L’exquis cadavre de Léon Gambetta

Le livre que l’historienne A. Carol consacre, aux éditions Jérôme Million, au destin post-mortem du corps de Léon Gambetta est de ces petites merveilles qui conjugue parfaitement maestria de la narration et profondeur de l’analyse[1]. Le point de départ de l’intrigue se situe dans le cimetière de Nice, le 1er avril 1909, lorsqu’est procédé à l’exhumation de la dépouille de l’homme d’État, figure éminente du Gouvernement de la Défense nationale pendant la guerre de 1870-1871, en vue de son transfert dans un nouveau tombeau. On se doute que la scène ne doit pas être très drôle pour ceux qui y assistent mais l’horreur qui apparaît aux yeux des protagonistes dépasse en réalité de loin tout ce qui avait pu être imaginé : « c’est donc un corps incomplet, très mutilé qu’abrite la tombe : un corps décapité, privé de son bras, mais aussi de son cœur et d’une partie de ses entrailles » (p. 10-11). Dès lors, il s’agira de savoir « comment en est-on arrivé-là » (p. 11) ? Ce faisant, A. Carol propose une analyse se situant aux lisières de l’histoire de la médecine et de l’histoire politique (p. 282) mais aussi, par ricochet, des War Studies. Et c’est précisément sur cette approche que se focalisera cette brève recension.

Car en montrant en quoi le décès de Gambetta – survenu le 31 décembre 1882 à Sèvres – et les sévices infligés à sa dépouille sont aux antipodes de la « belle mort » (p. 89 et suivantes), on saisit par la même occasion l’horreur du trépas sur un champ de bataille. En effet, en ces années 1880, « chez les gens ordinaires, mourir de sa belle mort c’est avant tout mourir à un âge respectable, sans souffrances excessives, entouré de l’affection des siens à qui l’on prodigue adieux et ultimes recommandations » (p. 91) ; bref tout ce que n’est pas le décès au feu. On mesure dès lors d’autant plus le poids du deuil engendré par l’Année terrible qu’à la perte de l’Alsace et de la Lorraine s’ajoute la mort d’au moins 100 000 hommes au combat[2]. L’affirmation de « sensibilités funéraires modernes » (p. 217) dans les décennies qui suivent permettent d’ailleurs de se faire une idée de la profondeur du traumatisme collectif suscité par la Grande Guerre.

D’un point de vue scientifique, le véritable supplice enduré par Gambetta est intéressant en ce qu’il vient souligner, dans le sillage d’historiens comme S. Delaporte, la rupture radicale engendrée par la séquence 1914-1918. Si les sommités médicales accourues au chevet du grand homme se résolvent à ne pas opérer, c’est aussi parce que « à cette date, la chirurgie viscérale est encore jugée très périlleuse, en raison du milieu sceptique où elle porte le fer et des risques d’infection post-opératoires qu’elle génère » (p. 78). La réalité d’une ambulance à Verdun ou sur le Chemin des Dames est de ce point de vue aux antipodes de la chambre où décède Gambetta, « configuration sociale d’entre-soi bourgeois où, contrairement à l’hôpital, le patient est sur un pied d’égalité avec celui qui le soigne et par conséquent en position de discuter » (p. 83). Dès lors, pour ceux qui survivent à leurs blessures, c’est bien l’idée d’un capital de négociation permettant l’établissement du taux de pension, indice bel et bien négocié et ne relevant pas uniquement de la seule verticalité d’un magistère médical, qui ici se fait jour.

Les funérailles parisiennes de Léon Gambetta, le 6 janvier 1883 (image d'Epinal). Collection Musée de Bbretagne : 2013.0000.559.
Les funérailles parisiennes de Léon Gambetta, le 6 janvier 1883 (image d’Epinal). Collection Musée de Bbretagne : 2013.0000.559.

Par bien des égards, l’histoire des mutilations infligées au cadavre de Gambetta renvoie à des considérations métaphysiques qu’exacerbent la guerre de 1870 et la proclamation de la République. La chose est évidente, « le corps de Gambetta est d’abord un corps politique », celui-ci incarnant « deux entités qui le transcendent : la République et la Nation » (p. 18). Or cette réalité n’est pas sans interroger un certain nombre de républicains qui, refusant ce qui s’apparente à leurs yeux à une certaine forme de bigoterie, rejettent ce qui est aussi un culte du grand homme (p. 267). Dès lors, tout se passe comme si la République, mais aussi et peut-être même surtout la Nation, s’incarnerait dans une certaine forme de sacré qui se substituerait au culte rendu au Christ bien entendu, mais aussi à ses Saints ainsi qu’au titulaire du trône de Saint-Pierre. La rapidité avec laquelle les catholiques ultramontains abandonnent Pie IX et la défense des états pontificaux en 1870 en est une illustration frappante. Pour autant, le parallélisme des pratiques cultuelles ne peut que frapper : si l’on sait que le cœur de Gambetta est tôt l’objet de mesures conservatoires spécifiques, avant d’être transféré en 1920 au Panthéon, le fait est que c’est ce même Pie IX qui réactive le culte du Sacré-Cœur de Jésus (p. 256). Quoi qu’idéologiquement frontalement opposées, ces deux sacralités participent néanmoins d’une même croyance, celle d’une vision héritée de la médecine aristotélicienne qui fait du cœur l’organe essentiel du corps humain alors qu’au fur et à mesure du XXe siècle, et ce jusqu’aux neurosciences actuelles, c’est le cerveau qui peu à peu s’empare de ce statut (p. 271-272).

Ce qui se fait également jour à la faveur des controverses médiatiques entourant la mort de Léon Gambetta est l’émergence du droit à l’information (p. 63). L’ancien ministre de l’Intérieur du Gouvernement de la Défense nationale décède en effet à peine 18 mois après la loi du 19 juillet 1881 sur la liberté de la presse et les centaines d’articles glosant sur les circonstances de son trépas résultent, par bien des égards, d’un processus de libéralisation entamé dès la fin du Second Empire[3]. Pour autant, il y a semble-t-il tout lieu de se demander si celui-ci est également réparti où que l’on se trouve sur le territoire français. C’est là d’ailleurs la principale critique que l’on pourrait formuler à l’endroit de ce livre, A. Carol limitant ses investigations aux titres de la grande presse parisienne et à quelques périodiques des Alpes-Maritimes (p. 305-306). Mais qu’en est-il par exemple en Morbihan où Le Morbihannais évoque le 3 janvier 1883 la mort du « dictateur de Tours » quand, le même jour, Le Phare de Bretagne affirme qu’un « grand orateur, un grand patriote vient de mourir » ?[4] Le combat médiatique se déroule-t-il selon les mêmes termes, avec les mêmes images et les mêmes arguments, qu’à Paris ? Sans doute y aurait-il là matière à d’utiles développements. En ce qui concerne la péninsule armoricaine, la chose semble d’autant plus intéressante qu’un acteur important des controverses entourant la mort de Léon Gambetta est Charles Le Goffic (p. 151 et suivantes) : quand on sait avec quelle ardeur il défend pendant la Grande Guerre les combattants bretons, et tout particulièrement les fusiliers marins de l’amiral Ronarc’h, on mesure l’ampleur de la conversion politique qui s’opère au profit du régime, l’idée de Nation étant le vecteur de cette acculturation[5].

Pour autant, il convient de s’accorder sur la portée exacte de cette conversion dans la mesure où, plutôt que d’une adhésion récente, c’est sans doute plus d’un combat abandonné, car désormais sans enjeu après l’hécatombe des tranchées, dont il s’agit ici. Pour A. Carol, « la victoire [de 1918] et le retour des provinces perdues dans le giron national changent probablement la donne en ravivant le souvenir du héros de la Défense nationale » et permettant ainsi la translation de son cœur, le 11 novembre 1920, au Panthéon (p. 258). C’est me semble-t-il faire peu de cas du poids des anciens combattants – moins unis du reste à cette occasion que ce que ne suggère l’autrice (p. 260) – et de la figure tutélaire du Poilu, celle-ci écrasant tout sur son passage, mêmes les anciens clivages. En effet, Gambetta est désormais devenu un corps politique « froid » (p. 231) renvoyant à des conflits périmés à défaut d’être soldés, et surtout, que l’on ne juge pas opportun de réactiver[6].

Carte postale figurant quelques personnalités reposant au Panthéon dont Léon Gambetta. Collections Musée de Bretagne : 984.0062.248.
Carte postale figurant quelques personnalités reposant au Panthéon dont Léon Gambetta. Collections Musée de Bretagne : 984.0062.248.

Malgré ces quelques réserves, qui témoignent du reste plus de nouvelles perspectives qu’autre chose, on ne saurait donc trop conseiller cet ouvrage d’A. Carol, volume à l’écriture véritablement jouissive. Il émane en effet de ces pages composées pendant la pandémie de Covid-19 (p. 7.) une joie de faire de l’histoire qui emporte le lecteur et regorge de clins d’œil assez jubilatoires (p. 107 et 147 notamment). C’est ainsi par exemple que le mode supposé de vie de Léon Gambetta lui vaut d’être accusé par ses adversaires politiques « d’être un bambocheur » (p. 22), terme qui n’est bien entendu pas complètement neutre… Cette liberté de ton, cette légèreté assumée, signent l’absolue maîtrise d’une historienne qui livre là un ouvrage que l’on ne saurait trop conseiller tant sa lecture est réjouissante.


[1] Carol, Anne, La Mise en pièces de Gambetta. Autopsie d’un corps politique, Grenoble, Editions Jérôme Million, 2022. Afin de ne pas surcharger inutilement l’appareil critique, les références à cet ouvrage seront dorénavant indiquées dans le corps de texte, entre parenthèses.

[2] Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[3]  Allorant, Pierre, Badier, Walter, Garrigues, Jean (dir.), Les Dix Décisives (1869-1879), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022.

[4] « Mort de Gambetta », Le Morbihannais, 42e année, n°1, 3 janvier 1883, p. 1 ; « Mort de Léon Gambetta », Phare de Bretagne, 10e année (3e série), n°1, 3 janvier 1883, p. 1.

[5] Voir notamment Le Goffic, Charles (introduction de Lagadec, Yann), ‘Bourguignottes et pompons rouges’ suivi de ‘Dixmude. Un chapitre de l’histoire des fusiliers marins (7 octobre 10 novembre 1914), Pabu, À L’Ombre des mots, 2018.

[6] Pour de plus amples développements je me permets de renvoyer à Le Gall, Erwan, « Que reste-t-il de 1870-1871 en 1920-1921 ? Le cinquantenaire de l’année terrible dans la presse bretonne », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, n°128-4, 2021, p. 191.



Citer ce billet
Erwan Le Gall (2022, 23 mars). L’exquis cadavre de Léon Gambetta. Ar Brezel. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbpe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.