L’axe de l’angle mort : à propos d’un jouet de guerre

Avoir des beaux-parents brocanteurs, quand on est historien, c’est à coup sûr être régulièrement confronté à des casse-têtes relatifs à telle ou telle « vieillerie » qu’il faut dater, expliquer, contextualiser, pour mieux pouvoir la vendre. Si je ne suis pas certain de l’exacte valeur ajoutée en espèces sonnantes et trébuchantes de mes analyses, c’est à chaque fois un réel plaisir de me confronter à cette histoire par l’objet qui est d’ailleurs beaucoup plus difficile à pratiquer que ce que l’on pourrait de prime abord croire. C’est ce que rappelle un petit jouet, datant le plus vraisemblablement des années 1940, intitulé « L’Axe » et dont je dois avouer que je ne sais à peu près rien, sauf qu’il est absolument passionnant ![1]

Ses dimensions sont modestes. La boite mesure approximativement 8,00 cm par 6, 00 cm, pour une épaisseur qui n’est pas supérieure à 1, 5 cm. Une taille qui correspond à ce que l’on peut savoir d’une économie de pénurie, telle que celle qui règne en France pendant, et plusieurs années après, la Seconde Guerre mondiale. Malheureusement, aucune inscription ne permet de mieux comprendre l’artefact et on ne peut pas dire, en l’état actuel des connaissances, où il est produit. Sa matérialité invite toutefois à penser qu’il s’agit d’un jouet réalisé en grande série, selon un processus industriel rappelant que l’enfance au mitan du XXe siècle est bel et bien entrée dans l’ère de la consommation de masse.

Cliché Erwan Le Gall. Domaine public.
Cliché Erwan Le Gall. Domaine public.

Le principe du jeu est en revanche assez limpide. Il se constitue d’un petit plateau cartonné présentant trois cibles – pivotant sur un frêle axe en métal – qu’il faut abattre à l’aide d’une allumette que l’on projette avec un pistolet en bois. Celui-ci comporte une rainure prolongée par une lamelle métallique : lorsqu’elle percute la tige, elle donne l’impulsion au projectile qui n’a alors plus qu’à atteindre son but. L’historien ne manquera pas de voir, dans le sillage des travaux de M. Pignot sur la Grande Guerre, combien un artefact tel que celui-ci dit cette enfance en guerre qui n’est nullement préservée du conflit[2]. Bien au contraire, celle-ci en devient un enjeu, ce qui renvoie à l’idée de guerre totale[3].

Reste néanmoins à dater finement l’objet, ce qui n’est pas chose aisée. À l’évidence, le jouet est antinazi puisqu’il s’agit de viser et faire tomber les portraits des dirigeants de l’Axe. Si Hitler et Mussolini sont clairement reconnaissables, un doute subsiste pour le Japon : s’agit-il de l’empereur Hirohito ? Toujours est-il que la représentation du conflit qui émane de cet artefact est résolument globale, ce qui est à noter tant la vision européenne de la Seconde Guerre mondiale est bien souvent centrée sur le vieux continent.

Cliché Erwan Le Gall. Domaine public.
Cliché Erwan Le Gall. Domaine public.

La chronologie vient néanmoins singulièrement complexifier l’analyse et place l’historien devant trois hypothèses. La première, que l’on qualifiera de matérielle, voudrait que le jouet soit produit au début de la guerre, avant juin 1940. C’est en effet plausible en termes économiques, tant du point de vue des matières premières – du carton, or on sait que le papier vient rapidement à manquer sous l’occupation – que des circuits de distribution. Mais cette hypothèse n’explique pas la présence du drapeau américain sur la boite de jeu, Washington n’entrant dans le conflit qu’en décembre 1941, après le raid nippon sur Pearl Harbor. Si le jouet est produit en 1939, ou dans la première moitié de l’année 1940, faut-il voir dans cette bannière étoilée une sorte d’appel à l’Oncle Sam ?

Car si l’artefact est réalisé après la chute de la IIIe République, sous Vichy donc, la chronologie impose un certain nombre de contraintes qu’il convient de prendre en compte. Outre que les restrictions drastiques de matières premières rendent sans doute un tel objet assez difficile à produire, ce qui ne peut que contribuer à la hausse de son prix, le message que celui-ci véhicule le confronte nécessairement à l’ordre idéologique du moment, sauf à en faire un jouet de Résistance, de l’ombre, que l’on offre sous le manteau. L’idée est séduisante mais ne semble toutefois pas très plausible… Comment imaginer que des parents, quand bien même ils seraient engagés dans la clandestinité, décident d’offrir à leurs rejetons un jouet qui pourrait les signaler en l’espace de quelques instants aux autorités de répression, qu’il s’agisse de celles de Vichy ou de l’occupant ?

C’est donc vers une troisième hypothèse, et sans doute la plus vraisemblable, qu’il faut s’orienter : le jouet date de l’immédiat après-guerre. Ses dimensions modestes correspondent aux restrictions matérielles qu’impose l’économie de pénurie prévalant dans les mois – et les années – suivant la Libération tandis que le message véhiculé coïncide bien avec cette France résistancialiste de la seconde moitié des années 1940 qui ne se perçoit que parmi les vainqueurs du conflit, pour mieux oublier Vichy et la collaboration. Dans ce cadre, « l’oubli » du maréchal Pétain parmi les figures à abattre est bien révélateur du processus de refoulement collectif qui est en train de se mettre en place[4]. De surcroît, ce jouet témoigne d’une très relative démobilisation culturelle. Même après la Libération, les enfants – sans doute s’agit-il d’ailleurs pour l’essentiel de petits garçons, normes de genre obligent – sont enjoints à combattre l’ennemi que constitue l’Axe.

Si la chose peut aisément se concevoir en 1945, la durée de vie de l’objet vient singulièrement dilater la chronologie du conflit. Rien n’interdit en effet de penser que des bambins jouent encore avec au début des années 1950, voire 1960. Dans ce cadre, l’artefact entretient, malgré lui certes mais tout de même, l’illusion d’une puissance militaire française qui ne correspond plus nécessairement aux réalités du moment : rejouer la Seconde Guerre mondiale, et non plus « jouer à la guerre », c’est en effet détourner les yeux des revers subis en Indochine, en Algérie ou encore à Suez lors de l’opération Mousquetaire. Le jouet, loin de l’innocence généralement associée à l’enfance, se mue alors en vecteur du nationalisme banal qui, de surcroît, doit aussi se comprendre dans un contexte de guerre froide : le fait que le drapeau de l’URSS ne figure pas parmi les puissances ayant vaincu l’Axe ne peut être tenu pour un simple hasard… On remarquera d’ailleurs combien cet artefact se situe à des lieues des discours pacifistes du début des années 1920, après l’hécatombe de la Grande Guerre, qui dénoncent soldats de plombs et autres artefacts militaires en bois offerts aux têtes blondes[5].

Cliché Erwan Le Gall. Domaine public.
Cliché Erwan Le Gall. Domaine public.

L’histoire culturelle de ce jouet, c’est-à-dire ses dimensions idéologiques et mémorielles, est assurément celle qui est la plus aisée à écrire. Autrement plus ardue est en revanche son histoire sociale. Puisqu’on ignore son prix, on ne peut dire si ce jouet est réservé aux enfants des classes supérieures ou s’il peut être offert aux bambins de tous les milieux sociaux. Il est probable que ses dimensions modestes le promettent à un marché assez vaste, sans oublier qu’il s’agit d’un jouet en carton et non en plastique (ce qui par ailleurs invite à souligner son état assez exceptionnel de conservation). De la même manière, il semble qu’il faille considérer qu’il est distribué sur l’ensemble de l’hexagone. Pour autant, en la matière, les suppositions ne peuvent guère aller plus loin. Mais on observera tout de même que l’étude du fait militaire et guerrier est un champ beaucoup plus vaste que ce que ne semble suggérer l’appellation « histoire militaire », qualificatif renvoyant par bien des égards à des registres volontiers passés de mode. Ce jouet qui recèle encore bien des angles morts le démontre sans aucun doute.


[1] Sur l’histoire du jouet, champ assez ancien d’investigation, se reporter à Manson, Michel, « Le jouet, objet historique et patrimonial. Collections, expositions et recherches sur le jouet en France de 1900 à 1950 », Strenæ, n°17, 2021, en ligne.

[2] Voir notamment Pignot, Manon, La Guerre des crayons : quand les petits Parisiens dessinaient la Grande Guerre, Paris, Panigramme, 2004 ; Allons enfants de la patrie : génération Grande Guerre, Paris, Seuil, 2012 et plus récemment L’appel de la guerre. Des adolescents au combat 1914-1918, Paris, Anamosa, 2019.

[3] Sur cette notion on se permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Saint-Nazaire, les Américains et la guerre totale (1917-1919), Bruz, Editions CODEX, 2018.

[4] Rousso, Henry, Le Syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.

[5] Mesqui, François, « La vogue du jouet militaire dans la première moitié du XXe siècle », Strenæ, n°17, 2021, en ligne.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.