Arch. dép. Morbihan : N 134.

Les Conseils d’arrondissements du Morbihan en 1870

L’un des aspects les plus intéressants du récent ouvrage de J. Foa sur la Saint-Barthélemy est ce qu’il dit du regard nécessairement biaisé de l’historien, vision prompte à déceler dans la moindre archive une trace ayant trait à ce qu’il étudie, comme si le temps se réduisait au champ d’étude. Or, « il y a de fait toujours une pluralité de contextes, qui se recouvrent à la manière des tuiles, partiellement »[1]. Autrement dit, y compris pendant l’Année terrible, on se marie, on se dispute, on entreprend, on paie ses impôts, même sur les portes et fenêtres… bref, on vit. Or cette réalité vient indéniablement diminuer la portée de ce concept d’Année terrible[2]. Dès lors, pour tenter de saisir non plus la guerre de 1870-1871 mais cette séquence chronologique marquée certes par un conflit majeur mais que celui-ci ne saurait résumer intégralement, il convient de consulter des archives adjacentes, conférant un regard sur la période renvoyant à un réel advenu mais non nécessairement militaire ou institutionnel. C’est là qu’interviennent, pour le propos de ce billet, les Conseils d’arrondissement du département du Morbihan. Véritables angles morts de l’historiographie, ces assemblées, qui feront prochainement l’objet d’un colloque organisé par mes amis M. Boisdron et F. Prigent pour la Société française d’histoire politique, constituent de ce point de vue une porte d’entrée particulièrement intéressante.

Méconnu, le Conseil d’arrondissement se réunit deux fois l’an sur convocation du sous-préfet. Si la première séance a pour objet de commenter le rapport sur l’état de l’arrondissement produit par le représentant de l’État et, en conséquence, de formuler tout un ensemble de vœux et recommandations variés, la seconde séance est uniquement consacrée à la perception des contributions foncières, mobilières et personnelles ainsi que de l’impôt sur les portes et fenêtres. On reconnaît là trois des fameuses « quatre vieilles », la patente n’apparaissant jamais dans les archives. La teneur de ces séances nous est connue par des procès-verbaux, très bien conservés aux Archives départementales du Morbihan. Ce service offre par ailleurs à la consultation un certain nombre de « pièces annexes », documents préparatoires aux séances des Conseils d’arrondissement qui montrent le véritable processus de co-construction des souhaits émis par l’assemblée. Il n’est en effet pas rare que les conseillers suivent les propositions d’un chef de service transmises par le sous-préfet. Plus qu’un système d’enregistrement des décisions de l’État à l’échelle du canton, il me semble qu’il faut y voir une manière de paritarisme et l’illustration d’une certaine forme de communion de points de vue entre les services d’une part, les conseillers d’autre part, sur des dossiers qui sont avant tout d’ordre technique, et donc probablement moins sensibles sur le plan politique. Mais là est une idée sur laquelle nous reviendrons ultérieurement puisque, fondamentalement, elle constitue le cœur de cette réflexion : voir de l’affrontement idéologique là où il n’y en a pas nécessairement, n’est-ce pas succomber au biais de perception évoqué plus haut ?

Les 4 arrondissements du département du Morbihan, carte de Victor-Adolphe Malte-Brun (XIXe siècle). Collections Musée de Bretagne : 981.0031.4.5.
Les 4 arrondissements du département du Morbihan, carte de Victor-Adolphe Malte-Brun (XIXe siècle). Collections Musée de Bretagne : 981.0031.4.5.

À Lorient, lors de la séance du 18 octobre 1871, le Conseil d’arrondissement parait se dérouler comme si rien, ou presque, n’était advenu au cours des quinze derniers mois. L’assemblée se réunit à midi, en la sous-préfecture, après avoir été convoquée par le représentant de l’État. Seul un élément, à la vérité, fait référence aux événements survenus depuis la dernière réunion du Conseil, le 18 juillet 1870, c’est-à-dire en plein dénouement de la crise dite de la dépêche d’Ems. Après avoir élu son bureau puis entendu le rapport du sous-préfet « exposant la situation de l’arrondissement », les conseillers déclarent leurs « sympathies pour le Gouvernement actuel, qui en assurant l’ordre et en ramenant la confiance travaille si utilement à la prospérité du pays »[3]. Comment faut-il interpréter cette formule ? Faut-il y voir une expression convenue ou une véritable adhésion à la République conservatrice, réaction assez évidente à la Commune de Paris ? La réponse est malaisée tant la situation peut varier au gré des conseils d’arrondissement du Morbihan. À Vannes, chef-lieu du département, le procès-verbal ne comporte pas la moindre allusion institutionnelle[4]. À Ploërmel, la séance du 18 octobre 1871, la première tenue après la chute de l’Empire, ne dit rien de ces questions tandis que la suivante, tenue le 27 novembre, se résume à des considérations fiscales[5]. S’il est toujours délicat de s’accorder sur le sens du vide, ce silence frappe quiconque a en mémoire la séance du 18 juillet 1870 qui s’ouvre, comme il est de tradition, par le serment prêté par les conseillers : tous, en effet, jurent « obéissance et fidélité à l’Empereur »[6]. Une procédure que les archives attestent explicitement pour le Conseil d’arrondissement de Vannes et qui, à n’en pas douter, est appliquée au sein de chaque assemblée[7]. Les sources sont néanmoins piégeuses, à l’instar du procès-verbal du Conseil d’arrondissement de Pontivy, ex-Napoléonville, qui se contente de rapporter que « M. le conseiller de préfecture reçoit le serment des membres du conseil et en donne acte », sans que l’on puisse en connaître l’exacte teneur[8].

Faut-il donc voir dans ce qui transparaît des procès-verbaux des Conseils d’arrondissement un reflet fidèle de la géographie politique du département, l’arrondissement de Lorient étant plus favorable à la République que ne sont ceux de Ploërmel et Vannes, espaces s’apparentant par bien des égards à de véritables terres de mission ? En l’état actuel des connaissances, il est bien difficile de se prononcer. A Ploërmel, par exemple, le 18 juillet 1870, on sait que c’est le sous-préfet qui presse les conseillers de prêter serment : « déférant à cette invitation chacun des membres désignés ci-dessus, debout et la main droite levée dit : je le jure »[9]. Comme souvent, la part de contrainte et de consentement n’est pas évidente à établir et si aucun serment de quelque sorte n’est semble-il prononcé par cette assemblée en 1871, il est difficile d’en attribuer la responsabilité à qui que ce soit. Le représentant de l’État s’est-il refusé à imposer ce symbole de peur d’essuyer un refus et de créer une crise politique s’ajoutant à un contexte déjà bien lourd ? Les sources sont-elles lacunaires ? Dans quelle mesure mon regard n’est-il pas biaisé par mon sujet de recherche ? Faut-il en conséquence ériger ces conseils d’arrondissement en espaces de conflictualité idéologique où s’opposent républicains, bonapartistes et légitimistes ? Autant de questions qui, pour l’heure, demeurent sans réponse.

Vue générale de Ploërmel, négatif sur film d'Henri Laurent-Nel. Collections Musée de Bretagne : 992.0077.2029.1.
Vue générale de Ploërmel, négatif sur film d’Henri Laurent-Nel. Collections Musée de Bretagne : 992.0077.2029.1.

Toujours est-il qu’à Lorient, une fois prononcé ce serment d’allégeance au régime du 4 septembre, les travaux peuvent véritablement commencer… et renouer avec des dossiers qui occupent déjà le Conseil sous le Second Empire. Tel est notamment le cas de l’assèchement des marais de Lomener, réclamé pour des raisons sanitaires, et qui n’a que très peu à voir avec la guerre franco-allemande[10]. Ajoutons du reste que cette permanence des dossiers, préoccupations enjambant allègrement les bornes chronologiques institutionnelles, n’est aucunement le propre de l’arrondissement de Lorient et qu’on retrouve au contraire cette continuité des sujets dans tous les conseils morbihannais. La plupart du temps, ceux-ci ne renvoient nullement à la guerre ou aux changements de régime mais à des questions fort pratiques comme la raréfaction de la sardine sous l’influence de la surpêche[11]. Les enjeux militaires sont globalement absents des débats – seule la gendarmerie est évoquée, notamment en ce qui concerne les casernements – et quand, fortuitement, ils arrivent sur la table, ils ne mobilisent pas. C’est ainsi qu’un conseiller d’arrondissement émet l’idée « que les élèves qui se destinent à l’école polytechnique délaisseront dans l’avenir plus encore que le passé le lycée de Lorient pour ceux de Paris », tendance qui l’incite à affirmer que « l’argent dépensé à Lorient pour cette préparation serait mieux employé à développer l’enseignement professionnel »[12]. Inutile donc de chercher dans les questions sur lesquelles planchent ces conseillers d’arrondissement l’indice d’une ferveur militaire exacerbée par les circonstances. C’est une histoire hors du conflit, évoluant en parallèle mais simultanément, qui se donne ici à voir.

Faut-il néanmoins conclure de ces quelques éléments à l’apolitisme du Conseil d’arrondissement en tant qu’assemblée, celle-ci se consacrant avant toute autre chose à des considérations d’ordre pratique et donc situées en dehors du périmètre de l’idéologie ? Là encore, la prudence doit être de mise et il convient d’avoir à l’esprit deux éléments. Le premier se rapporte à la place que l’on accorde à la doctrine : si l’on pense que tout est politique, alors oui, effectivement, les Conseils d’arrondissement le sont et doivent en conséquence être appréhendés par le truchement des enjeux idéologiques. Mais un second élément consiste à rappeler combien l’histoire en tant que discipline scientifique est tributaire des archives. Or celles-ci, en l’occurrence, demeurent assez minces et imposent la modestie. Procès-verbaux et notes préparatoires ne permettent en effet que de se faire une idée assez imparfaite de la nature profonde de l’institution qu’est le Conseil d’arrondissement et n’autorisent en réalité aucune réponse définitive quant à son degré de politisation. Le rapport que produit le 13 juillet 1872 l’inspecteur primaire du Morbihan en est un bon exemple. Dressant un panorama de l’instruction dans le département, il s’attarde notamment sur Ploërmel qui « aurait aussi le plus grand besoin d’une école communale de filles : l’école libre qui s’y trouve est trop bretonnante pour en tenir lieu ; elle y perpétue plutôt le breton qu’elle n’y propage le français »[13]. Une assertion qui ne doit bien entendu pas être comprise dans une perspective linguistique indexée sur une identité aussi fantasmée que victimaire mais bel et bien comme l’indice d’un affrontement politique entre républicains et monarchistes. Mais, malheureusement, les archives ne permettent pas de savoir ce qu’il est advenu de ce rapport et, d’ailleurs, rien n’atteste qu’il ait été examiné par les conseillers. Le procès-verbal de la session de 1872 n’invite en tout cas pas à le penser[14]. En d’autres termes, qu’il existe une conflictualité politique en Morbihan portant sur nature même du régime ne fait pas de doute, qu’elle s’exprime dans une institution telle que celle-ci n’est en revanche pas évident.

Effectifs en nombre d'établissements pour l’arrondissement de Lorient – 11 cantons, 52 communes et une population de 169 111 habitants – des écoles primaires publiques et libres aux 1er janvier 1871 et 1872. Arch. dép. Morbihan : N 134.
Effectifs en nombre d’établissements pour l’arrondissement de Lorient – 11 cantons, 52 communes et une population de 169 111 habitants – des écoles primaires publiques et libres aux 1er janvier 1871 et 1872. Arch. dép. Morbihan : N 134.
Effectifs en nombre d'établissements pour l’arrondissement de Lorient – 11 cantons, 52 communes et une population de 169 111 habitants – des salles d’asile – équivalent de nos actuelles écoles maternelles – publiques et libres aux 1er janvier 1871 et 1872. Arch. dép. Morbihan : N 134.
Effectifs en nombre d’établissements pour l’arrondissement de Lorient – 11 cantons, 52 communes et une population de 169 111 habitants – des salles d’asile – équivalent de nos actuelles écoles maternelles – publiques et libres aux 1er janvier 1871 et 1872. Arch. dép. Morbihan : N 134.

Le rapport que le sous-préfet de Lorient lit lors de la séance du Conseil d’arrondissement du 26 juillet 1869 me paraît en être un bon exemple. Grave, le représentant de l’État affirme prendre la parole « au milieu de circonstances solennelles » et expose :

« Il y a quelques mois à peine, le suffrage universel, appelé à former la représentation législative, a donné dans le choix de ses mandataires un témoignage de dévouement et de confiance à l’Empire qu’il avait fondé. Mais à la suite de l’épreuve, un changement profond vient de marquer notre politique intérieure, et d’atteindre les formes du Gouvernement dont les principes immuables reposent sur le vœu du pays entier. Le souverain qui depuis 20 années consultait de la main, comme il l’a dit lui-même, le cœur de la France, a senti s’y révéler des aspirations libérales, et il croit l’heure venue de l’associer plus directement à la gestion de ses grands intérêts. En ce moment, elle attend, reconnaissante, la sanction que doit obtenir de notre plus haute assemblée la pensée Impériale. Elle a confiance encore et toujours et accepte le nouveau régime sans hésitation comme sans exigence, ne demandant qu’à travailler à l’œuvre de prospérité et de conservation qu’en des temps agités elle remit entière à son Élu. »[15]

Ces propos sont intéressants. Certes, il s’agit d’un véritable serment d’allégeance envers Napoléon III mais cette déclaration prend également sans ambiguïté aucune acte de la conversion à l’Empire libéral. Pour autant, on notera que les Conseillers d’arrondissement, dont le mandat consiste pourtant à formuler des vœux et des recommandations, sont ici placés devant le fait accompli et que jamais il ne leur est demandé leur avis[16]. En fait ces hommes paraissent évoluer dans une bulle de non-conflictualité réunie dans une époque qui, elle, l’est largement. C’est du reste ce que confirment les rapports des sous-préfets de Lorient lors des séances des années 1870 et 1871. Si tous évoquent la guerre, aucun n’est discuté[17].

Garde nationale mobil, 1869. Image d'Epinal (détail). Collections Musée de Bretagne : 2013.0000.120.
Garde nationale mobil, 1869. Image d’Epinal (détail). Collections Musée de Bretagne : 2013.0000.120.

Affirmer que le Conseil d’arrondissement serait hors du temps, et donc imperméable à l’Année terrible et ses conséquences, me paraît en conséquence aller vite en besogne. Là est pour le formuler d’une autre manière une manifestation du tuilage évoqué plus haut par J. Foa[18]. Le rapport du 13 juillet 1872 évoqué plus haut le rappelle d’ailleurs de manière assez explicite, tout en laissant par la même occasion le chercheur grandement sur sa faim. Actant le fait « qu’il y a moins d’élèves dans les écoles en 1871 qu’en 1870 », l’inspecteur affirme que « la guerre et ses conséquences en donnent une explication suffisante »… ce qui pour qui lit cette archive dans le premier quart du XXIe siècle se révèle être singulièrement insuffisant en termes d’explication[19]. Les travaux des Conseils d’arrondissement sont de surcroît suspendus entre juillet 1870, date de l’entrée en guerre, et octobre 1871, quelques mois donc après la signature du traité de paix. Or cette interruption dit bien les conséquences de l’état de guerre sur la vie publique dans un département comme le Morbihan. À l’instar d’un S. Audoin-Rouzeau débusquant des phénomènes « d’Union sacrée avant l’heure » lors de cette séquence chronologique, cette suspension des travaux des Conseils d’arrondissement parait relever d’une sorte de syncrétisme, mise entre parenthèse des considérations locales et pratiques au profit du conflit[20]. Sans doute faut-il y voir la marque d’un intérêt « supérieur » de la Nation qui dit l’imprégnation de la question patriotique. C’est en tout cas ce que semble suggérer l’assemblée réunie à Poërmel, dans les locaux de la sous-préfecture, le 18 juillet 1870 : « Le conseil avant de se séparer remercie M. le sous-préfet et de son chaleureux accueil et s’associe aux vœux qu’il a faits pour la réussite de nos armées dans la guerre contre la Prusse »[21]. Semblable tonalité au même moment à Napoléonville où les conseillers de l’arrondissement proclament :

« Dans le moment solennel où le sol français est menacé il n’y a qu’une opinion en France c’est de tenir haut et ferme le drapeau national. Le conseil remercie à l’unanimité le gouvernement de comprendre aussi dignement les intérêts menacés de la France et est fier de s’associer à ce mouvement unanime de tous les citoyens pour le succès de nos armes et la prompte fin d’une guerre que nous n’avons pas provoquée. »[22]

Pour ce qui est de l’arrondissement de Vannes, on ne connaît pas la teneur exacte du message adressé au Gouvernement par le Conseil mais on sait en revanche qu’il lui assure le concours de tous ses membres « dans la lutte terrible que présente la guerre que la France a à soutenir contre la Prusse »[23]. À Lorient, les conseillers s’associent « sans réserve » aux « sentiments patriotiques » qui s’expriment à la faveur de la situation internationale[24]. Il est vrai que le syncrétisme évoqué plus haut est bien théorisé par le sous-préfet dans le traditionnel rapport dont la lecture ouvre la séance :

« Au milieu de l’émotion qui nous agite, à cette heure solennelle où l’armée vole à la frontière pour venger notre honneur et demander compte à l’ambition Prussienne de ses envahissements et de son insolence, ne faut-il pas user envers soi de contrainte pour donner à son discours un autre sujet que la grande question du moment ? Nos cœurs sont-ils dans cette enceinte, et les nobles sentiments du patriotisme n’enlèvent-ils pas à des entretiens d’affaires le calme dont ils ont besoin ? »[25]

Bien entendu, ce consentement au conflit ne naît pas du seul choc provoqué par l’entrée en guerre. Certes, la stupéfaction est une donnée essentielle mais celle-ci rencontre un terrain favorable, celui d’une acculturation déjà ancienne à la patrie et à l’État. C’est ce dont témoigne le censeur du Lycée de Lorient dans un rapport adressé le 28 juin 1870 au sous-préfet, document préparatoire à la tenue quelques jours plus tard du Conseil d’arrondissement. Indiquant que les « classes de lettres » sont « généralement peu suivies à Lorient à cause de la tendance des jeunes gens à viser aux grandes écoles de l’État plutôt qu’aux carrières libérales », cet individu fournit des données particulièrement intéressantes. Depuis 1824, 4 élèves ont intégré Polytechnique, 241 Saint-Cyr et 448 Navale. Ce prisme maritime est confirmé lors de la seule année 1969 avec 6 Cyrards et un Bordache[26]. Il est vrai qu’en cette ville, de la Compagnie des Indes à l’Arsenal en passant par l’hôpital naval, les indices de la présence de l’État ne manquent pas et témoignent pour la population d’autant de perspectives de carrière. Dès lors, dans quelle mesure le sentiment patriotique que donnent à voir les Conseils d’arrondissement dans le département du Morbihan lors de l’été 1870 découle de la force de l’événement ?

Exercice en rade de Brest à bord du vaisseau-école Le Borda de l'Ecole navale. Collections Musée de Bretagne : 2016.0000.7658.
Exercice en rade de Brest à bord du vaisseau-école Le Borda de l’Ecole navale. Collections Musée de Bretagne : 2016.0000.7658.

Pour le formuler autrement, quelle est dans ces discours la part de continuité des stratégies sociales développées par les acteurs, ceux-ci ayant bien compris combien l’État, et donc la patrie, est pour eux porteur de promesses ? Ces questionnements subsistent en 1871 mais recouvrent cette fois-ci l’épineuse question de l’allégeance à la République. La tâche de la discipline historique consiste alors en un dénombrement des tuiles, puis en l’établissement d’une cartographie précise afin de déterminer dans quelle mesure celle-ci se chevauchent. Un exercice beaucoup plus facile à énoncer qu’à mener.


[1] Foa, Jérémie, Tous ceux qui tombent. Visages du massacre de la Saint-Barthélemy, Paris, La Découverte, 2021, p. 114.

[2] Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[3] Arch. dép. Morbihan : N 119, Conseil de l’arrondissement de Lorient, procès-verbal de la séance du 18 octobre 1871.

[4] Arch. dép. Morbihan : N 123, Conseil de l’arrondissement de Vannes, procès-verbal de la séance du 18 octobre 1871.

[5] Arch. dép. Morbihan : N 120, Conseil de l’arrondissement de Ploërmel, procès-verbaux des séances du 18 octobre et du 27 novembre 1871.

[6] Arch. dép. Morbihan : N 120, Conseil de l’arrondissement de Ploërmel, procès-verbal de la séance du 18 juillet 1870.

[7] Arch. dép. Morbihan : N 123, Conseil de l’arrondissement de Vannes, procès-verbal de la séance du 18 juillet 1870.

[8] Arch. dép. Morbihan : N 121, Conseil de l’arrondissement de Napoléonville, procès-verbal de la séance du 18 octobre 1871.

[9] Arch. dép. Morbihan : N 120, Conseil de l’arrondissement de Ploërmel, procès-verbal de la séance du 18 juillet 1870.

[10] Arch. dép. Morbihan : N 119, Conseil de l’arrondissement de Lorient, procès-verbaux des séances des 18 juillet 1870 et 18 octobre 1871.

[11] Arch. dép. Morbihan : N 119, Conseil de l’arrondissement de Lorient, procès-verbal de la séance du 18 octobre 1871.

[12] Arch. dép. Morbihan : N 119, Conseil de l’arrondissement de Lorient, procès-verbal de la séance du 18 octobre 1871.

[13] Arch. dép. Morbihan : N 134, Rapport de l’inspecteur primaire du Morbihan sur la situation matérielle de l’instruction primaire, 13 juillet 1872.

[14] Arch. dép. Morbihan:  N 120, Conseil de l’arrondissement de Ploërmel, procès-verbal de la séance du 25 mars 1872.

[15] Arch. dép. Morbihan : N 134, Rapport du sous-préfet de Lorient au conseil d’arrondissement, 26 juillet 1869.

[16] Arch. dép. Morbihan : N 134, Procès-verbal de la session du 26 juillet 1869 du Conseil d’arrondissement de Lorient. Voir aussi Arch. dép. Morbihan : N 119, Conseil de l’arrondissement de Lorient, procès-verbal de la séance du 26 juillet 1869. Le procès-verbal indique qu’à la suite du rapport du sous-préfet un conseiller d’arrondissement « subitement indisposé, quitte la séance ». Il ne semble pas qu’il faille accorder la moindre signification politique à cette conduite.

[17] Arch. dép. Morbihan : N 134, Rapports du sous-préfet de Lorient au conseil d’arrondissement, sessions de 1870 et 1871.

[18] Foa, Jérémie, Tous ceux qui tombent…, op. cit., p. 114.

[19] Arch. dép. Morbihan : N 134, Rapport de l’inspecteur primaire du Morbihan sur la situation matérielle de l’instruction primaire, 13 juillet 1872.

[20] Audoin-Rouzeau, Stéphane, 1870. La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989.

[21] Arch. dép. Morbihan : N 120, Conseil de l’arrondissement de Ploërmel, procès-verbal de la séance du 18 juillet 1870.

[22] Arch. dép. Morbihan : N 121, Conseil de l’arrondissement de Napoléonville, procès-verbal de la séance du 18 juillet 1870.

[23] Arch. dép. Morbihan : N 123, Conseil de l’arrondissement de Vannes, procès-verbal de la séance du 18 juillet 1870.

[24] Arch. dép. Morbihan : N 119, Conseil de l’arrondissement de Lorient, procès-verbal de la séance du 18 juillet 1870.

[25] Arch. dép. Morbihan : N 134, Conseil de l’arrondissement de Lorient, rapport du sous-préfet de Lorient, session de 1870.

[26] Arch. dép. Morbihan : N 134, Le censeur du Lycée de Lorient au sous-préfet, 28 juin 1870. Détail intéressant, ce rapport fait également état d’un reçu à l’École d’agriculture et de 7 à l’École des arts et métiers d’Angers. Là est du reste le parcours que suit le célèbre artiste lorientais Auguste Nayel, par ailleurs officier au 31e régiment de gardes mobiles du Morbihan pendant la guerre de 1870.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.