Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules

Le cloisonnement des historiographies invite à réserver le plus souvent la fiche matricule de recrutement aux enquêtes consacrées au fait militaire et guerrier. Pourtant, la centralité de la caserne dans la France des années 1860-1962, et plus singulièrement pour ce qui m’intéresse ici, dans le cadre de ce carnet de recherche, la péninsule armoricaine, laisse entrevoir bien des possibilités. J’ai déjà eu l’occasion, lors des journées du Maitron tenues au mois de novembre 2021, d’exposer quelques pistes concernant l’étude du mouvement ouvrier et social au prisme de l’uniforme. C’est un autre champ que je souhaite investir ici, à partir des données amassées à l’occasion de la thèse de doctorat que j’ai consacrée au 47e RI de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale, celui de l’histoire des migrations[1]. En effet, cette enquête sur la culture professionnelle des combattants repose pour une large part sur un thésaurus élaboré à partir des fiches matricules de recrutement de 2 688 morts pour la France de cette unité au titre de la séquence 1914-1918[2]. Or ces documents comprennent un certain nombre d’informations qui permettent d’identifier des trajectoires migratoires et, dans le cadre de ce billet, leur influence ou non sur l’acquittement de l’impôt du sang pendant la Grande Guerre.

Mais avant de rentrer dans le vif de l’analyse, il importe de préciser ce que l’on entend par le terme, bien vague, de région parisienne. Ne sont comptés ici que les individus ayant fait porter sur leur fiche matricule comme dernier lieu de résidence avant 1914 une localité des départements de la Seine ou de Seine-et-Oise, alors qu’ils sont nés dans l’un des cinq départements de la Bretagne historique. Sont donc exclus les individus installés dans des départements comme l’Eure-et-Loir, la Seine-Inférieure, l’Oise ou encore la Seine-et-Marne. Certes, la notion de breton renvoie ici à une définition géographique très stricte – le lieu de naissance – qui ne saurait être complètement satisfaisante : rien ne dit en effet que les individus composant cette base de données se sentent comme tel. Mais les archives ne permettant pas de procéder plus finement, force est de se satisfaire de ce référencement particulièrement rigide et survalorisant le déterminisme spatial.

Précisons que, comme souvent dans le cadre d’enquêtes de genre, les archives conduisent bien des fois à des impasses. Tel est par exemple le cas d’Alexis Guichard, un natif de Trémeur dans les Côtes-du-Nord répertorié comme étant domicilié à Massilé, un chef-lieu de canton du département de Seine-et-Oise qui n’a malheureusement pas pu être identifié[3]. Délicat est également le cas de Louis Ruello, un natif de Saint-Malo qui déclare lors de son passage devant le Conseil de révision résider à Nauphle-le-Vieux, en Seine-et-Oise, alors que sa fiche de mort pour la France indique que son domicile est « indéterminé ». C’est d’ailleurs cette information qui explique que le jugement déclaratif rendu à propos de son décès le 4 mars 1921 par le tribunal de la Seine soit consigné sur l’état-civil de la mairie du premier arrondissement de Paris[4]. D’autres trajectoires, enfin, se révèlent délicates à appréhender au prisme de l’émigration des Bretons en région parisienne. C’est ce que rappelle l’exemple de Victor Bascon. Mort pour la France au début du mois d’octobre 1914, au sud d’Arras, ce soldat déclare lors de son passage devant le conseil de révision résider à Cancale. C’est d’ailleurs pour cela qu’en toute logique il dépend du bureau de recrutement de Saint-Malo. Mais si cet individu affirme le 2 mars 1908 résider au 21, rue de Montreuil-sur-Seine à Pantin, le fait est qu’il est natif de Saint-Ouen[5]. C’est donc aussi une société très mobile qui se révèle par cette prosopographie. Originaire de Quessoy dans les Côtes-du-Nord, François Basset arrive vraisemblablement en 1907 à Paris. Entre le 8 février de cette année et le 29 octobre 1911, il change 6 fois de domicile, dont trois fois en 1907[6]. Des déménagements qui semblent induire une existence assez précaire…

Précisons également qu’il importe de se méfier de l’illusion de précision qu’apporte la géolocalisation de la base de données sur un outil tel que Google map. La réalité des sources est en effet telle que bien des domiciliations ont été fixées arbitrairement à l’échelon communal, ce qui est suggéré par l’icône en forme de point d’interrogation. C’est pour cela que 23 individus sont répertoriés comme habitant à l’Hôtel de ville de Paris : ce site a été choisi par convention, celui-ci me paraissant symboliser la capitale. C’est d’ailleurs ce choix de la mairie qui a systématiquement été fait lorsque la source ne permettait pas d’avoir des éléments plus précis que la commune ou l’arrondissement. Les cas dont la domiciliation est certaine, pour autant qu’on puisse être certain de quoi que ce soit dans une enquête de ce genre, sont matérialisés sur la carte par une icône en forme de maison.

Il arrive aussi que, parfois, les adresses mentionnées sur les fiches matriculaires de recrutement viennent conforter le métier déclaré devant le Conseil de révision et insérer ainsi l’individu dans une certaine continuité professionnelle. Tel est par exemple le cas de Jean Leforgeoux, un domestique originaire de Trévron dans les Côtes-du-Nord et déclarant le 12 juin 1914 résider au 79, avenue de la République, soit à l’emplacement de l’École supérieure pratique de commerce et d’industrie de Paris. Dans la mesure où la fiche matricule ne fait mention d’aucun niveau d’études, il est fort peu envisageable que cet individu y soit élève…[7] C’est dire si ces archives, matériau traditionnel de l’histoire quantitative appelant le plus souvent une lecture distante, doivent aussi être appréhendées au cas par cas, individuellement[8].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Ajoutons que le croisement avec d’autres sources – on pense notamment aux recensements – est sans doute riche de promesses pour qui souhaite approfondir l’analyse et préciser le tableau socio-économique qui émane de ces individus. On l’a dit, certaines domiciliations sont assez lacunaires, comme celle par exemple d’Yves Guezennec qui déclare seulement, le 23 juillet 1913, résider à « Jagny, chez M. Poutrel » mais sans donner d’adresse précise. Recourir à cette documentation et effectuer des dépouillements dans les services d’archives municipales et départementales serait assurément le moyen de gagner en finesse et précision. Peut-être serait-il d’ailleurs possible d’identifier certains liens de sociabilité entre ces individus, qu’il s’agisse de réseaux communautaires ou d’affinités électives. Victor Désert, Louis Moysan et Eugène Moisan sont tous trois domiciliés à Houdan et originaires des Côtes-du-Nord : se fréquentent-ils et se reconnaissent-ils comme « pays » ? La mobilisation sous l’uniforme du 47e RI vient elle prolonger aux armées des liens de sociabilité forgés en contexte migratoire ? Autant de questions pour l’heure sans réponse mais qui ne demandent qu’à être prises en charge…

Au total, on parle ici de 118 personnes sur une base de données comportant 2 688 individus morts pour la France sous l’uniforme du 47e RI au titre de la Grande Guerre, chiffre qui doit par ailleurs être nuancé. Ce thésaurus comporte en effet un certain nombre de cas qui n’ont pu être renseignés, les sources étant manquantes[9]. Autrement dit, l’immigration en région parisienne concerne 6, 25% des individus constituant la base de données : une proportion qui pour être minoritaire ne parait pour autant pas devoir être considérée comme étant complètement marginale. Une analyse plus poussée en termes de départements de provenance paraît en revanche plus aléatoire, les modalités de recrutement de l’unité semblant constituer un biais assez rédhibitoire. Indiquons juste que ces Bretons du 47e RI en région parisienne proviennent pour l’essentiel des Côtes-du-Nord et de l’Ille-et-Vilaine.

Département de naissance des Bretons morts pour la France du 47e RI dont la domiciliation en région parisienne est établie par les archives en 1914.
Département de naissance des Bretons morts pour la France du 47e RI dont la domiciliation en région parisienne est établie par les archives en 1914.

Nonobstant ces considérations relatives aux modalités de recrutement, qui ne sont d’ailleurs nullement propres au 47e RI, rien ne semble distinguer ce régiment d’autres unités d’infanterie[10]. Tout porte à croire que l’émigration est un acte qui s’effectue assez jeune et sans doute est-elle moins représentée dans des régiments de réserve ou de territoriale. Au 47e RI, la moyenne d’âge en 1914 des individus domiciliés en région parisienne est de 25 ans. En revanche, des unités relevant d’armes plus « savantes » comme l’artillerie ou plus encore le génie renvoient probablement à des réalités statistiques légèrement différentes. Il est en effet possible que la mobilité en région parisienne, moins diaspora du reste qu’émigration choisie, y soit plus représentée qu’au sein d’un régiment d’infanterie d’active tel que le 47e RI[11]. Mais en l’état actuel des connaissances et faute de monographies consacrées à ces unités, cela reste pour l’heure une hypothèse qui demande à être vérifiée. De même, si le fait que la base de données ne comporte que des cas de morts pour la France, ceci ne semble pas devoir constituer un biais rédhibitoire pour la présente enquête. En effet, rien ne permet de penser qu’une domiciliation en région parisienne protège, ou au contraire surexpose, aux balles et obus ennemis.

Toujours est-il que le tableau socio-professionnel qui émane de ce thésaurus renvoie dans bien des cas à des individus de condition modeste, pour ne pas dire populaire. On compte ainsi 6 « domestiques », plus 1 « agricole » et 1 autre « de ferme », 6 « valets de chambre » et 1 « chauffeur ». On recense également un « cocher », un « commis livreur », 8 « employés » dont 6 « de commerce », 9 « garçons » qui peuvent être « de café » (2), « de chambre » (2), « de magasin » (1), « de salle » (1), ou encore « d’hôtel » (2), mais aussi un « marchand de vins » et un « livreur » (1). Autant de professions où l’obéissance est au cœur des pratiques quotidiennes, ce qui n’est pas anodin lorsque vient l’heure d’étudier l’acquittement de l’impôt du sang et l’endurance des combattants…

Il existe cependant des exceptions.Né à Rennes, Albert Bezançon réside déjà à Paris, au 108, bd de Malesherbes lors de son passage devant le Conseil de révision, adresse qui est aujourd’hui celle de l’Université Paris IV mais qui fut celle d’HEC avant que cette école ne quitte la capitale pour Jouy-en-Josas dans les dans les années 1960. Peut-être y a-t-il une chambre ? Ou alors il ne s’agit que d’une adresse administrative… Toujours est-il qu’il ne se trouve pas seul dans la capitale à cette époque puisqu’une partie de la famille de cet « Étudiant Hautes études commerciales » réside au 7, quai de Javel. Dans le chef-lieu d’Ille-et-Vilaine, les parents Bezançon habitaient quai Lamenais et le père, Charles, décédé lors du passage devant le Conseil de révision de son fils Albert, futur sous-lieutenant du 47e RI, exerçait la profession d’employé de commerce[12]. Bref, si des zones d’ombre demeurent dans ce parcours, c’est bien le portrait d’un individu de la classe moyenne-supérieure appelé sans doute à intégrer les sphères économiques et commerciales dirigeantes qui se dégage de ces données. De même, la domiciliation de Guillaume Dare et Ernest Pallez ne doit pas tromper : si ces individus vont en région parisienne, c’est parce qu’ils intègrent l’École spéciale militaire à Saint-Cyr[13]. On est ici loin des « parias » décrits par l’historienne américaine L. P. Moch[14].

Il ne faudrait par ailleurs pas croire que tous ces émigrés en région parisienne quittent les fermes familiales pour basculer dans les secteurs secondaire et tertiaire. Si la base de données comporte 2 « ouvriers d’usine », elle recense également 2 « ouvriers agricoles ». C’est en effet d’un espace encore très rural dont il s’agit ici, comme le rappelle Yves Savidan qui, originaire du Merzer dans les Côtes-du-Nord, déclare devant le Conseil de révision exercer la profession de « berger » à Dourdan, en Seine-et-Oise[15]. Certaines indications de domiciliation sont par ailleurs très explicites, comme celle fournie le 30 novembre 1913 par Toussaint Moy : « Ecquevilly, ferme de la Muette chez M. Denis de la Meurthe »[16].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

On pourra toujours arguer que ces éléments statistiques ne sont pas recevables tant la fiche matricule de recrutement n’est pas une archive fiable en ce qui concerne la domiciliation. Si la réglementation impose en théorie aux individus de signaler à l’autorité militaire, et en l’occurrence au bureau de recrutement dont ils dépendent, le moindre changement de domiciliation, on sait que nombreux sont les acteurs à ne pas s’astreindre à cette obligation[17]. Connu est à cet égard l’exemple de Jean Moulin, nommé sous-préfet à Châteaulin, dans le Finistère, et qui justement omet de signaler à qui de droit cette nouvelle affectation. Les fantassins regroupés dans cette base de données sont donc des individus qui ont pris le temps de signaler à l’autorité militaire leur changement de domiciliation, ce qui témoigne à n’en pas douter d’une certaine distance avec la petite patrie d’origine. Cette démarche administrative parait en effet devoir mettre en lumière une trajectoire migratoire qui se conçoit dans la durée, et non pour une période plus ou moins temporaire renvoyant à un horizon géographique de référence situé dans la péninsule armoricaine. Pour l’énoncer autrement, le retour en Bretagne à plus ou moins brève échéance ne paraît pas devoir être envisagé.

Mais il existe toutefois des exceptions car, mannifestement, la vie parisienne est dure pour ces Bretons montés à la capitale. À l’issue de son service militaire au 47e RI, Emile Jauny retrouve la vie civile mais décide pourtant de s’engager au sein de cette unité après quelques mois seulement hors de la caserne. Ayant renoué selon toute vraisemblance avec la condition de domestique à Paris qui était la sienne avant son passage sous les drapeaux, il préfère retrouver une institution militaire sans doute plus confortable et  qui lui permet de surcroît de sortir du rang, avec le galon de sergent[18]. C’est donc bien aussi, loin du regard misérabiliste porté sur les « parias », au prisme d’une certaine agentivité des acteurs qu’il faut penser ces trajectoires migratoires et ces mobilités géographiques.

Quels enseignements tirer de ce thésaurus ? Tout d’abord, on observera que l’émigration des Bretons en région parisienne en 1914 est loin de se limiter au seul quartier Montparnasse, celui qui leur est traditionnellement attribué. Au contraire, le cas de Julien Bouillet, natif de Lanhelin, près de Combourg, et résidant rue de l’Eure, dans le 14e arrondissement, ferait presque figure d’exception[19]. Même chose en ce qui concerne Yves Boutin, originaire de Trégonneau dans les Côtes-du-Nord et habitant rue des Plantes. Au final, on ne dénombre que 4 individus du thésaurus domiciliés dans le 14e arrondissement, soit une proportion de 5,7% de l’ensemble des personnes résidant à Paris intramuros. Si l’on projette cette population sur l’ensemble de la base de données, alors le quartier Montparnasse ne représente que 2, 5% de l’immigration bretonne en région parisienne telle qu’on peut la saisir à partir du corpus des morts pour la France du 47e RI au titre de la Grande Guerre. Semblable remarque peut du reste être formulée à propos de Saint-Denis, puisque l’on sait la communauté bretonne dans cette ville du nord-est de Paris particulièrement bien structurée et influente dans la première moitié du XXe siècle[20]. Ici, seuls Emile Jouan et François Le Calvez, par ailleurs tous deux originaires des Côtes-du-Nord, témoignent d’une domiciliation dionysienne[21]. En revanche, on observera que la carte déserte l’est de la capitale, l’essentiel des morts pour la France du 47e RI au titre de la Grande Guerre se concentrant à l’ouest d’une ligne Sarcelles-Thiais. Faut-il y voir une relation avec la « petite patrie » d’origine, comme une attache qui ne saurait se rompre, où l’illustration de filières de recrutement qui offrent un port d’attache aux nouveaux venus en région parisienne ?

Carte postale. Collection particulière. Yves Boutin est déclaré domicilié à partir du 16 mars 1913 au 66, rue des Plantes, dans le XIVe arrondissement de Paris.
Carte postale. Collection particulière. Yves Boutin est déclaré domicilié à partir du 16 mars 1913 au 66, rue des Plantes, dans le XIVe arrondissement de Paris.

Si cette question demeure ouverte, il ne fait en revanche aucun doute que cette relation distante à la Bretagne n’influe nullement sur la soumission au « devoir patriotique » pendant la Première Guerre mondiale. Pas plus que les Bretons de la péninsule armoricaine, ceux de région parisienne n’esquivent l’impôt du sang. Il n’y a là du reste aucune spécificité régionale. Dans le thésaurus que j’ai constitué dans le cadre de ma thèse, ni les Normands de la 10e région militaire ni les Vendéens de la 11e, espaces englobant la péninsule armoricaine, ne se distinguent statistiquement par des conduites différant de celles des Bretons. Lorsqu’il s’agit de porter l’uniforme, l’inscription d’un régiment dans sa petite patrie de garnison n’est en aucun cas un obstacle au devoir patriotique. En témoignent au 47e RI les dizaines de cas de Normands, de Parisiens ou de Corréziens qui combattent au sein de cette unité[22]. Célèbre est également l’exemple de Louis Barthas, tonnelier de Peyriac-Minervois transféré au 248e de Guingamp, une unité de réserve dont il ignore tout et dont le journal de tranchées comporte des pages en breton et moquant, de surcroît, la figure méridionale de Tartarin de Tarascon[23]. Malgré moultes récriminations et un caractère des plus renfrogné et contestataire, ceci ne l’empêche pas, quoi qu’on en dise, de « faire son devoir »[24]. Là aussi est, d’une certaine manière, une illustration concrète du poids des « gigognes patriotiques » identifiées par A.-M. Thiesse[25].

À dire vrai, le consentement au conflit parait ne souffrir ni de l’éloignement du dépôt mobilisateur, ni même des frontières, ce qui permet de resituer l’émigration à Paris et en région parisienne dans un espace géographique beaucoup plus vaste. Natif de Corseul, dans les Côtes-du-Nord, le « laboureur » Joseph Cossurel part s’établir en 1906 en Nouvelle-Ecosse, au Canada. Ceci ne l’empêche pas de répondre à l’appel de mobilisation générale et de rejoindre le 47e RI le 21 août 1914[26]. Même chose en ce qui concerne Jean Lesage, conducteur de travaux passé par les Arts et métiers et qui s’installe à partir de 1911 en Argentine, d’abord à Mars de Plata puis à Buenos Aeres : arrivé au corps en septembre 1914, il tombe au champ d’honneur, sous Arras, le mois suivant[27]. En d’autres termes, et ce d’une manière assez paradoxale du reste, l’assignation nationale semble faire fi des logiques géographiques liées aux migrations, Paris ne constituant sur ce point nullement un cas exceptionnel d’après ce que peuvent nous dire les fiches matriculaires du recrutement des fantassins du 47e RI morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

En réalité, la base de données ne fait apparaître qu’un seul cas d’évitement du conflit, individu dont la domiciliation à Paris a d’ailleurs été fixée arbitrairement à la prison du Cherche-Midi, lieu de son incarcération pour « insoumission en temps de paix » le 25 octobre 1915. Une formulation étrange – puisqu’elle est aussi en temps de guerre – qui semble témoigner d’une certaine clémence de la justice militaire – puisque c’est le chef d’accusation le moins grave qui est retenu – et qui parait montrer que la conduite de cet homme est, plus qu’un refus du devoir patriotique, un rejet de l’institution militaire. On notera du reste que ce comportement renvoie à une marginalité tant statistique, par rapport au thésaurus constitué pour la présente enquête, que sociale, comme semble l’indiquer sa condamnation à un mois de prison pour vol par le tribunal de la Seine en septembre 1913. Dans un cas tel que celui-ci, l’émigration à Paris est avant tout une histoire de la misère et des bas-fonds, plus que de rupture avec l’assignation patriotique[28]. La preuve en est que malgré son casier judiciaire, cet individu ne se distingue sous l’uniforme du 47e RI par aucun comportement relevant de la justice militaire. Il paye d’ailleurs le prix fort de son consentement à l’impôt du sang en mourant des suites de blessures contractées au front en avril 1916[29].


[1] Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Capdevila, Luc, Rennes, Université Rennes 2, 2019.

[2] Version publiée avec un chapitre inédit : Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[3] Arch. dép. CdA : 1 R 1269.309. Ce cas n’a pas été intégré au thésaurus.

[4] Arch. dép. CdA : 1 R 1313.552 et DAVCC / Mémoire des hommes. Ce cas a été inclus au thésaurus.

[5] Arch. dép. I&V : 1 R 1967.218. Ce cas n’a pas été intégré au thésaurus.

[6] Arch. dép. CDA : 1 R 1141.634.

[7] Arch. dép. CdA : 1 R 1295.1345.

[8] Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ?…, op. cit.

[9] Pour plus d’éléments sur ces vides archivistiques, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Le 47e régiment d’infanterie…, op cit.

[10] Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ?…, op. cit.

[11] Perrono, Thomas, « Les Bretons de Paris face au concept de diaspora », En Envor, revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°6, été 2015, en ligne.

[12] Arch. Paris : D4R1 1618 ; Arch. mun. Rennes: 2 R 99.

[13] Arch. dép. Finistère : 1 R 1263.346 et Arch. dép. I&V :  1 R 2125.847.

[14] Moch, Leslie Page, The Pariahs of yesterday. Breton Migrants in Paris, Durham and London, Duke University Press, 2012.

[15] Arch. dép. CdA : 1 R 1326.1721.

[16] Arch. dép. CdA : 1 R 1991.807.

[17] Maurin, Jules, Armée, Guerre, société. Soldats languedociens (1899-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 51.

[18] Arch. dép. I&V : 1 R 1934.1566.

[19] Arch. dép. I&V : 1 R 2033.535.

[20] Perrono, Thomas, « Les Bretons de Saint-Denis : acteurs du Front populaire contre Jacques Doriot », in Le Gall, Erwan et Prigent, François, C’était 1936, Le Front populaire vu de Bretagne, Rennes, Editions Goater, 2016, p. 287-307. Sur le sujet, lire aussi Gonot, Quentin, Gwenn ha ruz : influences catholiques, socialistes et communistes dans la structuration de la diaspora bretonne de Parus et Saint-Denis (1897-1939), Mémoire de master 2 d’histoire sous la direction de Green, Nancy L., Paris, Ecole des hautes études en sciences sociales, 2020.

[21] Arch. dép. CdA : 1 R 1805.1656.

[22] Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ?…, op. cit.

[23] « Tarascon pendant la guerre », Le Biniou à poil!, sans date, non paginé.

[24] Barthas, Louis, Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, Paris, La Découverte, 1997.

[25] Thiesse, Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997 et La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XXe siècle, Paris, Seuil, 2001. Voir aussi Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[26] Arch. dép. I&V : 1 R 1916.513.

[27] Arch. dép. I&V : 1 R 1985.1817.

[28] Kalifa, Dominique, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.

[29] Arch. dép. CdA : 1 R 1288.208.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 16 juin). Quelques Bretons de Paris, et du 47e RI, au prisme des fiches matricules. Ar Brezel. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbps

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.