César Chabrun, député de la Mayenne, 1932. Gallica / Bibliothèque nationale de France: Agence Rol / Wikicommons.

La Grande Guerre comme rupture ? A propos de César Chabrun

Curieux éditorial que celui que fait paraître le 17 juillet 1920, en première page de L’Ouest-Éclair, le député mayennais, et blessé de guerre, César Chabrun[1]. Un an presque jour pour jour après le traité de Versailles, ce texte montre combien la situation est alors encore trouble, périlleuse. Dans cet immédiat après-guerre, alors que les poilus sont démobilisés depuis bientôt plus d’un an, la rupture avec le conflit n’est pas si nette qu’il pourrait y paraître de prime abord tant le destin de la Russie, et la crainte d’une propagation de la révolution bolchevique, est dans tous les esprits, et notamment dans celui de ce parlementaire. D’ailleurs, cet article jouxte un compte rendu de « l’offensive russe contre la Pologne », illustration de cette « plus Grande Guerre » qui vient considérablement dilater les chronologies et brouiller les cartes[2]. Ce député en est d’ailleurs une bonne illustration puisque son expérience combattante, bien que brève, doit se comprendre dans une certaine forme de continuité du service de la Nation. Pourtant, il importe de ne pas faire abstraction de la perspective diachronique : si maintes permanences s’observent sur le temps long, l’Histoire – contrairement à ce que suggère l’adage populaire – ne se rejoue jamais et l’époque ne saurait être comparée à celle que l’on a qualifiée, rétrospectivement, de « Belle »[3]. Un paradoxe qui dit la grande complexité du moment, et tout l’intérêt qu’il y a à interroger la Grande Guerre sous l’angle de la rupture, ce que j’aurai l’occasion de faire lors d’un colloque international organisé par l’Université catholique de l’Ouest et qui se tiendra à Angers les 19 et 20 mai prochains.

Ce paradoxe est rappelé dès le premier paragraphe de cet éditorial, propos associant à une série de clichés sur « l’Orient éternel », espace aussi vaste que fantasmé car incluant l’Inde et la Chine mais néanmoins résolument européo-centré puisqu’ayant pour « interprète » la Russie, une analyse de la situation politique qui prévaut dans ce pays depuis la Révolution de 1917. À cette occasion, l’auteur insiste sur le « sémitisme » de Karl Marx et Léon Trotsky, propos qui ne doit pas induire en erreur. Point d’antisémitisme à suspecter en effet ici chez ce fervent coopérateur, et par ailleurs militant de la Ligue des droits de l’homme, mais sans doute une allusion plus ou moins explicite aux projets sionistes ayant reçus l’aval des alliés en 1917 par l’intermédiaire de la déclaration dite Lord Balfour. Pour le dire autrement, César Chabrun tient à distinguer Lénine et Théodore Herzl :

« C’est là le point le plus grave : la Russie conduisant l’offensive de l’Asie, selon l’expression saisissante de mon ami René Pinon ; la Russie prenant son point d’appui sur le sémitisme – Karl Marx et Trotsky – ce qui ne veut pas dire sur le judaïsme véritable, car le sémite suisse comme le sémite allemand est plutôt un touranien qu’un juif et je doute qu’il descende des exilés de la diaspora… »

De tels propos invitent à plusieurs réflexions. Tout d’abord, sur la forme, il importe de revenir sur le vocabulaire employé par ce député de la Mayenne. Si la notion « d’exil » est de moins en moins présente dans la presse française conservée par la Bibliothèque nationale de France sur la période 1871-1939 – ce qui correspond peu ou prou à la IIIe République – le recours à l’idée de « diaspora » est lui exceptionnel. Jusqu’en 1939, et à en juger par la reconnaissance optique de caractères disponible sur Retronews, le terme n’apparaît que 5 fois dans les colonnes de L’Ouest-Eclair, 4 fois dans Le Phare de la Loire. Si la tendance en ce qui concerne les données en français disponibles pour la même période sur Google Books est sensiblement différente, puisqu’à la hausse et non à la baisse, les fréquences mesurées sont toutefois, là aussi, très faibles : moins de 0,00001% en ce qui concerne le terme « diaspora », en 1920, moins de 0,00003% pour « Exil ».

Occurrences des termes "Migration", "Exil" et "Diaspora" dans le corpus de presse française disponible sur Gallica, 1871-1939. Gallicagram.
Occurrences des termes “Migration”, “Exil” et “Diaspora” dans le corpus de presse française disponible sur Gallica, 1871-1939. Gallicagram.

Ensuite, sur le fond cette fois-ci, il convient de rappeler combien ce texte participe d’une mise en évidence les logiques d’assignation nationale. On aura pu être surpris par l’évocation simultanée de Karl Marx et Léon Trotsky à propos de la Révolution de 1917. Mais celle-ci renvoie en réalité à une rhétorique bien connue, celle qui fait de la Révolution d’octobre un enfant de l’Allemagne, Lénine et les Zimerwaldiens russes ayant été sortis de leur exil helvétique et renvoyés dans leur pays pour y prendre le pouvoir avec la bénédiction, et l’aide, de Guillaume II[4]. Autrement dit, si Karl Marx et Léon Trotsky sont juifs, ils sont avant tout, à en croire César Chabrun, allemand et russe – et non suisse comme il feint de le croire, mais je reviendrai sur ce propos – ce qui renvoie à un système de représentations où la nationalité prime toute autre considération, y compris religieuse. On voit donc combien l’idée patriotique infuse la gauche française, y compris un socialiste coopérateur comme ce parlementaire.

Or si cette assignation nationale a de l’importance, c’est qu’elle dit pour le député mayennais la continuité à l’œuvre en cette année 1920. Point de rupture donc mais au contraire une permanence dans l’adversité : hier le « militarisme germanique », demain le « despotisme oriental » et un même souci de défense de la « civilisation », terme qui dit l’impossible, ou tout du moins la très difficile, démobilisation culturelle qui caractérise l’époque. Dans ce cadre et à en croire le député de Mayenne, la France a une responsabilité particulière, non seulement parce qu’elle est le vainqueur de la Grande Guerre mais aussi parce qu’elle est le pays de la Révolution de 1789[5]. En effet, cet éditorial n’est ni plus ni moins qu’une transposition politique et constitutionnelle des idéaux coopérateurs du parlementaire ; convictions qui à n’en pas douter sont renforcées par la Grande Guerre. Pour lui, la responsabilité de ce conflit incombe aux « monarchies héréditaires », manière originale de dénoncer les Empires centraux, ce qui pour le coup est beaucoup plus convenu.

Portrait de César Charbrun, député de la Mayenne (détail, 1927). Gallica / Bibliothèque nationale de France: Agence Rol, département Estampes et photographie, EI-13 (1395).
Portrait de César Charbrun, député de la Mayenne (détail, 1927). Gallica / Bibliothèque nationale de France: Agence Rol, département Estampes et photographie, EI-13 (1395).

Pour César Chabrun, ce texte est bien entendu à un outil politique, réalité qui invite là encore à quelques réflexions. Passons rapidement sur le fait que cette tribune soit publiée dans L’Ouest-Éclair : celles et ceux qui travaillent sur la Bretagne ont souvent tendance à l’oublier mais le journal catholique rennais rayonne aussi vers l’Est de l’Ille-et-Vilaine, et notamment en Mayenne. Dans un second temps, remarquons que, par bien des égards, l’entrée au Palais Bourbon de ce professeur de droit à l’Institut catholique de Paris semble marquer une rupture dans sa carrière professionnelle, à savoir l’abandon de l’enseignement pour le métier politique. Or les représentations mentales entourant la citoyenneté à cette époque, notion renvoyant moins à l’urne qu’à la mise sur le pied de guerre dans le cadre d’un mécanisme de patriotisme défensif, induisent une certaine forme de continuité que suggère d’ailleurs sa fiche matricule de recrutement[6]. Incorporé en novembre 1901 en tant que soldat de 2e classe au 130e RI de Mayenne, César Chabrun témoigne d’une riche vie militaire puisqu’il est nommé sous-lieutenant de réserve dans cette même unité le 6 juin 1906, puis lieutenant de réserve le 23 décembre 1911, un cursus honorum qui n’est pas sans faire penser au parcours de Jean Janvier. Sa mobilisation en août 1914 sous l’uniforme du 130e RI n’a donc rien d’un « accident de l’Histoire » mais est au contraire la conséquence logique d’un long parcours qui voit l’institution lui déléguer l’exercice de l’autorité légitime au sein des rangs[7]. C’est en d’autres termes le résultat de cette assignation patriotique conduisant les individus à défendre leur pays arme à la main, et ceux qui ne peuvent pas le faire, pour raisons de santé par exemple, à devoir faire face dans les années 1920 à des attaques particulièrement vives. On pense par exemple au successeur de Jean Janvier à l’Hôtel de ville de Rennes, Carle Bahon, mais aussi au fait que Trotsky soit qualifié de « suisse » dans cette éditorial publié dans L’Ouest-Éclair : la confédération helvétique est en effet le symbole de la neutralité et si elle peut sembler pour beaucoup, aujourd’hui, « au-dessus de la mêlée », dans le sillage de Romain Rolland, elle est alors l’incarnation même de la soustraction au devoir national[8].

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Dans une logique d’assignation patriotique telle que celle-ci, pour César Chambrun, c’est Virton, et la blessure qu’il contracte le 22 août 1914, qui apparaît comme le moment véritablement décisif dans sa trajectoire puisqu’elle l’éloigne semble-t-il définitivement du champ de bataille[9]. Mais la rupture ne saurait néanmoins être complète, comme le rappelle la Croix de guerre qui lui est décernée le 25 décembre 1914 – honneur que les poilus sont fiers d’exhiber même s’ils ne se privent pas de critiquer amèrement ses modalités d’attribution – puis la Légion d’honneur qu’il reçoit le 11 janvier 1919[10]. On sait en effet que ces décorations constituent des capitaux symboliques particulièrement porteurs lorsque valorisés au sein du champ électoral[11]. Dès lors, le combat politique n’est-il pas pour César Chabrun le moyen de poursuivre, d’une autre manière, le service de son pays, ce d’autant plus que son mandat s’exerce dans un contexte particulièrement lourd, à savoir cette « lutte » opposant Paris à Moscou et qui fait précisément l’objet de l’éditorial que publie L’Ouest-Éclair le 17 juin 1920. Une manière de rappeler qu’en histoire, l’idée de rupture est bien souvent indissociable de son exact opposé, à savoir la contre-rupture.

Programme du colloque Migration, exil, diasporas, au prisme de la rupture :


[1] Chabrun, César, « Paris ou Moscou », L’Ouest-Éclair, 21e année, n°7214, 17 juillet 1920, p. 1.

[2] « L’Offensive russe contre la Pologne », L’Ouest-Éclair, 21e année, n°7214, 17 juillet 1920, p. 1.

[3] Sur la genèse de cette expression, Prost, Antoine, Les Français de la Belle époque, Paris, Gallimard, 2019, p. 10-11.

[4] Pour une rapide synthèse des événements, Gerwarth, Robert, Les Vaincus. Violences et guerres civiles sur les décombres des empires, 1917-1923, Paris, Seuil, 2017, p. 39-45.

[5] Sur ce point voir notamment Goya, Michel, Les Vainqueurs. Comment la France a gagné la Grande Guerre, Paris, Tallandier, 2018 et en ce qui concerne l’ombre portée de 1789 FURET, François, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978.

[6] Arch. dép. Mayenne : R 1503.166.

[7] Sur les enjeux d’une telle décision, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, p. 75 et suivantes.

[8] Rolland, Romain, « Au-dessus de la mêlée », Supplément au Journal de Genève, 85e année, n°260, 22-23 septembre 1914, p. 5.

[9] Arch. dép. Mayenne : R 1503.166.

[10] Arch. dép. Mayenne : R 1503.166.

[11] Pour de plus amples développements, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, p. 231 et suivantes.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 18 mai). La Grande Guerre comme rupture ? A propos de César Chabrun. Ar Brezel. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbpm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.