarion, 2020, p. 181.

[11] Publicité, Le Phare de la Loire, 56e année, n°15323, 14 septembre 1870, p. 4.

[12] « Equipement pour la Garde nationale sédentaire », Le Phare de la Loire, 56e année, n°15316, 17 septembre 1870, p. 3.

[13] Publicité, Le Courrier de Rennes, 3e année, n°45, 5 novembre 1870, p. 4.

[14] Publicité, Le Phare de la Loire, 56e année, n°15373, 4 novembre 1870, p. 4.

[15] Mosser, Françoise, « Un journal républicain à Lorient pendant la Commune. Le Phare du Morbihan », Bulletin mensuel de la Société polymathique du Morbihan, juillet 1972, p. 109.

[16] Renaud, Georges, « Prix et salaires à Paris en 1870 et 1872 », Journal de la société statistique de Paris, tome 14, 1873, p. 176-185.

[17] « Grève de la Motte (Isère) », Le Phare de la Loire, 56e année, n°15 130, 3 mars 1870, p. 2.

[18] Le Phare de la Loire, 56e année, n°15260, 13 juillet 1870, p. 2.

[19] Le Phare de la Loire, 57e année, n°15709, 9 octobre 1871, p. 2.

[20] « Fabrication de sucre en Autriche », Le Phare de la Loire, 57e année, n°15682, 12 septembre 1871, p. 3.

[21] Mosser, Françoise, « Un journal républicain à Lorient… », art. cit., p. 109. Nommé à la suite du 4 septembre 1870 directeur et rédacteur en chef de La Démocratie de l’Ouest à Angers, il touche alors 3 600F par an (p. 112).

[22] Le Phare de la Loire, 56e année, n°15278, 31 juillet 1870, p. 2.

[23] « Place d’employé », L’Électeur du Finistère, 4e année, n°332, 7 février 1871, p. 3.

[24] « Un archevêque français », L’Électeur du Finistère, 4e année, n°335, 14 février 1871, p. 1.

[25] « Le Budget de l’Assemblée », L’Électeur du Finistère, 4e année, n°426, 16 septembre 1871, p. 2.

[26] L’Électeur du Finistère, 3e année, n°260, 19 août 1870, p. 2.

[27] « Actes officiels », L’Électeur du Finistère, 3e année, n°270, 12 septembre 1870, p. 1.

[28] Le Dinannais, n°40, 2 octobre 1870, non paginé.

[29] « Revue commerciale », Le Courrier de Rennes, 3e année, n°36, 3 septembre 1870, p. 3.

[30] « Nouvelles locales », Le Courrier de Rennes, 3e année, n°49, 3 décembre 1870, p. 3.

[31] Le Courrier de Rennes, 4e année, n°1, 7 janvier 1871, p. 3.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 23 juin). Quelques prix relevés sur les marchés bretons de l’Année terrible. Ar Brezel. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbpt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.