29 novembre 1944 : un échange de prisonniers en Bretagne… vu par la presse américaine

C’est un petit article figurant en première page de l’édition du 30 novembre 1944 du Monitor Leader, quotidien publié à Mount Clemens, non loin de Détroit, dans l’industrieux état du Michigan. Alors que ce journal titre sur les défenses allemandes qui semblent sur le point de craquer en Rhénanie ainsi que sur le dernier raid aérien mené par l’US Air Force sur Tokyo, un entrefilet attire l’œil de celui, ou celle, qui s’intéresse à la Bretagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Composé à partir d’une dépêche de l’agence Associated Press envoyée depuis Pornic, en Loire-Inférieure, ce texte revient en quelques lignes sur la libération de 53 prisonniers alliés, dont 19 Américains, détenus dans une « obscure » prison de Saint-Nazaire[1]. Un épisode de la Seconde Guerre mondiale qui, s’il a fait l’objet d’un certain nombre de récits dans le pays de Retz, n’a pour l’heure jamais été examiné sous l’angle de l’écho qu’il a aux Etats-Unis. Or c’est là une perspective qui ouvre un certain nombre de nouvelles questions.

En effet, l’article du Monitor Leader n’est pas l’unique relation de ce fait d’armes publiée dans la presse américaine. Le 1er décembre 1944 et vraisemblablement toujours à partir d’éléments transmis de Loire-Inférieure par agence, le Wilmington Morning Star propose, en première page, à ses lecteurs de Caroline du Nord, une version plus détaillée de l’événement[2]. Ce récit est également publié le même jour, mais dans une transposition légèrement raccourcie et en quatrième page, à Washington par le Evening Star[3]. Manifestement très intéressé par cette histoire, le Wilmington Morning Star publie à la fin du mois de décembre 1944 des extraits du journal de captivité tenu par un de ces militaires, un certain caporal Nelson originaire de Galesburg, dans l’Illinois[4]. Dans ces quelques notes, consignées entre le 13 septembre et le 30 novembre 1944, apparaissent les rudes conditions de détention de ces prisonniers tout autant que le jusqu’au-boutisme des Allemands et les tentatives d’évasion des captifs[5]. Aussi s’agit-il d’une source qui doit être considérée avec précaution. Si rien ne dit que ces lignes ne sont pas authentiquement extraites d’un carnet de combattant, la manière dont elles s’insèrent parfaitement avec les grilles de représentation du conflit en cours doit inciter à la prudence. C’est toutefois là, à en juger par les collections en ligne de la Librairie du Congrès, la dernière mention de cet échange breton de prisonniers de guerre.

Carte du pays de Retz (détail), 1942. University of California, Los Angeles Library digital collections (Henry J. Bruman Map Collection) : G5832_P6_250_GSGS_1942.
Carte du pays de Retz (détail), 1942. University of California, Los Angeles Library digital collections (Henry J. Bruman Map Collection) : G5832_P6_250_GSGS_1942.

 

Ces différents journaux font apparaître un véritable système de diffusion de l’information. On a vu, en effet, que c’est à partir d’une dépêche de l’Associated Press que le Monitor Leader publie, a priori en premier, la nouvelle de cet échange de prisonniers. La chronologie, particulièrement resserrée, vient de surcroît mettre en évidence la redoutable efficacité de ce réseau de communication. Or le Evening Star affirme être, en première page, « An Associated Press Newspaper », confirmant ainsi une concentration verticale de l’offre d’information[6]. Précisons du reste que le récit du caporal Nelson est lui aussi transmis par cette agence[7]. Celle-ci assure d’ailleurs une circulation des nouvelles qui n’est pas circonscrite aux seuls Etats-Unis. Le portail The British Newspaper Archive permet ainsi de retrouver la trace d’au moins neuf journaux britanniques évoquant cet échange de prisonniers : le Hartlepool Daily Mail, le Nottingham Journal, le Belfast News-Letter, le Dundee Evening Telegraph, le Gloucestershire Echo, le Gloucester Citizen, le Bradford Observer, le Lincolnshire Echo ainsi que le Birmingham Daily Gazette. Malheureusement, les tarifs prohibitifs pratiqués par ce site nous obligent à ne pas pousser plus loin les investigations de ce côté de la Manche. Pour autant, ces maigres résultats n’ont rien d’étonnant lorsqu’on veut bien se rappeler la nationalité d’un certain nombre de ces captifs. Mais cette logique ne fonctionne manifestement pas à plein et les titres consultables sur le portail Retronews ne font, pour leur part, remonter aucune mention de cet échange de prisonniers dans la presse française de l’époque[8]. En revanche, on sait que l’événement est immortalisé par des photographes du Signal Corps américain[9], ainsi que selon toute vraisemblance par des opérateurs cinématographiques, un film étant diffusé par Pathé.

L’échange de prisonniers ayant lieu le 29 novembre 1944 entre Pornic et La Bernerie-en-Retz, relaté avec un certain nombre de détails dans l’édition du 1er décembre 1944 du Wilmington Morning Star, est particulièrement riche d’enseignements. Rappelons tout d’abord les faits tels qu’ils sont relatés par ce journal de Caroline du Nord : probablement le 22 novembre 1944[10], un responsable de la Croix rouge américaine, Andrew Gerow Hodges, traverse la ligne de front à bord d’une jeep pour entrer en contact avec un lieutenant allemand à Chaumes-en-Retz. Opérant pour le compte de la 94th Infantry Division, il est conduit les yeux bandés sur une vedette lance-torpilles à destination de Saint-Nazaire. Là débutent des pourparlers entre Andrew Gerow Hodges et quatre officiers allemands. Après des discussions sur lesquelles nous reviendrons plus loin, un accord est finalement trouvé et 53 prisonniers alliés libérés contre des détenus allemands[11]. L’échange a lieu une semaine plus tard, au carrefour de la Rogère.

On ne sait que peu de choses du personnage central de cet épisode de la Seconde Guerre mondiale, Andrew Gerow Hodges. D’après des éléments disponibles sur un site de généalogie, cet individu voit le jour le 19 juin 1918 – un an quasiment jour pour jour après le débarquement à Saint-Nazaire des premiers éléments du corps expéditionnaire américain – à Geneva, une localité de l’Alabama, et décède le 13 octobre 2005 à l’âge respectable de 87 ans. Vedette de l’équipe d’Howard college en football américain, il contracte malheureusement une grave blessure à l’épaule qui le condamne pour le service armé. Engagé dans la Croix rouge américaine avec le rang de capitaine – le Wilmington Morning Star le qualifie de « Senior field director » – il est affecté à la 94th Infantry Division. Là, il se fait une spécialité de traverser les lignes de feu pour venir, en territoire ennemi, négocier la libération de prisonniers. A en croire cette source, il traverse 15 fois la ligne de front et parvient ainsi à délivrer 169 captifs, actes qui lui valent la Bronze Star, plus haute distinction de l’armée américaine qui puisse être décernée à un civil.

Ces informations corroborent peu ou prou les éléments donnés par A. G. Hodges Jr, le fils du responsable de la Croix rouge américaine, dans un livre écrit avec D. George et publié en 2015 à partir d’une série d’entretiens conduite dans la décennie précédente[12]. On apprend ainsi dans cet ouvrage que « Andy » Hodges est en 1944 marié à une certaine Mary Louise Shirley, de qui il a un enfant. Le couple répond d’ailleurs à tous les critères de l’histoire romantique telle qu’on peut la lire à longueur de romans et films à l’eau de rose : « He saw his young bride, Mary Louise Shirley, the popular campus beauty who had fallen in love with him – Andrew Gerow Hodges, Howard College’s rising football star. Number 15 ». Mais les perspectives athlétiques du beau quaterback sont manifestement évanouies en cet été 1944 puisque le responsable de la Croix rouge semble encore souffrir de son deltoïde gauche. C’est là une question sur laquelle il faut insister car si le livre de de A. G. Hodges Jr est assurément pénétré de verve héroïque, il paraît néanmoins crédible. Précision d’importance tant elle va à contrecourant de la tendance qui veut que le pieux souvenir filial ait tendance à amplifier les données chiffrées, Andrew Gerow Hodges n’est par exemple dans cet ouvrage pas crédité du sauvetage de 169, mais « que » de 149 prisonniers de guerre. C’est ce nombre qui, du reste, est retenu dans son dossier personnel consultable dans les archives américaines.

Comme souvent, la vulgate mémorielle tend à déformer la réalité historique pour la rendre plus sensationnelle. Sans doute faut-il y voir une funeste conséquence d’un tourisme de mémoire mal maîtrisé, d’une quête trop prononcée du récit « exceptionnel » permettant de « faire territoire » tout en attirant les villégiateurs. En effet, un tel échange de prisonniers n’a rien d’unique pendant la Seconde Guerre mondiale, notamment en Bretagne à cette époque du conflit. L. Brauer en recense d’ailleurs plusieurs dans un ouvrage publié au début des années 2010 : 79 captifs détenus à Groix et libérés le 16 novembre 1944 à Etel, puis 15 autres dans ce même port thonier le 28 décembre 1944. Un autre échange a lieu enfin, non loin de Plouhinec, le 15 avril 1945[13].

Vue du port d'Etel par Raphaël Binet, 1939. Collections Musée de Bretagne : 982.0008.4052.
Vue du port d’Etel par Raphaël Binet, 1939. Collections Musée de Bretagne : 982.0008.4052.

Ces échanges de prisonniers, négociés par Andrew Gerow Hodges, montrent en réalité la faible intensité de la conflictualité sur les poches, celle-ci résultant plus d’un refus de combattre allié que d’une véritable poursuite des opérations. L’attitude des Allemands, cernés entre les Américains d’une part, la mer d’autre part, les cieux étant par ailleurs dominés par les aviations alliées, ne doit pas induire en erreur. Si ces échanges de prisonniers peuvent de prime abord paraître souligner le jusqu’au-boutisme nazi et la folie d’un régime criminel, il convient de rappeler qu’ils ne sont également pas sans intérêts pour les empochés qui par ce troc parviennent à se débarrasser de bouches inutiles et à récupérer des hommes en état de combattre : une perspective appréciable lorsque les stocks disponibles de nourriture sont limités. De telles opérations disent en définitive bien ce champ de bataille régi par une guerre loin d’être aussi totale que sur le territoire du Reich. Si l’on veut bien se rappeler que la poche de Saint-Nazaire, tout comme celle de Lorient, se constitue autour de la base sous-marine construite par les Allemands, alors on ne peut que noter le contraste avec la situation qui pouvait prévaloir un an auparavant. En effet, de même que Brest, La Rochelle et l’ensemble Bordeaux-Bassens, ces deux sous-préfectures bretonnes sont classées par le Bomber command en zones de bombardement du fait des difficultés à frapper efficacement les alvéoles de béton armé dans lesquelles viennent se réfugier les submersibles nazis. C’est là une situation exceptionnelle qui contraste avec le reste du territoire français, et la stratégie déployée à l’occasion des tapis de bombes déversés sur l’Allemagne. Comme le rappelle en effet A. Knapp, les alliés sont désireux de ménager la France, moins pour plaire au général de Gaulle d’ailleurs que pour ne pas pousser trop définitivement Vichy dans les bras de Berlin et ainsi s’octroyer un ennemi supplémentaire[14].

Mais à lire le Wilmington Morning Star, il est en revanche un élément qui ne manque pas d’attirer l’attention et qui, pour le dire honnêtement, continue à interroger. On a dit plus haut que les pourparlers entre Andrew Gerow Hodges et les quatre officiers nazis à Saint-Nazaire achoppent avant que ne soit trouvé un accord. L’un des points de négociation porte sur un capitaine britannique, que l’Américain souhaite absolument voir inclus dans l’échange. Alors que les nazis font monter les enchères, réclamant la libération de cinq capitaines allemands faits chevalier de la Croix de fer, le responsable de la Croix rouge parvient à obtenir un échange homme contre homme. C’est en tout cas ce qu’affirme le Wilmington Morning Star, ce journal avançant qu’Andrew Gerow Hodges déclare alors aux quatre officiers nazis avec qui il doit parlementer : « Alors vous admettez qu’un capitaine britannique équivaut à cinq majors allemands ? »[15]. Rien, bien entendu, ne permet d’attester la teneur de cet échange qui, à dire vrai, paraît même suspect compte tenu d’abord de la dangerosité de la situation, qui n’invite certainement pas à faire le malin, ensuite de la très grande – trop grande ? – conformité de ce récit avec la morale patriotique du moment. Mais force est de constater que celui-ci est globalement très conforme avec la version qu’en donne A.G. Hodges Jr dans son livre publié en 2015 et composé à partir de témoignages de nombreux protagonistes de l’événement, dont son père[16]. Ceci laisse à penser que c’est Andrew Gerow Hodges lui-même qui narre aux journalistes ces négociations à l’automne 1944… et qu’il reste globalement fidèle à sa parole plus de 70 ans après les faits.

Il est néanmoins un détail qui interpelle. Le Wilmington Morning Star donne en effet l’identité de ce capitaine britannique, un certain Michael R.O. Foot, en réalité l’officier SAS et futur historien spécialiste des services secrets Michael R.D. Foot[17]. Le journal de Caroline du Nord précise même qu’il est le fils d’un général, ce qui est rigoureusement exact. Encore une fois, les bons connaisseurs de l’histoire du Pays de Retz n’ignorent rien de cet épisode, la présence de l’historien britannique le rendant encore plus savoureux et, probablement, rentable pour les promoteurs de la vulgate mémorielle[18]. Mais comment expliquer que l’identité de cet officier du Special Air Service soit ainsi relayée par Associated Press et diffusée dans la presse, ce qui suppose au moins l’accord de l’armée américaine ? C’est là une question à laquelle nous ne sommes, pour l’heure, pas en mesure de répondre.

Toutefois, quelques éléments paraissent devoir être avancés pour mieux comprendre l’importante médiatisation dont bénéficie cet échange de prisonniers. En premier lieu, il convient de prendre en compte les conditions techniques, particulièrement favorables. Relativement fixe et se déroulant sur une unité de temps, de lieu et d’action, comme une scène de théâtre en quelque sorte, l’événement est de surcroît prévu à l’avance. En effet, l’échange est calé quelques jours plus tôt, le 22 novembre 1944 d’après L. Brauer, le lendemain d’après A. G. Hodges Jr[19]. Mais, peu importe finalement la date exacte puisque dans les deux cas le laps de temps est suffisant pour que des équipes d’opérateurs photographiques et cinématographiques puissent être dépêchées sur les lieux. Semblable remarque peut d’ailleurs être formulée à propos des échanges d’Etel, ceux-ci ayant également fait l’objet de clichés diffusés dans la presse américaine[20]. On remarquera néanmoins que c’est encore une fois un à côté de la guerre qui est immortalisé, la réalité du combat, elle, échappant toujours aux objectifs.

Echange de prisonniers à Etel, le 16 novembre 1944. On distingue avec son casque blanc orné d'une croix rouge, sur la gauche du cliché, Andrew Gerow Hodges. Photographie publiée dans l'édition du 22 décembre 1944 du "Coolidge Examiner".
Echange de prisonniers à Etel, le 16 novembre 1944. On distingue avec son casque blanc orné d’une croix rouge, sur la gauche du cliché, Andrew Gerow Hodges. Photographie publiée dans l’édition du 22 décembre 1944 du “Coolidge Examiner”.

Par ailleurs, il apparaît à peu près évident qu’une telle actualité sert les intérêts de ces armées en guerre. Pour l’US Army, c’est là un moyen d’adresser un message rassurant à l’opinion publique américaine quant à la capacité de l’Oncle Sam à ramener vivant les quelques prisonniers qu’il pourrait concéder (provisoirement) à l’ennemi. En effet, il convient de ne pas oublier que si à l’automne 1944, en Bretagne, la Libération est effective à peu près partout depuis plusieurs mois (à l’exception donc des poches de Saint-Nazaire et Lorient), la guerre est loin d’être finie ; une réalité qui vaut pour l’Europe et plus encore pour l’Asie. En Grande-Bretagne, ce sont probablement des considérations relativement analogues qui permettent d’expliquer la médiatisation de l’échange de prisonniers qui a lieu devant Pornic.

Mais comment interpréter la mise en lumière de Michael R.D. Foot ? Faut-il mettre cela en rapport avec le prestige du Special Air Service ou d’autres considérations rentrent-elles en compte ? On sait que le père de Michael Foot, le général Richard Foot commandant la défense anti-aérienne de Londres[21], est prévenu dès le début du mois de septembre 1944 que son SAS de fils est « missing in action », soit mort, soit détenu par les Allemands. Décidé à la retrouver, puis à le libérer une fois la certitude acquise le 3 octobre 1944 qu’il est prisonnier[22], il met tout en œuvre pour parvenir à ses fins. Mais malgré ses importantes fonctions, Richard Foot ne dispose que de moyens limités en la matière comme le rappelle A. G. Hodges Jr : « It seemed that neither wealth, power, rank, nor the old boy network could save one lone English officer »[23]. D’après le fils du responsable de la Croix rouge américaine, dont l’ouvrage est assez crédible puisque composé à partir de témoignages recueillis dans les années 2000 et y compris auprès de Michael R. D. Foot, c’est la lecture du Times du 17 novembre 1944 qui donne à Richard Foot la clef du problème. En effet, le célèbre quotidien rapporte dans l’édition de ce jour l’échange de prisonniers survenu la veille à Etel, événement qui manifestement inspire immédiatement l’officier. Entrant directement en contact avec le général Harry J. Malony commandant la 94th Infantry Division – une mise en rapport américano-britannique donc –, il obtient que les Allemands soient sollicités pour une éventuelle tractation afin de faire libérer son fils puis se rend lui-même sur le théâtre des opérations, le 18 novembre 1944, pour rencontrer Andrew Gerow Hodges. La suite de l’événement a déjà été relatée dans ce billet et souligne en définitive le rôle central de la presse qui, non contente de relater les faits, agit sur la conduite des acteurs.

Portrait d'Henry J. Malony (détail), sans date. Wikicommons.
Portrait d’Henry J. Malony (détail), sans date. Wikicommons.

Or cette réalité contribue encore un peu plus à complexifier l’analyse. En effet, la prise de contact entre Richard Foot et Harry J. Malony ne va pas de soi. L’un est britannique ; l’autre, américain, est de la même promotion de West Point que John S. Wood, le libérateur de Rennes[24]. Autrement dit cette mise en relation s’effectue sur un mode interallié qui implique mécaniquement des dimensions diplomatiques. Or force est d’admettre qu’on ignore tout de cet aspect de l’histoire : jusqu’à quel point les chancelleries à Londres et Washington, mais aussi leurs représentants en France, qu’il s’agisse de l’ambassade ou des autorités consulaires, ont-elles été impliquées ? Les Américains, tout particulièrement, ont-ils vu dans le sauvetage de Michael R.D. Foot une opportunité d’assoir encore un peu plus leur leadership sur leurs alliés britanniques ? La contrepartie exigée par les Allemands en échange de la libération de l’officier SAS, à savoir le capitaine Karl W. Müller, un commandant de vedette lance-torpille connu sous le sobriquet de « Tigre de la Manche »[25], a-t-elle suscité quelques remous sur le plan diplomatique ? Alors, certes, étant donné la réalité du front maritime, cet officier n’est alors plus en mesure de faire grand mal à partir de la poche de Saint-Nazaire, la guerre navale étant perdue depuis déjà longtemps par le Reich[26]. Mais, du point de vue de la bataille de l’opinion, toute particulièrement en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, on peut comprendre qu’une telle monnaie d’échange puisse susciter un certain émoi, ce qui d’ailleurs explique sans doute pourquoi elle est passée ainsi sous silence[27].

L'hôtel Hermitage est transformé en hôpital militaire par les Allemands pendant l'occupation. C'est là qu'est soigné Michael R.D. Foot à l'automne 1944. Carte postale, collection particulière.
L’hôtel Hermitage est transformé en hôpital militaire par les Allemands pendant l’occupation. C’est là qu’est soigné Michael R.D. Foot à l’automne 1944. Carte postale, collection particulière.

Et quid de la France ? Il est frappant de voir combien les autorités tricolores sont absentes de ce récit dont l’intrigue, rappelons le tout de même, se déroule en France. Ont-elles au moins été informées de ce qui se tramait ? On est en droit d’en douter, tout particulièrement en lisant le récit d’A.G Hodges JR, particulièrement peu complaisant à l’endroit des FFI qui, justement, tiennent le secteur du carrefour de la Rogère[28]. Mais encore une fois, nous sommes ici obligés d’en rester au stade des suppositions tant la dimension diplomatique du fait guerrier est rarement traitée à une échelle micro, centrée sur un espace resserré ou un événement particulier, se limitant la plupart du temps à des analyses d’ordre macro-historique. C’est dire s’il y a encore à apprendre sur la libération de l’historien Michael R.D. Foot le 29 novembre 1944, alors qu’il était prisonnier des Allemands dans la poche de Saint-Nazaire.


[1] « 53 Allied Soldiers Exhanged for Germans », Monitor Leader, 84th Year, n°143, November 30, 1944, p. 1.

[2] « US Red Cross Official Forces Prisoner Barter », Wimington Morning Star, Vol. 77, n°270, December 1, 1944, p. 1.

[3] « Negotiator Refuses to Let Nazis Talk Him Out of Extra Prisoners », The Evening Star, 92nd Year, n°36738, December 1, 1944, p. 4.

[4] L’existence de ce sous-officier est attestée par Hodges Jr., Andrew Gerow, Behind Nazi Lines. My Father’s Heroic Quest to Save 149 World War II POWs, New York, Penguin Random House, 2015, p. 22/367 [Kindle edition].

[5] « A Captured GI’s Diary », Wilmington Morning Star, Vol. 77, n°291, December 27, 1944, p. 4.

[6] The Evening Star, 92nd Year, n°36738, December 1, 1944, p. 1.

[7] « A Captured GI’s Diary », Wilmington Morning Star, Vol. 77, n°291, December 27, 1944, p. 4.

[8] Brauer, Luc, Les Incroyables échanges. Un exemple d’humanité en temps de guerre, À compte d’auteur, Le Pouliguen, 2010, p. 56 indique que cet échange est également mentionné par la presse allemande, sans toutefois donner plus de détails.

[9] Malheureusement ces clichés, abondamment publiés par Brauer, Luc, Les Incroyables échanges…, op. cit. et Hodges Jr., Andrew Gerow, Behind Nazi Lines…, op. cit. ne semblent pas être disponibles en lignes sur le site des National Archives.

[10]  Brauer, Luc, Les Incroyables échanges…, op. cit., p. 56.

[11] « US Red Cross Official Forces Prisoner Barter », Wimington Morning Star, Vol. 77, n°270, December 1, 1944, p. 1.

[12] Hodges Jr., Andrew Gerow, Behind Nazi Lines…, op. cit.

[13] Brauer, Luc, Les Incroyables échanges…, op. cit. Il est à noter que l’échange d’Etel fait aussi, d’après L. Brauer, l’objet d’articles dans la presse américaine et notamment dans le New-York Times. Pour de plus amples développements sur ces opérations proprement dites, se reporter à Hodges Jr., Andrew Gerow, Behind Nazi Lines…, op. cit. Sur Plouhinec on pourra consulter Mémoires de 1945. De la Lorient à Germaine Tillion, Plouhinec, Mairie de Plouhinec, 2015.

[14] Knapp, Andrew, Les Français sous les bombes alliées 1940-1945, Paris, Taillandier, 2012.

[15] « US Red Cross Official Forces Prisoner Barter », Wimington Morning Star, Vol. 77, n°270, December 1, 1944, p. 1.

[16] Hodges Jr., Andrew Gerow, Behind Nazi Lines…, op. cit., p. 308/367 [Kindle edition].

[17] « US Red Cross Official Forces Prisoner Barter », Wimington Morning Star, Vol. 77, n°270, December 1, 1944, p. 1.

[18] Lire à ce propos l’article d’Hubert Chemerau dans le n°33 de Place Publique Nantes-Saint-Nazaire, texte qui rappelle que cette histoire est aussi captée à des fins identitaires par un « mouvement breton » toujours soucieux d’évacuer la douloureuse page de la collaboration.

[19] Brauer, Luc, Les Incroyables échanges…, op. cit., p. 56 ; Hodges Jr., Andrew Gerow, Behind Nazi Lines…, op. cit., p. 186 et suivantes /367 [Kindle edition].

[20] « Germans Exchange Prisoners », The Coolidge Examiner, Volume Fifteen, n°42, December 1944, 22, p. 3 ; « Germans Exchange Prisoners », The Lincoln Times, December 18, 1944, p. 1. Voir aussi « Three from State in Combat Exchange », Monitor Leader, 84th Year, n°141, November 1944, 24, p. 16 ; « Eight Nazis Refuse to Join After US Capture », Wilmington Morning Star, Vol. 77, n°264, November 24, 1944, p. 6. Là aussi, le rôle de l’Associated Press dans la production et la diffusion de cette information semble important.

[21] Hodges Jr., Andrew Gerow, Behind Nazi Lines…, op. cit., p. 156/367 [Kindle edition].

[22] Hodges Jr., Andrew Gerow, Behind Nazi Lines…, op. cit., p. 156/367 [Kindle edition].

[23] Hodges Jr., Andrew Gerow, Behind Nazi Lines…, op. cit., p. 158/367 [Kindle edition].

[24] Official Register of the Officers and Cadets, United States Military Academy for 1912, West Point, United States Military Academy Printing Office, 1912.

[25] Hodges Jr., Andrew Gerow, Behind Nazi Lines…, op. cit., p. 208/367 [Kindle edition].

[26] Symonds, Craig L., Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Perrin, 2020.

[27] Ajoutons d’ailleurs que, du fait de conditions météorologiques défavorables en Ecosse, où il est détenu, le transfert aux autorités allemandes de la poche de Saint-Nazaire du capitaine Müller a lieu quelques jours plus tard.

[28] Hodges Jr., Andrew Gerow, Behind Nazi Lines…, op. cit., tout particulièrement p. 255-258/367 [Kindle edition]. D’après l’auteur, le colonel Bergquist dit à Andrew Gerow Hodges quelques instants avant d’acheminer le capitaine Müller dans la poche de Saint-Nazaire : « The worse of all possible scenarios, of course, I haven’t even mentioned. You could be attacked by members of the French Resistance! Those hotheads like to shoot first and ask questions later. Feelings run high with those people. Can’t blame them. They’ve been under the Kraut’s deplorable brutality for over four years now. It’s been tough on them. They’ve been under the Kraut’s deplorable brutality for over years now. It’s been tough on them – their family and friends tortured, killed, or sent away to camps. They are a roaming ragtag bunch, great in number, rough and ruthless, and ready for their sufferings to end. They are highly dangerous, and they are everywhere. They’ll take one look at that haughty medal-wearing German, and he’s a dead man. And so are you! Those Red Cross badges and white flags won’t stop that gang of thugs. » p. 243-244 [Kindle edition].


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.