Malbouffe, 47e régiment d’infanterie et Grande Guerre

Alors qu’en pleine seconde bataille de la Marne, le 27 juillet 1918, le 47e régiment d’infanterie (RI) de Saint-Malo prend position dans le secteur du bois de Rarrey, au nord de Chatillon-sur-Marne, le sous-lieutenant Fredéric Aubert de la 7e compagnie écrit dans ses carnets :

« Halte. Nous nous installons dans le fossé pour manger sur le pouce, mais nous nous sauvons en découvrant sous des branchages un stère de cadavres allemands empilés comme dans bûcher.

Nous allons un peu plus loin : un caisson renversé sur deux chevaux crevés… […] Décidément nous ne mangerons pas. »[1]

Glaçantes, ces quelques lignes ne décrivent toutefois qu’une partie de ce que peut recouvrir l’idée de « malbouffe » dans unité d’infanterie d’active pendant la Première Guerre mondiale. Car si le rythme des combats empêche bien des fois les combattants de manger, l’ordinaire est le plus souvent en quantité insuffisante et d’une qualité toute relative, voire même suspecte. On voit donc combien l’idée que les fantassins du 219e RI de Brest puissent manger aux tranchées des huitres et même de la langouste relève de la fable. En tant que discours, ce récit constitue néanmoins une formidable archive qui dévoile le rapport qu’entretient la société française de 1914-1918 à la nourriture mais aussi, par ricochet, à la « malbouffe ». Or ce sont précisément ces « mauvaises pratiques alimentaires » qui seront l’objet du colloque organisé par S. Le Bras et qui se déroulera à Clermont-Ferrand les 13 et 14 juin 2022, manifestation à laquelle j’aurai l’honneur et le privilège de participer pour évoquer le 47e RI[2].

En effet, il ne suffit pas de dire que les poilus mangent mal. Encore faut-il évaluer le phénomène, ce tant que point de vue du déficit calorique que du goût des aliments, question qui comme on le sait est pour une large part affaire de distinction, d’habitus. Dès lors, c’est bien le potentiel combattant de l’armée française de 1914-1918 qui est mis en perspective, aussi bien du point de vue physiologique que psychologique. On se rappelle en effet des propos des américains M. Janowitz et E. Shills qui expliquent, à propos de la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale, que les craintes quant à la nourriture et la santé sont les plus grandes menaces qui planent sur la cohésion du groupe primaire[3]. Même si cette dernière notion a été très largement critiquée par O. Bartov, on réalise aisément combien graves pour une armée peuvent être les conséquences de la « malbouffe », tant du point de vue de la psychologie des combattants que de leur constitution physique du reste[4].

Que les poilus mangent mal relève d’ailleurs de l’évidence. Il n’est à cet égard pas anodin de remarquer que lorsque l’ancien combattant normalien Jacques Meyer évoque cette question dans sa « Vie quotidienne des soldats pendant la Grande Guerre », c’est dans le cadre d’un chapitre intitulé « Fardeau et misère du fantassin »[5]. Toutefois, si la « malbouffe » aux tranchées est si intéressante en tant qu’objet d’histoire, c’est que sa portée heuristique est considérable. En effet, s’intéresser à l’alimentation des poilus au prisme de l’indice que constitue le 47e RI, c’est non seulement identifier des courbes d’apprentissage très planes mais aussi décrire une institution qui, incarnation même du pouvoir régalien, dépend pour une très large part de l’initiative privée.

 


[1] Aubert, Fred, Avec ma section, 27 mai 1918 – 15 août 1918, Saint-Brieuc, Editions Cendrillon, sans date, p. 38-39. Pour une présentation rapide de l’auteur se reporter à Richard, René, « Aubert, Frédéric », in Cazals, Rémy (dir.), 500 témoins de la Grande Guerre, sl, Editions Midi-Pyrénéennes/EDHISTO, 2013, p. 38-39.

[2] Sur cette unité, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[3] Janowitz, Morris & Shills, Edward A., « Cohesion and disintegration in the Wehrmacht in World War II », Public Opinion Quaterly, Vol. 12, n°, Summer 1948, p. 291.

[4] Bartov, Omer, L’armée d’Hitler, les soldats, les nazis et la guerre, Paris, Hachette, 1999, p. 56-59.

[5] Meyer, Jacques, La Vie quotidienne des soldats pendant la Grande Guerre, Paris, Hachette, 1966, p. 93-103.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 11 juin). Malbouffe, 47e régiment d’infanterie et Grande Guerre. Ar Brezel. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbpr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.