Léon Lescœur : histoire d’un patriotisme d’État ?

Le livre que publie T. Montbazet aux éditions Passés composés est intéressant à plus d’un titre[1]. Analyse de diverses archives produites pendant et bien après le siège de Paris par Léon Lescœur, un haut fonctionnaire, cet ouvrage permet par ricochet de saisir quelques bribes de l’expérience de guerre de bien des unités de mobiles enfermées dans la capitale au cours de « l’année terrible »[2]. On pense par exemple au 31e régiment du Morbihan, unité dont le sculpteur Auguste Nayel est probablement l’un des vétérans les plus connus. Mais il y a plus dans ce volume assurément stimulant et c’est ce dont il sera essentiellement question dans cette brève recension.

Car cet ouvrage est avant tout une proposition historiographique. Il s’agit d’une « histoire biographique » du siège de Paris, texte composé, donc, à partir des multiples écrits de Léon Lescœur confrontés à d’autres témoignages relatifs à cette période mais aussi sur la base de quelques souvenirs familiaux. Le personnage central du livre est en effet un aïeul de T. Montbazet, donnée loin d’être anodine puisque le récit familial entourant ce grand-père constitue également une archive, celle-ci permettant de mieux contextualiser les sources premières de cette enquête. Ce faisant, l’ouvrage entend observer la fabrique d’un événement, en l’occurrence le siège de Paris, « par l’emboîtement de temporalités différentes et subjectives » (p. 12).

Campement des gardes mobiles des Côtes-du-Nord à Auteuil pendant le siège de Paris. Carte postale. Collection particulière.
Campement des gardes mobiles des Côtes-du-Nord à Auteuil pendant le siège de Paris. Carte postale. Collection particulière.

Inutile de ménager le suspense ; ce pari est largement gagné. Le dernier chapitre du livre, absolument passionnant, revient sur les mémoires composées à l’âge de 84 ans par Léon Lescœur, texte « des vieux jours » où la guerre de 1870 « constitue le début d’une décadence et d’un drame français » (p. 193) et où apparaissent déjà quelques figures familières de l’historien de la séquence 1914-1918 : le profiteur et l’embusqué (p. 202) mais aussi l’odeur de l’Allemand jadis étudiée par J. Courmont (p. 208)[3]. Autant d’éléments qui me paraissent ériger 1870 en une protoculture de la Première Guerre mondiale[4]. On y voit également l’intériorisation d’un sentiment patriotique où « la Nation devient verticale, héritée par la langue, la race et le sang » (p. 209), autant d’éléments qui s’opposent au cosmopolitisme incarné par la figure du juif (p. 211) et plus encore, chez Léon Lescœur, du franc-maçon (p. 237). Ce faisant, T. Montbazet montre combien l’écriture de ce texte est influencée par le scandale des fiches, celui-ci venant raviver quelques-unes des braises laissées brulantes par l’affaire Dreyfus et la crise boulangiste, sans oublier bien entendu les politiques anticléricales (p. 236-237).

Les chapitres précédents, eux, détaillent l’expérience de guerre de Léon Lescœur en utilisant essentiellement sa correspondance, à savoir « 157 lettres allant du 5 août 1870 au 31 janvier 1871, écrites par un fonctionnaire enfermé dans Paris assiégé à son épouse restée en province » (p. 13). Il en résulte des propos fort intéressants sur le temps de l’entrée en guerre (chapitre 2)[5] mais aussi sur l’évacuation des ressortissants allemands de la capitale (p. 120) et sur l’arrivée des régiments de mobiles (p. 123). Passons rapidement sur quelques énormités concernant la péninsule armoricaine – ces Bretons « ne parlant pas le français, portant le chapeau rond et les cheveux longs » (p. 128) – pour mettre en lumière les pages où l’auteur décrit la faim éprouvée lors de ces 4 mois de siège (p. 164 et suivantes). Il est d’ailleurs difficile de dire s’il s’agit là d’une expérience réellement inédite, annonçant la modernité des deux guerres mondiales, ou d’une permanence du fait guerrier. Toujours est-il que l’auteur distingue à ce propos un double phénomène, « la cherté des denrées, dont les prix variaient selon les annonces et les paniques, d’une part, et la raréfaction effective qui contraignait à la consommation d’ersatz, d’autre part » (p. 169), tout particulièrement à l’hippophagie (p. 170-172). Or il s’agit là d’une question qui est loin d’être résiduelle puisque la gestion de la pénurie alimentaire marque « un jalon dans la mise en place d’un État planificateur et interventionniste en situation de guerre d’abord, puis au-delà ensuite » (p. 175). Là est une des grandes réussites du livre, cette aptitude à monter en généralité à partir de l’expérience vécue par un individu.

  Septembre 1870 Décembre 1870
Paris 5, 00F 40, 00F
Rennes 1, 25 à 1, 30F 1, 35 à 1,40F
Variation du prix de la livre de beurre. À la page 172, T. Montbazet relève quelques prix pratiqués à Paris qu’il est intéressant de comparer à ceux relevés en même temps en Bretagne. L’auteur indique qu’on estime alors « le salaire journalier moyen à 5 francs pour un homme, et 3 francs pour une femme » mais « qu’une part importante de la population [parisienne] se trouve alors au chômage, rendant les ménages dépendant de la seule solde du garde national (1,5 francs, à quoi l’on ajoute 75 centimes pour l’épouse […]) ».

À l’instar de S. Audoin-Rouzeau, dans son étude désormais classique sur 1870, T. Montbazet use des rapports préfectoraux pour confronter les sentiments de Léon Lescœur à ce que l’on peut savoir de l’opinion publique d’alors (p. 56 notamment)[6]. Mais ici s’arrêtent les similitudes car l’auteur se montre, en définitive, assez sensible aux travaux de F. Rousseau sur le patriotisme[7]. Evitant néanmoins – et on ne peut que lui en être reconnaissant – toute assertion inutilement polémique, il dresse un portrait de Léon Lescœur divergeant quelque peu du consentement identifié, dans le sillage des travaux de J.-J. Becker sur 1914, par S. Audoin-Rouzeau[8]. Ainsi, le patriotisme de ce haut-fonctionnaire ne serait pas celui de la Nation mais celui « de la communauté locale, du foyer qui constituent l’horizon à défendre » (p. 61).

La chose me paraît toutefois plus complexe (p. 75 et 108 notamment), et ce pour plusieurs raisons, évoquées du reste par l’auteur lui-même. La première est que, comme maints acteurs, Léon Lescœur, s’il ne refuse pas le conflit, n’hésite pas à tout mettre en œuvre pour l’éviter ou permettre à ses enfants de le contourner (p. 88 et suivantes). Dès lors, c’est encore et toujours l’éternel stratégie de mise en conformité aux impératifs patriotiques du moment qui se donne à voir, les actes s’éloignant parfois assez largement des discours et témoignant d’une pluralité des identités sociales : ce que fait le père ne correspond pas nécessairement aux propos du citoyen. T. Montbazet insiste à cet égard à juste titre sur la pression qui s’exerce sur Léon Lescœur, sans négliger la part de calcul qui peut aussi exister chez lui, rappelant de fait l’agentivité de l’acteur (p. 92). Comme lors de la Première Guerre mondiale, la souscription à l’emprunt national est autant affaire de patriotisme que de placement financier (p. 96). Mais, si l’auteur a raison de rappeler que « l’engagement est le résultat d’un calcul social, qui pèse coûts et bénéfices » (p. 94), sans doute aurait-il été opportun d’interroger la représentativité du personnage central de cet ouvrage. Il n’est en effet pas certain que tous les acteurs puissent mobiliser autant de ressources que ce haut fonctionnaire qui n’hésite pas à se présenter à la députation pour pouvoir quitter la capitale dès les tout premiers jours de février 1871 (p. 196).

La seconde raison à avancer pour expliquer combien il s’agit là d’un cas complexe est l’avènement de la République, réalité politique venant jeter un voile idéologique qui vient, à n’en pas douter, compliquer l’analyse. Car s’il est évident que Léon Lescœur n’a que peu d’accointances avec le régime, il me semble que ce à quoi renvoie l’expérience du siège de Paris de ce haut fonctionnaire est avant tout une certaine forme d’acculturation à l’État (p. 225 et suivantes notamment). Là est d’ailleurs le point le plus stimulant du volume, et qui aurait peut-être mérité de plus amples développements. Car même s’il n’est pas le plus va-t-en-guerre des Français en juillet 1870, la trajectoire de Léon Lescœur pose malgré tout la question du passage de la guerre impériale à la guerre républicaine, un régime qu’il ne porte pas – et c’est le moins que l’on puisse écrire – en haute considération. Or à lire T. Montbazet, c’est visiblement le service de l’État, au sein d’une administration affichant donc une certaine neutralité vis-à-vis des questions institutionnelles et, plus généralement encore, idéologiques, qui permet d’assurer cette continuité.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

Néanmoins, une fois la dernière page de ce volume tournée, on ne peut s’empêcher de se demander si cette « histoire biographique » constitue réellement une proposition historiographique nouvelle ou si, finalement, derrière cette appellation ne se trouve pas un simple – mais néanmoins éminemment nécessaire – retour aux fondamentaux de la discipline, à savoir la critique interne et externe des sources. Une telle manière de procéder implique en effet d’appréhender les documents dans une perspective diachronique, procédé qui renvoie à des travaux déjà fort anciens. M. Halbwachs, par exemple, a montré combien la mémoire est un compromis et il est à cet égard évident que la relation d’un même fait par un même individu variera à quatre décennies de distance[9]. S’il ne fait pas référence à cet auteur, préférant s’appuyer sur F. Dosse, T. Montbazet en est cependant parfait conscient et le rappelle à juste titre, dès les premières pages du volume (p. 14) :

« La lecture consécutive de ces deux écrits nous fait voir non une continuité obligée, mais un fil tissé par une vie parmi d’autres, tendu entre deux points. Voilà ce que vit et rapporte, au jour le jour, un témoin de 1870 ; voici ce que pense, en 1905, un homme d’une certaine classe sociale, qui a vécu 1870. »

Mais il n’en demeure pas moins que c’est à ce moment de la réflexion que la frustration s’empare du lecteur qui, plus que tout, aurait aimé consulter ces sources. Autrement dit, n’aurait-il pas été plus profitable d’en donner une édition critique et commentée ? Le texte de ce volume en aurait certainement constitué une remarquable introduction.


[1] Montbazet, Thibault, Une année terrible. Histoire biographique du siège de Paris 1870-1871, Paris, Passés Composés, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[3] Courmont, Juliette, L’Odeur de l’ennemi, Paris, Armand Colin, 2010.

[4] Le Gall, Erwan, « Eriger 1870 en fondement d’une protoculture de la Première Guerre mondiale : l’exemple breton », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°4, été 2014, en ligne.

[5] Sur cette question et dans une perspective plus militaire on me permettra de renvoyer à Le Gall, Erwan, Une entrée en guerre. Le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo au combat (août 1914 – juillet 1915), Talmont-Saint-Hilaire, éditions CODEX, 2014.

[6] Audoin-Rouzeau, Stéphane, 1870. La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989.

[7] Rousseau, Frédéric, 14-18, Penser le patriotisme, Paris, Gallimard, 2018.

[8] Audoin-Rouzeau, Stéphane, 1870. La France dans la guerre…, op. cit. ; Becker, Jean-Jacques, 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses nationales de la Fondation des Sciences politiques, 1977 ; Becker, Jean-Jacques et Audoin-Rouzeau, Stéphane, La France, la Nation, la Guerre : 1850-1920, Paris, SEDES, 1995.

[9] Halbwachs, Maurice, La mémoire collective, Paris, Presses Universitaires de France, 1950.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.