Le monument Prosper Proux de Guerlesquin et la Grande Guerre

Dans son édition du 29 mai 1914, le grand quotidien catholique rennais L’Ouest-Eclair fait état d’une subvention de 500 francs accordée une semaine plus tôt par le Conseil général du Finistère dans le cadre de l’érection d’un monument en mémoire « du poète-chansonnier breton Prosper Roux ». Cet article est intéressant à plus d’un titre.

Tout d’abord, il permet de rappeler la figure, quelque peu oubliée aujourd’hui, de Prosper Proux : aristocrate déclassé originaire de Poullaouen, où il fait figure de véritable notable, et de percepteur, il est un homme de lettres, poète et chansonnier en langue bretonne né en 1811 et décédé en 1873. Peu précise, la notice que lui consacre le PRELIB le répertorie parmi les membres fondateurs du Breuriez Breiz Izel, la confrérie des bardes de Basse-Bretagne. François Jaffrenou, le fameux barde Taldir, lui consacre ainsi, en 1913 une thèse, travail rédigé en breton et effectué sous la direction de l’éminent linguiste Georges Dottin. C’est d’ailleurs à l’issue de la soutenance qu’est évoquée, entre le Professeur et le tout frais docteur, l’opportunité d’ériger à Guerlesquin un monument en mémoire de Prosper Proux, sur le modèle de ce qui existe, depuis 1906, à Plouaret pour rappeler le souvenir de François-Marie Luzel, autre grand folkloriste du XIXe siècle.

                Publicité d’une subvention

Cet article de L’Ouest-Eclair est instructif quant à l’écho que peut avoir l’érection de ce monument : à l’évidence, il s’agit là d’un événement dont la portée dépasse largement le Trégor puisque même le journal de la rue du Pré-Botté l’évoque dans ses colonnes. Certes, l’information est reléguée en septième page mais il n’en demeure pas moins que cette médiatisation est significative : en effet, rares sont les subventions accordées par le Conseil général du Finistère qui font l’objet d’une telle publicité. Toutefois, une certaine mesure semble, en la matière, devoir s’imposer.

Vue générale de Guerlesquin, carte postale. Musée de Bretagne: 993.0133.800.

A en juger par la publicité accordée à cette subvention, rien n’indique que la majorité au pouvoir au sein de cette assemblée ait pu en tirer un important bénéfice politique. Détail intéressant, la Dépêche de Brest, lorsqu’elle rend compte le 23 mai 1914 de la séance du Conseil général du Finistère survenue la veille, ne mentionne pas cette subvention. Pourtant sensible à tout ce qui a trait à la culture régionale, le Courrier du Finistère, ce « journal français-breton paraissant le samedi » est tout aussi silencieux et ne publie que les éloges funèbres des conseillers généraux décédés depuis la dernière session. Le Cri du Peuple, l’organe de la fédération SFIO du Finistère, ne préfère pour sa part ne retenir de cette séance que quelques éléments : deux rapports sur les justices de paix et un projet de réorganisation de la gendarmerie dans le département qui suscite l’ire d’Hippolyte Masson. A l’en croire, les troupes en garnison dans le port du Ponant « ne seraient destinées qu’à être lancées contre le prolétariat brestois à la moindre occasion ». Bref, la presse finistérienne est, sous réserve d’inventaire plus poussé, unanimement muette en ce qui concerne l’attribution de cette subvention. Il en est d’ailleurs de même dans les colonnes du Moniteur des Côtes-du-Nord, bi-hebdomadaire publié à Saint-Brieuc. Si ce projet de monument est une nouvelle d’importance, c’est bien dans ce petit milieu de Bretons celtomanes tout droit sortis de ce romantique XIXe siècle et qui, force est de le constater, n’est pas nécessairement évident à cerner.

Du mouvement breton

Rien ne serait en effet plus faux que de cantonner ce mouvement à une droite conservatrice et réactionnaire qui se situerait, pour aller vite, dans le sillage de la nostalgie monarchiste d’un Arthur de la Borderie. « Journal d’Union républicaine paraissant le samedi », L’Eclaireur du Finistère en est un bon exemple. Si cet hebdomadaire n’évoque pas la subvention attribuée par le Conseil général du Finistère, elle ouvre largement ses colonnes au projet de monument en mémoire de Prosper Proux et érige même le défunt, dans son édition du 16 mai 1914, en « Béranger breton », ce en référence à un célèbre chansonnier du XIXe siècle. Or le positionnement politique de L’Eclaireur du Finistère est sans ambiguïté : « journal d’Union républicaine », il entend combattre « les manœuvres de la réaction » et défend sans complexe une ligne « anticléricale ». Tel n’est en revanche pas le cas de L’Ouest-Eclair. Mais cela n’empêche pas, on l’a vu, le quotidien rennais de relayer complaisamment les informations ayant trait à ce projet de monument. Autrement dit, le mouvement breton sait, à l’occasion, enjamber la grande ligne de fracture qui scinde la société française de ce début des années 1910 en deux blocs irréconciliables : la question religieuse.

D’ailleurs, cette réactivation du souvenir de Prosper Proux rappelle, comme un écho des gigognes patriotiques naguère évoquées par l’historienne A.-M. Thiesse, l’enchâssement des appartenances régionales[1]. Le régionalisme dont il est question ici n’est aucunement un séparatisme ou un nationalisme : il s’agit de l’expression d’une « bretonnité » qui n’a de sens qu’au sein de l’hexagone. Il est d’ailleurs intéressant, à ce propos, de remarquer qu’en ce 29 mai 1914 L’Ouest-Eclair titre sur cinq colonnes et avec de nombreuses photographies sur le voyage du Président de la République dans l’Ouest de la France : « M. Poincaré est l’hôte de la Bretagne ».

                Vers l’effort de guerre

A en croire les noms avancés par le quotidien catholique et, rappelons-le car cela a ici son importance, rallié à la République, le projet bénéficie d’un impressionnant comité de soutien. Le monument en lui-même est dû à Yves Hernot et René Quillivic. Mais on retrouve également les noms de Georges Dottin, Anatole Le Braz, Théodore Botrel ou encore Charles Rolland ; soit autant de personnalités du mouvement breton qui ne tarderont pas à se distinguer pendant la Grande Guerre par leur adhésion à l’Union sacrée et leur mobilisation au service de l’effort de guerre. Yves Hernot et René Quillivic comptent en effet parmi les auteurs de monuments aux morts les plus sollicités tandis que Georges Dottin, et la chose est peu connue, siège au sein de la direction de l’Office national des pupilles de la Nation, prolongeant en quelque sorte l’œuvre menée en tant qu’élu municipal au sein du bureau de bienfaisance de la ville de Rennes puis pendant le conflit au sein de la section locale de l’Orphelinat des armées. Auteur de chansons patriotiques sur feuilles volantes, Charles Rolland est pour sa part caractéristique de ces mobilisations intellectuelles en faveur de l’effort de guerre, à l’instar d’ailleurs d’Anatole Le Braz et de Théodore Botrel.

Taldir Jaffrenou, carte postale (détail). Musée de Bretagne: 994.0028.1.

On pourra bien entendu arguer du délit de téléologie à l’évocation de ces parcours. Mais le fait est que la Grande Guerre empêche l’inauguration du monument qui devait être érigé à Guerlesquin en mémoire de Prosper Proux. Celle-ci est en effet prévue pour advenir le 13 septembre 1914, soit en pleine guerre de mouvement, quelques heures après que ne soit intervenu le fameux « miracle » de la première bataille de la Marne. Or le fait est que le conflit n’enterre nullement le projet. Bien au contraire, comme si l’hécatombe n’avait été qu’une parenthèse, le monument en mémoire de Prosper Proux est finalement inauguré, à Guerlesquin, cinq ans plus tard, le 21 septembre 1919. Mieux, d’après L’Ouest-Eclair qui annonce la manifestation dans son édition du 12 septembre 1919, l’inauguration se fera en présence de hautes autorités de l’Etat : le préfet du Finistère et le sous-préfet de Morlaix, ainsi qu’un certain M. Dajot « délégué du ministre des beaux-arts » qui, finalement sera retenu dans le sud de la France, à Saint-Raphaël. Celles-ci accompagneront Georges Dottin, en tant que doyen de la Faculté des Lettres de Rennes, ainsi que Théodore Botrel, Taldir Jaffrenou ou encore Charles Rolland, soit autant de diverses mais éminentes figures du mouvement breton.

                Outil politique du temps présent

Curieusement, le quotidien de la rue du Pré-Botté ne rend pas compte de cette inauguration et c’est grâce à un copieux article – 3 colonnes et un tiers en pages 3 et 4 – de l’édition du 22 septembre 1919 de La Dépêche de Brest que l’on en connaît, globalement, la teneur. C’est d’abord Georges Dottin qui prend la parole : propos convenu oscillant entre évocation des étapes essentielles de la vie de Prosper Proux et exégèse laudative de son œuvre. Un détail toutefois frappe, le rappel de la généalogie de ce projet de monument : « l’origine de cette fête est donc purement universitaire » rappelle le grand philologue. En cette fin d’été 1919, le propos n’est pas innocent.

La mairie de Guerlesquin, carte postale. Musée de Bretagne: 972.0001.1789.

Le protocole veut en effet que la seconde personne à prendre la parole après Georges Dottin soit le maire de Guerlesquin. Or La Dépêche de Brest rappelle que « M. Pierre Bocher est tombé au champ d’honneur » ; plus précisément, à en croire sa fiche de mort pour la France, en septembre 1916, lors de la bataille de la Somme, en tant que caporal au 311e RIT. Dès lors, c’est bien au prisme de l’hécatombe des tranchées qu’il faut analyser cette journée commémorative même si, à l’origine, celle-ci n’est nullement conçue dans cette optique. Envoyé sur place en remplacement de M. Dajot pour représenter le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Etienne Port – inspecteur général, conservateur de Musée et chef de cabinet du ministre d’alors, Louis Lafferre – le rappelle d’ailleurs sans aucune ambiguïté : « Assurément, nous avons tous à l’heure présente bien des deuils à commémorer – et bien des gloires aussi qui, sans doute, ont plus d’éclat ».

Dès lors, pourquoi avoir maintenu un tel hommage ? En l’absence d’archives explicites, on se gardera bien d’avancer la moindre explication définitive. A n’en pas douter, la volonté des promoteurs du projet, à commencer par Taldir Jaffrenou, est un élément à prendre en compte. Mais le contexte a également son importance. Si le climat n’est bien évidemment plus celui qui était censé prévaloir en septembre 1914, force est de constater que le monument s’accorde bien aux nécessités du moment. En d’autre termes, la mémoire se révèle encore une fois être l’outil politique – sans doute très efficace – du temps présent. Le discours de l’envoyé du ministre de l’Instruction publique des Beaux-Arts, opportunément reproduit par La Dépêche de Brest, nous paraît à cet égard être une source précieuse. On ne dira jamais en effet combien la culture est au centre de la rhétorique patriotique pendant la Grande Guerre, conflit mené au nom « du droit et de la civilisation ». C’est donc bien à une véritable pédagogie du conflit que se livre le chef de cabinet en ce mois de septembre 1919, quelques semaines donc après la signature du traité de Versailles et à une époque où l’hécatombe, du fait de sa durée et de l’immense deuil qu’elle suscite, peut perdre en intelligibilité. Or, à en croire Etienne Port, Prosper Proux lui-même livre une clef de compréhension de ce drame encore aujourd’hui, par bien des égards, incompréhensible : « En ces jours où le tumulte de guerre n’est pas encore apaisé, je voudrais retenir que le dernier poème de ce Breton passionné date de 1870, aux heures cruelles, et qu’il jette la malédiction rouge aux Prussiens, voleurs enragés ».

Décidément à l’aise dans cette posture d’instituteur national, celui qui enseigna au Lycée de Rennes mais également aux collèges de Lamballe et de Saint-Nazaire, rend hommage, après avoir subtilement rappelé les buts de guerre, à ceux qui, justement, ont répondu à l’appel de la Nation en armes. Citant le barde, il affirme

« En avant, chantait-il. Un vrai breton jamais ne recula devant une épée. La mort plutôt que le déshonneur sera toujours la devise de l’Armor. » Car en encensant le « patriotisme provincial » et « cet amour du sol natal » qui émaneraient de l’œuvre de Prosper Proux, Etienne Port délivre un message dont la portée – gageons-le – n’échappe pas à l’assistance : « Nulle province n’eut jamais des fils plus âprement fidèles que cette admirable et grande terre de Bretagne, riche d’un noble passé, mère d’une race vigoureuse et hardie, terre plus fertile encore en hommes qu’en moissons et fière de sa ceinture de rivages, comme de la couronne de ses forêts ». En d’autres termes, derrière le poète, c’est bien la figure « moralement suprême »[2] du poilu qui est célébrée en cette fin d’été 1919. Et plus encore, ce qui est mis en avant en ce 21 septembre 1919, à en croire La Dépêche de Brest qui rend compte de cette journée, c’est bien « l’union de la grande et de la petite patrie ».


[1] Thiesse, Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1997.

[2] Nous reprenons l’expression de Horne, John, « Les visions de l’avenir du syndicalisme, 1914-1920 », in Robert, Jean-Louis (dir. en collaboration avec Chaurand, David), Le Syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 330.


1 réflexion sur « Le monument Prosper Proux de Guerlesquin et la Grande Guerre »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.