Carte de la Bretagne (détail) par Félix Benoist, XIXe siècle. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.6434.

Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871

La presse en tant que source est, pour qui travaille sur la période contemporaine, et ce quel que soit ou presque le sujet envisagé, une évidence. Le journal est quasiment un réflexe de la sagacité historienne tant nombreuses sont les informations que l’on peut y puiser. Pourtant, l’archive n’est pas non plus sans biais, notamment lorsqu’il est question d’approches genrées. Contrairement à la figure de la munitionnette pendant 1914-1918, l’ouvrière d’arsenal n’est absolument pas mise en lumière, alors qu’un certain nombre d’annonces publiées dans la presse montrent qu’elles sont recherchées par les industries de guerre, notamment pour la confection des cartouches et des obus[1]. Elles sont d’ailleurs présentes en nombre au sein des ateliers de production, comme le démontre le bilan publié par le Phare de la Loire à la suite de l’explosion, le 15 novembre 1870, d’une de ces fabriques situées près du pont de Pirmil, à Nantes[2]. Là chose est connue et je ne souhaite pas insister outre mesure sur ce point[3]. En revanche, ce qui me paraît intéressant de rappeler, c’est combien la presse témoigne d’un système médiatique globalisé reposant sur une grande circulation de l’information. Or, lorsqu’on s’intéresse à la séquence 1870-1871, cette réalité contrevient frontalement à la représentation victimaire propagée par l’historiographie identitaire bretonne, grille de lecture postulant une péninsule armoricaine coupée du monde et entièrement ou presque anéantie – volontairement de surcroît – à Conlie. Indépendamment de ce qu’elle peut dire, ou ne pas dire, c’est donc aussi en tant que réalité technique, économique et culturelle que la presse est riche d’enseignements.

Dans son édition du 4 octobre 1870, L’Indépendance bretonne, pourtant réduite à deux pages, propose à ses lecteurs un « Plan des fortifications de Paris », carte qui est peut-être destinée à rassurer la population mais qui permet surtout de suivre les opérations militaires en cours[4]. Ce qui pourrait relever, de prime abord, d’une simple anecdote rappelle au contraire combien la Bretagne de l’Année terrible est un territoire inséré dans le vaste réseau de télécommunications qui commence à ceinturer l’Europe, et le monde. Cet environnement technologique permettant une plus grande circulation de l’information, il est finalement d’autant moins étonnant que la péninsule armoricaine se couvre de journaux que, là comme ailleurs, les bénéfices de la Loi Guizot (1833) imposant la création d’une école publique dans chaque commune commencent à se faire ressentir.

Plan des fortifications de Paris publié dans l'édition du 4 octobre 1870 de L'Indépendance bretonne. Archives départementales des Côtes d'Armor.
Plan des fortifications de Paris publié dans l’édition du 4 octobre 1870 de L’Indépendance bretonne. Archives départementales des Côtes d’Armor.

Ajoutons enfin que les entreprises bretonnes de presse sont, en 1870-1871, pleinement au fait de cet environnement technologique, et qu’elles savent d’ailleurs en tirer le meilleur parti. Les Côtes-du-Nord, journal qui comme tous les autres titres informe ses lecteurs du siège de Paris, tient ainsi à se montrer rassurant. Certes, il pourra plus difficilement, du fait de la ligne de front, bénéficier des informations diffusées par le Journal des Débats ou Le Temps. Mais, la rédaction prend bien soin de préciser que « nous pouvons avoir, par les journaux anglais, les dépêches et les autres détails de leurs correspondants qui suivent l’armée prussienne »[5]. C’est donc bien sur un mode transnational que la circulation de l’information s’opère, y compris pour qui en douterait en ce qui concerne la péninsule armoricaine.

Porte ouverte de la péninsule armoricaine sur le monde, la presse permet également à la planète entière, ou presque, de saisir la Bretagne pendant l’Année terrible[6]. Le Confédéré de Fribourg, un journal suisse, ne manque ainsi pas d’informer ses lecteurs du départ du Concile réuni à Rome par le pape Pie IX de l’évêque de Vannes, Jean-Marie Bécel, allé prendre les eaux pour raisons de santé[7]. Particulièrement intéressée par le conflit, puisque celui-ci prend sa source, rappelons-le, dans l’épineux problème de la succession au trône d’Espagne, la presse publiée dans la péninsule ibérique offre une couverture quotidienne de la guerre qui ne fait aucune impasse sur la Bretagne. À Madrid, par exemple, la Correspondencia de España fait état, dans son édition du 13 octobre 1870 et à partir d’informations communiquées par la presse finistérienne, d’un débarquement dans le port de Brest d’une cargaison de 150 000 « fusils anglo-américains »[8]. Rendant compte le 13 décembre 1870 du conflit en cours, la Gazzetta piemontese écrit :

« Une autre armée est également formée à Toulouse, et une autre au camp de Conlie près du Mans. Cela fait environ 400 000 hommes que les Français ont organisés en moins de trois mois, en plus des 250.000 troupes actives qui sont enfermées dans Paris. A ces troupes régulières s’ajoute un nombre innombrable de gardes mobiles, de francs-tireurs, qui couvrent la France et causent à l’ennemi des tracasseries et des dommages sérieux. »[9]

Peu importe pour notre propos que cette description ne soit pas complètement conforme aux faits. Un article tel que celui-ci, dont rien ne dit d’ailleurs qu’il n’est pas composé à partir d’éléments diffusés par la presse française, montre combien l’information circule, y compris lorsqu’il est question de la Bretagne. D’ailleurs, dans son édition du 24 janvier 1871, ce même quotidien croit bon d’annoncer que « le quartier général de Chanzy se situe désormais à Vitré, à mi-chemin entre Laval et Rennes »[10]. L’affaire du camp de Conlie et l’opposition entre Emile de Kératry et Léon Gambetta est suivie jusqu’aux États-Unis, tant du reste dans des titres en langue anglaise comme le New York Herald qu’allemande, à l’instar du Minnesota Staats-Zeitung[11]. Du fait des modalités de fonctionnement de l’OCErisation, il est d’ailleurs assez simple de retrouver la trace de Kératry dans la presse internationale. C’est par exemple ce que montre l’édition du 29 septembre 1870 de La Sentinella delle Alpi, journal publié à Coni, dans le Piémont[12]. Même chose en ce qui concerne The Brittish Newspaper Archive, plateforme non seulement payante mais aux tarifs exorbitants, ce qui ne nous permet malheureusement pas de prolonger sur ce point l’enquête.

Pour les lecteurs et les lectrices de Bretagne, la presse constitue on l’a dit, une fenêtre sur le monde. Il suffit de feuilleter quelques titres pour s’en rendre compte. Dans les Côtes-du-Nord, une réclame publiée par Le Dinannais propose en juin 1870 de souscrire à un emprunt émis par le gouvernement du Pérou[13]. Au même moment, le Journal de Vannes publie une réclame ventant les mérites de l’emprunt contracté pour la construction du réseau de chemin de fer au Honduras[14]. À Nantes, en juillet 1870, Le Phare de la Loire rend compte pour ses lecteurs des variations des cours de la farine et du maïs sur le marché de New-York, mais aussi du sucre, du cacao, du café et du rhum sur celui de Trinidad[15]. Là n’est d’ailleurs pas une tendance neuve mais une réalité qui prolonge la déjà fort ancienne activité de commerce de denrées exotiques et coloniales qui caractérise la Cité des Ducs[16].

Carte postale, sans date. Collection particulière.
Carte postale, sans date. Collection particulière.

Pendant le conflit, la presse ne se focalise pas sur la situation française et relaye des nouvelles émanant des quatre coins du monde. La question des états pontificaux – il est vrai directement liée à la guerre franco-allemande – est par exemple suivie avec attention, et pas uniquement par la presse catholique. Celle-ci ne fait du reste nullement exception à cette insertion dans une sphère communicationnelle déjà très globalisée. Sur la foi de dépêches diffusées de Londres par le Morning-Post, la Semaine religieuse du diocèse de Vannes se fait l’écho dans son édition du 14 juillet 1870, au moment donc de la fameuse affaire dite de la dépêche d’Ems, de « massacres terribles » ayant eu lieu, trois semaines plus tôt, à Pékin. Puis, dans la foulée, cette publication rend compte d’un incendie survenu à Constantinople au début du mois de juin 1870 « dans une petite boutique de boulanger, située au Taxim, tout près de l’hôpital français, desservi par les Sœurs de la Charité », sinistre dont le bilan est particulièrement dramatique puisque l’organe de l’évêché de Vannes évoque à ce propos les chiffres de 1 200 morts, 5 000 maisons détruites et 20 000 sans-logis[17]. Le 15 décembre 1870, Le Moniteur des Côtes-du-Nord se base sur un éditorial du Times de Londres, quotidien qualifié de « plus grand journal contemporain » et ce « malgré ses tendances anti-françaises et anti-démocratiques », pour attaquer le légitimiste Journal de Rennes et défendre l’action du Gouvernement de la défense nationale[18].

Le chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine est d’ailleurs emblématique de cette aptitude de la presse à montrer les conséquences du conflit sur la péninsule armoricaine et, de ce fait, à produire une géographie renouvelée de la guerre. À Rennes, les journaux font état de soldats bivouaquant pendant l’hiver dans les parcs et promenades de la ville, mais aussi sur le Champ de mars, sous les colonnes du Théâtre ou encore autour de la Halle aux blés.  Certes, la presse s’efforce aussi de rassurer ses lecteurs, ce qui peut constituer un biais pour l’historien. C’est ainsi que dans son édition du 29 décembre 1870, le Journal d’Ille-et-Vilaine affirme que « l’habillement et l’équipement, qui laissaient fort à désirer, se complètent ou se renouvellent rapidement, à la satisfaction de tout le monde ; il n’est pas jusqu’aux fusils rouillés qui ne reluisent déjà ; ainsi dans quelques jours on pourra dire, avec raison, que cette armée est composée de véritables soldats ». Mais c’est pour immédiatement se dédire et décrire des hommes afférés « à la confection du pot-au-feu dans de gigantesques chaudières » en plein cœur du Parlement de Bretagne[19]. Tout juste 150 ans après le grand incendie de 1720, un tel tableau fait froid dans le dos et invite à se demander si cet afflux de troupes n’est pas, en définitive, assimilable à une certaine forme d’occupation[20].

En basse-Bretagne, cette présence du conflit est sans doute moins évidente mais la presse permet quand même de la saisir. L’atterrissage le 1er décembre 1870 à Belle-Île du Jules Favre, un ballon ayant décollé de Paris assiégé, en est un bon exemple. Car plus que de l’arrivée d’un aérostat, événement en soi sensationnel, c’est de « la nouvelle d’une victoire remportée sous Paris pendant les journées des 28, 29 et 30 novembre » dont il s’agit avant tout[21]. Ce faisant, c’est le champ de bataille qui s’invite, d’une certaine manière, en Bretagne. Ce rétrécissement des distances du fait des moyens de communications est d’ailleurs bien perceptible dans ce commentaire sur le « trajet aérien d’environ 400 kilomètres que le Jules Favre aurait fait dans l’espace de  8 ou 9 heures » : « Le voyage a été tellement rapide, que nos aéronautes, alors qu’ils planaient sur le sol même de la Bretagne, se croyaient encore en pleines lignes ennemies ; mais la grande mer les disillusionna bien vite ; bien vite ils s’aperçurent  qu’il était plus que temps de descendre à tout prix ; quelques minutes encore, et nos voyageurs se perdaient dans l’immense Océan, où les vents les conduisaient »[22]. Certes, un discours tel que celui-ci doit être reçu avec distance en ce qu’à l’évidence il participe d’une rhétorique de remobilisation de l’opinion. Pour autant, il n’en demeure pas moins que c’est sur la base d’une proximité géographique, comme pour faire ressentir l’imminence du danger, que celle-ci repose. D’ailleurs, le fait que des unités bretonnes soient impliquées dans ces opérations, et notamment des bataillons de mobiles finistériens, concourent au renforcement de cette impression[23]. Quelques jours plus tard, c’est le ballon heureusement nommé Bataille de Paris qui se pose dans les environs de Vannes, lui aussi en provenance de la capitale assiégée[24].

Carte postale commémorative. Collection particulière.
Carte postale commémorative. Collection particulière.

Intéressantes sont également les perturbations que subit le réseau ferroviaire. Ce n’est que le 26 janvier 1871 que les liaisons sur le réseau des Chemins de fer de l’Ouest sont rétablies entre Rennes, Saint-Malo, Redon mais aussi Brest, « un certain nombre de trains de voyageurs [ayant été] supprimés par suite des nécessités de la guerre »[25]. L’Abeille de Lorient publie des listes de blessés arrivés dans le port du Morbihan qui disent, d’une certaine manière, l’immixtion du conflit sur les rives du Scorff[26]. C’est le moment de la découverte des ravages du feu moderne, confrontation avec la réalité du champ de bataille qui n’est visiblement pas sans frapper les esprits comme le suggère cet entrefilet du Phare de la Loire publié le 2 septembre 1870 :

« Il est arrivé ce matin à Redon un convoi de blessés. Il paraît que la plupart de ces malheureuses victimes sont affreusement mutilées. Un pauvre soldat, entre autres, a les deux bras emportés. »[27]

Dans son édition du 18 septembre 1870, ce quotidien fait état d’un meurtre commis à Bouguenais commis, manifestement en état de légitime défense, sur la personne d’un « soldat du 28e de ligne, nommé Charles Champion, qui avait été blessé à la bataille de Gravelotte par un éclat d’obus à la figure ». Or ce fait divers qui n’est pas sans faire songer à un cas de stress posttraumatique. Cette hypothèse est d’ailleurs explicitement formulée par ce journal même si les termes employés ne sont, bien évidemment, pas ceux de la médecine actuelle : « Il est à supposer que les scènes dont il avait été témoin dans les combats auxquels il avait assisté ont influé sur son état mental »[28]. Au travers de ce crime atroce et malgré le sensationnalisme inhérent à l’interface journalistique, c’est bien le trauma de la violence de guerre qui se donne à voir pour qui sait la déceler. En effet, peu importe que ce soldat soit effectivement ou non victime d’un shell shock, ce qui compte dans le cas présent, c’est que l’obusite soit désignée comme la cause du déséquilibre mental conduisant à l’acte fatal[29].

Bien des journaux sont contraints, lors de la séquence 1870-1871, de réduire leur pagination. Ceci dit bien entendu la pénurie de papier mais, plus encore, le poids de la guerre sur l’économie et, plus globalement encore, la vie quotidienne. Le 12 octobre 1870, Ange Guépin, le préfet de Loire-Inférieure, fait savoir par l’intermédiaire du Phare de la Loire, qu’il a reçu la veille un l’ordre « d’interdire la sortie des farines et des grains », une instruction qui dit combien la situation frumentaire est alors tendue[30]. Ce sont de même des protestations publiées dans la presse qui nous apprennent que, dans le but de préserver le ravitaillement, le Gouvernement de la Défense nationale interdit les exportations d’œufs, ce qui n’est pas sans aller à l’encontre des intérêts d’un certain nombre de producteurs qui, en Ille-et-Vilaine notamment, se voient ainsi privés de leurs traditionnels marchés d’outre-manche.

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 972.0016.51.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 972.0016.51.

Dans d’autres localités, la situation est en revanche différente et l’on sait qu’une ville comme Brest profite très largement de la guerre. L’arsenal tourne à plein et le chômage est inexistant[31]. Par le port du Ponant, ainsi que par Le Havre, transitent également des armes en provenance des États-Unis, à savoir pour 215 000 fusils à tir rapide de marque Remington et 26 750 000 cartouches[32]. Dans l’estuaire de la Loire, l’automne 1870 est le moment d’une sorte de conversion de l’outil industriel aux nécessités de l’économie de guerre : « Les établissements de Nantes et d’Indret sont chargés de travaux considérables ; à Saint-Nazaire également, les ateliers de la Compagnie transatlantique et ceux de Penhoët ont reçu des parts de commande, et concourent utilement à la fabrication des mitrailleuses, des presses à cartouches, affûts de canon, etc. »[33]. En Ille-et-Vilaine, le préfet Ange Blaize informe « les marchands et fabricants d’uniformes militaires, qu’il a besoin, dans un court délai, de 800 pantalons, drap bleu foncé, double bande rouge, type du pantalon d’artillerie de l’armée »[34]. C’est dire si la presse constitue une source précieuse pour qui souhaiterait procéder à un réexamen de l’Année terrible dans la péninsule armoricaine, exercice qui ne saurait être conduit sans une approche connectée.


[1] Voir par exemple Le Phare de la Loire, 56e année, n°15319, 10 septembre 1870, p. 3.

[2] « Explosion à Nantes », Le Phare de la Loire, 56e année, n°15384, 15 novembre 1870, p. 3.

[3] Lecaillon, Jean-François, Les femmes et la guerre de 1870-1871. Histoire d’un engagement occulté, Paris, Editions Pierre de Taillac, 2021.

[4] « Plan des fortifications de Paris », L’Indépendance bretonne, 1e année, n°74, 4 octobre 1870, p. 2.

[5] « Avis important », Les Côtes-du-Nord, 3e année, n°236, 22 septembre 1870, p. 1.

[6] Sur cette idée Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[7] « Conciliana », Le Confédéré, 23e année, n°81, 8 juillet 1870, p. 3.

[8] La Correspondencia de España, XXIe année, n°4706 (édition de la nuit), 13 octobre 1870, p. 2.

[9] « Le Forze francesi », Gazzetta piemontese, Anno IV, n°346, 13 dicembre 1870, p. 2.

[10] « Cose di Francia », Gazzetta piemontese, Anno V, n°24, 24 janvier 1871, p. 3.

[11] « The Difference Between Gambetta and Keratry – Keratry’s Letter of Resignation », The New York Herald, n°12539, December 30, 1870, p. 7 ; « Der groß Tieg Friedrich Karl’s bei Le Mans », Minnesota Staats-Zeitung, n°653, 2 décembre 1871, p. 7.

[12] « Francia », La Sentinella delle Alpi, Anno XX, n°226, 29 Settembre 1870, p. 3.

[13] « Gouvernement du Pérou », Le Dinannais, 37e année, n°23, 5 juin 1870, p. 3.

[14] « Chemin de fer de Honduras », Journal de Vannes, 8e année, n°25, 25 juin 1870, p. 3.

[15] « Marchés étrangers », Le Phare de la Loire, 56e année, n°15 248, 1er juillet 1870, p. 4.

[16] Scuiller, Sklaerenn, Le Commerce alimentaire dans l’Ouest de la France au XVIIIe siècle : territoires, pratiques, acteurs, thèse d’histoire moderne sous la direction d’Antoine, Annie, Rennes, Université Rennes 2, 2015.

[17] « Nouvelles diverses », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°28, 14 juillet 1870, p. 443-447.

[18] « Le Times et le Journal de Rennes », Le Moniteur des Côtes-du-Nord, 3e année, n274, 16 décembre 1870, p. 1.

[19] « Nouvelles locales et de l’Ouest », Journal d’Ille-et-Vilaine, 41e année, n°184, 29 décembre 1870, p. 1.

[20] Aubert, Gauthier, Provost, Georges (dir.), Rennes, 1720. L’incendie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020.

[21] « Dépêche télégraphique », L’Abeille de Lorient, 29e année, n°114, 3 décembre 1870, p. 1.

[22] « Chronique locale et de l’arrondissement », L’Abeille de Lorient, 29e année, n°114, 3 décembre 1870, p. 2.

[23] « Grande sortie des armées de Paris », L’Abeille de Lorient, 29e année, n°115, 4 décembre 1870.

[24] L’Abeille de Lorient, 29e année, n°116, 7 décembre 1870, p. 2.

[25] « Chemins de fer de l’Ouest », Le Phare de la Loire, 57e année, n°15 461, 1er février 1871, p. 3.

[26] « Chronique locale et de l’arrondissement », L’Abeille de Lorient, 29e année, n°71, 4 septembre 1870, p. 3.

[27] Le Phare de la Loire, 56e année, n°15311, 2 septembre 1870, p. 3.

[28] Le Phare de la Loire, 56e année, n°15 327, 18 septembre 1870, p. 3.

[29] Sur ce point, on prolongera l’analyse avec Kalifa, Dominique, « Faits divers en guerre (1870-1914) », Romantisme, n°97, 1997, p. 89-102.

[30] Le Phare de la Loire, 56e année, n°15350, 12 octobre 1870, p. 3.

[31] Audoin-Rouzeau, Stéphane, 1870. La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989, p. 183. Voir aussi Gourlay, Patrick, Le Louvre au secret. Brest 1870 : des chefs-d’œuvre à l’Arsenal, Châteaulin, Locus Solus, 2020.

[32] « Armes américaines », Le Phare de la Loire, 56e année, n°15387, 18 novembre 1870, p. 1.

[33] Ibid.

[34] Le Courrier de Rennes, 4e année, n°1, 7 janvier 1871, p. 3.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 7 juin). Pour une histoire connectée de la Bretagne en 1870-1871. Ar Brezel. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbpq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.