Lars Hellwinkel : le Frieser naval

On ne peut qu’être reconnaissant envers les Presses universitaires de Rennes qui non seulement publient l’importante thèse de L. Hellwinkel sur la base navale allemande de Brest pendant la Seconde Guerre mondiale mais rendent ce texte dès maintenant librement disponible sur la plateforme OpenEdition Books[1]. Il y a là une démarche tendant à la plus large diffusion des derniers acquis de la connaissance qu’il faut souligner et qui paraît d’autant plus justifiée que ce livre rebat assez largement les cartes. Fort documenté et richement illustré – notamment à partir de clichés issus des collections de l’ECPAD mais également des archives privées de l’auteur – ce livre déconstruit dans une dimension navale le mythe de la guerre-éclair tout en montrant combien l’occupation allemande dans la péninsule armoricaine relève d’une polycratie hautement concurrentielle mais en définitive beaucoup plus vulnérable que ce que l’on a trop souvent tendance à croire.

Le premier apport décisif du livre de L. Hellwinkel à l’historiographie de la Seconde Guerre mondiale est assurément la manière dont il invite à reconsidérer la campagne de France de mai-juin 1940, victoire allemande certes brusque mais offensive-éclair nullement planifiée, y compris dans sa dimension navale, contrairement à ce que peuvent affirmer les propagandistes du Reich. C’est ainsi par exemple que quand l’amiral Lothar von Arnauld de la Perière, nommé le 23 juin 1940 commandant de la Kriegsmarine en Bretagne, part de la Haye pour Brest le 19 juin, il n’a aucune connaissance de la situation militaire dans la péninsule armoricaine (p. 65).  En cela, l’auteur n’est pas sans faire penser à K.-H. Frieser[2].

La propagande comme vecteur de l'illusion de puissance: la bataille des V, sans lieu ni date. Collections Musée de Bretagne : 990.0032.483.
La propagande comme vecteur de l’illusion de puissance: la bataille des V, sans lieu ni date. Collections Musée de Bretagne : 990.0032.483.

Si la Kriegsmarine est aussi absente de l’offensive allemande lancée le 10 mai 1940, c’est que la France, et singulièrement pour ce qui nous intéresse ici la Bretagne, est dans les conceptions stratégiques en vigueur au sein du Reich en situation de concurrence avec un autre front, la Norvège (p. 37). Il en résulte que l’Allemagne a finalement, en mai 1940, peu de moyens disponibles à déployer en Manche face à la Royal Navy (p. 43). Ce faisant, le livre invite à nuancer la réalité bien mise en évidence par l’historien américain C. L. Symonds, à savoir la centralité de la Bretagne dans cette Seconde guerre mondiale sur mer qui n’en demeure pas moins un aspect périphérique du conflit[3]. Quelques semaines plus tard, c’est en effet l’opération Seelöwe et la perspective d’un débarquement en Angleterre qui mobilise une grande partie de la flotte allemande disponible, dégarnissant de fait les côtes armoricaines (p. 72). En 1942, c’est la crainte par Hitler d’un débarquement britannique au nord de la Norvège qui est cause (p. 128). Dans ses mémoires, Erich Raeder explique d’ailleurs que l’attaque contre l’Union soviétique prive le front britannique – et donc les bâtiments de la Kriegsmarine opérant à partir de la Bretagne – d’importants soutiens aériens (p. 133). Ajoutons d’ailleurs que cette logique n’est pas propre aux nazis. Prenant acte de la relative inefficacité de leur stratégie de bombardement sur les bases navales de Brest, Saint-Nazaire et Lorient, les alliés décident en 1943 de se tourner « vers des cibles plus prometteuses en Allemagne » (p. 149).

Mais cette concurrence des fronts n’est pas qu’affaire de rivalités entre théâtre d’opérations. Elle dessine une lutte parfois âpre entre dignitaires et entités du Reich, panorama décrivant un régime polycratique à des années lumières de l’hitlérisme ou du totalitarisme décrits par l’historiographie jusque dans les années 1970[4]. C’est ainsi que l’opération Seelöwe évoquée plus haut cristallise, dès l’été 1940, l’antagonisme entre l’amiral Erich Raeder, partisan des bâtiments de surface, et Karl Dönitz, ardent promoteur de la guerre sous-marine (p. 72-73). Celle-ci prend toutefois fin en février 1942 avec le repli de la flotte de surface allemande, la base de Brest servant à partir de cette date essentiellement à la guerre sous-marine (p. 135). Autre concurrence, celle qui concerne l’emploi des matériels, et plus encore de la main d’œuvre. Dans ce cadre, les bases bretonnes, Brest mais également Lorient, sont dès l’été 1940 en concurrence avec Wilhelmshaven, dans une logique qui n’est d’ailleurs pas sans faire songer à ce que pouvait montrer dans les années 1960 l’historien allemand E. Jäckel à propos des ressources agricoles[5]. C’est ainsi qu’à la fin du mois de novembre 1940 le haut-commandement à Berlin estimait que « chaque agent technique qui était engagé dans les chantiers navals en France manquait directement ou indirectement à la construction de sous-marins en Allemagne » (p. 94). La pénurie est également sensible lorsqu’il s’agit des équipements portuaires, même si cet état de fait peut donner lieu à des flux divergents. Ce sont en effet en septembre 1940 des remorqueurs en provenance d’Allemagne – vieux bâtiments lancés au début du XXe siècle – qui viennent équiper le port de Brest, et non l’inverse (p. 105).

Une seconde réalité, allant largement à rebours des canons mémoriels en vigueur, émerge de ce tableau, à savoir la relative faiblesse de forces armées du Reich. Ainsi, pour L. Hellwinkel, « le fait que l’évacuation (en juin 1940) de la plus grande base navale française de l’Atlantique se soit si bien passée malgré les opérations de minage allemand » s’explique par l’absence de bombardement aérien, et souligne donc les lacunes de la Luftwaffe (p. 43-44). Le bilan dramatique du Lancastria à Saint-Nazaire ne doit ainsi pas être mal interprété : malgré le nombre effroyable de morts, il s’agit plus d’une opération en trompe-l’œil qu’autre chose. Au total, les Britanniques parviennent à évacuer 32 584 hommes de Brest, soit 1/10e de Dunkerque (p. 45). Absente de la campagne de France, la Kriegsmarine ne peut en conséquence peser sur les négociations d’armistice et se caractérise donc par une réelle faiblesse politique qui ne lui permet pas d’obtenir la cession entière de la flotte française (p. 49).

Vue de la base sous-marine de Brest, 26 septembre 1944. National archives at College Park : 342-FH-3A17767-61368AC.
Vue de la base sous-marine de Brest, 26 septembre 1944. National archives at College Park : 342-FH-3A17767-61368AC.

Dès l’été 1940 donc, la position allemande sur les côtes bretonnes, et singulièrement à Brest, est en réalité beaucoup plus fragile qu’il n’y parait. La journée du 23 juin 1940 en donne une bonne idée puisqu’alors que l’amiral von Arnauld de la Perière fait état dans son cahier de marche des dégâts infligés aux installations portuaires brestoises, il reçoit le même jour l’ordre d’y ériger une base de sous-marins (p. 67). Si à Lorient, l’occupant parvient à rapidement obtenir la coopération de ce qui reste de la marine française (p. 136), tel n’est pas le cas dans le port du Ponant où les relations sont beaucoup plus longues, et délicates, à établir (p. 64-65). D’ailleurs, L. Hellwinkel note que « la Kriegsmarine, même trois mois après l’occupation du port, n’était pas encore capable en septembre 1940 de protéger suffisamment sa nouvelle base principale contre le danger des mines » (p. 71). Comment s’étonner donc que celle-ci soit dans l’obligation d’ordonner la fermeture des phares sur la côte dès le 26 juin 1940 ?[6] De même, comment s’étonner que la construction du Mur de l’Atlantique, décidée le 14 décembre 1941 (p. 213), n’aboutisse pas à ce qui est initialement prévu ? Là encore, la concurrence entre les impératifs stratégiques se fait ressentir puisque les pénuries de béton et la priorité accordée aux abris pour les sous-marins nuisent à ce projet. Et l’auteur de remarquer que « en décembre 1943, seulement 5% des batteries côtières allemandes en France – c’est-à-dire 36 canons sur un total de 674 pièces réparties sur environ 200 batteries existantes – se trouvaient sous la protection d’une casemate bétonnée » (p. 215). L’équipement est lui constitué de bric et de broc, prélevé çà ou là puisqu’on relève 92 armes différentes employant 256 types de munitions (216) : une diversité rédhibitoire dans cette deuxième campagne de France qui, dans le prolongement d’Overlord, s’apparente par bien des égards à une bataille de masse matérielle[7]. Ainsi, le 6 juin 1944, la Kriegsmarine ne dispose en Manche que de 5 torpilleurs, 34 vedettes lance-torpilles, 163 dragueurs de mines et 57 patrouilleurs (ces deux dernières appellations cachant bien souvent des bâtiments auxiliaires tels que des chalutiers reconvertis) face à 7 navires de ligne, 23 croiseurs, 105 contre-torpilleurs et 1 073 « autres petits navires de guerre » (p. 222). C’est du reste cette pénurie de bateaux qui explique pourquoi la marine allemande décide de s’appuyer aussi tôt sur des champs de mines pour défendre les côtes et ses bases navales (p. 223).

Il est inutile sans doute de montrer combien en face de ce Reich en apparence triomphant Vichy est, à l’été 1940, en situation de grande faiblesse. Tout est par bien des égards affaire de non-dits et de faux-semblants : si les navires de l’Unité marine Brest continuent de naviguer sous les couleurs françaises, ils sont considérés comme prises de guerre par les autorités allemandes (p. 187). Pourtant, comme dans une réaction chimique où les éléments négatifs s’additionneraient pour en créer d’autres, positifs eux, de la conjonction de ces fragilités va résulter une dynamique relativement efficace. Soucieux avant tout de maintenir l’ordre, et donc de prévenir tout trouble pouvant résulter d’un chômage massif (p. 158 et 160 notamment), Vichy s’emploie à immédiatement remettre les marins au travail, quitte à les placer au service de la Kriegsmarine qui voit là un moyen de pallier son déficit structurel de main d’œuvre (p. 80-81). La collaboration avec l’Allemagne en haut de la chaîne hiérarchique ne fait donc pas l’ombre d’un doute même si elle n’est pas exempte d’arrière-pensées pragmatiques : faire travailler les marins français dans les bases navales de Brest, Lorient et Saint-Nazaire, c’est aussi empêcher que cette main d’œuvre soit réquisitionnée et envoyée en Allemagne (p. 165). « Lutter » ainsi contre le chômage, c’est aussi pour Vichy se donner les moyens d’éviter la tentation gaulliste (p. 182). Mais du point de vue des hommes qui, sur le terrain, concourent ainsi à l’effort de guerre nazi, le jugement de L. Hellwinkel est beaucoup plus nuancé (p. 166) :

« Le travail des ouvriers des arsenaux français pour le compte allemand reste un sujet sensible. Peut-on parler d’une collaboration économique ? Mais quel choix l’ouvrier brestois avait-il ? En dehors du travail à l’arsenal, il n’y avait dans la région que l’embauche sur les chantiers du Mur de l’Atlantique ou sur d’autres emplois au bénéfice de l’occupant allemand. »

Il n’en demeure pas moins que l’emploi de cette main d’œuvre « montre très bien la dépendance des arsenaux allemands sur la côte atlantique au concours français » (p. 167), ce qui dit aussi en creux la faiblesse de la Kriegsmarine. Un recensement d’octobre 1940 fait ainsi état de 600 civils travaillant, à Brest, dans les services de l’amiral von Arnauld de la Perière, chiffre qui n’inclue pas l’arsenal mais les ouvriers de la Pyrotechnie Saint-Nicolas ainsi que des chauffeurs, des interprètes, des femmes de ménage, des dactylographes ainsi qu’un cuisinier et « l’équipage d’un petit remorqueur au service du commandant allemand du port Morlaix » (p. 171). Le franchissement de la ligne de démarcation en novembre 1942 et la suppression de l’armée d’armistice font ainsi craindre à la Kriegsmarine la perte du soutien de la marine française, frayeur qui dit bien la dépendance allemande (p. 191-192). Certains vont même jusqu’à redouter que la guerre navale à l’ouest ne puisse pu être menée (p. 195)… En juillet 1944, un mémorandum concède lucidement que « à la différence des autres armées de la Wehrmacht, la Kriegsmarine dépend de la volonté de la Marine française de développer une coopération loyale » (p. 202).

La reddition devant Portsmouth, New Hampshire, du U-1228. National archives at College Park : 38329751.
La reddition devant Portsmouth, New Hampshire, du U-1228. National archives at College Park : 38329751.

Dans ce cadre, l’action des alliés, en termes d’efficacité militaire, est considérablement nuancée par L. Hellwinkel. Le séjour finistérien du Scharnhorst et du Gneisenau en donne un bon exemple. À l’en croire, « ce n’étaient finalement pas les raids aériens britanniques qui devaient retarder la réparation des deux navires mais les conditions de travail à l’arsenal de Brest car il manquait toujours le matériel et les moyens nécessaires aux travaux sur les machines des deux cuirassés » (p. 107). Il en est de même à Lorient où l’efficacité des bombardements sur la réparation des sous-marins n’est qu’indirecte, moins causée par les tapis de bombes que par les déplacements de populations imposés par la défense passive (p. 148). L’auteur invite donc à relativiser les exploits du lieutenant de vaisseau Jean Philippon, informateur des Britanniques via la Confrérie Notre-Dame du colonel Rémy (p. 120). Le bilan militaire de la Résistance sur la base navale de Brest est par ailleurs assez difficile à établir puisque « prouver des actes de sabotage dans le système complexe d’un chantier naval est par contre très compliqué car, dans de nombreux cas, il n’est pas évident de savoir s’il s’agit d’un accident, d’une défaillance technique ou d’un véritable sabotage.  La cause de l’incendie de l’arsenal de Brest, le 7 août 1941, reste par exemple encore indéterminée.

En d’autres termes, il ne s’agit pas de dire que les bases navales allemandes en Bretagne n’ont pas été le théâtre d’actes de Résistance, certains même assez grandioses. D’ailleurs, L. Hellwinkel fait état de tracts rédigés et diffusés à Brest par des Résistants communistes allemands (p. 209), fait passablement ignoré par l’historiographie. Le propos de l’auteur est en fait de montrer que le travail d’établissement des faits par la discipline historique est beaucoup plus délicat à mener que ne le laisse sous-entendre la vulgate mémorielle. Celle-ci étant comme bien souvent l’outil politique du temps présent, on mesure sans peine tout ce qui sépare cette enquête rigoureuse du récit mensonger porté par le « mouvement breton » visant à relier Chariot au réseau du Musée de l’Homme, notamment par l’intermédiaire de René-Yves Creston[8]. Idem en ce qui concerne le SAS et futur historien Michael R. D. Foot, ces narrations contrefactuelles ayant pour fonction de constituer un rideau de fumée occultant Breiz Atao et l’enlisement de l’Emsav dans la collaboration.

Sabotage ferroviaire, sans lieu ni date (détail). Collections Musée de Bretagne : 990.0032.916.
Sabotage ferroviaire, sans lieu ni date (détail). Collections Musée de Bretagne : 990.0032.916.

Dense et parfaitement étayée par un impressionnant travail dans les sources allemandes, cette enquête de L. Hellwinkel fera assurément date dans l’historiographie, historiographie de la Bretagne bien entendu mais de manière plus générale encore de la Seconde Guerre mondiale. On ne peut donc qu’en conseiller la lecture tant il est certain que ce livre s’imposera très rapidement comme un volume indispensable à toute bibliothèque historique digne de ce nom.


[1] Hellwinkel, Lars, La Base navale allemande de Brest, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Frieser, Karl-Heinz, Le mythe de la guerre éclair. La campagne de l’ouest de 1940, Paris, Belin, 2003.

[3] Symonds, Craig L., Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Perrin, 2020.

[4] Pour une rapide synthèse sur ces questions voir notamment Chapoutot, Johann, Libres d’obéir. Le management, du nazisme à aujourd’hui, Paris, Gallimard, 2020.

[5] Jäckel, Eberhard, La France dans l’Europe d’Hitler, Paris, Fayard, 1968.

[6] A ce propos, on pourra lire Le Gall, Erwan, « Briac et la force de la fiction pour dire l’Histoire » (postface), Briac, Armen 43, Châteaulin, Locus Solus, 2020, p. 60-63.

[7] Cochet, François, « Overlord. Prémices de la société de consommation ? », in Leleu, Jean-Luc (dir.), Le Débarquement. De l’événement à l’épopée, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 213-224.

[8] Sur ce point lire la mise au point salvatrice de Carney, Sébastien, « « Mais parlons d’autre chose. Regard sur l’historiographie du Béluga », in Postic, Fañch et Simon, Jean-François (dir.), René-Yves Creston (1898-1964) : un artiste breton en quête d’altérité, Brest, CRBC, 2017, p. 215-230.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Erwan Le Gall (5 mai 2022). Lars Hellwinkel : le Frieser naval. Ar Brezel. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbpk


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.