Couverture de la "Simple histoire 1914, 1915, 1016, 1917, 1918" de Pierre Galle. Collections Musée de Bretagne : 992.0042.1.

Pierre Galle et l’odyssée de la Grande Guerre

Appartenant à la même génération que Mathurin Méheut, Camille Godet ou encore Jean-Julien Lemordant, Pierre Galle est pourtant nettement moins connu que ses anciens condisciples de l’École régionale des Beaux-Arts de Rennes qui comptent parmi les plus célèbres peintres-combattants de la Grande Guerre. Artiste à la fibre régionale affirmée et affectionnant particulièrement les paysages entourant le chef-lieu du département d’Ille-et-Vilaine, ce fils d’horloger n’est pas non plus complètement étranger au fait militaire et guerrier[1]. En témoigne notamment un carnet conservé par le Musée de Bretagne et sobrement intitulé Simple histoire 1914-1915-1916-1917-1918, album composé de 8 dessins et archive absolument fascinante pour qui sait la lire[2]. Indépendamment des qualités artistiques de cette œuvre, ce dont nous ne sommes pas en mesure de rendre compte, il s’agit là en effet d’une source exceptionnelle.

À n’en pas douter, c’est bien en tant que Breton que Pierre Galle, né le 8 février 1883 à Rennes, prend part à ce conflit et l’évoque dans ce petit carnet de croquis. En témoignent notamment les nombreux costumes régionaux présents tout au long du recueil. Pour autant, cet ancrage régional ne doit pas tromper en ce que la bretonnité dont il est question ici s’enchâsse sans ambiguïté aucune dans l’idée nationale. C’est ce que vient rappeler le ruban tricolore assurant la reliure du carnet et, à dire vrai, il n’y a là pas grande surprise tant cette imbrication des appartenances est caractéristique des « gigognes patriotiques » mises en évidence par A.-M. Thiesse[3]. Pour autant, il serait sans doute hâtif de voir dans ce carnet une œuvre autobiographique, faisant écho à la bretonnité de l’artiste. Cela serait même un contre-sens à peu près complet. La fiche matricule de recrutement de Pierre Galle, conservée aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, montre en effet combien le parcours du peintre ne correspond pas au récit donné dans ce recueil[4]. Contrairement à ce que suggèrerait le deuxième dessin à qui le lirait mal, l’artiste n’apprend pas la nouvelle de la mobilisation générale sur la place d’un village, de la bouche d’un maire ceinturé de son écharpe tricolore, mais en ville, très probablement à Noisy-le-Sec[5]. Ce n’est de surcroît qu’après la Grande Guerre que le peintre retourne habiter en Bretagne[6]. Ajoutons du reste que Pierre Galle n’a selon toute vraisemblance qu’une vue très théorique, pour ne pas dire idéalisée, de la vie rurale. Il voit en effet le jour à quelques encablures de la gare de Rennes, au 3 boulevard de Beaumont, au domicile de ses parents[7]. Lors de son passage devant le Conseil de révision, 20 ans plus tard, il déclare résider dans le VIe arrondissement puis élit domicile dans le XVe avant de s’établir quelques temps à Noisy-le-Sec[8].

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 975.0068.7. Le 3, bd de Beaumont où Pierre Galle voit le jour est l'immeuble situé à gauche du cliché.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 975.0068.7. Le 3, bd de Beaumont où Pierre Galle voit le jour est l’immeuble situé à gauche du cliché.

Certes, la vue d’une veille de nuit, en première ligne, peut correspondre à l’expérience de guerre de celui qui sert, dans la zone des armées, en tant que caporal, d’abord au 2e puis au 7e régiment d’infanterie – unité tenant garnison à Cahors – entre le 2 septembre 1915 et le 18 mars 1916. Mais, en revanche, la représentation non datée – nécessairement après le printemps 1915 à en juger par la couleur des uniformes – d’un assaut ne correspond pas à ce que l’on peut savoir de ce type d’offensives. La scène renvoie trop aux canons héroïques d’avant-guerre pour pouvoir être considérée comme relevant du domaine du témoignage. D’ailleurs, il n’est même pas certain que Pierre Galle participe lui-même à une telle opération. En effet, l’artiste – à l’instar du reste de ses camarades Mathurin Méheut et Camille Godet – est semble-t-il rapidement affecté au service topographique de la 20e division d’infanterie, l’armée identifiant à l’évidence chez cet individu des compétences qui peuvent lui être grandement utiles au moment de dresser des cartes et autres canevas de tir[9].

Dans un portrait qui lui est consacré en septembre 1935, au lendemain de sa nomination à la tête de l’École des Beaux-Arts de Rennes, L’Ouest-Eclair revient en quelques mots sur la Grande Guerre de Pierre Galle :

« D’abord, il appartient au bataillon de marche du 41e RI, en Argonne, puis il est cartographe à la 20e DI. Cartographe, un filon ? Non. Il fallait, toujours en première ligne, faire des plans et des croquis sans que la main tremblât sous la menace des balles et des obus, ce qui valut à Pierre Galle une citation à l’ordre de la brigade. »[10]

Non seulement ce parcours ne correspond pas à ce qui figure sur sa fiche matricule de recrutement – même si l’affectation à un bataillon de marche du 41e RI est une information crédible – mais celle-ci ne fait nullement état de la moindre citation. Faut-il en déduire qu’une telle distinction constitue un capital symbolique indispensable pour obtenir un poste tel que la direction de l’École des Beaux-Arts de Rennes ?

Veille au petit poste. Cinquième dessin de la "Simple histoire 1914, 1915, 1016, 1917, 1918" de Pierre Galle. Collections Musée de Bretagne : 992.0042.1.
Veille au petit poste. Cinquième dessin de la “Simple histoire 1914, 1915, 1016, 1917, 1918” de Pierre Galle. Collections Musée de Bretagne : 992.0042.1.

Ce point reste pour l’heure sans réponse mais a néanmoins le mérite de poser la question du positionnement politique de Pierre Galle, et par ricochet des soutiens nécessaires à l’accession à de telles fonctions. Idéologiquement, l’artiste ne semble pas excessivement marqué et réalise aussi bien le portrait du droitier parlementaire René Le Hérissé que du radical maire de Rennes, et par ailleurs officier de réserve, Jean Janvier[11]. Mais sa fibre régionale ne laisse pas insensible certains militants de l’Emsav, parmi lesquels Léon Le Berre, connu également sous nom bardique Abalor. C’est ainsi qu’une exposition de Pierre Galle, consacrée à Concarneau et donnant à voir un certain nombre de marines, donne lieu, au début de l’année 1932, à un vigoureux plaidoyer dans les colonnes de L’Ouest-Éclair en faveur d’un certain académisme et, surtout, en réaction au modernisme :

« Nous n’insisterons pas, une fois de plus, sur les qualités de l’artiste, sincérité de l’observation, facture très enlevée. Elles tranchent sur ces extravagances et ces puérilités où l’engouement des snobs prétend découvrir un genre naissant, illusion qu’entretient tout un consortium de mercantis dénués de scrupules. Que de croûtes, achetées en vrac, ces dernières années, à qui perd gagne, par des spéculateurs éhontés, trafiquants de la mode ! Mais la crise actuelle s’est étendue à ces produits de l’incohérence et du bluff.

Les vrais artistes, consciencieux, éloignés de tout bolchevisme d’art, pourront souffrir momentanément de cet éloignement des acheteurs. Mais ils en triompheront nécessairement, car les créateurs de laideur et de bêtise iront se décourageant, de plus en plus, de l’obscurité où les plonge, légitimement, leur ignorance de l’art de peindre, leur maladresse dans l’emploi des couleurs et des nuances. »[12]

En 1937, Pierre Galle illustre un des ouvrages d’Abalor, volume intitulé Bretagne d’hier et publié par L’Ouest-Eclair[13]. Faut-il voir là une simple collaboration artistique ou, au contraire, la marque d’un engagement plus prononcé, Léon Le Berre étant au tournant du siècle un des responsables de l’Union régionaliste bretonne ?

Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.973.
Carte postale. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.973.

Mais revenons-en à cette Simple histoire qui ne l’est du reste pas tant que cela. Comment faut-il la lire ? En réalité, c’est plus d’une allégorie dont il s’agit avec ce carnet de Pierre Galle, autrement dit d’une mise en images du parcours d’un poilu breton idéal-typique. Mais, si le registre est clairement fictionnel, ceci ne signifie pas que cette œuvre ne constitue pas une archive d’un grand intérêt pour l’historien. Bien au contraire, elle dit tout autant le choc de la guerre qu’un conflit vécu par bien des égards à la manière d’une odyssée, au sens homérien du terme. Peu lisible, le premier dessin présente une scène de genre à la fois mièvre et hautement significative : assise sous un arbre, une femme observe un paysan s’appuyant sur ce qui semble être une fourche, ou une bêche. Posons ici l’hypothèse qu’il s’agit d’un couple, ce qui de fait place la guerre comme une séparation intime. Autrement dit, Pénélope s’apprête à perdre Ulysse. En effet, le second dessin montre la communauté villageoise réunie autour du maire en train de lire, selon toute vraisemblance, l’annonce de la mobilisation générale. On le sait, celle-ci est confondue par les contemporains avec la déclaration de guerre proprement dite, ce qui dit en creux combien la perspective d’un conflit avec l’Allemagne est alors solidement ancrée dans les consciences[14].

Le quatrième dessin, par ailleurs reproduit dans le catalogue de l’exposition Rennes 1922. La ville et ses artistes de la Belle époque aux années folles publié par le Musée des Beaux-Arts, est particulièrement intéressant[15]. Il fait suite à une représentation de Pénélope éplorée, seule, sur une route déserte figurant le village vidé de ses hommes et, singulièrement, d’Ulysse. L’heure n’est pas comme on l’a longtemps cru aux cris revanchards des va-t-en-guerres mais aux larmes, en écho aux travaux de C. Vidal-Naquet sur les couples séparés par le conflit[16]. Sur le dessin suivant, le quatrième donc, Ulysse arrive à la caserne, en l’occurrence celle de l’Arsenal à Rennes. Manifestation du nationalisme ordinaire, en des heures qui ne le sont nullement, la rue est pavoisée et la palette chromatique se focalise sur les trois couleurs patriotiques, celles du drapeau bien entendu mais aussi celles de l’uniforme, aisément reconnaissables avec ces pantalons rouges. Au premier rang, toutefois, une femme, vêtue de noir, suggère la gravité du moment et le deuil vers lequel se dirigent les deux protagonistes. En arrière-plan, on devine une tendre embrassade, preuve encore que « la fleur au fusil » n’est probablement pas de mise.

L'arrivée à la caserne de l'arsenal, à Rennes. Quatrième dessin de la "Simple histoire 1914, 1915, 1016, 1917, 1918" de Pierre Galle. Collections Musée de Bretagne : 992.0042.1.
L’arrivée à la caserne de l’arsenal, à Rennes. Quatrième dessin de la “Simple histoire 1914, 1915, 1016, 1917, 1918” de Pierre Galle. Collections Musée de Bretagne : 992.0042.1.

D’ailleurs, la démarche des deux hommes qui se dirigent vers la caserne – probablement Ulysse ainsi qu’un « pays » – n’est pas sans attirer l’attention. Les deux hommes portent des sabots, comme pour mieux souligner leur origine rurale. Mais leur démarche interpelle. Celui de gauche, le « pays » d’Ulysse, semble ivre et ne parait tenir debout que parce qu’il s’adosse à son ami. Or, là encore, à mille lieues des stéréotypes qui entourent le cliché d’une entrée en guerre « fraîche et joyeuse », les archives attestent de ce que ces heures d’aout 1914 sont le moment d’une alcoolisation massive qui, en creux, dit le malaise qui s’empare de ces sociétés pas encore tout-à-fait belligérantes. En témoignent plusieurs mesures prises par les autorités, tant civiles que militaires. Le plus prompt à réagir semble avoir été Lucien Saint, préfet d’Ille-et-Vilaine. Le 3 août 1914, il décrète en vertu de l’état de siège proclamé la veille sur l’ensemble du territoire français la fermeture à 21 heures, sauf à Rennes où un délai supplémentaire d’une heure est accordé, « des cafés, cabarets, débits de boissons et cafés concerts »[17]. Il est d’ailleurs interdit à ces établissements, à partir du 17 août, de vendre de l’absinthe, mesure qui ne saurait être comprise dans le cadre d’une classique politique hygiéniste de promotion de la tempérance alcoolique puisque cet arrêté est pris, lui aussi, en vertu de l’état de siège proclamé le 2 août[18]. Il s’agit donc bien d’une mesure d’exception dictée par la guerre. Renforçant ces décisions préfectorales, les autorités militaires ordonnent pour leur part le 9 août[19] la fermeture à 17 heures, sur tout le territoire de la 10e région, des « cafés, débits de boissons et cabarets de tous genres »[20]. Loin des visions angéliques de l’entrée en guerre des Français, battues en brèche dès la fin des années 1970 par la thèse de Jean-Jacques Becker[21], le général Marion commandant la 10e région militaire explique devoir prendre ces mesures énergiques du fait de plusieurs cas d’alcoolisation massive :

« A la suite des cas d’ivresse qui se sont produits en grand nombre depuis plusieurs jours et particulièrement depuis que les plus anciennes classes des réserves sont convoquées, il est arrivé ce fait incroyable dans une garnison de la 10e région que, dans la seule journée du 6 août, six territoriaux sont morts à l’hôpital militaire du delirium tremens.

Ces ivrognes seront enterrés demain sans honneurs militaires.

De plus, plusieurs hommes sont entrés à l’hôpital aujourd’hui pour des cas semblables dans la même garnison. »[22]

Derrière leur trait naïf, presqu’enfantin, les dessins de Pierre Galle sont en réalité d’une grande modernité historiographique. C’est ce qui est suggéré par l’antépénultième croquis, figurant telle une femme de marin attendant le navire ramenant au foyer son époux – subtile clin d’œil à Pêcheur d’Islande ? – la distance séparant les couples dont le mari est mobilisé. Or celle-ci n’est pas réduite à néant par l’Armistice du 11 novembre 1918 mais uniquement par le retour au village d’Ulysse, héros moderne et vainqueur accueilli triomphalement par sa femme et son fils mais aussi le maire et toute la communauté villageoise. Ce faisant, c’est bien la dilatation des bornes chronologiques du conflit qui se donne à voir, comme dans une fascinante préfiguration des études sur les sorties de guerre[23]. C’est dire si cette Simple histoire est une archive tout bonnement exceptionnelle.


[1] Signalons pour mémoire que son frère cadet, Jean, est lui aussi un brillant artiste, qui enseigne d’ailleurs la sculpture à l’École des Beaux-Arts de Nice. Réformé pour cause de tuberculose, il ne combat pas pendant la Première Guerre mondiale. Ceci ne l’empêche néanmoins pas de réaliser un certain nombre de monuments aux morts après le conflit, dont ceux d’Iffendic, Houilles ou encore de Dinard, réalisation qui pâtit de polémiques initiées par le second Emsav et la nébuleuse Breiz Atao. Kazerouni, Guillaume et Deltour, Louis, Rennes 1922. La ville et ses artistes de la Belle Époque aux Années folles, Paris, Snoeck, 2022, p. 286 et Arch. dép. I&V : 1 R 1977.236.

[2] Collections Musée de Bretagne : 992.0042.1. Il n’est pas impossible que quelques-unes de ces œuvres fasse l’objet, en septembre 1926, d’une exposition à Paris, aux galeries Georges Petit. L’artiste est ainsi décrit : « Peu connu à Paris, Pierre Galle, qui vit à l’écart dans son atelier, à Rennes, est un artiste de grande valeur dont l’œuvre suscitera un très vif intérêt. Ce qu’il me présente est une histoire de la guerre, qu’il a faite comme fantassin. Souvenirs de tranchées, dessins, croquis et pochades sont un document précieux où le paysage lunaire du front et les traits des bonshommes sont autant d’évocations saisissantes. Pierre Galle illustra, au front, la plupart des numéros du journal des tranchées l’Argonnaute, introuvable aujourd’hui, où il se servit des procédés primitifs du tirage à la gélatine pour sortir des planches en cinq et six couleurs ». « L’Exposition Pierre Galle », L’Ère nouvelle, 8e année, n°3213, 26 août 1926, p. 3. Pour une critique de cette exposition, voir notamment H. C., « L’exposition Pierre Galle à la galerie Georges Petit (Dessins, croquis et pochades de la guerre », L’Ouest-Eclair, 28e année, n°9096, 18 septembre 1926, p. 4 ainsi que Jacques, Henry, « Pierre Galle peintre de guerre », L’Ère nouvelle, 8e année, n°3242, 24 septembre 1926, p. 1-2.

[3] Thiesse, Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997 et La création des identités nationales, Europe XVIIIe – XXe siècle, Paris, Seuil, 2001. Voir aussi Bourlet, Michaël, Lagadec, Yann et Le Gall, Erwan (dir.), Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

[4] Arch. dép. I&V : 1 R 1961.596.

[5] Arch. dép. I&V : 1 R 1961.596.

[6] Kazerouni, Guillaume et Deltour, Louis, Rennes 1922…, op. cit., p. 287.

[7] Arch. mun. Rennes : 2 E 91, acte n°202.

[8] Arch. dép. I&V : 1 R 1961.596.

[9] Pour de plus amples réflexions sur ces questions, je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une armée de métiers ? Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[10] « Un entretien avec M. Pierre Galle le nouveau directeur de l’École des Beaux-Arts de Rennes », L’Ouest-Eclair, 38e année, n°14202, 25 septembre 1935, p. 6. Il est à noter que, du point de vue d’éventuelles d’accusations d’embusquage, cet article n’est absolument pas neutre.

[11] « Un entretien avec M. Pierre Galle le nouveau directeur de l’École des Beaux-Arts de Rennes », L’Ouest-Eclair, 38e année, n°14202, 25 septembre 1935, p. 6 ; Kazerouni, Guillaume et Deltour, Louis, Rennes 1922…, op. cit., p. 287.

[12] Le Berre, Léon (Abalor), « L’exposition Pierre Galle continue », L’Ouest-Eclair, 32e année, n°12839, 1er janvier 1932, p. 5.

[13] Cressard, Pierre, « Choses et gens de chez nous », L’Ouest-Eclair, 39e année, n°14876, 1er août 1937, p. 5.

[14] Pour de plus amples développements, renvoyons au classique Becker, Jean-Jacques, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses nationales de la Fondation des Sciences politiques, 1977 et dans une perspective plus strictement bretonne Le Gall, Erwan, La courte Grande Guerre de Jean Morin, Spézet, Coop Breizh, 2014.

[15] Kazerouni, Guillaume et Deltour, Louis, Rennes 1922…, op. cit., p. 115

[16] Vidal-Naquet, Clémentine, Couples dans la Grande Guerre. Le tragique et l’ordinaire du lien conjugal, Paris, Les Belles Lettres, 2014.

[17] Arch. dép. I&V : 1 M 21, Arrêté préfectoral du 3 août 1914.

[18] Arch. dép. I&V : 1 M 21, Arrêté préfectoral du 17 août 1914.

[19] La note de service contenue dans le carton 1 M21 des archives départementales d’Ille-et-Vilaine est non datée. Toutefois, celle-ci est reproduite dans l’édition de L’Ouest-Eclair datée du 10 août 1914, précédé de la mention « Le général Marion commandant la 10e région a communiqué hier la note suivante ». Arch. dép. I&V : 1 M 21, Note de service non datée. « L’Heure de la fermeture des cafés est avancée », L’Ouest-Eclair, 16e année, n°5711, 10 août 1914, n°5711. p.2.

[20] Arch. dép. I&V. Note de service non datée. L’Ouest-Eclair daté du 11 août 1914 évoque « plusieurs débitants [qui] n’ont pas fermé leur établissement à cinq heures de l’après-midi, ainsi que le veut l’autorité militaire. Pour l’avoir omis, ils se sont vu dresser contravention ».  Preuve supplémentaire du caractère très circonstancié de ces mesures, et donc témoin d’une alcoolisation des mobilisés d’août 1914, L’Ouest-Eclair daté du 14 août, c’est-à-dire une fois le gros des troupes parti au front, évoque la décision du commandement de la 10e région militaire d’aligner la fermeture des cafés et cabarets sur les horaires fixés par la Préfecture d’Ille-et-Vilaine. L’Ouest-Eclair, 11 août 1914, n°5712. p.2. et 14 août 1914, n°5714. p. 4.

[21] Becker, Jean-Jacques, 1914…, op. cit.

[22] Arch. dép. I&V : 1 M 21, Note de service non datée.

[23] Cabanes, Bruno, La Victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français 1918-1920, Paris, Seuil, 2014.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 28 avril). Pierre Galle et l’odyssée de la Grande Guerre. Ar Brezel. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbpj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.