Portrait de Mgr Jean-Marie Bécel figurant en l'église Saint-Pierre de Béignon (Morbihan), détail. Wikicommons.

Ultramontanisme et guerre de 1870 : réflexions morbihannaises

Dans la thèse qu’elle consacre à Alcime Gouraud, évêque de Vannes, C. Picaud insiste sur l’ultramontanisme très fort en Morbihan, sentiment implanté dans ce département dès le XIXe siècle et tant parmi les laïcs que le clergé :

« Ce dernier n’est d’ailleurs pas seul à manifester ses sentiments ultramontains. Par leur contribution financière (denier de Saint-Pierre) et surtout par leur engagement militaire (zouaves pontificaux), les laïcs morbihannais témoignent de leur attachement au Pape. Avec 154 sous-officiers et soldats engagés pour la délivrance de Rome, le Morbihan se place au troisième rang des départements de l’Ouest, derrière la Loire-Inférieure (300) et l’Ille-et-Vilaine (167). Le contingent de 150 élèves envoyé par le collège Saint-François-Xavier de Vannes fit dire à Pie IX : ‘Le collège Saint-François-Xavier de Vannes….[1] Ah ! De tous les collèges de France, c’est celui qui m’est le plus cher, car aucun ne m’a donné autant de défenseurs’. Il est aisé de comprendre quel cruel dilemme le ralliement devait poser à ces catholiques morbihannais, aussi royalistes qu’ultramontains, d’autant plus royalistes que la République s’identifiait à la législation laïque. »[2]

Cette fidélité au Pape n’est du reste pas une spécificité morbihannaise, ni même bretonne d’ailleurs, comme le rappelle M. Launay dans un article paru en 1983 dans les vénérables Annales de Bretagne. Cette proximité avec Rome et les états pontificaux est même une caractéristique qui s’observe dans tout l’Ouest de la France et qui s’explique par le fait que l’auguste cité « devient la ville sainte par excellence, à cause bien sûr des souvenirs des premiers chrétiens, mais aussi parce qu’elle présente le bastion de la foi contre l’impiété moderne et le siège de la souveraineté de Jésus-Christ incarnée par le successeur de Pierre »[3]. Dès lors, la concrétisation de l’unité italienne à la faveur de la guerre franco-allemande de 1870 et au détriment du Vatican a-t-elle des répercussions en Bretagne, et pour ce qui concerne ces lignes, en Morbihan ?

La cathédrale de Vannes, XIXe siècle. Lithographie de Léon-Auguste Asselineau. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.2593.
La cathédrale de Vannes, XIXe siècle. Lithographie de Léon-Auguste Asselineau. Collections Musée de Bretagne : 2017.0000.2593.

Précisons-le d’emblée afin de dissiper dès maintenant tout malentendu, les archives sont ici très lacunaires et c’est avec la plus grande prudence que l’on se doit ici d’avancer. C’est ce que suggère un rapport du sous-préfet de Napoléonville (Pontivy) daté du 2 janvier 1869 et donnant une description saisissante :

« L’opinion publique n’est représentée dans mon arrondissement que par deux classes ou plutôt deux catégories d’individus qui, de tout temps, ont été divisés de principes et d’intérêts. L’une composée de la bourgeoisie des villes et recrutant peu à peu des cultivateurs aisés que l’instruction a dégrossis accepte avec une ferveur très marquée les théories développées dans la brochure Le Pape et le Congrès relativement à la solution de la question romaine ; l’autre qui comprend le clergé, les campagnards ignorants plus superstitieux que religieux et enfin les légitimistes déplorant que de semblables idées aient été mises au jour. »[4]

Quel crédit accorder à un tel tableau ? La plume du sous-préfet est-elle absolument digne de confiance ? Par ailleurs, et quand bien même cet état de l’opinion serait conforme à la réalité, la situation est-elle la même dans les arrondissements de Vannes, Lorient ou encore Ploërmel ? Autant d’interrogations qui, par manque de sources, restent pour l’heure sans réponse. Certes, les archives préfectorales font état, dans la première moitié du Second Empire, d’un certain nombre de menées ultramontaines dans le département. Mais, qu’il s’agisse de prêches, de propos tenus plus ou moins publiquement ou même de « brochures » diffusées dans le diocèse de Vannes, il est à chaque fois difficile de déterminer, à partir des quelques éléments dont nous disposons, si ces discours recoupent réellement l’état de l’opinion. Il est en effet toujours délicat d’appréhender un mouvement social, quel qu’il soit, par le seul biais d’archives qui, quoi qu’on en dise, sont tout de même légèrement policières. De surcroît, il n’est pas certain que la situation soit exactement la même à la fin des années 1860, à mesure que s’affirme le tournant libéral de l’Empire. Les archives invitent en effet à ce propos à une certaine prudence. Or si la question de l’ultramontanisme du clergé breton en 1871 se pose avec acuité, c’est qu’elle fonde, d’une certaine manière, un coup de billard à trois bandes dont l’historien F. Roth décrit bien les enjeux :

« Du côté italien, l’objectif est limpide et à portée de main. Victor-Emmanuel, qui avait tenté de soutenir Napoléon III, s’exclame en apprenant Sedan : ‘Pauvre empereur ! Nous l’avons échappé belle’. Il donne bientôt l’ordre à ses troupes d’entrer dans la cité des papes dont les Français se sont retirés sur la pointe des pieds. La question romaine est tranchée sans délai. Le 20 septembre, les troupes italiennes entrent dans Rome. Pie IX proteste en vain contre la violence qui lui est faite et s’enferme dans la Cité du Vatican. »[5]

Mais la position de l’Italie – en tant « qu’expression géographique », pour reprendre les termes du diplomate autrichien Klemens Wenzel von Metternich, et pas encore comme entité politique d’un seul tenant puisque le Risorgimento reste alors un processus en cours[6] – est plus subtile qu’il n’y paraît. Souhaitant réaliser son unité, elle entend s’emparer de Rome, ville occupée, depuis l’affaire dite de Mentana à la fin de l’année 1867, par un corps expéditionnaire français destiné à protéger ce qui restait du domaine papal, mais aussi quelques territoires du Tyrol du Sud annexés par l’Autriche. L’alliance de Napoléon III et de Victor-Emmanuel II est donc d’autant plus compromise que le souverain italien ne sent pas prêt à entrer militairement dans le conflit[7]. La perspective diachronique est ici essentielle et ne doit pas induire en erreur quant à la teneur du principe des nationalités, celui-ci s’effaçant de plus en plus derrière la « politique des pourboires ». C’est ainsi que pour S. Berstein et P. Milza, « principal artisan         des débuts de l’unité, Napoléon III en devient le principal obstacle lorsqu’à partir de 1860 il s’oppose à l’installation à Rome de la capitale du royaume, la garnison qu’il maintient auprès du Saint-Siège manifestant concrètement son refus »[8]. À les croire, le roi d’Italie profite de Sedan et de la chute du Second Empire pour lancer ses troupes dans la ville éternelle et y établir sa capitale, celle-ci étant officiellement installée le 1er août 1871. Après coup, on mesure combien les positions sont figées sur cette question et revient en mémoire cette phrase prêtée à l’Impératrice Eugénie : « Plutôt les Prussiens à Paris que les Italiens à Rome »[9].

Affiche reproduisant une lettre de Napoléon III adressée le 31 décembre 1859 à Pie IX à propos des états pontificaux. Collections Musée de Bretagne : 2018.0000.923.
Affiche reproduisant une lettre de Napoléon III adressée le 31 décembre 1859 à Pie IX à propos des états pontificaux. Collections Musée de Bretagne : 2018.0000.923.

Sans doute certaines voix pourraient-elles s’élever pour affirmer qu’il ne s’agit-là que d’une dimension périphérique de ce conflit, celui-ci revêtant avant tout l’aspect d’une guerre franco-allemande. D’ailleurs, on remarquera qu’un Dictionnaire de la guerre de 1870 comme celui publié par Y. Moritz ne comporte aucune entrée concernant Rome, le Pape, Victor-Emmanuel II ou encore le Vatican. Seule l’Italie est mentionnée, pour souligner son non-engagement puis rappeler le souvenir de la campagne éponyme de 1859 et affirmer à ce propos qu’une « grande partie des officiers supérieurs et généraux français engagés dans la guerre franco-prussienne étaient de glorieux vainqueurs de cette campagne d’Italie qui avaient eu l’impression d’appartenir à la meilleure armée du Monde, mais cela ne suffira pas à les rendre invincibles contre les Prussiens, dix ans plus tard »[10]. Or il nous semble qu’au contraire, la question romaine est sensible pour qui s’intéresse à la séquence chronologique 1870-1871 en Morbihan, le mois de septembre 1870 revêtant une importance cruciale, tant du point de vue de la proclamation de la République que de l’entrée des Italiens à Rome.

Malheureusement très lacunaire, la série V des Archives départementales du Morbihan ne permet pas d’en savoir beaucoup sur l’attitude de l’évêque de Vannes et sur les éventuelles divergences qui auraient pu, à propos de la question italienne, l’opposer à son clergé[11]. Est-ce à dire que cette question n’a pas intéressé les services préfectoraux ? Ou qu’il n’y eut rien de notable à rapporter, ce qui permettrait en conséquence d’expliquer pourquoi nous ne disposons aujourd’hui d’aucune source ? Toujours est-il qu’en 1897, au moment de la mort du prélat, si les services préfectoraux ne semblent nullement dupes de l’hostilité de Mgr Bécel à la politique anticléricale, ils n’ont visiblement aucune mémoire de la guerre de 1870 et, par conséquent, des dissensions ayant pu traverser le diocèse à cette époque[12]. La série M ne se révèle pas beaucoup plus utile. Les dépêches officielles reçues par les différents préfets en poste dans le Morbihan pour la période qui nous intéresse ne prêtent aucune importance aux événements romains, à la différence de la situation militaire et des troubles qui agitent Paris au printemps 1871, réalité qui semble suggérer une absence d’attention ministérielle portée aux répercussions que cette actualité pourrait avoir dans ce département[13].  

De la même manière, les archives diocésaines ne permettent pas d’en savoir beaucoup plus sur la question qui nous intéresse ici. Le registre des correspondances de l’évêché ne laissent rien transparaître et seules les affaires courantes semblent alors occuper le trône de Saint Patern : réception de legs divers, octroi de bourses pour des séminaristes, travaux dans certaines églises et même dans la cathédrale, à Vannes, ou encore autorisations pour des chemins de Croix[14]. Bref, rien qui ne soit en rapport avec les événements en cours et qui puisse nous renseigner quant à d’éventuelles dissensions, sur à propos de la question romaine, entre Mgr Bécel et son clergé. Quant aux missives échangées avec le Saint- Siège, elles semblent réduites à la portion congrue, ce qu’explique d’ailleurs par le déroulement même du conflit : une lettre faisant état du Concile et du dogme de l’infaillibilité pontificale, une autre pour dénoncer l’action de l’Italie et demander pour les fidèles du diocèse de Vannes la protection divine. Mais à chaque fois il s’agit de propos très formels qui ne permettent pas de prendre la mesure des relations exactes entre Mgr Bécel et Pie IX[15]. Peut-être les Archives apostoliques du Vatican conservent-elles quelques documents qui pourraient éclairer notre lanterne… C’est une piste qu’il ne faut pas exclure et qui dit combien cette histoire qui pourrait de prime abord relever du seul localisme doit au contraire se composer selon une grammaire connectée, transnationale.

La basilique Saint-Pierre, carte postale. Collections Musée de Bretagne : 969.0019.298.
La basilique Saint-Pierre, carte postale. Collections Musée de Bretagne : 969.0019.298.

Le portrait que donne C. Picaud de Jean-Marie Bécel, l’évêque siégeant à Vannes, suggère pourtant bien certaines divisions traversant l’église dans ce diocèse pendant le Second Empire :

« Né à Beignon (canton de Guer) en 1825, promu curé-archiprêtre de la cathédrale de Vannes le 14 juin 1865, son élévation à l’épiscopat, à un âge relativement jeune et plus encore au siège du diocèse dont il était natif, fit l’effet d’une bombe. Due à l’influence de la princesse Bacciochi, cousine de l’Empereur et propriétaire du château de Corn-er-Houët en Colpo, cette nomination suscita, dans les rangs du clergé vannetais, jalousie et suspicion. La première circulaire du nouvel évêque, demandant des prières pour l’Empereur, ne contribua pas peu à jeter le froid dans le diocèse. Aux élections législatives de 1869, le prélat cautionna, sans succès, le candidat officiel contre son adversaire légitimiste, Charles de La Monnneraye, soutenu par le clergé. »[16]

Biographe du titulaire de Saint Patern, le chanoine Maximlien Nicol explique que la nomination à Vannes de Jean-Marie Bécel est une décision non seulement personnelle de l’Empereur mais qui répond à des impératifs diplomatiques :

« J’ai vu M. Bécel, qui est un prêtre intelligeant et pieux. J’ai consulté la nonciature et je sais que ce choix sera agréable au Saint-Siège. M. Bécel sera évêque de Vannes. »[17]

Il s’agit donc de plaire au Pape. Mais S. Gicquel montre que ce choix répond aussi à des considérations d’ordre intérieur et, à ce propos, n’hésite pas à ériger Jean-Marie Bécel en évêque politique dont le véritable rôle est de « développer l’adhésion à l’Empire dans le diocèse de Vannes ». Ce même historien explique par ailleurs, et sans véritable surprise du reste, que ce prélat se révèle peu favorable à la République, position qu’il conserve jusqu’à la fin de sa vie et qui influe directement sur les nominations qu’il prononce dans son diocèse. Il serait en définitive un ecclésiastique plus proche de l’épiscopat que de son clergé, réalité qui se vérifie du reste tout au long de la période concordataire puisqu’on ne recense dans ce diocèse aucun évêque ultramontain[18].

Portrait de Jean-Marie Bécel, évêque de Vannes, publié dans la biographie que lui consacre le chanoine honoraire Maximilien Nicol. Gallica / Bibliothèque nationale de France.
Portrait de Jean-Marie Bécel, évêque de Vannes, publié dans la biographie que lui consacre le chanoine honoraire Maximilien Nicol. Gallica / Bibliothèque nationale de France.

Pour autant, et sans nier la ligne de fracture qui oppose le titulaire du trône de Saint-Patern à ses ouailles, sans doute y a-t-il dans les résultats du plébiscite du 8 mai 1870 matière à réflexion. En Morbihan, 89 856 suffrages sont exprimés en faveur du « oui », contre 4 543 pour le « non »[19]. Mais l’interprétation qu’il convient de donner à ces résultats, trompeusement nets, est délicate. Faut-il y voir une franche adhésion au régime ou une nette approbation de sa libéralisation, ce qui n’est alors plus tout-à-fait la même chose ? En Ille-et-Vilaine, par exemple, on sait que les partisans de l’Empire appellent à voter « oui » pour exprimer leur soutien au régime mais aussi, et peut-être même surtout, même si cela est encore une fois difficilement quantifiable, pour faire barrage aux « Républicains socialistes et antireligieux ». D’ailleurs, dans ce département qui bascule sans aucune difficulté dans la République en septembre 1870, on se félicite, à en croire l’historien H. Goallou, des résultats de ce plébiscite et, ainsi, « d’avoir échappé à la révolution qui aurait certainement éclaté au cas d’une victoire du non »[20]. La situation est sensiblement équivalente dans le département de Loire-Inférieure où N. Blayau souligne toutes les difficultés d’interprétation que soulève l’abstention, celle-ci étant souvent « la forme d’opposition choisie par le corps électoral ». En effet, là aussi, on semble avoir voté à la fois pour l’ordre ET la liberté[21].

En Morbihan, le soutien de Jean-Marie Bécel à Napoléon III à l’occasion de la crise de l’été 1870 est particulièrement visible à la lecture de la Semaine religieuse. Les mauvaises langues pourront toujours avancer le fait qu’il est absent de son diocèse au début du mois de juillet 1870, étant parti « prendre les eaux pour raisons médicales », vraisemblablement à Menton et à la suite des réunions imposées par la tenue du concile Vatican I[22]. Ayant reçu congé par Pie IX lui-même, l’évêque de Vannes prend toutefois soin, dans l’édition du 7 juillet 1870, de faire savoir qu’il se soumet au dogme de l’infaillibilité pontificale en cours de promulgation et qu’il entend bien astreindre à ce même régime ses vicaires généraux[23]. Une manière de mettre ses affaires en ordre avant de prendre les eaux donc, mais qui n’est toutefois pas sans induire une ambiguïté du point de vue de la fidélité de Jean-Marie Bécel à l’Empereur, fidélité d’autant plus éprouvée qu’au concile se trouve le cardinal Lucien-Louis Bonaparte, par ailleurs filleul de Napoléon III[24]. Quinze jours plus tard, le doute est néanmoins levé. Alors que la guerre est déclarée, la Semaine religieuse montre comment le diocèse de Vannes, sous l’autorité de son évêque, se place en ordre de marche. Sont en effet ordonnées, et ce « pendant toute la durée de la guerre, tous les soirs, à huit heures précises, dans la chapelle des Religieuses des Carmélites, [des] prières pour le succès de l’armée française et pour placer les défenseurs de la patrie sous la protection spéciale du Sacré Cœur de Jésus »[25]. A la fin du mois de Juillet 1870, alors qu’il est toujours en cure, Jean-Marie Bécel publie une lettre circulaire « au Clergé de son diocèse pour ordonner et demander des prières à l’occasion de la guerre contre la Prusse », texte dans lequel il explique que « personne ne s’attaque impunément à notre dignité nationale, surtout si nos intérêts peuvent en souffrir et que notre sécurité sont menacés »[26]. Le message est clair et témoigne de la fidélité du prélat à l’Empereur, de la force du patriotisme défensif du titulaire du trône de Saint-Patern et, en définitive, de son adhésion à une guerre causée par ce qui est ressenti comme une agression ennemie :

« Or, calmes et patients dans nos forces et nos droits, nous surveillons sans peur les démarches suspectes d’un voisin ambitieux, bien décidés à ne pas tolérer de nouveaux empiètements. Une entreprise d’autant moins innocente qu’elle cachait plus de dissimulation et d’audace, est venue surexciter notre patriotisme et mettre des bornes à notre longanimité. Aussi, le Pays tout entier, à l’exemple du Sénat et du Corps législatif, a-t-il applaudi aux nobles et fermes déclarations présentées, au nom du Gouvernement de l’Empereur, par son Exc. M. le duc de Gramont, ministre des Affaires étrangères. Des Pyrénées à la Manche, des Alpes à l’Océan, ce n’est qu’un cri plein d’enthousiasme. On veut la guerre. Elle est demandée avec résolution. Elle sera conduite avec intrépidité. »[27]

Autrement dit, si doute il pouvait y avoir à Rome quant au positionnement de Mgr Bécel face à la guerre, tel n’est désormais plus le cas. Mais la question romaine demeure présente dans les esprits, comme le rappelle cet hommage du prélat à « l’épée redoutable dont la Fille aînée de son Église s’est tant de fois servie pour protéger, défendre et venger la Religion persécutée ou méconnue ». Et d’ajouter à propos de l’armée : « N’est-ce pas elle qui monte la garde à quelques pas du Vatican, où, sous la présidence de son Chef vénéré, qui ne peut induire en erreur ses Frères dans l’apostolat et ses fils dans la foi, une autre milice débat, rédige, et signe de solennels traités, pour assurer, dans l’ordre hiérarchique, la tranquillité du peuple chrétien ? »[28] Pourtant, une semaine plus tard, La Semaine religieuse annonce le retour en métropole du corps expéditionnaire dépêché à Rome. Faisant état des promesses italiennes de « veiller à la sécurité et à l’intégrité des frontières de l’État pontifical », l’hebdomadaire soupire : « Espérons que ces mesures seront efficaces »[29]. Le 11 août 1870, le nom du lieutenant-colonel de Charrette apparaît à l’occasion d’un article décrivant les modalités de repli des zouaves pontificaux[30].

Portrait de Jean-Marie Bécel, évêque de Vannes (coupure de presse) par Gustave Horrie. Collections Musée de Bretagne : 912.0043.870.
Portrait de Jean-Marie Bécel, évêque de Vannes (coupure de presse) par Gustave Horrie. Collections Musée de Bretagne : 912.0043.870.

Jean-Marie Bécel rentre à Vannes le 2 août 1870, après 8 mois d’absence pendant lesquels il a géré à distance son diocèse[31]. Accueilli en la cathédrale par « le chapitre, le clergé de la ville et des environs », il se voit réaffirmer par celui-ci la fidélité dûe au titulaire du trône de Saint-Patern mais aussi de Saint-Pierre, dualité entre gallicanisme et ultramontanisme qui est habilement placée sous le nouveau dogme de l’infaillibilité pontificale[32]. En d’autres termes, l’ambiance a beau être feutrée, il n’est pas certain qu’elle ne trahisse pas quelques fractures plus ou moins vives. D’ailleurs, un paragraphe de la Semaine religieuse du 4 août 1870 laisse entendre que cette cérémonie a été soigneusement préparée par l’évêque, tant pour se conformer à l’actualité du moment que pour, peut-être, éviter un incident :

« Cette réception s’est passée conformément aux instructions données par Monseigneur dans la lettre suivante, adressée à MM. Les vicaires généraux, chanoines et prêtres de Vannes.

Les préoccupations de la guerre avaient décidé Sa Grandeur à refuser toute ovation. Les événements viennent de lui donner raison : le jour même de son arrivée, nos soldats se battaient sur le Rhin et remportaient un premier avantage à Saarbruck. »[33]

Cette fracture au sein du diocèse de Vannes est d’ailleurs confirmée à la fin du mois de septembre 1870 par le journal d’Anne Galles, une imprimeuse vannetaise assez aisée et aussi légitimiste que catholique :

« Hier nous avons eu la visite de l’évêque il venait remercier de la nappe d’autel que Marie lui a faite. Il paraissait bien effrayé de la situation mais je crois qu’il craint d’avantage la Révolution que les Prussiens […] L’évêque paraissait attristé de ce que le comité catholique réuni à Vannes pour l’élection des députés eût envoyé des lettres de convocation à son clergé sans lui en envoyer à lui. Il pense que ce sont ses opinions qui ont empêché ces Mrs qui sont tous légitimistes de le prévenir de cette réunion. »[34]

Mais de Rome, en revanche, il n’est en revanche pas question dans cette source, comme si cette question était entièrement occultée par la situation de la France. Bien entendu, il serait très hasardeux de prétendre résumer l’opinion de tout un département sur la base d’un seul et unique témoignage. Pour autant, on ne peut que mesurer le décalage avec la situation qui prévalait en février 1860, époque où l’évêque de Vannes recommandait « au clergé et aux fidèles de prier pour le chef de l’ É glise et pour la conservation de ses États »[35]. À en juger par les archives, cette année correspond d’ailleurs à une poussée d’ultramontanisme dont la vigueur reste à déterminer[36] mais dont la brièveté, elle, ne semble pas faire de doute. Et c’est selon toute vraisemblance cette intensité décroissante qui permet d’expliquer le revirement qui se produit à la faveur de la guerre franco-prussienne. En effet, en Morbihan, l’après-midi du 7 août 1870 marque sans doute de ce point de vue une rupture décisive, la priorité étant désormais accordée à la Nation sur la solidarité avec le Vatican. Et c’est « l’Impératrice régente » Eugénie qui, dans une proclamation reçue à « 3 heures 45 du soir » à la préfecture, sonne l’alarme :

« Français,

Le début de la guerre ne nous est pas favorable. Nos armes ont subi un échec. Soyons ferme dans ce revers, et hâtons-nous de le réparer.

Qu’il n’y ait parmi nous qu’un seul parti, celui de la France, qu’un seul drapeau, celui de l’honneur national.

Je viens au milieu de vous, fidèle à ma mission et à mon devoir. Vous me verrez la première au danger pour défendre le drapeau de la France.

J’adjure tous les bons citoyens de maintenir l’ordre. Le troubler, serait conspirer avec nos ennemis. »[37]

Face à l’urgence, c’est une forme de syncrétisme qui s’opère au sein du clergé morbihannais, unanimité politique qui s’applique à la défense de la patrie mais ne saurait, comme le montre le journal d’Anne Galles, englober les questions institutionnelles. À dire vrai, la lecture des numéros de juillet-août 1914 de la Semaine religieuse du diocèse de Vannes ne conduit à aucune révolution copernicienne. Au contraire, cette archive vient confirmer l’analyse de S. Audoin-Rouzeau à deux nuances près. En effet, à en juger par les références archivistiques mentionnées dans l’appareil critique, sa démonstration se base uniquement sur des rapports préfectoraux conservées aux Archives nationales[38]. La Semaine religieuse du diocèse de Vannes vient donc non seulement confirmer mais conforter ce que l’on savait déjà à propos de l’entrée en guerre de 1870. On profitera, du reste, de l’occasion pour dire combien un tel constat vient nuancer la césure que constitue la IIIe République dans la construction du sentiment national, dimension très souvent avancée dans l’historiographie de la Grande Guerre pour expliquer le consentement patriotique entre 1914 et 1918 et plus encore par une certaine historiographie bretonne prompte à dénoncer les atteintes à la langue commises par les hussards noirs. Si l’enseignement scolaire est double en Bretagne en ce dernier tiers du XIXe siècle, on oublie que même les écoles congréganistes participent de la forge du sentiment national[39]. Par ailleurs, on ne peut tenir l’institution scolaire comme unique source de l’acculturation à la Nation avant la guerre de 1870. Il serait naïf de croire que la seule action commune des « Bleus » et des « Blancs » engendre la fidélité au drapeau tricolore. D’autres vecteurs sont à chercher dont la caserne, malgré les vicissitudes de l’instauration de la conscription[40]. Par ailleurs, il y a tout lieu de penser que les expressions du nationalisme banal tiennent aussi là une importance décisive, même si elles restent encore à mesurer avec précision en ce qui concerne la Bretagne du XIXe siècle.

Toujours est-il que le constat d’un consentement patriotique au cours de l’été 1870 est indéniable pour ce qui concerne le Morbihan, et ce malgré les clivages que suscite la question romaine. Mais qu’en est-il dans les semaines et les mois qui suivent, quand le flambeau de la guerre est repris par la République ? Le télégramme adressé le 22 septembre 1870 de Tours par le Gouvernement aux préfets n’est sans doute pas de nature à placer au second plan la défense de la patrie en armes. Au contraire, confrontées à la complexité du champ de bataille, les autorités réclament – à défaut de l’organiser – le silence :

« Il nous arrive de diverses parts des bruits de combats sous Paris avec résultats tantôt bons, tantôt mauvais. Nous ne pouvons rien dire, ne sachant rien et nous vous prions de n’ajouter foi qu’aux nouvelles qui seraient transmises par nous. »[41]

À cette requête, il y a des raisons objectives, d’ordre technique. Le 18 septembre 1870, le ministère de l’Intérieur fait ainsi état « de l’extrême encombrement des lignes et du service télégraphique » et demande, en conséquence, de n’envoyer « plus que des dépêches très courtes et autant que possible sans les chiffrer »[42]. Plus tard, en décembre 1870, ce sont « les embarras matériels de la translation des services de Tours à Bordeaux » du Gouvernement qui sont « la seule cause de l’interruption des dépêches de la Guerre »[43]. Mais peut-être y a-t-il aussi une certaine forme de calcul politique, l’incertitude en la matière étant de nature à atténuer momentanément les divisions. Toujours est-il que le silence cesse rapidement et que le flux d’information ne tarde pas à réalimenter le poste télégraphique de la préfecture, à Vannes. Dès lors, deux remarques doivent être formulées. La première consiste à observer que, au vu des dépêches reçues du ministère de l’Intérieur par les préfets, et pour celui qui nous intéresse celui du Morbihan, la question romaine n’est assurément pas celle qui occupe les esprits[44]. Elle est même complètement absente de ce fil télégraphique. Une seconde remarque consiste à souligner combien, dans ce système d’information, l’évêque est finalement un homme comme les autres, c’est-à-dire dépendant de la sorte de cordon ombilical qui le lie au Gouvernement. C’est ainsi que Jean-Marie Bécel s’adresse directement, le 19 mars 1871, au préfet du Morbihan afin de lui demander s’il n’a pas « des nouvelles de Paris ou de Versailles depuis la dépêche que nous a adressé M. Thiers »[45]. Une formulation cordiale qui semble indiquer combien la Commune préoccupe le prélat.

Carte postale. Collection particulière.
Carte postale. Collection particulière.

La Semaine religieuse témoigne, au moins en surface, d’un ralliement sans ambiguïté du diocèse de Vannes au syncrétisme patriotique en cours, dynamique rendue encore plus impérative sur le plan moral par l’enchaînement des désastres militaires. Certes, le 8 septembre 1870, Mgr Bécel fait précéder la fête du Couronnement de Notre-Dame du Roncier à Josselin « d’une neuvaine de prières pour l’Église et pour la France » ; formulation qui pourra paraître ambigüe à quiconque conserve la question romaine en tête. Mais dans le même temps, des quêtes pour les blessés sont organisées, initiative qui témoigne indubitablement d’une certaine forme de consentement à l’effort de guerre réclamé par la patrie[46]. En octobre 1870, à l’occasion du second anniversaire du couronnement de Sainte Anne, le soutien ecclésial aux combattants est sans la moindre faille :

« Avant de partir, les soldats et les gardes mobiles ont tenu à prier au pied de la Statue miraculeuse. Nos soldats bretons sont dignes de la réputation qu’on leur a faite : ils comprennent que la foi soutient le courage et que la prière est aussi une arme, car elle fait descendre le secours de Dieu.

On les a vus se presser auprès de l’autel de notre patronne ; on les a vus, émus mais confiants, baiser ses saintes reliques.

Espérons ! sainte Anne protégera les héros qu’elle a bénis.

Cet élan patriotique et religieux se communique à la population tout entière. Dans ces jours de crise, Sainte-Anne est un centre : les paroisses y viennent avec leur clergé comme aux jours des pèlerinages. »[47]

Si la sincérité de cet élan patriotique parait difficilement devoir être mis en doute – faute d’archives du reste, comment faire autrement que l’accepter ? – il est probable que la proclamation de la République constitue un danger tel qu’il est de nature à éloigner la question romaine. Si La Semaine religieuse est en mesure, le 6 octobre 1870, « de donner des renseignements précis sur les faits douloureux qui se sont passés au centre du catholicisme », l’organe du diocèse de Vannes se garde bien d’en faire porter la responsabilité au repli français et se limite à souligner la culpabilité italienne[48]. Certes, lors de cet anniversaire, Mgr Bécel porte « un toast à Pie IX et au triomphe de la France » mais, il demande aussi d’unir « dans un même amour Sainte Anne, Marie et l’Eucharistie, afin d’éviter le sort de ces nations apostates dont parle l’Écriture » avant d’associer dans un même mouvement « L’Église persécutée » et « la Patrie en deuil »[49]. On ne saurait être plus clair. Bien entendu, La Semaine religieuse du diocèse de Vannes affirme que

« Comme catholiques et comme Français, nous protestons contre la violence sacrilège que le gouvernement italien vient de commettre.

La force aura raison de la force, et préparera sans le vouloir le triomphe du droit. »[50]

Pour autant, cette rhétorique, qui n’est d’ailleurs pas sans évoquer certaines formules de la séquence 1914-1918, ne doit pas induire en erreur. Précisons d’abord que la charge a beau être vigoureuse, elle n’en a pas la violence des libelles saisis dix ans plus tôt par les autorités dans ce même département et faisant planer la menace d’une excommunication de l’Empereur. Et si la « question romaine » continue d’apparaître régulièrement au cours de l’automne 1870 dans les colonnes de La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, c’est toujours pour insister sur le statut de victime de Pie XI[51]. Quant à la nature du régime né le 4 septembre 1870, elle n’est jamais évoquée. Sans doute pour ne pas froisser les nouvelles autorités mais probablement aussi parce que l’ultramontanisme vient également de vivre une « année terrible », fatale à plus ou moins long terme à cette idéologie[52].

Le pape Pie IX en procession solennelle en l'église Saint-Pierre de Rome, image d'Epinal (vers 1870). Collections Musée de Bretagne : 2013.0000.572.
Le pape Pie IX en procession solennelle en l’église Saint-Pierre de Rome, image d’Epinal (vers 1870). Collections Musée de Bretagne : 2013.0000.572.

Pourtant, dans une lettre adressée le 28 octobre 1870 au Nonce du Pape, Mgr Bécel affirme que « le diocèse de Vannes, dont l’attachement au Saint-Siège est profond et inaltérable, proteste par ma voix contre la sacrilège invasion de la capitale du catholicisme et de ce qui restait du domaine temporel des Papes »[53]. Faudrait-il voir dans ces propos une certaine forme de retournement de chasuble de la part du titulaire du trône de Saint-Patern, peu suspect d’ultramontanisme ? Je n’en suis pas certain, et ce pour trois raisons. La première est qu’en de telles circonstances, on voit tout de même mal comment le prélat pourrait tenir un autre discours[54]. Les liens hiérarchiques sont ce qu’ils sont et exigent une solidarité institutionnelle qui coûte d’autant moins à Jean-Marie Bécel, et c’est une seconde explication que je souhaite avancer, qu’elle lui permet sans doute de resserrer les liens avec les membres de son propre clergé[55]. Enfin, troisième et dernière raison, si l’évêque de Vannes ne laisse planer aucune ambiguïté quant au pouvoir spirituel du Pape au Vatican, il reste beaucoup plus évasif concernant la France, préférant porter le coup ailleurs. En effet, dans cette même lettre du 28 octobre 1870, il développe une argumentation qui, renversant singulièrement la chronologie, associe Italiens et Prussiens dans la même culpabilité tout en avançant l’idée d’une défaite qui serait moins de la responsabilité de l’Empereur que la conséquence d’un châtiment divin :

« Les braves ! ils se sont trouvés quatre-vingt mille aux portes d’une ville neutre, gardée par quelques milliers d’hommes courageux et fidèles, où régnait paisiblement, pour le bonheur de ses sujets, un vieillard inoffensif, en possession depuis dix siècles, souvent persécuté, plusieurs fois dépouillé, tôt ou tard vengé de ses persécuteurs et de ses spoliateurs. Ils avaient promis solennellement à sa Fille aînée, trop confiante, de le défendre contre des ennemis qui ne dissimulaient plus leurs grossières convoitises et leurs noirs desseins. Voyant la France punie elle-même par où elle avait pêché, ils ont osé profiter de ses désastres et de son humiliation, pour faire leur coup. »[56]

Un tel discours est intéressant à bien des égards. On reconnaît en effet bien là cette rhétorique liant à la piété du pays le sort des armes[57], grille de représentations dont on sait par ailleurs qu’elle est essentielle dans la culture de guerre catholique de 1914-1918. Sans doute y-a-t-il là quelques prémices particulièrement intéressants. Mais il y a probablement autre chose dans ces quelques lignes. Dans quelle mesure ne contribuent-elles pas à déplacer la focale, abandonnant le front de la lutte contre l’ultramontanisme – combat désormais périmé – pour une défense contre un régime compris comme intrinsèquement anticlérical ? Pour ce faire, l’évêque de Vannes soutient sans ambiguïté la guerre à outrance en s’appuyant, notamment, sur les Volontaires de l’Ouest levés par Athanase de Charrette de La Contrie[58]. Il s’agit certes de défendre la France, mais une France catholique[59] ; une question qui ne se posait sans doute pas avec autant d’acuité sous l’Empire, même devenu libéral. Paradoxalement, conserver la place de Dieu dans la société française impliquerait de prendre ses distances avec le Pape. Pour autant, qu’en pense le bas-clergé morbihannais ? Faute d’archives, force est de constater que nous ne sommes malheureusement pas en mesure de répondre à cette question dont l’importance est pourtant réelle. Mais l’hypothèse d’un coup fatal porté à l’ultramontanisme morbihannais par la guerre de 1870 et, indirectement, la proclamation de la République, me semble très probable.

Portrait du capitaine de Villèle en uniforme de zouave pontifical (détail, approximativement 1867) par Lorenzo Suscipi. The J. Paul Getty Museum : 84.XD.824.4.48.
Portrait du capitaine de Villèle en uniforme de zouave pontifical (détail, approximativement 1867) par Lorenzo Suscipi. The J. Paul Getty Museum : 84.XD.824.4.48.

C’est sans doute à ce moment de la démonstration que la thèse de C. Picaud citée en préambule apparaît le plus en décalage avec les dernières évolutions de l’historiographie. Historiographie de la Grande Guerre tout d’abord puisqu’il est aujourd’hui acté que non seulement la voix du pape Benoît XV est inaudible pendant le conflit et incapable d’arrêter les hostilités mais qu’elle n’est aucunement entendue par le clergé[60]. Le diocèse de Vannes ne fait sur ce point nullement exception et Mgr Alcime Gouraud n’essaye en rien de dissuader ses prêtres de porter les armes et de se joindre à la mêlée : bien au contraire, il n’hésite pas à brandir au sortir du conflit les croix de la Légion d’honneur, médailles militaires et autres citations à l’ordre conquises de haute lutte par ses ecclésiastiques comme autant de preuves de vertu patriotique[61]. Historiographie de la guerre de 1870 ensuite puisque les recherches les plus récentes invitent à nuancer la dimension idéologique de certains engagements pour confronter ces actes à des logiques sociales. Les travaux de P. Nouaille-Degorce sur les Volontaires de l’Ouest mettent notamment en lumière le poids des logiques de groupe pour expliquer les trajectoires de ceux que l’on continue de qualifier de « Zouaves pontificaux », terme qui n’est bien entendu pas neutre du point de vue de la construction d’une sorte « d’internationalisme ultramontain ». Si ces hommes se mettent au service d’une France catholique, il n’en demeure pas moins que le patriotisme est ici un ressort essentiel, fusse-t-il diamétralement différent de celui qui caractérise, par exemple, les Communards[62]. Là encore, ce qui fondamentalement transparaît, c’est l’intériorisation de la Nation, dimension qui bien évidemment ne fait pas nécessairement bon ménage avec l’ultramontanisme. Mais il convient toutefois de ne pas généraliser cette réalité, 1870 n’étant pas 1914. Ainsi, les Archives départementales du Morbihan font état d’un certain nombre d’engagements qui répondent moins à des considérations idéologiques que bassement matérielles. Pierre-Marie Hamon de Penvern en est un bon exemple. Né à Gourin le 17 novembre 1827, cet individu s’engage vraisemblablement à la fin de l’année 1860 pour être promu sergent le 1er avril 1861. Répertorié comme étant blessé deux fois lors de la bataille de Castelfirado, le 18 septembre 1860, ce qui ne correspond d’ailleurs pas à la chronologie, il meurt en Finistère en 1878[63]. Mais dans un rapport daté du 24 novembre 1860, le sous-préfet de Napoléonville explique que cet individu est un « gentilhomme ruiné et criblé de dettes », sous-entendant par là que la défense des États pontificaux est aussi à ses yeux le moyen d’obtenir une solde[64]. Une sorte de mercenariat qui met en lumière des pratiques sociales s’opposant radicalement au mythe des Zouaves pontificaux promu au nom de la cause du pouvoir temporel du pape. Or plus celle-ci apparaît perdue, plus la légende semble se renforcer. Mais le fait est que si les archives attestent d’un certain nombre de pressions ecclésiastiques exercées sur de jeunes recrues pour qu’elles s’engagent au cours des années 1860-1861 au sein des Zouaves pontificaux, celles-ci n’apparaissent plus à la fin de la décennie, au moment de la guerre franco-allemande[65]. Comme si l’impératif patriotique primait tout, arrasant même jusqu’au dissensions entre l’évêque de Vannes, Mgr Jean-Marie Bécel, et son clergé, sans doute moins ultramontain qu’on semble volontiers le dire.


[1] Pour une mise en perspective de ces chiffres Nouaille-Degorce, Patrick, « Combattre pour Dieu et pour la patrie : le recrutement des volontaires de l’Ouest en 1870-1871 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Tome 128, n°4, décembre 2021, p. 57-77.

[2] Picaud, Carine, La Première action catholique dans le diocèse de Vannes sous l’épiscopat de Mgr Gouraud, 1906-1928, Paris, École nationale des Chartes, 1995, Tome 1, p. 59.

[3] Launay, Marcel, « Rome et la conscience catholique dans l’Ouest (1860-1870) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, T. 90, n°2, 1983, p. 145-155 (p. 148 pour la citation).

[4] Arch. dép. Morbihan : V 603, Le sous-préfet de Napoléonville au préfet du Morbihan, 2 janvier 1869.

[5] Roth, François, La Guerre de 70, Paris, Fayard, 1990, p. 137.

[6] Guichonnet, Paul, L’Unité italienne, Paris, Presses universitaires de France, 1961, p. 5.

[7] Bourguinat, Nicolas et Vogt, Gilles, La Guerre franco-allemande de 1870. Une histoire globale, Paris, Flammarion, 2020, p. 57-58.

[8] Berstein, Serge et Milza, Pierre, L’Italie contemporaine du Risorgimento à la chute du fascisme, Paris, Armand Colin, 1995, p. 44.

[9] Guichonnet, Paul, L’Unité italienne…, op. cit., p. 121.

[10] Moritz, Yves, Dictionnaire de la guerre de 1870, Paris, Editions SPM, 2020, p. 105-106.

[11] Arch. dép. Morbihan : Inventaire de la série V.

[12] Arch. dép. Morbihan : 1 V 56.

[13] Arch. dép. Morbihan : M 2 638, dépêches officielles adressées au préfet.

[14] Arch. dioc. Vannes : D 9. 3, registre des correspondances.

[15] Arch. dioc. Vannes : 1 2.1.1.7, relation avec le Saint-Siège, Mgr Bécel.

[16] Picaud, Carine, La Première action catholique…, p. 58.

[17] Nicol, Chanoine honoraire Maximilien, Mgr Bécel Evêque de Vannes, Vannes, Lafoyle Frères éditeurs, 1903, p. 66-67. Cet auteur explique que Jean-Marie Bécel rencontre Napoléon III à la fin de l’année 1865, en gare de Vannes, alors que l’Empereur revient d’un séjour à Colpo, dans le château de la princesse Baccciochi. Cette source est à manier avec beaucoup de précautions tant sa production s’insère dans un jeu politique bien établi.

[18] Gicquel, Samuel, Prêtres en Bretagne au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

[19] Plébiscite du 8 mai 1870. Résultat définitif de la France, Bordeaux, Imprimerie de Duverdier, 1870.

[20] Goallou, Henri, « Le Plébiscite du 8 mai 1870 en Ille-et-Vilaine », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Tome 77, n°2-3, p. 371-390.

[21] Blayau, Noël, « Le Plébiscite du 8 mai 1870 en Loire-Inférieure », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Tome 77, n°2-3, p. 343-369.

[22] Lire à ce propos Jankowiak, François, La Curie romaine de Pie IX à Pie X. Le gouvernement central de l’Église et la fin des États pontificaux, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2007, notamment le chapitre 3 : « La fin du pouvoir temporel : dix années décisives ou l’histoire contre l’éternité ».

[23] « Lettre de Monseigneur à MM. Les vicaires généraux », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°27, 7 juillet 1870, p. 419-420.

[24] « Nouvelles de Rome », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°27, 7 juillet 1870, p. 422.

[25] « Offices extraordinaires, La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°29, 21 juillet 1870, p. 450.

[26] « Lettre circulaire », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°30, 28 juillet 1870, p. 467.

[27] « Lettre circulaire », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°30, 28 juillet 1870, p. 467. Quelques lignes plus loin, Jean-Marie Bécel écrit (p. 468) : « Dieu protège la France. Nos soldats connaissent le chemin de la gloire et du triomphe. Pendant que les fils des héros d’Iéna combattront et mourront pour la Patrie, aux cris de Vive la France ! Vive l’Empereur ! nous élèverons vers le ciel nos mains suppliantes et nos cœurs confiants. Le moment est solennel, peu favorable aux longs discours. Que chacun fasse plutôt son devoir, dans le temple saint ou dans le sanctuaire de la famille, comme dans les camps et sur le champ de bataille ».

[28] « Lettre circulaire », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°30, 28 juillet 1870, p. 468.

[29] « Nouvelles de Rome », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°31, 4 août 1870, p. 490.

[30] « Nouvelles de Rome », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°32, 11 août 1870, p. 507-508.

[31] « Nouvelles locales », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°31, 4 août 1870, p. 483.

[32] « Nouvelles locales », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°31, 4 août 1870, p. 483.

[33] « Nouvelles locales », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°31, 4 août 1870, p. 483.

[34] Frelaut, Bertrand, « Les débuts de la guerre de 1870 vus par une Vannetaise [Anne Galles] », Bulletin et mémoires de la Société polymathique du Morbihan, 2003, t. CXXIX, p. 191.

[35] Arch. dép. Morbihan : V 603, le commissariat de police d’Auray au préfet du Morbihan, le 6 février 1860.

[36] Arch. dép. Morbihan : V 603, le sous-préfet de Ploërmel au préfet du Morbihan, 15 octobre 1860, écrit par exemple à propos de la messe donnée « pour les soldats pontificaux morts en combattant et pour le Pape » : « Il y avait peu de monde à cette cérémonie on y a remarqué que les personnes qui d’habitude assistent à la Grand-Messe, et il serait absolument impossible d’y voir une manifestation politique ». De tels propos invitent certainement à nuancer la force de la poussée ultramontaine qui s’observe en Morbihan en 1860 et permet, par ricochet, de comprendre comment s’impose aussi aisément le consentement à la défense de la patrie dix ans plus tard.

[37] Arch. dép. Morbihan : M 2638, proclamation de l’Impératrice régente, 7 août 1870.

[38] Audoin-Rouzeau, Stéphane, 1870. La France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989, p. 65-68.

[39] Voir par exemple Guildéa, Robert, « L’Enseignement en Bretagne au XIXe siècle : l’Ille-et-Vilaine, 1800-1914 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Tome 84, n°2, 1977, p. 457-479.

[40] Crépin, Annie, Défendre la France. Les Français, la guerre et le service militaire, de la guerre de Sept Ans à Verdun, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

[41] Arch. dép. Morbihan : M 2638, télégramme du 22 septembre 1870.

[42] Arch. dép. Morbihan : M 2638, télégramme du 18 septembre 1870.

[43] Arch. dép. Morbihan : M 2638, télégramme du 12 décembre 1870.

[44] Arch. dép. Morbihan : M 2638, dépêches officielles adressées au préfet.

[45] Arch. dép. Morbihan : M 2638, lettre de l’évêque de Vannes au préfet du Morbihan, 19 mars 1871.

[46] La Semaine religieuse du Diocèse de Vannes, 3e année, n°35, 1er septembre 1870.

[47] « Second anniversaire du couronnement de Sainte Anne », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°40, 6 octobre 1870, p. 627.

[48] « Nouvelles de Rome », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°40, 6 octobre 1870, p. 633-635. Lire aussi dans le même numéro « Nouvelles diverses », p. 635-637.

[49] « Second anniversaire du couronnement de Sainte Anne », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°40, 6 octobre 1870, p. 627-631.

[50] « Nouvelles diverses », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°40, 6 octobre 1870, p. 637.

[51] « Nouvelles de Rome », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°42, 20 octobre 1870, p. 662-667. 

[52] Caron, Jean-Claude et Ponsard, Nathalie (dir.), La France en guerre. Cinq « années terribles », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

[53] Bécel, Jean-Marie, « Lettre de Mgr l’évêque de Vannes au Nonce du Pape », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°44, 3 novembre 1870, p. 693.

[54] C’est du reste ce qui permet de comprendre pourquoi Mgr Bécel autorise la publication dans La Semaine religieuse, le 17 novembre 1870, d’une tribune du recteur de Locqueltas dénonçant « l’abandon du Pape par les puissances ». Rio, François-Xavier, « Rome propriété des catholiques », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°46, 17 novembre 1870, p. 731.

[55] Voir à ce propos Bécel, Jean-Marie, « Lettre circulaire de Mgr l’évêque de Vannes », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°46, 17 novembre 1870, p. 726.

[56] Ibid., p. 692.

[57] Dans une lettre adressée le 14 novembre 1870 à l’archevêque de Bourges, Mgr Bécel affirme : « Il a toujours dépendu de nous d’user contre les ennemis de l’Église et de la France d’immenses ressources spirituelles et matérielles. Hélas ! nous n’avons pas su en tirer parti. C’est une des causes des affreux malheurs dont nous souffrons si cruellement. Chacun devait se faire un point d’honneur d’organiser la défense. […] Malgré leurs armes de destruction, ils ont été pris au dépourvu par de plus gros bataillons, mieux munis, disciplinés et commandées. Ce qui nous a surtout faut défaut, [en italique dans la source] c’est de n’avoir pas invoqué, en temps et lieu, le nom du Seigneur ». Bécel, Jean-Marie, « Lettre circulaire de Mgr l’évêque de Vannes », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°46, 17 novembre 1870, p. 724.

[58] Ibid., p. 694. Voir aussi « Bénédiction solennelle du drapeau des Mobilisés du Morbihan », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°49, 8 décembre 1870, p. 771-775 ; Bécel, Jean-Marie, « Lettre de monseigneur l’évêque de Vannes à son clergé annonçant un pèlerinage solennel à Sainte-Anne au nom de tous les soldats, mobiles et mobilisés du Morbihan », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°50, 15 décembre 1870, p. 787-789.

[59] « Nouvelles diverses », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 3e année, n°44, 3 novembre 1870, p. 703 témoigne d’une sorte de contre-mémoire de 1848 qui, ici, constitue selon toute vraisemblance une allusion explicite à la Commune de Lyon.

[60] Boniface, Xavier, Histoire religieuse de la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2014.

[61] « Le Nouvel an à l’Évêché », La Semaine religieuse du diocèse de Vannes, 4 janvier 1919, p. 4. Voir aussi Arch. dioc. Vannes : H 2-2-2-a à c, Le Grand Séminaire de Vannes pendant la Grande Guerre (1914-1918).

[62] Nouaille-Degorce, Patrick, « Combattre pour Dieu et pour la patrie : le recrutement des volontaires de l’Ouest en 1870-1871 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n°128-4, 2021-4, p. 57-78.

[63] Villèle, Gaston de et La Noüe, Vicomte Charles de, Les Français zouaves pontificaux 5 mai 1860 – 20 septembre 1870 Par deux anciens, Saint-Brieuc, Imprimerie de René Prud’homme Editeur Pontifical, 1903, p. 287

[64] Arch. dép. Morbihan : V 603, Le sous-préfet de Napoléonville au préfet du Morbihan, 24 novembre 1860. Ce courrier indique que Pierre Hamon de Penvern est alors revenu en Morbihan, où il « se promène continuellement en uniforme ». La chronologie précise de ce parcours reste encore très nébuleuse, ce qui semble par ricochet en souligner la faible teneur idéologique.

[65] Arch. dép. Morbihan : V 603, Affaires religieuses. Armée romaine, chrétiens de Syrie, Franc-maçonnerie, souscriptions… Les bornes chronologiques de ce carton sont 1850-1863.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.